La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 3081 résultats
Publication Annéetrier par ordre croissant

Réorientation des exportations de l’UE : trois quart des ventes vers l’Asie en 2014

Consulter le resumé

L’embargo sur les importations de viande de porc en Russie, en vigueur depuis fin janvier 2014, a forcé les entreprises européennes à orienter plus de produits vers d’autres marchés, pour l’essentiel vers l’Asie. Cependant, les lards et graisses n’ont pas trouvé de débouché sur les marchés asiatiques.

bpn2015-453-vanferneij.pdf
2015

Recherche de biomarqueurs salivaires du stade de maturité sexuelle de cochettes pré‐pubères

Consulter le resumé

Poster.

L’élevage porcin conventionnel se caractérise par une conduite en bandes qui présente de nombreux avantages organisationnels (surveillance des mises‐bas, ajustement de la taille des portées, gestion des porcelets…) et sanitaires (nettoyage‐désinfection des locaux entre bandes). Des traitements progestatifs à l’aide d’agonistes de synthèse de la progestérone sont administrés par une majorité d’éleveurs pour synchroniser les cycles des cochettes de renouvellement et les intégrer dans les bandes (Boulot et al., 2005). Les interrogations concernant les effets possibles des résidus hormonaux sur la santé humaine et l’environnement conduisent à rechercher des méthodes alternatives de synchronisation dans de nombreuses espèces. Il est donc nécessaire de développer de nouvelles pratiques d’élevage notamment pour la synchronisation des oestrus des cochettes. Avant la première ovulation, les cochettes atteignent un stade physiologique de pré‐puberté au cours duquel une stimulation externe peut déclencher la première ovulation. L’exposition au verrat (appelée effet mâle) pourrait favoriser le déclenchement et la synchronisation de la puberté s’il est appliqué pendant cette période de pré‐puberté (Prunier, 1989). Cette pratique est très peu utilisée en élevage, car le moment optimal et les modalités d’exposition au verrat ne sont pas clairement définis. Notre objectif est de mieux connaitre la phase de pré‐puberté, et notamment de trouver des biomarqueurs de cette phase. Une meilleure connaissance de la phase de pré‐puberté permettra d’améliorer le repérage des femelles à stimuler et de diminuer le nombre de femelles mises à la reproduction alors qu’elles sont impubères. Les concentrations d’estrone urinaire augmentent pendant la phase de pré‐puberté (Camous et al., 1985). En conditions d’élevage où les cochettes sont logées en groupe, des prélèvements d’urine réguliers ne sont pas envisageables et les dosages hormonaux classiques reposent sur des prélèvements sanguins trop invasifs. En revanche, le suivi d’indicateurs salivaires suscite un intérêt croissant en raison de son caractère non invasif. Nous souhaitons donc rechercher des biomarqueurs de la phase de pré-puberté dans la salive, ce type de prélèvement étant réalisable en élevage.

Search for salivary biomarkers of sexual development in prepubertal gilts.

Effective methods for synchronizing estrus in gilts are crucial for strict implementation of batch management and optimum reproductive performances. Altrenogest treatments are used on a routine basis in pig farms, but there is growing demand for alternative non‐hormonal breeding tools. Before puberty, gilts exhibit a “waiting” period, related to ovarian development and gonadotrophin secretions, during which external stimulation, such as boar exposure, could induce the first ovulation. As noninvasive tools are required to increase knowledge about the waiting period, the aim of this work is to search for specific biomarkers of this period in saliva. Trans‐abdominal ultrasonography was carried out for 5 weeks in six 140‐day old Large White gilts until puberty detection (week ‐5 to week ‐1 before puberty). We collected saliva samples as well as urinary samples for estrone assay to detect the waiting period. Gilts were then slaughtered 7 days after puberty detection for puberty confirmation. The salivary metabolome was analyzed using 1H Nuclear Magnetic Resonance. Urinary estrone assays are in progress. The concentrations of some saliva metabolites significantly increased (propionate and butyrate for example) or decreased (pyruvate and fumarate for example) between week ‐5 and week ‐1 before puberty. The identification of other metabolites whose salivary concentration significantly varied is in progress. These results suggest that some salivary metabolites could be biomarkers of the pre‐pubertal stage in gilts. Salivary monitoring may help to investigate optimal time for application of boar effect and could contribute to decreasing the number of females mated while they are pre‐pubertal.

2015

Intérêt d’une deuxième désinfection par Ultradiffusion pour optimiser la désinfection des salles d’élevages de porcs

Consulter le resumé

Poster.

La mise en œuvre d’une désinfection terminale pour améliorer la qualité globale du protocole de nettoyage‐désinfection et limiter le risque de persistance de germes pathogènes comme les salmonelles est fréquente dans les élevages de volailles. En élevage de porcs, Corrégé et al. (2003) ont montré une recontamination de la salle durant la phase de vide sanitaire et une réduction de la contamination bactérienne après l’application d’une deuxième désinfection (liquide ou en nébulisation). L’hygrométrie étant un des facteurs conditionnant la persistance des germes pathogènes, l’objectif est d’évaluer l’application d’une désinfection par voie sèche, l’ultradiffusion, sur le résultat final de la désinfection et sur la destruction de germes pathogènes spécifiques.

Improving pig farm building disinfection by applying a second disinfection with ultradiffusion

In two farrowing rooms, a recommended cleaning and disinfecting protocol was implemented. After complete drying of rooms (controlled by monitoring the relative humidity), a second disinfection by ultradiffusion was carried out. The effectiveness of surface disinfection is evaluated by counting in ten sample sites the total number of bacteria in Petri dishes before and after ultradiffusion. At the same time, the assessment of the efficiency of the process on specific pathogens (Salmonella, Staphylococcus and Streptococcus) is performed by the use of germ carrier steel discs under a test protocol compliant with the French Standard (AFNOR NFT72281) recommended for measuring the effectiveness of disinfecting by the air way disinfection methods. Results for total bacteria counts in Petri dishes suggest an improvement in the final disinfection (60% of the samples show fewer bacterial colonies after the second disinfection) but some uncertainty remains on the level of this gain, due to the very low initial level of contamination (before any disinfection). Thus, the method of microbiological carrier test confirmed, in field conditions, the efficacy of the here‐applied global disinfection process to decrease the number of the 3 types of pathogenic microorganisms considered, with a reduction of contamination exceeding 2 log.

