La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 301 à 320 de 793 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Filière porcine française : échanges extérieurs en 1999

Consulter le resumé

En 1999, la production porcine française a encore augmenté, +2 % par rapport à 1998, mais moins vite que les années précédentes. La consommation a été très élevée, un peu supérieure à de celle de 1998. Mais celle-ci avait fait un bond exceptionnel, comparé à la relative stagnation des années antérieures.

D’ailleurs la consommation de l’ensemble des viandes a été élevée en 1998 et en 1999.
PDF icon Filière porcine française : échanges extérieurs en 1999
2000

Filière porcine ukrainienne : Illusions perdues

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 489, synthèse du mois, septembre, p. 8, par Boris Duflot

Avec son potentiel de productions végétales, ses faibles coûts de main d’oeuvre et une tradition de consommation de porc, l’Ukraine pouvait devenir un acteur majeur du commerce international. Mais la propagation de la peste porcine africaine empêche quasiment toute exportation, tandis que le marché intérieur s’est réduit depuis la crise politique et économique de 2014.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 489, synthèse du mois, septembre, p. 8, par Boris Duflot
2018

Fine mapping of production and meat quality QTL in Large White pigs using the PorcineSNP60 Beadchip

Consulter le resumé

About 500 Large White pigs (106 sire families) were genotyped using the PorcineSNP60 Beadchip and controlled for feed intake, growth, carcass composition and meat quality. Of the 64,432 SNP (Single Nucleotide Polymorphism) of the chip, 44,412 passed the quality control and were thus used for genome-wide association analyses (GWAS) with the FASTA method (individual effects of SNP and polygenic effect are estimated jointly). A total of 45 regions with significant effects (P<10-4) have been identified for SNP distributed on all chromosomes (SSC) except on SSC5 and SSC12.

PDF icon Fine mapping of production and meat quality QTL in Large White pigs using the PorcineSNP60 Beadchip
2012

Finishing season and feeding resources influence the quality of products from extensive-system Gascon pigs. Part 1: Carcass traits and quality of fresh loin

Consulter le resumé

Bénedicte Lebret (Inrae) et al., Animal, 2021, volume 15, n° 8, août, 9 pages

Consumers perceive pork products from local breeds reared in extensive systems positively because of their specific quality properties and regional identity. The sensory, nutritional and technological qualities of these products depend, among other things, on pig production, especially its climatic conditions and the availability of feed resources, which can influence traits of muscle and fat tissue. The present study (part 1) was part of a larger project that assessed the influence of the finishing season and feeding resources on carcass and tissue traits and the quality of meat and dry-cured ham from Gascon pigs in an extensive system. Following the specifications of the Protected Designation of Origin “Noir de Bigorre”, castrated Gascon males were reared on rangelands (grassland and forest areas) and received a supplementary diet from 5 to 6 months of age until slaughter at a minimum of 12 months of age and ca. 170 kg live weight. Three finishing seasons were considered as follows: Winter (n = 18), Spring (n = 22) and Autumn (n = 23). To estimate specific effects of season on productive and quality traits and avoid bias due to effects of genes known to influence these traits, polymorphisms in the RYR1, PRKAG3, MC4R and LEPR genes were included in the analysis models. The finishing season did not influence growth rate. Compared to Winter pigs, Spring and Autumn pigs had slightly lower carcass fatness (P < 0.05), higher ultimate pH and redder and darker color of the Longissimus muscle (LM) (P < 0.01). Loin drip loss was low overall, but was higher for Spring pigs, whereas cooking loss and shear force were similar among seasons. Spring pigs tended to have the lowest LM lipid content, whereas LM myoglobin content remained unaffected. Autumn pigs had lower potential of lipid oxidation in LM than Winter and Spring pigs (P < 0.01), but muscle metabolic traits assessed via glycolytic and oxidative enzyme activities did not differ among seasons. The finishing season modified the backfat fatty acid (FA) profile, with a lower polyunsaturated FA percentage in Autumn pigs than Winter or Spring pigs (P < 0.001), even though the saturated and monounsaturated FA percentages did not differ. In particular, Spring pigs had the lowest n-6:n-3 and C18:2:C18:3 ratios (P < 0.001), as a result of grazing. Overall, Spring and Autumn finishing seasons seem more favorable to technological and sensory pork attributes, with an additional positive effect of Spring finishing on pork nutritional value.

source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1751731121000823/pdfft?md5=3f432f36803a5cfaf1973f60d6f38d03&pid=1-s2.0-S1751731121000823-main.pdf

2021

Finishing season and feeding resources influence the quality of products from extensive-system Gascon pigs. Part 2: muscle traits and sensory quality of dry-cured ham

