La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 401 à 420 de 1287 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Evaluation du coût de variation de performances de reproduction

Consulter le resumé

Le vétérinaire ou le conseiller technique doit pouvoir apporter des réponses en termes de conséquences économiques de variation de performances et pouvoir calculer le retour sur investissement de la mise en place de mesures correctives. Les conséquences économiques de variations des performances techniques d’un élevage peuvent être difficiles à évaluer, en particulier lorsque les paramètres étudiés affectent le troupeau reproducteur. De nombreuses études mettant en évidence des différences de performances techniques, en particulier dans le domaine de la santé, ne calculent pas toujours d’incidence financière ou alors, au moyen de méthodes de calcul non formalisées ou explicitées voire, le cas échéant, contestables.
Une méthode d’évaluation de l’impact financier de troubles de la reproduction est proposée.
L’indicateur économique retenu est la marge sur coût alimentaire et renouvellement, critère synthétique de la GTE qui prend en compte les performances techniques. Dans une première étape, il faut déterminer quels sont les critères techniques impactés par la modification proposée, avec quel écart et pendant quelle durée. L’écart de marge est exprimé globalement sur l’élevage pour un an et, lorsque le nombre de truies présentes n’est pas modifié entre les deux situations avant/après, par truie présente et par an. Pour les calculs, il faut également fixer les valeurs des paramètres économiques (prix de l’aliment et de la vente des porcs) selon la situation (évaluation ponctuelle ou de moyen terme).
Pour faciliter les calculs, un simulateur en accès libre sous forme d’outil Web a été développé.

PDF icon correge2013.pdf
2013

Evaluation du moment d'ovulation chez les truies en élevage de production : facteurs de variation et conséquences

Consulter le resumé

Poster. Inséminer 12-24h avant ovulation : facteur-clef pour la fertilité et la prolificité

Mais le moment d’ovulation est inconnu en élevage !

• Application de stratégies libérales d’insémination (> 2 IA)

• Temps, coûts, IA post-ovulatoire ? Risques sanitaires ?

Objectifs : Investiguer les facteurs associés à la variabilité du moment d’ovulation dans 4 troupeaux différents

PDF icon jrp2014-beareproconduite-boulot-ov-poster.pdf
2014

Evaluation du moment d’ovulation chez les truies en élevage de production : facteurs de variation et conséquences

Consulter le resumé

Poster.  

Bien déterminer le moment optimal pour réaliser les inséminations artificielles (IA) des truies est essentiel à la réussite de la reproduction. La fertilité et la taille de portée sont en effet optimales lorsque les IA sont réalisées dans les 12‐24h précédant l’ovulation (Kemp et Soede, 1996, Terqui et al., 2000). Le moment d’ovulation étant peu prédictible en conditions d’élevage, les truies sont souvent inséminées de façon répétée, 2 à 3 fois pendant toute la durée de l’oestrus.

Ceci augmente les coûts et les risques associés aux interventions tardives post‐ovulatoires telles les petites portées, ou les infections génitales (Rozeboom et al., 1997).

Les études portant sur l’ovulation en élevage sont relativement anciennes (Martinat‐Botté et al. 1997) ou difficiles à extrapoler aux truies prolifiques françaises (Belstra et al., 2004, Alvarenga et al., 2006). L’objectif de ce travail est

d’évaluer la variabilité du moment d’ovulation spontané en élevage, et d’identifier des facteurs de variation chez les cochettes et les truies sevrées.

PDF icon Poster JRP de Sylviane Boulot et al.
2014

Evaluation d’indicateurs de santé chez le porcelet sevré

Consulter le resumé

Fiche n° 068 : facteurs de productivité des élevages

A l’âge de sevrage habituel, compris entre 3 et 4 semaines, le porcelet est encore immature sur les plans digestif et immunitaire ; le sevrage est par conséquent une période difficile pour l’animal engendrant l’apparition de diarrhées et une dégradation de sa santé digestive. Pour pallier cette difficulté, l’éleveur recourt à l’usage d’antibiotiques, notamment en prévention ; or, en raison du risque d’antibiorésistance que génèrent ces usages, leur réduction est encouragée dans le cadre du plan national EcoAntibio2017.

Cette étude passe en revue l’intérêt de plusieurs indicateurs de santé et observe le comportement des porcs au sevrage, dans l’objectif d’identifier de façon préventive les porcs malades et de contribuer ainsi à mieux cibler les traitements.