2015

La prise en charge de la douleur lors de la caudectomie et de la castration des porcelets

Consulter le resumé

L’analgésie sous méloxicam est pratiquée en France lors de la castration des porcelets. Deux essais ont été mis en place pour 1.) évaluer l’intérêt d’une pratique similaire lors de la caudectomie (Q) pratiquée à 2 ou 5 jours d’âge, 2.)  mesurer les effets de la réalisation simultanée de la caudectomie (Q) et de la castration (C), et envisager dans ce cas la possibilité de réduire la douleur via l’utilisation de méloxicam (M), associé ou non à du butorphanol (B). Dans l’essai 1, les porcelets de 2 ou 5 jours ont la queue coupée et cautérisée après l’administration de méloxicam ou d’un placebo (P) ou sont simplement manipulés (T). Dans l’essai 2, cinq traitements sont comparés chez des porcelets de 2 jours : C/M, Q/M , QC/M, QC/MB, QC/P. Le comportement postopératoire est suivi pour 24 porcelets par traitement et par âge et un prélèvement sanguin effectué sur 21 à 23 autres animaux. La caudectomie entraîne des tremblements de la queue (P < 0,001) mais les autres comportements post‐opératoires ne diffèrent pas entre les trois traitements. La concentration en cortisol plasmatique est plus faible chez les porcelets T que P (P < 0,05) et intermédiaire chez les M (respectivement 77,2 ± 22,4, 86,7 ± 18,1 et 97,8 ± 25,5 ng/ml pour T, M et P), suggérant une analgésie imparfaite. Les indicateurs de la douleur diffèrent en fonction de l’âge mais il n’est pas possible de conclure si l’intervention est plus ou moins douloureuse à l’un ou l’autre âge. La réalisation simultanée des interventions à 2 jours induit une douleur peu différente de celle due à la castration seule. Le temps passé debout et en exploration est plus élevé pour les porcelets QC/MB que QC/M (P < 0,05) et la teneur en cortisol plasmatique plus faible (P < 0,1). La douleur est mieux prise en charge par MB que par M, mais cette prise en charge reste incomplète.

Pain relief at piglet tail docking and castration

Meloxicam treatment of piglets is routinely performed in France to alleviate pain due to surgical castration. Two trials were carried out using a similar experimental protocol in order to 1.) evaluate the efficacy of meloxicam (M) to relieve pain due to tail docking (Q) performed at 2 or 5 days of age, 2.) evaluate the influence of tail docking (Q) and surgical castration (C) performed at the same time, and evaluate, in this situation, the efficacy of meloxicam associated or not with butorphanol (B) to relieve pain. In trial 1, piglets were tail docked with hot cautery iron at 2 or 5 days of age after i.m. injection of meloxicam (M) or saline (P) or were only handled (T). In trial 2, 2‐day old piglets allocated to five experimental groups were compared: C/M, Q/M, QC/M, QC/MB, QC/P. Post‐operative behaviour was recorded in 24 piglets per treatment and age and blood sampling was performed on 21 to 23 other piglets. Tail docking induced more tail trembling (P < 0.001) but other post‐surgical behaviours did not differ significantly between treatments. Plasma cortisol was lower in T than in P piglets (P < 0.05) and intermediate in M piglets (77.2 ± 22.4, 86.7 ± 18.1 and 97.8 ± 25.5 ng/ml in T, M and P piglets, respectively), suggesting a partial pain relief. Pain‐related indicators varied with age but it was not possible to conclude whether tail docking is more or less painful at one or the other age. Performing both interventions at 2 days of age induced an acute pain similar to that observed after castration alone. Standing and exploring were more frequent (P < 0.05) while plasma cortisol level was lower (P < 0.1) in QC/MB than in QC/M piglets. The responses of piglets suggested better pain alleviation by MB than by M treatment but this alleviation was still incomplete.

2015

Analyse des évolutions des usages d’antibiotiques entre 2010 et 2013 dans un groupe d’élevages de porcs

Consulter le resumé

Les objectifs de cette étude sont d’analyser l’évolution des usages d’antibiotiques entre 2010 et 2013 dans un échantillon constant d’élevages, d’identifier les facteurs expliquant les variations d’usage et de cerner la perception des éleveurs sur ces variations. L’étude porte sur 46 élevages situés dans le Grand Ouest de la France. Lors d’une enquête en élevage, l’éleveur était questionné sur les changements techniques et sanitaires intervenus entre 2010 et 2013 et pouvant expliquer des variations d’usage d’antibiotiques dans son élevage. Une comparaison a aussi été réalisée entre les évolutions réelles des usages sur trois ans et les évolutions estimées par les éleveurs. La baisse des usages d’antibiotiques en trois ans est importante (‐ 31 %) et concerne une large majorité des élevages étudiés (74%). Ce résultat illustre les efforts collectifs réalisés et démontre les marges de diminution, parfois importantes, qui sont possibles dans les élevages. Beaucoup d’efforts ont porté sur la prévention des maladies par une meilleure gestion de la conduite des animaux, de l’hygiène, de l’alimentation et des bâtiments. Les protocoles thérapeutiques ont également été révisés (arrêt de traitements systématiques, usage des vaccins, vermifuges ou produits alternatifs). Néanmoins, certains aléas sanitaires se sont aussi traduits par des hausses d’usages. Ce travail souligne l’intérêt de mettre en place un outil d’auto‐évaluation des usages d’antibiotiques à destination des éleveurs et de leurs vétérinaires. En effet, la perception des éleveurs sur la variation des usages d’antibiotiques dans leur élevage en trois ans est erronée dans plus de 60 % des cas.

