La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 5168 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Genetics of digestive efficiency in growing pigs fed a conventional or a high‐fibre diet

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae) et al., Journal of Animal Breeding and Genetics, volume 138, n° 2, mars, p. 246-258

The use of diets with increased dietary fibre content (HF) from alternative feedstuffs is a solution to limit the impact of increased feed costs on pig production. This study aimed at determining the impact of an alternative HF diet on pig digestibility and at estimating genetic parameters of this trait. Digestibility coefficients (DC) of energy, organic matter and nitrogen were predicted from faecal samples analysed with near infrared spectrometry for 1,242 samples, and it represented 654 Large White pigs fed a conventional (CO) diet and 588 fed a HF diet. Growth and feed efficiency traits, carcass composition and meat quality traits were recorded. Pigs fed the HF diet had significantly lower DC than pigs fed the CO diet (−4.5 to 6.0 points). The DC were moderately to highly heritable (about 0.26 ± 0.12 and 0.54 ± 0.15 in the CO and the HF diet, respectively). Genetic correlations were favourable with feed conversion ratio, daily feed intake and residual feed intake, but unfavourable with average daily gain (ADG) and carcass yield (CY). To conclude, DC could be an interesting trait to include in future breeding objectives if pigs were fed diet with HF diets, but adverse genetic trends with ADG and CY would have to be taken into account.

source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7891433/pdf/JBG-138-246.pdf

2021

An efficient cephalosporin stewardship programme in French swine production

Consulter le resumé

Fabien Verliat (Inaporc) et al., Veterinary Medecine and Science, 2021, n° 2, mars, p. 432-439

By 2010, systems set up to monitor the antimicrobial resistance of pathogenic bacteria and antimicrobial usage identified a sustained increase regarding third- and fourth-generation cephalosporin resistance in French pig production. This sector mobilised and collectively committed to responsible action in the following months. This led to a multi-professional voluntary stewardship programme that was started in 2011. A consensus of veterinary opinion led to the definition of restrictive rules on the prescription of the third- and fourth-generation cephalosporins targeted by the antimicrobial stewardship programme (ASP). All pig sector professionals, including farmers, were informed. Existing monitoring systems for usage and resistance were supplemented by data from the records of veterinarians' cephalosporin deliveries and from individual pig farm surveys investigating antimicrobial usage. The second step, from 2014, entailed regulatory measures that consolidated the programme by setting quantitative reduction objectives and specifying the terms and conditions for prescribing and dispensing a list of critical antimicrobial molecules including cephalosporins. All the data sources confirmed a significant fall of more than 90% in cephalosporin usage in the French pig production sector between 2010 and 2016. Monitoring systems recorded that the resistance of commensal and pathogenic Escherichia coli isolates also tended to decrease over the same period. The stewardship programme proved highly effective in reducing usage and containing resistance, illustrating the efficiency of a well-defined multi-professional strategy.

source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/vms3.377

2021

Journées de la Recherche Porcine 2021

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais. L’ouvrage 2021 de 440 pages en format numérique est organisé selon les sessions thématiques du congrès :
• génétique porcine et qualité des viandes de porc,
• bien-être animal, reproduction porcine et conduite de l'élevage,
• alimentation animale,
• économie et sociologie,
• environnement, 
• santé animale,
Au total, 121 restitutions d’études provenant de plus de 70 organismes (INRAE, IFIP, ANSES, Chambres d'agriculture...) et d'entreprises françaises ainsi que d'une vingtaine de pays étrangers (Belgique, Canada, Espagne, Pays Bas, Italie, Allemagne, Danemark, Brésil...)

Fichier en format PDF à télécharger.

