La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 1358 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Brexit : maintien du libre-échange

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43

In extremis, un accord de commerce et de coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni...

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43
2021

Sim’Faf calcule le prix d’intérêt d’une matière première

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 16

Grâce à Sim’Faf développé par l’Ifip, un éleveur fabricant à la ferme peut rapidement savoir si une matière disponible sur son exploitation présente un intérêt économique pour ses aliments.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 16
2021

A model to adapt pig buildings to climate

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou (Ifip), Michel Marcon (Ifip) et Ludovic Brossard (Inrae), Pig Progress, 2021, volume 37, n° 2, avril, p. 52-54

Hotter summers and colder winters can both impair pig production. As a result, pig house designs which once used to be suitable are now being questioned. Adaptations in terms of barn structure, equipment and management need to be evaluated. In the PigSys project, IFIP and INRAE scientists developed a model-based tool for such multicriteria evaluation.

source : https://www.pigprogress.net/Home/General/2021/4/A-model-to-adapt-buildings-to-climate-721001E/

2021

Reducing environmental impacts of feed using multiobjective formulation: What benefits at the farm gate for pig and broiler production?

Consulter le resumé

Bertrand Méda (Inrae) et al., Animal, 2021, volume 15, n° 1, janvier, 9 pages

Feed production is the main contributor to several environmental impacts of livestock. To decrease environmental impacts of feed, those of feedstuffs should be considered during formulation. In particular, multiobjective feed formulation (MOF) can help reduce several environmental impacts simultaneously while keeping any increase in feed price moderate. The objective of this study was to assess environmental benefits of MOF at the farm gate for fattening pigs and broilers. For pigs, three feeding strategies were tested: classic 2-phase (2P), 2-phase with lower net energy content (2P −), and multiphase (MP). For broilers, two strategies were tested: classic 3-phase (3P) and 3-phase with higher digestible amino acid contents and lower metabolisable energy content (3P +). Diets were formulated using both least-cost formulation (LCF) and MOF, yielding six pig scenarios and four broiler scenarios. Environmental impacts at the farm gate were estimated using a modelling approach based on life cycle assessment. Indicators for six impact categories were then calculated: climate change (CC), cumulative non-renewable energy demand (CEDNR), acidification (AC), eutrophication (EU), land occupation (LO), and phosphorus demand (PD). As expected, MOF had lower farm-gate impacts than LCF (as much as − 13%), but the degree of decrease varied by feeding strategy and impact. For pigs, MOF was equally effective in all strategies at reducing PD (− 6 to − 9%) and AC (− 2%). In contrast, MOF was more effective in 2P and 2P − at decreasing CC (− 5% to − 7%), LO (− 9% to − 13%) and EU (− 6% to − 8%) than in MP (CC: − 2%; LO: − 4%; EU: − 3%). The benefit of MOF was found greater in 2P (− 7%) than in other pig strategies for CEDNR (− 3 to + 0%). For broilers, MOF was equally effective in both strategies tested at decreasing PD (− 12%), AC (− 2%), and EU (− 4%). For CC and CEDNR, MOF was more effective in 3P (CC: − 9%; CEDNR: − 11%) than 3P + (− 6% for both impacts), but not for LO (+ 3% in 3P vs − 1% in 3P +). These differences were due mainly to differences in animal performance (especially feed conversion ratio) among the strategies tested. Finally, in all scenarios, gross margin at the farm gate decreased with MOF comparatively to LCF (pigs: − 3% to − 11%); broilers: − 7% to − 11%). These results demonstrate the importance of comprehensive economic and environmental optimisation of feeding strategies by simultaneously considering feed impacts, animal performance, and manure management. To do so, further research is therefore required to develop new modelling tools.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1751731120300240/pdfft?md5=6073f5f360dd45a54064b0301408a5b4&pid=1-s2.0-S1751731120300240-main.pdf

2021

Journées de la Recherche Porcine 2021

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais. L’ouvrage 2021 de 440 pages en format numérique est organisé selon les sessions thématiques du congrès :
• génétique porcine et qualité des viandes de porc,
• bien-être animal, reproduction porcine et conduite de l'élevage,
• alimentation animale,
• économie et sociologie,
• environnement, 
• santé animale,
Au total, 121 restitutions d’études provenant de plus de 70 organismes (INRAE, IFIP, ANSES, Chambres d'agriculture...) et d'entreprises françaises ainsi que d'une vingtaine de pays étrangers (Belgique, Canada, Espagne, Pays Bas, Italie, Allemagne, Danemark, Brésil...)

Fichier en format PDF à télécharger.

