La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 1244 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Des fibres pour plus de bien-être en engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 32-33

L’intérêt des fibres dans l’aliment des porcs charcutiers pourrait être relancé par la prise en compte du bien-être animal.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 32-33
2019

Smart Tracking surveille l'activité des porcs

Consulter le resumé

Michel Marcon, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 17-18

Savoir comment se comporte chaque porc dans les cases, combien de temps ils passent à manger ou boire… C’est ce que propose le Smart Tracking actuellement testé à la station de l’Ifip à Romillé.

PDF icon Michel Marcon, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 17-18
2019
Couverture du Porc par les chiffres

Le porc par les chiffres 2019-2020

Consulter le resumé

Les chiffres clés les plus récents des filières porcines dans le monde et l’UE (production, consommation, cheptel...) et de la filière porcine en France ; les données utiles pour se repérer tout au long de l’année et à avoir toujours sous la main : un outil indispensable à tous !

  • les échanges (import/export),
  • les élevages de porcs (cheptel/régions, commerce et signes de qualité),
  • les coûts des bâtiments, le secteur de l’aliment pour porc,
  • la sélection (truies, insémination, évolutions génétiques),
  • l’abattage (entreprises, classement des carcasses, paiement au TMP),
  • le secteur de la charcuterie (entreprises et produits),
  • la consommation des viandes et la distribution des produits du porc

sous forme de tableaux, cartes, graphiques. 

Un fichier powerpoint contenant les principaux graphiques complète la brochure ; les visuels présentant chaque maillon de la filière peuvent directement servir à la préparation d’interventions techniques. Il vous sera envoyé sur simple demande : ifip@ifip.asso.fr

Edition IFIP, 39 pages, 16 X 24

25,00 €
2019

Tailored phase-feeding program for liquid-fed growing pig towards a reduced use of protein rich diet

Consulter le resumé

F. Maupertuis (Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, Ferme expérimentale) et al., 70th Annual Meeting of the European Federation Animal Science (EAAP), 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 481, poster

The growth profile and amino acid requirements of crossbred pigs were assessed with the InraPorc® software and used to investigate the possibility of implementing different phase-feeding strategies using a liquid feeding system.
Two batches (16 pens × 14 pigs per pen) were studied over the 44 to 120 kg body weight (BW) range. Two diets with 1.0 g (A) or 0.5 g (B) of digestible lysine per MJ of net energy (LYS/NE) were blended in proportions that depended on the strategy and the BW range. If using the 2-phase (2P) strategy, LYS/NE was 0.9 up to 65 kg BW and 0.8 afterwards. If using the 5-phase strategy (5P), LYS/NE was 0.90 (BW<50 kg), 0.85 (50-65 kg), 0.80 (65-85 kg), 0.70 (85-105 kg), and 0.60 (BW>105 kg). The daily supply of feed increased weekly by around 0.2 kg/pig, up to a plateau (gilts: 2.8 kg/d, barrows: 2.6 kg/d). The change from one phase to another was undertaken by the average BW per pen (measured every 3 weeks) and the minimum amount of feed the liquid-feeding system could deliver. Due to delivery problems, data of two pens were removed from the trial. No significant difference were observed between 2P and 5P pigs on daily feed intake (respectively: 2.38 and 2.42 kg/d, P=0.47), average daily gain (822 and 814 g/d, P=0.64), and feed conversion ratio (2.93 and 3.00, P=0.26). Diet A represented on average 65.4 and 48.1% of the total feed intake for 2P and 5P pigs (P<0.01), respectively. Based on the difference between N intake calculated from the crude protein (CP) content of diets A (15.6%) and B (10.7%) and N retention assessed from carcass leanness (P=0.37), N output was reduced by 6% with the 5P strategy (P=0.04). The decrease would have reached 19% with a two-phase strategy based on typical growing-finishing diets (16 and 15% CP) instead of the low-protein blends (14.6 and 13.6% CP) used in this study. Based on global environmental impacts of feedstuffs incorporated into diets A and B, the 5P strategy may contribute to a reduced consumption of phosphorus and climatic change. This research was part of the DY+ project, co-funded under the European Union’s Feader program.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Application of a precision feeding program in growing pigs: effect on performance and nutrient use

Consulter le resumé

Ludovic Brossard (INRA) et al., 70th Annual meeting of the European Federation of Animal science (EAAP), 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 469