107,00 €
2021

Observatoire des pH ultimes et du défaut «viande déstructurée» des jambons de porc abattus en France / Observatory on ultimate pH and the PSE-like ham defect in pigs slaughtered in France

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 25-33 - La revue R&D de la filière porcine française

L’IFIP - Institut du porc a réalisé près de 25 000 mesures de pH et 10 000 notations du défaut déstructuré dans 5 entreprises du secteur abattage découpe au cours des saisons été et hiver de 2019. Ces cinq entreprises représentent environ 30% des porcs abattus en 2019 (zone Uniporc). Le niveau de pH moyen obtenu est de 5,69, avec un écart de type 0,16. La proportion de viandes normales (pH entre 5,6 et 6,0) est de 63 %, 32 % des viandes avaient des pH inférieurs à 5,6, et 5 % des pH supérieurs à 6,0. Nos données montrent une grande variabilité entre abattoirs ou entre jours de mesure pour un abattoir, ce qui suppose des marges de progression pour la filière. Nos résultats mettent en évidence une différence significative des résultats de pH entre les deux saisons étudiées et moyennés sur les 5 entreprises. Nous avons confirmé une meilleure qualité des viandes en saison hiver. La proportion moyenne dans l’étude de viandes touchées par le défaut déstructuré est de 19,3 %. Parmi les lots de jambons évalués, les lots triés pour une borne de tri de pH de 5,5 ou 5,6 présentaient des taux de viandes déstructurées de l’ordre de 15 à 17 %. Ce tri est donc peu efficace au regard des taux de viandes déstructurées de la population globale. En revanche, malgré le petit nombre de lots évalués, nous constatons qu’il y a un vrai apport de la sélection avec une borne de pH de 5,7 (7 à 9 % de viandes déstructurées), et que la sélection à une borne de pH de 5,8 n’apporte pas plus pour la sélection des jambons non déstructurés.

IFIP–Pig and Pork Science performed almost 25,000 pH measurements and collated almost 10,000 PSE-like scores at 5 pig slaughterhouses over the course of winter and summer 2019. These 5 slaughterhouses together represent around 30% of pigs slaughtered in France in 2019 (Uniporc coverage zone). Mean ham pH level was 5.69 with 0.16 standard deviation. The proportion of normal-pH meat (i.e. in the range pH 5.6–pH 6.0), was 63%, while 32% were pH < 5.6 and 5% were pH > 6.0. Our data shows huge variation between slaughterhouses and day-to-day variation in a given slaughterhouse, which points to significant scope for improvement across this commodity chain. Our results find a significant between-season difference in pH-measurement results averaged across the 5 slaughtering companies studied. This study confirms that winter-season meat is better quality. Mean proportion of the PSE-like destructured meat defect found in hams sampled for this study was 19.3%. Among the full sample of batches of ham assessed, batches sorted at a pH cut-off of pH 5.5 or 5.6 had a 15%–17% case-rate of PSE-like defect, which we find to be ineffective given the destructuration case-rate in the global population here. However, despite a relatively small number of batches assessed, we find that selective grading at a pH cut-off of pH 5.7 brings a real performance benefit (7%–9% PSE-like case-rate) that is not further improved by selective grading at a pH cut-off of 5.8.

35,00 €
2021

Analyse socio-économique de l’intérêt (...) d’une augmentation de la durée de conservation de produits carnés afin de réduire le gaspillage alimentaire / Socio-economic analysis of the (...) value of extending meat product shelf life to reduce food waste

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 1-8 - La revue R&D de la filière porcine française

L’objectif du projet de recherche Redlosses est de développer un outil d’aide à la décision qui prédise la vitesse d’altération de la viande fraîche selon la composition du microbiote et de paramètres tels la température de stockage, le conditionnement sous atmosphère modifiée, l’ajout de lactate... Le projet se concentre sur la fabrication de saucisses fraîches. Cet outil permettrait aux industriels de mieux contrôler la dégradation microbienne des aliments et d’orienter précocement les viandes les plus contaminées vers la fabrication de produits moins sujets à une dégradation organoleptique, cuits par exemple. Le projet vise à réduire le gaspillage alimentaire, par exemple en augmentant la durée de conservation. Un volet de cette étude consistait à évaluer les intérêts de cette proposition au niveau industriel, jusqu’au consommateur. Une analyse socio-économique a mis en évidence que les stades de distribution et de consommation étaient les principaux générateurs de perte et gaspillage alimentaire de produits carnés. L’allongement de la DLC des produits carnés n’est cependant pas une préoccupation majeure des consommateurs. Un allongement sensible de la DLC peut même avoir une valeur négative pour les acheteurs du fait de suspicion sur la naturalité des produits, critère d’achat important. Un allongement de DLC contribuerait à réduire le gaspillage aux stades distribution et consommation mais n’est donc pas perçu comme positif par les consommateurs. En revanche, la maîtrise de la Durée de Vie Microbienne présente un fort intérêt pour les transformateurs en leur apportant une souplesse dans la gestion des flux de matière, surtout pour des produits saisonniers comme les saucisses. En plus de l’amélioration du contrôle de la dégradation microbienne des aliments, un outil d’aide à la décision servirait à orienter les flux de matières vers les process en fonction des profils de risques de contamination microbienne des différentes pièces, fraîches, congelées, élaborées fraîches ou cuites.