107,00 €
2021

Baromètre Porc : abonnement annuel

Consulter le resumé

Mensuel économique

L’essentiel de l’actualité porcine, des flashs sur la concurrence. L’analyse du mois précédent et les prévisions pour les prochains mois sur les marchés du porc, des matières premières et aliment. Les cotations en France et dans l’UE, l’analyse du marché des pièces. Le coût des céréales et sources azotées, le marché mondial et le prix de l’aliment dans l’UE (coût matière et aliment, aliment reconstitué). Un panorama France, Europe, Monde. Un article de synthèse. 8 pages/numéro - Abonnement annuel 11 numéros, 2 bilans annuels (marchés du porc et de l'aliment),
(tarif dégressif + de 5 exemplaires contacter barometreporc@ifip.asso.fr)

Version envoyée chaque mois dès bouclage sur votre mail en format électronique (pdf)

Abonnement annuel : 75 €

Cliquez-ici pour vous abonner

75,00 €
2021

Influence d’une alimentation avec une teneur accrue en fibres sur le microbiote intestinal du porc en croissance

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae/France Génétique Porc) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 251-252, poster

Poster.

Les performances et la santé des animaux sont influencés par la composition du microbiote intestinal (Fouhse et al., 2016). Réciproquement, des facteurs extérieurs à l’animal, tels que la composition de l’aliment, peuvent aussi modifier la composition du microbiote. Pour réduire le coût alimentaire et la compétition avec les autres usages des terres agricoles, il est envisagé de nourrir les porcs avec des quantités plus élevées de coproduits issus des industries agroalimentaires. Cependant, ces ingrédients ont souvent des teneurs accrues en fibres. L’objectif de cette étude était d’identifier les différences de composition du microbiote intestinal chez des porcs en croissance nourris avec un régime conventionnel (CO) et avec un régime dont la teneur en fibres est accrue (F).

Influence of a diet with increased fiber content on the intestinal microbiota of growing pigs

Poster.

This study compared the fecal microbiota of growing pigs fed a conventional diet (CO) or a diet with increased fiber content (F). For each animal, fecal microbiota were collected at sixteen weeks of age to sequence the V3-V4 region of the 16S RNA gene. Microbiota composition data were available for 752 Large White pigs fed the F diet and 812 full-siblings fed the CO diet, with a total of 14,366 identified Operational Taxonomic Units (OTUs) and 231 genera. Pigs fed the F diet had higher microbial diversity than pigs fed the CO diet according to the Shannon diversity index (P < 0.001). The genera Lactobacillus and Streptococcus, which belong to the Firmicutes phylum, were predominantly represented in the CO diet. Lactobacillus and Prevotella 9, which belong to the Firmicutes and Bacteroidetes phyla, respectively, were the genera predominantly represented in pigs fed the F diet. Differences in microbiota composition between diets were confirmed by an Adonis test (P < 0.001). The genera Ruminococcus 1, Lachnospira and Lachnoclostridium 12 discriminated most the individuals fed the two diets. Characterizing the diversity of the microbiota within and between the two diets is an important first step before assessing the role of gut microbiota on the variability in feed efficiency traits in various dietary contexts.

2021

Influence du rationnement et de la couverture des besoins en acides aminés sur les performances du porc en croissance selon les conditions climatiques

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, David Renaudeau et Gérard Daumas, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p.169-174

L’étude compare les performances des porcs en croissance alimentés suivants trois stratégies (ALA, ALB et RAA) qui diffèrent par le niveau d’alimentation (AL : ad libitum ; RA : rationné à 85% de AL) et la couverture des besoins en acides aminés ou pas par une séquence triphase (respectivement notées A et B en indice). Deux bandes sont utilisées avec chacune quatre cases de six femelles ou six mâles castrés par stratégie. Le rationnement permet d’augmenter le taux de muscle des pièces (TMP) de 1,5 point (RAA : 62,4 vs ALA : 60,9, P < 0,01) en moyenne pour les deux bandes. L’indice de consommation (IC) reste stable avec le rationnement dans la bande 1 (2,46 vs 2,40) mais augmente dans la bande 2 (2,56 vs 2,39, P < 0,05). Cela s’explique sans doute par les conditions d’élevage des deux bandes, étudiées respectivement en périodes hivernale et estivale. Ainsi, la consommation moyenne journalière (CMJ) du lot ALA de la bande 2 est inférieure de 20% à celle du lot ALA de la bande 1, d’où une CMJ du lot RAA de la bande 2 inférieure de 28% à celle du lot ALA de la bande 1. La séquence B dégrade l’IC de façon plus importante chez les femelles que chez les mâles castrés (P < 0,01). Une dégradation plus marquée du TMP apparaît également chez les femelles élevées en situation de stress thermique (bande 2). Cette étude confirme l’intérêt de couvrir les besoins en acides aminés pour améliorer l’IC et le TMP. Le rationnement permet également d’obtenir un gain sur ce critère, mais au prix d’un engraissement plus long. Une évaluation plus fine de la qualité de la carcasse et des pièces devrait permettre de mieux quantifier l’incidence sur la valeur commerciale susceptible de compenser le surcoût de production.

