La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 63 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

A herd modelling approach to determine the economically and environmentally most interesting dietary amino acid level during the fattening period

Consulter le resumé

InraPorc is a model and software tool designed to evaluate the response of pigs to different nutritional strategies. In this study we simulated herd performance using InraPorc to evaluate different feeding strategies in terms of economic performance and environmental impact. A population of 1000 virtual pigs was generated having the same variance-covariance structure of feed intake and growth parameters as those observed in a real population of pigs.
PDF icon A herd modelling approach to determine the economically and environmentally most interesting dietary amino acid level during the fattening period
2009
Alimenter à volonté ou rationner le porc charcutier

Alimenter à volonté ou rationner le porc charcutier

Consulter le resumé

Quel impact sur les performances de croissance ?

Adapter l’alimentation au potentiel des animaux et aux objectifs de production. Maîtriser l’adiposité corporelle par la conduite alimentaire. Maximiser la valeur de la carcasse. Minimiser le coût alimentaire du porc vendu. Connaître le comportement alimentaire du porc charcutier et les facteurs de variation de l’appétit de l’animal ou liées aux conditions de logement. Mettre en place une alimentation rationnée.

21,00 €
2008

Améliorer les bilans environnementaux des élevages en optimisant les ressources alimentaires

Consulter le resumé

Fiche n° 042 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

Les intrants alimentaires des animaux d’élevage contribuent très significativement au bilan environnemental global des filières animales. On estime par exemple que l’alimentation des animaux représente 65 % des impacts environnementaux des élevages. Des objectifs ambitieux de réduction de ces émissions ont été adoptés, tel en 2008 le paquet climat-énergie de la Commission européenne qui prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 20 % à l’horizon de 2020.
Des matières premières variées et aux impacts de production contrastés sont mobilisées lors de la formulation des aliments pour animaux d’élevage ; cependant, celle-ci ne prend en compte que des contraintes économiques ou nutritionnelles. Inclure, dans cette formulation, un objectif de réduction des impacts environnementaux nécessiterait (1) de disposer d’une base de données pertinente et complète des impacts propres à chacune de ces matières premières, puis (2) de mettre en oeuvre une méthode de formulation gérant conjointement les impacts environnementaux et
les coûts unitaires.
Le programme ECOALIM est un travail multipartenarial qui vise à répondre à ces objectifs pour les filières avicoles, porcines et bovines.

PDF icon fiche_bilan2015_042.pdf
2016

Améliorer les bilans environnementaux des élevages en optimisant leurs ressources alimentaires

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol et Didier Gaudré, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 95 

L’alimentation des animaux représente 2/3 des impacts environnementaux des élevages granivores. C’est donc un poste stratégique à travailler. La formulation des aliments d’élevage ne prend en compte actuellement que des enjeux d’ordre économique ou nutritionnel.

Inclure des objectifs de réduction des impacts environnementaux nécessite de disposer, en particulier, de la connaissance des impacts environnementaux des matières premières alimentaires pertinente et complète.

Il faut mobiliser une méthode de formulation qui permette de réduire conjointement les impacts et les coûts des aliments et examiner les bénéfices obtenus à l’échelle des produits animaux.

Le programme EcoAlim est un travail multi-partenarial réalisé dans le cadre du RMT « élevages et environnement » qui

vise à répondre à ces objectifs pour les filières avicole, porcine et bovine.

PDF icon Sandrine Espagnol et Didier Gaudré, Bilan 2016, mai 2017, p. 95, fiche n° 56
2017

Analyse de la composition minérale de deux co-produits issus de l'industrie céréalière

Consulter le resumé

Deux essais de mesures des éléments minéraux sur des co-produits issus de l'amidonnerie de blé ont été menés au cours des années 1999 et 2001. Les résultats obtenus ont permis d'établir une première banque de données sur les éléments minéraux : le calcium, magnésium, sodium, potassium, chlorures et phosphore pour les macro éléments ; le fer, cuivre, zinc et manganèse

pour les oligo-éléments. Toutes ces valeurs permettent de faire une comparaison sur deux

PDF icon Analyse de la composition minérale de deux co-produits issus de l'industrie céréalière
2003

Animation nationale des associations des éleveurs fabriquant l’aliment des porcs à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 105

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale.

L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire.

Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités mis en œuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, Arvalis, UNIP, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés.

Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale.