Le choix s’est porté sur des indicateurs fréquemment utilisés en routine, facilement mobilisables et ne nécessitant pas l’euthanasie de l’animal :
l’observation et la notation des fèces selon leur consistance sont couplées à la mesure de leur teneur en matière sèche ;
l’observation des lésions au niveau de la peau, des oreilles et de la queue ainsi que la présence de boiteries et d’abcès des porcelets est aussi effectuée ;
les postures et les activités de chaque porcelet sont notées à intervalles réguliers afin de détecter des comportements anormaux ;
des prises de sang sont effectuées au sevrage et en fin de post-sevrage pour déterminer l’importance des différentes populations de globules blancs et mesurer l’hématocrite de chaque animal. 

128 porcelets étaient ainsi concernés par cette étude.

PDF icon fiche_bilan2014_068.pdf
2015

Evaluation environnementale de stratégies alimentaires en élevage porcin

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 75

Le remplacement du tourteau de soja brésilien (TSB) issu en partie de zones déforestées, par des sources de protéines européennes (SPE), est une voie à l’étude pour réduire l’impact « changement climatique » de l’alimentation animale. Par ailleurs, l’alimentation de précision des porcs charcutiers constitue également une solution prometteuse pour réduire les impacts environnementaux de la production. Elle se définit comme l’ensemble des technologies qui visent à l’acquisition de données individuelles sur les performances des porcs, au calcul de besoins nutritionnels individuels et à la distribution à chaque porc chaque jour de l’alimentation couvrant au plus près ces besoins. Dans le projet FeedAGene, l’IFIP et l’INRA ont évalué par Analyse de Cycle de Vie les incidences environnementales (1) d’une utilisation de sources de protéines alternatives au soja importé du Brésil, (2) et l’alimentation de précision de porcs charcutiers en comparaison d’une alimentation conventionnelle.

PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 75
2020

Evaluation environnementale des systèmes porcins

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 90

L’évaluation environnementale des systèmes porcins est l’étape qui permet de faire le point et d’identifier les priorités d’action pour réduire les impacts environnementaux des élevages et assoir ainsi leur durabilité. La base de données Agribalyse gérée par l’Adème établit les impacts environnementaux des principaux produits agricoles au portail de la ferme et notamment du porc. Ces valeurs d’impacts sont utilisables par la filière aval notamment dans une logique d’affichage environnementale et d’écoconception. Cette dynamique lancée pose de nouvelles questions à la filière concernant :
● Les références des systèmes émergents. Il s’agit notamment de vérifier si les références disponibles prennentsuffisamment en compte la diversité
de ces systèmes (plus grande que dans les systèmes conventionnels) et si la méthode d’évaluation des impacts prend suffisamment en compte leurs spécificités (préservation de la qualité des sols et de la biodiversité notamment). Le projet ACV Bio porté par l’INRA et auquel est associé l’IFIP a pour objectif d’aborder cette question pour la production biologique et notamment en porc.
● La répartition des impacts entre la viande et ses coproduits animaux et leurs co-produits. En effet, si un seul produit animal est issu des élevages porcins au portail de la ferme, c’est une toute autre question en sortie d’abattoir où de nombreux coproduits sont générés avec de multiples destinations (alimentation humaine, industrie du cuir, aliments des animaux de compagnie). Le projet Allocations viande s’est intéressé aux différentes options possible d’allocation cherchant in fine à en conseiller une pour la filière viande sur la base d’arguments techniques et scientifiques.

PDF icon Sandrine Espagnol, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 90, fiche n° 50
2018

Evaluation globale des systèmes de production porcine et leur optimisation au niveau de l’exploitation

Consulter le resumé

Cet article résume les apports du programme « Porcherie verte » dans l’évaluation globale intégrée des systèmes de production porcine, prenant en compte à différentes échelles les diverses dimensions pertinentes de la durabilité, au-delà des seuls impacts environnementaux. La comparaison multicritères de deux types de conduite d’élevage prend en compte l’ensemble des dimensions de la durabilité (environnement, société, économie) mais à une échelle restreinte à l’atelier d’élevage porcin.
2008

Evaluation globale des systèmes de production porcine et leur optimisation au niveau de l’exploitation

Consulter le resumé

Cet article résume les apports du programme « Porcherie verte » dans l’évaluation globale intégrée des systèmes de production porcine, prenant en compte à différentes échelles les diverses dimensions pertinentes de la durabilité, au-delà des seuls impacts environnementaux. La comparaison multicritères de deux types de conduite d’élevage prend en compte l’ensemble des dimensions de la durabilité (environnement, société, économie) mais à une échelle restreinte à l’atelier d’élevage porcin.
2008

Evaluation of the sustainability of contrasted pig farming systems: economy

Consulter le resumé

The aim of this paper is to present an efficient tool for evaluating the economy part of the sustainability of pig farming systems.

