La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 361 à 380 de 1298 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant
arrêt de la castration des porcelets

Le point sur les travaux européens relatifs aux porcs mâles non castrés

Consulter le resumé

Des options sont prises par certains pays ou entreprises vers une production de mâles entiers sous cahier des charges ou le maintien de la castration avec mise en place d’autres alternatives pour limiter la douleur de la castration (anesthésie, vaccination...). Pas une solution unique.... 

L’arrêt généralisé de la castration en Europe en 2018 est peu réaliste....  Liste dérogatoire en cours de discussion. 

PDF icon Présentation de P Chevillon et JP Van Ferneij au Space 2014
2014

La lettre Note de conjoncture Aliment : septembre 2014

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : septembre 2014

PDF icon septembre_2014.pdf
2014

Prix du porc et de l’aliment : beaucoup d’incertitudes

Consulter le resumé

En 2014, la production porcine devrait à nouveau reculer, en France comme dans l’ensemble de l’Union européenne. La demande baisserait également, à un degré moindre.

PDF icon techporc_antoine_n18_2014.pdf
2014

Comparison of in vivo and in silico growth performance and variability in pigs when applying a feeding strategy designed by simulation to control the variability of slaughter weight

Consulter le resumé

Variability in bodyweight (BW) among pigs complicates the management of feeding strategies and slaughter. Including variability among individuals in modelling approaches can help to design feeding strategies to control performance level, but also its variability. The InraPorc model was used to perform simulations on 10 batches of 84 crossbred pigs each to characterise the effect of feeding strategies differing in amino acid supply or feed allowance on the mean and variation in growth rate. Results suggested that a feed restriction reduces the coefficient of variation of BW at first departure for slaughter (BW1) by 34%. Growth performance obtained from an in silico simulation using ad libitum and restricted feeding plans was compared with results obtained in an in vivo experiment on a batch of 168 pigs. Pigs were offered feed ad libitum or were restricted (increase in feed allowance by 27 g/day up to a maximum of 2.4 and 2.7 kg/day for gilts and barrows, respectively). A two-phase feeding strategy was applied, with 0.9 and 0.7 g of digestible lysine per MJ of net energy (NE) in diets provided before or after 65 kg BW, respectively. Actual growth was similar to that obtained by simulation. Coefficient of variation of BW1 was similar in vivo and in silico for the ad libitum feeding strategy but was underestimated by 1 percentage point in silico for the restriction strategy. This study confirms the relevance of using simulations performed to predict the level and variability in performance of group housed pigs.

2014

Influence of the inclusion of standard tapioca meal in balanced diets on pig performance and health parameters

Consulter le resumé

Due to their high starch content, tapioca (cassava) roots (Manihot esculenta Crantz) are an excellent source of energy for pigs. However, lower inclusion rates in pig fattening diets are often proposed for standard tapioca pellets containing 62.5 % starch than for high quality tapioca meal or chips containing 70 % starch, as a result from higher ash and fi ber contents and lower energy digestibility. An experiment was undertaken to examine the effect of the tapioca pellet proportion in feed on pig performance and health condition of fattening pigs.

PDF icon royer2014.pdf
2014

Effect of feed presentation on growth performance of entire male pig and boar taint risk

Consulter le resumé

The aim of the trial was to compare the performance and boar taint risk when entire male pigs (40 per treatment) wrer fed xwith diets presented as mash (M) or ground pellets (G) over the 22-109 BW range. A liquid feeding system that allows for a simultaneous feeding was usd to control the daily feed allowance per pen (5 pigs/ pen) that corresponded to 4.5% of the initial BW per pen on the first dazy, thereafter + 25 g/d/pig up to 2.60 kg/d. Dietary nutrient contents were calculated from chemical characteristics of ingredients and coressponding nutritional values assessed fro mwww.evapig.com. The growing (<65 kg BW) and the finishing diets were formulated to contain 159 and 152 g/kg of crude protein, 9.2 and 8.2 g/kg of digstible lysine, 157 and 145 g/kg of total dietary fiber. The calculated net energy content was fixed at 9.64 MJ/kg. The daily feed intake tended to be lower with pellets (G : 195, M: 1.98 kg/d, P=0,06). As the average daily gain averaged 882 g/d (P=0.99), the feed conversion ratio was lower with pellets (G: 2,20, M: 2.26, P=0.05). No differences were noticed in carcass characteristics. Proportion of pigs with a low androstenone lever (<1 µg/g pure fat) averaged 96% for both groups. Less pigs presented a skatole level above the minimum detectable concentration (MDC, 30 ng/g) with pellets (G: 78, M: 97%, P=0.01) and their skatole concentration tended to be reduced (G: 64, M: 94 ng/g, P=0.07). When both skatole (S) and indol (I) levels were above MDC, the ratio S/I+S was significantly lower with pellets (G: 51, M: 61%, P=0.01), bu(t the coefficient of correlation betwwen S and S/I+S was similar for both treatments (r=0.78). The improved feed conversion ratio associated with a stable carcass composition at slaughter would result from an increased digestibility of nutrients induced by the technologies used in the pelleting process, which would contribute to reduce boar taint risk in entire male pigs.