Improvement of feed efficiency in growing pigs is a key issue for the economic and environmental sustainability of livestock production. This can be achieved with novel techniques such as precision feeding (PF). Within the Horizon 2020 EU Feed-a-Gene program (grant agreement n°633531), a decision support system (DSS) was developed to implement precision feeding in commercial pig farms. This study aimed to test the functioning of the DSS in practical conditions and the consequences on performance and nutrient use of growing pigs fed ad libitum. Sixty-four pigs were reared from 77 to 161 days of age (34 to 109 kg body weight, BW) in a single pen equipped with an automatic weighing-sorting system and eight automatic feeders allowing to register feed intake and deliver a tailored blend of two diets (A and B with respectively 1.0 and 0.4 g SID Lysine (Lys)/MJ NE, and 9.7 MJ NE/kg) to individual pigs.

Pigs of the control group received a blend providing 0.9 g SID Lysine (Lys)/MJ NE until the average group BW was 65 kg (growing phase) and 0.7 g SID Lys/MJ NE thereafter (finishing phase). For the PF group, the assessment of the SID Lys requirement was performed individually and on a daily basis, based on up to 20 previous records of BW and feed intake. Feed composition was changed accordingly by blending diets A and B in appropriate proportions. Daily feed intake, average daily gain, and feed conversion ratio did not differ between treatments for the overall period or per period. During the growing period, the SID Lys intake and the nitrogen intake and excretion were respectively  10.8, 8.8, and 14.4% lower in the PF group compared to the control group (P<0.05). During the finishing period, these values were only numerically lower (difference <2%; P>0.68). This could result from a slightly higher feed intake (+100 g/d, P=0.24) in PF group combined with a SID Lys supply already low in control group. A second experiment will be performed in the same conditions to confirm the potential of the PF using the developed DSS.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Incidence of heating the liquid feed on performance of fattening pigs

Consulter le resumé

Eric Royer et al., 70th Annual meeting of the European Federation of Animal science (EAAP), 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 415

Pig farms producing their own renewable energy could improve animal health or performance by the controlled heating of liquid feed. This study evaluated the effects of different liquid feed temperature on performance of growing-finishing pigs. For the fattening period (27.5 to 112 kg), a total of 144 pigs received, according to plan, a growing then a finishing diet mixed with water in a ratio of 2.8:1 l/kg and distributed at 10, 20 or 30 °C. Pigs of each treatment were allocated to 8 pens of 6 animals each, spread throughout the liquid feeding facility and received 13 times per week a liquid feed distributed by an automated supply system. Environmental temperature was maintained at 24 °C during the whole period. After distribution, pigs fed the 30 °C meal ate faster than pigs delivered 20 or 10 °C meals. It was visually observed that the latter ones agitated the mixture before eating. From d 0 to 52, pigs receiving 30 °C meal had better ADG and FCR than pigs given the 20 °C meal, pigs of the 10 °C meal being intermediate (ADG: 773, 740 and 764 g/d, respectively; P=0.02; FCR: 2.58, 2.69 and 2.61 kg/kg, respectively; P=0.03). Performance was similar among treatments from d 52 to 100 (P>0.10). Overall from d 0 to 100, FCR of pigs distributed the 30 °C feed was 2.2% lower than pigs given the 20 °C or the 10 °C meals (2.69 vs 2.77 and 2.74 kg/kg, respectively; P=0.04). Live weight at d 100 was higher for pigs given 30 °C meal than for pigs fed at 20 °C, pigs with a 10 °C meal being intermediate (110.4, 108.7 and 109.6 kg, respectively; P=0.04). 30 °C pigs tended to have a higher back fat depth than 20 and 10 °C pigs (13.7 vs 12.8 and 13.0 mm, respectively; P=0.07). These results are in agreement with the amount of heat exchange energy required to raise a liquid feed to body temperature. An additional profit of 1.1 € per pig for heated meal vs temp/cold meal was calculated on the basis of the study technical results. Under the economic conditions of 2016, a 2.2% decrease of the FCR could amortize an investment in a renewable energy up to € 5,000 per year in the case of a fattening unit with capacity for 1,500 pigs.

