La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 2959 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Le porc dans les exploitations de grandes cultures : systèmes céréales oléo-protéagineux porcs

Consulter le resumé

Le 1er objectif de cette étude est d’identifier et de caractériser les différents types d’exploitations céréales-oléoprotéagineux-porcs. Le 2nd porte sur la recherche de solutions compétitives pour ces exploitations.
38,00 €
1999

Le coût des investissements récents dans les élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Au cours de différents travaux conduits sur l'analyse des coûts de production dans les principaux pays compétiteurs sur le Marché porcin européen, il est apparu que les lacunes les plus importants des dispositifs d'observation disponibles concernaient la connaissance des charges de structure et, notamment, de celles résultant des investissements réalisés.

PDF icon rao_invest_1999 18,00 €
1999

Hongrie : le poids du passé, le choc du futur

Consulter le resumé

La Hongrie devrait entrer dans l'Union européenne au cours de la prochaine décennie.

Depuis les bouleversements politiques et économiques du début des années 90, sa production porcine a fortement diminué et ses structures se sont affaiblies. En surcapacité et confronté à la concurrence, l'abattage hongrois a perdu des débouchés à l'exportation.

En l'absence d'importants transferts technologiques et financiers, de nouvelles réductions d'activité sotn probables.

PDF icon Hongrie : le poids du passé, le choc du futur
1999
traitement des lisiers : descriptif des procédés français

Traitement des lisiers : descriptif des procédés français

Consulter le resumé

éditions ITP, 1999, IBSN : 2 85969 117 0

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999
Coût et compétitivité de la production porcine en Europe (numéro 1)

Coût et compétitivité de la production porcine en Europe (numéro 1)

Consulter le resumé

Yvon Salaün, Michel Rieu et Hervé Marouby, L'Observatoire de l'Institut Technique du Porc (FRA), 1999, numéro 1, éditions ITP, 48 pages

Le développement de la production porcine française au cours des dernières années témoigne du dynamisme de ses acteurs mais aussi de l’efficacité technique et économique de ses entreprises.
Ainsi, l’analyse des coûts de production et de la productivité technique des principaux facteurs rend compte des progrès importants réalisés et de la bonne position relative de la France face à ses concurrents. 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999
Odeurs et environnement

Dossier “Odeurs” : Odeurs en environnement + Approche globale de l'olfaction et des odeurs

Consulter le resumé

Odeurs et environnement. Cas de la production porcine. Sources des émissions, principe et mesures

Techniques disponibles pour réduire les odeurs émises par les porcheries, pendant le stockage en fosses extérieures et à l’épandage, comparaison, évaluation et contraintes. Rôle des poussières et de l’ammoniac...

Édition 1999 - Dépliant 4 pages 21 x 29,7



Approche globale de l’olfaction et des odeurs

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

L'abattage en France : enjeux multiples

Consulter le resumé

L'abattage français des porcs affiche depuis plusieurs années une double concentration, géographique et industrielle; Très actifs à l'exportation, ses principaux pôles affrontent des concurrents étrangers de très grande dimension. Les exigences liées à la qualité et la traçabilité se renforcent.

Les régions de faible densité, qui cherchent à différencier et à garantir leurs produits, doivent disposer de partenaires performants pour l'abattage. Un défi parfois crucial et difficile.
PDF icon L'abattage en France : enjeux multiples
1999

Prix et consommation de matières premières en alimentation porcine : le poids des céréales

Consulter le resumé

La baisse du prix de l'aliment en 1998 n'a pas pu enrayer la chute du revenu des producteurs de porcs, confrontés à un prix de vente désastreux.