2014

Feeding entire male pig with amino acid supplies adapted to meet requirements of entire or castrated male

Consulter le resumé

Dietary amino acid (AA) levels used in phase feeding strategies are usually based on the requirements of barrows and gilts at the beginning of each phase. In a context of possible castration ban, these levels should be revised as the reduced fatness of body weight gain in entire male (EM) is associated with higher AA requirements per unit of energy intake than that of castrated male (CM) (Campbell and Taverner, 1988; Quiniou et al., 1996). The diets will be more expensive and their economic return needs to be evaluated. Therefore, a trial was carried out to characterise the growth performance, carcass characteristics and boar taint risk when diets of a 2-phases strategy are formulated to meet requirements of EM or CM.

PDF icon quiniou2014.pdf
2014

Dynamic precision feeding of growing pigs using a new automatic feeder linked to a weighing station

Consulter le resumé

Within a batch, pigs are from different genders and a variability in growth potential and body weight (BW) exists. It is associated with a high variability in nutrient requirements among pigs, but also a high variability in change of nutrient requirements with time. In most commercial piggeries, a phase feeding is used. Over rather long periods, the dietary nutritional characteristics are kept constant. Based on the requirement of most demanding pigs, nutrient supplies excess requirements for most of the pigs. In order to reduce feed cost and environmental impact of pig production, precision feeding concept has been developed for 15 years, especially in Spain and Canada. To adjust both quantity and quality of the diet delivered to each pig in the group, a precision feeder is required that identifi es and weighs the animal, and blends at least two diets. Most available systems have been developped in ad libitum feeding conditions. In France most of the pigs are restrictevely fed, then an automatic feeder has been designed and tested in the IFIP experimental farm (Romillé, France) that allows for restricting feeding level.

PDF icon massabie2014.pdf
2014

La lettre Note de conjoncture Aliment : août 2014

Consulter le resumé

La lettre Note de conjoncture Aliment : août 2014

PDF icon aout_2014.pdf
2014

Des biscuits pour les porcs, ou comment valoriser des coproduits

Consulter le resumé

Les coproduits de la boulangerie, pâtisserie et biscuiterie constituent des matières premières énergétiques appréciées par les porcs. L'incorporation de la farine Delifeed® dans la ration des porcs a été testée à la station expérimentale de Romillé.

PDF icon techporc_gaudre_n17_2014.pdf
2014

Réduire les émissions de gaz à effets de serre des élevages porcins en diminuant les apports protéiques: stratégies et perspectives

Consulter le resumé

Parmi les GES émis en production porcine, les émissions de N2O peuvent être réduites sans perte de performance animale en diminuant les apports en protéines dans les aliments. Pour cela, deux approches complémentaires peuvent être utilisées : améliorer la composition en acides aminés des aliments en apportant des acides aminés alimentaires, et ajuster en dynamique les apports en acides aminés à l’évolution des besoins des animaux. Dans cette étude, nous avons exploré deux options de réduction des émissions GES : l’utilisation accrue des acides aminés alimentaires avec soit une alimentation biphase des porcs à l’engrais (2PAA+), soit une alimentation multiphase (MPAA+). Ces options permettent de réduire les émissions sur l’exploitation de 510 kg CO2e/truie/an pour 2PAA+ et de 692 kg CO2e/truie/an pour MPAA+, soit respectivement une réduction de 29% et 40% par rapport à la situation initiale. Entre 2010 et 2030 et à l’échelle de la France, ces options réduiraient les émissions de 7,4 et 3,7 MTCO2e, pour 2PAA+ et MPAA+, respectivement, soit 22% et 11% relativement à la situation initiale. Avec les efforts de formation et d’aide à la décision engagés, la mise en oeuvre de ces pratiques devrait permettre de réduire les émissions de GES et les coûts d’alimentation, de même que les émissions de NH3 et NO3- associées à l’acidification et l’eutrophisation.