Analysis of the evolution of antibiotic use between 2010 and 2013 in a group of pig farms

The objectives of this study are to analyze the evolution of antibiotic use between 2010 and 2013 in a constant sample of farms, to identify the factors that account for variations in use and to assess the perception of farmers on these variations. The study focused on 46 farms in the West of France. During a survey, the farmer was asked about the technical and sanitary changes occurring between 2010 and 2013 that could explain variations in antibiotic use in his farm. A comparison was also made between the calculated variation of antibiotic use over three years and the estimated variation according to farmers. The decrease of antibiotic use over three years is important (‐ 31%) and involves a large majority of farms (74%). This result illustrates the collective efforts made and demonstrates margins of decrease, sometimes substantial, that are achievable in farms. Much work has been carried on disease prevention through better control of herd management, hygiene, food and buildings. Treatments were also optimized (use of vaccines, de‐wormers, alternative products and some systematic treatments were stopped). Nevertheless, some new health problems also resulted in increases of antibiotic use. Finally, this work emphasizes the importance of establishing a tool for farmers and their vets to self‐assess their use of antibiotics. Indeed, the perception of farmers on their variations in antibiotic use over three years is incorrect in 60% of cases.

2015

Perception et prise en compte des demandes de la société envers l’élevage de porcs par des responsables de groupements de producteurs

Consulter le resumé

Poster.

Confrontée à des défis techniques et socioéconomiques, la filière porcine française doit aussi faire face à de nombreuses remises en cause par la société. Elles concernent notamment le mode de production qui s’est imposé (bâtiment, caillebotis, faible lien au sol, concentration géographique et structurelle) et ses conséquences sur l’environnement, les conditions de vie des animaux et la gestion sanitaire (Delanoue et al., 2014). Au-delà, le débat actuel sur le statut juridique de l’animal traduit une évolution de la société, lourde dans sa signification et ses conséquences potentielles sur les élevages (Lesage, 2013). Dans ce contexte, l’IFIP a confié à quatre étudiants d’AGROCAMPUS‐Ouest la réalisation d’une enquête pour éclairer les deux questions suivantes : (1) Comment les acteurs économiques de la filière porcine perçoivent‐ils les remises en cause de la production par la société ? (2) Quelles actions ou stratégies mettent‐ils en oeuvre pour y répondre ?

Perception and taking into account of societal demands regarding pig production by leaders of producer groups

In a context of social questioning of pig production methods, four AGROCAMPUS‐Ouest students conducted interviews with leaders of seven producer groups representing 70% of national pig production, and who were invited to answer two questions: i) How do economic actors perceive the questioning of pig production by society? ii) What actions are they taking to address them? The environment was cited by 10 of the 11 leaders interviewed as being society’s primary concern, before animal welfare; the third concern of society was the reduction in antibiotic use. Social representation of associations that support these claims is disputed. Faced with these demands, the profession highlights its compliance with regulations, developing innovations to reduce the environmental impact or the use of antibiotics, or to improve animal welfare. Communication is considered to be strategic. The questioning of intensive production is not considered, nor the expansion of differentiated products. A proactive and collective strategy to respond to societal demands is not mentioned, although this route has been selected in some other countries.

2015

Premiers résultats issus d'une station d'alimentation innovante pour la mise en oeuvre de l'alimentation de précision des porcs en croissance élevés en groupe et alimentés de façon rationnée

Consulter le resumé

Poster.

Dans la plupart des élevages de porcs, une alimentation par phases est mise en œuvre. Au cours de chaque phase, la quantité d’aliment allouée peut augmenter mais sa qualité reste stable. Or, le potentiel de croissance et le poids vif (PV) au jour J sont très variables entre les porcs d’une même bande, et cela est associé à une grande variabilité des besoins nutritionnels, exprimés par le ratio lysine digestible / énergie nette (LYSd/EN), à un jour ou un PV donné. Afin de diminuer le coût alimentaire par porc et l’impact environnemental de la production porcine, le concept de l’alimentation de précision se développe depuis quelques années notamment au Canada et en Espagne. Il a pour objectif d’ajuster la quantité et la qualité de l’aliment apporté individuellement à chaque porc d’un même groupe. Ce concept implique la mise en œuvre d'un système capable d’identifier le porc, de le peser et de mélanger au moins deux aliments. Les systèmes déjà disponibles ont jusqu'alors été développés en condition d’alimentation à volonté. Afin de fonctionner dans des conditions de rationnement alimentaire, pratique la plus répandue en France, un nouveau système a été conçu en collaboration avec un équipementier, puis testé à la station IFIP de Romillé (35).

Description and preliminary results obtained with a new automatic feeder designed to allow for the precision feeding of grouphoused pigs under restricted feed allowance

A feeder prototype has been developed by IFIP in association with an equipment manufacturer to perform precision feeding for 96 group‐housed growing pigs, each equipped with a RFID (Radio Frequency IDentification) ear tag. It consists in five automatic feeders (AF), one weighing‐sorting station (WS), and three areas. The WS station is placed on force sensors and allows for weighing pigs individually, with a 0.1 kg accuracy, and sorting them towards (1) the AF (pigs whose daily cumulated feed intake is presently below the daily allowance), (2) a pen for specific care or departure for the slaughterhouse (after selection by the farmer), (3) the original pen for the other cases. In case 1, the pig enters an AF, both back and front doors close automatically. Its ear RFID tag is recognized by an antenna, and successive doses of feed fall into the trough. Each AF can deliver (min 30 g) and mix two diets, and is connected to a computer that calculates the daily dietary allowances per pig, based on time, body weight (BW) and feeding strategy. In this first trial, all pigs were restricted and two feeding strategies were designed (2‐ vs 9‐ phase strategy) based on the same evolution of amino acid requirements with BW for all pigs. Taking into account pigs not adapted to the system after 9 days (n = 4), accidents (n = 2), health issues (n = 5) and those which failed to consume their feed allowance on more than 4 days (n = 14), data from 71 pigs were available at the end of the fattening period.

2015

Effets d’une complémentation en sélénium et en vitamine E sur les performances de croissance et la qualité de viande de porc

Consulter le resumé

Poster.

