La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 321 à 340 de 3234 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Bien-être et logement des porcs charcutiers : quels travaux à conduire au vu des connaissances actuelles ?

Consulter le resumé

L’impact du logement sur le bien-être du porc de production entre le sevrage et l’abattage a été évalué à partir de la bibliographie. La mise en place des relations sociales au sein du groupe fait l’objet de nombreuses interactions agressives aux conséquences néfastes pour l’animal (stress, blessures, chute de croissance). Une limitation des mélanges d’animaux issus d’origines différentes lors de la constitution du groupe paraît être un moyen plus efficace que les modifications ou l’enrichissement de l’environnement pour limiter les effets défavorables du regroupement.
PDF icon Bien-être et logement des porcs charcutiers : quels travaux à conduire au vu des connaissances actuelles ?
2002

BIENTRAITANCE DES PORCS DE LA SORTIE DES PORCS DE L’ELEVAGE A L’ABATTAGE : actualités sur les bonnes pratiques

Consulter le resumé

Visuels présentés au Space 2016 lors des Matinales de l'IFIP par Patrick Chevillon et Mathieu Monziols, Pôle Viandes et Charcuteries

PDF icon visuels chevillon et monziols
2016

Bilan 2002 du commerce mondial

Consulter le resumé

Le commerce international de la viande de porc a été difficile en 2002 pour beaucoupo d'acteurs.

L'Union européenne et les pays d'Amérique du Nord, qui concentraient jusqu'alors la majeure partie des exportations, ont dû laisser une place significative au Brésil. Du côté des acheteurs, les principaux clients sont toujours le Japon et la Russie, mais ils mettent en oeuvre des procédures de sauvegarde destinées à préserver leurs productions malmenées.

Analyse dans le détail des chiffres 2002 des commerces extérieurs "porc", et perspectives pour 2003.

PDF icon bp2003n315.pdf
2003

Bilan annuel des échanges porcins français. Moindre valorisation des exportations

Consulter le resumé

 Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 496, synthèse du mois, avril, p. 8

En 2018, la baisse du prix du porc à la production en France, en Europe et dans le monde a fait chuter la valeur des exportations françaises, malgré une stabilité en volume. Dans ce contexte de prix bas, et face à une moindre demande chinoise, le marché italien a absorbé les volumes français. La balance commerciale a maintenu son déficit au niveau atteint en 2017, du fait de sa structure déséquilibrée.

PDF icon Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 496, synthèse du mois, avril, p. 8
2019

Bilan carbone au kilo de porc : l'Ifip s'implique dans son évaluation

Consulter le resumé

La ferme porcine française va devoir établir son bilan carbone. L'Ifip s'active à le construire.
2009

Bilan d'activité 1999 des CIA porcins

Consulter le resumé

PDF icon Bilan d'activité 1999 des CIA porcins
2000

Bilan d'activité de l'IFIP en 2010

Consulter le resumé

La filière porcine française connaît depuis plusieurs années une situation économique difficile. Dans ce contexte, l’IFIP-Institut du porc doit, davantage encore, être auprès des acteurs de cette filière et de ses organisations pour apporter des solutions techniques, des explications, des références et contributions diverses.



Actes

Pour prendre connaissance des travaux de R & D conduits par l’IFIP en 2010, vous pouvez nous contacter pour recevoir le bilan d’activité complet : 94 fiches “Actions“ (140 pages).

Au sommaire
PDF icon Bilan d'activité de l'IFIP en 2010
2011
mieux connaître les travaux conduits par l'institut du porc

Bilan d'activité de l'IFIP en 2017 : près de 70 fiches-actions de R&D (études et des résumés des résultats)

Consulter le resumé

L’IFIP est l’organisme de recherche-développement-innovation au service de tous les métiers de la filière porcine française, filière dont la vocation est de :

PDF icon près de 70 fiches actions de R&D de l'IFIP Institut du porc : résultats des études conduites en 2017
2018

Bilan d'activité de l'IFIP en anglais

Consulter le resumé

PDF icon Bilan d'activité de l'IFIP en anglais
2011
la couverture du bilan de l'IFIP 2018

Bilan d'activité de l'IFIP-Institut du porc 2018

Consulter le resumé

Découvrez les travaux réalisés par l'IFIP en 2018 :

78 fiches synthétiques d'1 page par action technique conduite par les ingénieurs et les principaux résultats à retenir ...

Au sommaire  :

PDF icon découvrez le bilan d'activité de l'IFIP en 2018
2019

Bilan d'activité de l'IFIP-Institut du porc en 2019

Consulter le resumé

Au Sommaire :

PDF icon bilan_ifip_2019_web.pdf
2020

Bilan d'activité de l'IFIP-Institut du porc en 2020

Consulter le resumé

PDF icon rapport-activite-ifip-2020.pdf
2021

Bilan de fonctionnement de la filière de traitement du lisier de porc avec séparation de phases par lits de séchage plantés de roseaux et compostage

Consulter le resumé

L’élevage du GIE Villefranche Grand Sud (naisseur-engraisseur de 140 truies présentes) est équipé de 1200 m² de lits plantés de roseaux pour la déshydratation de boues issues du traitement biologique de lisier de porc.

