La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 3248 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Abaissement des protections à l’importation par l’OMC. Quels risques pour le marché du porc en France ?

Consulter le resumé

Dans le cadre des négociations à l’OMC, face à la pression de pays exportateurs, l’UE pourrait être amenée à réduire ses droits de douane à l’importation sur la viande porcine. La filière peut-elle agir pour limiter ces risques ? Cette étude analyse les forces et les faiblesses des pays les plus compétitifs et les possibilités d’importation par l’UE de viande porcine en provenance de ces pays dans un horizon de 5 à 10 ans. Elle en évalue les effets sur le marché du porc et la production française.

• Version papier : 45 € (contacter directement Brigitte Laval

45,00 €
2005

Abattage dans l'UE - Course à la taille

Consulter le resumé

L'abattage des porcs a connu ces dernières années de fortes restructurations dans le nord de l'Europe. La concentration se poursuit, avec l'annonce fin septembre du rattachement de Hendrix Meat (filiale de Nutreco) à Bestmeat Company.

Après ce regroupement, les deux principaux acteurs européens répresenteront presque 16% de l'activité de l'UE à 25.
PDF icon Abattage dans l'UE - Course à la taille
2004

Abattage de porcs dans l’UE, des tendances diverses

Consulter le resumé

Berengère Lécuyer, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 68-69

Dans l’UE, les plus gros outils d’abattage de porcs (plus de 4 millions de porcs par an) appartiennent aux trois leaders nord européens : Danish Crown, Tönnies et Vion. En Espagne, les installations se modernisent et s’agrandissent. En France, en Belgique et au Royaume-Uni, les abattoirs sont plus petits. Les investissements ont repris en France depuis quelques années. L’Union européenne compte une soixantaine d’abattoirs traitant plus de 1 million de porcs par an. Principalement localisés à l’ouest de l’Europe, leur activité s’élève à 45-50% de la production totale de l’UE.

PDF icon Berengère Lécuyer, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 68-69, fiche n° 35
2018

Abattage de porcs mâles entiers : situations contrastées dans l'UE

Consulter le resumé

L'abattage de mâles entiers gagne en importance dans l'Union européenne, mais les écarts entre pays sont énormes. L'arrêt total de la castration est programmé pour 2018.

PDF icon techporc_vanferneij_n22_2015.pdf
2015

Abattage, charcuterie-salaison : en France et en Europe, l'aval se concentre

Consulter le resumé

2003

Abattage-découpe de coches, changements en France et en Europe

Consulter le resumé

Bérengère Lecuyer, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 15-17

Dossier économie : concurrence internationale et marchés

La viande de coche, moins chère que celle de porc charcutier, est recherchée par les transformateurs pour ses qualités organoleptiques et technologiques. La France tend à diminuer ses exportations de coches. Mais l’Allemagne occupe toujours une place centrale dans l’abattage et la découpe des coches en Europe, ce qui donne lieu à des restructurations et partenariats industriels.

PDF icon Bérengère Lecuyer, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 15-17
2017

Abattoirs de porcs dans l’UE Des tendances diverses

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer

Dans l’UE, les plus gros outils (plus de 4 millions de porcs par an) appartiennent aux trois leaders nord européens : Danish Crown, Tönnies et Vion. En Espagne, les installations se modernisent et s’agran­dissent. En France, en Belgique et au Royaume-Uni, les abattoirs sont plus petits. Les investissements ont repris en France depuis quelques années.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer
2018

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation

Consulter le resumé

La France présente des particularités de préparation des porcs à l’élevage en Europe en matière de recommandations pratiques d’ajeunement et d’équipements. Le temps d’ajeunement recommandé est de 22 à 26 heures entre le dernier repas et l’abattage et la majorité des éleveurs (60 %) sont équipés d’une aire de préparation avant chargement (local d’embarquement) où les porcs se reposent de 2 h minimum à parfois 18 heures selon les pratiques des éleveurs (heures de tri et de sortie des porcs).
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation
2009

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.

Consulter le resumé

Le premier objectif de cette étude est de quantifier la consommation d’eau des porcs abreuvés dans le local d’embarquement selon 2 modalités : temps de présence et 2 modes d’alimentation actuellement majoritaires.

