La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 33 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Suivi de l’évolution de la composition des aliments

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 71

L’évolution des cours des matières premières induit des changements réguliers de la composition des aliments qu’il est utile d’appréhender.

Des matières premières peuvent se substituer à d’autres et modifier ainsi la composition nutritionnelle de l’aliment.

Ce peut être le cas par exemple, des teneurs en protéines et en phosphore des aliments au regard de leur incidence sur le plan environnemental.

Elles permettent dans ce cas de nous éclairer sur le besoin de connaissance qu’il est nécessaire de développer pour pouvoir réduire encore les rejets des animaux (protéine idéale, utilisation des phytases…).

Ce suivi permet également de mesurer la dépendance aux protéines d’importation (soja et tournesol) et d’informer sur le bilan d’utilisation des ressources protéiques métropolitaines, une fois réalisé l’effort nécessaire à la caractérisation de leur valeur nutritionnelle (tourteau de colza, drèches d’éthanol).

La Note de Conjoncture Aliment de l’IFIP est établie à partir de prix de matières premières rendues en Ille et Vilaine.

Outre les prix des céréales et des tourteaux, sont également répertoriés les prix des coproduits de céréales, des protéagineux, des graines d’oléagineux, des huiles et graisse, des minéraux et des acides aminés.

8 aliments porcs charcutiers sont formulés, avec des variations de concentrations énergétique et protéique.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2016, mai 2017, p. 71, fiche n° 35
2017

LCA results of French cereal and oilseed feedstuffs with effect of different agricultural practices

Consulter le resumé

Sylvie Dauguet et al., 10es International Conference on Life Cycle Assessment of Food 2016, Dublin, Irlande du Nord, Royaume-Uni, 19-21 octobre 2016, 7 pages

The French project ECOALIM aims to improve the environmental impacts of husbandries by optimizing their feed. This project defines the environmental impacts of the production of raw materials for animal feeding and optimizes the formulation of feed compounds with environmental constraints in order to improve environmental footprint of animal products. The project covers different farming systems and production areas in France and is based on life cycle assessment (LCA). The objective of this study was to develop a dataset of environmental impacts of feed ingredients, while taking into account agricultural practices and processing.

The LCA results obtained for rapeseed grown in France, with different agricultural practices, at the field gate, are discussed here, while similar results are also available for other crops (wheat, barley, maize, sunflower, pea…). Several life cycle inventories (LCI) were carried out: national average data representative of France (average French rapeseed) and LCIs with different crop managements based on case studies, in different regions of France, with different crop rotations (rapeseed in crop rotation with introduction of intermediate crops, or with introduction of legumes, or with organic fertilization, or rapeseed cultivated with an associated crop). The LCA methodology was applied, considering environmental burdens at the rotation system scale. Focus is made this paper on five impact indicators (Climate Change ILCD, Cumulative Energy Demand non renewable fossil+nuclear, ACidification ILCD, EUtrophication CML, Consumption of Phosphorus).

For the rapeseed LCIs presented, the main contributor to selected environmental impacts was field emissions. The assessment of practices such as organic fertilization, the introduction of intermediate crops, the introduction of legumes in the rotation or an associated crop within rapeseed crop showed some improvements on impacts. But results were very variable between the different case studies.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Des difficultés persistantes sur le marché du porc européen

Consulter le resumé

En 2016, le marché mondial s’annonce très concurrentiel et le marché intérieur de l’Union Européenne est saturé. Le maintien de l’offre européenne à son niveau de 2015 viendra peser sur les cours du porc, en France comme dans le reste de l’UE. Le prix de l’aliment poursuivra sa lente baisse.

2016

FAF : céréales sèches privilégiées au Danemark

Consulter le resumé

L'adoption de la fabrication d'aliment à la ferme au Danemark est favorisée par le lien au sol et des cultures à vocation fourragère. S'il ne bouleverse pas les bases techniques de la FAF, le système danois est bien rôdé.

PDF icon techporc_duflot_n21_2015.pdf
2015

Céréales, soja, aliment porc : une longue histoire

Consulter le resumé

Les évolutions brutales des cours de matières premières depuis 2007 ne sont pas nouvelles pour l’observateur de l’économie porcine sur le long terme. Après une baisse tendancielle forte dans les années 1970 et surtout 1980 et 1990, une rupture apparaît au mitan des années 2000. Retournement à la hausse après une longue période d’érosion ?

