La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 481 à 500 de 3234 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Comment gérer les digestats issus de la méthanisation ?

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, Porc Mag (FRA), 2017, n° 521, juin, p. 34-35

Technique. Pour savoir dans quels cas, il faut traiter et quels procédés il faut choisir, l'Ifip propose onze fiches techniques sur : l'épandage, le transport, le séchage, la séparation de phases, le compostage, la filtration membranaire, le traitement biologique, l'évaporation et le stripping.

2017

Comment l'apport d'objets manipulables en hauteur ou au sol influence-t-il l'activité des porcs charcutiers logés sur caillebotis intégral ?

Consulter le resumé

L’objectif de ce travail est d’améliorer le bien-être des porcs à l’engrais en diminuant l’agressivité à l’arrivée en engraissement et en favorisant l’expression de comportements d’exploration. Les trois traitements consistent en la mise à disposition d’un objet fixé au sol (S), fixé en hauteur (H) ou en l’absence d’objet (T). Chaque traitement est attribué à quatre cases comportant 4 mâles castrés et 4 femelles. Les cases sont de 7m2 sur caillebotis intégral. Les parois entre cases sont pleines.
PDF icon Comment l'apport d'objets manipulables en hauteur ou au sol influence-t-il l'activité des porcs charcutiers logés sur caillebotis intégral ?
2004

Comment la castration et la coupe de la queue influent sur les allaitements

Consulter le resumé

Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 22-24

Les pratiques de castration entrent dans une organisation du travail en élevage et sont souvent réalisées à un jour précis dans la semaine et donc un âge défini des porcelets.
Or les premiers jours de vie des animaux sont une période clé sur la mise en place des allaitements et déterminent au sein de la portée l’ordre d’accès aux tétines. Nous avons voulu voir si l’âge auquel sont pratiquées les interventions pouvait perturber les allaitements et avoir des conséquences sur les porcelets.

PDF icon Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 22-24
2017

Comment la sélection génétique peut améliorer la survie des porcelets en allaitement ?

Consulter le resumé

Le défi de la sélection aujourd'hui est d'améliorer la survie des porcelets. Pour ce faire, la connaissance des paramètres génétiques est nécessaire pour proposer des objectifs et critères de sélection optimaux. Cette étude a permis d'obtenir à partir de données récoltées à grande échelle et en conditions d'élevage, des estimations de la variabilité génétique de la survie des porcelets en allaitement. Un effet défavorable de la prolificité sur la mortinatalité a été confirmé. Le taux de survie en allaitement est négativement corrélé avec l'hétérogénéité des poids à la naissance.
PDF icon Comment la sélection génétique peut améliorer la survie des porcelets en allaitement ?
2008

Comment limiter la douleur liée à la castration ?

Consulter le resumé

Deux techniques simples permettent de limiter la douleur liée à la castration : l'utilisation d'un anesthétique local ou celle d'un analgésique de type AINS (anti inflammatoire non stéroïdien). La réglementation interdisant l'utilisation d'un anesthésique par les éleveurs, le choix s'est porté en France sur l'analgésie. Cet article illustre les avantages et inconvénients de ces deux techniques au regard de la problématique.

PDF icon techporc_courboulay_n5_2012.pdf
2012

Comment prendre en charge la douleur lors de la castation en élevage biologique : Farinelli

Consulter le resumé

Valérie Courbulay, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 60

La castration chirurgicale des porcs est douloureuse et est remise en question. Deux réponses sont possibles en agriculture biologique : arrêter de castrer et produire des mâles entiers ou prendre en charge efficacement la douleur lors de la castration. La production biologique présente des spécificités en termes d’élevage et de pratiques de castration ; une partie des truies sont élevées en plein air, d’autres dans des bâtiments adaptés. Pour améliorer les pratiques lors de la castration, il est nécessaire de bien connaître les pratiques actuelles pour voir quelles solutions pourraient être envisagées selon les élevages.

PDF icon Valérie Courbulay, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 60
2021

Comment prendre en charge la douleur lors de la castration en élevage biologique : PPILOW

Consulter le resumé

Valérie Courboulay, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 61

PPILOW est un projet Européen (programme Horizon 2020) piloté par l’INRAE qui a pour objectif de rechercher et de tester des solutions visant à améliorer le bien-être des volailles et des porcs élevés dans des systèmes de production biologiques et plein air. Il rassemble 23 partenaires répartis dans 9 pays. Il s’appuie sur une démarche multiacteurs, associant des professionnels des filières, des scientifiques et des citoyens. L’IFIP participe à plusieurs actions de ce projet, en collaboration avec d’autres équipes de recherche.

PDF icon Valérie Courboulay, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 61
2021

Comment réduire les antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25

Identifier les élevages forts utilisateurs d’antibiotiques permet de les accompagner pour réduire leurs usages. Le recours aux vaccins, l’amélioration de la conduite d’élevage et de la chaîne bâtiment font partie des axes de travail.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25
2020

Comment sont fixés les prix du porc dans le monde

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 6-7

De l’Europe à l’Amérique du Nord, les modes de fixation des prix et de commercialisation des porcs sont très divers. L’Ifip a fait un état des lieux des pratiques dans les principaux pays producteurs.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 6-7
2021

Comment utiliser moins et mieux les antibiotiques ?

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques



Les antibiotiques sont de formidables outils thérapeutiques tant en médecine humaine que véterinaire. Mais, face à l'antibiorésistance, les acteurs de la filière, tout particulièrement les vétérinaires et les éleveurs, doivent adopter une utilisation prudente et raisonnée des antibiotiques.

