La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 5167 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les outils d'aide à la formulation d'aliments

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 103

La formulation des aliments porcs est depuis plusieurs décennies l’objet d’une attention particulière de la part de l’IFIP, étant donné l’importance de la fabrication d’aliments à la ferme (FAF) dans la filière porcine française (environ 30 % des porcs produits). L’outil de formulation Porfal est apparu au début des années 80. Il a été revu pour être disponible sous une version windows en 2003, puis apparaît en 2017 sous une version Web. Cet outil permet d’aider les éleveurs qui le souhaitent à réellement formuler leurs aliments, de raisonner leurs choix nutritionnels en fonction de leurs disponibilités en matières premières et des contraintes du marché. L’abonnement a cet outil est limité à 250 € par an pour un éleveur. Malgré ce tarif attractif et la qualité de l’outil Porfal, il nous semble nécessaire d’encourager davantage les éleveurs à s’approprier la technique de formulation des aliments. Dans ce but, une application pour smartphone a été développée en 2020 par l’IFIP. SIM’Faf permet le calcul du prix d’intérêt des matières premières.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 103
2021

Les conditions climatiques estivales pertubent la réponse des porcs aux conditions d'alimentation

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104

La présente étude fait partie d’un programme de recherche plus vaste qui porte sur la mise en oeuvre d’une méthode de classement de précision des carcasses et des pièces et la mise en relation des résultats avec des indicateurs d’efficience de l’engraissement. Différentes conduites alimentaires en trois phases sont appliquées pendant l’engraissement afin de modifier la composition du gain de poids pendant la croissance. Les porcs du lot Témoin (T) sont alimentés à volonté avec une séquence en trois phases qui couvre les besoins en acides aminés essentiels. Un rationnement alimentaire est appliqué avec les mêmes aliments (R) afin d’obtenir des porcs moins gras à l’abattage. Au contraire, une adiposité plus élevée est attendue chez des porcs alimentés à volonté avec des aliments formulés pour des apports en acides aminés en dessous du besoin (B). Tous les aliments sont iso énergétiques, e.g. 9,7 MJ d’énergie nette/kg) La 1ère bande de porcs a été étudiée en conditions de confort thermique pendant l’hiver 2019, tandis que la seconde a subi un stress thermique chronique estival, accompagné de quelques vagues de chaleur. En moyenne, il a fait 10°C de plus à l’extérieur pendant l’engraissement que pendant la 1ère bande.

PDF icon Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104
2021

Suppléments de méthionine, thréonine et tryptophane au sevrage

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 105

L’objectif de cette étude a été d’évaluer l’intérêt de renforcer l’apport alimentaire simultané de méthionine, de thréonine et de tryptophane au porcelet au moment du sevrage. Le choix de s’intéresser à ces acides aminés provient de leurs implications dans les phénomènes immunitaires (tryptophane) dans la lutte contre le stress oxydant (méthionine) et de leur importance, dans le cas de la thréonine, dans la constitution des mucines (protéines du mucus intestinal). Dans cet essai, l’accroissement des apports en méthionine, thréonine et tryptophane a été limité à l’aliment 1er âge. En complément des mesures de performances zootechniques classiques, une évaluation de l’état de santé des porcelets a été réalisée (score fécal, analyse sanguine, état corporel individuel).

PDF icon Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 105
2021

Appui aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 106

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire. Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, Chambres d’agriculture, ARVALIS, Terres Innovia, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale. L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise un certain nombre d’interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain… AIRFAF est un lieu d’échange permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 106
2021

Réseau sur les impacts environnementaux des élevages : Maele

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 108

Les systèmes d’élevage sont fortement remis en cause par les consommateurs principalement sur des questions de bien-être des animaux, d’environnement, et/ou de modèles d’élevage jugés trop industriels. Dans un contexte où la question est celle de répondre aux attentes de la société (en termes d’environnement, de bien-être animal, …) et de niveau de compétitivité des élevages, l’enjeu est d’éviter les réponses partielles qui conduiraient à des transferts de pollution ou une délocalisation de la production et un accroissement des importations (avec des implications diverses sur l’environnement). Il ressort qu’une vision macroscopique est requise pour connecter les élevages aux systèmes agricoles et alimentaires. C’est ce que propose le RMT MAELE (MAcro ELevages Environnement). Ainsi, l’objectif opérationnel du RMT MAELE est d’évaluer les incidences environnementales de systèmes d’élevages en lien avec leur territoire et connectés à des systèmes alimentaires.

PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 108
2021

Evolutions de l'outil sur les performances environnementales des élevages porcines : Geep

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 109

L’outil GEEP créé par l’IFIP existe depuis fin 2014 et propose aux éleveurs porcins d’évaluer les performances environnementales de leur atelier.
Il calcul 9 indicateurs quantitatifs, sur les consommations de ressources naturelles (eau et énergie), les rejets (azote et phosphore), les émissions gazeuses (ammoniac et gaz à effet de serre) et la production de déchets. En ramenant les flux environnementaux au kilogramme de porc généré sur l’élevage, l’outil permet aux éleveurs de se comparer à d’autres élevages. Le réseau GEEP est composé aujourd’hui de 500 élevages inscrits et d’une quarantaine de conseillers formés à les accompagner. Près de 680 diagnostics ont été réalisés, certains élevages s’y impliquant régulièrement.

PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 109
2021

Particules en élevages : méthologie et facteurs d'émission (Papovit)

Consulter le resumé

Nadine Guingand, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 110

En France, l’agriculture représente 53% des émissions nationales de particules contre 29% pour l’industrie, 11% pour le résidentiel tertiaire et 5% pour le transport routier (Citepa, 2014). Avec la mise en place du plan « particules », la France prévoit de répondre en partie à l’objectif de l’Europe qui est de réduire de 20% les émissions de particules d’ici 2020. Selon le Citepa, le poste » cultures » serait responsable de près de 80 % des émissions de particules d’origine agricole, le restant étant liée à l’élevage. La contribution de l’élevage aux particules fines (de taille inférieure à 10μm – PM10) serait inférieure à 10% du niveau d’émission national. A l’inverse, le guide EMEP de l’Agence Européenne de l’Environnement considère que les bâtiments d’élevage représenteraient 80% des PM10. Plusieurs éléments méthodologiques peuvent expliquer ces oppositions de données. La caractérisation des émissions de particules en situation d’élevages a, finalement fait l’objet de peu d’études, employant chacune des métrologies de mesures et des méthodes de calculs assez différentes. Ce constat a renforcé l’idée de la nécessité d’acquérir une méthodologie spécifique à l’élevage et intégrant les caractéristiques techniques des itinéraires appliqués. De plus, connaître les facteurs d’émissions de particules des élevages en fonction de leurs choix techniques est une étape essentielle dans la prise de décision et l’appui technique aux éleveurs qui pourraient, à court et moyen terme, être obligés de réduire les émissions de particules de leurs ateliers. L’objet du projet est donc d’établir une méthodologie dédiée aux élevages de porcs et de volailles et de l’appliquer en conditions réelles en vue d’obtenir des facteurs d’émissions de particules représentatifs de nos conditions nationales de production.

PDF icon Nadine Guingand, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 110
2021

Traitement de l'air en porcherie : prédiction des flux azoté (Tara)

Consulter le resumé

Nadine Guingand, Bilan 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 111

L’élevage porcin est responsable de 7% des émissions d’ammoniac en France (Citepa, 2015). La réduction des émissions d’ammoniac imposées par la réglementation (directive IED, directive NEC, PREPA) oblige les éleveurs à faire de nouveaux choix techniques quant à la gestion de leurs effluents mais aussi de l’air extrait de leurs bâtiments. Le lavage d’air est une une technique efficace tant sur le plan de la réduction des émissions d’ammoniac que celles des ’odeurs et des particules. Le principe d’action de cette technique est à la fois physico-chimique (sédimentation des particules, solubilisation de l’ammoniac) et biologique (mise en place d’une flore au sein du maillage pour la dégradation de l’ammoniac et des composés odorants). En France, cette technique a été principalement développée pour répondre à la problématique odeurs des élevages porcins. Sur le terrain, cette technique présente des taux d’efficacité sur l’ammoniac qui peuvent être variables selon les paramètres de conception initiaux mais aussi en fonction de la gestion des unités. La liste des paramètres influençant l’efficacité du lavage est assez conséquente : vitesse d’air au sein du maillage, surface de maillage, température, débit d’eau, taux de renouvellement des eaux…. L’objectif du projet est de réaliser un bilan complet des flux azotés sur les systèmes de traitement de l’air existant en France et de proposer aux éleveurs et aux techniciens un modèle permettant de prédire ces flux en fonction des caractéristiques du système de traitement mis en place. Après avoir acquis les données sur les principaux paramètres de variation des flux azotés d’un lavage d’air à l’eau et de mettre au point une méthode de mesure des bilans complets sur l’azote en conditions de laboratoire (IMT Altlantique et Ecole Nationale de Chimie de Rennes – étape 1 du projet), la deuxième étape a porté sur la mesure de flux azotés en conditions d’élevage sur trois installations de lavage d’air à l’eau. La troisième étape a été la mise au point d’un outil de prédiction des flux azotés à l’aide des données acquises au cours des étapes précédentes.

