La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 2941 à 2960 de 3091 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Pesée en marche des truies gestantes

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 274, décembre, p. 34

Un dispositif qui pèse automatiquement les truies en mouvement afin d’adapter au mieux leur ration a été testé à la station expérimentale de l’Ifip.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 274, décembre, p. 34
2019

Classement des géants américains : croissance et concentration

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 503, décembre, synthèse du mois, p. 8

La production porcine américaine est en croissance et se concentre. Le développement d’un certain nombre d’entreprises repose sur des acquisitions et sur l’amélioration des performances technico-économiques. En effet, les grands groupes s’intéressent de plus en plus à l’introduction de nouvelles technologies en matière de génétique, d’alimentation animale, de conduite d’élevage et surtout de biosécurité.
.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 503, décembre, synthèse du mois, p. 8
2019

Nouveau guide d'auto-diagnostic : comment améliorer les interventions pour optimiser la santé des porcs

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Porc Mag (FRA), 2019, n° 548, décembre, p.29

Crée par l'Ifip, la nouvelle application digitale PorciSanté est un guide imagé permettant aux éleveurs de porcs de réaliser un autodiagnostic de leurs pratiques, dans l'objectif d'améliorer la santé des animaux. Présentation.

2019

Un concours européen sur les meilleures pratiques d’élevage

Consulter le resumé

Fabien Verliat (INAPORC) et Valérie Courboulay (IFIP), Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2020, n° 275, janvier, p. 9

Comme chaque année depuis 2017, le concours européen des meilleures pratiques...

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Encadrer la mise à mort des porcs en élevage

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Ludovic Lecarpentier et Xavier Sauzea, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 275, janvier, p. 35

La réglementation française actuelle ne permet pas la mise à mort d’animaux malades ou souffrants par les éleveurs. Un travail est en cours pour pourvoir rapidement à ce vide réglementaire.

PDF icon Anne Hémonic, Ludovic Lecarpentier et Xavier Sauzea, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 275, janvier, p. 35
2020

Alimentation à la demande en maternité

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 275, janvier, p. 41

L’Ifip a testé sur la station de Romillé un système d’alimentation en maternité permettant de distribuer des petites doses d’aliment frais tout au long de la journée selon la demande de la truie.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 275, janvier, p. 41
2020

Life cycle assessment of iberian traditional pig production system in Spain

Consulter le resumé

Javier García-Gudiño (Inrae) et al., Sustainability, 2020, volume 12, n° 2, janvier, 18 pages

Traditional Iberian pig production is characterized by outdoor systems that produce animals fed with natural resources. The aim of this study was to assess the environmental impacts of such systems through Life Cycle Assessment. Environmental impacts were analysed per kilogram of live weight at farm gate. Iberian pig production in montanera had the lowest impacts for climate change (CC), acidification (AC), eutrophication (EU) and cumulative energy demand (CED), being 3.4 kg CO2 eq, 0.091 molc H+ eq, 0.046 kg PO4 3- eq, and 20.7 MJ, respectively, due to the strict use of natural resources (acorns and grass) during the fattening period. As Iberian farms had a greater dependence on compound feed in cebo campo, environmental impacts on CC, AC, EU and CED were 22, 17, 95 and 28% higher, respectively, than with montanera. For land occupation (LO), however, cebo campo had a lower impact (31.6 m2/year) than montanera (43.0 m2/year) system. Traditional Iberian pig production systems have environmental impacts higher than conventional systems studied in literature but are similar to other traditional systems. Based on the present assessment, it is necessary to account for the contribution of emissions resulting from the consumption of natural resources to avoid the underestimation of environmental impacts.

https://www.mdpi.com/2071-1050/12/2/627/pdf

2020

Exposition des travailleurs en élevages de porcs et de volailles de chair à l’ammoniac et aux particules

Consulter le resumé

Solène Lagadec (CRAB) et al., Innovations agronomiques (FRA), 2020, volume 79, janvier, p. 213-225