Effect of feed restriction and level of amino acid supply on performance of fattening pigs reared under different climatic conditions

Growth performance of pigs obtained with three feeding strategies were compared. Strategies ALA, ALB and RAA differed by the feeding level (AL: ad libitum, RA: restricted at 85% AL) and the 3-phase feeding sequence that met amino acid requirements or not (subscripts A and B, respectively). Two batches, each with four pens of six gilts or barrows per treatment, were used. Carcass leanness was 1.5 percentage point higher in RAA than in ALA (62.4 vs 60.9, P > 0.01) on average from both batches. The feed conversion ratio (FCR) was similar in both treatments in batch 1 (2.46 vs 2.40), but it increased in RAA in batch 2 (2.56 vs 2.39, P < 0.05). This difference may be related to the housing conditions during batches 1 and 2 (studied in winter and summer, respectively). Hence, daily feed intake (DFI) of ALA was 20% lower in batch 2 than in batch 1. Therefore, DFI of RAA in batch 2 was 28% lower than that of ALA in batch 1.With sequence B, FCR was higher than that of sequence A, and the difference was larger in gilts than in barrows (interaction:P < 0.01). The decrease in carcass leanness was also larger in gilts, especially under warm conditions (batch 2). This studydemonstrated that both FCR and carcass leanness are improved by more adequate AA nutrition. Carcass leanness was also improvedby restricting feed, which was associated with a longer fattening duration. Precise grading of the entire carcass or its main cuts wouldhelp to assess more accurately consequences on the commercial value that may attenuate the extra cost of production due to thelonger fattening duration.

2021

Limites d’incorporation du tourteau de tournesol dans les aliments des porcs à l’engrais

Consulter le resumé

Didier Gaudré et Laurent Alibert, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 225-226, poster

Poster.

Le tourteau de tournesol est devenu en l’espace d’une douzaine d’années, une matière première largement utilisée dans les aliments pour porcs charcutiers. L’apparition de la version décortiquée à la teneur en protéines accrue et à celle en fibres diminuée, a permis cette évolution. De fait, le tourteau de tournesol représente une alternative sérieuse au tourteau de soja. Nos recommandations d’utilisation du tourteau de tournesol se basent sur la version non décortiquée et proposent de limiter son incorporation à seulement 5 % des aliments pour porcs charcutiers, en raison de sa richesse en fibres. Pour la version décortiquée, nous disposons de références anciennes (Castaing et al., 1989 ; Chauvel et Granier, 1988) d’études réalisées en système énergie digestible. Cet essai compare l’effet sur les performances zootechniques des porcs de deux régimes présentant des proportions contrastées de tourteaux de tournesol. Aux mesures de performances zootechniques sont associées des notations d’état corporel des animaux afin de compléter la comparaison de l’effet des régimes.

Incorporation limits of sunflower meal in the diet of fattening pigs

Poster.

The maximum incorporation rate of sunflower meal in pig diets, especially when de-hulled, is not well known. This trial compared a LOW and a HIGH incorporation rate of sunflower meal in the diet of 120 pigs during the 30-120 kg bodyweight range. The LOW diet contained 5% and 3% of de-hulled and not de-hulled sunflower meals, respectively. These incorporation rates were increased to 14% and 5 % in the HIGH diet, respectively. The net energy (NE) contents of all diets were 9.4 MJ/kg. Each dietary treatment was composed of a growing (30-65 kg bodyweight range) and a finishing (65-120 bodyweight range) feed that contained 0.9 and 0.8 g of ileal digestible lysine per MJ NE, respectively. The pelleted diets were distributed ad libitum during the first 10 weeks of fattening, and then restricted until the end of the trial. Pig performances, carcass characteristics and individual body condition scores were measured. No health problems occurred during the trial. Bodyweight, average daily gain and carcass characteristics did not differ significantly between the diets. The HIGH diet significantly increased feed intake and tended to increase the feed conversion ratio. This diet also tended to reduce the number of scratches on the pigs 6 weeks after the beginning of the trial but not at 12 weeks. The high incorporation rate of sunflower meal tested in this trial undoubtedly represents a limit that should not be exceeded in practice. However, the lower number of pig scratches suggests that this diet could help reduce pig aggressiveness during stressful periods.