PDF icon Eric Royer et al., 70th EAAP, 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 415
2019

Upgraded EU rapeseed meal improves growth performance and nutrient digestibility in growing pigs

Consulter le resumé

Melo ADB (IRTA, Espagne) et al., 70th Annual meeting of the European Federation of Animal science (EAAP), 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 421, poster

Rapeseed meal (RSM), a by-product of oil industry, contains large amounts of protein but also contains a high fibre content that limit its use to non-ruminant animals. Tail-end dehulled RSM presents high protein content and reduced fibre fraction, resulting more attractive for animal feeding. Also, pelletizing process could contribute to improve the nutritive value of dehulled RSM. The aim of the present study is evaluating the growth performance and nutrient digestibility of growing pig´s diet based on dehulled RSM, combined with die size and steam from pelletizing process. A 2×2×2 factorial design was used with conventional (35% CP) or upgraded RSM (40% CP), 4×40 or 4×60 mm of die size, processed with or without steam. Conventional or upgraded RSM were included in similar proportion (22.5%) as the only protein source and no adjustment of synthetic amino acids (AA) was done.

Diets were provided ad libitum overall the trial, which lasts 49 days. One-hundred forty-four pigs weighing 27.55 kg were allocated at 72 pens, 2 pigs for pen (male and female), totalling 9 blocks of live weight per treatment. At the last week of experiment, faecal samples were collected for 3 days and lyophilized before lab analyses. Growth performance and nutrient digestibility were used as responsive criteria. Pig´s weight gain and feed conversion ratio were improved by dehulled RSM. Feed efficiency is improved in pigs fed dehulled RSM, 4×60 mm die size with steam on pelleting process. The digestibility of energy, crude protein, lysine, methionine, threonine and valine is improved in diet based on dehulled RSM and no affected by die size. A greater nutrient content and availability such as found in the diet based on dehulled RSM is crucial to improve animal performance and it was enhanced after pelleting process.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Digestive efficiency is a heritable trait to further improve feed efficiency in pigs

Consulter le resumé

Vanille Déru (INRA/ France Génétique Porc) et al., 70th Annual meeting of the European Federation of Animal science (EAAP), 26-30 août 2019, Ghent, Belgique, p. 415

The use of diets with dietary fibres from alternative feedstuffs less digestible for pigs is a solution considered to limit the impact of increased feed costs on pig production. This study aimed at determining the impact of an alternative diet with fibres on individual digestive efficiency coefficients, and to estimate their heritabilities and genetic correlations with other production traits. A total of 480 Large White pigs were fed a high fibre diet (FD) and 547 of their sibs were fed a conventional diet (CO). For each animal, digestibility coefficients (DC) of energy, organic matter, and nitrogen were predicted from faeces samples analysed with near infrared spectrophotometry.

Individual daily feed intake (DFI), average daily gain (ADG), feed conversion ratio (FCR) were recorded as well as lean mean percentage (LMP), carcass yield (CY) and meat quality traits. The FD pigs had significantly lower DC than CO pigs (-5 to 6 points). The DC were moderately to highly heritable, with heritabilities ranging from 0.41±0.14 to 0.50±0.15 in CO, and from 0.62±0.17 to 0.70±0.17 in FD. Genetic correlations between DC and ADG (from -0.65 to -0.52), FCR (from -0.75 to -0.33), and DFI (from -0.83 to -0.57) were high and negative in both diets. The DC were slightly unfavourably correlated with CY (from -0.24 to -0.11) and favourably correlated with LMP (from 0.03 to 0.29). Genetic correlations were generally unfavourable with meat quality traits (from -0.75 to 0.09). Genetic correlations of DC between diets were close to 1, so no interaction between feed and genetics could be evidenced for these traits. To conclude, DC measured in farm conditions are interesting criteria for selection to account for animal digestive capacity, due to moderate to high heritabilities and high genetic correlations with FCR.

However, according to these first results, it would have to be selected together with carcass yield and meat quality to avoid adverse genetic trends on the latter traits.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Addition of vitamin E in pigs feed: could prevent cured-meat promotion of colon carcinogenesis in rats

Consulter le resumé

Aurélie Promeyrat et al., 65th International Congress of Meat Science and Technology (ICOMST), 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster

Based on epidemiological studies, excessive consumption of cured meats induces a slight, but significant, increase in the risk of developing colorectal cancer [1]. Among the various hypotheses, recent studies have proposed the central role of heme iron in this positive association. Heme iron catalyzes the formation of genotoxic and cytotoxic nitroso-compound (NOCs) and lipid peroxidation end products (alkenals). Based on the important role of peroxidation and nitrosylation in the effect on cancer risk, our recent studies has made possible to propose a limitation of this effect via the enrichment of cured meat products with vitamin E during their manufacture [2]. In addition, supplementation in pig diet would also appear interesting to protect cured meat from the formation of carcinogenic substances, NOCs and alkenals [3]. In the present study we assess for the first time the effect of adding vitamin E in pig feed on preventing the promotion of colorectal carcinogenesis in rats fed a sausage-based diet from supplemented animals compare to sausage-based diet from control animals .

