La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 3269 résultats
Publication Annéetrier par ordre croissant
Commandez le classeur, le pdf interactif et un site internet au choix !

Code des usages de la charcuterie, de la salaison et des conserves de viandes : Nouvelle édition 2016

Consulter le resumé

LE CODE DES USAGES DE LA CHARCUTERIE, DE LA SALAISON ET DES CONSERVES DE VIANDES - EDITION 2016
Indispensable outil de préservation du savoir-faire charcutier, garant de la qualité et de la tradition française pour 450 produits de charcuterie

600,00 €
2016

France : le poids du soja. Dépendance et enjeux

Consulter le resumé

Le soja a été la star de l’agriculture mondiale ces dernières années. L’envolée des importations de la Chine traduit le rôle clé de cette matière première pour l’essor des productions animales. La France a réduit sa consommation, mais sa dépendance reste forte. Face aux besoins du non-OGM, le développement des cultures protéiques en France et dans l’UE, dont le soja, est un défi d’actualité.

PDF icon Synthèse du mois de mai de Hervé Marouby
2016

Actualité sur l'élevage porcin - Avril 2016

Consulter le resumé

- Agenda :

Journée débat "attractivité des métiers de l'élevage", le 17 mai 2016, à Paris, de 9h30 à 17h

JRP 2017 : de 31 janvier et 1er février 2017 à Paris et retour sur 2016

 

- 16 fiches pour prévenir la douleur chez le porc (Valérie Courboulay)

- Doit-on avoir peur du porc américain (Estelle Antoine et Christine Roguet)

- Lisier flottant : une technique simple pour réduire les émissions d'ammoniac et d'odeurs en porcherie (Nadine Guingand)

- De nouvelles alternatives à la castration... via la génétique (Marie-José Mercat)

- Retour sur la journée "Salmonelles en filière porcine" : les pdf en ligne !

- Maîtriser les seuils réglementaires en cadmium et plomb dans l'aliment des porcs (Eric Royer)

- Vitamines : quelles recommandations pour l'alimentation des porcs ? (Didier Gaudré)

- La Note de Conjoncture Aliment de l'IFIP, mensuel d'information sur les Métiers Premières pour l'alimentation des porcs (Didier Gaudré) (inscrivez vous auprès de Manuela Pinel, manuela.pinel@ifip.asso.fr) pour abonnement à ce newsletter)

- Le cheptel truie européen a reculé (Estelle Antoine)

- Gérer les fins de bande : enjeux économiques de différentes stratégies d'élevage (Alexia Aubry)

- TECH PORC, la revue technique et économique de l'élevage porcin

- Le programme SOS Protein des régions Bretagne et Pays de Loire (Didier Gaudré)

- Races locales et systèmes de production pour des produits traditionnels de haute qualité et des filières durables (Marie-José Mercat)

- Les Cahiers de l'IFIP : abonnez-vous ou choisissez l'article qui vous intéresse (ifip@ifip.asso.fr)

- Quel est l'impact de l'usage des antibiotiques sur l'antibiorésistance ? (Anne Hémonic)

- Mesurer les émissions gazeuses en élevage (Nadine Guingand et Sandrine Espagnol)

- Qui contacter à l'IFIP ? nos équipes à votre service

PDF icon newsletter_amont_avril_2016.pdf
2016

Infos Viandes fraîches et produits transformés - Avril 2016

Consulter le resumé

- Agenda : Formations à distance "Les Vendredis de l'IFIP"

- Nouveau ! Formations à distance : les Vendredis de l'Ifip, de 11 à 13h ... depuis votre ordinateur (Pierre Frotin)

- Biopréservation : des flores protectrices pour diminuer les doses de nitrite employées dans les saucisses fraîches (Carole Feurer et Jean-Luc Martin)

- Longes persillées : trier pour mieux segmenter (Patrick Chevillon)

- La base de données Salmonella de l'Ifip : un outil pour la surveillance des salmonelles de la filière porcine (Carole Feurer)

- Veille réglementaire Viandes et charcuteries (Martine Carlier)