La stabilité des acides gras est un composant de la qualité de la viande pouvant générer des défauts lors de la transformation. Le risque est plus
marqué lors d’un enrichissement en acides gras polyinsaturés de type oméga 3, réalisé dans le but d’améliorer la qualité nutritionnelle des produits.
Supplémenter l’aliment en antioxydants permet de limiter l’oxydation de ces lipides sensibles. La vitamine E est l’antioxydant le plus utilisé, mais
son coût est prohibitif. D’autres pistes doivent donc être explorées tel que l’apport en sélénium (Se), sous forme minérale ou organique, celle-ci
étant réputée mieux retenue par les muscles.

jrp2015-qualite-monziols-poster.pdf
2015

Relation entre la production spermatique et le risque d’odeur de mâle entier des descendants de race pure ou croisés

Consulter le resumé

L’étude porte sur 100 verrats issus de trois variétés de Piétrain codifiées V1 à V3 (74 verrats V1, 10 V2 et 16 V3). Pour chaque verrat, les données de 90 prélèvements de semence réalisés en CIA et des dosages de composés odorants sur en moyenne 15,4 descendants sont disponibles. Les descendants, la moitié de race pure, l’autre moitié de type Piétrain x Large‐White, ont été élevés à l’INRA UETP (Le Rheu) jusqu’à 110 kg. Les risques d’odeur de mâle entier sont  évalués par dosage d’androsténone et de scatol dans le gras prélevé à l’abattoir. Les données de production spermatique sont corrigées pour les effets du site de production, de l’âge et de la fréquence des prélèvements pour estimer une production spermatique moyenne par verrat et par éjaculat. Les risques d’odeur de mâle entier sont globalement faibles dans la population étudiée. Toutes variétés de Piétrain confondues, les verrats avec les plus fortes productions spermatiques ont une proportion plus faible de descendants sans risque d’odeur par rapport aux verrats à faible production spermatique. La production spermatique des pères des descendants à forte teneur en androsténone est en moyenne plus élevée que celle des pères des descendants à faible teneur. Les différences sont plus marquées avec les descendants croisés qu’avec les descendants de race pure. Les conclusions sont similaires avec les pères V1 seuls mais les écarts sont plus faibles et moins significatifs qu’avec le dispositif complet. Les écarts ne sont globalement pas significatifs avec les pères V2 et V3 seuls qui présentent des effectifs plus faibles.

Relationship between sperm production and boar taint risk of purebred or crossbred entire offspring

This study focuses on 100 boars from three Pietrain varieties: 74 V1, 10 V2 and 16 V3. On average, data on 90 ejaculates collected von AI centers and boar taint measurement on 15.4 offspring are available. Offspring, half purebred and half Pietrain x Large‐White type were reared at INRA UETP (Le Rheu, France) up to 110 kg. Boar taint risk is assessed by androstenone and skatole measurements in fat taken at the slaughterhouse. Sperm production data are corrected for the production site, the age and the collection frequency to estimate an average sperm production count per boar and ejaculate. Boar taint odor risk showed to be low on average in the tested population. Considering the three Pietrain varieties altogether, boars with the highest sperm production have a lower proportion of offspring without risk of odor compared to boars with low sperm production. The sperm production of the fathers of pigs with high androstenone content in fat is on average higher than that of the fathers of low androstenone content offspring. Differences are more pronounced on crossbred offspring than on purebred ones. The conclusions are similar with V1 fathers alone but differences are smaller and less significant than with the complete experimental design. The differences are generally not significant with V2 and V3 varieties alone which are in lower numbers.

2015

Impact du rang de portée et de la vaccination des truies sur la prévalence et la sévérité des lésions de rhinite

Consulter le resumé

Poster.

La rhinite atrophique peut entraîner une baisse des performances de croissance des porcs. Elle favorise également les pathologies pulmonaires et la capacité de filtration des agents pathogènes et des poussières en raison d'une muqueuse nasale réduite. La vaccination des truies contre la rhinite atrophique vise à protéger les porcelets par une immunité passive transmise par le colostrum. La prévalence et la sévérité des lésions de rhinite atrophique sont généralement évaluées par la notation de l’intensité des déformations des cavités nasales sur coupe transversale des groins (Rolland et al., 2012). L'objectif de cette étude est de comparer la prévalence et la sévérité des lésions de rhinite atrophique des porcs selon le statut vaccinal et le rang de portée de leur mère.

Impact of parity and vaccination of sows against Atrophic Rhinitis on the lesion score observed on the snouts of pigs

Vaccination of sows against Atrophic Rhinitis aims to protect piglets by passive immunity transmitted via the colostrum. The prevalence and intensity of Atrophic Rhinitis is often assessed by scoring nasal lesions. The objective of this study was to compare the rhinitis lesions scored on the snouts of pigs according to vaccine status and parity of their mother (primiparous and multiparous; vaccinated or unvaccinated). A total of 283 pigs from one experimental farrow‐to‐finish farm were used. The farm has been vaccinating against Atrophic Rhinitis for many years, and has a level of rhinitis lesions in the low to medium range. Four groups of pigs were defined according to the vaccine status of the sows / gilts: pigs born from unvaccinated gilts, pigs born from unvaccinated sows, pigs born from vaccinated gilts, pigs born from vaccinated sows. The average lesion scores of pigs born from unvaccinated sows or gilts were higher than those born from vaccinated sows or gilts. There was no difference between the lesion scores of pigs born from vaccinated gilts and those of pigs born from vaccinated sows. The average lesion scores of pigs born from unvaccinated gilts are significantly higher than those born from unvaccinated sows. This underlines the need to complete vaccination courses for maximal protection.

2015

Perception de l’élevage par de jeunes adultes en France en 2014

Consulter le resumé

 

Poster.