The objective of the Redlosses research project is to develop a decision support tool that predicts the rate of spoilage of fresh meat according to microbiota composition and key parameters such as storage temperature, modified atmosphere packaging, addition of lactate, and so on. The project is centred around the fabrication of fresh sausage. The tool would be purposed with aiding industry to better control microbial degradation in foods and act early to divert the most microbe-contaminated meat towards the fabrication of foods less prone to taste–texture, typically cooked meat products. The goal of the project is to reduce food waste, typically by extending storage times. One strand of this study involved evaluating the ‘factory to fork’ benefits of the proposed innovation. Socio-economic analysis evidenced that most meat food waste and food loss occurs during distribution and consumption. However, extending use-by dates on meat products is not a major concern for consumers, and any substantially longer use-by date may even turn buyers away as it would be suspected to signal less naturalness, which is a key criterion in the decision to buy. We thus find that introducing an extension on use-by dates would help to reduce food waste during distri-bution and consumption but would also be poorly perceived by consumers. However, better control over microbial shelf life holds huge value for processors, as it would ease the logistics surrounding meat-material flows, especially for more seasonal produce like sausages. The targeted decision support tool would not only improve the control of microbial meat spoilage but also serve to stream meat-material flows into processes based on the microbial spoilage risk profiles of the fresh, frozen, fresh-processed or cooked meats.

35,00 €
2021

Prévision de la production porcine à partir des données de l’identification porcine / Forecasting pork output based on the pig identification and registration database

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 9-14 - La revue R&D de la filière porcine française

L’IFIP, dans le cadre d’un projet partenarial (MODEMO) a élaboré des modèles opérationnels de prévision de la production porcine pour permettre aux éleveurs, abatteurs et organisations, d’anticiper les évolutions conjoncturelles du marché. Ces modèles ont été réalisés à partir des informations de la base de données nationale de l’identification porcine BDPORC et des données de conjoncture sur le prix du porc et de l’aliment. Le modèle dynamique linéaire développé a pour objectifs d’expliquer et prédire la production de porcs charcutiers en fonction des flux d’animaux renseignés dans BDPORC : échanges de porcelets et de reproducteurs entre sites d’élevage et sorties de reproducteurs de réformes. Les modèles de prévision réalisés permettent de mieux appréhender les fluctuations intra-annuelles de la production.

IFIP has developed a set of operational pork output forecasting models to enable pig farmers, slaughterers and commodity-chain organizations to project and adjust to market-cycle trends. These models were developed as input to a wider partnership-driven project (MODEMO) and built using information captured in the ‘BDPORC’ national pig identification and registration database and market data on pork price and pig feed trends. The dynamic linear model developed here is designed to explain and predict porker output as a function of past animal movements notified in the BDPORC database registering farm-to-farm movements of piglets and breeding stock and off-movements of cull sows. These predictive models inform on intra-annual fluctuations in pig farm output.

35,00 €
2021

Base de données disponible pour d'autres applications

Consulter le resumé

Johan Thomas, réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 39

La localisation des porcelets dans les cases...