2021

Simuler avec le modèle bioclimatique ThermiPig les performances des porcs en croissance en tenant compte des conditions climatiques et des caractéristiques de la salle d’engraissement

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 89-94

Un modèle de croissance du porc élevé dans des conditions de thermoneutralité (InraPorc) est combiné à un modèle permettant de simuler l’équilibre thermique de la salle d’engraissement selon la chaleur apportée par l’air entrant, les équipements ou les animaux, et les déperditions par la ventilation ou les parois (ThermiSim). La jonction de ces deux modèles repose sur le choix d’un pas de temps commun (1 heure), la définition de la zone de confort thermique pendant l’engraissement, la quantification des effets de l’exposition au chaud ou au froid sur la quantité d’énergie disponible pour la croissance, et enfin la répartition dynamique de la chaleur produite par les animaux au cours de la journée. Les résultats d’un essai in vivo sont utilisés pour évaluer la précision de prédiction de la température ambiante par ce modèle, appelé ThermiPig ; elle est en moyenne de 0,6°C (RMSEP, erreur de la prédiction). Des simulations sont ensuite réalisées pour évaluer l’incidence d’un changement des règles de régulation du boîtier de ventilation et de l’installation de nouveaux équipements (chauffage ou pad cooling) sur les performances de croissance du groupe de porcs, leurs rejets azotés, leur consommation d’énergie directe (électrique) et indirecte (aliment). En comparant les résultats des simulations, il est possible d’identifier la situation la plus intéressante sur la base de ces différents critères. La différence entre la valorisation des carcasses dans la grille de paiement et le coût alimentaire et en électricité pour faire fonctionner les équipements, qui dépend de la source d’énergie utilisée pour produire l’électricité, permet d’évaluer la performance économique. Toutefois, la prédiction de ce critère doit encore être affinée par une prise en compte plus précise de l’influence de la température sur la conformation des porcs et sur leur métabolisme protéique.

Simulating with the ThermiPig model the impact of fattening room characteristics under different climates on the performance of pigs

The dynamic model ThermiPig was developed to simulate thermal balance at the fattening room scale, as the result of the balance between the heat produced by the group of pigs or provided by incoming air and equipment and that lost due to air renewal or thermal conductivity of the walls and ceiling. A growth model (assuming thermoneutral conditions, InraPorc) and a bioclimatic model (ThermiSim) were combined to create ThermiPig; it considers a common time step (1 hour), definition of the pig thermoneutral zone, evaluation of impacts of cold and hot exposure on the amount of available energy for growth, and the circadian distribution of heat produced daily by each pig. Data collected in vivo were used to evaluate the accuracy of the prediction of ambient temperature, which averaged 0.6°C (RMSEP, error of prediction). ThermiPig was used to simulate impacts of alternative regulations for ventilation or the use of new equipment (heater, pad cooling) on growth performance of pigs, N excretion, and indirect energy (from feed intake) and direct energy (from electricity consumed by equipment) consumption. Comparison of multi-criteria performance in silico helps identify the most interesting option. Economic performance depends on carcass value (based on the French payment grid) minus costs of feed intake and electricity (depending on the energy source). However, more accurate prediction of carcass value is expected in the next version of the model by considering effects of ambient temperature on the distribution of body fat and protein metabolism.

2021

Des filières porcines qui s’internationalisent dans un contexte pourtant promoteur d’autonomie

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij et Boris Duflot, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 309-314

La crise de la COVID-19 a mis en exergue la dépendance extérieure française et européenne dans certains secteurs stratégiques. La résilience agroalimentaire a toutefois été saluée durant la crise, facilitée par la forte autosuffisance agricole française et européenne. Le contexte sanitaire imprévisible (Covid-19, peste porcine africaine-PPA), le ralentissement des échanges internationaux, le ravivement de tensions commerciales et diplomatiques (Brexit, USA-Chine), la dénonciation des conditions de vie des travailleurs de la viande, et la spécificité des attentes sociétales sur l’élevage et l’alimentation portées en France et en Europe sont autant de signaux annonciateurs d’une influence croissante des politiques nationales et locales dans les stratégies des filières agroalimentaires et d’une relocalisation de leurs activités.
Pourtant l’analyse du commerce international des produits du porc montre à la fois une croissance des échanges entre bassins de production mondiaux excédentaires (Union européenne-UE, Zone de l’Accord Canada Etats-Unis Mexique-ACEUM, Brésil) et déficitaires (Asie de l’Est dont Chine), mais aussi une internationalisation des chaînes de valeur dans les bassins de production les plus denses (UE, ACEUM). Cette évolution repose sur l’exploitation d’avantages comparatifs, générateurs d’efficacité économique par la baisse des coûts de production, l’adaptation des produits à la demande et la recherche d’un nécessaire équilibre de valorisation de toutes les parties de la carcasse et des coproduits du porc.
Pour ce qui est de la sécurisation de l‘approvisionnement, l’expérience récente de la PPA en Asie montre que le recours aux marchés internationaux fait partie de l’arsenal de gestion de ces risques. Les investissements à l’étranger d’entreprises du secteur sont à cet égard une voie originale. Mais ces stratégies d’internationalisation pourraient se heurter à des attentes sociétales grandissantes.