L'air des bâtiments porcins et avicoles contient de l’ammoniac et des particules. Pour caractériser l'exposition des travailleurs à ces polluants, des données ont été collectées dans des exploitations agricoles. Les mesures ont été effectuées dans 20 exploitations porcines pendant des tâches considérées comme exposantes : les soins aux porcelets, le sevrage, l'alimentation des porcelets et le tri des porcs. 21 exploitations avicoles ont également été suivies pendant la surveillance en fin de bande, le ramassage, le curage du fumier et le paillage du bâtiment. En général, les particules et l'ammoniac ne sont pas considérés comme des risques professionnels par les travailleurs. Le risque est souvent minimisé mais les mesures montrent que l'exposition aux particules et à l'ammoniac impacte leur santé (augmentation des symptômes respiratoires et diminution de la capacité respiratoire). En outre, 15% des exploitations porcines ont une teneur en ammoniac supérieure à la limite d'exposition professionnelle (20 ppm pendant 15 minutes) pour au moins une des tâches contrôlées. En aviculture, 17% des mesures d'ammoniac au cours des tâches suivies sans paillage et 3% de toutes les mesures de particules effectuées dépassent la valeur maximale recommandée (5 mg/m3 de particules alvéolaires). Il est nécessaire de sensibiliser les acteurs du terrain aux risques respiratoires. À cette fin, une chaîne YouTube AIR Eleveur a été créée, ainsi que 2 brochures (équipement de protection et résultats AIR Eleveur).

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6815/49596/file/Vol79-14-Lagadec%20et%20al.pdf

ENG

Exposure to ammonia and dust and health impacts on workers in pig and poultry farms 

The air of pig and poultry farms contains ammonia and dust. To characterize the exposure of workers to these pollutants, data were collected on farms. Measurements were carried out in 20 pig farms during piglet care, weaning, feeding of piglets and sorting pigs and in 21 poultry farms during inspection of animals, catching birds, the manure disposal and litter distribution in the building. In general, particulate matter and ammonia are not considered as occupational hazards by workers. The risk is often minimized but measurements showed that exposure to particulate matter and ammonia poses a risk to their health (increased respiratory symptoms and decreased respiratory capacity). In addition, 15% of pig farms had an ammonia content above the occupational exposure limit (20 ppm for 15 minutes) on at least one of the tasks monitored. In poultry farming, 17% of the ammonia measurements during the tasks followed without mulching, and 3% of all the measurements of particles carried out exceeded the maximum recommended value (5 mg / m3 of cellular particles). It is necessary to sensitize the actors of the field on the respiratory risks. For this purpose, an AIR Eleveur YouTube channel was created as well as 2 brochures (protection equipment and AIR Eleveur results). 

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6815/49596/file/Vol79-14-Lagadec%20et%20al.pdf

2020

Améliorer les performances et le bien être des truies gravides par la mobilisation de nouvelles technologies pour une alimentation de précision et la détection de signaux comportementaux

Consulter le resumé

Michel Marcon et al., Innovations Agronomiques (FRA), 2020, volume 79, janvier, p. 245-256

Depuis la mise en groupe des truies gestantes, les éleveurs observent plus d’hétérogénéité de l’état corporel des truies lors de leur entrée en maternité impliquant plus de pertes de porcelets. Il est également plus difficile d’observer les problèmes d’aplombs dans des grands groupes de truies. La première étape de ce projet avait pour objectif le développement d’un capteur capable d’enregistrer le niveau d’activité individuel des truies logées en groupe conformément à la réglementation bien-être. Cette étude a donc permis la mise au point de l’Acti’Sow. Il s’agit d’un accéléromètre autonome, positionné à l’oreille des truies, qui permet de connaître le temps quotidien passé par les truies à rester couchée, debout ou encore à marcher. Par ailleurs, cette étude offre également une meilleure connaissance du comportement des truies grâce aux nourrisseurs et aux abreuvoirs connectés, à la station de pesée identifiée et aux capteurs d’activité. En moyenne, la consommation d'eau quotidienne d’une truie est de 8,2 l / jour mais ce résultat cache une variabilité conséquente de près de 50% lorsque l'on compare une truie par rapport à une autre et de 38% pour la même truie d'un jour à l'autre. À propos de leur activité, une truie « normale » passe 67% de son temps en position couchée, un peu plus de 28% en position debout sans bouger et moins de 5% en marche. Sachant cela, entre la plus fainéante et la plus active, la dépense énergétique liée à cette activité représente plus de 500 g d’aliment. Le système d'alerte précoce des problèmes de boiterie est l'autre principal objectif de cette étude. En utilisant les comportements alimentaire et hydrique (nombre de visites par jour, heure de chaque visite, quantité d’eau / d’aliments consommée, rang d’accès au nourrisseur / abreuvoirs), le poids individuel et le niveau d’activité, nous avons construit un premier modèle capable de prédire individuellement les boiteries 24 heures avant que l’agriculteur puisse l’observer. La précision est proche de 77%. 

