La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 1640 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Controverse sur l’élevage : les filières répondent aux attentes des consommateurs

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 58

De manière croissante depuis le début des années 2010, l’élevage en France est la cible de nombreuses critiques émanant de différents acteurs sociaux et adressées tant aux filières qu’aux éleveurs, directement interpelés ainsi sur le sens de leur métier. Pour ‘décrypter’ cette controverse et ‘outiller’ les acteurs de la filière porcine française, l’ifip conduit depuis une dizaine d’années des travaux alliant économie et sociologie (GIS élevages demain 2012-2014, projet ACCEPT 2014-2018…). L’ifip a aussi choisi de se doter de compétences reconnues en sociologie en finançant la thèse en sociologie d’une ingénieure en poste partagé avec l’Itavi et l’Idele. Les thèmes et sujets de débats entourant l’élevage sont multiples : environnement,
bien-être animal, santé, système d’élevage. Pour y répondre, les filières animales - nord européennes depuis 10-15 ans, française depuis quelques années - mobilisent différents leviers :
● La communication, physique (visites à la ferme) et virtuelle (réseaux sociaux), individuelle (éleveur, entreprise) ou collective (interprofession)
● Le dialogue avec les parties prenantes (ONG notamment)
● La différenciation des systèmes d’élevage
● La segmentation des marchés.
Autrefois portées surtout par les ONG, les attentes en matière de bien-être animal ont largement pénétré la société.

PDF icon Christine Roguet, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 58
2020

Défauts technologiques des viandes blanches : amélioration par la génétique et l’alimentation

Consulter le resumé

Antoine Vautier, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 45

Le projet TECNOVIA est à né à l’initiative d’un consortium de recherche et d’acteurs industriels composé de l’IFIP, l’Unité de Recherche Avicole de l’INRA de Tours, de l’ITAVI, de l’IRSET INSERM de Rennes, et des entreprises Fleury Michon, Hubbard, France Génétique Porc, et Gâtine Viandes. Il s’intéresse à la qualité technologique de la viande de porc et de volaille et tout particulièrement à certains défauts touchant leur structure musculaire, à leur caractérisation et à la mise au point de stratégies correctrices afin d’en réduire leur incidence. Cette fiche dresse le bilan des travaux menés pour la viande de porc.
La viande de jambon de porc à l’état frais présente une proportion d’environ 20% d’un défaut de qualité dénommé « déstructuré». Lors de sa transformation en jambon cuit supérieur, le défaut se traduit par des rendements de cuisson et de tranchage dégradés mais aussi une texture dite « pommade » sur les produits remis au consommateur. Le tri sur le pH permet néanmoins d’écarter les jambons à risque, qui subissent une perte importante (30%) de leur valeur économique du fait de leur orientation vers des circuits de transformation moins valorisants. Les mécanismes et les gènes à l’origine de ce défaut de structure restent en grande partie inconnus à l’exception du gène majeur halothane HAL. Dans un contexte de limitation des apports en sels aggravant les défauts technologiques, l’amélioration de la qualité initiale des viandes devient primordiale. Ce projet vise à mobiliser les nouvelles avancées technologiques en termes analytiques (protéomique, métabolomique, microscopie biphotonique de seconde harmonique, imagerie moléculaire MALDI-TOF) pour identifier l’origine biochimique du défaut de déstructuration (volet 1). Les volets 2 et 3 se sont ensuite intéressés au développement de stratégies alimentaires susceptibles de réduire l’importance du défaut de structure et de valider ses solutions au niveau industriel.