L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise un certain nombre d’interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essais de validation sur le terrain…

AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (complémentaires et minéraux, matières premières, matériels de fabrication).

Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan 2016, mai 2017, p. 105, fiche n° 65
2017

Appréciation de la qualité sanitaire du CORAMI®, co-produit de l'amidonnerie du blé utilisé en alimentation porcine

Consulter le resumé

La présente étude propose une appréciation de la qualité sanitaire (l’ensemble des paramètres caractérisant la qualité de conservation, la contamination chimique et microbiologique) du CORAMI®, co-produit issu de l'amidonnerie du blé provenant de la récolte 1997. Le co-produit est étudié dès son origine (entreprise productrice) jusqu'à sa destination (l'animal) dans le but d’identifier les points critiques de contamination.
PDF icon Appréciation de la qualité sanitaire du CORAMI®, co-produit de l'amidonnerie du blé utilisé en alimentation porcine
1999

Appui aux éleveurs fabriquant l’aliment à la ferme

Consulter le resumé

Fiche n° 063 : animation de réseaux partenariaux

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est
d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire. Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activité mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, Chambres d’agriculture, ARVALIS, UNIP, IFIP…) et présidé par des éleveurs spécialisés.
Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale.
L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite de ces différentes actions et réalise des interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essais de validation sur le terrain…AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures et les fournisseurs sur divers sujets (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication …). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon fiche_bilan2015_063.pdf
2016

Appui technique auprès des éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Fiche n° 079 : facteurs de productivité des élevages

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme, via les 8 associations régionales AIRFAF et leur fédération nationale.
L’objectif est d’apporter aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme, une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire
Chaque année, un programme d’activités proposé par les professionnels, est mis en oeuvre par des techniciens des structures techniques et économiques régionales : unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, ARVALIS, UNIP, IFIP…
L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite de différentes études et, dans des contextes régionaux variés, et réalise des interventions relatives aux matières premières, à la conjoncture, à la formulation, à la technologie, aux protocoles d’essai et de validation sur le terrain…
Ces associations AIRFAF sont des lieux d’échange permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication).
Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon fiche_bilan2014_079.pdf
2015

Besoin en thréonine du porc en finition

Consulter le resumé

Le besoin en thréonine de mâles castrés et femelles croisés (LWxLD)xP76 est étudié dans deux essais entre 60 et 110 kg.

Dans l’essai 1, les porcs sont répartis entre quatre régimes dont la teneur en lysine digestible (LYSd) est limitante pour la croissance et qui diffèrent par leur rapport thréonine/lysine digestibles (THRd/LYSd, 55, 60, 65 et 70 %). Dans l’essai
PDF icon Besoin en thréonine du porc en finition
2006

Besoins en phosphore : peut-on réduire les doses ?

Consulter le resumé

Au-delà de l'enjeu environnemental, le phosphore (P) représente aussi une contrainte dans le coût de revient des aliments
2008

Bien calculer le coût de fabrication à la ferme des aliments pour porcs

Consulter le resumé

Les coûts de fabrication d’aliment à la ferme sont très variables, et dépendent notamment de l’âge de la fabrique, du tonnage fabriqué et du type de fabrication. Chaque éleveur doit connaître son coût de fabrication d’aliment et l’enregistrer en GTE pour pouvoir comparer ses résultats à ceux des autres éleveurs et aux références.
PDF icon Bien calculer le coût de fabrication à la ferme des aliments pour porcs
2011

Consequence of extruded linseed incorporation in sows and/or pigs’ diets on performance

Consulter le resumé

Extruded linseed (exLIN) is used most often in pigs' diets in order to improve the ratio between ω6 and ω3 PUFA in pork meat. The aim of this trial was to investigate the effect of exLIN incorporation in sows' and/or pigs' diets on both performance of sows and their progeny. At each physiological stage, different diets were formulated on the same net energy bases (gestation: 9.3, lactation: 9.6, growing/ finishing periods: 9.3 MJ/kg) and amino acid bases (5.0, 8.5, 8.3 and 7.4 g digestible lysine, respectively).
PDF icon Consequence of extruded linseed incorporation in sows and/or pigs’ diets on performance
2010

Des aliments porcs moins riches en protéines et formulés à base de tourteau de colza et d'acides aminés de synthèse, dont la L-Valine, permettent de réduire le recours au tourteau de soja

