La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 241 à 260 de 2564 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Des éco-aliments pour réduire les impacts environnementaux

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol (IFIP) et Florence Garcia-Launay (INRA), Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 17-19

Les éco-aliments sont des aliments formulés avec un objectif classique de moindre coût auquel s’ajoute un objectif de moindres impacts environnementaux. Les éco-aliments en engraissement ont des impacts à la tonne réduits de plus de 10 % pour un surcoût inférieur à 2 %.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Nouvelle version de MéthaSim, simulateur web de l’ifip pour dimensionner un projet de méthanisation

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 22-23

La méthanisation agricole prend progressivement son essor. Plus de sept ans après le lancement de la première version, MéthaSim vient d’être actualisée pour prendre en compte l’évolution des coûts d’investissement et de fonctionnement de cette filière, la diversification des modes de valorisation du biogaz (cogénération ou injection du biométhane) et de gestion des digestats.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

L’exposition des travailleurs à l’ammoniac et aux particules est-elle importante ?

Consulter le resumé

Solène Lagadec et al., Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 25-27

Dossier : ammoniac et particules dans l'air : mieux connaître pour mieux prévenir

En élevage, les travailleurs, éleveurs et salariés, évoluent dans un air potentiellement chargé en gaz et particules. Cela peut avoir un impact sur leur santé. Connaître les niveaux d’exposition des travailleurs et identifier les facteurs de variabilité sont les bases pour prévenir au mieux du risque.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Moins d’ammoniac et de particules dans l’air, comment faire ?

Consulter le resumé

Solène Lagadec et al., Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 32-34

Dossier : ammoniac et particules dans l'air : mieux connaître pour mieux prévenir

Bien gérer l’ambiance dans les salles, évacuer fréquemment les déjections et limiter l’utilisation d’asséchants, telles sont les solutions identifiées dans l’étude AIR Éleveur pour réduire l’exposition des travailleurs à l’ammoniac et aux particules. Pour compléter ces résultats, voici d’autres techniques pour limiter la mise en suspension des particules ou réduire la teneur en ammoniac dans l’air.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

La caudophagie : un trouble du comportement majeur

Consulter le resumé

Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 1-2

Fiche n° 6 : morsure de queue

PDF icon techporc_n37_fche06_2017.pdf
2017

Porsim de l'Ifip : disposer d'indicateurs clés avant d'investir

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 7-8

De nombreux éleveurs envisagent une extension, un changement d’orientation, ou une restructuration de leur élevage. Mais investir demande à appréhender mûrement les conséquences de cette décision sur la situation financière de l’élevage. Comment mesurer facilement la rentabilité d’un projet ? Comment analyser son impact sur la trésorerie globale de l’exploitation ? C’est ce que propose ce tout nouvel outil.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Accelerometer technology to perform precision feeding of pregnant sows and follow their health status

Consulter le resumé

8e European Conference on Precision Livestock Farming (ECPLF), le 12-14 septembre 2017, Nantes, in : Precision Livestock Farming 17, 2017, p. 666-673, par Michel Marcon et al.

Two trials were conducted at experimental stations of IFIP, located in Romillé (France, Trial 1), and INRA, located in Saint Gilles (France, Trial 2), on pregnant sows equipped with individual ear tag accelerometers to record their activity level: duration of lying, standing and moving sequences. The first trial involved 72 sows penned on a slatted floor in a dynamic group with connected drinkers and automatic feeders, whereas the second trial was carried out on 4 small groups of 6 sows penned on a concrete floor with straw and fed in individual stalls. Firstly, an algorithm was built from video recordings of 24 sows on the slatted floor (2 x 2 h sequences per sow, 96 h). Secondly, the accuracy of the algorithm was assessed by recording and sequencing 96 h and 109 h, respectively, on the slatted floor and concrete floor with straw. The respective sensitivities of the lying, standing and moving behaviours on the slatted floor were 94.4%, 66.9% and 68.4%. With straw, lower sensitivity values were found: 93.65% for lying, 68.35% for standing and 38.83% for moving, linked to more investigative behaviours using the head. The final step was to use these data to improve the feeding practices of pregnant sows, taking their activity level into account. The strong inter- and intra-individual variability shown in the physical activity is a limiting factor for detection of health problems, such as lameness, through the accelerometers. Thus we need additional information, especially the behaviour data generated by identified drinkers and automatic feeders.