PDF icon Antoine Vautier, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 45
2020

Biocontrôle de germes pathogènes et d’altération sur les surfaces d’ateliers charcutiers par flores protectrices

Consulter le resumé

Bastien Frémaux, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 55

Au cours de la transformation des aliments, l’encrassement et la contamination microbienne des surfaces des équipements sont des phénomènes récurrents. Cette flore résiduelle de surface peut héberger des germes indésirables, pathogène ou d’altération, potentiellement transférables à l’aliment en contact. La maîtrise des contaminants repose sur l’application de bonnes pratiques d’hygiène, et la mise en place systématique de procédures adéquates de nettoyage et de désinfection des installations. Ces opérations sont toutefois jugées aujourd’hui particulièrement lourdes et fortement consommatrices en intrants (eau potable, énergie, produits chimiques). Parmi les technologies proposées aux professionnels de l’alimentaire pour tenter d’accroitre la qualité microbiologique et la sécurité sanitaire de leurs produits, figure notamment l’aspersion d’une flore bactérienne protectrice visant à prévenir la colonisation des surfaces par des flores indésirables. Ce travail visait à la mise au point d’un procédé d’aspersion via l’Autojet antimicrobial spray system (Spraying Systems Co.) pour l’application de flores protectrices sur les surfaces ouvertes, puis d’évaluer les performances de deux ferments (notés A et B, CHR HANSEN) à l’encontre de l’implantation de germes indésirables pathogène (Listeria monocytogenes) et d’altération (Pseudomonas fluorescens) sur deux types de matériaux (acier inoxydable et polymère).

PDF icon Bastien Frémaux, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 55
2020

Toward the reduction of nitrite in cured meat : role of ascorbate

Consulter le resumé

Aline Bonifacie (Inrae) et al., 66th Congress of meat science and technology (ICOMST) and 73rd reciprocal meat conference, 2-7 août 2020, Etats-Unis (conférence virtuelle), poster

Nitrite and/or nitrate added in cured meat are involved in the formation of nitroso-compounds (nitrosamines, nitrosothiols and nitrosylheme) potentially mutagenic. Oxidation in meat affects health by formation of mutagenic aldehydes. An excessive consumption of cured meat is associated with an increased risk of colorectal cancer. Therefore, the objective of this study was to evaluate the role of ascorbate regarding the reduction of nitrites in cured meat.

PDF icon Alice Bonifacie et al., 66th ICOMST et 73rd RMC, 2-7 août, poster, PDF icon Alice Bonifacie et al., 66th ICOMST, 2-7 août, poster
2020

Toward the prediction of the PSE-Like muscle mefect in cooked hams

Consulter le resumé

Laetitia Théron (Inrae), Meat and Muscle Biology, 2020, volume 4, n°2, juillet, 6 pages

Pale Soft Exudative (PSE)-like muscle defect is of great importance in the cooked ham industry because of the economic losses it can cause. The flagship product is the “Jambon supérieur,” a polyphosphate-free cooked ham, usually sold sliced and packaged. Slicing is an automatic process that reveals the defect as holes in the slice leading to slicing losses. Up to now, the PSE-like defect has only been detected on raw meat after deboning the pork leg because it affects the inner part of the semimembranosus muscles and also the adductor muscles. The objective of this study was to develop innovative approaches that combine mechanistic elucidation and the discovery of potential biomarkers (i) at the level of the muscle and (ii) at the level of the live animal by analyzing proteins from plasma. The use of chemometrics for the spectral fingerprinting of pig plasma was chosen to predict the PSE-like muscle defect in raw hams.

source : https://www.iastatedigitalpress.com/mmb/article/11156/galley/10837/download/

2020

Mesurer les épaisseurs de lard avec un échographe

Consulter le resumé

Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 32

L’Ifip a testé un échographe équipé d’une sonde de gestation pour contrôler des épaisseurs de lard dorsal. Moyennant quelques précautions les résultats sont au rendez-vous.