Consulter le resumé

Bénedicte Lebret (Inrae) et al., Animal, 2021, volume 15, n° 8, août, 9 pages

The quality of pork products from local breeds in extensive systems depends, among other things, on pig production. In particular, the variability in climatic conditions and feeding resources may influence the properties of tissues at slaughter and the quality of pork and processed products. The present study (part 2) was part of a larger project that assessed the influence of the finishing season and feeding resources on carcass and tissue traits and the quality of meat and dry-cured ham from Gascon pigs in an extensive system. Following the specifications of the Protected Designation of Origin “Noir de Bigorre”, castrated Gascon males were reared on rangelands (grassland and forest areas) and received a supplementary diet from 5 to 6 months of age until slaughter at a minimum of 12 months and ca. 170 kg BW. Three finishing seasons were considered: Winter (n = 18), Spring (n = 22) and Autumn (n = 23). To estimate the specific effects of season on quality traits and avoid bias due to effects of genes known to influence these traits, polymorphisms in the RYR1, PRKAG3, MC4R and LEPR genes were included in the analysis models. Compared to Winter pigs, Spring and Autumn pigs had higher ultimate pH in the semimembranosus and gluteus medius (GM) muscles, lower meat lightness (P < 0.05) and tended to have higher GM intramuscular fat (IMF) content (P < 0.10). They also had higher GM contents of saturated, monounsaturated and polyunsaturated fatty acids (FAs) than Winter pigs (P < 0.05). Spring pigs had the lowest n-6:n-3 polyunsaturated FA ratio and the highest GM α-tocopherol content (P < 0.001), indicating pig grazing. The finishing season did not influence the processing yield of dry-cured hams (24-month process). Within each seasonal group, ten hams selected for genetic variability and IMF content were analyzed by a trained sensory panel. The season did not modify the appearance or odor, but influenced texture and taste. Hams from Winter and Spring pigs had higher tenderness and melting fat scores than hams from Autumn pigs (P < 0.01). Hams from Spring pigs had higher taste intensity and salty taste (P < 0.01) but lower positive tastes (e.g. fruits, forest) than hams from the other groups. Overall, finishing season had moderate effects on ham sensory traits. Furthermore, our results reveal high redness, tenderness, taste and odor intensity, and low rancid flavor of hams from Gascon pigs produced in an extensive system.

source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1751731121001488/pdfft?md5=cdf85db9768c2b268e92f3588bbd44f0&pid=1-s2.0-S1751731121001488-main.pdf

2021

Forte augmentation de la production porcine en Espagne et aux Etats-Unis

Consulter le resumé

1999

France 2001 : exportations en difficulté vers les pays tiers

Consulter le resumé

Les deux cas de fièvre aphteuse pèsent très lourd sur nos échanges. En effet, les

exportations vers les pays tiers ont été divisées par deux par rapport à 2000.

Néanmoins, les entreprises ont su développer les parts de marché dans l’Union

européenne, limitant ainsi l’effondrement des ventes.

A l’importation, les volumes diminuent aussi. L’Espagne a maintenu ses ventes et

a augmenté sa part de marché. Le Danemark s’est aussi renforcé. En revanche, les

Pays-Bas et la Belgique étaient moins présents en 2001 qu’en 2000.
PDF icon France 2001 : exportations en difficulté vers les pays tiers
2002

France : bilan 2000 - La production porcine recule

Consulter le resumé

La baisse de 2% de la production porcine française a entraîné celle de la consommation, tandis que se maintenaient les flux du commerce extérieur. Avec le développement des ventes dans le Sud-Est asiatique et un réajustement en Russie, la France reste le second exportateur de l'UE vers les pays tiers. Cette vocation peut-elle se maintenir alors que se dessinent de nouvelles baisses de la production ?

PDF icon bp2001n292.pdf
2001

France : bilan 2001, export réduit

Consulter le resumé

La croissance est terminée : pour la 4ème année consécutive, la production porcine française s'est stabilisée à 2,3 millions de tonnes en 2001. Le taux de couverture des besoins intérieurs s'est détérioré, d'autant plus que la crise du bœuf a relancé la demande en viande porcine.

Les exportations ont reculé, divisées par deux vers les pays-tiers sous l'effet de la fièvre aphteuse, accrues vers nos partenaires de l'UE. L'Espagne s'installe de manière durable comme premier fournisseur de la France.

PDF icon bp2002n304.pdf
2002

France : bilan 2003, la croissance est cassée

Consulter le resumé

Le bilan porcin français 2003 ressemble à celui de l'année précédente : stabilité de la production, de la consommation, légère croissance de l'exportation.

Il confirme cependant des tendances engagées : dépendance accrue vis-à-vis de l'extérieur, baisse du solde en valeur.