Pork chains internationalizing in a context that promotes self-sufficiency

The COVID-19 crisis has highlighted the dependence of France as well as the whole European Union (EU) on external resources in certain strategic sectors. Agri-food resilience, however, is welcomed during this crisis, facilitated by the strong agricultural self-sufficiency. The unpredictable health context (COVID-19, African swine fever (ASF)), slowdown in international trade, revival of trade and diplomatic tensions (Brexit, USA-China), denunciation of living conditions of slaughterhouse workers, and societal expectations of animal production and food raised in France and other European countries are all warning signs of greater control over the agri-food sector and probably of stronger localization of its activities. Analysis of international trade in pork products, however, shows growth in volumes traded between surplus-production areas (European Union, Canada-United States-Mexico Agreement-CUSMA, Brazil) and deficit areas (Eastern Asia, including China), but also internationalization of value chains in the densest production areas (EU, CUSMA). This development is based on exploiting comparative advantages, generating economic efficiency by decreasing production costs, adapting products to demand and searching for a necessary balance of using all parts of the pork carcass and by-products. In terms of supply security, the recent experience of ASF in Asia shows that connecting to international markets is part of a risk-management strategy. Foreign investment made by companies in the sector shows an original path in this regard. But these internationalisation strategies could come up against growing societal expectations.

2021

Validation de biomarqueurs sanguins de l’efficacité alimentaire dans les lignées Large White, Duroc et Piétrain

Consulter le resumé

Alban Bouquet, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 51-52, poster

Poster.

Dans les schémas de sélection, la capacité de phénotypage de de l’efficacité alimentaire est limitée par le coût de mesures des ingérés. L’utilisation de biomarqueurs précoces est une approche intéressante pour améliorer l’efficacité de la sélection sur ce caractère. Elle permettrait d’avoir une mesure proxy pour sélectionner plus précisément les reproducteurs parmi un plus grand nombre de candidats. Les biomarqueurs de l’efficacité alimentaire ont été généralement mis en évidence dans des dispositifs expérimentaux de taille limitée. Une validation est alors nécessaire pour s’assurer qu’ils sont généralisables à d’autres races et d’autres contextes. L’objectif de cette étude était de valider deux biomarqueurs sanguins précoces de l’efficacité alimentaire, le facteur de croissance IGF1 (Bunter et al., 2010) et la leptine (Reyer et al., 2018), dans trois lignées Large White (LW), Duroc et Piétrain en sélection.

Validation of blood biomarkers of feed efficiency in the Large White, Duroc and Piétrain lines

The use of early biomarkers is an interesting approach to improve selection efficiency for traits that are difficult to measure. The aim of this study was to validate juvenile IGF1 and leptin as biomarkers of growth and feed efficiency in Large White (LW), Duroc and Piétrain purebred lines. To determine plasma concentrations of IGF1 and leptin, blood samples were obtained from 8-9-week-old piglets at the end of the post-weaning phase. After data curation, 337 LW, 192 Duroc and 189 Piétrain pigs had both plasma concentrations and production performance recorded during the growing-finishing phase, namely average daily gain (ADG), daily feed intake (DFI) and feed conversion ratio (FCR). Nested linear mixed models including successively the biomarker concentration and the weight at bleeding (BBW) as covariables in addition to the usual effects were compared using a likelihood ratio test. In the three lines, adding IGF1 concentration in prediction models of growth and feed efficiency traits increased the goodness-of-fit, with the covariable being significant (P < 0.001), except for FCR in the Piétrain line. Augmenting this model with BBW increased the model likelihood in the LW and Duroc breeds for any traits, as BBW was highly significant (P < 0.001) although IGF1 was not significant anymore. These results suggested that IGF1 is a biomarker of growth and feed efficiency that captured the same information as BBW. In the Piétrain line, IGF1 contributed to increase the likelihood of the model along with BBW for ADG and DFI. Hence, IGF1 seems to be a relevant biomarker for the Piétrain breed but to have limited utility for the LW and Duroc breeds if pigs can be weighed in the post-weaning phase. The same approach was applied to juvenile leptin, but it was found not to be a useful biomarker of growth or feed efficiency for the three lines.