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6832/49647/file/Vol79-16-Marcon%20et%20al.pdf

ENG

Use of new technologies to improve welfare and technical results of pregnant sows through precision feeding and early abnormal behavioural signals detection 

Since the new welfare regulation, farmers have to breed pregnant sows penned in the group. Thus, breeders observed more heterogeneity in the backfat thickness of sows when they are entering the farrowing units, implying more losses of piglets. It is also more difficult to observe lameness issues in large groups of sows. The objectives of this project are (i) to develop an activity sensor to feed each sow according to the energy it spends and (ii) to create an early detection system for lameness problems. The first step of this project was to develop a sensor able to record the individual activity level of sows penned in a group. As a result, Acti’Sow has been created. It is an ear tag accelerometer offering to know the daily time spent lying, standing and walking by a sow with a global accuracy close to 85 %. This project offers a better knowledge about sow behavior thanks to automatic feeders, connected drinkers, weighing scale and activity sensors. On average, the daily water consumption is 8.2 l/day/sow, but this result hides a huge variability close to 50 % when comparing a sow to another and 38 % for the same sow from a day to the next one. About their activity, an average sow spends 67 % of its time lying down, a bit more than 28 % standing up without moving and less than 5% walking. According to that, between the laziest one and the more active one, energy expenditure represent more than 500 g of feed. It means, with the same fixed objective of backfat thickness with these two sows, a farmer will need to give 500 g more feed/day for the very active sow. Early warning system for lameness issues was the other main result of this study. Through the use of watering and feeding behavior (number of visits per day, time of each visit, quantity of water/feed consumed, access rank to the feeder), individual weight and activity level, we built a first model able to individually predict lameness issue 24 hours before the farmer can observe it. The accuracy is close to 77 %. It means, that a cell phone app can alert farmers when a sow needs to be checked. 

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6832/49647/file/Vol79-16-Marcon%20et%20al.pdf

2020

ACCEPT - Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective

Consulter le resumé

Christine Roguet et al., Innovations Agronomiques (FRA), 2020, volume 79, janvier, p. 315-329

Dans un contexte de profondes remises en cause des systèmes et des pratiques en élevage, le projet, ACCEPT, a analysé la controverse sur l’élevage, ses acteurs, son audience et les mécanismes sociologiques à l’œuvre, afin d’aider les filières animales à renouer le dialogue avec la société et à adapter leurs stratégies, pratiques et communication à ce nouveau contexte. Après une analyse sociohistorique, le projet ACCEPT et la thèse CIFRE qui lui était associée ont combiné les approches qualitatives et quantitatives, à des échelles locales, nationales et européennes. Les travaux ont produit une cartographie de la controverse, une mesure de l’audience des débats dans la population française et une typologie des citoyens français. Le projet a également recensé, en France et dans cinq autres pays européens, diverses initiatives des filières visant à mieux répondre à ces attentes sociétales. Il a proposé un outil pour aider les éleveurs à mieux positionner leurs projets dans leur environnement local. Enfin, un travail prospectif a permis d’imaginer cinq scénarios pour le monde de l’élevage à horizon 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

voir une vidéo YOUTUBE : https://www.youtube.com/watch?v=Hgdq1gxJALc

ENG

Acceptability of livestock farming by the society in France: cartography of the controversies, collective mobilizations and prospective