PDF icon Aurélie Promeyrat et al., 65th ICOMST, 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster, PDF icon Aurélie Promeyrat et al., 65th ICOMST, 4-9 août 2019, p. 859-860
2019

Addition of algae in pig feed: influence on technological quality and composition of meat and offal

Consulter le resumé

Aurélie Promeyrat et al., 65th International Congress of Meat Science and Technology (ICOMST), 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster

Nowadays, algae progressively emerges in farms as a new generation of natural ingredients that improves immune function and animal health [1].
But, what are the effects of algae addition on meat and offal ? This study assesses the impact of pork feed supplemented in algae on meat quality, its composition, including nutritional compounds in offal.

PDF icon Aurélie Promeyrat et al., 65th ICOMST, 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster, PDF icon Aurélie Promeyrat et al., 65th ICOMST, 4-9 août 2019, p. 726-727
2019

Reducing the dietary protein content of the weaning diet

Consulter le resumé

Didier Gaudré et al., ZeroZincSummit, 17-18 juin 2019, Copenhagen, Danemark, poster

Considering the interest of dietary protein reduction as a valuable alternative to the use of antibiotics and therapeutic zinc oxide at weaning, its consequences on pig performance during the few weeks after weaning were studied. The reduction of the digestible lysine content induced by diet protein reduction at weaning was observed in a fi rst trial. The second trial compared, three associations of raw concentrated protein materials in a context of a low protein and digestible lysine diet contents and a control diet in normal and degraded rearing conditions.

PDF icon Didier Gaudré et al., ZeroZincSummit, 17-18 juin 2019, Copenhagen, Danemark, poster
2019

Appui aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 123

L’IFIP apporte un appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire Les Conseils d’Administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités, mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, ARVALIS, Terre Innovia, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale. L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise des interventions dans des contextes régionaux et sur des thèmes variés, concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain… AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures et les fournisseurs (de minéraux et de complémentaires, de matières premières ou de matériels de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 123
2019

Réseau Mixte Thématique (RMT) « élevages et environnement »

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 120

Le RMT “élevages et environnement” animé depuis 2008 par l’IFIP et la Chambre d’Agriculture Régionale de Bretagne propose des outils et des références pour l’évaluation et la maîtrise des impacts des élevages sur l’environnement. Le réseau réunit une centaine de membres appartenant à 15 organismes : IFIP, Institut de l’Elevage, ITAVI, ARVALIS, Terres Inovia, INRA, IRSTEA, CIRAD, Chambre d’Agriculture de Bretagne, Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, ESA Angers, CREPA, Agrocampus Ouest, EPLEFPA de Lozère. Ce réseau, par la mise en synergie de ces différents organismes, permet de répondre globalement à une thématique qui nécessite une approche multicritère, multi-échelle, en lien avec les productions animales et végétales, et sur des questions allant de la compréhension de processus à la production d’outils pour le conseil ou l’enseignement.

PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 120
2019

La station nationale porcine de Romillé investit pour la R&D de demain

Consulter le resumé

Eric Gault, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 122

Inaugurée en 1998, la station expérimentale porcine de Romillé est au service de la filière porcine depuis plus de 20 ans. Avec un élevage naisseur-engraisseur partiel de 205 truies présentes, la station dispose aujourd’hui pour les truies, de 48 places de maternité conventionnelles, 56 places de truies gestantes en petites cases (de 6 truies) et 78 places de truies gestantes en groupe dynamique alimentées par un DAC (prototype multi-aliments). Pour les animaux en croissance, l’outil dispose de 6 salles de post-sevrage et 15 salles d’engraissement (dont 3 sont sur litière accumulée). Chaque année il s’y déroule pas moins de 20 essais différents ; ainsi, en 2018, 312 truies, 1 962 porcelets et 2 062 porcs charcutiers ont été mobilisés dans des plans expérimentaux. Les essais couvrent des sujets très variés, depuis le test d’une nouvelle stratégie alimentaire jusqu’à l’évaluation de la consommation d’énergie d’un ventilateur, en passant par des projets relatifs à la reproduction, la santé, le bien-être animal... Bien qu’au fil des années, la station ait su évoluer pour répondre toujours mieux aux enjeux de la filière, un projet d’évolution engageant des modifications structurelles plus lourdes s’avérait désormais nécessaire. En 2017, l’IFIP a donc décidé de réinvestir pour, d’une part moderniser l’un de ses outils majeurs dans les travaux de recherche appliqués et d’autre part conforter le modèle économique de l’unité en valorisant et rentabilisant mieux son exploitation. L’avant-projet a été soumis aux instances décisionnelles de l’Ifip et un groupe de travail professionnel a été constitué pour exprimer un avis sur le projet et ses priorités.
PDF icon Eric Gault, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 122
2019

Vers une distribution multiphase en soupe

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 81

La distribution multiphase consiste à mélanger en cours d’engraissement 2 aliments de composition différente selon des proportions variables au cours du temps, de façon à suivre au plus près les besoins nutritionnels des animaux, de manière à maintenir leurs performances en réduisant leurs rejets. En distribution d’aliment liquide (machine à soupe), système très représenté en France, ce type de plan d’alimentation est difficile à réaliser car il suppose la préparation de petites quantités de soupe et leur acheminement jusqu’à la case de destination. Dans le cadre du programme SOS Protein conduit par les régions Bretagne et Pays de la Loire, des travaux expérimentaux et d’enquêtes ont été entrepris afin d’évaluer les possibilités d’amélioration du mode de distribution en soupe sur ce point.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 82
2019

Adapter le rationnement des truies à leur activité : quelle précision d'un accéléromètre fixé à l'oreille

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 80

Des progrès dans l’alimentation des truies gestantes sont attendus par la prise en compte de leur activité. En effet, cette activité consomme de l’énergie et elle est en outre très variable d’un individu à l’autre, plus encore si les animaux sont élevés dans des grandes cases. Des études démontrent la possibilité d’utiliser l’accélérométrie pour quantifier en continu l’activité des truies. Pour passer du niveau expérimental au développement en élevage, il est nécessaire de disposer d’un outil fiable, robuste, peu coûteux et pouvant équiper la truie pendant toute sa carrière. Dans le cadre du projet CASDAR BEALIM, un prototype a été développé par la société RF-Track en partenariat avec l’IFIP. Fixé à l’oreille, le boîtier émet toutes les heures une synthèse, après traitement par un algorithme embarqué dans la boucle, des données recueillies par l’accéléromètre. Un travail a été réalisé afin d’en évaluer la fiabilité.

PDF icon Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 80
2019

Flux de matières premières destinées à l'alimentation animale

Consulter le resumé

Cécile Cordier, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 78

Ce travail multi-filière vise à identifier, caractériser et quantifier les flux de matières premières (MP), depuis leur récolte jusqu’à leur consommation par les animaux de rente (Figure). Il s’agit de segmenter ces flux au sein du système « alimentation des animaux de rente » ou « feed system » à la fois par matière première – plus de 60 de type « concentré » identifiées ; et par espèce et catégorie animale. Par exemple : les grains de blé tendre et ses coproduits allant en alimentation des poulets de chair. Une matière première donnée peut aller en alimentation animale via 3 voies : incorporation chez les fabricants d’aliments pour le bétail (FAB), autoconsommation à la ferme, ou direct-élevage (MP achetée en l’état par l’élevage). Cet état 0 du ‘feed system’ français, établi sur l’année 2015, se base sur les données statistiques et techniques disponibles. La quantification des flux est issue d’une réconciliation des données avec optimisations sous contrainte. Ces flux peuvent être exprimés en masse, énergie ou protéines. La photographie des flux s’illustre graphiquement avec des diagrammes de Sankey disponibles aujourd’hui par filière (filière blé tendre, colza, pois protéagineux, etc.) L’intérêt d’un tel travail est double. Le 1er est l’approfondissement des connaissances de ces flux, de la manière dont ils interagissent entre eux ou réagissent aux contextes. Le 2ème est l’amélioration des outils disponibles – notamment statistiques – et de disposer d’une vision cohérente et partagée par les différents acteurs. C’est également un dispositif au service des organismes qui portent des travaux sur les filières animales et végétales avec des applications en zootechnie et en économie pour traiter des questions en lien avec les différentes dimensions de la durabilité. En particulier ce travail aidera les filières à apporter des réponses aux questions posées par la société sur l’alimentation des animaux d’élevage et l’autonomie alimentaire de la ferme France.
PDF icon Cécile Cordier, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 78
2019