PDF icon Nadine Guingand, Bilan 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 111
2021

Conception d'un lavage d'air partiel et d'évaluation de son efficacité

Consulter le resumé

Nadine Guingand et Yvonnick Rousselière, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 112

L’objectif du projet CleanR3 est d’imaginer un dispositif moins onéreux que les systèmes existants pour réduire les émissions de particules, d’ammoniac et d’odeurs des porcheries. Pour ce faire, un système associant ventilation & lavage d’air basé sur le traitement d’une partie seulement de l’air le plus chargé a été installé sur une salle de 60 porcs charcutiers sur la station expérimentale de Romillé. L’objectif était de diviser par 3 l’investissement et le coût de fonctionnement tout en maintenant une efficacité sur l’émission d’ammoniac.
Le dispositif expérimental composé d’un laveur d’air et d’un système de double ventilation noté DVP (de 0 à 30 % de ventilation, pompage sous le caillebotis et lavage d’air puis de 30 à 100% de ventilation, montée en régime d’un ventilateur dans la masse qui extrait l’air directement à l’extérieur en plus du pompage sous caillebotis) a été présenté dans le bilan d’activité 2019 et les premiers résultats semblaient encourageants.

PDF icon Nadine Guingand et Yvonnick Rousselière, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 112
2021

Performances et potentiels de développement d'unité de méthanisation

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 113

Après 10 ans d’accompagnement de la méthanisation, l’ADEME a souhaité identifier les modèles rentables et les conditions de cette rentabilité. Pour y parvenir, les retours de 105 unités en fonctionnement (mises en service entre 2008 et 2017) ont été compilés et regroupés en 7 types de modèles de méthanisation. Une réflexion a également été menée sur leur potentiel de développement et à préciser les stratégies de financement

PDF icon Pascal Levasseur, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 113
2021

Simulation des performances des porcs selon la salle et l'alimentation : Thermipig

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p.114

Plusieurs stratégies peuvent être envisagées pour atténuer les effets du climat, seules ou de façon combinée. Dans les salles d’engraissement déjà construites existantes, les règles de pilotage des boîtiers de régulation de la ventilation peuvent être modifiées et de nouveaux équipements installés. Lors de la construction de nouveaux bâtiments, les préconisations peuvent évoluer pour mieux tenir compte du climat. La conduite alimentaire des animaux peut également être revue, par exemple par une baisse de la teneur en protéines de l’aliment ou une modulation du plan d’alimentation. Dans un objectif d’utilisation parcimonieuse des ressources, l’évaluation de ces stratégies doit être réalisée par une approche multicritère des performances (zootechnique, environnementale, économique). Un consortium rassemblant 8 partenaires (dont l’IFIP et INRAE) de 8 pays a travaillé sur l’amélioration de la durabilité des systèmes d’élevage du porc en engraissement dans le cadre du projet européen H2020 Pigsys.

PDF icon Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p.114
2021

Aptitude à la reproduction et odeur de mâle entier chez le verrat (AROME)

Consulter le resumé

Marie-José Mercat, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 91

La sélection génétique est un levier bien identifié pour réduire le risque d’odeur de verrat. Cependant, les composés responsables de l’odeur sont très liés à la maturité sexuelle des mâles. Sélectionner contre l’odeur de verrat pourrait donc nuire à la capacité de reproduction. L’enjeu du projet AROME était d’acquérir de nouvelles connaissances sur les relations entre le risque d’odeur et les caractères de reproduction du verrat, pour éclairer les stratégies de sélection. Pour cela, le projet a combiné des prélèvements en élevages de sélection et des mesures et observations en unité expérimentale (UE) comme en centres de production de semence commerciaux (CIA).