PDF icon techporc_marouby_n13.pdf
2013

Mycotoxines : que se passe-t-il si les porcelets sont exposés ?

Consulter le resumé

La répartition hétérogène des mycotoxines dans les céréales peut expliquer des teneurs dépassant ponctuellement la valeur recommandée pour l’alimentation des porcs en Europe.
Une expérimentation montre qu’une courte exposition initiale à un niveau de déoxynivalénol supérieur à la recommandation n’a pas d’effet visible sur la santé des porcs et les performances d’engraissement.

PDF icon techporc_royer_n6_2012.pdf
2012

Prix d'intérêt des matières premières

Consulter le resumé

Fiche alimentation n°4

PDF icon techporc_fiche_n4_2012.pdf
2012

Les fluctuations sur les marchés mondiaux des céréales et du soja : Impacts sur le prix de l’aliment porcin et perspectives. Projections de coûts de revient du porc en 2020

Consulter le resumé

Les évolutions des marchés des matières premières conditionnent la compétitivité et le coût de l’alimentation porcine. La situation réelle des marchés combinera plusieurs hypothèses. La rentabilité des filières animales dépendra de la cohérence des choix politiques et de société sur les produits animaux et végétaux, sur la production et le commerce.

Les coûts de revient dépendront largement du coût des matières premières alimentaires mais aussi des gains de productivité en élevage (productivité

PDF icon Les fluctuations sur les marchés mondiaux des céréales et du soja : Impacts sur le prix de l’aliment porcin et perspectives<br /><br />- Projections de coûts de revient du porc en 2020
2010

Compétitivité de l’aliment : scénarios pour 2020

Consulter le resumé

Les marchés des matières premières entrant dans la composition de l’aliment sont un déterminant essentiel de la compétitivité de la production porcine. Les conditions politiques et réglementaires de la production et des échanges de ces produits risquent de connaître des bouleversements durant les prochaines années.

C’est pourquoi l’IFIP a réalisé des projections sur les conséquences possibles de différents scénarios d’évolution des marchés à l’horizon 2020, pour les États-Unis, l’Union européenne et le Brésil.
PDF icon bp2010400.pdf
2010

Formuler sans soja : se passer du soja, des solutions au cas par cas

Consulter le resumé

Techniquement possible en engraissement. Laurent Alibert, ingénieur alimentation à l'Ifip, explique que la formulation d'aliments d'engraissement sans soja ne pose pas de problème technique. Il faut cependant étudier les solutions au cas par cas selon les possibilités de l'élevage et les prix respectifs des matières premières.

1/ Le pois : l'inappétence parfois signalée est avant tout un problème de rapport trytophane/lysine insuffisant,

2/ La féverole ; encore beaucoup d'a priori,
2010

Effects of increasing the farm produced content in organic feeds on pig performances

Consulter le resumé

In three experimental facilities (Exp.1, 2 and 3), two organic diets, one complex including processed feedstuffs as wheat bran and heat-treated soya beans (control), the other simplified and containing over 80% of cereal and pulses (CP), were compared for growing-finishing pigs. The base components of the CP diets were moist maize grain, wheat and faba beans in Exp.1, triticale plus coloured-flowered peas in Exp.2, and triticale, oats, white-flowered peas and faba beans in Exp.3. The control and CP diets were formulated with 0.75 g ileal digestible lysine per MJ NE.
PDF icon Effects of increasing the farm produced content in organic feeds on pig performances
2009

Développement des biocarburants : conséquences économiques pour la production porcine

Consulter le resumé

Après avoir fixé à 5,75% le taux de biocarburants dans les carburants en 2010, l'UE vise désormais un seuil de 6% en 2020 pour les biocarburants de 1ère génération. Avec une part de 7% en 2010, la France s'est dotée d'un objectif volontariste. La part des importations par rapport aux productions européennes est une inconnue majeure. La production de biocarburants dans l'UE aura un effet modéré sur la demande de céréales ; elle stimulera la production de colza mais s'appuiera sur un recours aux importations de graines et huiles.
PDF icon Développement des biocarburants : conséquences économiques pour la production porcine
2009