La mise en place grandeur réelle, de la séparation de phases sur lits de roseaux a permis de montrer que cette technique est bien maîtrisée.

Les boues issues de ces lits (19 % de MS) sont ensuite compostées soit avec des déchets verts broyés soit avec du fumier de bovin peu pailleux.

A titre expérimental, plusieurs andains de concentrations différentes ont été réalisés.

Pour qu’il y ait compostage, il est nécessaire d’avoir un apport de déchets verts supérieur à 30 %.

Le fumier de bovin peu pailleux ne s’est pas avéré être un bon co-substrat.

Des études complémentaires sont nécessaires afin d’obtenir un compost répondant à la norme NFU 44051.

L’utilisation d’autres co-substrats doit être également étudiée.

PDF icon tp4lebas11.pdf
2011

Bilan des échanges porcins français : amélioration du solde commercial

Consulter le resumé

Elsa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2020, n° 508, mai, synthèse du mois, p. 8

L’intensification des importations chinoises en 2019 a permis d’améliorer la balance commerciale française en volume et en valeur. Stimulée par la demande internationale, la hausse du prix du porc à la production en France et dans le monde, a fait rebondir la valeur des exportations françaises. Néanmoins, le solde commercial des échanges français de porc reste déficitaire en valeur.

PDF icon Elsa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2020, n° 508, mai, synthèse du mois, p. 8
2020

Bilan des échanges porcins français : déficit accru en 2017

Consulter le resumé

Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 485, synthèse du mois, avril, p. 8

En 2017, la production française a légèrement diminué. Importations comme exportations ont été stables en volume, mais le dé cit commercial en valeur s’est creusé. Les prix unitaires des produits importés ont augmenté.
En outre la France a importé davantage de produits à haute valeur ajoutée.

PDF icon Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 485, synthèse du mois, avril, p. 8
2018

Bilan des effectifs, des performances de reproduction et de la variabilité génétique des 6 races locales

Consulter le resumé

Les données extraites de la base informatique du LIGERAL permettent de dresser un bilan sur les 10 dernières années tant sur les effectifs, les performances de reproduction que sur la variabilité génétique des 6 races locales porcines françaises agréées. Concernant les évolutions du cheptel, les races Gasconne et Basque se distinguent par leur fort développement alors que les races Bayeux, Limousine et Porc Blanc de l'Ouest affichent une légère baisse. La race Nustrale, récemment agréée, présente des effectifs intermédiaires.
PDF icon Bilan des effectifs, des performances de reproduction et de la variabilité génétique des 6 races locales
2008

Bilan des zoonoses alimentaires dans l'Union Européenne en 2009

Consulter le resumé

Cette synthèse présente les statistiques sur les cas humains de zoonoses, sur les fréquences d’isolement des agents zoonotiques dans les produits alimentaires, sans lien avec les cas humains et également sur les foyers de toxi-infections alimentaires. Salmonella Enteritidis est le sérotype majoritaire et les œufs et ovoproduits restent les aliments les plus souvent incriminés dans les cas humains. Les plans de maitrise mis en œuvre dans les filières avicoles portent leur fruit et entraine une diminution du nombre total de cas humains.
PDF icon tp03correge11.pdf
2011

Bilan des zoonoses dans l'Union Européenne en 2008

Consulter le resumé

Un résumé du rapport Européen sur les zoonoses et agents zoonotiques est présenté en nous intéressant plus particulièrement à la partie relative aux salmonelles.

Même si Salmonella Enteritidis et les oeufs et ovoproduits restent les aliments les plus souvent incriminés dans les cas humains, leur diminution entraîne une baisse du nombre total de cas humains mais également une augmentation de la part relative des cas dus à S. typhimurium, et dus aux viandes dont celles de porc.
PDF icon tp2correge10.pdf
2010

Bilan environnemental de porcs corses : des élevages plein air contrastés

Consulter le resumé

Alors que se poursuivent les travaux sur l’affichage environnemental des produits de consommation, la production de porc plein air en Corse, inscrite dans la démarche charcuterie AOC cherche à se positionner et à identifier ses spécificités. Le bilan environnemental en détermine les points forts et les points faibles. De 1,5 et 4,1 kg équivalent CO₂ par kg de porc charcutier corse vif, la durée du cycle de production et les stratégies alimentaires sont déterminantes dans le bilan.

PDF icon techporc_espagnol_n23_2015.pdf
2015

Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête

Consulter le resumé

La Station d’Expérimentation Nationale Porcine de Romillé a réalisé deux bilans matières sur son unité de traitement biologique par boue activée, l’un sans, l’autre avec séparation de phase en tête. Les résultats d’analyse des effluents ont porté sur 9 macro et 15 micro-éléments. En 88 jours, le traitement sans séparation de phase a produit 257,9 m3 de boue et 582 m3 de surnageant à partir de 834 m3 de lisier. Le bilan matière avec séparation de phase s’est déroulé sur 90 jours, les 854 m3 de lisier ont donné 3340 kg de refus de tamis, 173,7 m3 de boue et 653,5 m3 de surnageant.
PDF icon Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête
2003

Pages