La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 241 à 260 de 1321 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Chumbo e cádmio, um risco controlado no gado suíno

Consulter le resumé

Eric Royer, Albéitar (ESP), 2016, n°5, septembre-octobre, p. 58-63, en version portugaise

Os riscos de contaminação por metais pesados que superam os valores máximos regulamentados para o consumos humano são escassos, mas a legislação torna-se mais rigorosa.

2016

Actualités de la recherche -développement pour l’élevage porcin

Consulter le resumé

Visuels des interventions présentées à la 3ème Journée TECHPORC sur les Actualités de la recherche-développement pour l’élevage porcin du 22 NOVEMBRE 2016 : Elevage de précision ; L’enjeu environnemental ; Elevage et société ; Economie de la #lière

 

PDF icon journee-techporc_22nov2016.pdf
2016

Des données pour produire des aliments du bétail écologiques

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol et Aurélie Wilfart, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 27-29

Dossier Environnement : réduire, ajuster, produire

Ecoalim, voilà le nom des données maintenant disponibles sur les impacts environnementaux des matières premières utilisées en alimentation du bétail et notamment en porc.
Grâce à ces données, on peut évaluer les impacts des aliments formulés et ainsi concevoir de nouveaux aliments écologiques !

PDF icon Sandrine Espagnol et Aurélie Wilfart, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 27-29
2016

Le traité transatlantique va-t-il prendre l’eau ?

Consulter le resumé

Estelle Antoine, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 15-17

Lancées en 2013, les négociations sur l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne peinent à avancer sur certains dossiers. Dans le secteur agricole, appellations d’origine, principes de précaution et bien-être animal sont au coeur des débats.
Initialement attendue pour le début de 2017, la conclusion du traité se voit repoussée d’un an au moins.

PDF icon Estelle Antoine, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 15-17
2016

La lettre Note de conjoncture Aliment : novembre 2016

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : novembre 2016

PDF icon novembre_2016.pdf
2016

La cochette entre 30 et 110 kg n’est pas un porc charcutier

Consulter le resumé

Nathalie Quinou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 2-3

Les porcs d’aujourd’hui sont le fruit d’une sélection de plus de 30 ans pour un gain de poids le plus maigre et le plus élevé possible. L’objectif de l’aliment charcutier est de maximiser la croissance musculaire tout en limitant le dépôt de gras, pour une bonne valorisation des carcasses et un indice de consommation le plus faible possible. Ces objectifs sont contreproductifs chez la cochette.

PDF icon Nathalie Quinou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 2-3
2016

Moderniser les élevages : structures et technologies pour la compétitivité

Consulter le resumé

Intervention de Michel Marcon, ingénieur bâtiment à l’IFIP

PDF icon intervention à la journée ifip pour la filière porcine
2016

La lettre Note de conjoncture Aliment : octobre 2016

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : octobre 2016

PDF icon octobre_2016.pdf
2016

La lettre Note de conjoncture Aliment : septembre 2016

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : septembre 2016 (réactualisée en novembre)

Note : Nous vous renvoyons celle de septembre, une erreur s’est glissée sur le tarif de la méthionine dans les tableaux. 

PDF icon septembre_2016_modifiee.pdf
2016

Effet de la teneur en protéines non digestibles de l'aliment sur le dépôt de scatol dans le gras de porcs mâles entiers / Effect of in-feed indigestible protein content on fat skatole deposition in entire male pigs

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 3(1), 19-24 - La revue R&D de la filière porcine française

Cette étude a pour objectif de déterminer s’il existe un intérêt de réduire la teneur en protéines non digestibles de l’aliment distribué en fin d’engraissement, afin de diminuer la teneur en scatol des gras de porcs mâles entiers. Le scatol fait partie avec l’androsténone des deux composants majeurs à l’origine des odeurs sexuelles dégagées parfois par les viandes issues de porcs mâles entiers. Il provient de la dégradation des protéines dans le gros intestin et peut se déposer dans le gras des animaux après avoir été absorbé par la muqueuse intestinale.
L’objet de l’étude consiste à analyser l’incidence de l’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment permettant une réduction de la quantité de protéines non digérées parvenant dans le gros intestin et donc potentiellement une réduction de la production de scatol. Le critère de comparaison se base sur le dépôt tissulaire de scatol dans le gras des carcasses.
L’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment distribué au cours du dernier mois d’engraissement ne conduit pas à la réduction de la teneur en scatol des gras. Au contraire, celle-ci est significativement accrue, puisque 30,2% des carcasses issues du régime le plus digestible sur le plan protéique, présentent une teneur en scatol supérieure à 0,20 μg/g, pour 15,2 % au régime le moins digestible. Cet effet est vraisemblablement à relier à la réduction de la teneur en fibres de l’aliment qui est la conséquence de l’amélioration de la digestibilité des protéines. Or les fibres sont généralement considérées comme favorables à la réduction de la production intestinale de scatol, car elles limitent l’importance des fermentations protéiques siégeant dans le gros intestin au profit des fermentations de nature glucidique.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2016

