La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1821 à 1840 de 1852 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les viandes dans la consommation des Français

Consulter le resumé

PDF icon Les viandes dans la consommation des Français
1998

Les méthodes de classement des carcasses de porc autorisées en France en 1997

Consulter le resumé

La mise au point des méthodes de classement françaises reposent sur un essai de dissection commun et un essai de calibrage spécifique. La technique de calibrage développée par les auteurs permet désormais de tester des méthodes dont les prédictrices diffèrent. En 1997, 2 méthodes de classement ont été autorisées en France, basées sur la prédiction de la Teneur en Viande Maigre (TVM). L’une utilise l’appareil CGM de la société française SYDEL et l’autre l’Ultra-Meater de la société allemande CSB.
PDF icon Les méthodes de classement des carcasses de porc autorisées en France en 1997
1998

Evaluation de l'acceptabilité et caractérisation de l'odeur de cuisson de longes et de lardons issus de porcs comprenant différents taux d'androsténone et de scatol - Comparaison de deux méthodes de cuisson

Consulter le resumé

Deux méthodes de cuisson, cuisson au four et cuisson à la poêle, ont été utilisées pour évaluer l'odeur de cuisson de lardons et de longes de porcs femelles et appartenant à 3 classes de concentrations d'androsténone et de scatol. L'odeur de cuisson a été caractérisée par un jury entraîné allemand et un jury entraîné français et évalué sur le plan hédonique par un panel de consommateurs français.
PDF icon Evaluation de l'acceptabilité et caractérisation de l'odeur de cuisson de longes et de lardons issus de porcs comprenant différents taux d'androsténone et de scatol - Comparaison de deux méthodes de cuisson
1998

L'économie porcine néerlandaise fin 1997 - La production sous électrochocs : après la peste, les quotas

Consulter le resumé

Depuis dix ans, la filière porcine néerlandaise est confrontée à un important et contraignant problème d’environnement. Aujourd’hui, après les dégâts causés par la peste porcine, le projet de restructuration de la production, avec l’instauration de quotas porcins, constitue une décision majeure pour l’économie agricole du premier pays exportateur de l’U.E., décision qui

aura des conséquences directes et indirectes sur l’ensemble de l’économie porcine européenne.
PDF icon L'économie porcine néerlandaise fin 1997 - La production sous électrochocs : après la peste, les quotas
1998

Influence des conditions d'élevage sur les performances de croissance du porc et la qualité des viandes. 2. Caractéristiques du muscle et du tissu adipeux et qualités technologiques et organoleptiques du jambon sel-sec

Consulter le resumé

L'influence de l'élevage de porcs en semi plein air (hiver et été) par rapport à l'élevage en bâtiment fermé à 17°C ou 24°C, ainsi que l'effet du niveau alimentaire à 17°C, sont étudiés sur les caractéristiques des tissus musculaires et adipeux, et la qualité technologique et organoleptique du jambon sel-sec.

PDF icon Influence des conditions d'élevage sur les performances de croissance du porc et la qualité des viandes. 2. Caractéristiques du muscle et du tissu adipeux et qualités technologiques et organoleptiques du jambon sel-sec
1998

Systèmes d'approvisionnement en alimentation porcine aux Pays-Bas et au Danemark : conséquences de la réforme de la PAC

Consulter le resumé

La réforme de la PAC, à partir de 1993/94 a fortement accru l'utilisation des céréales en alimentation animale dans l'union européenne.
PDF icon Systèmes d'approvisionnement en alimentation porcine aux Pays-Bas et au Danemark : conséquences de la réforme de la PAC
1998

Carcasses et pièces de découpe : se préparer au futur étiquetage des porcs

Consulter le resumé

La filière porcine doit améliorer sa traçabilité. Il lui faut homogénéiser l'identification des carcasses et de leurs pièces principales, ne laisser passer aucune carcasse mal ou non identifiée et assurer la transmission des informations tout au long de la filière jusqu'aux acheteurs.
PDF icon Carcasses et pièces de découpe : se préparer au futur étiquetage des porcs
1998

Traçabilité de la viande de porc en France : identification des lieux d'élevage et des animaux

Consulter le resumé

En France, l’identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental (EDE). Les reproducteurs ont un numéro individuel. Les porcelets et les porcs charcutiers sont marqués au numéro de l’élevage d’origine.