2014

Evaluation du risque Salmonelles lors de la fabrication de l'aliment à la ferme (FAF)

Consulter le resumé

Fiche n° 75 : Contribution aux politiques publiques

Peu de travaux portent sur le risque d’introduction de Salmonelles chez les porcs du fait de l’aliment fabriqué à la ferme (FAF).
Il existe à la fois des facteurs de risque et de protection et l’EFSA recommande des investigations complémentaires.
Une bibliographie, une campagne de prélèvements dans 50 élevages et l’analyse des données d’enquêtes antérieures ont permis d’évaluer le risque Salmonelles pour l’aliment FAF en France.

PDF icon fiche_bilan2013_75.pdf
2014

Intérêt de l'aliment en farine pour réduire les diarrhées en post-sevrage

Consulter le resumé

Fiche n° 72 : Facteurs de productivité en élevage

En cas d’apparition de diarrhées en post-sevrage, la technique consistant à remplacer l’aliment granulé par de l’aliment farine est parfois utilisée avec succès et est avancée par conséquent comme une alternative à l’usage des antibiotiques.
Cet essai a été conçu afin d’évaluer l’intérêt de la farine pour améliorer l’état sanitaire des porcelets, mais aussi de statuer sur les différences de performances zootechniques entre ces 2 formes de présentation alimentaire.
La comparaison entre aliments granulé et farine est effectuée dans 2 salles dont les conditions d’élevage sont contrastées sur le plan de la pression sanitaire : une salle n’étant ni nettoyée, ni désinfectée de la bande précédente.

PDF icon fiche_bilan2013_72.pdf
2014

Evaluation des simulations avec Inraporc des performances de croissance

Consulter le resumé

Fiche n° 65 : Facteurs de productivité en élevage

La modélisation est une approche pertinente pour l’étude de conduites alimentaires permettant la maîtrise des performances de croissance moyennes.
Or, tous les porcs ne sont pas identiques et la prise en compte de cette variabilité en modélisation implique de profonds changements soit en faisant évoluer le modèle déterministe (1 seul résultat par simulation) vers un modèle stochastique (par simulation, 1 résultat moyen et son écart-type), soit en utilisant un modèle déterministe pour n simulations réalisées à partir de n descriptions de porcs. Cette seconde approche a été utilisée au cours d’un programme de recherche de 3 ans, conduit en partenariat par l’IFIP et l’INRA dans le cadre de l’UMT Porcin, et objet d’un travail de thèse.
Un générateur de populations virtuelles de porcs présentant une structure réaliste de variabilité a été développé puis des simulations ont été réalisées à l’échelle de populations de porcs pour étudier les conséquences de différentes conduites.
Lors des Journées de la Recherche Porcine 2013, les performances zootechniques, environnementales et économiques d’une population de 2 000 porcs croisés (Large White x Landrace) x (Large White x Piétrain) suivant différentes conditions de quantité et de qualité des aliments utilisés en engraissement ont été présentées par l’IFIP.
Afin d’évaluer la pertinence de ces simulations, 2 stratégies d’alimentation en conduite biphase ont été utilisées et comparées à partir des porcs d’une bande du même croisement à la station de Romillé (84 porcs/lot).

PDF icon fiche_bilan2013_65.pdf
2014

Développement d'une production porcine française biologique

Consulter le resumé

Fiche n° 60 : Analyse des formes d'élevage

Les objectifs du programme sont d’analyser les freins au développement de la production porcine biologique en France, pouvant tenir aux élevages, aux prescripteurs, à l’organisation des filières, ainsi que de proposer des voies pour lever les verrous identifiés. A partir du 1er janvier 2015, la ration des porcs devra être composée à 100% de matières premières issues de l’Agriculture Biologique.
Il est donc important de connaître les besoins alimentaires des porcs biologiques et les possibilités de choix de matières premières permettant de couvrir ces besoins. Ces possibilités sont aussi, dans le contexte actuel, à mettre en regard avec les disponibilités, limitées, de ces matières premières biologiques, notamment protéiques, dans les exploitations ou sur le marché.
Une matière première protéique, le concentré protéique de luzerne, a été testé dans un essai zootechnique pour évaluer les performances de porcelets en post-sevrage et de porcs en engraissement, recevant des aliments composés répondant au cahier des charges biologique (profil de matières premières, respect de l’interdiction d’incorporation d’acides aminés de synthèse).
En post-sevrage, l’IFIP a comparé un régime proche de ceux observés dans les élevages Bio (TEM) à un régime riche en concentré protéique de luzerne (CPL) et à un autre régime dont le tourteau de soja était la principale source de protéine.
En engraissement, un régime témoin (TEM) proche de ce qui est pratiqué en élevage, est comparé au régime « CPL » et à une 3ème modalité de régime sans tourteau de soja (sans soja).