In a context of far-reaching challenges to farming systems and practices, the project, ACCEPT, analysed the controversy about livestock farming, its actors, its audience and the sociological mechanisms at work, to help livestock sectors to relaunch the dialogue with society and adapt their strategies, practices and communication to this new context. After a socio-historical analysis, the ACCEPT project and the associated CIFRE thesis combined qualitative and quantitative approaches at local, national and European scales. The work produced a mapping of the controversy, a measure of the audience of the debates in the French population and a typology of French citizens. The project also identified, in France and five other European countries, various initiatives in the livestock sectors aimed at better meeting these societal expectations. It proposed a tool to help farmers better position their projects in their local environment. Finally, a prospective study enabled to design five scenarios for the world of breeding by 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

2020

Processing of partly defatted meals fro m European soybeans and nutritional value for broilers and piglets

Consulter le resumé

Eric Royer (anciennement IFIP, actuellement IDELE) et al., colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster

The study determined the influence of different processes to produce good quality soy bean meal (SBM) with 46-52 % crude protein, 4-8 % residual oil and trypsin inhibitor content below 8 TIU/mg. Such extruded-expelled SBM produced in medium-sized crushing plants from local and GMO-free European soybean crops could have interesting nutritional values.

PDF icon Eric Royer et al., colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster
2020

Environmental assesment of feeding strategies of precision feeding in growing-finishing pigs (Task 6.2.)

Consulter le resumé

Florence Garcia-Launay (Inrae) et al., colloque final Feed-a-Gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster

Feed production and excretion of nutrients by the animals are the major sources of the environmental impacts of pig production. The development of communication and information technologies in pig farms allows today the development of precision feeding (PF) in growing-finishing pigs, which appears as a promising technology to decrease environmental impacts of pig production. However, few studies have compared environmental impacts of conventional and PF. Therefore, on objective of Task 6.2. within Feed-a-Gene was to perform life cycle assessment (LCA) of pig production with either conventional or PF applied to growing-finishing pigs.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Environmental assessment of new European protein sources for feed (Task 6.2). Part 1 - at feedstuff perimeter

Consulter le resumé

Sandrine Lespagnol et al., Colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster

The use of Brazilian soybean is controversial in Europe because of its environmental impact due to deforestation and the use of genetically modified organism.

PDF icon Colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster
2020

Environmental assessment of new European protein sources for feed (Task 6.2). Part 2 - at animal product perimeter

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol et al., Colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster

Assessing the environmental consequences for animal products (pig and poultry) of using innovative protein sources to replace Brazilian soybean meal in the feed.

PDF icon Sandrine Espagnol et al., Colloque final du projet Feed-a-gene, 22-24 janvier 2020, Rennes, poster
2020

Effets d’un maïs naturellement contaminé en déoxynivalénol et de l’apport alimentaire d'anti-oxydants sur le stress oxydant chez le porc en engraissement

Consulter le resumé

Eric Royer et al., 8èmes Journées Mycotoxines, 30 – 31 Janvier 2020, Brest, France, poster

La modulation du système antioxydant est l’une des causes des effets physiopathologiques du déoxynivalénol (DON) chez l’animal. L’étude vise à déterminer si l’apport alimentaire d’anti-oxydants permet de limiter l’oxydation des lipides et de moduler l’activité des enzymes antioxydantes résultant de l’exposition au DON.

PDF icon Eric Royer et al., 8es Journées Mycotoxines, 30 – 31 Janvier 2020, Brest, France, poster
2020

Prélever de la salive pour analyser la reproduction

Consulter le resumé

Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 276, février-mars, p. 43

L’Ifip a testé la faisabilité de prélèvements salivaires individuels pour réaliser des dosages hormonaux et analyser les problèmes de reproduction. Ce prélèvement est simple à réaliser en élevage et moins invasif qu’une prise de sang.