PDF icon bp2004n328.pdf
2004

France : bilan 2004, l'exportation en soutien

Consulter le resumé

Le bilan porcin français poursuit en 2004 les tendances des dernières années : le ressort de la production paraît durablement cassé tandis que la consommation a baissé de façon significative. Par contre, le dynamisme des exportations a permis d'absorber l'excédent de l'offre.
PDF icon France : bilan 2004, l'exportation en soutien
2005

France : bilan 2005, en recul

Consulter le resumé

La production française a poursuivi en 2005 sa tendance baissière. Le recul plus soutenu de la consommation a légèrement accru le taux d’auto-approvisionnement, à 107%.

L'exportation s'est développée, de plus en plus concentrée sur les autres pays de l’UE. A l’importation, l’Espagne continue de renforcer sa présence en France, surtout avec des pièces désossées.
PDF icon France : bilan 2005, en recul
2006

France : bilan 2006. Bis repetita

Consulter le resumé

Le bilan porcin français continue de se stabiliser. Le commerce en vif se développe et se diversifie.

Les pièces restent prépondérantes dans les échanges. En 2006, l’Espagne a conforté sa place de principal fournisseur du marché français. A l’exportation, deux tiers des débouchés sont dans l’UE, mais les ventes à la Russie et en Corée du sud se sont développées.
PDF icon France : bilan 2006. Bis repetita
2007

France : bilan porc 97 - Présence accrue à l'extérieur

Consulter le resumé

La production porcine française accélère sa croissance en 1997, tandis que la consommation intérieure poursuit son érosion. La présence des produits porcins made in France s'accroît donc sur les marchés extérieurs, aussi bien chez nos partenaires de l'Union européenne que vers les pays tiers, secoués par la tourmente sanitaire.
PDF icon France : bilan porc 97 - Présence accrue à l'extérieur
1998

France : bilan porc 98 - Plus de production mais plus d'import

Consulter le resumé

la production porcine française a encore augmenté en 1998 mais, cette fois, la consommation a suivi, stimulée par des prix plus faibles.

Plus agressif, le commerce européen a limité nos exportations et accru nos importantes. Malgré un marché mondial difficile, la France a réussi à accroître ses ventes vers les pays tiers.
PDF icon France : bilan porc 98 - Plus de production mais plus d'import
1999

France : bilan porc 99, production stable, demande élevée

Consulter le resumé

La production porcine française a peu augmenté en 1999. Par contre, au-delà des statistiques apparentes, la consommation aurait poursuivi une forte croissance.

Les exportations vers les pays tiers se sont accrues de moitié. Elles ont doublé vers la Russie. Les importations sont restées stables. L'Espagne arrive au premier rang de nos fournisseurs.

PDF icon bp2000n280.pdf
2000

France : Le modèle naisseur-engraisseur et ses déclinaisons

Consulter le resumé

La France a encouragé, avec succès, un modèle d'élevage porcin associant le naissage et l'engraissement.

Dans d'autres pays, où la production porcine connaît une forte croissance, on assiste à une spécialisation de l'activité des élevages. Quels enseignements peut-on tirer de cette comparaison, en termes d'atouts, limites et perspectives du modèle naisseur-engraisseur.
2009

France : marché ouvert

Consulter le resumé

Après 15 années de croissance, la crise a imposé en 2000 une réduction de la production porcine française. La consommation a baissé au même rythme, stabilisant le taux d’auto approvisionnement au niveau de 1999. Les volumes d’importations

et exportations n’ont pas changé en 2000 : les principales variations portent sur les destinations et les fournisseurs.
PDF icon France : marché ouvert
2001

France Génétique Porc dévoile ses objectifs

Consulter le resumé

Sélection collective

Les objectifs de sélection des lignées maternelles et paternelles collectives ont été récemment réactualisés. Ont été introduit, côté femelles, : un indice synthétique "Qualités Maternelles" et côté mâles : deux caractères de qualité de viande.

2016

France, échanges 2002 : modification des destinations et des fournisseurs

Consulter le resumé

En 2002, l’excédent des échanges a augmenté pour atteindre 134 000 tonnes :

par rapport à 2001 les exportations ont regagné un peu et les importations ont diminué. Des modifications de destinations et d’origines se sont confirmées en 2002. Les fournisseurs traditionnels ont laissé de la place pour l’Espagne et l’Allemagne. Les ventes se sont réorientées vers certaines pays de l’Union européenne et vers les PECO. L’Asie et la Russie n’ont pas répondu aux espérances des exportateurs français.
PDF icon France, échanges 2002 : modification des destinations et des fournisseurs
2003

Pages