SmartPharm : pharmacie « intelligente » qui facilite la traçabilité des traitements vétérinaires

Nouvelle illustration de la numérisation de l’élevage, le projet SMARTPHARM (pour « pharmacie intelligente ») développé par l’Ifip est en phase de démarrage avec pour objectif, l’automatisation de la collecte des informations relatives aux traitements vétérinaires réalisés en élevage, pour leur meilleure valorisation.

En effet, le Registre d’élevage contient déjà potentiellement des données précieuses sur l’utilisation des produits vétérinaires, utiles au pilotage de l’élevage mais, sous sa forme habituelle, il reste fastidieux à alimenter au quotidien et difficile à exploiter a posteriori. C’est pourquoi le projet SMARTPHARM vise à concevoir un dispositif électronique permettant d’enregistrer automatiquement chaque traitement vétérinaire : produit utilisé, animaux concernés, ... En pratique, un lecteur unique permettra ainsi à l’éleveur de scanner le « QR code » d’un médicament extrait de la pharmacie, puis de lire (par radiofréquence) la puce RFID identifiant, selon le cas, l’animal, la case ou la salle concernée. Toutes ces informations sont collectées dans une base de données et alimentent le registre des traitements vétérinaires de l’élevage.

Pour aller plus loin, ces données pourraient être connectées à celles déjà présentes dans la base de données disponible sur l’élevage (cf outil logiciel GTTT/GTE/Registre d’élevage en place sur le site). Différentes fonctions pourraient alors être proposées à l’éleveur, soit en temps réel : par exemple, émettre des alertes relativement à une durée d’attente trop courte ou à une posologie inappropriée ; soit en différé : produire à l’intention de l’éleveur (voire du vétérinaire) des tableaux de bord (indicateurs), pour le suivi de l’utilisation des produits médicamenteux ; ou encore, éditer pour chaque lot d’animaux, voire pour chaque animal, une fiche-traçabilité précisant les traitements reçus (date, type) de la naissance à l’abattage (ce qui pourrait le cas échéant ouvrir de nouvelles perspectives de valorisation à des viandes dont l’itinéraire technique serait clairement spécifié). Enfin, cet ensemble d’outils permettrait, si l’éleveur le souhaite, d’alimenter des références collectives (à l’instar de la GTTT-GTE) disponibles pour le conseil technique et l’analyse de groupe (comparaison entre élevages). Une partie de ces opérations sera proposée par le logiciel GVET réalisé dans le cadre d’une collaboration entre Isagri/Anses/Ifip.

Contacts : yvonnick.rousseliere@ifip.asso.fr ; michel.marcon@ifip.asso.fr