PDF icon Marie-José Mercat, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 91
2021

Nouveaux critères de sélection des aptitudes maternelles des truies

Consulter le resumé

Pauline Brenaut et Alban Bouquet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 92

La survie des porcelets en allaitement est un caractère complexe à sélectionner car il est influencé en grande partie par des facteurs
environnementaux. Il existe toutefois des facteurs génétiques liés à la truie et au porcelet qui peuvent être sélectionnés. En effet, le comportement de la mère dans les premières heures de vie influence grandement les chances de survie du porcelet. Depuis 2017, des données ont été collectées dans les élevages de sélection des races Large White (LW) et Landrace (LR) pour évaluer le comportement maternel des truies dans les premiers jours après la mise-bas.
Deux caractères ont été évalués :
● Un score d’écrasement comportant quatre classes : comportement normal sans écrasement, truie agitée mais pas de porcelets écrasés, 1 porcelet écrasé, et enfin ≥2 porcelets écrasés.
● Une note d’agressivité avec 2 modalités (agressive ou normale).

Ces caractères ont été analysés à l’aide de modèles linéaires pour évaluer leur héritabilité et les corrélations génétiques avec les autres caractères usuellement évalués : la taille de portée à la naissance et au sevrage, le taux de mortalité des porcelets et les caractéristiques pondérales des porcelets.

PDF icon Pauline Brenaut et Alban Bouquet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 92
2021

Biomarqueurs précoces de l'efficacité alimentaire chez le porc

Consulter le resumé

Alban Bouquet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 93

Dans les schémas de sélection, la capacité de phénotypage de l’efficacité alimentaire est limitée par le coût de mesure de l’ingéré. L’utilisation de biomarqueurs précoces est une approche intéressante pour améliorer l’efficacité de la sélection sur ce caractère. Elle permettrait d’avoir une mesure proxy pour sélectionner plus précisément les reproducteurs parmi un plus grand nombre de candidats. Les biomarqueurs de l’efficacité alimentaire ont été généralement mis en évidence dans des dispositifs expérimentaux de taille limitée. Une validation est alors nécessaire pour s’assurer qu’ils sont généralisables à d’autres races et d’autres contextes. L’objectif de cette étude était de valider deux biomarqueurs sanguins précoces de l’efficacité
 alimentaire, le facteur de croissance IGF-1 et la leptine, dans trois lignées Large White (LW), Duroc et Piétrain en sélection.

PDF icon Alban Bouquet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 93
2021

Outil d'enregistrement automatique de la maturité du porcelet

Consulter le resumé

Pauline Brenaut, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 94

Une nouvelle voie d’amélioration de la survie des porcelets pendant la période d’allaitement consiste à prendre en compte la maturité du porcelet à la naissance. En effet, au-delà du poids à la naissance, il apparait important pour les sélectionneurs de pouvoir détecter parmi les porcelets légers ceux qui sont plus susceptibles de mourir du fait de leur immaturité. Il s’agit alors d’apporter une information complémentaire sur la qualité du porcelet. Visuellement, il est possible d’identifier un porcelet immature car celui-ci présente une morphologie caractéristique avec un crâne bombé, des yeux exorbités et une asymétrie tête/corps. Ce nouveau critère pourrait être sélectionné avec des conséquences positives sur la survie des porcelets.
Cependant, pour une utilisation à des fins de sélection génétique, ce phénotype doit être enregistré sur tous les porcelets en élevage de sélection. Or cette notation morphologique est difficile à mettre en place à grande échelle. Dans le cadre de l’appel à projet CASDAR 2019, l’IFIP a imaginé avec la société Neotec-Vision, spécialisée dans l’analyse d’images, et en partenariat avec les sélectionneurs français d’Alliance R&D (Axiom, Choice et Nucléus), un dispositif de prise d’images capable de définir le phénotype de maturité du porcelet par une approche de type deep learning.