L’identification des élevages de porcs et des animaux a été définie dans le cadre de la

loi sur l’élevage (Loi 66-1005 du 28 décembre 1966) et de ses décrets d’application et par les textes concernant la TVA.
PDF icon Traçabilité de la viande de porc en France : identification des lieux d'élevage et des animaux
1998

Estimation, par découpe, de la teneur en viande maigre des carcasses de porc

Consulter le resumé

Un échantillon de 320 carcasses, représentatif de la population porcine française en termes de types sexuels et génétiques, a subi une Découpe Hollandaise Normalisée et une dissection européenne normalisée, début 1996. Après élimination de 20 données aberrantes et de 7 influentes, l’équation suivante de prédiction de la Teneur en Viande Maigre (TVM) a été calculée par régression à partir des proportions des pièces dans la carcasse :

TVM = 5,684 + 1,197 % jambon + 1,076 % longe - 1,059 % bardière

RSD =1,39 R2 ajusté = 0,82


PDF icon Estimation, par découpe, de la teneur en viande maigre des carcasses de porc
1998

Trente ans d'évolution du secteur porcin en France : de l'autarcie à la compétitivité internationale

Consulter le resumé

Onésime Teffène et al., 30es Journées de la Recherche Porcine en France, 3, 4 et 5 février 1998, Paris, p. 133-152

La politique de développement de la production porcine française a trouvé ses fondements au cours des années 60, en même temps que se mettait en place le marché commun agricole. Confronté à la montée en puissance de la concurrence européenne, ce secteur d'activité a vite montré ses faiblesses. Le déficit commercial a commencé à s'établir avec, en particulier, une crise grave en 1969. Le Plan de rationalisation de la production porcine a été mis en oeuvre à partir de 1970. Avec des aides à la construction et à la rénovation de porcheries, il devait accompagner une profonde mutation structurelle. La production était réalisée jusqu'alors en majeure partie par de très petits élevages, fonctionnant pratiquement en autarcie. Il fallait constituer une population nouvelle selon le modèle d'un éleveur de porc, agriculteur responsable, techniquement compétent et maître de ses choix. Encourageant aussi la construction d'un système rationnel de sélection porcine et la formation des éleveurs et des techniciens, le Plan avait choisi un maître d'oeuvre, le groupement de producteurs. Ces orientations ont contribué à façonner le visage actuel du secteur. La région de Bretagne a saisi toutes les opportunités pour moderniser et développer sa production plus vite que les autres régions françaises. Dans les années suivantes, des organismes professionnels ainsi que des industries performantes, à l'amont comme à l'aval, se sont construits autour de la production, en Bretagne principalement aussi. Il a cependant fallu attendre le milieu des années 80 pour que tous ces efforts se concrétisent par une diminution du déficit français en viande de porc. En 1994, est apparu un léger excédent qui s'accroît depuis. Les principales entreprises françaises d'abattage, découpe et transformation de porc exportent vers l'Union européenne, mais aussi vers les marchés tiers, après avoir modernisé et développé ces fonctions ainsi que leurs capacités commerciales. Au cours des dix dernières années, la croissance de la Bretagne s'est étendue aux régions voisines, Pays-de-la-Loire et Basse-Normandie, mais est restée faible dans les autres régions. La concentration géographique s'est accompagnée de la croissance des élevages, de plus en plus spécialisés, et des autres entreprises de la filière, donnant aux zones de fortes densités de réels avantages économiques. Mais ce mode de développement se heurte à des difficultés, environnementales surtout, qui obligent à rechercher des solutions originales.

The French pig sector thirty years after. From autarky to international competitiveness

France has chosen his way to develop pig production during the years 60, at the early stage of the European Common Market. Due to the lack of efficiency against other European countries, France became quickly a net importer for pig meat. After a crisis particularly heavy in 1969, the French government gave subsidies, in order to rationalise this sector. The French pig farms were very small. So, the plan was to sustain the construction of a modern industry with independent farmers, technically efficient, more specialised in pig production. The goal of the plan was also to develop a new system of genetics and to give farmers and technical advisors a good training. The plan has given this project a leader, the producers community. These choices do still have a large influence on the present situation of the sector. The region Bretagne has taken these opportunities to develop and to modernise his production faster than each other French region. During the following years specialised organisations and efficient industries such as animal feed facilities and packing plants were built in Bretagne as well. Nevertheless the French deficit for pig meat became larger until 1985. Afterwards it began to diminish and France became a net exporter in 1994. The largest packing and meat processing plants export to European Union and third countries, thanks to their efficient facilities and trade teams as well. During the ten last years, the pig production went up in regions near the Bretagne, Pays-de-la-Loire and BasseNormandie, but not in other French regions. The geographical concentration with larger farms and other industries gives strong economical advantages to the high density regions. But this development faces now limits, particularly environmental, which requires original solutions.