Le second objectif est d’évaluer la perte de poids de carcasse des porcs selon qu’ils sont abreuvés ou non, afin de mesurer l’intérêt de l'abreuvement.

Le troisième objectif est de mesurer l’effet de l’abreuvement sur la qualité de la viande.
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.
2007

Abreuvoirs économiseurs d'eau utilisés au Québec : comparaison des performances en engraissement

Consulter le resumé

Dans cette étude, la consommation d’eau et les performances des porcs en engraissement ont été analysées en comparant les quatre types d’abreuvoirs.

Il n’y avait pas de différence significative pour le gain moyen quotidien entre les abreuvoirs. La réduction de l’utilisation d’eau avec le bol avec couvercle correspond à une réduction du gaspillage d’eau et des volumes de lisiers dans la fosse.
PDF icon Abreuvoirs économiseurs d'eau utilisés au Québec : comparaison des performances en engraissement
2005

Accelerometer technology to perform precision feeding of pregnant sows and follow their health status

Consulter le resumé

8e European Conference on Precision Livestock Farming (ECPLF), le 12-14 septembre 2017, Nantes, in : Precision Livestock Farming 17, 2017, p. 666-673, par Michel Marcon et al.

Two trials were conducted at experimental stations of IFIP, located in Romillé (France, Trial 1), and INRA, located in Saint Gilles (France, Trial 2), on pregnant sows equipped with individual ear tag accelerometers to record their activity level: duration of lying, standing and moving sequences. The first trial involved 72 sows penned on a slatted floor in a dynamic group with connected drinkers and automatic feeders, whereas the second trial was carried out on 4 small groups of 6 sows penned on a concrete floor with straw and fed in individual stalls. Firstly, an algorithm was built from video recordings of 24 sows on the slatted floor (2 x 2 h sequences per sow, 96 h). Secondly, the accuracy of the algorithm was assessed by recording and sequencing 96 h and 109 h, respectively, on the slatted floor and concrete floor with straw. The respective sensitivities of the lying, standing and moving behaviours on the slatted floor were 94.4%, 66.9% and 68.4%. With straw, lower sensitivity values were found: 93.65% for lying, 68.35% for standing and 38.83% for moving, linked to more investigative behaviours using the head. The final step was to use these data to improve the feeding practices of pregnant sows, taking their activity level into account. The strong inter- and intra-individual variability shown in the physical activity is a limiting factor for detection of health problems, such as lameness, through the accelerometers. Thus we need additional information, especially the behaviour data generated by identified drinkers and automatic feeders.

PDF icon Michel Marcon et al., 8e ECPLF, 12-14 septembre 2017, Nantes
2017

Accéléromètre pour enregistrer les postures des truies en maternité

Consulter le resumé

Pauline Brenaut, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 113

La mortalité néonatale des porcelets reste un challenge considérable pour la production porcine tant sur le plan du bien-être animal que sur le plan économique. Ces pertes surviennent principalement dans les 48 premières heures après la mise-bas. Ce serait le résultat d’un ensemble d’interactions complexes entre la truie, le porcelet et l’environnement. Parmi les causes de mortalité identifiées, l’écrasement des porcelets par la truie ressort comme une des raisons principales. Le comportement de la truie au cours de ses changements de position peut avoir un impact non négligeable sur les chances de survie du porcelet. L’enregistrement de ces comportements au cours du temps permettrait d’identifier les truies dites plus maternelles. Cependant, ce suivi du comportement se base principalement sur des analyses vidéo qui limitent le nombre d’animaux observés et nécessitent du temps de traitement. Automatiser la classification des postures et des changements de postures chez la truie offrirait de nouvelles potentialités. Le capteur de type accéléromètre semble être un outil adapté pour répondre à cette problématique. Avec le soutien financier des entreprises de sélection Nucléus et Choice et en relation avec la société RF-Track, l’IFIP travaille sur la mise au point d’une solution pour enregistrer les postures de la truie avant, pendant et après la mise-bas à l’aide d’un accéléromètre.

