La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 381 à 400 de 1242 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Maîtriser les réserves lipidiques des truies à la mise bas

Consulter le resumé

Fiche n° 050 : réduction des coûts d'élevage

Une tendance très marquée à l’amaigrissement des troupeaux au moment de la mise bas est observée depuis quelques années. C’est une des conséquences de l’élevage des truies en groupe pendant la gestation, qui accentue la difficulté à maîtriser l’homogénéité du troupeau. En effet, l’objectif d’éviter que certaines truies soient trop grasses à la mise bas, avec les complications qui s’ensuivent, a conduit certains éleveurs à niveler vers le bas les épaisseurs de lard (ELD). Or, si dans le même temps, l’éleveur ne parvient pas à faire consommer plus d’aliment en maternité, les réserves corporelles d’énergie à la mise bas ne sont plus suffisantes et la production de lait chute. Par ailleurs, une ration de gestation trop basse (pour limiter l’ELD à la mise bas) peut détériorer le poids de naissance moyen et pénaliser d’autant les porcelets les plus petits déjà nombreux dans un contexte d’hyperprolificité.
Depuis sa création, le troupeau de Romillé est conduit en s’appuyant sur la démarche factorielle d’estimation des besoins pendant la gestation développée par l’INRA-PEGASE. La mise en oeuvre opérationnelle de ces concepts permet d’illustrer, à l’échelle d’un élevage modèle, les progrès attendus en termes de maîtrise de l’hétérogénéité entre animaux.
Cette conduite a cependant été suspendue pendant quelques mois pendant les travaux de mise en groupes des truies conduits en 2013-2014. Pendant cette phase d’élevage relativement chaotique, les truies (hors rangs 0 et 1) ont été élevées sur paille, en groupes de 16-21. Elles ont été suivies pour tenter de mettre en relation les performances obtenues et l’état des réserves.

PDF icon fiche_bilan2015_050.pdf
2016

Lésions de pneumonie et performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

Fiche n° 055 : réduction des coûts d'élevage

La pneumonie reste très présente chez les porcs en croissance, malgré le développement de programmes vaccinaux. Elle affecte les performances
techniques (réduction de la vitesse de croissance et hausse de la mortalité) et contribue pour une part importante à l’utilisation d’antibiotiques en engraissement. La notation des lésions de pneumonie observées selon leur surface est une méthode reconnue et très utilisée pour estimer l’importance des problèmes respiratoires.
L’objectif de cette étude est d’évaluer la relation entre la sévérité de la pneumonie notée à l’abattoir et les performances individuelles des porcs en croissance, notamment l’indice de consommation.

PDF icon fiche_bilan2015_055.pdf
2016

Outils de maîtrise de la reproduction

Consulter le resumé

Fiche n° 051 : réduction des coûts d'élevage

Bien qu’elles représentent près de 20% des dépenses de santé, les hormones impliquées dans la gestion de la reproduction sont parfois mal utilisées.
Elles restent utiles pour optimiser la conduite en bandes et la gestion de la main d’oeuvre ; les interactions entre leur efficacité et les pratiques d’élevage sont cependant mal connues. Par ailleurs, elles peuvent être mises en cause pour leurs impacts sur la santé humaine et l’environnement.
La recherche de méthodes alternatives non invasives pour évaluer la reproduction est donc nécessaire.

PDF icon fiche_bilan2015_051.pdf
2016

GEEP : outil de gestion par l’éleveur des impacts environnementaux

Consulter le resumé

Fiche n° 041 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

La production porcine est l’enjeu de fortes attentes sur la question environnementale. Il est donc important de proposer aux éleveurs et à leurs conseillers, des outils de gestion des aspects environnementaux des élevages, capables de produire des indicateurs opérationnels de suivi des performances environnementales.
GEEP a ainsi vu le jour en 2014 et est aujourd’hui disponible, (1) à tout éleveur déjà impliqué dans le suivi de ses performances techniques (GTE) et souhaitant suivre en complément ses performances environnementales, et (2) à tout conseiller susceptible d’accompagner l’éleveur dans cette gestion (relais GEEP).
L’outil calcule 9 indicateurs de performance environnementale quantitatifs : consommation d’eau, d’énergie, émissions d’ammoniac et de gaz à effet
de serre, rejets d’azote et de phosphore, déchets.
Il s’agit d’indicateurs quantitatifs exprimés dans une unité commune permettant la comparaison entre élevages.
Un portail web donne accès à l’outil et à la base de données associée (http://geep.ifip.asso.fr/). Il permet annuellement le calcul des indicateurs environnementaux et l’identification de bonnes pratiques associées permettant d’améliorer ce bilan.
Le réseau est « fermé » : les données et résultats individuels sont confidentiels ; les résultats collectifs sont consultables par les seuls membres du
réseau.
Une partie des indicateurs de GEEP a été retenue dans la démarche professionnelle ID2 (Indicateurs de Développement Durable) menée par le CRP de
Bretagne.