Granulation des aliments : une étape clé pour la valeur nutritionnelle

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 81

Une proportion importante des aliments porcins est consommée sous la forme de granulés. La technique de fabrication consiste à mélanger un aliment sous forme de farine à de la vapeur d’eau chaude sous une température de consigne comprise entre 50 et 90°C. Ce mélange est alors rapidement introduit dans une presse qui permet d’obtenir des granulés de dimension variable selon la filière utilisée. Le passage à la presse occasionne pour l’aliment des changements structuraux liés à l’action des forces mécaniques mises en œuvre, associée à l’effet de l’augmentation de la température. Les caractéristiques nutritionnelles de l’aliment sont dès lors modifiées, mais dans des proportions qui sont peu ou mal connues. Les valeurs nutritionnelles de référence (les « tables ») sont établies pour une présentation de l’aliment en farine. Dans le cadre du programme SOS Protein conduit par les régions Bretagne et Pays de la Loire, des travaux ont été réalisés pour connaître l’incidence nutritionnelle chez le porc du procédé de granulation.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 81
2019

Caractéristiques nutritionnelles de matières premières biologiques riches en protéines

Consulter le resumé

Didier Gaudré et Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 79

En production biologique, la dépendance aux matières premières riches en protéines est encore plus importante qu’en production conventionnelle. Le soja est largement importé, que ce soit sous forme de graines triturées en France ou de tourteaux produits à l’étranger. Les acides aminés purs sont interdits du fait de leur mode de production (synthèse chimique, fermentation à partir de micro-organismes). Les tourteaux de substitution, utilisés en production conventionnelle, sont peu présents, à l’exception du tourteau de tournesol. Les protéagineux sont utilisés mais les variétés employées peuvent être différentes des variétés classiques ; de plus, le mode de production (culture en mélange associant une céréale et un protéagineux) peuvent influer sur la composition nutritionnelle des matières premières.
Une partie du programme Secalibio a pour objet de caractériser, pour des monogastriques, les valeurs nutritionnelles d’un panel de matières premières biologiques riches en protéines. Les analyses disponibles de programmes antérieurs sont mises en commun et associées à celles provenant des opérateurs. Des mesures de digestibilité sur porcs sont prévues et l’ensemble des données acquises lors de ce programme sera diffusé, sous la forme de tables de matières premières pour la production d’aliments biologiques.

PDF icon Didier Gaudré et Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 79
2019

Diversité génétique des souches de Listeria isolées dans la filière porcine en France

Consulter le resumé

Carole Feurer, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 46

Listeria monocytogenes (Lm) est une bactérie responsable d’une zoonose rare mais grave appelée listériose qui cause 300 à 400 infections par an en France et s’avère mortelle dans 20 à 30% des cas. Elle touche principalement les personnes immunitairement affaiblies. La gravité de l’infection dépend de la dose et de la virulence du groupe génétique de la souche ingérée.
La contamination des aliments peut survenir à partir de matières premières animales ou végétales mais plus particulièrement à partir de l’environnement des sites de production dans lequel les souches de Lm sont capables de survivre, de persister et de s’implanter. La technique MLST (Multi Locus Sequence Typing) est devenue la méthode standardisée au niveau international pour analyser la structure génétique des populations de Lm. Fondée sur le polymorphisme de séquence de 7 gènes de ménage, cette méthode permet l’attribution d’un «complexe clonal» (CC) à une souche. En France, les CC1, CC2, CC4, CC6 sont décrits comme hyper virulents et fréquemment isolés de cas cliniques.
Les CC9 et CC121 sont quant à eux isolés plus fréquemment d’aliments que de cas cliniques. Les CC9 et CC121 sont prévalents dans tous les compartiments de production alimentaire.
Entre 2015 et 2017, l’Ifip en partenariat avec l’Anses de Maisons-Alfort ont mené une étude qui visait à obtenir une meilleure connaissance de la diversité des souches de Listeria monocytogenes (Lm) afin de mieux caractériser la manière dont elle circule dans la filière porcine.
PDF icon Carole Feurer, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 46
2019

Pages