PDF icon Pauline Brenaut, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 113
2020

ACCEPT - Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective

Consulter le resumé

Christine Roguet et al., Innovations Agronomiques (FRA), 2020, volume 79, janvier, p. 315-329

Dans un contexte de profondes remises en cause des systèmes et des pratiques en élevage, le projet, ACCEPT, a analysé la controverse sur l’élevage, ses acteurs, son audience et les mécanismes sociologiques à l’œuvre, afin d’aider les filières animales à renouer le dialogue avec la société et à adapter leurs stratégies, pratiques et communication à ce nouveau contexte. Après une analyse sociohistorique, le projet ACCEPT et la thèse CIFRE qui lui était associée ont combiné les approches qualitatives et quantitatives, à des échelles locales, nationales et européennes. Les travaux ont produit une cartographie de la controverse, une mesure de l’audience des débats dans la population française et une typologie des citoyens français. Le projet a également recensé, en France et dans cinq autres pays européens, diverses initiatives des filières visant à mieux répondre à ces attentes sociétales. Il a proposé un outil pour aider les éleveurs à mieux positionner leurs projets dans leur environnement local. Enfin, un travail prospectif a permis d’imaginer cinq scénarios pour le monde de l’élevage à horizon 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

voir une vidéo YOUTUBE : https://www.youtube.com/watch?v=Hgdq1gxJALc

ENG

Acceptability of livestock farming by the society in France: cartography of the controversies, collective mobilizations and prospective

In a context of far-reaching challenges to farming systems and practices, the project, ACCEPT, analysed the controversy about livestock farming, its actors, its audience and the sociological mechanisms at work, to help livestock sectors to relaunch the dialogue with society and adapt their strategies, practices and communication to this new context. After a socio-historical analysis, the ACCEPT project and the associated CIFRE thesis combined qualitative and quantitative approaches at local, national and European scales. The work produced a mapping of the controversy, a measure of the audience of the debates in the French population and a typology of French citizens. The project also identified, in France and five other European countries, various initiatives in the livestock sectors aimed at better meeting these societal expectations. It proposed a tool to help farmers better position their projects in their local environment. Finally, a prospective study enabled to design five scenarios for the world of breeding by 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

2020

Acceptabilité des élevages de porcs dans le nord de l’Europe : le cas des Pays-Bas

Consulter le resumé

* Dans le Nord de l’Europe:

- une mobilisation croissante pour le bien-être animal et contre l’agro-industrie

- pour la profession « WE NEED TO MOVE OR WE WILL BE MOVED »

* en France : un contexte très différent

- des mentalités, une sensibilité, une histoire

- Comparativement très peu de grands élevages

- Mais plus de difficultés à faire aboutir les projets

-> la nécessité de mieux connaître et d'évaluer le poids des différents sujets de controverses en France

PDF icon Acceptabilité des élevages de porcs dans le nord de l’Europe : le cas des Pays-Bas
2012

Acceptabilité des élevages par la société en France

Consulter le resumé

Fiche n° 062 : économie des élevages

Dans un contexte de critiques adressées à l’élevage par différents acteurs de la société, l’Ifip a souhaité mieux comprendre la perception et de l’acceptabilité des élevages par la société en France.
Financée par le GIS Elevages Demain, l’étude réalisée en 2013 et 2014 a analysé les controverses sur les élevages pour toutes les espèces animales.
Des étudiants d’Agrocampus-Ouest ont conduit une enquête auprès de 1 100 élèves de Terminale pour recueillir leur vision et points de vue sur l’élevage français. Un autre groupe d’étudiants a réalisé des entretiens qualitatifs auprès des responsables des principaux groupements de producteurs porcins pour situer leur connaissance des demandes de la société et identifier leurs stratégies pour y répondre.
Une enquête sur la commune de Mordelles (35) a ensuite cherché à comprendre les facteurs favorisant, à l’échelle locale, une bonne cohabitation entre éleveurs et habitants.