PDF icon fiche_bilan2015_041.pdf
2016

Améliorer les bilans environnementaux des élevages en optimisant les ressources alimentaires

Consulter le resumé

Fiche n° 042 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

Les intrants alimentaires des animaux d’élevage contribuent très significativement au bilan environnemental global des filières animales. On estime par exemple que l’alimentation des animaux représente 65 % des impacts environnementaux des élevages. Des objectifs ambitieux de réduction de ces émissions ont été adoptés, tel en 2008 le paquet climat-énergie de la Commission européenne qui prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 20 % à l’horizon de 2020.
Des matières premières variées et aux impacts de production contrastés sont mobilisées lors de la formulation des aliments pour animaux d’élevage ; cependant, celle-ci ne prend en compte que des contraintes économiques ou nutritionnelles. Inclure, dans cette formulation, un objectif de réduction des impacts environnementaux nécessiterait (1) de disposer d’une base de données pertinente et complète des impacts propres à chacune de ces matières premières, puis (2) de mettre en oeuvre une méthode de formulation gérant conjointement les impacts environnementaux et
les coûts unitaires.
Le programme ECOALIM est un travail multipartenarial qui vise à répondre à ces objectifs pour les filières avicoles, porcines et bovines.

PDF icon fiche_bilan2015_042.pdf
2016

Exposition aux particules des agents travaillant en élevage porcin

Consulter le resumé

Fiche n° 049 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

L’air des bâtiments porcs et avicoles est constitué d’un mélange complexe de particules organiques et inorganiques, de gaz, notamment l’ammoniac.
En élevage, les niveaux d’exposition en gaz et en particules auxquels peuvent être exposés les éleveurs et les salariés peuvent varier notablement
selon l’itinéraire technique mis en oeuvre mais aussi selon les tâches réalisées. D’une manière générale, les études épidémiologiques montrent
une prévalence plus élevée de certaines maladies respiratoires (asthme, bronchite chronique, dégradation de la fonction respiratoire…) chez les agriculteurs et, particulièrement, chez les éleveurs de porcs et de volailles. Le risque d’exposition et ses conséquences sur la santé sont plus ou moins perçus par les éleveurs et ont fait l’objet de peu d’études. Bien que des équipements de protection respiratoire existent, ils sont peu utilisés soit par méconnaissance des risques et/ou des équipements, soit parce qu’ils sont considérés comme inadaptés aux conditions de travail.
L’objectif de ce projet est de caractériser (1) comment les éleveurs se représentent les risques liés à leur métier, (2) le niveau d’exposition des travailleurs lors de tâches considérées «à risque», (3) l’impact de ces tâches sur la santé respiratoire des travailleurs ; puis de déterminer les éventuelles relations entre ces données.

PDF icon fiche_bilan2015_049.pdf
2016

Les débats de société sur l'élevage en Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas : analyse, confrontation avec le sud de l'Union européenne et enseignements

Consulter le resumé

Christine Roguet et al., Notes et études socio-économiques (NESE) (FRA), 2016, n° 40, mai, p. 65-91

Cet article présente un panorama des débats de société sur l’élevage dans quelques pays européens. Nous y confirmons l’existence d’un gradient de préoccupations sociétales sur l’élevage, du nord au sud de l’Europe. Les controverses sont très actives dans le nord de l’Europe, portées par de puissantes associations. Elles se traduisent par la mise en place de réglementations spécifiques et de nombreux labels, qui commencent à trouver leurs marchés. Elles le sont beaucoup moins dans les pays du sud, en particulier en Espagne. En Italie, la recherche d’une alimentation tracée et de qualité entre en synergie avec les aspirations sur la condition animale, et se traduit dans des mouvements comme Slow Food.