PDF icon Michel Marcon et al., 8e ECPLF, 12-14 septembre 2017, Nantes
2017

Monitoring of the individual drinking behaviour of healthy weaned piglets and pregnant sows

Consulter le resumé

8e European Conference on Precision Livestock Farming (ECPLF), le 12-14 septembre 2017, Nantes, in : Precision Livestock Farming 17, 2017, par Yvonnick Rousselière, Anne Hémonic et Michel Marcon

Trials were conducted on the experimental station of Ifip in Romillé (Brittany, France) to assess the individual dinking behavior of healthy weaned piglets and pregnant sows. To collect this type of data, a specific connected drinker has been developed. It is composed of an antiwastage bowl drinker surrounded by shoulder partitions, a precision water meter (± 0.01 l for piglets and ± 0.1 l for sows) and a RFID (Radio Frequency IDentification) antenna to detect animals near the drinker thanks to the electronic and individual ear tag on each pig. Observations on animals have been made twice a week to evaluate their health status. This study only focuses on healthy animals. Weaned piglets were bred in pens of 19 animals. On average, the individual water consumption was 10.7% of body weight. Sows were bred in a dynamic group equipped with 6 connected drinkers and automatic feeders. On average, the daily water consumption was 8.2l/day (1.6l during the meal and 6.6l directly to bowl drinker). For the two types of animal, it exists an important inter and intra individual variability on the water consumption (more than 30%). Thus, working only on the health status of piglets or sows only thanks to the drinking behavior seems to be difficult. The next step is to cross this information with other data (feeding system, automatic weighing station, accelerometer…) to determine a behavioral pattern of healthy animals.

PDF icon 8e ECPLF, 12-14 septembre 2017, Nantes, par Yvonnick Rousselière et al.
2017

Commerce des pièces de porc dans l’UE. Des circuits complexes à maîtriser

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 478, septembre, p. 8, par Jan-Peter Van Ferneij

Le commerce intra-communautaire du porc est dominé par les pièces fraîches ou réfrigérées. Les quatre grands exportateurs de l’UE, Allemagne, Espagne, Danemark et Pays-Bas, cumulent trois quarts des volumes. L’Italie se distingue comme premier importateur. Les échanges de viandes désossées continuent de gagner en importance, au détriment des pièces avec os.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 478, septembre, p. 8,
2017

Synthèse des audits sur la conformité des élevages de porcs aux mesures du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster

L'objectif du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène (GBPH) est d'aider les éleveurs à maîtriser la séucrité sanitaire de la viande de porc pour le consommateur. Il a été officiellement validé par les services de l'Etat en 2012.
Entre 2010 et 2013, les Organisations de Producteurs ont réalisé des audits pour vérifier le niveau de conformité des élevages aux mesures du GBPH et définir les points de pregression. Cet article fait la synthèse de l'ensemble des audits transmis à l'Ifip.

PDF icon Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier-1er février 2017, poster
2017

A co-elaborative tool to assess growing pigs welfare

Consulter le resumé

Valérie Courboulay et al., 7th International conference on the assessment of animal welfare at farm and group level (WAFL) 5-8 septembre 2017, De ReeHost-Ede, Pays-Bas, poster

Welfare assessment systems are mainly used by external auditors. Better commitment could be achieved if farmers could assess the welfare of their pigs and act to improve it. The French Interprofessional Pork Council is thus developping a project to build an animal welfare assessment tool with and for the farmers.

PDF icon Valérie Courboulay et al., WAFL 2017, 5-8 septembre 2017, De ReeHost - Ede, Pays-Bas
2017

Devenir de six antibiotiques dans les lisiers de porc

Consulter le resumé

Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster

Les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage se retrouvent en partie dans leurs déjections, sous une forme inchangée ou sous la forme de métabolites potentiellement actifs, à hauteur de 30 à 90 % des quantités administrées (Massé et al., 2014 ; Levasseur et Hémonic, 2015). Or, tant qu’ils sont actifs, ces antibiotiques peuvent favoriser le développement de bactéries résistantes dans le lisier ou ses issues destinés à être épandus sur les sols. Dans la bibliographie, très peu de données existent sur le devenir des antibiotiques dans les conditions françaises. Cette étude vise donc à analyser le devenir des antibiotiques issus des principales familles utilisées en production porcine en France : polypeptides, tétracyclines, pénicillines, macrolides (Anses-ANMV, 2013), au cours des étapes les plus courants de la gestion des lisiers : (1) stockage sous caillebotis lors de la phase d’élevage, (2) séparation de phases du lisier brut par une décanteuse centrifuge, (3) stockage extérieur d’un lisier brut et sa fraction centrifugée, (4) compostage-maturation de la fraction solide issue de la séparation de phases.