PDF icon Onésime Teffène et al., 30es JRP, 3, 4 et 5 février 1998, p. 133-152
1998

Canada : produire pour exporter

Consulter le resumé

Le Canada est au carrefour de tous les marchés : au sud, les Etats-Unis, client principal, de longue date ; à l'est, l'Europe, par l'Atlantique ; à l'ouest, les marchés émergents d'Asie, par le Pacifique. Avec en plus les céréales et ses vastes étendues.

PDF icon Canada : produire pour exporter
1998

Rôle du nitrite de sodium dans la composition phospholipidique du jambon cuit. Relation avec la flaveur. Role of sodium nitrite on phospholipid composition of cooked cured ham. Relation to its flavor.

Consulter le resumé

The role of sodium nitrite on phospholipid composition was studied during the processing of cooked cured ham. Evolution of the different classes of phospholipids in raw meat, cured meat with brine injected at 0, 50 and 100 mg of sodium nitrite/kg meat, and cooked meat, was determined as well as fatty acid content of phosphatidyl choline and phosphatidyl ethanolamine in raw and cooked meat. The major effect of sodium nitrite was observed on phosphatidyl ethanolamine whose content was significantly lowered in the presence of this salt.

1998

Organisation et développement de la production porcine en Espagne

Consulter le resumé

38,00 €
1998

The new pig carcass grading methods in France

Consulter le resumé

1998

Le marquage des porcs au sevrage : objectif et contrôle

Consulter le resumé

1998

Identification des composés de saveur dans le jambon cuit : approches physiochimique et sensorielle. Identification of tasty compounds of cooked cured ham : physico-chemical and sensory approaches.

Consulter le resumé

Tasty compounds from meat have not been studied in depth. The aim of this work was to isolate, identify and quantify tasty compounds from cooked cured ham and to link them to the sensory evaluations of the fractions from which they are extracted.

1998

Pig carcass grading in European Union

Consulter le resumé

1998

Les acides gras volatils présents dans l’iléon inhibent la motricité gastrique par voie humorale

Consulter le resumé

La vidange et la motricité de l’estomac sont inhibées par la présence d’acides gras volatils (AGV) dans l’iléon terminal chez le porc. Le but de ce travail était de préciser les voies de transmission de cette inhibition de l’iléon vers l’estomac. Les effets d’une perfusion iléale d’AGV sur la motricité de l’estomac ont été testés sur 3 lots de porcs (3*4): lot 1 (témoin); lot 2 (animaux porteurs d’une anse iléale isolée innervée); lot 3 (animaux porteurs d’une anse iléale isolée dénervée). Une perfusion de sérum physiologique servait de témoin.
PDF icon Les acides gras volatils présents dans l’iléon inhibent la motricité gastrique par voie humorale
1997

Effet des protéines et des fibres alimentaires sur les pertes iléales d’acides aminés endogènes chez le porc

Consulter le resumé

Un régime protéiprive a été supplémenté en quantités limitées mais croissantes de protéines (30, 60 ou 90 g/kg d’aliment d’un mélange caséine-jaune d’oeuf) afin de mesurer leur effet sur les pertes d’acides aminés (AA) endogènes à l’iléon des porcs. L’étude a été menée à deux niveaux de fibres alimentaires: 20 et 80 g/kg, isolées de graines de pois. Par rapport au régime protéiprive, un ajout de 30 g de protéines a suffi à rétablir une rétention azotée positive et les ajouts suivants ont assuré une augmentation constante et linéaire (0.88 g N retenu/g N ingéré).
PDF icon Effet des protéines et des fibres alimentaires sur les pertes iléales d’acides aminés endogènes chez le porc
1997

Valeur énergétique comparée de onze matières premières chez le porc en croissance et la truie adulte

Consulter le resumé

Quinze régimes ont été préparés de façon à pouvoir calculer l’utilisation digestive de l’énergie et des nutriments et les teneurs en ED et en EM de 11 matières premières (blé, 2 orges, maïs, pois, tourteau de soja, corn gluten feed, Corex M100®, son de blé, pulpe de betterave et huile de soja) à l’aide de la méthode par différence. Ces régimes ont été distribués à des porcs en croissance pesant en moyenne 62 kg et à des truies adultes d’un poids moyen de 220 kg. Les coefficients de digestibilité de l’énergie, de la matière organique et des nutriments tels que les matières azotées et
PDF icon Valeur énergétique comparée de onze matières premières chez le porc en croissance et la truie adulte
1997

Pages