Besoin nutritionnel en zinc du porc à l'engraissement : quelles possibilités de diminution de l'apport de zinc sous forme minérale ? / Nutritional zinc requirements in growing-finishing pigs: Are there options for reducing mineral-form dietary zinc?

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 3(1), 9-17 - La revue R&D de la filière porcine française

Ce travail repose sur une revue bibliographique des besoins nutritionnels en zinc du porc à l’engrais. L’objectif est d’étudier dans quelle mesure il est possible de réduire la teneur en zinc des aliments d’engraissement en deçà de la teneur maximale autorisée par la réglementation de l’Union Européenne, fixée à 150 mg par kg d’aliment. En effet, en cas d’utilisation de l’oxyde de zinc à fortes doses (2500 mg/kg) pour des motifs sanitaires, dans les quelques jours qui suivent le sevrage, l’excrétion de zinc par les animaux est largement augmentée au cours de cette période. Afin de présenter un bilan d’excrétion équivalent sur l’ensemble de la période d’élevage de l’animal, la teneur de l’aliment distribué en engraissement, devrait atteindre environ 100 mg de zinc par kg.
Les éléments recueillis et détaillés dans cette étude concernant le métabolisme du zinc, ses principales fonctions, les mécanismes de maintien de l’homéostasie, l’origine du zinc contenu dans les aliments, le rôle de la phytase microbienne sur la disponibilité du zinc des matières premières végétales, permettent de conclure que la limitation de la teneur totale de l’aliment d’engraissement à 100 mg par kg est largement envisageable, sans conséquence néfaste sur les performances des animaux et leurs caractéristiques de carcasses. En conséquence, un bilan équivalent d’excrétion en zinc pourrait être envisagé, avec une distribution de zinc à forte dose en période de 1er âge.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2016

La lettre Note de conjoncture Aliment : août 2016

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : août 2016

PDF icon aout_2016.pdf
2016

La production porcine en Pologne. Plaque tournante du marché européen

Consulter le resumé

Depuis 2007, le cheptel reproducteur polonais s’effondre, entraînant un recul de la production nationale. Les abattages ont cependant été moins impactés, grâce à l’importation massive de porcelets. La Pologne importe également des pièces destinées à la transformation et exporte des produits élaborés, vers le Royaume-Uni notamment. La consommation nationale s’établit à 50 kg/habitant, pour 50 à 60% de la charcuterie.

PDF icon synthèse du mois d'octobre du Pôle Economie, n° 468, p. 8
2016

Les débats de société sur l’élevage en Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas

Consulter le resumé

Article de congrès présenté par Christine Roguet et al. aux rendez-vous de l'Inra, au Space, le 15 septembre 2016, à Rennes, 3 pages

Dans un contexte d’interpellations sociales fortes adressées à l’élevage, une analyse des controverses sur l’élevage a été réalisée en France en 2013. Un travail similaire a été mené en 2015 dans cinq pays de l’UE (Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Espagne, Italie). L’objectif était d’observer si les controverses différaient entre pays et, dans un marché unique, d’appréhender leur impact sur l’évolution des modes d’élevage et la segmentation des marchés.

PDF icon article de congrès de Christine Roguet et al., aux rendez-vous de l'Inra, au space, 15 sept. 2016, 3 pages
2016

Transfert d'éléments traces métalliques de l'aliment vers les tissus du porc : gestion des seuils réglementaires

Consulter le resumé

visuel de Eric Royer, présenté aux 6èmes Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016, 35 pages

PDF icon visuel de Eric Royer, 6es Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016. 35p
2016

ECOALIM : LCA results of feedstuffs for French livestock

Consulter le resumé

visuel de A. Wilfart et al. présenté aux 66e EAAP, Varsovie, Pologne, le 31 août-04 septembre 2015, session 43 : free communication animal nutrition, 14 pages