ENG

Fate of six antibiotics in pig slurry

Within the frame of the French program "Ecoantibio 2017", the fate of six main antibiotics (colistin, trimethoprim-sulfadiazin, amoxicillin, tylosin and doxycyclin), mostly used in the pig sector, was studied through common practices of effluent management. After their administration in drinking water, using a dosing pump, their metabolism in the animal and the storage of the slurry under the slatted floor over the growing phase, reduced their content from 54 % to more than 99 % depending on the antibiotic. Colistin was the most resistant, while amoxicillin and trimethoprim were not detectable anymore. After this phase, slurry was separated in a decanter-centrifuge. During the 3.5 months of composting-maturation of the solid fraction, the amount of antibiotics strongly decreased, from 41 to 99 % depending on the considered molecule, confirming the interest of this practice in order to reduce soil contamination. In raw slurry as in the liquid fraction usually stored in an outdoor pit, quantities of colistin and doxycyclin stayed rather stable, whereas the tylosin concentration fell, especially after a hundred days of storage. The evolution of sulfadiazine was more difficult to explain considering the variability of its observed concentrations over time.

PDF icon Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster
2017

Effets de l'âge à la castration et à la caudectomie sur le rythme des allaitements et le devenir des porcelets

Consulter le resumé

Valérie Courboulay et Karine Patteyn, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 127-132

L’objectif de cette étude est de montrer si l’âge lors des interventions de castration et de caudectomie modifie l’activité d’allaitement des truies et peut moduler la croissance des porcelets, la douleur et les risques associés à l’opération. La castration des mâles et la coupe de la queue des femelles ont été réalisées pour l’ensemble de la portée vers 2 jours d’âge (traitement CC2) ou vers 6 jours (traitement CC6). Sept bandes de 24 truies ont été utilisées. L’évolution du poids et de l’état des porcelets a été relevée pour 69 portées par traitement. Dans trois bandes un groupe Témoin a été constitué de portées sans intervention. Le comportement des porcelets a été relevé par observation directe pour 13 à 16 portées pour chacun des trois traitements dans l’heure suivant l’intervention et 5 heures plus tard. Douze truies par traitement ont été filmées le jour des interventions (J2 et J6) ainsi qu’à J11 (dimanche) pour CC2 et CC6. L’ensemble des allaitements a été observé sur une période de 9 heures débutant après l’intervention ou à la même heure (J11). L’opération entraine une modification du comportement des porcelets plus marquée à 2 jours qu’à 6 jours, et limitée à l’heure suivant l’intervention. Elle affecte peu les allaitements. Le nombre de porcelets absents en début de tétée et le nombre total d’allaitements ne diffèrent pas entre les trois traitements, mais la durée d’allaitement est plus longue pour CC2. Les porcelets CC2 tendent à être plus lourds au sevrage (P < 0,1). Les queues cicatrisent plus rapidement pour CC2 mais le risque d’infections post-castration est plus élevé, soulignant une opération plus complexe à réaliser à cet âge.

ENG

Effects of age at surgery (castration, tail docking) on suckling behaviour and fate of the piglets

This study aimed to characterize the effect of age at castration and tail docking on nursing behavior, piglet growth rate, pain at surgery and health. Within a litter, castration of males and tail docking of females were performed at around 2 days (CC2 treatment) or 6 days (CC6 treatment) of age. Males were tail docked within 24 h after birth. Seven batches of 24 sows were used in the study.
Piglets from 69 litters per treatment were weighed periodically from birth to weaning. Mortality causes and piglet condition were systematically recorded. A control group (T) consisting of litters without intervention was added in 3 batches. Piglet behaviour was recorded through direct observation (13 to 16 litters per treatment) for 1 hour after the intervention and 5 hours later. Twelve sows per treatment were filmed on the day of the operation (D2 and D6) and on day 11 (CC2 and CC6 treatments only); all nursings were observed over a period of 9 hours starting after the intervention, or during a similar period on day 11. When the intervention occured on D2, changes in piglet behaviour were more pronounced but transient (< 1 h) compared to D6. The number of piglets missing the beginning of a nursing bout and the number of nursings performed did not differ among treatments, but nursing duration was longer for CC2. CC2 piglets tended to be heavier at weaning (P < 0.1). In CC2 piglets, tails healed more rapidly, but post-castration infections were more frequent, which highlighted how delicate this surgery is so early.