- Produits carnés : comparer ses résultats d'analyses en composition chimique, activité de l'eau et pH (Martine Carlier)

- Retour sur la journée "Salmonelles en filière porcine" : les pdf en ligne ! (Isabelle Corrégé)

- L'Ifip a formé des jurés consommateurs du Concours Général Agricole 2016 (Martine Carlier et Jean-Luc Martin)

- L'Ifip présent au congrès I3S à Saint-Malo en juin 2016 (Martine Carlier et Jean-Luc Martin)

- Les Cahiers de l'IFIP : abonnez-vous ou choisissez l'article qui vous intéresse... (contactez ifip@ifip.asso.fr)

- L'Ifip est membre adhérent de l'Afnor (Martine Carlier et Bastien Fremaux)

- Qui contacter à l'IFIP ? nos équipes à votre service...

- Veille réglementaire (MartIne Carlier) :

Mise à jour du "code des usages" allemand : Leitzätze für Fleisch und Fleischerzeugnisse

Gélatine, collagène

Signes de qualité

Liste des cahiers de certification de conformité : viande et abats de porc et de coches

PDF icon newsletter_aval_avril_2016.pdf
2016

Le prix des places

Consulter le resumé

Chaque année, l'Ifip met à jour les coûts moyens par place des bâtiments neufs en production porcine ainsi que des annexes comme les fosses. Voici les derniers chiffres qui datent de 2014.

2016

France : commerce de porc en 2015. Fort déficit en produits transformés

Consulter le resumé

En 2015, cinq pays ont cumulé plus de la moitié des exportations françaises, la Chine étant en voie de devenir la première de ces destinations. Les importations de produits transformés ont cru de 6 % en 2015. Le solde commercial de la France s’est ainsi à nouveau dégradé, à peine excédentaire en volume (+22 000 tonnes), avec une accentuation du déficit en valeur à 440 millions d’euros.

PDF icon Synthèse du Baromètre Porc du mois d'avril de Jan-Peter Van Ferneij
2016

Consumers' segmentation based on the acceptability of meat from entire male pigs with different boar taint levels in four European countries: France, Italy, Spain and United Kingdom

Consulter le resumé

Two consumer studies were conducted to know the acceptability of pork with different boar taint levels: test 1 performed in Spain (n = 126) and United Kingdom (n = 146), and test 2 performed in France (n = 139) and Italy (n = 140). Each test had 3 types of pork: ‘Female meat’, ‘Low boar tainted meat’, and a third type was ‘Medium boar tainted meat’ or ‘High boar tainted meat’. Three main clusters were identified on the basis of ‘How delicious do you find this meat?’: 1—Pork lovers, 2—Boar meat lovers, 3—Reject boar tainted meat. Additionally, in test 2, a fourth cluster was identified: ‘Reject low tainted meat’. A group of 16.2–38.2% of consumers rejected meat from boars, and another group of 12.4–21.7% rated the meat with medium or high levels of boar taint better than the meat from females, identifying a niche for meat from medium and high levels of boar taint, and suggesting the need to select carcasses on the basis of boar taint.

2016
le dossier bien être du porc

Prévenir la douleur chez le porc :

Consulter le resumé

L’objectif de ce dossier composé de 16 fiches pratiques, est de prévenir la douleur chez le porc pouvant survenir lors de la coupe de la queue (caudectomie) ou de morsures de la queue (caudophagie).

PDF icon dossier prévention de la douelur chez le porc (coupe et morsure des queues)
2016

Journées de la Recherche Porcine 2016

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais.

107,00 €
2016

Mesurer les émissions gazeuses en élevage. Gaz à effet de serre, ammoniac et oxydes d'azote

Consulter le resumé

L’émission de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre est une préoccupation environnementale récente pour les élevages. En France, les activités d’élevages contribuent de manière conséquente aux émissions de polluants atmosphériques avec plus de 70% des émissions nationales d’ammoniac (NH3) et de méthane (CH4). A ce jour, la mesure des émissions est encore peu démocratisée, limitant de fait le nombre de références adaptées aux contextes des élevages nationaux et utilisables pour orienter les éleveurs dans l’évolution de leur système de production.

