Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène : retour positif sur les audits de conformité des élevages de porcs

L’objectif du Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène (GBPH) est d’aider les éleveurs à maîtriser la sécurité sanitaire de la viande de porc pour le consommateur. Il a été officiellement validé par les services de l’Etat en 2012. Entre 2010 et 2013, des groupements ont réalisé des audits pour vérifier le niveau de conformité des élevages aux mesures de ce guide et définir les points de progression.

Dès 2006, en cohérence avec le contexte réglementaire européen, les organisations professionnelles françaises, FNP, Coop de France et INAPORC, ont choisi de développer, avec l’aide technique de l’IFIP, un Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène en élevage de porcs, accompagné d’un manuel d’application et d’une grille d’audit pour évaluer la conformité des élevages. Ce guide propose des mesures de maîtrise des dangers, efficaces et suffisantes pour répondre à l’objectif visé. Outre les dangers pour le consommateur, ce guide participe aussi à améliorer la santé des porcs car il donne l’opportunité de revoir la biosécurité dans les élevages. En 2010, les Unions et Interprofessions régionales ont organisé des formations animées par l’Ifip, auprès de plus de 200 vétérinaires, techniciens et responsables qualité dans 14 régions. Les objectifs étaient de les sensibiliser aux enjeux des bonnes pratiques d’hygiène et d’homogénéiser la mise en oeuvre de la grille d’audit en élevage. La grille d’audit comprenait 217 questions réparties en 15 chapitres listant les bonnes pratiques d’hygiène et les justificatifs demandés.

Entre 2010 et 2013, les audits ont été réalisés par les techniciens des groupements dans des élevages volontaires répartis dans 17 régions et 61 départements. 1 834 audits ont été transmis à l’Ifip, concernant 1 539 élevages. Sur l’ensemble du questionnaire, le taux de conformité moyen des 1 539 élevages est de 93,7 % et 98 % des élevages ont obtenu un taux de conformité supérieur à 80 %, le score le plus faible étant de 64%. Seules 4 activités présentent un taux de conformité inférieur à 90 % : la fabrication d’aliment à la ferme (83,4 % de pratiques conformes dans les 596 élevages concernés), la gestion des cadavres (84,6 %), la qualité de l’eau (88,5 %) et l’isolement des porcs malades ou blessés (87,6 %). Les mesures correctives mises en place dans les élevages suite à ces audits ont donc ciblé en particulier ces points. Dans 102 élevages audités 3 fois, le taux de conformité augmente entre le 1er audit (90,7), le 2ème (91,9 %) et le dernier (93 %). Ce résultat confirme que les audits sont un outil efficace pour améliorer la mise en oeuvre des pratiques d’hygiène en élevage et les maintenir dans le temps.

Cette synthèse nationale met en évidence les très bons taux de conformité des bonnes pratiques d’hygiène dans un large échantillon d’élevages. Cela signifie que les démarches, basées sur le GBPH, notamment la maîtrise des Salmonelles en élevage ou le plan de lutte contre l’antibiorésistance, reposent sur des mesures déjà globalement bien maîtrisées.

Contact : anne.hemonic@ifip.asso.fr

Etude financée par France Agrimer et le plan Ecoantibio.
Pour en savoir + : Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène en élevage de porcs. IFIP éd. 2009, 58 pages