PDF icon Johan Thomas, réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 39
2021

Les particules en élevage porcin. Etat de l’art sur les équipements de mesures et protocoles utilisés : choix de la méthode adaptée / Development of a measurement protocol of particles suitable for piggeries

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 15-24 - La revue R&D de la filière porcine française

L’élevage contribue à l’émission de particules dans l’atmosphère. La littérature montre des différences drastiques entre les facteurs d’émission pour une même catégorie animale, probablement liées aux méthodes de mesure. Le but de cette étude était de développer un protocole de mesure strictement adapté aux conditions d’élevage porcin. L’étude est organisée en 3 étapes : (i) identification des conditions spécifiques liées à la mesure des particules dans les porcheries, (ii) analyse des équipements de mesure adaptables aux conditions du sol et (iii) élaboration d’un protocole selon les étapes précédentes. Les deux premières étapes ont conduit à choisir un équipement de mesure optique en raison de la possibilité d’avoir des mesures en continu mais aussi des concentrations en nombre et en masse pour plusieurs fractions granulométriques. Pour valider la conversion entre nombre et masse de particules, une méthode gravimétrique avec simple filtre de collecte a également été sélectionnée. Après plusieurs tests en élevage porcin expérimental, les principaux points du protocole ont été établis : période d’échantillonnage de 24h au milieu de la salle / du couloir intégrant les changements diurnes et nocturnes à l’intérieur des porcheries. Pour calculer le facteur d’émission par porc d’engraissement, trois périodes (entre 12-20, 43-52, 76-84 jours d’engraissement) ont été identifiées avec la mesure de la concentration en CO₂ pour le calcul du taux de ventilation. Ce protocole est actuellement en cours dans les élevages porcins commerciaux de l’Ouest de la France.

Livestock contributes to the emission of particles in the atmosphere. Literature shows drastic differences between emission factors by animal category probably related to measurements methodologies. The aim of this study was to develop a measurement protocol strictly adapted to pig husbandry conditions. The study is organized in 3 steps: (i) identification of specific conditions related to measure particles in pig housing (ii) analysis of metrology equipment adaptable to ground conditions and (iii) development of a protocol according the previous steps. The two first steps led to choose the optical measurement methodology because of the possibility to have continuous measurements but also number and mass concentrations. To validate the conversion between number and mass, a gravimetric method with simple collection filter was also selected. After several tests in experimental pig farm, the main points of the protocol were established: 24h-sampling period in the middle of the room/corridor integrating the diurnal and nocturnal changes inside piggeries. To calculate the emission factor per fattening pig, three periods (between 12-20, 43-52, 76-84 days) were identified with measurement of CO₂ concentration for the calculation of the ventilation rate. This protocol is currently in progress in commercial pig farms in Western France for the second phase of the project.

35,00 €
2021

Baromètre Porc : abonnement annuel

Consulter le resumé

Mensuel économique

L’essentiel de l’actualité porcine, des flashs sur la concurrence. L’analyse du mois précédent et les prévisions pour les prochains mois sur les marchés du porc, des matières premières et aliment. Les cotations en France et dans l’UE, l’analyse du marché des pièces. Le coût des céréales et sources azotées, le marché mondial et le prix de l’aliment dans l’UE (coût matière et aliment, aliment reconstitué). Un panorama France, Europe, Monde. Un article de synthèse. 8 pages/numéro - Abonnement annuel 11 numéros, 2 bilans annuels (marchés du porc et de l'aliment),
(tarif dégressif + de 5 exemplaires contacter barometreporc@ifip.asso.fr)

Version envoyée chaque mois dès bouclage sur votre mail en format électronique (pdf)

Abonnement annuel : 75 €

Cliquez-ici pour vous abonner

75,00 €
2021

Les caméras pour détecter les porcelets malades

Consulter le resumé

Johan Thomas, Réussir Porc / Tech Porc, 2021, n° 286, février-mars, p. 39

Les premières analyses d’images en post-sevrage montrent un lien entre la localisation des porcelets dans la case et leur état de santé. Les travaux de l’Ifip à la station expérimentale de Romillé le démontrent.

PDF icon Johan Thomas, Réussir Porc / Tech Porc, 2021, n° 286, février-mars, p. 39
2021

Un label bas carbone pour accompagner les démarches

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 35

Le label bas carbone a été créé par le ministère de la Transition écologique et solidaire pour accompagner l’atteinte des objectifs climatiques de la France.

PDF icon Sandrine Espagnol, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 35
2021

Une rémunération pour les élevages bas carbone

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 34-35

Un élevage porcin peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre jusqu’à près de 20 %, et pourrait à terme prétendre à être rémunéré pour cela. C’est une bonne nouvelle pour la filière qui a des atouts à faire valoir sur le marché du carbone.