PDF icon fiche_bilan2014_062.pdf
2015

Acceptabilité des élevages par la société en France

Consulter le resumé

Fiche n° 015 : caractéristiques des entreprises de la filière

Si la concentration structurelle et spatiale des élevages de porcs est source de gains de productivité et d’économies, elle se heurte de plus en plus à la contestation de la société. Celle-ci lui reproche ses impacts négatifs sur l’environnement, le bien-être animal et les risques sanitaires. La controverse sur l’élevage matérialise les désaccords avec un système d’élevage dominant, qualifié par certains d’intensif ou d’industriel. Elle témoigne de l’existence au sein de la société française de différentes façons de penser l’élevage. Outre les professionnels de l’élevage, les acteurs traitant de cette activité sont multiples. Les associations jouent un rôle de premier plan en agissant à plusieurs niveaux : leur lobbying politique influence la mise en place de nouvelles réglementations, leurs actions auprès du grand public et des distributeurs visent à orienter la consommation, leurs oppositions locales peuvent bloquer les projets d’installation ou d’agrandissement d’élevages. Initiés en 2012 avec le GIS Elevages Demain, les travaux sur l’acceptabilité sociale des élevages se poursuivent sur 2014-2017, dans le cadre du projet CASDAR, ACCEPT, et d’une thèse en sociologie dont l’ifip est partenaire.
Ces travaux ont 3 ambitions : (1) produire des connaissances sur les différentes controverses sur l’élevage, sur les obstacles et les leviers à l’acceptation de cette activité et tracer les scénarios possibles d’évolution de l’élevage, (2) contribuer à la construction d’un dialogue mieux informé
 entre les parties prenantes, (3) donner aux acteurs de l’élevage les moyens de maximiser les chances de succès de leurs projets, en adoptant les attitudes et stratégies appropriées.

PDF icon fiche_bilan2015_015.pdf
2016

Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective

Consulter le resumé

Visuels d'intervention présentés, le 25 septembre 2015, à la réunion RESEDA, à Paris, 33 pages, par Christine Roguet

PDF icon Visuels d'intervention présentés, le 25 septembre 2015, à la réunion RESEDA, à Paris, 33 pages, par Christine Roguet
2017

Acceptabilité sociale de l'élevage en France. Recensement et analyse des controverses

Consulter le resumé

Dans un contexte de remise en cause fréquente de l’élevage et de ses pratiques, une analyse des points de débat, toutes filières considérées (porcs, volailles, bovins viande, bovins lait, ovins et caprins), a été réalisée dans le cadre du GIS Elevages Demain. Une trentaine d’entretiens a été menée auprès de différentes parties prenantes aux débats – acteurs des filières, salariés d’associations, journalistes et distributeurs – afin de recenser et de décrire les principaux sujets de controverses concernant les élevages en France. Les positionnements et arguments de chaque partie prenante ont été décrits afin de dégager d’éventuels sujets de consensus ou de blocage entre les discours. L’analyse des argumentaires a permis de classer les différents points de débats en quatre grandes thématiques : l’impact environnemental, le bien-être animal, la santé humaine et l’organisation de l’élevage. Le débat sur la consommation de viande, angle d’approche souvent pris par les médias pour traiter de l’élevage, reprend les enjeux de ces quatre grandes thématiques. Ces points de débat varient en fonction des filières considérées ou des échelles observées. La hiérarchisation de ces remises en cause met en lumière les enjeux principaux auxquels les différentes filières françaises doivent faire face pour répondre aux attentes de la société.

PDF icon delanoue2015-gisrapport.pdf
2015

Acceptabilité sociale de l’élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 55 : Analyse des formes d'élevage

Cette étude, financée par le GIS Elevage Demain, vise à produire des connaissances objectives et précises sur les controverses concernant l’élevage en France, à identifier les obstacles et leviers à l’acceptation de cette activité et à dessiner les futurs possibles.
Le travail porte sur l’élevage, dans sa dimension structurelle (espèce, taille, conception) et fonctionnelle.
4 objectifs sont poursuivis :
- (1) évaluer l’état de la relation entre la société et l’élevage en France,
- (2) identifier les controverses qui touchent l’élevage français, leur sujets, les acteurs impliqués et leurs positionnements respectifs,
- (3) dégager des éventuels points de consensus ou d’opposition entre ces acteurs,
- (4) dessiner un panorama de l’élevage demain en France d’après les attentes différenciées.

PDF icon fiche_bilan2013_55.pdf
2014

Acceptabilité sociale de l’élevage dans le nord de l’Europe : Acteurs et controverses

Consulter le resumé

Aux Pays-Bas et en Allemagne, la croissance de la production porcine et la concentration du chepel s’accompagnent de controverses dans la société. Elles portent sur la taille des élevages, le bien-être animal et le mode de production et sont relayées par de puissantes ONG et des partis politiques.

La compréhension des attentes des citoyens en matière d’élevage est nécessaire pour faire progresser l’ensemble de la filière porcine.

PDF icon bp2012n424.pdf
2012

Pages