PDF icon Valérie Courboulay et Karine Patteyn, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 127-132
2017

Modélisation des performances technico-économiques et environnementales de l'atelier d'engraissement porcin à l'aide d'un modèle dynamique, mécaniste et stochastique

Consulter le resumé

Alice Cadéro (IFIP/INRA) et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 151-156

Les élevages porcins sont soumis à des enjeux économiques et environnementaux grandissants. Pour répondre à ces enjeux, différentes méthodes d’évaluation des performances des systèmes de production ont été développées. Des travaux récents montrent que simuler la variabilité des performances entre les porcs améliore la précision des résultats, en comparaison de l’utilisation d’un modèle de l’animal moyen. L’objectif de ce travail était de développer un modèle de l’atelier d’engraissement intégrant les effets des interactions entre la variabilité inter-individuelle des porcs, la structure de l’élevage et les pratiques de l’éleveur, sur les performances de l’atelier. Les pratiques d’élevage ont été représentées dans le modèle à partir d’une typologie portant sur la conduite en bandes, les règles de mise en lots, l’alimentation et la gestion des départs à l’abattoir. Les porcs ont été représentés par un modèle individu-centré adapté du modèle InraPorc. Pour illustrer son fonctionnement, quatre simulations ont été réalisées en faisant varier le plan de rationnement (ad libitum ou restriction à 2,5 kg/j) et la séquence alimentaire (biphase ou multiphase). Une analyse de variance a été effectuée sur les indicateurs technico-économiques et environnementaux (calculés par Analyse de Cycle de Vie) calculés par le modèle. Les effets du plan de rationnement et de la séquence alimentaire sont significatifs (P < 0,001). Le scénario combinant restriction et multiphase apporte la meilleure marge par porc engraissé (16,9 €/porc) et les plus faibles impacts environnementaux par kg de porc produit. A l’inverse, le scénario combinant ad libitum et biphase induit la plus faible marge (11,3 €/porc) et les plus forts impacts environnementaux. Une expérimentation virtuelle basée sur le modèle complète cette étude en déterminant les effets combinés des différentes pratiques.

ENG

Modelling technical, economic and environmental performance of fattening pig production systems using a dynamic, stochastic and mechanistic model

Pig livestock farming systems face economic and environmental challenges. To cope with these issues, methods to assess the performance of a pig production system have been developed. Recent studies have highlighted that taking performance variability between pigs into account improves the precision and reliability of results, compared to the use of an average animal model. Our aim was to develop a model representing the pig fattening unit, taking into account effects of interactions between the individual variability of pigs, farmer’s practices and farm infrastructure on performance of the unit. Farmer practices included in the model were chosen from a typology developed from an on-farm survey focused on batch management, allocation to pens, feeding and delivery practices. Pigs are represented using an individual-based model adapted from the InraPorc model. To illustrate model abilities, four scenarios were simulated, crossing two feed rationing plans (ad libitum, restriction to 2.5 kg/d) and two feed sequence plans (two phases, ten phases). A variance analysis was performed on the simulated technical, economic and environmental (calculated by Life Cycle Assessment) indicators. Effects of the feed rationing plan and the feed sequence plan on these indicators were significant (P < 0,001). The "restriction-ten phases" scenario was the best in terms of gross margin of fattening unit (16.9 €/pig) and environmental impacts per kg pig produced (P < 0.001). By contrast, the "ad libitum-two phases" scenario induced the lowest margin (11.3 €/pig) and the highest environmental impacts. A virtual experiment based on this model will complete this study by identifying the effects of different combinations of practices.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Importance du poids à la naissance, au sevrage et en début d'engraissement sur les performances de croissance ultérieures du porc alimenté à volonté

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Isabelle Corrégé, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 157-162