PDF icon fiche_bilan2013_60.pdf
2014

Description des approvisionnements en fabrication des aliments à la ferme

Consulter le resumé

Fiche n° 57 : Analyse des formes d'élevage

Malgré l’importance de la fabrication d’aliment à la ferme (FAF) dans l’élevage porcin français, les connaissances sur la structure des approvisionnements sont limitées et proviennent essentiellement de l’analyse des formules, ou des travaux de typologie. Or cette information est utile pour appréhender le lien au sol, l’autonomie de l’exploitation en matières premières ou encore les risques associés à la qualité sanitaire des ingrédients végétaux ou minéraux utilisés.
Une base de données sur la nature et l’origine des matières premières utilisées a été constituée à partir de plusieurs enquêtes effectuées par l’IFIP entre 2007 et 2011. Les fichiers ont été harmonisés, complétés puis fusionnés à l’aide du logiciel Sphinx. Des informations sont ainsi disponibles pour un total de 222 exploitations avec FAF, mais le nombre d’observations varie selon les variables.

PDF icon fiche_bilan2013_57.pdf
2014

Appui technique auprès des associations Airfaf

Consulter le resumé

Fiche n° 59 : Analyse des formes d'élevage

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale.
L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire.
Les conseils d’administration de chaque association établissent annuellement un programme d’activité, mis en œuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, ARVALIS, UNIP, IFIP…) et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale.
L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et intervient dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain…
AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication).
Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon fiche_bilan2013_59.pdf
2014

RERALIM : réduction de l’energie et des rejets par l’alimentation

Consulter le resumé

Fiche n° 28 : réduction des impacts environnementaux

En élevage porcin, l’aliment consomme par les animaux représente à la fois 60 % de la consommation d’énergie et 60% des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Les éleveurs de porcs se trouvent confrontés à un double challenge :

- économique, dans une concurrence mondiale toujours plus forte ; mais aussi

- environnemental, à travers, notamment, la nécessité de limiter l’empreinte globale de l’élevage

(énergie, GES et rejets).

Une réduction sensible de la consommation d’aliment par kg de viande produit répond à ce double enjeu.

La gestion de l’alimentation semble être la voie la plus prometteuse pour améliorer le bilan environnemental tout en préservant les résultats économiques.

En effet, la connaissance des besoins individuels en matière d’alimentation en fonction de divers critères (poids, génétique, âge,….) s’est enrichie et des recommandations existent pour gérer de façon précise l’apport alimentaire afin d’en optimiser l’efficacité et de limiter ainsi les rejets.

La production finale de ce projet est la réalisation d’un prototype d’automate de distribution alimentaire permettant une distribution individuelle « intelligente ».

Ce prototype sera équipé d’un modèle décisionnel (basé en partie sur InraPorc®) qui adaptera automatiquement la ration distribuée aux besoins en temps réel de chaque animal.

PDF icon fiche_bilan2013_28.pdf
2014

Effets d’une séquence dépletion-réplétion en phosphore en engraissement

Consulter le resumé

Fiche n° 27 : réduction des impacts environnementaux

Les travaux de Letourneau-Montminy et al. (2011) montrent que les mécanismes d’absorption et de fixation du phosphore (P) chez le porc, peuvent être rendus plus efficaces en cas de carence alimentaire en P. De plus, cette tendance naturelle a mieux retenir le P ingéré peut alors être mise a profit, lorsque le régime alimentaire redevient normalement pourvu en P. Cette stratégie alimentaire pourrait permettre une réduction de l’excrétion de P par les porcs et limiter le recours à des sources de phosphates d’origine inorganique non renouvelable.

Un essai a été conçu dans le but d’évaluer les possibilités d’utilisation de cette technique au cours de l’engraissement des porcs.

Les performances zootechniques, les caractéristiques de carcasses et du radius de porcs, recevant un aliment à teneur réduite en P digestible au cours des 6 premières semaines d’engraissement, sont comparées à celles de porcs recevant un aliment à teneur non limitante en P.

PDF icon fiche_bilan2013_27.pdf
2014

Quelles possibilités de diminution de l'apport de zinc sous forme minérale ?

Consulter le resumé

Fiche n° 26 : Réduction des impacts environnementaux

Ce travail repose sur une revue bibliographique des besoins nutritionnels en zinc du porc a l’engraissement.

L’objectif est d’étudier dans quelle mesure il est possible de réduire la teneur en zinc des aliments d’engraissement en deca de la teneur maximale

autorisée par la réglementation de l’Union Européenne, fixée a 150 mg par kg d’aliment.

PDF icon fiche_bilan2013_26.pdf
2014

Pages