The selected tool IDEA was tested on a sample of farms from 15 contrasted systems in Europe. A statistical analysis was carried out to check the capacity of the indicators to illustrate the variability of the population and to analyze which of these indicators contributed the most towards it. The scores obtained for the farms were consistent with the reality of pig production; the variable distribution  showed an important variability of the sample. The principal component analysis and cluster analysis separated the sample into five subgroups, in which the six main indicators significantly differed, which underlines the robustness of the tool.

The IDEA method was proven to be easily comprehensible, requiring few initial variables and with an efficient benchmarking system; all six indicators contributed to fully describe a varied and contrasted population.

2014

Evaluation of the sustainability of contrasted pig farming systems: integrated evaluation

Consulter le resumé

The aim of this paper is to present an approach for an integrated evaluation of the sustainability of pig farming systems, taking into account the three classical pillars: economy, environment and society. Eight sustainability themes were considered: Animal Welfare (AW), Animal Health (AH), Breeding Programmes (BP), Environment (EN), Meat Safety (MS), Market Conformity (MC), Economy (EC) and Working Conditions (WC). A total of 37 primary indicators were identified and used for the evaluation of 15 much contrasted pig farming systems in five EU countries. The results show that the eight themes were not redundant and all contributed to the observed variation between systems. The tool was very robust for highlighting the strengths and weaknesses of the systems along the eight themes that were considered. The number of primary indicators could be reduced from 37 to 18 with limited impact on the strengths/weaknesses profile of the individual systems. Integrating the eight theme evaluations into a single sustainability score is based on hypotheses or presumptions on the relative weights that should be given to the eight themes, which are very dependent on the context and on the purpose of the users of the tool. Therefore, the present paper does not have the ambition to provide a ready-for-use tool, rather to suggest an approach for the integrated evaluation of the sustainability of pig farming systems.

2014

Evaluation of the sustainability of contrasted pig farming systems: the procedure, the evaluated systems and the evaluation tools

Consulter le resumé

Although a few studies consider the sustainability of animal farming systems along the three classical main pillars (economy, environment and society), most studies on pig farming systems address only one of these pillars. The present paper is the introduction to a series of companion papers presenting the results of a study undertaken within the EU-supported project Q-PorkChains, aiming at building a comprehensive tool for the evaluation of pig farming systems, which is robust to accommodate the large variability of systems existing in Europe. The tool is mostly based on questions to farmers and comprises a total of 37 dimensions distributed along eight themes: Animal Welfare, Animal Health, Breeding Programmes, Environmental Sustainability, Meat Safety, Market Conformity, Economy and Working Conditions. The paper describes the procedure that was used for building the tool, using it on 15 contrasted pig farming systems and analysing the results. The evaluated systems are briefly described and a short overview of the dimensions is provided. Detailed descriptions of the theme-wise tools and results, as well as the results of an integrated evaluation, are available in the companion papers.

2014

Evaluation rétrospective de plan de réduction de l'usage des antibiotiques (Evalporc)

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 63

La diminution de l’utilisation d’antibiotiques est en partie due à l’implication des éleveurs et des encadrants techniques dans des plans d’intervention s’articulant autour de différentes actions : biosécurité, vaccination ; nutrition, conduite d’élevage, traitements alternatifs, etc. Ces changements peuvent représenter une prise de risque pour l’éleveur. A ce titre, il est important de présenter l’efficacité technique et économique de plans d’intervention. A travers six cas d’étude, le projet Evalporc a évalué, de manière rétrospective, l’efficacité de plans d’intervention mis en place dans des élevages du groupement AGRIAL.

PDF icon Alexandre Poissonnet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 63
2021

Evaluation rétrospective de plans d’intervention pour réduire l’usage des antibiotiques en élevage de porcs

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 421-422, poster

Poster.

La réduction des usages d’antibiotiques est un enjeu majeur. Depuis plusieurs années, la filière porcine a réussi à diminuer son utilisation de plus de 40 % (Anses, 2019 ; Hémonic et al., 2019). Cette réussite est due à l’implication des éleveurs et des encadrants techniques (techniciens et vétérinaires) dans des plans d’intervention ayant pour base une approche globale de type éco-pathologique. Ces plans s’articulent autour de différentes actions préventives et curatives telles la biosécurité, la vaccination, la nutrition, la conduite d’élevage, les recours à des traitements alternatifs, l’arrêt de traitements antibiotiques à visées préventives ou métaphylactiques. Ce dernier point représente une prise de risque pour l’éleveur et le vétérinaire. A ce titre, il est intéressant de présenter l’efficacité technique et économique de ces plans d’intervention. A travers six cas d’étude, le projet Evalporc a évalué, de manière rétrospective, l’efficacité de plans d’intervention mis en place dans des élevages du groupement AGRIAL.