Dans un contexte d’interpellations sociales de l’élevage à des échelles diverses (mobilisations locales contre les projets d’élevage, actions nationales d’ONG, débats sur le statut de l’animal…), le GIS Elevages Demain1 a consacré un de ses groupes de travail à l’étude de l’acceptabilité des élevages par la société en France. Dans un premier temps, les controverses sur l’élevage, toutes espèces animales considérées, ont été recensées et analysées au travers d’entretiens avec des acteurs des filières, des salariés d’associations, des journalistes et des acteurs de la distribution (Delanoue et al., 2014). Les personnes enquêtées estimant très limitées la connaissance et l’intérêt du grand public sur les modes de production, nous avons voulu savoir, dans le travail présenté ici, ce que de jeunes adultes, citoyens et consommateurs en devenir, connaissent de l’élevage, comment ils perçoivent cette activité et quelles sont leurs préoccupations à son égard.

Perception of livestock farming by young adults in France in 2014

During interviews carried out in 2013, stakeholders from livestock production and NGOs estimated that knowledge and interest of the general public about modes of production were very limited. So, in 2014, we conducted a survey among baccalaureate (A‐level) students to assess their knowledge, perception and concern for livestock. Thirty‐two master students from AGROCAMPUS‐Ouest (FR) had 1,083 baccalaureate students fill a questionnaire with 49 questions, divided into five themes: who are you? What do you know about farming? What image do you have of livestock? What do you eat? What are your expectations for livestock farming? The knowledge of these young adults on livestock  appeared to be fairly good. It came from television (34%), environment (family, neighbours, 23%), school (18%) and Internet (11%). The image of livestock farming and of the farming profession was good for 71% and 66% of respondents respectively. It was closely connected with the students’ links to farming but not with their level of knowledge. Whereas 96% of the respondents considered that it is important to preserve livestock farming in France, animal welfare was the major challenge of livestock farming for tomorrow: this is a concern for 80% of the respondents, far ahead of the environment (54%).

2015

Impact de la vaccination des porcelets vis‐à‐vis du PCV‐2 sur les performances des porcs en croissance dans un contexte d’infection subclinique

Consulter le resumé

Le PCV‐2 a été responsable de la Maladie d’Amaigrissement du Porcelet dans les années 1995 à 2005, pour évoluer ensuite vers des formes subcliniques. La vaccination, largement utilisée pour lutter contre les maladies associées au PCV‐2, a montré son efficacité sur la mortalité, les lésions, la virémie et la croissance. Concernant son effet sur l’indice de consommation, très peu d’essais contrôlés randomisés sont disponibles. L’impact de la vaccination des porcelets sur les performances des porcs en engraissement en lien avec la circulation du virus est étudié. L’essai est réalisé en contemporain sur une bande de porcs d’une station expérimentale, avec une circulation démontrée du PCV‐2 en engraissement et une vaccination des truies vis‐à-vis du PCV‐2. A 6 semaines d’âge, 168 porcelets, soit 84 paires de porcelets, un porcelet vacciné PCV‐2 et l’autre recevant un placebo (sérum physiologique) sont constitués selon le sexe, le poids avant vaccination, le rang de portée et la taille de portée de la mère. Les performances individuelles de croissance, de consommation en engraissement (GMQ, IC) et de carcasse ont été étudiées ainsi que les signes cliniques, les mortalités et les lésions respiratoires. La circulation du PCV‐2 est suivie par cinétique des anticorps. La circulation du PCV‐2 dans les deux groupes (vacciné et placebo) est confirmée. L’indice de consommation en engraissement des animaux vaccinés est significativement amélioré. Les autres paramètres étudiés ne diffèrent pas entre les deux groupes.

Impact of piglet PCV2 vaccination on pig fattening performances in a farm subclinically infected

From 1995 to 2005, PCV2 was involved in PMWS (Post Weaning Multisystemic Syndrome). After 2005, the clinical expression changed with the emergence of subclinical forms. PCV2 vaccination was largely used as an efficient tool against mortality, lesions, viremia and for the improvement of growth. Nevertheless, limited data are available on Feed Conversion Ratio (FCR). In this study we tested the efficacy of PCV2 piglet vaccination in addition to sow vaccination on growth performance and feed conversion ratio in the fattening period in a farm with a PCV2 circulation. All piglets included in the study belong to the same batch; they were born from PCV2  vaccinated sows. At 6 weeks of age, 168 piglets, meaning 84 pairs of piglets, one vaccinated and one placebo (with physiological serum) were allocated according to sex, weight before vaccination, parity and the size of the litter. Individual growth performance: FCR, Average Daily Weight Gain (ADWG) and slaughterhouse data were registered. Furthermore, clinical score, mortality and lung lesions were also registered individually. Both groups (vaccinated and placebo) were challenged by a natural circulation of PCV2 (evidenced by PCV2 antibody seroconversion). Piglet vaccination significantly improved the FCR during the fattening period. The other results were not significantly different.

2015

Catalogue des mesures technologiques de l'Ifip - édition 2014

Consulter le resumé

Le catalogue de mesures de l’Ifip formalise les méthodes de mesures technologiques de référence les plus adaptées à la viande fraîche et aux produits de charcuterie : pH, activité de l’eau, couleur, capacité de rétention de l’eau, texture, tenue de tranche…

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Impacts environnementaux des aliments porcs : état des lieux et possibilités de réduction par le changement de la composition de l’aliment

Consulter le resumé

Les impacts environnementaux liés au changement climatique, à la demande en énergie, à l’occupation de surfaces, à l’eutrophisation et à l’acidification, sont estimés pour des aliments destinés à des porcs en engraissement. Les modalités d’approvisionnement de cinq sites de fabrication d’aliments répartis sur le territoire national sont définies. Les formules d’aliments complets sont établies à partir de trois listes de prix de matières premières contrastées. En moyenne, une tonne d’aliment d’engraissement se traduit par des émissions de 536 kg eq. CO2, 4,2 kg eq. PO43‐ et 3,6 kg eq. SO2, une demande cumulée en énergie de 4928 MJ et une occupation de surfaces de 1349 m².an. Le potentiel de réduction maximal atteint 12 % pour le changement climatique avec une augmentation du prix de l’aliment de 6 %, et varie de 12 à 21 % pour l’eutrophisation avec un prix augmenté de 6 à 10 %. Lorsque des contraintes sont imposées aux autres impacts environnementaux, le potentiel de réduction maximal devient de 6 % pour le changement climatique, et varie de 1 à 7 % pour l’eutrophisation. Ce travail souligne cependant l’intérêt de disposer d’une base de données consolidée des impacts environnementaux de l’ensemble des intrants alimentaires des élevages.