PDF icon Sandrine Espagnol, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 286, février-mars, p. 34-35
2021

Describing variability in pig genes involved in coronavirus infections for a One Health perspective in conservation of animal genetic resources

Consulter le resumé

Samuele Bovo (Université de Bologne, Italie) et al., Scientific Reports, 2021, 9 février, 14 pages

Coronaviruses silently circulate in human and animal populations, causing mild to severe diseases. Therefore, livestock are important components of a “One Health” perspective aimed to control these viral infections. However, at present there is no example that considers pig genetic resources in this context. In this study, we investigated the variability of four genes (ACE2ANPEP and DPP4 encoding for host receptors of the viral spike proteins and TMPRSS2 encoding for a host proteinase) in 23 European (19 autochthonous and three commercial breeds and one wild boar population) and two Asian Sus scrofa populations. A total of 2229 variants were identified in the four candidate genes: 26% of them were not previously described; 29 variants affected the protein sequence and might potentially interact with the infection mechanisms. The results coming from this work are a first step towards a “One Health” perspective that should consider conservation programs of pig genetic resources with twofold objectives: (i) genetic resources could be reservoirs of host gene variability useful to design selection programs to increase resistance to coronaviruses; (ii) the described variability in genes involved in coronavirus infections across many different pig populations might be part of a risk assessment including pig genetic resources.

source : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82956-0.pdf

2021

Caudophagie : que penser de la mise en place d'élastique sur la queue de porcs mordus comme solution d'urgence ?

Consulter le resumé

Marine Castrec (Inrae) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

• La caudophagie concernerait 30 à 70% des élevages porcins européens
• En cas d’épisode, la mise en place d’un élastique en caoutchouc sur la queue lésée pourrait permettre d’arrêter le saignement et de limiter
les infections ascendantes
• Pas de travaux sur l’efficacité de cette pratique potentiellement douloureuse

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2021

Teneur en muscle des carcasses et des pièces de découpe : effets du rationnement ou d'une carence en acides aminés

Consulter le resumé

Gérard Dumas, Mathieu Monziols et Nathalie Quiniou, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.
Le scanner à rayons X, outil de référence pour la composition corporelle, a été peu utilisé dans les essais alimentaires. Dans le cadre du projet SCANALI (2018-2021), il a permis de quantifier précisément chez le porc charcutier l’augmentation par le rationnement de la teneur en muscle de la carcasse et des pièces de découpe et sa diminution par une carence en acides aminés.
PDF icon Gérard Dumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Développement d’un outil d’enregistrement automatique de la maturité du porcelet

Consulter le resumé

Léa André et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

L’objectif de ce projet est de développer un outil capable d’identifier les porcelets présentant un retard de croissance intra-utérin, dit immatures. Le prototype doit évaluer le degré de maturité des porcelets dans les élevages de sélection à partir d’une photo de la tête du porcelet. Ce projet s’appuie sur une approche d’analyse d’images type deep learning. A terme, ce phénotype de maturité sera enregistré en routine et servira comme nouveau critère de sélection.

PDF icon Léa André et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Validation de biomarqueurs sanguins de l’efficacité alimentaire dans les lignées Large White, Duroc et Piétrain

Consulter le resumé

Alban Bouquet et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Le phénotypage de l’efficacité alimentaire chez le porc a un coût élevé. Disposer de biomarqueurs sanguins, mesurables sur les jeunes, serait intéressant pour la sélection pour obtenir des mesures précoces sur un plus grand nombre d’animaux.