PDF icon Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 276, février-mars, p. 43
2020

Développement pubertaire des mâles entiers et risque d’odeur de verrat

Consulter le resumé

Claire Dugué (Inrae) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 31-36

La castration des porcelets mâles a pour but de diminuer les risques de comportement agressif et d’éviter des défauts de qualité de viande. En effet, chez certains mâles entiers, l’androsténone (molécule produite dans les testicules) et le scatol (produit par les bactéries du tube digestif) s’accumulent dans le gras et donnent une odeur désagréable à la viande. Dans une perspective d’élevage de mâles entiers, une sélection contre l’accumulation d’androsténone dans le gras est envisagée, mais les éventuels effets négatifs sur la reproduction restent à analyser. L’objectif de l’étude est d’évaluer les relations entre l’accumulation d’androsténone dans le gras dorsal, la mise en place de la puberté chez les jeunes verrats, le comportement sexuel et les caractéristiques de la semence chez les verrats matures. Un phénotypage fin a été réalisé sur 114 verrats dans l’unité expérimentale INRA GenESI. Chaque verrat totalise jusqu’à 455 observations comprenant des mesures de production spermatique, des dosages d’androsténone et de scatol dans le gras dorsal et d’hormones plasmatiques (testostérone et œstradiol) à 180 jours et à 280 jours d’âge, des observations du comportement (débourrage, maintien de l’aptitude au prélèvement de semence et test de confiance vis-à-vis de l’homme) et des caractéristiques de semence. Des analyses multivariées ont été effectuées pour estimer les relations entre ces mesures. Les résultats suggèrent que l’œstradiol plasmatique peut servir de prédicteur de l’androsténone et qu’il n’y a pas de lien entre l’androsténone, les caractéristiques de la semence et le comportement sexuel des verrats.

ENG

Puberty development of entire males and risk of boar taint

Male piglets are castrated to reduce the risk of aggressive behavior and improve meat quality. In some entire males, androstenone (from testes) and skatole (produced by the gut bacteria) accumulate in fat and give an unpleasant smell to the meat. Genetic selection against androstenone accumulation in back fat in entire males has been considered to overcome boar taint in carcasses, but possible side effects on reproductive traits have to be investigated. The objective of the study was to evaluate the relationship between androstenone accumulation in back fat, beginning of puberty, sexual behavior and semen characteristics in mature boars. To meet this objective, fine phenotyping of 114 boars was performed at the INRA GenESI experimental station. Each boar represented up to 455 observations, tests or samples, including concentrations of androstenone and skatole in back fat, concentrations of hormones in blood at 180 and 280 days of age, behavioral observations (breaking, maintaining libido and test of confidence in humans) and semen characteristics. Multivariate analysis was performed to estimate the relationships between variables. Results suggest that plasma œstradiol may predict androstenone and that there was no relationship between androstenone, semen characteristics, and boar libido.

2020

Supplémentation d’extrait d’algues en engraissement : effets sur la qualité technologique et nutritionnelle (viande et abats)

Consulter le resumé

Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, p. 65-66, poster

Poster.

De récentes études attribuent aux extraits d’algues de multiples qualités telles que des propriétés antioxydantes, antivirales, anticancer, anticoagulantes ou hypolipidémiantes (Wang et al., 2014). En élevage, l’usage d’extrait d’algues dans l’alimentation animale commence à se rencontrer en tant qu’élément naturel susceptible d’améliorer les fonctions immunitaires de l’animal. Dans cette étude, la question de l’effet d’une supplémentation en extrait d’algues dans l’alimentation des porcs sur la qualité nutritionnelle de la viande et des abats et leurs éventuels bénéfices sur la santé humaine a été étudiée. L’impact de cette supplémentation sur les principaux critères de la qualité technologique de la viande ainsi que sur sa composition nutritionnelle a été évalué et l’effet de la supplémentation sur la qualité sensorielle a été testé sur un sous-échantillon. 

ENG

Adding algae to pig feed: influence on meat quality and composition of meat and offal

Poster.

Recent publications show the potential of algae as a source of bioactive compounds demonstrating a wide range of biological activities, such as antioxidant, antiviral and anti-hyperlipidemia activities. In animal husbandry, algae extracts have progressively emerged as a new generation of natural ingredients that help to improve immune function and animal health. This study aimed to assess impacts of algae addition to pig feed on the quality of meat and offal (liver and casing). The study was conducted on 231 fattening pigs, 50% fed a diet supplemented with algae extract, and 50% fed a control diet. Subsamples were selected for nutritional value analysis of loin (n=20), liver (n=10) and casing (n=10). No significant effect on carcass characteristics, sensory evaluation of the loin or overall meat quality was observed. Nonetheless, the semimembranosus pH1 increased slightly, but without any consequence on drip loss or color. Nutritional composition of the longissimus muscle was enhanced by algae supplementation, with higher levels of magnesium, zinc and B vitamins. Similar trends were observed for vitamin B12 content in the liver, while the magnesium content in the casing increased. Finally, algae addition to pig feed at a high level (7.3% of dry mater) had no effect on carcass composition or sensory traits of the loin after cooking. 