Environmental impacts of pig diets – Inventory and reduction opportunities by changing the diet composition

The environmental impacts associated with climate change, energy demand, land occupation, eutrophication and acidification, were estimated for pig diets. Feedstuff supply by five manufacturers located in France was assessed. Complete diets were formulated based on three contrasted raw material prices. On average, the pig diet represented, per ton, 536 kg eq. CO2, 4.2 kg eq. PO43‐ and 3.6 kg eq. SO2 emissions, 4928 MJ of energy consumption, and 1349 m².year needed surfaces. The maximum potential reduction was 12 % for climate change and was associated with a 6 % increase in diet price, and ranged from 12 to 21 % for eutrophication with a 6 to 10 % increase in price. When other environmental impacts were limited, the maximum potential reduction was 6 % for climate change, and ranged from 1 to 7 % for eutrophication. This study clearly indicates the need for a consolidated database concerning the environmental impacts of raw materials.

2015

Efficacité sur les émissions gazeuses d’itinéraires techniques en élevage porcin intégrant des bonnes pratiques environnementales

Consulter le resumé

L’application de bonnes pratiques environnementales (BPE) peut réduire les émissions d’ammoniac des élevages avec, pour chacune, une efficacité connue à l’échelle du poste concerné (bâtiment, stockage, épandage). Mais leur utilisation peut aussi impacter les émissions sur des postes situés en aval, ce qui affecte leur efficacité globale et leur intérêt relatif. Cette étude vise à mesurer l’efficacité de différentes combinaisons de BPE sur huit itinéraires techniques en élevage porcin, dans deux contextes saisonniers. Quatre salles d’engraissement de 60 porcs ont été mobilisées : deux avec évacuation fréquente des déjections (gravité, flushing), une équipée d’un laveur d’air et une salle témoin (sans BPE). Les lisiers de chaque salle ont alimenté deux cuves de stockage extérieur, dont l’une couverte. A chaque étape, les émissions gazeuses (NH3, N2O) ont été mesurées et des bilans massiques d’effluents réalisés. A l’issue du stockage, le potentiel de volatilisation d'ammoniac des effluents à l’épandage a été mesuré en laboratoire. En sortie de stockage, les itinéraires avec BPE montrent, par rapport au témoin, des réductions d’émissions ammoniacales allant de 8 à 62 %, confirmant l’intérêt de ces BPE. Un stockage découvert réduit de près de 10% l’efficacité de BPE mises en œuvre en amont; a contrario un stockage couvert améliore cette efficacité de 10%. En intégrant l’épandage, des conditions propices à la volatilisation réduisent à nouveau les bénéfices des BPE amont de 2 à 26% par rapport au témoin, pouvant même annuler ces bénéfices. L’enchaînement des BPE s’avère donc pertinent et maximise la conservation d’azote et son recyclage.

Efficiency and synergic effects of best available practice patterns on gaseous emissions in pig production

Ammonia emitted from piggeries could be reduced by different best available techniques (BAT) whose effectiveness is reported for the involved context (husbandry, manure storage or spreading). However, their implementation in one step may affect the emission at the next steps, modifying the global effectiveness and the relative interest at the farm scale. The aim of this study was to measure the effectiveness of different BAT combinations in eight pig systems during two climate conditions. Four fattening rooms were studied, each of them housing 60 pigs: two rooms with frequent slurry removal (gravity and flushing, respectively), one room equipped with a bioscrubber and the standard with no air treatment and slurry storage underneath the pigs. The slurry was discharged from each room into two external tanks, one being covered. At each step, gaseous emissions (NH3, N2O) were measured and slurry mass balances performed. The potential of volatilization during spreading was measured in laboratory conditions. After storage, the implantation of BAT led to a reduction of 8 to 62% in comparison to the standard. The effectiveness of building BAT was reduced by 10% when the storage unit was not covered. On the other hand, the use of a cover increased the efficiency by 10%. Including the spreading phase, conditions favourable to ammonia emission still reduce the benefit of BATs between ‐2 to ‐26% compared to the standard. In some cases, this benefit may even be cancelled. BAT combinations are useful in order to maximize the conservation of nitrogen and therefore its recycling.

2015

Perspectives pour les productions animales dans les régions françaises, face à la hausse des prix des végétaux

Consulter le resumé

La forte hausse des prix des produits végétaux, en fin de décennie 2000, interroge sur l’avenir des productions animales. En effet, entraînant celle des coûts de production des animaux, celle‐ci peut avoir pour conséquences la perte de rentabilité de l’élevage, un renchérissement des prix au consommateur qui ferait baisser la demande et un attrait des productions végétales sur les éleveurs. Dans tous les cas, l’élevage pourrait régresser. Différentes analyses laissent penser que le prix des grains ne redescendra pas tendanciellement au niveau d’il y a dix ans. Pour ce qui concerne la France, une étude a été conduite par une équipe pluridisciplinaire d’agroéconomistes spécialistes des filières animales : lait, viande bovine, volailles et porc. Après avoir synthétisé les grands traits de l’évolution des prix des grains, elle a fait un état des lieux des prix, des coûts et des résultats des exploitations d’élevage. Des entretiens ensuite conduits auprès d’acteurs de terrain proches des éleveurs ont montré que la hausse des prix de l’aliment du bétail était plus un révélateur de faiblesses et un accélérateur d’évolution qu’une cause fondamentale de changements. Afin de prendre en compte les facteurs à l’œuvre, une mini‐prospective a été conduite aboutissant à quatre scénarios. Il est apparu que le contexte macro‐économique et politique était une entrée principale à l’origine des évolutions. Les scénarios ont ensuite été déclinés pour quatre régions de France : Bretagne, Pays de la Loire, Nord‐Pas de Calais et Picardie, et Sud‐ouest. Cette communication rend compte des entretiens, des scénarios et de leur déclinaison régionale dans le cas de la filière porcine.