Consulter le resumé

Poster. L’étude s’inscrit dans un contexte de recherche d’alternative à l’utilisation du tourteau de soja dans les aliments pour porcs et de réduction des rejets azotés. L’essai consiste, d’une part, à mesurer les performances des porcs en croissance obtenues après substitution du tourteau de soja par du tourteau de colza dans les aliments à teneur réduite en MAT, en association ou non avec de la L-Valine et, d’autre part, à évaluer les rejets azotés qui y sont associés.
PDF icon Des aliments porcs moins riches en protéines et formulés à base de tourteau de colza et d'acides aminés de synthèse, dont la L-Valine, permettent de réduire le recours au tourteau de soja
2011

Des aliments pour porcs moins riches en protéines et en tourteau de soja fabriqués à base de tourteau de colza et d'acides aminés

Consulter le resumé

Trois stratégies de formulation sont appliquées à une bande de 144 porcs en croissance. Les aliments S sont à base de tourteau de soja et ont une teneur en MAT de 15,9 et 15,0%, respectivement en croissance et finition. La teneur en MAT est réduite à 15,0 et 14,1 respectivement pendant ces 2 périodes dans les aliments C, dans lesquels le tourteau de soja est remplacé partiellement ou totalement par du tourteau de colza et équilibrés à l’aide de L-Lysine, DL-Méthionine, L-Thréonine et L-Tryptophane.
PDF icon tp03quiniou11.pdf
2011

Digestibilité du phosphore de 14 matières premières et influence de la phytase végétale dans l'alimentation du porc charcutier

Consulter le resumé

À l'aide de bilans, la digestibilité du phosphore de 14 matières premières et de 4 aliments composés est mesurée sur des porcs charcutiers pesant environ 40 kg. Les aliments sont formulés de façon à contenir des activités phytasiques comprises entre 200 et 1000 U/kg à partir des matières premières étudiées individuellement. Les digestibilités des matières premières varient entre 12,4 %, son de riz et 49,5 %, son de blé et remoulage blanc. La digestibilité du phosphore des aliments augmente avec l'activité phytasique de ceux-ci, soit +28 % pour 500 U/kg.
PDF icon Digestibilité du phosphore de 14 matières premières et influence de la phytase végétale dans l'alimentation du porc charcutier
2000

Diminuer la teneur en protéine des aliments biphase selon le prix des matières premières

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 2-4, par Nathalie Quiniou et Sandrine Espagnol

Depuis l’envolée des cours du soja fin 2007, les pratiques de formulation ont considérablement évolué. La teneur en matières azotées totales des aliments biphase a fortement chuté. Sans conséquence sur les performances techniques, cette évolution se traduit par une réduction des rejets d’azote d’au moins 15 %.

2017

Effet du rapport lysine / énergie sur les performances du porcelet. Incidence d'une distribution de l'aliment post-sevrage jusqu'à 40 kg

Consulter le resumé

Trois cent soixante porcelets sevrés, d'un poids moyen de 7,5 kg, sont mis en lots pour déterminer le rapport lysine digestible/énergie nette (lys. d/EN) optimum. Quatre traitements sont comparés dans un essai factoriel 2 x 2 : deux niveaux d'énergie nette 2300 et 2200 kcal/kg x 2 niveaux de lys. d./EN, 4,9 et 5,3 g. Les régimes sont à base de maïs, blé, orge et tourteau de soja. La consommation d'aliment n'est influencée ni par l'énergie ni par le taux de lysine.
PDF icon Effet du rapport lysine / énergie sur les performances du porcelet. Incidence d'une distribution de l'aliment post-sevrage jusqu'à 40 kg
1999

Energie, alimentation, méthanisation... L'aide à la décision via le portail Internet de l'Ifip

Consulter le resumé

L'Ifip met à la disposition des éleveurs et des techniciens des outils d'aide à la décision directement utilisables sur le portail internet de l'Ifip. (www.ifip.asso.fr).
2010

Enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide

Consulter le resumé

Le maïs est riche en acide linoléique C18:2 (17,8 g/kg à 86 % MS). La teneur maximale en C18:2 dans l’aliment des porcs est établie à 1,7 % de la matière sèche (14,8 g/kg à 87 % MS) afin de limiter sa teneur dans les tissus gras à moins de 15 % des acides gras totaux, au delà de laquelle apparaît un risque de mauvaise qualité technologique.
PDF icon Enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide
2006

Pages