Baromètre Porc de l'IFIP de décembre vient de paraître : à la Une ...

L’édito de la rédactrice en chef, Elisa Husson, économiste à l'IFIP

Alors que l’amont de la filière connait une période de répit, les maillons de l’aval intègrent encore de fortes hausses de prix. En France, les revalorisations sont importantes pour certaines pièces de découpe.
Les prix des charcuteries sont aussi stimulés en cette fin d’année, sous l’effet d’une offre aspirée par le marché chinois, et d’une hausse  de la demande des consommateurs.
En revanche, le cours du porc se maintient en novembre. Les éleveurs bénéficient d’un prix de l’aliment en recul. La marge des naisseurs-engraisseurs se consolide alors à un niveau exceptionnellement élevé.
Malgré cette situation profitable du marché du porc européen, l’ombre de la fièvre porcine africaine plane toujours au-dessus de la tête des éleveurs. Un nouveau foyer épidémique a été découvert non loin de la frontière allemande, ravivant les inquiétudes de la profession. Les Européens devront composer avec ce risque, mais aussi avec une concurrence grandissante venant du continent américain. Le marché brésilien est en pleine croissance, et les Etats-Unis bénéficient de puissantes entreprises. L’avenir est optimiste pour le bassin américain, mais il sera également confronté aux mêmes enjeux rencontrés par les éleveurs européens.

Contact : elisa.husson@ifip.asso.fr