PDF icon Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 32
2020

Genetic determinism of boar taint and relationship with growth traits, meat quality and lesions

Consulter le resumé

C. Dugué (Inrae) et al., Animal, 2020, volume 14, n° 7, 1er juillet, p. 1333-1341

Breeding entire males is an alternative to surgical castration to improve their welfare. However, entire males may have a major quality defect called boar taint. Boar taint is partly due to the presence of androstenone in fat. In this study, we estimated the genetic parameters between androstenone and production traits to evaluate the consequences of selection against boar taint for traits of interest. We focused on growth traits, meat quality, lesions, hormone levels and computerised tomography measurements in purebred Piétrain (P) or Piétrain cross Large White (X) entire males. The number of measured animals varied from 670 P and 734 X for hormones concentrations to 553 P and 645 X for computerised tomography measurements. Skin lesions were measured on live pigs shortly after mixing, at the end of the fattening period, and on carcasses. Heritabilities of traits measured by tomography ranged from low to high: femur density (P: 0.34, X: 0.69), loin eye area (P: 0.53, X: 0.88) and loin eye density (P: 0.12, X: 0.18). The mean number of lesions at each stage was lower in purebred pigs than in crossbreds (entering the fattening stage 4.01 in P and 4.68 in X; before slaughter 3.72 in P and 4.22 in X; on carcass 4.50 in P and 4.96 in X). We also observed a decrease in the average number of lesions between the two stages in live pigs. We found high genetic correlations between stages in purebred pigs (0.74 to 0.76) but low correlations (−0.30 to 0.29) in crossbred pigs. Selection aiming to decrease fat androstenone is feasible ( h2 = 0.57 in P and h2 = 0.71 in X). It would have overall positive effects on meat production and quality traits. Selection aiming to reduce plasma oestradiol would strongly reduce the level of fat androstenone (rg = 0.89 in P and rg = 0.84 in X). Selection against oestradiol is easier and less invasive since it would only require a blood sample rather than a fat biopsy in live animals.

https://www.cambridge.org/core/services/aop-cambridge-core/content/view/8B114317EA6ABC332DE746DF180ED846/S1751731120000105a.pdf/genetic_determinism_of_boar_taint_and_relationship_with_growth_traits_meat_quality_and_lesions.pdf

2020

Diversité génétique des souches de Listeria monocytogenes isolées dans la filière porcine en France / Listeria monocytogenes genetic diversity in the pig and pork sector in France

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 6(1), 1-7 - La revue R&D de la filière porcine française

Listeria monocytogenes est une bactérie pathogène ubiquitaire, transmissible à l’homme via la consommation d’aliments contaminés. Elle peut être isolée d’une grande variété d’aliments, en particulier les aliments à base de viande de porc. Entre 2015 et 2017, l’Ifip et l’unité SEL (Salmonella-Listeria) du Laboratoire de Sécurité des Aliments de l’Anses de Maisons-Alfort ont mené une étude qui visait à obtenir une meilleure connaissance de la diversité des souches de Listeria monocytogenes (Lm) afin de mieux caractériser la manière dont elle circule dans la filière porcine. Vingt-six complexes clonaux (CCs) majeurs ont été identifiés dans la filière porcine. Les CC37, CC77 et CC59 étaient associés au compartiment élevage mais pas aux compartiments environnement de production ni produits finis. Les CC121 et CC9 étaient fortement associés au maillon transformation de la viande de porc. Le CC121 n’a pas été retrouvé parmi les souches isolées du compartiment élevage. Le CC9 était associé aux produits finis, et en particulier la viande de porc non transformée, mais ni à l’élevage, ni à l’environnement de production. Aucun des CCs identifiés dans ce projet n’était spécifique de la filière porcine c’est-à-dire qu’ils étaient également identifiés dans les autres filières de production alimentaire. Les complexes clonaux CC1, CC2, CC6 identifiés en filière porcine ont été décrits comme hyper virulents chez l’homme par Maury et collègues en 2016.

35,00 €
2020

Les bactériophages, un moyen de maîtrise supplémentaire des bactéries indésirables dans les aliments ? / Bacteriophages—ready to join the arsenal of measures for controlling unwanted bacteria in food?