Effets de la diversité de la composition alimentaire sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage

Consulter le resumé

Poster. Au sevrage, le porcelet privé du lait maternel, doit progressivement s'adapter à un aliment de composition et de caractéristiques différentes. Il s'ensuit une période de sous consommation alimentaire à l'origine d'une baisse de performances des porcelets. Cet essai conduit à la station expérimentale de Villefranche de Rouergue (12), s'intéresse à l'effet zootechnique de la diversificationdes sources de protéines et d'amidon de l'aliment distribué en post-sevrage.
PDF icon Effets de la diversité de la composition alimentaire sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage
2009

Biocarburants en France : des coproduits pour l'alimentation des porcs

Consulter le resumé

L'accélération de la production de biocarburants de "première génération", élaborés à partir de céréales, sucre ou oléagineux, est un enjeu majeur pour les marchés agricoles. L'impact environnemental, économique et social de leur développement soulève de nombreux débats. La production d'éthanol à base de maïs aux Etats-Unis va continuer de croître de manière phénoménale.
PDF icon Biocarburants en France : des coproduits pour l'alimentation des porcs
2009

Développement des biocarburants : conséquences économiques pour la production porcine

Consulter le resumé

L’accélération de la production de biocarburants de première génération produits à partir de céréales et d’oléagineux dans de grands bassins de production végétale dans le monde constitue un enjeu majeur pour l’orientation les marchés agricoles.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2008

Pologne, un pays en voie de modernisation : la crise 2007/2008 accélère la restructuration de la filière

Consulter le resumé

La Pologne est le 3ème détenteur de porcs de l'Union européenne à 27 pays. En 2007, le pays a abattu 24,2 millions de porcs et a produit 2,1 millions de tonnes de viande. Le bilan porcin est excédentaire. Les importations se sont accrues en provenance des pays de l'ancienne UE. Les exportations de porcs charcutiers ont aussi gagné de l'importance : en 2007, elles ont atteint 246000 têtes, dont presque 2/3 vers la Hongrie. La production porcine est composée d'un grand nombre de petites exploitations.
PDF icon Pologne, un pays en voie de modernisation : la crise 2007/2008 accélère la restructuration de la filière
2008

Les prix à l'amont de la filière porcine : 2007, année de rupture

Consulter le resumé

Malgré quelques signes avant-coureurs, la brutalité de la hausse des prix des matières premières a pris le monde de l’élevage au dépourvu. La filière porcine est particulièrement touchée puisque le prix du porc a baissé en 2007, ne montrant aucun signe d’ajustement à ce contexte chamboulé.

L’année 2007 se traduit donc par une rupture brutale relativement au passé.
PDF icon Les prix à l'amont de la filière porcine : 2007, année de rupture
2008

Marchés des céréales : été 2006, été 2007 : toujours en hausse.

Consulter le resumé

La hausse des cours des céréales a été quasiment continue depuis plus d’un an.

En 2006, la baisse des récoltes européenne et mondiale ont apporté de fortes tensions sur les prix. Lors de la campagne 2006-2007, les stocks d’intervention ont été remis sur le marché européen. Les importations de manioc et de céréales se sont accru.
PDF icon Marchés des céréales : été 2006, été 2007 : toujours en hausse.
2007

Roumanie et Bulgarie nouveaux membres de l'UE

Consulter le resumé

Le 1er janvier prochain, la Roumanie et la Bulgarie vont entrer de plein pied dans l'Union européenne. Leur contribution sera

significative pour les productions végétales, avec 9 à 10% des récoltes céréalières de la nouvelle UE à 27 et 12 à 14% de la production d’oléagineux. Leur place sera plus réduite pour les productions animales, avec notamment 4% des effectifs

porcins européens et 3% de la production correspondante. Mais leur potentiel est élevé.
PDF icon Roumanie et Bulgarie nouveaux membres de l'UE
2006

Prévention de la formation de composés néoformés dans la viande cuite et les produits à base de viande en fonction de leur mode de préparation ou de fabrication

Consulter le resumé

La communication sur les caractéristiques nutritionnelles devient de plus en plus présente, véhiculée tant par les
PDF icon Prévention de la formation de composés néoformés dans la viande cuite et les produits à base de viande en fonction de leur mode de préparation ou de fabrication
2006

Pages