PDF icon Alban Bouquet et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Défaut viande déstructurée : association avec les caractéristiques de la carcasse, de la viande fraîche et du jambon cuit observée lors d’une première étude en Belgique (Région wallonne)

Consulter le resumé

Antoine Clinquart (Université de Liège / FARAH, Liège, Belgique) et al., 53e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 37-42

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche visant à évaluer pour la première fois en Belgique le défaut « viande déstructurée » dans la filière porcine. La qualité de la carcasse et de la viande fraîche a été évaluée chez 1735 porcs issus de quatre élevages présélectionnés sur la base du pHu observé lors d’une phase préliminaire, et abattus dans un abattoir commercial durant deux saisons (semaines 22-27 et 41-48 de l’année 2018). Les paramètres technologiques (rendement, défauts observés lors du tranchage) ont été évalués sur le jambon cuit issu de 238 d’entre eux. Les données collectées ont été soumises à une analyse de régression logistique pour étudier l’association entre le défaut déstructuré et ces paramètres. Le défaut (3-4 vs 1-2 sur l’échelle de notation IFIP) est associé positivement avec la saison (2 > 1), le sexe (femelle > mâle castré), le poids du jambon frais, CIE L*, les pertes de jus par écoulement ; négativement avec le pH1 et CIE a* ; mais pas avec le pHu du fait de sa forte colinéarité avec CIE L*. La régression logistique n’a pas permis de mettre en évidence une association entre le défaut et les paramètres technologiques du jambon cuit, même si le rendement technologique a été significativement plus faible (-1 %) et le défaut « pommade » plus élevé (+9 %) avec les jambons cuits issus de porcs présentant une note 3-4 vs 1-2. Cette première étude confirme l’incidence élevée du défaut (39 % de scores 3-4), les effets élevage, sexe et saison, et son association avec plusieurs caractéristiques de la carcasse et de la viande.

Destructured meat defect: association with carcass, fresh meat and cooked ham characteristics observed during the first study in Belgium (Walloon Region)
This study was performed as part of a research project to assess for the first time the “destructured meat” defect in the pig-value chain in Belgium. Carcass and fresh meat quality in 1,735 pigs from four preselected farms was assessed based on the pHu observed during a preliminary phase. The pigs were slaughtered in a commercial slaughterhouse over two seasons (weeks 22-27 and 41-48 of 2018). Technological parameters (yield, defects observed during slicing) were evaluated on the cooked ham from 238 of them. The data collected were subjected to logistic regression analysis to study the association between the destructured defect and these parameters. The defect (3-4 vs 1-2 on the IFIP rating scale) was positively associated with season (2 > 1), sex (female > castrated male), fresh ham weight, CIE L*, drip loss; negatively with pH1 and CIE a*; but not with pHu because of its strong colinearity with CIE L*. No association between the defect and the technological parameters of the cooked ham was observed by logistic regression, even though the technological yield was significantly lower (-1%) and the “pommade” defect higher (+ 9%) with cooked hams from pigs with a 3-4 vs 1-2 score. This first study confirms the high incidence of the defect (39% had scores 3-4), the effects of farm, sex and season, and its association with several carcass and meat characteristics.

2021

Composition tissulaire des pièces primaires de découpe industrielle et simulation de l'impact d'une part croissante du mâle entier

Consulter le resumé

Gérard Dumas et Mathieu Monziols, al., 53e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 43-48

Dans un marché de pièces, comme le marché porcin français, il est utile de disposer de références récentes sur les rendements en pièces et la composition tissulaire des pièces. Or, le développement probable de la production de mâle entier à partir de 2022 va modifier la composition des pièces. L’objectif majeur de ce travail est de simuler cet impact. Pour cela, trois scénarios ont été étudiés, allant de la situation passée, sans mâles entiers, à une possibilité future, sans mâles castrés, en passant par la situation actuelle de coexistence des mâles castrés et entiers. Un échantillon de 180 porcs a été utilisé, uniformément stratifié selon les trois types sexuels : 60 femelles, 60 mâles castrés et 60 mâles entiers. Les demi-carcasses gauches ont été découpées selon une procédure commerciale normalisée. Les quatre pièces primaires (jambon, rein, épaule et poitrine) ont été scannées par tomodensitométrie. Une méthode d’analyse a été développée spécifiquement pour estimer le poids des quatre composants tissulaires : muscle, gras, os et couenne. Les teneurs tissulaires des pièces ont d’abord été soumises à une analyse de variance avec sexe, génotype halothane et leur interaction en effets fixes. Puis, des valeurs moyennes ont été calculées pour la population porcine française selon les trois scénarios basés sur une proportion de mâles entiers de 0%, 14% et 50%. L’effet de la non-castration a été estimé à une hausse allant de trois points de teneur en muscle dans le jambon à huit points dans la poitrine. Le remplacement intégral des mâles castrés par des non-castrés entraînerait une hausse de moitié dans la population. Par rapport à la situation actuelle, cela représenterait encore trois points de plus de teneur en muscle dans la poitrine.