L'étude est réalisée à partir de 10 bandes de porcs croisés (Large White x Piétrain) x (Large White x Landrace), pesés à la naissance (PV0) et au sevrage (PVsev). Parmi les 1 311 porcelets sevrés, 1 106 sont également pesés en fin de post-sevrage (PVfinPS) et 634 suivis en engraissement pour caractériser leurs profils de croissance et de consommation spontanée individuelle. Ces profils sont utilisés pour calculer le poids à 70 j (en moyenne 30 kg) et 162 j (en moyenne 115 kg), et pour standardiser les performances entre 40 et 115 kg de poids vif. Des régressions linéaires sont réalisées pour estimer l'influence de(s) PV0, PVsev ou PVfinPS sur le(s) poids atteints à différentes étapes de la carrière. Ainsi, 100 g de plus à la naissance s'accompagnent de 280 g de plus à 28 j (sevrage) et 450 g de plus à 70 j. Pour une plage de PVsev compris entre 6 et 9 kg, 100 g de plus à 28 j s'accompagnent de 180 à 140 g de plus à 70 j, le PVfinPS augmentant par ailleurs de 666 g par jour supplémentaire en post-sevrage. Enfin 1 kg de plus à 70 j se traduit par 290 g de plus à 162 j. Après répartition des porcs en classes de PV0, il apparaît qu'en engraissement la vitesse de croissance et l'efficacité alimentaire sont d'autant plus faibles que les porcelets sont légers à la naissance. Ces résultats confirment l'intérêt des efforts visant à réduire l'hétérogénéité du poids de naissance, à sevrer des porcelets lourds et à adapter la gestion de fin de bande pour éviter que les animaux légers à la naissance ne soient en plus abattus trop légers donc déclassés.

ENG

Effect of individual body weight at birth, weaning and the end of the post-weaning period on the further growth performance of pigs fed ad libitum

The study is based on 10 batches of crossbred (Large White x Landrace) x (Large White x Piétrain) pigs, weighed at birth (PV0) and at weaning (PVsev). Among the 1 311 weaned piglets, 1 106 were also weighed at the end of the post-weaning period (PVfinPS) and 634 were studied during the fattening period in order to characterize their growth and spontaneous feed intake profiles.
Thereafter, these profiles were used to calculate the body weight (BW) at 70 d (PV70j, 30 kg BW on average) and 162 d (PV162j, 115 kg BW on average) and to standardize the growth performance between 70 and 115 kg BW. The effect of PV0, PVsev, or PVfinPS on later BW was assessed through linear regressions. An additional 100 g at birth was associated with 280 g more at 28 d (weaning) and 450 g more at 70 d. For PVsev ranging between 7 and 9 kg at 28 d, pigs were 180 to 140 g heavier at 70 d, PVfinPS being 666 g heavier per additional day in the post-weaning room. Last, 1 kg more at 70 d was associated with 290 g more at 162 d.
Stratification of pigs based on their PV0 indicated that the lower the PV0, the lower the average daily gain and feed efficiency during the fattening period. Such results should argue efforts toward reduced within-litter birth weight variation, increased BW at weaning and adaptation of the final management of batches that allows the lightest pigs at birth to be slaughtered within the expected and valuable BW range.

PDF icon Nathalie Quiniou et Isabelle Corrégé, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 157-162
2017

Monitoring du niveau d'activité des truies par un accéléromètre communiquant placé sur la boucle d'identification

Consulter le resumé

Michel Marcon et al. , 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 171-172, poster

Le niveau d’activité des truies a une incidence sur leur état corporel, leur besoin alimentaire et peut être un indicateur de santé (Noblet et al., 1993, 1994 ; Quiniou, 2016). Noblet et al. (1994) montrent que la dépense énergétique d’une truie en position « debout »est le double de celle mesurée en position couchée. Ainsi, dès lors qu’il est possible de disposer du niveau d’activité d’une truie, il devient envisageable d’ajuster la ration alimentaire pour compenser les dépenses énergétiques des truies et ainsi homogénéiser l’état d’engraissement du troupeau. Pour mesurer l’activité d’une truie, plusieurs études ont montré l’intérêt d’utiliser un accéléromètre (Ringgenberg et al., 2010 ; Cornou et al., 2011 ; Ramonet et Bertin, 2015). Cependant, le positionnement de ce dernier, au cou ou à la patte, semble être le principal frein à son utilisation en élevages commerciaux. Dans ce contexte, l’IFIP a développé, conjointement avec la société Rf-track, un capteur d’activité, basé sur l’accélérométrie, qui se fixe à l’oreille de l’animal. Cette étude a comme double objectif de, (i) créer un algorithme capable de filtrer les données de l’accélérogramme pour déterminer trois états de la truie (couché, debout immobile et debout mobile) et (ii) évaluer la qualité de la prédiction de ce dernier.