2020

Supplémentation d’extrait d’algues en engraissement : effets sur la qualité technologique et nutritionnelle (viande et abats)

Consulter le resumé

Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, poster

Poster.

De récentes études attribuent aux extraits d’algues de multiples qualités telles que des propriétés antioxydantes, antivirales, anticancer, anticoagulantes ou hypolipidémiantes. En élevage, l’usage d’extrait d’algues dans l’alimentation animale commence à se rencontrer en tant qu’élément naturel susceptible d’améliorer les fonctions immunitaires de l’animal. Dans cette étude, la question de l’effet d’une supplémentation en extrait d’algues dans l’alimentation des porcs sur la qualité nutritionnelle et technologique de la viande et des abats a été étudiée. 

PDF icon Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, poster
2020

Capacités d'élevage et d'abattage : des contrastes régionaux

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 197-202

Les Bases de Données Nationales d’Identification (BDNI) recensent des données exhaustives sur les sites d’élevage et les mouvements d’animaux. Elles ont ici été mobilisées pour analyser les dynamiques et la proximité / l’éloignement entre les abattoirs et les élevages auprès desquels ils s’approvisionnent en porcs charcutiers. Le langage R et les packages de la tidyverse ont été utilisés pour manipuler et analyser les données. Les distances par la route entre les abattoirs et les élevages ont été calculées grâce au calculateur d’itinéraires OSRM (Open Source Routing Machine). Trois grandes régions aux dynamiques contrastées ont été identifiées. Le Grand Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie et Poitou-Charentes) concentre les trois-quarts de la production française de porcs charcutiers. Celle-ci a diminué de 347 000 têtes entre 2014 et 2017, dont plus de la moitié pour le seul Finistère. Les régions du Nord de la France (Hauts-de-France, Grand Est et Haute-Normandie) souffrent d’un déficit de capacités d’abattage : 1,9 million de porcs charcutiers y sont produits et 900 000 abattus. Environ un tiers du surplus est exporté vif vers l’étranger, le reste est abattu dans d’autres régions françaises. Les élevages d’Alsace, du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie bénéficient de la présence d’abattoirs de taille intermédiaire. Les élevages des autres régions sont plus éloignés des abattoirs. Dans le Sud au contraire, plus de 20% des 4 millions de porcs abattus en 2017 proviennent des régions du Nord et de l’Ouest déficitaires en capacité d’abattage. Un quart des porcs charcutiers abattus dans le Sud provenait d’élevages situés à plus de 280 km de l’abattoir.

ENG

Livestock and slaughter capacities: regional contrasts in France

National Identification Databases provide comprehensive data on breeding sites and animal movements in France. They have been used to analyse dynamics of and distances between slaughterhouses and pig farms. The tidyverse package of R software was used to manipulate and analyse these databases. Road distances between slaughterhouses and the farms from which they obtain their pigs were calculated using the Open Source Routing Machine route calculator. Three large regions with contrasting dynamics were identified. The regions of Western France (Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie and Poitou Charentes) contained threequarters of French pig production . Production on western farms decreased by 347,000 head from 2014 to 2017, more than half of it in the department of Finistère alone. The regions of Northern France (Hauts-de-France, Grand-Est and Haute-Normandie) experienced a deficit of slaughtering capacity in 2017, producing 1.9 million pigs but slaughtering 0.9 million. Approximately onethird of the surplus is exported alive abroad, while the rest is slaughtered in other French regions. Pig farms in Alsace, Nord-Pas-deCalais and Picardie benefit from the presence of slaughterhouses of intermediate size. Farms in other regions are further away from slaughterhouses. In the Southern France, more than 20% of the 4 million pigs slaughtered in 2017 came from the Northern and Western regions, which lack slaughter capacity. One-quarter of the pigs slaughtered in Southern France came from farms located more than 280 km from the slaughterhouse.

2020

Pages