Le présent ouvrage, rédigé en partenariat avec l’ADEME et le RMT Elevage et Environnement, vise à faire le point sur les principales méthodes de mesure utilisées en France pour quantifier les émissions de gaz à effet de serre, d’ammoniac et d’oxydes d’azote des systèmes d’élevages. L’objectif principal est de guider un utilisateur potentiel dans ses choix en lui donnant les éléments qui lui permettront d’identifier la ou les méthodes de quantification les plus adaptées à ses objectifs et à ses moyens. L’ouvrage pourra être utilisé pour prendre connaissance de la plupart des approches métrologiques utilisées en France pour quantifier les émissions de gaz à effet de serre, d’ammoniac et d’oxydes d’azote au niveau des élevages et des cultures, dans le cas des méthodes à la parcelle.

Edition Inra - Ademe - RMT élevages et environnement, 2015. 316 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La lettre Note de cononcture Aliment : février 2016

Consulter le resumé

La lettre Note de cononcture Aliment : février 2016

PDF icon fevrier_2016.pdf
2016

Apport d’azote, phosphore et potassium par les déchets organiques méthanisés Comparaison de deux méthodes d’estimation des flux annuels

Consulter le resumé

L’élevage s’achemine vers une agriculture de précision, cela concerne également les apports d’éléments fertilisants aux cultures sous forme de digestat. La fiabilité des méthodes de détermination des flux d’azote, phosphore et potassium se pose compte tenu de la diversité et de l’évolution des approvisionnements d’intrants au cours du temps, mais aussi des diffi cultés d’échantillonnage de matières hétérogènes, y compris des digestats. L’apport des co-substrats extérieurs au site d’exploitation pourrait par ailleurs s’avérer contraignant dans les zones à forte pression environnementale.

PDF icon poster de Pascal Levasseur
2016

Négociations commerciales UE/USA Le porc américain est-il compétitif ?

Consulter le resumé

Les Etats-Unis sont un des grands exportateurs de porc sur le marché mondial. Ils sont peu tournés vers l’UE actuellement, mais la conclusion d’un accord de libre-échange transatlantique pourrait faciliter l’accès au marché européen de leurs pièces aux prix très compétitifs. Toutefois, des différences de conceptions et de pratiques, tant à la production qu’à l’aval, continuent de poser problème.

PDF icon Synthèse du mois de Mars n° 462 d'Estelle Antoine
2016

Le marché du jambon sec en France

Consulter le resumé

FR

Le jambon sec occupe une place significative dans la production de charcuterie européenne. Cette communication présente le marché français de ce produit en termes de production, de place des importations et de caractéristiques de la consommation et des consommateurs.
La production française de jambons / épaules salés, séchés s’est élevée à 37 500 tonnes en 2013, dont 95% de jambons, soit 4% de la production totale de charcuteries. Environ 27% des volumes sont produits sous signes officiels de qualité européens ou français. La France est importatrice de produits finis de charcuterie, parmi lesquels les produits secs occupent une place importante. En valeur comme en volume, ces importations représenteraient 40% de la consommation de jambons (et épaules) séchés. L’Italie et l’Espagne fournissent 75% des volumes importés, avec une gamme de produits très diversifiée.
Le jambon sec représente 4 à 5% des quantités de charcuteries consommées « à domicile » par les Français en 2014. De plus, 82% de ménages achètent ce produit au moins une fois dans l’année, pour une quantité moyenne annuelle de 1,5 kg/ménage. Le prix moyen d’achat est de 18,50 €/kg. Cependant, cette valeur masque une large gamme de valorisation des produits dont le prix s’échelonne pour l’essentiel entre 9 et 40 €/kg.