ENG

Monitoring the sows’ level of activity through communicating accelerometer placed on earing tag

An activity sensor based on accelerometer technology has been developed and tested by IFIP. The device was designed to be used in a pig breeding situation with a dynamic group of sows. Thus, the choice was made to put the sensor on an ear tag in order to avoid hurting the animal and to reduce risks of losing the sensor. Energy management is a key point of the device, therefore, its lifetime is equivalent to the career of a sow. The algorithm was created by filming 24 sows on 2 x 2 hours sequences (96 hours of videos). In order to assess the algorithm’s accuracy 10 additional sows were filmed during 96 hours. The algorithm can determine three essential behaviors to assess the level of activity of a sow: (i) time spent lying down, (ii) time spent standing and (iii) time in motion. In order to assess the accuracy of the accelerometer we used the sensitivity which is defined by the number of true positive divided by the sum of true positive and false positive. At the end, we got a sensitivity of 94.3 % for the lying behavior, 66.9 % for the standing without walking and 68.4% for the walking. The next step is to integrate a level of energy spending depending on the sow activity to take into account this new variable in the determination of nutrients requirements and to be able of performing a precision feeding for pregnant sows.

PDF icon Michel Marcon et al. , 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 171-172, poster
2017

Actualisation des données sur la consommation d'eau individuelle et jiournalière des truies gestantes

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 173-174, poster 

A la lumière de la bibliographie, il est difficile de statuer sur la consommation journalière en eau d’une truie gestante en bonne santé. En effet, on peut supposer que d’un essai à l’autre, la consommation d’eau des truies gestantes, comme pour l’engraissement, varie de manière importante et certains détails influençant le niveau de consommation des animaux sont différents tels que le type d’abreuvoir, le système d’alimentation ou le débit d’eau (Brumm et al., 2000 ; Massabie et Lebas, 2011). Ainsi, Klopfenstein et al. (1996) indiquent que la consommation d’eau journalière et individuelle d’une truie est comprise, en moyenne, entre 5 et 9 litres (pousse-tubes, auges individuels et alimentation sèche) tandis que Cerneau et al. (1997) évoquent une consommation journalière de 20 litres en moyenne pour un groupe de quatre truies (alimentation en soupe). De plus, un lien semble exister entre la quantité d’eau consommée et la santé des truies. Madec et David (1983) précisent qu’une consommation inférieure à 15 l/jour peut être un facteur de risque important de l’apparition de troubles urinaires. L’objectif de cette étude est de proposer une actualisation des informations individuelles d’abreuvement des truies gestantes, lorsqu’elles sont observées en bonne santé.

ENG

Updating individual and daily water consumption data for pregnant sows

With the bibliography, it is difficult to know the daily quantity of water consumed by a pregnant sow. In addition, some variables like the drinker’s model or the water flow can modify the water consumption of the animal. Six connected drinkers were installed on the experimental station of IFIP located in Romillé. It is composed of a bowl drinker surrounded by separation, a precision water meter and an RFID antenna (Radio Frequency Identification) to detect the electronic ear tags of the sows. This connected drinker is able to collect the drinking behavior of a sow: number, duration, schedules of visits and water consumption. We worked on 81 “healthy” sows for two months. Indeed, all the information related to a sick sow was removed from the database. Sows were bred in groups and fed with an automatic feeder. On average, the daily water consumption is 8.2 l/day but variability is great. For the inter-variability, the average consumption is 33.2 ml/kg of body weight/day (± 16.5), so a coefficient of variation of 50.0%. For the intra-individual variability, the average coefficient of variation is 37.9%. It is possible to identify five consumption profiles: wasteful with a daily consumption of 69.2 ml/kg of body weight, huge consumer with 48.7 ml/kg, average and low consumer (they represent more than 70 % of the sows) with respectively 32.4 and 19.5 ml/kg, and thrifty with 8.1 ml/kg.