PDF icon techporc_do_corregeb_n10_2013.pdf
2013

Commerce de l’UE vers les pays tiers : La place de la Russie

Consulter le resumé

En 2013, l’UE a exporté 3 millions de tonnes de produits du porc vers les pays tiers. La Russie est la seconde destination de ces flux, essentiellement pour des pièces désossées et pour des graisses.

L’Allemagne est le premier fournisseur européen de la Russie. La France, en 5ème position, a progressé de 12% en 2013 vers cette destination.

PDF icon 2014bpn440.pdf
2014

Commerce de porcs vivants en plein essor

Consulter le resumé

Le commerce européen de porcs vivants s’est amplifié au cours des dernières années. Les animaux traversent les frontières, mais souvent, les distances se limitent à moins de 250 km, vers les pays voisins. Les échanges vers l’est se développent.

PDF icon bp2012n416.pdf
2012

Commerce des pièces de porc dans l’UE. Des circuits complexes à maîtriser

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 478, septembre, p. 8, par Jan-Peter Van Ferneij

Le commerce intra-communautaire du porc est dominé par les pièces fraîches ou réfrigérées. Les quatre grands exportateurs de l’UE, Allemagne, Espagne, Danemark et Pays-Bas, cumulent trois quarts des volumes. L’Italie se distingue comme premier importateur. Les échanges de viandes désossées continuent de gagner en importance, au détriment des pièces avec os.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 478, septembre, p. 8,
2017

Commerce français porcin en 2013 : Nouveau record du déficit

Consulter le resumé

En 2013, les échanges français de produits de porc ont atteint un solde négatif record de 210 millions d’euros. Ce commerce se caractérise par une importation croissante de produits à forte valeur ajoutée et l’exportation de produits de plus faible valeur.

L’Espagne renforce sa position comme partenaire principal à l’importation. À l’exportation, le Russie et la Chine ont gagné en importance.

PDF icon 2014bpn441.pdf
2014

Commerce international du porc : les marchés d'asie convoités

Consulter le resumé

Le commerce international du porc gagne de l'importance. Les six pays d'Asie importateurs absorbent la moitié des tonnages destinés aux pays tiers. Facteur aggravant, ils concentrent un quart de la population mondiale pour 11% seulement des terres arables. Leurs besoins iront donc croissant, alors que leurs productions porcines stagnent ou auront du mal à suivre cette évolution.
PDF icon Commerce international du porc : les marchés d'asie convoités
2008

Commerce international du porc : les principaux courants et leurs évolutions

Consulter le resumé

Dans un monde économiquement et commercialement de plus en plus ouvert, le niveau et la compétitivité de la production porcine et les habitudes de consommation de chaque pays conduisent à d’importants échanges internationaux de produits de porc. S'ils compensent les déséquilibres globaux d’approvisionnement (excédent ou déficit de la production par rapport à la consommation), les échanges résultent aussi d’utilisations diverses, selon les pays, des différentes parties issues de l’animal. Ils sont donc nécessaires à l’équilibre économique des filières.
PDF icon Commerce international du porc : les principaux courants et leurs évolutions
2012

Commerce intra-UE : des marchés croissants, proches

Consulter le resumé

Dans l'Union européenne, un porc sur trois est consommé en dehors de son pays d'origine. Tous les états participent, à des degrés divers, à ces échanges, à la vente comme à l'achat, derrière les Pays-Bas et le Danemark qui réalisent 40% des exportations intra-UE, tandis que l'Allemagne et l'Italie concentrent 42% des volumes achetés.

La circulation des animaux vifs est importante et pose le problème des risques sanitaires. A l'aval, l'adaptation des produits aux besoins des marchés et la recherche de valeur ajoutée poussent l'exportation des pièces, de plus en plus désossées.

PDF icon bp2001n297.pdf
2001

Commerce mondial 99 : échanges actifs

Consulter le resumé

Trois millions de tonnes de produits porcins sont échangés chaque année dans le monde. un volume en accroissement continu. L'Union européenne et l'Amérique du Nord réalisent deux tiers des exportations. Trois pays se partagent la moitié des achats. Les premières estimations du commerce extérieur de ces pays pointent sur un nouvel accroissement du commerce mondial des produits du porc en 1999.

PDF icon bp2000n279.pdf
2000

Commerce mondial des produits du porc : demande record de la Chine en 2020

Consulter le resumé

Elisa Husson, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 76

L’IFIP, avec l’appui financier d’INAPORC, gère une base de données des échanges mondiaux de l’ensemble des produits porcins. Le commerce mondial des animaux vifs, des produits et des coproduits du porc est suivi en volume et en valeur. L’analyse des données mensuelles et annuelles des échanges permet d’apprécier les dynamiques et la compétitivité des différents pays. Les données permettent d’avoir une vision de la valorisation des produits échangés. Cette base de données sert à la réalisation de nombreuses études, et communications écrites et orales.

PDF icon Elisa Husson, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 76
2021

Commerce mondial des produits du porc : intensification des échanges

Consulter le resumé

Elisa Husson, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 35

L’IFIP, avec l’appui financier d’INAPORC, gère une base de données des échanges mondiaux de l’ensemble des produits porcins.

Le commerce mondial des animaux vifs, des produits et des coproduits du porc est suivi en volume et en valeur. L’analyse des données mensuelles et annuelles des échanges permet d’apprécier les dynamiques et la compétitivité des différents pays. Les données permettent d’avoir une vision de la valorisation des produits échangés. Cette base de données sert à la réalisation de nombreuses études, et communications écrites et orales.

PDF icon Elisa Husson, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 35
2020

Pages