ENG

The dry-cured ham market in France: manufacturing, international trade and consumption 

Dry-cured ham has a significant place in the production of the European delicatessen industry. This communication aims at presenting the French market of dry ham in terms of production, imported products and the characteristics of consumption and consumers.
The French production of dry-cured hams/shoulders represented 37,500 tons in 2013, from which 95% were hams, that is to say 4% of the total production of the pork delicatessen industry. Approximately 27% of volumes are produced with an official European or French designation of quality. France imports delicatessen products among which dry products are a significant part. In value as in the volume, these imports would account for 40% of the consumption of dry-cured hams (and shoulders). Italy and Spain provide 75% of the imported volumes, with a very diversified range of products.
Regarding consumption, the dry-cured hams account for 4 to 5% of the volumes of delicatessens purchased by French households at home in 2014. Eighty-two percent of households buy this product at least once a year, with an annual average quantity of 1.5 kg/household. The average purchasing price is 18.50 €/kg. However, this value hides a wide range of product types (from 9 €/kg to 40 €/kg for most purchases).

2016

Comparison of national ZP equations for lean meat percentage assessment in SEUROP pig classification

Consulter le resumé

The objectives of the present work were (1) to compare pig carcass classification using different ZP (“Zwei-Punkt-Messverfahren”) equations approved in the EU, applied on the same dataset, and to discuss the origin of differences between member states; (2) to evaluate the effect of a possible common ZP equation from the combined dataset and analyse how do the different subsets perform; and (3) to discuss the consequences of different national equations within the EU in view of the harmonization of pig carcass classification. A dataset of 951 carcasses from Belgium, France, Germany, Slovenia and Spain was used, 12 approved ZP equations in Europe were applied and the results were compared. Observed differences can be due not only to differences in genetics and sexes, but also to differences in the ZP measurement and dissection trials performed to obtain national equations. Important differences between some equations (up to almost 5 lean meat percentage) indicate a low harmonization among them and a need for improvements.

2016

Les niches en post-sevrage : régulation par case ou par salle

Consulter le resumé

En 2012, des essais montraient que les niches en post-sevrage avec une régulation case par case permettaient 75 % d’économie de chauffage par rapport à une salle sans niches.
L’économie est moindre lorsque la régulation est faite à la salle.

2016

Transport de porcs vivants : la biosécurité est essentielle

Consulter le resumé

Le transport des porcs vivants est un des principaux risques de transmission de maladies entre pays, régions ou élevages. Or, à l’international, la diarrhée épidémique porcine et la peste porcine africaine sévissent. En France, seule une partie du territoire est indemne de SDRP. Un nombre très important de camions avec des porcs circulent sur notre territoire (transport nationaux et internationaux). Le renforcement des mesures de biosécurité liées à ces transports est nécessaire pour limiter le risque de propagation des maladies.

2016

Mesurer rapidement et efficacement les lipides intramusculaires

Consulter le resumé

Les lipides intramusculaires contribuent à la qualité organoleptique de la viande de porc.
De nouvelles méthodes de mesure du taux de lipides dans la viande sont en développement.
Elles permettront de prédire la qualité des longes à des cadences de mesure compatibles avec les besoins du phénotypage haut débit.

2016

Production porcine en 2014 : l'Espagne poursuit sa croissance

Consulter le resumé

Dossier spécial : l'UE doit-elle avoir peur de l'oncle Sam ?

Les quatre principaux pays producteurs de l’Union européenne (UE) cumulent 56 % des 255 millions de porcs produits. La hausse de la production et les exportations plus faibles ont augmenté les volumes disponibles à la consommation. La dépendance au marché russe s’est fait sentir en 2014 : les exportations de l’UE ont reculé, malgré des compensations réalisées en Asie. Les niveaux d’auto-approvisionnement très divers entre pays membres génèrent des échanges intra-UE très importants.

2016

Plage de ventilation : 6°C en hiver, 4°C en été

Consulter le resumé

Medibate est un outil de simulation qui permet de tester différents réglages du boitier de régulation et d’en évaluer alors l’incidence sur l’ambiance ou les performances techniques des animaux. Les simulations montrent qu’en climat breton, choisir une plage de 4 ou 6°C  a un faible impact énergétique et zootechnique. Le mieux est de privilégier 6°C l’hiver, et 4°C l’été.

2016

Pages