Les niveaux de l'aliment d'engraissement sont pourtant proches aujourd'hui de ceux constatés il y a presque vingt ans. Le rôle du marché céréalier a été central dans l'évolution des dernières années, avec des fortes répercussions sur les cours et les consommations en alimentation animale. La nouvelle baisse attendue du prix des céréales

(Agenda 2000) nous incite également à un examen rétrospectif.
PDF icon Prix et consommation de matières premières en alimentation porcine : le poids des céréales
1999

Production porcine en Hongrie : diagnostic et perspectives de développement

Consulter le resumé

Hongrie : compétitivité modeste des outils de production et d'aval



Parmi les pays de l'Europe centrale et orientale, la Hongrie est l'un de ceux qui entreront dans l'Union européenne dans les dix prochaines années. Huit ans après les bouleversements politiques et économiques, l'ITP a conduit une expertise sur l'état actuel et le devenir prévisible du secteur porcin dans le pays. La production a fortement diminué, les structures de production sont affaiblies. A l'aval,
PDF icon Production porcine en Hongrie : diagnostic et perspectives de développement
1999

Mesure des circuits, des vitesses et des débits d'air en été dans les camions de ramassage des porcs charcutiers

Consulter le resumé

La directive européenne CE 98 mentionne que pour des durées de transport des porcs supérieures à 8 heures, les camions doivent être équipés d’un système de ventilation.

En France, les camions de ramassage des porcs charcutiers ne sont pas équipés de ventilateurs. Cette étude apporte des références objectives sur les circuits, vitesses et débits d’air dans ces véhicules.
PDF icon Mesure des circuits, des vitesses et des débits d'air en été dans les camions de ramassage des porcs charcutiers
1999

Les races locales porcines françaises

Consulter le resumé

PDF icon Les races locales porcines françaises
1999

Voyage d'étude ITP et LGPC au Danemark

Consulter le resumé

Les Livres Généalogiques Porcins Collectifs et l’Institut Technique du Porc ont organisé, en décembre dernier, un voyage d’étude au Danemark auquel ont participé différents représentants des Organisations de Sélection Porcine et des ingénieurs de l’ITP. Ce groupe de dix personnes, férues de génétique porcine, ont pu ainsi avoir en l’espace de quelques jours un aperçu de l’organisation de l’amélioration génétique porcine au Danemark. Les similitudes entre les dispositifs collectifs français et danois de sélection porcine ont conduit à de tels échanges à plusieurs reprises depuis 1990.
PDF icon Voyage d'étude ITP et LGPC au Danemark
1999

Le coût des bâtiments - Année 1997

Consulter le resumé

L’indice national du coût du bâtiment, tous corps d’état, n’a augmenté que de 1,4 % de juin 1997 à juin 1998. Cette évolution était sur la même période de 2,4 % l’année précédente.

Le coût des porcheries a peu évolué en 1998.

Quelques projets importants existent, notamment dans l’Est de la France.
PDF icon Le coût des bâtiments - Année 1997
1999

Les cotations dans la filière porcine en 1998 - Indicateurs de la crise

Consulter le resumé

La crise que traverse actuellement le marché du porc a manifesté ses premiers signes dans la deuxième moitié de 1997. Entre juin et décembre 97, le prix mensuel du porc charcutier en France (cotation nationale Classe E) est tombé de 13,05 à 10,55 F. Cette chute s'est poursuivie en 1998, avec un prix minimum atteint en novembre, 6,35 F. En 1998, le prix moyen annuel du

porc a baissé de 25 % par rapport à 1997.
PDF icon Les cotations dans la filière porcine en 1998 - Indicateurs de la crise
1999

Effets du niveau d'alimentation sur la concentration plasmatique de progestérone et sur la mortalité embryonnaire chez la cochette

Consulter le resumé

L’augmentation du niveau alimentaire avant l’ovulation permet d’accroître le taux d’ovulation alors que le rationnement après l’ovulation est susceptible de réduire la mortalité embryonnaire. Ces effets pourraient être dus à une modification de la clairance métabolique de la progestérone par le niveau alimentaire. Deux expériences sont réalisées pour tester cette hypothèse. Dans l’expérience 1, 10 cochettes dont la puberté est induite par une injection de gonadotropines à J0, sont cathétérisées à J10. La lutéolyse est induite par une injection d’un analogue de la prostanglandine F2á à J18.
PDF icon Effets du niveau d'alimentation sur la concentration plasmatique de progestérone et sur la mortalité embryonnaire chez la cochette
1999