Retrospective evaluation of intervention plans to reduce the use of antibiotics in pig farming

Poster.

Reducing the use of antibiotics may have high risks for farmers. One way to convince them to reduce antibiotic use is to provide evidence in the form of successful case studies. The objective was to study retrospectively six farms that implemented actions to reduce antibiotic use, the evolution of antibiotic use and the technical and economic results. Of these six farms, 31 measures were identified, divided into eight categories: homeopathic treatment (9), vaccination (5), biosecurity (5), building (4), water quality (2), herd management (3), metaphylactic treatment (2), and feeding (1). Antibiotic use and technical and economic results were studied over three periods: "before" implementation of the measures, "during" implementation, and two years "after" the last measure was implemented on the farm. The largest decrease in the number of treatment days was for weaned piglets (-91%). For sows, suckling piglets and fattening pigs, different results were observed. The number of treatment days first increased from the “before” to the “during” period, but then decreased sharply in the “after” period. The standardized margins were calculated by breeding orientation. Compared to “before”, in the “after” period farmers gained 54 euros/sow present/year. Post-wean-feeders had the same gain per pig produced.

2021

Evolution de l'élevage français métropolitain au travers des recensements agricoles. Les exploitations se spécialisent moins que les territoires

Consulter le resumé

Contrairement à beaucoup d'idées reçues, la spécialisation des exploitations d'élevage françaises ne progresse pas. Elles restent notamment beaucoup plus mixtes que leurs voisines et concurrentes d'Europe du Nord. La mixité des exploitations françaises a peu évolué entre 2000- 2010 sauf pour les porcins, du fait d'un artefact lié à l'évolution de la définition de l'exploitation agricole dans le recensement agricole. Dans presque toutes les filières animales étudiées, le quart des exploitations pratique un système de polyculture-élevage (avec activité végétale équivalente ou dominante face à l'élevage). Mais si cette mixité cultures-élevage est statistiquement stable en pourcentage d'exploitations, elle ne l'est pas sur le territoire. Elle progresse dans les zones d'élevage disposant de terres labourables et continue à régresser dans le tiers du territoire national de plus en plus orienté vers les productions végétales. C'est néanmoins dans ces dernières zones qu'apparaissent les plus gros ateliers d'élevage de vaches laitières, truies, ou poules pondeuses qui font souvent l'objet de controverses.

PDF icon perrot2015-sfer.pdf
2015

Evolution des dépenses de santé dans les élevages français entre 2006 et 2016 à partir du dispositif GTE

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 299-300, par Alexandre Poissonnet et al., poster

Poster.

La maîtrise des dépenses de santé, en particulier l’utilisation d’antibiotiques, est un enjeu majeur pour la filière porcine. Maitriser ses dépenses de santé permet d’optimiser les coûts de production et de suivre l’utilisation des antibiotiques afin de diminuer leur contribution à la résistance bactérienne et de préserver l’arsenal thérapeutique existant. La base de données de Gestion Technico-Économique (GTE) permet un suivi indirect et annuel de l’usage des antibiotiques à partir d’un réseau conséquent d’élevages de répartition nationale. Les analyses de l’évolution des dépenses de santé à partir de la base GTE depuis 1999 ont montré une diminution de l’utilisation des traitements curatifs et une augmentation du recours aux vaccins (Corrégé et al., 2012, 2014, 2015). Cette étude propose d’analyser l’évolution des dépenses de santé entre 2006 et 2016 et l’influence de la zone géographique.

Evolution of medication costs from 2006-2016 from the French national technical and economic database

The evolution of expenses for veterinary medication for the last 11 years was analysed in farrow-to-finish (n > 349 farms) and fattening pig farms (n > 101 farms) using the French national technical and economic database (GTE). Total expenses for veterinary medication were divided into four categories: vaccine and livestock management medication (i.e. preventive medication), antibiotic injections, anti-inflammatories and orally administered medication (i.e. curative medication). The evolution of expenses for medication from pig farms inside vs. outside the Brittany region was compared. On farrow‐to‐finish farms, total medication costs decreased from 2006-2016. Curative medication expenses decreased by 38%, but those for preventive medication increased because vaccine expenses increased by 30%. On fattening farms, total expenses for medication and expenses for orally-administered medication, antibiotic injections and anti-inflammatories also decreased. From 2006-2016, expenses for curative medication decreased by 58%. Since 2013, expenses for preventive medication increased by 28%, especially because vaccine expenses increased by 42%. In 2016, farmers of fattening herds spent more on preventive medication than on curative medication. Farmers of farrow-to-finish herds and fattening herds in the Brittany region spent more for preventive and curative medications than those of the same type of herd outside of Brittany. In 2016, differences in expenses for medication on farrow-to-finish farms increased between Brittany and outside Brittany. In contrast, differences in expenses for medication on fattening farms decreased between Brittany and outside Brittany.