Prospects for livestock production in the French regions facing rising prices for crops

The sharp rise in crop prices at the end of the decade 2000‐2010 questions the future of animal production. Indeed, the resulting increase in production costs of animals may cause the loss of livestock profitability, higher prices for the consumer that would lower demand and a shift of animal farmers to crops. In all cases, livestock might regress. Various analyses suggest that grain prices will not tend to come down to the level they were ten years ago. Regarding France, a study was conducted by a multidisciplinary team of agroeconomists specialized in animal chains: milk, beef, poultry and pork. After synthesizing the main features of grain price evolution, they made an inventory of the prices, costs and profits of livestock farms. Then interviews were conducted with actors close to the breeders. This showed that the increase in livestock feed prices was more indicative of weakness and an accelerator of evolution than an underlying factor of change. To take into account the factors at work, a short prospective study was undertaken resulting in four scenarios. It appeared that the macroeconomic and political context was a main point of entry for evolutions to take place. The scenarios were then broken down for four regions of France, Brittany, Pays de la Loire, Nord‐Pas de Calais and Picardy, and Southwest. This paper reports on interviews, scenarios and their regional variation in the case of the pig chain.

2015

Effets d’une complémentation en sélénium et en vitamine E sur les performances de croissance et la qualité de la viande de porc

Consulter le resumé

Poster.

Un des aspects de la qualité de viande pouvant générer certains défauts lors sa transformation (cuisson ménagère, cuisson industrielle, séchage) concerne la stabilité des acides gras (AG). En effet, certains procédés de transformation favorisent la péroxydation des AG polyinsaturés. Dans une problématique d’enrichissement en AG oméga 3 (ω3), le maintien jusqu’au produit consommé du niveau de ces AG dans la viande constitue une priorité pour les opérateurs faisant appel à une allégation nutritionnelle. Ce type de communication doit en effet « se référer à la denrée alimentaire prête à être consommée selon les instructions du fabricant » (règlement CE 1924/2006), donc après stockage et cuisson. Des solutions existent toutefois pour prévenir la péroxydation, la plus étudiée consistant à supplémenter l'aliment distribué aux animaux en fin d’engraissement avec des antioxydants de synthèse, tels que la vitamine E. Cependant, cette dernière engendre un surcoût alimentaire important et le recours à d'autres antioxydants, moins onéreux, est envisagé. Le sélénium (Se) est un oligo‐élément connu pour ses vertus anti oxydantes. Il est généralement présent sous forme minérale dans l’alimentation des porcs (i.e., sélénite de sodium), mais ses formes organiques semblent être mieux absorbées, notamment au niveau musculaire, ce qui pourrait avoir des effets bénéfiques sur la qualité de la viande.

Effect of an organic selenium supplementation on growth performance and meat quality in pigs

Fatty acid stability can alter the quality of processed pig meat. Growth performance and meat quality of pigs fed with diets containing either a source of ω3 fatty acids (extruded linseed) or not (control), and supplemented with one of three different antioxidant compounds (organic selenium, mineral selenium, or mineral selenium + vitamin E) were compared in a trial including a total of 240 animals. Omega 3 supplementation increased average feed intake and growth rate, but did not influence feed conversion ratio or carcass leanness. The antioxidant compound did not affect growth performance or carcass traits. No significant effect was observed on meat quality traits (pH, color, drip loss). As expected, incorporation of extruded linseed in the diet influenced the backfat fatty acid (FA) composition by increasing the ω3 fatty acid proportion. Lipid peroxidation was limited in control groups whatever the antioxidant compound. Vitamin E had highly reduced lipid peroxidation level in the ω3 supplemented groups compared to mineral selenium supplementation alone, even though peroxidation level remained higher with vitamin E in ω3 supplemented groups, than in control groups. Finally, there was no effect of ω3 supplementation or antioxidant compound on the processing yields of cooked ham.

2015

Effet du mode de présentation (farine ou miette) de l'aliment distribué en soupe sur les performances des porcs mâles entiers et le risque d'odeurs de verrat

Consulter le resumé

Poster.

En conditions d'apports alimentaires égalisés, distribués sous forme de soupe, la présentation de l'aliment sous forme de miette plutôt que de farine permet de diminuer l'indice de consommation (IC). Ce résultat est attribué à l'amélioration de la digestibilité des nutriments induite par les procédés technologiques mis en œuvre. Notre essai précédent (Quiniou et al., 2013) confirme les résultats de Latimier (1988) quant à un moindre écart d'IC entre la présentation sous forme de miette comparativement à la farine chez les femelles que chez les mâles castrés. Le présent essai, réalisé dans la continuité du précédent, se focalise sur les mâles entiers.

Effect of feed presentation (mash or ground pellets) distributed with a liquid feeding system on growth performance of growingfinishing entire male pigs and boar taint risk

Forty entire male pigs per treatment were fed with diets presented as mash (F) or ground pellets (M) over the 22‐109 body weight (BW) range. A liquid feeding system that allows for a simultaneous feeding was used to control the daily feed allowance per pen (five pigs/pen). Dietary nutrient contents were calculated from chemical characteristics of ingredients and nutritional values assessed from www.evapig.com accordingly, and the same formula was used as F or M. With pellets, the daily feed intake tended to be lower but without any significant differences in average daily gain, then the feed conversion ratio (FCR) was reduced compared to mash (2.20 vs 2.26, P = 0.05). Proportion of pigs with androstenone level below 1 μg/g pure fat averaged 96% for both groups. Fewer pigs presented a skatole level above the minimum detectable concentration (30 ng/g) with pellets (78 vs 97%, P = 0.01) and their skatole concentration tended to be lower (64 vs 94 ng/g, P = 0.07). The ratio between skatole and skatole + indol (S/S+I) was reduced with pellets (51 vs 61%, P = 0.01), but with similar coefficient of correlation between S and S/I+S , which indicates that bacterial fermentation was oriented similarly toward skatole or indole production with M and F. The improved feed conversion ratio associated with a stable carcass composition at slaughter would result from an increased digestibility of nutrients induced by the technologies used in the pelleting process, which would contribute to reducing boar taint risk.