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 6(1), 37-45 - La revue R&D de la filière porcine française

La qualité et la sécurité microbiologique des aliments sont des prérequis indispensables à leur mise sur le marché, et constituent une préoccupation constante des entreprises de l’agroalimentaire. A cette fin, l’utilisation de bactériophages virulents pour le bio-contrôle de bactéries indésirables suscite un intérêt croissant. Ces virus bactériens présentent de nombreux avantages, à savoir leur caractère naturel, leur innocuité vis-à-vis de l’homme (statut GRAS des solutions de phages commerciales), leur spécificité d’hôte, leur remarquable stabilité dans les aliments sans en altérer leurs propriétés organoleptiques. L’efficacité lytique des phages vis-à-vis de leur hôte bactérien dans les aliments a été évaluée au travers de nombreux travaux. Cette efficacité est conditionnée par de multiples facteurs inhérents aux phages et à la bactérie cible, les conditions d’application et les caractéristiques de l’aliment traité. Ce travail de synthèse a été réalisé dans l’optique d’éclairer le lecteur quant au potentiel des bactériophages comme moyen de maîtrise de bactéries pathogènes ou d’altération dans les aliments. Sont exposés dans cette synthèse quelques généralités relatives aux bactériophages, leurs mécanismes d’action et les principaux facteurs pouvant influencer leur efficacité dans les aliments. Le cadre réglementaire actuel est également présenté.

35,00 €
2020

Barquettes de charcuteries thermoformées : comment sortir du PVC vers des emballages recyclables / Thermoformed trays for deli meats: Phasing out PVC for recycled packaging

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 6(1), 29-36 - La revue R&D de la filière porcine française

De nombreux fabricants industriels de charcuteries ont initié une démarche d’abandon du PVC (polychlorure de vinyle) dans la composition des emballages mis sur le marché. D’un point de vue environnemental, les barquettes en PVC ou PVC/PE n’auront pas de filière de recyclage à l’issue du programme d’extension des consignes de tri en 2022. Le PVC n’est pas non plus valorisable énergétiquement sous forme de combustible solide de récupération, en raison de la libération de chlore. Les barquettes en PVC sont donc actuellement soit incinérées soit enfouies, deux options les moins bénéfiques pour l’environnement. Pour remplacer le PVC/PE plusieurs alternatives s’ouvrent aux industriels en fonction de leurs équipements. Ils peuvent s’orienter vers l’APET/PE ou vers des monomatériaux tels que l’APET ou le PP. Sur le plan financier, le prix de l’APET (polyéthylène téréphtalate amorphe) est devenu inférieur au prix du PVC, ce qui rend plus rapide l’amortissement des investissements à réaliser sur les outils de coupe des thermoformeuses pour les rendre compatibles. De plus, les tarifs de la contribution financière versée par les metteurs sur le marché d’emballages ont été segmentés en 2020 selon le niveau de développement de la filière de recyclage, avec le tarif le plus élevé pour les emballages en PVC. Le projet « Sortir du PVC » vise à apporter aux entreprises de la filière charcuterie des éléments techniques et opérationnels pour les aider à réaliser cette conversion. La conversion à l’intérieur des entreprises commence par un état des lieux des machines, ligne par ligne, et par l’évaluation de leur capacité d’adaptation. Les différents cas de figure sont décrits dans cet article, ainsi que les investissements nécessaires et les différentes phases à prévoir pour la conversion.