PDF icon Alexandre Poissonnet et al., 51es JRP, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 299-300, poster
2019

Évolution des dépenses de santé dans les élevages français entre 2006 et 2016 à partir du dispositif GTE

Consulter le resumé

Poster présenté par Alexandre Poissonnet et al., aux 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019

L’objectif est de suivre indirectement à partir de la base de données de Gestion-Technico-Economique (GTE), l’usage des antibiotiques à partir d’un réseau conséquent d’élevages répartis en France. Parallèlement, l’évolution des dépenses de santé en soins préventifs et en particulier l’utilisation de vaccins est suivie. L’effectif conséquent de la base de données GTE permet également d’analyser l’infl uence de la zone géographique sur les dépenses de santé.

PDF icon Alexandre Poissonnet et al., 51e JRP, 5 et 6 février 2019, poster
2019

Evolution des dépenses de santé préventives et curatives de 2002 à 2012 à partir du dispositif de GTE

Consulter le resumé

La maîtrise des dépenses de santé est un enjeu majeur pour la filière porcine. Elle permet d’optimiser les coûts de production et de répondre aux objectifs du plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire (1) qui prévoit une réduction de 25% des usages d’antibiotiques en cinq ans.
La base de Gestion Technico-Économique (GTE) fournit des références sur les dépenses de santé. L’évolution de ces dépenses de 1999 à 2009 a montré une diminution de l’utilisation des traitements curatifs et une augmentation du recours aux vaccins (2). Hémonic et al. (3) ont également montré une relation entre les niveaux d’utilisation des antibiotiques et les dépenses de santé (totales et supplémentations par voie orale). La base de données GTE permet donc un suivi indirect et annuel de l’usage des antibiotiques à partir d’un réseau conséquent d’élevages de répartition nationale.
Cette étude propose d’analyser l’évolution des dépenses de santé préventives et curatives entre 2002 et 2012 et l’influence de la zone géographique.

PDF icon correge2013-2.pdf
2013

Evolution des dépenses de santé sur 10 ans à partir du dispositif de GTE et facteurs de variation

Consulter le resumé

L’évolution des dépenses de santé des élevages naisseurs‐engraisseurs (n> 1400 élevages) et post‐sevreurs‐engraisseurs (n>330 élevages) est analysée sur 10 ans à partir de la base de Gestion Technico‐Économique (GTE). Les dépenses de santé, totales puis réparties en 4 sous‐catégories, sont étudiées : vaccins, supplémentations par voie orale, antibiotiques et anti‐inflammatoires injectables, produits de conduite d’élevage. Pour les naisseurs-engraisseurs, une analyse particulière est réalisée sur un échantillon d’élevages constant sur toute la période.
PDF icon Evolution des dépenses de santé sur 10 ans à partir du dispositif de GTE et facteurs de variation
2012

Evolution des dépenses de santé sur 10 ans et facteurs de variation

Consulter le resumé

La maîtrise des dépenses de santé est un enjeu majeur pour la filière porcine, elle contribue à l’optimisation du coût de production.

Elle doit passer, notamment, par une utilisation raisonnée des médicaments, et tout particulièrement celle des antibiotiques.

La France ne possède pas à l’heure actuelle de réseau fi able et exhaustif informant des usages des médicaments dans la filière porcine, à la différence d’autres pays (Danemark, Pays-Bas, Canada, etc.).

Les données annuelles de l’Agence Nationale du Médicament Vétérinaire présentent 2 limites :
PDF icon Evolution des dépenses de santé sur 10 ans et facteurs de variation
2011

Evolution des exploitations porcines en France depuis 2008

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 41

Cette étude, réalisée en 2016, analyse les évolutions des élevages porcins depuis 2008, sous l’effet des changements réglementaires (truies gestantes, régime d’enregistrement, fin des ZES et des quotas laitiers) et d’une situation économique durablement tendue.

L’évaluation a été quantitative (analyse des données des enquêtes du SSP et de la GTE) et qualitative (entretiens avec les responsables projets de 15 groupements et 6 éleveurs, dans toute la France).

PDF icon Christine Roguet, Bilan 2016, mai 2017, p. 41, fiche n° 13
2017

Pages