Evolution de la valeur fertilisante du lisier de porcs au cours de la vidange de la fosse de stockage. Influence du brassage

Consulter le resumé

L’objectif de ces travaux était d’étudier d’une part l’évolution de la composition du lisier dans l’épandeur au cours de la vidange de la fosse de stockage extérieure et d’autre part, l’efficacité du brassage sur la qualité de l’homogénéisation du lisier dans la fosse et à l’épandage. 30 élevages ont été retenus et répartis en trois niveaux de brassage. Les éleveurs du groupe 1 ne réalisent aucun brassage au moment de l’épandage, ceux du groupe 2 brassent le lisier uniquement avant de commencer à épandre et ceux du groupe 3 brassent avant et pendant la période d’épandage.
PDF icon Evolution de la valeur fertilisante du lisier de porcs au cours de la vidange de la fosse de stockage. Influence du brassage
1999

Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C

Consulter le resumé

L’influence de l’amplitude de variation nycthémérale de la température ambiante a été étudiée dans deux essais successifs portant chacun sur 192 porcs (mâles castrés et femelles croisés) entre 25 et 110 kg. Quatre traitements thermiques ont été mis en place: la température est maintenue constante à 24°C ou varie autour de cette valeur moyenne de ±1,5, ±3,0 ou ±4,5°C au cours de la journée. Les températures minimale et maximale sont atteintes respectivement à 7h00 et 19h00. La photopériode est fixée à 12 h de jour (entre 7h00 et 19h00).
PDF icon Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C
1999

Caractérisation des effets de l'augmentation de la température ambiante sur les performances des truies en lactation

Consulter le resumé

Les effets de la température ambiante (T) et de la teneur en protéines de l'aliment sont étudiés chez 63 truies multipares Large White. Les animaux sont répartis entre cinq traitements thermiques (18, 22, 25, 27 ou 29°C) et deux aliments ayant des teneurs en protéines de 14 ou 17%; les teneurs en acides aminés essentiels sont identiques dans les deux aliments.

La photopériode est de 14 h de jour. Les truies sont alimentées à volonté entre le 7ième et le 19ième jour de lactation.
PDF icon Caractérisation des effets de l'augmentation de la température ambiante sur les performances des truies en lactation
1999

Incidence du système d'extraction et du débit de renouvellement d'air en porcherie d'engraissement sur les concentrations en ammoniac et les performances des animaux

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est de déterminer l’incidence du débit de renouvellement d’air et du système de ventilation (extraction basse, extraction haute) sur l’évolution des concentrations d’ammoniac en ambiance et sur l’air rejeté vers l’extérieur. Les performances zootechniques des animaux ont également été contrôlées. Deux niveaux de ventilation, notés faible et élevé, ont été comparés: ils varient respectivement de 5 m3/h/porc à 16 m3/h/porc et de 15 m3/h/porc à 40 m3/h/porc du début à la fin de l’engraissement.
PDF icon Incidence du système d'extraction et du débit de renouvellement d'air en porcherie d'engraissement sur les concentrations en ammoniac et les performances des animaux
1999

Consommation résiduelle chez le porc en croissance alimenté à volonté. Méthode de calcul et variabilité génétique

Consulter le resumé

La consommation résiduelle journalière (CMJR) du porc en croissance se définit comme la différence entre la consommation observée et une consommation d’aliment « théorique », fonction des besoins estimés de l’animal pour l’entretien et la croissance. Les variations de la CMJR reflètent les différences d’efficacité pour la digestion et l’utilisation de l’énergie ingérée à niveau de performances comparable. La CMJR est supérieure de près de 70 g/jour dans les bandes d’hiver, sans doute en relation avec la dépense énergétique de thermorégulation.
PDF icon Consommation résiduelle chez le porc en croissance alimenté à volonté. Méthode de calcul et variabilité génétique
1999

Pages