Au sommaire du numéro de Septembre de Baromètre Porc de l'IFIP

Malgré le faible niveau de l’offre en Europe, le prix du porc n’a que très peu progressé entre juillet et août, restant nettement en retrait de son niveau de 2017. Sur le marché français des pièces, l’IMR a accusé des reculs. La consommation estivale de porc frais a toutefois été bonne, après la morosité du printemps, mais celle de charcuterie restent en proie aux difficultés. Au stade des matières premières, l’actualité est marquée par la forte progression des cours des céréales à paille, sous l’effet d’une sécheresse importante sur l’Europe. Les incertitudes sur les bilans de production risquent d’impacter les coûts de production dans les mois qui viennent. À l’international, la Chine fait face à l’émergence et à la propagation de plusieurs foyers
de peste porcine africaine, alors que les relations internationales avec les Etats-Unis suscitent toujours l’interrogation. La PPA joue également, avec les problèmes économiques et politiques, un rôle clef dans les difficultés de développement de la filière porcine ukrainienne.

Rédacteur en chef de ce numéro du mensuel économique de la filière porcine : vincent.legendre@ifip.asso.fr