La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 85 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Réduction de l’excrétion d’azote chez le porc en croissance par l’ajout d’un objectif environnemental dans l’algorithme traditionnel de formulation

Consulter le resumé

Le but de ce travail était donc de développer une méthode d’optimisation multi-objectif permettant de minimiser simultanément le prix des formules et les rejets d’azote puis d’en évaluer les conséquences économiques et environnementales. Pour tester cet objectif, nous avons optimisé 2 160 formules correspondant à 2 environnements économiques (France et Québec), 12 mois (janvier - décembre 1995), 3 teneurs en protéine équilibrée dans les aliments (90, 110 et 130 g/kg), 2 systèmes d’énergie (EN et ED) et 15 niveaux de coût sur les rejets d’azote.
PDF icon Réduction de l’excrétion d’azote chez le porc en croissance par l’ajout d’un objectif environnemental dans l’algorithme traditionnel de formulation
1997

Influence de la granulométrie sur les performances en post-sevrage et la digestibilité de quatre aliments à base d'orge, de blé, de maïs et de pois

Consulter le resumé

L'incidence de la finesse de mouture des matières premières sur les performances des porcelets en post-sevrage a été étudiée dans cinq essais. Quatre granulométries, réparties de 0,43 à 0,90 mm, ont été comparées : très fine (TF), fine (F), moyenne (M) et grossière (G). Les aliments monocéréales concernés étaient formulés à base d'orge, de blé et de maïs. Le dernier essai a concerné un aliment renfermant 35 % de pois. Les aliments ont été distribués en farine, à volonté, au nourrisseur dans les essais zootechniques.
PDF icon Influence de la granulométrie sur les performances en post-sevrage et la digestibilité de quatre aliments à base d'orge, de blé, de maïs et de pois
2000

Le point sur l'équilibre acido-basique chez le porc et le bilan électrolytique des aliments

Consulter le resumé

Les aliments destinés aux porcs ont tendance à contenir de moins en moins de matières

premières riches en protéines, ce qui est rendu possible par la disponibilité des acides aminés industriels.

Ce principe de formulation conduit à des aliments pour lesquels il convient de vérifier le bilan électrolytique, voire de le corriger, afin que sa valeur respecte les minima définis pour chaque stade physiologique.
PDF icon Le point sur l'équilibre acido-basique chez le porc et le bilan électrolytique des aliments
2002

Performances et longévité de la truie selon les conditions d'ambiance et d'alimentation en maternité

Consulter le resumé

L'étude présentée confirme les résultats de travaux antérieurs selon lesquels les performances de lactation des truies sont fortement dégradées lorsque la température ambiante est en permanence supérieure à 25°C. Son originalité est de mettre en évidence que la sensibilité au chaud n'est pas la

même d'une truie à l'autre avec des conséquences sur leur longévité dans le troupeau. Par ailleurs, si des porcelets plus

lourds au sevrage sont obtenus en augmentant la concentration en nutriments de l'aliment,
PDF icon Performances et longévité de la truie selon les conditions d'ambiance et d'alimentation en maternité
2003

Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?

Consulter le resumé

L'impact d'un enrichissement de l'aliment allaitante en vitamines est testé sur les performances de lactation dans deux stations : Romillé (R) et Crécom (C). Les truies sont réparties entre deux lots à l'entrée en maternité. La teneur en vitamines de l'aliment TEMOIN est un compromis entre les différentes recommandations disponibles et les pratiques de terrain. Dans l'aliment ESSAI, les teneurs en vitamines K,E et celles du groupe B sont de 1,4 à 4,2 fois plus élevée. La taille de portée au sevrage est comparable dans les deux stations (R : 10,7, C : 10,3).
PDF icon Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?
2005

Intérêt zootechnique d'une zéolite micronisée par procédé tribomécanique sur le porcelet sevré

Consulter le resumé

L'influence de la substitution de 2 % (MZ2) ou 4 % (MZ4) de l'aliment en post-sevrage par une zéolite micronisée (MZ) est testé sur les performances de porcelets sevrés.

Ces effets sont comparés à ceux obtenus avec (AFC) ou sans (Témoin) antibiotiques facteurs de croissance. L’utilisation de MZ permet d'améliorer l'homogénéité des porcs dans les cases, l'écart-type du poids intra-case étant significativement plus faible pour les lots MZ2 et MZ4 que pour les lots Témoin et AFC.
PDF icon Intérêt zootechnique d'une zéolite micronisée par procédé tribomécanique sur le porcelet sevré
2005

Note de conjoncture Aliment - janvier 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - janvier 2006

PDF icon janvier06.pdf
2006

Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?

Consulter le resumé

Deux essais ont été réalisés sur des femelles élevées en individuel afin de quantifier l'effet du rationnement sur le besoin en lysine digestible (LYSd) par rapport à l'énergie nette (EN) entre 35 et 105 kg. Dans l'essai 1, les porcs reçoivent 100 %, 95 %, 90 % ou 85 % de l'ingéré énergétique à volonté sur la base du poids, les apports journaliers en acides aminés étant égalisés.
PDF icon Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?
2006

Note de conjoncture Aliment - février 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - février 2006

PDF icon fevrier06.pdf
2006

Besoin en thréonine du porc en finition

Consulter le resumé

Le besoin en thréonine de mâles castrés et femelles croisés (LWxLD)xP76 est étudié dans deux essais entre 60 et 110 kg.

Dans l’essai 1, les porcs sont répartis entre quatre régimes dont la teneur en lysine digestible (LYSd) est limitante pour la croissance et qui diffèrent par leur rapport thréonine/lysine digestibles (THRd/LYSd, 55, 60, 65 et 70 %). Dans l’essai
PDF icon Besoin en thréonine du porc en finition
2006

Note de conjoncture Aliment - mars 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - mars 2006

PDF icon mars06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - avril 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - avril 2006

PDF icon avril061.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - mai 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - mai 2006

PDF icon mai06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - juin 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - juin 2006

PDF icon juin06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - juillet 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - juillet 2006

PDF icon juillet06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - août 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - août 2006

PDF icon aout06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - septembre 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - septembre 2006

PDF icon septembre06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - octobre 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - octobre 2006

PDF icon octobre06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - novembre 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - novembre 2006

PDF icon novembre06.pdf
2006

Note de conjoncture Aliment - décembre 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - décembre 2006

PDF icon decembre06.pdf
2006

Pages