Tissue composition of industrial primal cuts and simulation of the impact of an increased proportion of entire male pigs
In a cuts market, such as the French pig market, it is useful to have recent references on yields and tissue composition of cuts. However, it is likely that the entire male population will continue to increase gradually/incrementally from 2022, thus modifying the composition of the cuts. The major objective of this work is to simulate this impact. For this, three scenarios were studied and compared: the past situation, without any entire males, a future possibility with only entire males, and the current situation of coexistence of castrated and non-castrated males. A sample of 180 pigs was used, which was uniformly stratified according to the three sexes: 60 females, 60 castrated males and 60 entire males. The left half-carcasses were cut according to a standard commercial procedure. The four primal cuts (ham, loin, shoulder and belly) were scanned by X-ray tomography. An analytical method was developed specifically to estimate the weight of the four tissue components: muscle, fat, bone and rind. The tissue contents were first analysed by a general linear model including sex, halothane genotype and their interaction as fixed effects. Then, average values were calculated for the French pig population according to three scenarios based on a percentage of entire males of 0%, 14% and 50%. The effect of non-castration was estimated to increase the muscle content from three points in the ham to eight points in the belly. The complete replacement of castrated males by non-castrated ones would lead to an increase of four points in the belly throughout the population. In comparison to the current situation, this would be three points more of muscle content in the belly.

2021

Développement d’un outil d’enregistrement automatique de la maturité du porcelet

Consulter le resumé

Léa André et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 49-50, poster

Poster.

L’amélioration de la survie des porcelets pendant la période d’allaitement est une attente forte des producteurs comme de la société. Récemment, Matheson et al. (2018) ont montré que la proportion de porcelets immatures par portée était un caractère héritable. Ces porcelets, qui n’ont pas atteint leur plein développement à la naissance, ont un risque accru de mortalité avant sevrage (Hales et al., 2013). Ce nouveau critère pourrait être sélectionné avec des conséquences positives sur la survie des porcelets. Cependant, pour une utilisation à des fins de sélection génétique, le phénotype de maturité doit être enregistré sur tous les porcelets en élevage de sélection. Il est possible visuellement d’identifier un porcelet immature car celui-ci présente une morphologie caractéristique avec un crâne bombé, des yeux exorbités et une asymétrie tête/corps (Chevaux et al., 2010). Malheureusement, cette notation morphologique est difficile à mettre en place à grande échelle. Une approche par traitement d’images de type deep learning permettrait d’automatiser et d’homogénéiser ce phénotypage. L ’objectif de cette étude est de développer un algorithme de classification des porcelets selon leur degré de maturité à partir d’une photo de leur tête.

Poster.

Development of a tool to record piglet maturity automatically

Increasing piglet survival remains a priority for pig producers. In breeding programs, it can be increased by considering piglet maturity at birth, defined as the level of full development. Indeed, an immature piglet, which does not reach its intrauterine growth, has a lower chance of surviving during the first few days after birth. On the farm, it is possible to detect these piglets because they present an asymmetrical growth with a specific head morphology. However, it is necessary to record this phenotype routinely to use this new criterion in breeding programs. The aim of this study was to develop a deep learning algorithm to predict piglet maturity automatically using pictures of their head. A first step was to record maturity levels of piglets at birth using, on the one hand, morphological criteria such as head shape, bulging eyes, ear shape and, on the other hand, morphological measurements i.e. body length, head length and skull length. Each piglet head was then photographed from the side and from the front. From 1,100 pictures of piglet heads annotated with their maturity level, a prediction model was developed and validated using an additional 661 pictures. Currently, the algorithm can detect an immature piglet with a sensitivity of 89% and a specificity of 74%. These are encouraging initial results, and improvement is expected by increasing the size of the database. This new system has great potential to record piglet maturity automatically and provide new perspectives for genetic selection.

2021

Pages