2015

Adaptation de l’offre à la demande des produits du porc en France : quelles voies d’action pour les opérateurs de l’aval de la filière ?

Consulter le resumé

L’examen des statistiques du commerce révèle un solde déficitaire en valeur pour les produits français du porc. Ce déficit alerte sur une forme d’inadéquation entre l’offre des abatteurs‐découpeurs et la demande des salaisonniers ou des distributeurs. Pour identifier d’éventuels cas de divergences entre offre et demande, des entretiens ont été menés avec des professionnels de l’aval de la filière porcine. Des cas‐types d’inadaptation ont été mis en évidence pour certains produits finis. L’inadaptation peut être liée à des écarts de compétitivité‐coût entre l’offre des abatteurs français et celle de concurrents européens, notamment espagnols dans le cas des muscles de jambon. Elle peut provenir du manque d’une certaine qualité de produits, par exemple d’offre de pièces grasses pour la salaison sèche. Des éléments de logistique ou de situation géographique peuvent aussi expliquer l’insatisfaction de certains clients pour respecter leur cahier des charges. Ces situations particulières ont révélé des défaillances importantes de la filière porcine française : manque de performance de l’industrie d’abattage‐découpe (état des usines et organisation du secteur), faible qualité des relations entre opérateurs, déficit de concertation portant sur les produits et leur qualité. Un groupe de travail interprofessionnel a élaboré des propositions de manière collective visant à uniformiser les modes de conditionnement, valoriser la coche en France, réduire la diversité de la demande de la distribution, contractualiser à terme les échanges à l’aval et instaurer une filière de porcs plus gras en France, avec un meilleur signal prix envers la production.

Supply adjustment to demand for pork products in France

The review of trade statistics reveals a deficit in value for French pork products. This deficit underlines the mismatch between the supply offered by the slaughter‐cutter industry and the demand from processors or retailers. To identify possible cases of discrepancies between supply and demand, interviews were conducted with professionals from downstream of the pig industry. Study cases of maladjustment were highlighted for some finished products. The inadequacy may be related to differences in cost competitiveness between supply from French slaughterers and that of their European competitors, particularly in the case of Spanish ham muscles. It may originate from lack of quality in some products, such as fatter cuts for dry curing for example. Elements of logistics or location may also explain the dissatisfaction of some customers to meet their specifications. These special situations revealed failings of the French pig sector, ranging from insufficient cost competitiveness, poor quality of relationship between operators, lack of consultation on products and their quality. A chain work group collectively developed proposals: standardizing packaging methods, creating added‐value for sow meat in France, reducing the diversity of distribution demands, offering futures marketing contracts downstream of production and introducing into France a heavy pig chain, with better price signals to production.

2015

Précision de l’imputation de génotypages haute densité à partir de puces basse densité pour des individus de race pure et croisés Piétrain

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est d’évaluer la précision d’une méthode d’imputation pour reconstruire les génotypages haute‐densité (HD) d’animaux de race pure et croisés issus de verrats Piétrain à partir de puces basse‐densité (BD). Les données analysées proviennent du projet ANR Utopige et incluent le génotypage sur le panel Illumina PorcineSNP60 de 792 animaux Piétrain et 733 F1 Piétrain x Large White (LW). Les génotypages HD de 491 individus LW et 219 Piétrain, antérieurs au projet Utopige, ont été inclus dans l’analyse. Pour un échantillon de 100 individus Piétrain et 100 F1, des puces BD ont été créées in silico en conservant les génotypes situés tous les 5, 10, 25, 50, 75 et 100 marqueurs de la puce HD. Les génotypes manquants ont été imputés avec le logiciel BEAGLE en considérant l’information HD des autres individus de race pure 1) Piétrain ou 2) Piétrain et LW. Pour les individus Piétrain échantillonnés, 99% des génotypes sont correctement imputés pour les puces BD comportant au moins 10% des marqueurs de la puce HD. Pour les individus croisés, l’imputation s’est révélée peu précise lorsque les génotypages HD des animaux LW ne sont pas inclus dans l’analyse. Lorsque les génotypages HD des deux populations parentales sont pris en compte dans l’analyse, la précision de l’imputation augmente significativement pour les croisés et est comparable à celle des individus Piétrain si la densité des panels BD est suffisante.

Imputation accuracy of high density genotypings using low density panels in purebred and twoway crossbred Pietrain pigs

The aim of this study was to assess the accuracy of imputation techniques to reconstruct high density (HD) genotyping using low density (LD) marker panels for purebred and crossbred pigs sired by Pietrain boars. Analysed data were collected in the Utopige project and included HD genotypings on the Illumina PorcineSNP60 beadchip for 792 purebred Pietrain animals and 733 Pietrain x Large White (LW) crossbreds. Genotypic data of 491 LW and 219 Pietrain older individuals were also taken into account. Low density panels were designed in silico from HD genotypic data for a sample of 100 purebred and 100 crossbred animals. To create these panels, 1 genotype was kept every 5, 10, 25, 50, 75 and 100 markers; all other marker data were removed. Discarded genotypes were imputed with the Beagle software using HD genotypic information from other 1) purebred Pietrain and 2) Pietrain and LW individuals. For the sample of purebred Pietrain, 99% of missing genotypes on the LD panel were correctly imputed when at least 10% of marker data were kept on the LD chip. For crossbreds, HD genotypings were imputed with low accuracy when HD genotypings of LW animals were not included in the reference population. When HD genotypings of both parental populations were included in the analysis, the accuracy of imputation significantly increased for crossbreds and was similar to the one achieved for purebred animals when LD panels considered for genotyping were sufficiently dense.

2015

Pages