2021

Effet du tourteau de colza enrichi en protéine, des conditions de granulation et de l’incorporation d’enzymes sur les performances zootechniques du porc en croissance

Consulter le resumé

Diego Melo (IRTA, Espagne) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p.193-198

L’intérêt pour le porc d’un tourteau de colza enrichi en protéines (PB), des conditions de granulation et de l’incorporation d’enzymes a été évalué dans deux essais de performances zootechniques et de digestibilité. Dans l’essai 1, six traitements alimentaires à base de tourteau de colza témoin ou enrichi en protéines par un procédé biologique (PB1) et incorporant ou non des enzymes (témoin, protéases et protéases plus NSPases) ont été utilisés. Dans l’essai 2, huit traitements correspondant à deux tourteaux de colza témoin ou enrichi en protéine par fractionnement (PB2), l’emploi de deux filières de granulation (4×40 et 4×60 mm), avec ou sans utilisation de vapeur ont été appliqués. Dans chaque essai, 144 porcs logés à deux par case ont été utilisés et des échantillons de fèces ont été récoltés afin de déterminer la digestibilité. La source de colza utilisée dans l’essai 1 n’a pas affecté la croissance, le PV ou la digestibilité (P > 0,05). Cependant, les porcs ayant reçu les régimes avec du colza PB1 ont consommé moins d’aliment (P < 0,01) et présentaient un meilleur indice de consommation (IC ; P < 0,01). L’utilisation d’enzymes n’a pas eu d’effet sur les performances ou la digestibilité (P > 0,05). Dans l’essai 2, le colza PB2, ainsi que la filière 4x60 mm ont amélioré la croissance, le poids vif (PV) final (P < 0,01) et l’IC (P < 0,05). L’utilisation de vapeur a entrainé une réduction de l’ingéré (P < 0,05) conduisant à une amélioration de l’IC (P < 0,001). En général, la digestibilité des nutriments dans cet essai dépend de la source de colza (P < 0,001). En conclusion, le tourteau de colza enrichi en protéines, que ce soit par un procédé biologique ou par fractionnement, pourrait présenter un intérêt majeur pour l’alimentation du porc.

Influence of high-protein rapeseed meal, feed pelleting conditions and exogenous enzymes on growth performance and nutrient digestibility of pigs

A process was developed to increase the protein content of rapeseed meal (RSM), which is more attractive for animal feeding in the European Union (EU), and the aim of the present study was to investigate the influence of RSM in combination with enzyme supplementation or pelleting conditions (die size and steam) of the growing pig´s diet on productive parameters and nutrient digestibility. In trial 1, a 2×3 factorial design with 6 diets that contained conventional (35% CP) or high-protein (40% CP) RSM combined with supplementation with proteases or proteases plus NSPases enzymes was used. In trial 2, a 2×2×2 factorial design that resulted from combining two RSM, two pelleting dies (4×40 or 4×60 mm), with or without steam, was used. In both trials, 144 growing pigs, allocated at two/pen, were used. Trials lasted 6 weeks, and faeces were collected to determine digestibility. Body weight gain was not influenced by the diet (NS) in trial 1. However, feed conversion ratio (FCR) improved (P < 0.01), as did fat and phosphorus digestibility, which increased (P<0.01) in pigs fed high-protein RSM diets. Enzyme inclusion did not influence productive or digestibility (P˃0.05) parameters. In trial 2, pig weight gain and FCR improved with both high-protein RSM and the long die (4x60 mm). The use of steam also improved FCR but did not influence weight gain. Digestibility of the main nutrient components was improved by high protein RSM, while die size did not influence it. In conclusion, high-protein RSM improves the feed efficiency of growing pigs, and using it can help reduce EU protein imports for animal feeding.

2021

Influence d'une alimentation avec une teneur accrue en fibres sur le microbiote intestinal du porc en croissance

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae/France Génétique Porc) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Pour réduire le coût  : alimentaire  : nourrir les porcs avec des coproduits des industries agroalimentaires (teneur (teneur accrue en fibres)
La composition du microbiote intestinal est est-elle différente selon que les porcs sont nourris avec un régime conventionnel ou fibreux ?

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2021

Le tourteau de tournesol pour le porc : limites d'incorporation

Consulter le resumé

Didier Gaudré et Laurent Alibert, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Le tourteau de tournesol est devenu en l’espace d’une douzaine d’années, une matière première largement utilisée dans les aliments pour porcs charcutiers. L’apparition de la version décortiquée à la teneur en protéines accrue et à celle en fibres diminuée, a permis cette évolution. De fait, le tourteau de tournesol représente une alternative sérieuse au tourteau de soja. Cet essai compare compare l’effet sur les performances zootechniques des porcs de deux régimes présentant des proportions contrastées de tourteaux de tournesol. Aux mesures de performances zootechniques sont associées des notations d’état corporel des animaux afin de compléter la comparaison de l’effet des régimes .