PDF icon Yvonnick Rousselière et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 173-174, poster
2017

Mesure des concentrations des stéroïdes dans la salive de cochettes immatures, pré-pubères et pubères

Consulter le resumé

Ghylène Goudet et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 175-176, poster

L’élevage porcin conventionnel se caractérise par une conduite en bandes qui présente de nombreux avantages techniques (surveillance des mises-bas, ajustement de la taille des portées, gestion des porcelets…) et sanitaires (nettoyage-désinfection des locaux entre bandes). Une majorité d’éleveurs administrent des agonistes de synthèse de la progestérone pour synchroniser les cycles des cochettes de renouvellement et les intégrer dans les bandes (Boulot et al., 2005). Les effets négatifs des résidus hormonaux sur la santé humaine et l’environnement conduisent à mettre en place de nouvelles pratiques d’élevage. Notre objectif à long terme est de développer des alternatives aux traitements hormonaux pour la synchronisation des oestrus des cochettes, notamment lors de l’entrée dans la première bande.
Avant la première ovulation, les cochettes atteignent un stade physiologique de pré-puberté au cours duquel une stimulation externe peut déclencher la première ovulation. L’exposition au verrat (appelée effet mâle) pourrait favoriser le déclenchement et la synchronisation de la puberté si elle est appliquée pendant cette période de pré-puberté (Prunier, 1989). Cette pratique est très peu utilisée en élevage, car le moment optimal et les modalités d’exposition au verrat ne sont pas clairement définis. Notre objectif est de mieux caractériser la phase de pré-puberté et de rechercher des biomarqueurs de cette phase à l’aide de techniques non-invasives.
Pendant la phase de pré-puberté, les concentrations d’oestrone urinaire augmentent (Camous et al., 1985). En conditions d’élevage avec logement en groupe, des prélèvements réguliers d’urine sont difficilement envisageables. Les dosages hormonaux classiques reposent sur des prélèvements sanguins trop invasifs. En revanche, le suivi de biomarqueurs salivaires est non invasif et relativement facile à mettre en place. La recherche de biomarqueurs salivaires de la phase de prépuberté permettra d’améliorer le repérage des femelles à stimuler et de diminuer le nombre de femelles mises à la reproduction alors qu’elles sont impubères.

ENG

Evaluation of steroids concentrations in the saliva of immature, prepubertal and pubertal gilts

Synchronizing oestrus in gilts is an important tool for pig producers to optimize the management of reproduction. Synthetic progestogens are used routinely in pig farms for this purpose, but there is a need for alternative non-hormonal breeding tools. Before puberty, gilts exhibit a “waiting period”, related to ovarian development and gonadotrophin secretions, during which an external stimulation, such as boar exposure, could induce and synchronize the first ovulation. Our aim was to characterize this “waiting period” and search for biomarkers of this period using non-invasive tools. During this period, an increase of urinary oestrone concentration has been observed, but urinary sampling is difficult in group-housed females. Salivary samples are non-invasive and easier to perform. Thus, the aim of this study was to evaluate steroid concentrations in the saliva of immature to pubertal gilts in order to search for biomarkers of the “waiting period”. Trans-abdominal ultrasonographies were performed over a period of 5 weeks on six 140-day-old Large White gilts until puberty detection. Urinary samples were collected for oestrone assay to detect the “waiting period”. Salivary samples were collected for steroidome analysis using gas chromatography coupled with tandem mass spectrometry to detect potential biomarkers of the “waiting period”. Urinary oestrone concentration increased 2 weeks before puberty. Steroidome analysis allowed the quantification of 28 steroids, 13 of them showing significant differences between weeks. Dehydroepiandrosterone concentrations decreased and estradiol-17 concentrations increased significantly just before the “waiting period”. These steroids could be biomarkers of this period. Present results confirm that non-invasive salivary samples could allow the identification of the physiological status of the gilts and the optimal time for application of the boar effect.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Synthèse des audits sur la conformité des élevages de porcs aux mesures du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 217-218, poster 