35,00 €
2020

Caractérisation de la qualité technologique de la viande de coche. Effet de l’incorporation de maigres de coche dans des mêlées de saucissons secs sur leurs évolutions et leurs caractéristiques / Characterization of the technological quality of sow meat

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 6(1), 9-15 - La revue R&D de la filière porcine française

L’IFIP a étudié la qualité de la viande de coche et la qualité de saucissons secs fabriqués avec des proportions variables de maigres de coches. Une population de 280 coches a été suivie à l’abattoir et en atelier découpe, des mesures de qualité de viande (épaisseur de gras dorsal, pH ultime, colorimétrie et pertes d’exsudat) ont été réalisées sur cette population. Des analyses de composition chimique ont été réalisées sur 90 animaux (taux de protéine, de lipide, d’humidité, de collagène, de collagène thermosoluble). Les viandes de coche de cette étude présentent peu de viandes à bas pH, mais des taux de viandes DFD ou à tendance DFD de 10 à 30% et 70% de viandes normales (pH entre 5,6 et 6). Les pertes par exsudat s’élèvent en moyenne à 3,6%. La durée de mise à jeun influe significativement sur ce paramètre, tout comme sur le niveau de pH ultime. Les viandes de coches sont sombres ce qui est en rapport avec les niveaux de pHu mesurés. Les viandes des coches les plus âgées sont plus rouges. L’IFIP confirme l’effet de l’âge sur la proportion de collagène thermosoluble qui baisse avec l’âge des animaux en raison de l’augmentation de la réticulation du collagène avec l’âge. Les fabrications de saucissons secs ont été réalisées en 4 séries contenant des proportions de maigre de coche croissantes (0, 35, 70 et 100%). Les saucissons contenant du maigre de coche sont caractérisés par une élasticité, une cohésion et une masticabilité significativement supérieures. Ils ont donc une texture plus liée et plus consistante. Cette bonne liaison des saucissons est apportée par la viande de coche dont le pH plus élevé est le signe d’une fonctionnalité des protéines myofibrillaires supérieure.

35,00 €
2020

Formulation et technologie du jambon cuit supérieur à teneur réduite en sel / Formulation and technology of high quality cooked ham with reduced salt content

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 6(1), 17-28 - La revue R&D de la filière porcine française

La réduction de la teneur en sel dans le jambon cuit supérieur induit une baisse du rendement technologique et de la tenue de tranche qui détermine la réussite des fabrications. Cette baisse est accentuée à partir de 1,5% de sel, c’est-à-dire pour les teneurs permettant une allégation «25% de réduction» (1,4% de sel, par rapport à une moyenne du marché, à ce jour, de 1,86%). Elle est logiquement accentuée par l’utilisation de viandes à pH bas, ce qui valide une nouvelle fois la nécessité sélectionner des matières premières. L’impact du type de noix est plus difficile à maîtriser : il faudrait traiter séparément de la sous-noix, moins fonctionnelle que la grosse noix et la noix pâtissière. La maîtrise du processus technologique permet, en partie, de limiter les effets négatifs de la réduction de la teneur en sel. Le type et le niveau de performance du matériel disponible a une forte influence sur le résultat final. Cela rend aléatoire une extrapolation des résultats de cette étude en ce qui concerne le barème de malaxage : en réduction simple de la teneur en sel, le mode alterné a donné les meilleurs résultats, mais le mode continu a été meilleur avec l’utilisation de sels de substitution. Au niveau de la cuisson, le procédé à deux paliers a donné les meilleurs résultats, comme la cuisson delta T 20°C, qui est moins compatible avec les contraintes de fabrication. Avec les sels de substitution (chlorure de magnésium ou de potassium), les résultats ont été stabilisés pour les teneurs en sel les plus basses. Mais ces sels sont des additifs (à étiqueter) et apportent de l’amertume au-dessus d’une certaine teneur. La transglutaminase n’a pas d’influence gustative annoncée sur le jambon cuit. Son statut d’auxiliaire technologique permet de ne pas l’étiqueter. Elle a donné de bons résultats, en particulier au niveau de la tenue de tranche.