PDF icon Didier Gaudré et Laurent Alibert, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Modélisation de la croissance et de la consommation des porcs pour l’actualisation des critères standardisés en Gestion Technico-Economique

Consulter le resumé

Alexia Aubry et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 103-104, poster

Poster.

Les références établies en Gestion Technico-Economique (GTE) permettent aux éleveurs de porcs d’analyser les performances de leur élevage en se comparant à leurs pairs. La diversité des pratiques d’élevage est associée notamment à des poids (PV) d’entrée et de sortie différents des porcs en post-sevrage (PS) et engraissement (EGT). Aussi, une correction des performances observées est réalisée à l’aide de coefficients pour les exprimer sur des gammes de PV standardisées (Colin et Querné, 1991). L’évolution génétique des porcs et du PV moyen d’abattage incitent à revoir ces coefficients de correction des critères standardisés en GTE.

Modelling growth and feed consumption curves of growing pigs to update standardized criteria used in technical-economic management

Poster.

Many factors explain the variability in initial and final body weights (BW) at the post-weaning (PS) and fattening (F) stages amongst pig herds. Therefore, in the French technical economic management data base implemented since 1991, observed growth performances are standardized for fixed BW ranges based on correction coefficients that need to be updated periodically to capture the progress in genetic selection and the increase in average slaughter weight. To this end, data were collected in 2020 on crossbred gilts and barrows, obtained from Pietrain boars and Large White x Landrace sows, to calibrate new growth and feed intake curves during the PS and F periods. They were used to calculate the average daily gain and feed conversion ratio for multiple BW ranges and their respective ratio with values obtained for the reference BW range during the PS (8-30 kg), F (30-120 kg) or overall growth period (8-120 kg). The new set of coefficients reflects the genetic progress in improving feed efficiency and countering the impact of the decrease in birth weight due to hyperprolificacy on growth potential over the 16 last years. The standardized criteria can be considered as generic ones when information on herd management are limited. They can be used as a reference to help farmers analyze the performance of their herd and to compare them to results obtained by their peers. However, some refinement is expected in order to consider the feeding strategy more precisely, especially the feeding level and dietary energy contents, but also the genetic line and ban on castrating male pigs.

2021

Teneur en muscle des carcasses et des pièces de découpe : effets du rationnement ou d'une carence en acides aminés

Consulter le resumé

Gérard Dumas, Mathieu Monziols et Nathalie Quiniou, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.
Le scanner à rayons X, outil de référence pour la composition corporelle, a été peu utilisé dans les essais alimentaires. Dans le cadre du projet SCANALI (2018-2021), il a permis de quantifier précisément chez le porc charcutier l’augmentation par le rationnement de la teneur en muscle de la carcasse et des pièces de découpe et sa diminution par une carence en acides aminés.
PDF icon Gérard Dumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Effets d'une supplémentation phytogénique sur les performances des truies et porcelets en maternité

Consulter le resumé

Anne-Cécile Delahaye (Biodevas Laboratoires) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

L'hyperprolificité présente des risques accrus pour les truies (mises-bas longues, problème d'appétit dysgalaxie,...) qui impactent la survie des porcelets et leur homogénéité au sevrage.

La mise-bas et la montée en lactation sont des périodes associées à un fort état inflammatoire et de stress oxdatif, favorisant la déplétion du système immunitaire de la truie et donc les performances.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2021

Effets du rationnement ou d'une carence en acides aminés sur a teneur en muscle des carcasses et des pièces de découpe du porc charcutier

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Mathieu Monziols et Nathalie Quiniou, 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 61-62, poster

Poster.

La rentabilité des élevages de porc est très dépendante des performances de croissance des animaux et du classement des carcasses. L’erreur de prédiction du taux de muscle des pièces (TMP), critère actuel de classement, étant élevée (supérieure à 2,4 ; Blum et al., 2014), il est utile de faire appel à une « composition de précision » pour étudier les effets des facteurs d’élevage. Un des objectifs du projet SCANALI (2018-2021) est de quantifier les effets de l’alimentation sur la composition tissulaire de la carcasse et des pièces de découpe du porc charcutier. Plus précisément, l’étude porte sur l’effet du rationnement alimentaire ou d’un déficit en acides aminés essentiels sur les teneurs en muscle de la carcasse et des quatre pièces de découpe primaire (jambon, rein, épaule et poitrine). Les hypothèses testées sont que le rationnement augmente la teneur en muscle (Quiniou, 1996) et qu’une carence en acides aminés la diminue (Lambe et al., 2013).