PDF icon Pauline Brenaut, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 94
2021

Animation technique pour le compte de l'Agence de la Sélection Porcine

Consulter le resumé

Joël Bidanel et Claire Hassenfratz, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 95

L’Agence de la Sélection Porcine (ASP), organe de représentation des professionnels de la génétique porcine, est amenée à traiter des dossiers techniques à la demande de ses adhérents ou du Ministère chargé de l’Agriculture. Depuis 2005, au sein d’une convention de partenariat, l’ASP confie l’animation et/ou la maîtrise d’oeuvre de ses travaux à l’IFIP.
La Direction Générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPE) confie à l’ASP l’expertise des agréments zootechniques des Etablissements de Sélection Porcine (ESP) : conformité aux exigences réglementaires, suivi de l’activité des ESP et centres de collecte de sperme (CIA). Grâce aux données qu’elle centralise, l’ASP peut établir des références et les mettre à disposition des utilisateurs.

PDF icon Joël Bidanel et Claire Hassenfratz, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 95
2021

Biosécurité et Fièvre Porcine Africaine

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 97

Bien que la Belgique ait retrouvé son statut indemne, la fièvre porcine africaine continue de se répandre en Europe et en Asie. L’Allemagne a déclaré la maladie sur sanglier en septembre 2020 et depuis le nombre de cas augmente et la zone infectée à l’est de l’Allemagne s’étends. Le nombre de cas en Europe sur sangliers a fortement augmenté en 2020, avec 11338 cas et 1434 cas en élevage.
L’Ifip a mis en oeuvre et participé à différentes actions pour aider les acteurs à répondre aux exigences de biosécurité, en élevage et lors du transport des porcs.

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 97
2021

Intégration des démarches de pilotage de la santé des troupeaux (UniFilAnim Santé)

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 98

Des outils et démarches pour piloter la santé existent en production porcine, avicole et bovine. Mais peu de démarches sont partagées et mutualisées entre ces trois filières animales. Le projet UniFilAnim Santé a pour objectif d’apporter aux éleveurs des clés pour améliorer leur pilotage de la santé, notamment, en s’inspirant des modèles des autres filières.
Pour cela l’étude s’est déroulée en 2 étapes :
1) recenser les outils et démarches existantes auprès de professionnelles du secteur pour ensuite faire une classification d’outils;
2) tester cette classification d’outils auprès d’éleveurs à travers des focus groups pour identifier ceux qu’ils utilisent et avec quels intervenants ils interagissent.

PDF icon Alexandre Poissonnet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 98
2021

Détection précoce des pathologies via l'imagerie automatique

Consulter le resumé

Johan Thomas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 99

Dans un contexte de réduction des usages d’antibiotiques et de diminution du nombre d’animaliers dans les élevages, il est essentiel d’accompagner les éleveurs dans leur questionnement face à ces nouveaux enjeux de société. Pour cela, les élevages modernes peuvent compter sur un atout de poids : la révolution numérique et les nombreuses données maintenant disponibles. Le défi : exploiter au mieux ces données, qui sont variées et fournissent des informations diverses et très riches sur l’élevage en général, sur l’utilisation des bâtiments, sur l’état des animaux…
Parmi ces données, la localisation des porcelets, aujourd’hui permise grâce aux avancées technologiques d’imagerie et à la baisse du coup du matériel, pourrait être un indicateur pertinent pour la détection précoce des pathologies.

PDF icon Johan Thomas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 99
2021

Analyse des pertes en maternité à partir de la GTTT

Consulter le resumé

Brigitte Badouard, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 100

La maitrise des pertes en maternité est une priorité, à la fois pour des raisons économiques et éthiques. Leur évolution récente renforce la nécessité de travailler sur cette thématique.
Les travaux menés en 2020 ont été conduits selon deux grands axes. Tout d’abord la promotion de l’outil Web PertMat a été renforcée auprès des Organisations de Producteurs (OP) et des vétérinaires. De nombreux comptes ‘Techniciens’ ont été ouverts, leur permettant ainsi d’accéder à l’analyse fine des pertes en maternité permise par l’outil, pour les élevages dont ils réalisent le suivi.
En parallèle, une étude a été menée sur plus d’un million de portées, correspondant aux carrières des truies ayant sevré au moins une portée en 2019, afin d’identifier les facteurs explicatifs des pertes en maternité à partir des critères disponibles en GTTT.

PDF icon Brigitte Badouard, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 100
2021

Pages