Animal feed contributes very significantly to the overall environmental impacts of animal products assessed by Life Cycle Assessment (LCA). The current feed formulation only takes into account economical and nutritional constraints. The French project ECOALIM aims at improving the environmental impacts of husbandries by optmizing their feed. This will lead to select differents feedstuffs iun the formulation, or to change their ways of production (crop managements, transformation processes). To perform such optimization. LCA data concerning the feedstuffs are needed. 142 LCA data of 69 different feedstuffs were producted. Several scales were treated : national average datra representative for France with different production processes for transformed feedstuffs, and different managements for the main crops used in feed like cereals and oil seed (1) organic fertilization, (2) introduction of intermediate crops, (3) introduction of legumes in the rotation. The LCA were performed with a same methodology with a focus made on five impact indicators (energy demand, GHG emissions, acidification, eutrophication, land occupation). Considering the weight of field emissions on environmental impacts of crops, models were preferably adapted to the French context and when possible, special developments were made to estimate more precisely emissions like nitrate leaching. These results represent a step forward to share with the agricultural sector in order to promote environmental evaluation and good farming practices. Thus, this should encourage the first processing and the feeding industries to promote better agricultural practices.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Effects of the diet form on health and performance of weaning or fattening pigs

Consulter le resumé

visuel de Eric Royer et al., présenté aux 66e EAAP, Varsovie, Pologne, le 31 août-04 septembre 2015, session 14 : customized nutrition taking into account the health status of farms and individual animals, 11 pages

Four experiments were carried out to study the effect of dietary presentation on pigs. In a postweaning study, meal and pellets were compared in either good or bad sanitary conditions (Exp. 1, 14 pens/treatment). Over 41 days after weaning, pigs were offered ad libitum a phase 1 then a phase 2 diet in a dry feeder. The meal form increased DF1 (+6%, P<0.01) but reduced ADG (-4%, P<0.05), then increased FCR (+10%, P<0.01). Meal improved the faecal consistency at d 20 (+8%, P<0.05), but no differences were observed between treatments at d 5, 12 and 26. No interaction between presentation and sanitary conditions was found. In the fattening periods, diet was presented either as meal or ground pellets and delivered restrictively using a liquid feeding system to gilts and barrows (Exp. 2, 16 pens/treatment) or boars (Exp. 3, 8 pens/treatment). In Exp. 2 DFI averaged 2.13 kg for both presentations , but FCR (-5%, P<0.05), carcass yield (+1%, P<0.01) and carcass leanness (+0.4%, P=0.09) were (or tended to be) improved with pellets. In Exp. 3, the tendency for a lower DFI with pellets (-2%, P=0.06) without any difference in ADG resulted in a reduction in FCR (-3%, P=0.05). With pellets, fewer pigs presented a skatole level above the minimum detectable concentration in liquid fat (P=0.01). In Exp. 4 (32 pens/treatment), meal and pellets supplied in dry feeders and meal mixed with water in the trough were given to fatteners, either under restricted or ad libitum feeding conditions. The DFI was higher with liquid meal than with the other forms (P<0.01). During the growing phase, the highest ADG was found with pellets and the lowest with liquid meal, whereas during the finishing period ADG was higher with liquid meal and pellets than with dry meal. The FCR was 4 and 7% lower with pellets than with dry and wet meal, respectively (P<0.01). The improved FCR observed in Exp. 1 to 4 with pellets, compared with dry or wet meal, could be attributed to the increased digestibility of nutrients induced by technology used for diet preparation.

PDF icon Eric Royer et al., 66th EAAP, Varsovie, Pologne, le 31 août-04 septembre 2015, 11 pages
2016

De la source de contamination au produit : méthodes pour quantifier le transfert

Consulter le resumé

visuel de Catherine Jondreville et al. aux 6èmes Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Espagne : une filière porcine intégrée et organisée par des entreprises privées

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 13-14

Près de 70 % de la production porcine espagnole sont contrôlés par des firmes intégratrices. En amont comme en aval de la filière, différents modèles d’entreprises coexistent. Les liens verticaux entre maillons de la filière sont relativement forts.

PDF icon Bérengère Lécuyer et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 13-14
2016

Rétrospective 2015 de l’aliment d’engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6

Le coût de revient matières premières de l’aliment apparaît stable en 2015 et est estimé à 188 €/T. Une légère diminution (7 €/T) est observée en cours d’année. Elle s’explique par la baisse de la cotation du tourteau de soja. Ce dernier est largement concurrencé par les tourteaux métropolitains, qui représentent chacun de l’ordre de 4 % des formules.

PDF icon Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6
2016

Pages