Poster.

Effects of restricted feeding or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses and cuts of pigs

Computed tomography can accurately assess the tissue composition of animal products. It was used in this study to quantify effects of restricted feeding (at 85% of ad libitum) or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses and cuts of pigs. These two feeding strategies, as well as a control, were each applied to 48 gilts and 48 castrates from Pietrain boars heterozygous for the halothane gene. The 3 × 2 factorial design was distributed equally between two batches, one in winter and the other in summer. Only two-thirds of carcasses were scanned at the four primal cuts: ham, shoulder, loin and belly. Muscle contents were estimated by analysis of variance. Treatment and gender had a significant effect on all variables. Restricted feeding increased the average muscle content of the carcass by 3.6 percentage points and that of the cuts by 2.2-3.7 percentage points. Amino acid deficiency caused an average decrease of 1.9 percentage points in the carcass; however, it was significant only in the summer batch (-2.9 percentage points). The average difference ranged from -1.9 to -2.7 percentage points in cuts. The two effects seem more marked in the middle cuts than in the ham or shoulder. The actual impact of restricted feeding or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses is twice that estimated by the current grading method. Improving the accuracy of carcass grading should therefore be a goal, which should contribute to fairer payment. In addition, the use of computed tomography should be promoted in zootechnical trials.

2021

Quantifier les matières premières utilisées pour l’alimentation animale en France et segmenter les flux jusqu’aux filières consommatrices

Consulter le resumé

Cécile Cordier et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 273-278

Les attentes sociétales autour de l’alimentation des animaux d’élevage s’intensifient (sans OGM, sans déforestation, locale, minimisant la compétition avec l’alimentation humaine…) et les filières animales mettent en oeuvre des stratégies pour y répondre. Dans ce contexte, il est apparu nécessaire aux filière végétales et animales de disposer d’un panorama permettant de visualiser l’ensemble flux de matières premières (grains, coproduits et fourrages) dans le système alimentaire français depuis les ressources jusqu’à leurs différentes voies de valorisation. Pour y parvenir, l’étude commanditée par le GIS Avenir Elevages a mobilisé un réseau d’experts variés dans l’objectif de construire une méthodologie quantifiant les consommations de matières premières par filière animale. Une méthode de réconciliation des flux avec optimisation sous contraintes a été utilisée pour mettre en cohérence les différentes sources de données disponibles. Ainsi, pour l’année 2015, le total des utilisations animales de matières premières (hors fourrages) a été évalué autour de 34 Mt standardisées à 85% de matière sèche. Les filières volailles sont apparues comme les premières consommatrices (34%), suivies des bovins laitiers et mixtes (24%), des porcs (23%) et des bovins à viande (12%). L’utilisation du tourteau de soja apparait encore plus ciblée : 44% des volumes disponibles étaient utilisés par les volailles en 2015, 36% par les bovins laitiers et mixtes, et 6% seulement par les porcs. Ces résultats fournissent des repères précis sur l’alimentation des animaux d’élevage, sa durabilité, l’importance de l’élevage dans la valorisation des coproduits issus de l’agro-alimentaire ou encore l’autonomie alimentaire et protéique de l’élevage français.

Quantifying raw material flows used in animal feed in France and segmenting consumption by animal sector

Societal expectations regarding the feeding of farm animals (without GMOs, without imported deforestation, less competition with food crops, etc.) are intensifying, and animal production sectors are implementing strategies to meet them. Within this context, it appeared necessary to have a complete overview of the flows of feed materials (grains, by-products and forages) in the French feed supply chain, from resources to different ways of using them (human consumption, animal feed, export, energy, etc.). The scientific interest group “GIS Avenir Elevages” mobilized a network of experts to construct a method to describe the segmentation of feed material consumption by animal sector. A method for reconciling data using constraint optimization was used to render the available data sources consistent. For 2015, the total amount of grains and by-products used by the animal feed sector was estimated to be approximately 34 Mt, standardized to 85% dry matter. Poultry were the main consumers of feed grains and by-products (34%), followed by dairy and dairy/beef cattle (24%), pigs (23%) and beef cattle (12%). Poultry consumed 44% of the volume of soybean meal available in France, followed dairy and dairy/beef cattle (36%) and pigs (6%). These results give precise indicators of feed use, its sustainability, the importance of livestock in the consumption of by-products from the food industry, and self-sufficiency in protein of the French livestock sector.

2021

Pages