Dans le contexte réglementaire européen du Paquet Hygiène, les Organisations Professionnelles françaises (Fédération Nationale Porcine, Coop de France Bétail et Viande et INAPORC) ont fait le choix, en 2006, de développer un Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène en élevage de porcs (GBPH), accompagné d’un Manuel d’application (Ifip, 2009) et d’une grille d’audit pour évaluer le degré de conformité des élevages. Le Guide a pour objectif d’aider les éleveurs à maîtriser la sécurité sanitaire de la viande de porc pour le consommateur. Il propose des éléments de maîtrise concrets et adaptés des dangers identifiés. Le document a été officiellement validé par les services de l’Etat en 2012. Les mesures répertoriées sont donc considérées comme efficaces et suffisantes pour répondre à l’objectif visé. Outre les dangers identifiés pour le consommateur, le Guide a pour objectif de maîtriser la santé des porcs. Il apporte l’opportunité de revoir la biosécurité dans les élevages. Entre 2010 et 2013, les Organisations de Producteurs ont réalisé des audits pour vérifier le niveau de conformité des élevages aux mesures du GBPH et définir les points de progression. Cet article fait la synthèse nationale de l’ensemble des audits transmis à l’Ifip.

ENG

A synthesis of audits on compliance of French pig farms with the requirements of the Guide to Good Hygiene Practices

The Guide to Good Hygiene Practices in pig farms (GGHP) defines measures to control hazards that may compromise the food safety of meat. The objective of this study is to verify the compliance of French pig farms with the requirements of this GGHP.
From 2010 to 2013, 1834 audits of GGHP were performed in 1539 voluntary farms by Producers’ Organizations and collected by Ifip. As expected, the distribution of the farms was not quite representative of French pig production, according to farm location and type of activity. The average level of compliance was 93.7 %. It exceeded 80 % in 98 % of the farms. Four categories of items, reaching less than 90 % of compliance, required improvement: feed production on site (83.4 % of compliance), corpse management (84.6 %), water quality management (88.5 %) and isolation of sick or injured animals (87.6 %). Within the 102 farms audited three times, the average level of compliance increased from 90.7 % at the first audit to 91.9 % at the second one (significantly), then to 93 % at the third one (not significantly). This confirms that audits are an effective tool to improve the implementation of GHP in farms.
Finally, this synthesis highlighted the very good level of compliance of a large sample of French pig farms with the GGHP requirements. This means that the actions based on the Guide, particularly Salmonella control and the Ecoantibio plan, are based on well controlled measures.

PDF icon Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 217-218, poster
2017

Stabilité des antibiotiques en présence des biocides désinfectants dans l'eau d'abreuvement des porcs

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 223-224, poster 

En élevage, l’eau d’abreuvement est fréquemment traitée par un biocide désinfectant afin d’en améliorer la qualité bactériologique. Cette eau peut également servir de vecteur de médicaments, dont les antibiotiques. Cependant, la compatibilité entre les biocides désinfectants et les antibiotiques est mal documentée. L’objectif de cette étude est d’évaluer la stabilité des antibiotiques en présence de désinfectants dans l’eau de boisson.

ENG

Stability of antimicrobials in contact with disinfectants in drinking water for pigs

In farms, when antimicrobials are administered through drinking water, they may be in contact with a disinfectant used to improve the bacteriological quality. The objective of this study is to evaluate the stability of antimicrobials in this situation. Six antimicrobials (amoxicillin, colistin, doxycycline, tylosin, trimethoprim and sulfadiazine) and three disinfectants (sodium hypochlorite, hydrogen peroxide and electrolyzed water) were tested. Each antimicrobial was tested as an active ingredient and as a veterinary medicinal product to assess the potential effect of the formulation. In a first step, antimicrobial assay was performed by high performance liquid chromatography in a stock solution with and without disinfectant, at T0, T12 and T24 hours, which is the usual storage period in farms. In a second step, the same assay was performed after neutralization of the disinfectant by sodium thiosulfate or sodium bisulfite. In a third step, the stock solution was incorporated at 5 % into disinfected water, to simulate a treatment administered by a dosing pump. All antimicrobials were stable with sodium hypochlorite. With hydrogen peroxide, amoxicillin was deteriorated by 13 % in step 1, but not in step 2 with sodium bisulfite. This disinfectant also impacted tylosin in step 3 (- 11 %). With electrolyzed water, colistin and sulfadiazine were rapidly deteriorated in step 1 (respectively -20 % and – 11 %), but not in step 2 with sodium thiosulfate. However, with the exception of trimethoprim, no antimicrobial was stable in step 3, which implies to connect the dosing pump to a circuit without electrolyzed water.

PDF icon Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 223-224, poster
2017

Pages