35,00 €
2020

La balance commerciale s'améliore

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 9

En France, l’intensification de la demande chinoise a permis d’améliorer la balance commerciale en volume et en valeur.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 9
2020

Large-scale multivariate dataset on the characterization of microbiota diversity, microbial growth dynamics, metabolic spoilage volatilome and sensorial profiles of two industrially produced meat products subjected to changes in lactate concentration and

Consulter le resumé

Simon Poirier et al., Data in Brief, 2020, volume 30, juin, p. 1-8

Large-scale multivariate dataset on the characterization of microbiota diversity, microbial growth dynamics, metabolic spoilage volatilome and sensorial profiles of two industrially produced meat products subjected to changes in lactate concentration and packaging atmosphere

Data in this article provide detailed information on the diversity of bacterial communities present on 576 samples of raw pork or poultry sausages produced industrially in 2017. Bacterial growth dynamics and diversity were monitored throughout the refrigerated storage period to estimate the impact of packaging atmosphere and the use of potassium lactate as chemical preservative. The data include several types of analysis aiming at providing a comprehensive microbial ecology of spoilage during storage and how the process parameters do influence this phenomenon. The analysis includes: the gas content in packaging, pH, chromametric measurements, plate counts (total mesophilic aerobic flora and lactic acid bacteria), sensorial properties of the products, meta-metabolomic quantification of volatile organic compounds and bacterial community metagenetic analysis. Bacterial diversity was monitored using two types of amplicon sequencing (16S rRNA and GyrB encoding genes) at different time points for the different conditions (576 samples for gyrB and 436 samples for 16S rDNA). Sequencing data were generated by using Illumina MiSeq. The sequencing data have been deposited in the bioproject PRJNA522361. Samples accession numbers vary from SAMN10964863 to SAMN10965438 for gyrB amplicon and from SAMN10970131 to SAMN10970566 for 16S.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352340920303474/pdfft?md5=535953496f21e11dfdce43816ece738e&pid=1-s2.0-S2352340920303474-main.pdf

2020

Le commerce mondial de viande de porc progresse

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 8-9

En 2019, les dynamiques du commerce mondial du porc ont été ébranlées par la flambée des importations chinoises.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 8-9
2020

Bilan d'activité de l'IFIP-Institut du porc en 2019

Consulter le resumé

Au Sommaire :

PDF icon bilan_ifip_2019_web.pdf
2020

Bilan des échanges porcins français : amélioration du solde commercial

Consulter le resumé

Elsa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2020, n° 508, mai, synthèse du mois, p. 8

L’intensification des importations chinoises en 2019 a permis d’améliorer la balance commerciale française en volume et en valeur. Stimulée par la demande internationale, la hausse du prix du porc à la production en France et dans le monde, a fait rebondir la valeur des exportations françaises. Néanmoins, le solde commercial des échanges français de porc reste déficitaire en valeur.

PDF icon Elsa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2020, n° 508, mai, synthèse du mois, p. 8
2020

La consommation de porc poursuit son recul

Consulter le resumé

Valérie Diot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 16-17

L’érosion des volumes d’achats des ménages s’est poursuivie en 2019 en faveur des produits élaborés. L’inflation des prix en porc frais et en charcuterie reste limitée malgré la hausse record des cours du porc.

PDF icon Valérie Diot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 16-17
2020

Le Covid-19 affectera peu le commerce mondial du porc

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 6-7

Selon l’Ifip, le commerce mondial du porc pourrait être peu affecté à long terme par la crise du Covid-19. Même si, pour certains, la dépendance à l’égard des exportations ou des importations est désormais considérée comme une vulnérabilité.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 6-7
2020

Le Covid-19 profite aux supermarchés et au e-commerce

Consulter le resumé

Valérie Diot, Porc Mag (FRA), 2020, n° 552, mai, p. 29

Le confinement de la France en réponse à l'épidémie de coronavirus a profondément modifié les habitudes de consommation et d'achat de denrées alimentairesdes Français, perturbation à laquelle s'ajoute un pouvoir d'achat réduit.

2020

Pages