2016

La compétitivité du porc américain dans la perspective d'un accord de libre-échange transatlantique

Consulter le resumé

Fiche n° 017 : caractéristiques des entreprises de la filière

Dans le contexte des négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis en vue d’un accord de libre-échange transatlantique (dénommé TAFTA
ou TTIP), l’IFIP l’Institut de l’Elevage et l’Itavi (partenariat au sein du RMT « Economie des filières animales ») ont réalisé une étude approfondie des filières animales américaines. Comment les filières animales évoluent-elles, de l’alimentation animale à l’aval, en passant par l’élevage ?
Quelles sont leurs disponibilités à l’exportation et leur compétitivité ?
La négociation commerciale a repris de la vigueur à l’été 2015 avec le vote par le Congrès des Etats-Unis du TPA (Trade Promotion Authority) qui donne à l’Administration le pouvoir de négocier en détail. Cette décision a déjà permis d’achever la négociation du TPP (Trans-Pacific Partnership).
Quel serait l’impact d’une libéralisation des échanges sur la filière porcine européenne ? Quels seraient les produits américains les plus à même d’atteindre l’UE et surtout, à quel prix ?

PDF icon fiche_bilan2015_017.pdf
2016

Acceptabilité des élevages par la société en France

Consulter le resumé

Fiche n° 015 : caractéristiques des entreprises de la filière

Si la concentration structurelle et spatiale des élevages de porcs est source de gains de productivité et d’économies, elle se heurte de plus en plus à la contestation de la société. Celle-ci lui reproche ses impacts négatifs sur l’environnement, le bien-être animal et les risques sanitaires. La controverse sur l’élevage matérialise les désaccords avec un système d’élevage dominant, qualifié par certains d’intensif ou d’industriel. Elle témoigne de l’existence au sein de la société française de différentes façons de penser l’élevage. Outre les professionnels de l’élevage, les acteurs traitant de cette activité sont multiples. Les associations jouent un rôle de premier plan en agissant à plusieurs niveaux : leur lobbying politique influence la mise en place de nouvelles réglementations, leurs actions auprès du grand public et des distributeurs visent à orienter la consommation, leurs oppositions locales peuvent bloquer les projets d’installation ou d’agrandissement d’élevages. Initiés en 2012 avec le GIS Elevages Demain, les travaux sur l’acceptabilité sociale des élevages se poursuivent sur 2014-2017, dans le cadre du projet CASDAR, ACCEPT, et d’une thèse en sociologie dont l’ifip est partenaire.
Ces travaux ont 3 ambitions : (1) produire des connaissances sur les différentes controverses sur l’élevage, sur les obstacles et les leviers à l’acceptation de cette activité et tracer les scénarios possibles d’évolution de l’élevage, (2) contribuer à la construction d’un dialogue mieux informé
 entre les parties prenantes, (3) donner aux acteurs de l’élevage les moyens de maximiser les chances de succès de leurs projets, en adoptant les attitudes et stratégies appropriées.

PDF icon fiche_bilan2015_015.pdf
2016

Baromètre des consommations d’antibiotiques en élevage selon le panel INAPORC

Consulter le resumé

Fiche n° 011 : des données exploitées pour l'aide à la décision

La filière porcine française s’est engagée depuis plusieurs années dans une dynamique de réduction des usages d’antibiotiques en élevage. Au niveau national, deux dispositifs complémentaires permettent de chiffrer les évolutions de ces usages : le suivi annuel des ventes réalisé par l’ANMV (agence nationale du médicament vétérinaire), qui note une baisse de l’exposition des porcs de 22 % entre 2010 et 2013, et le Panel INAPORC, qui a mesuré les usages d’antibiotiques et les modalités de traitement dans un échantillon d’élevages en 2010 et en 2013. Dans ce Panel INAPORC, les évolutions des usages d’antibiotiques au cours des 3 dernières années ont été évaluées, en analysant finement les pratiques par catégorie d’animaux destinataire et par motif de traitement.

PDF icon fiche_bilan2015_011.pdf
2016

Modèle d'élevage de porcs en France et à l'étranger

Consulter le resumé

Fiche n° 016 : caractéristiques des entreprises de la filière

La production de porcs se fait dans un cadre de contraintes économiques, réglementaires, sociales et sociétales. Dans un marché concurrentiel européen, l’élevage doit être rentable et compétitif, se conformer aux évolutions réglementaires, offrir des conditions de travail et de vie acceptables pour attirer les candidats à l’installation et les salariés.
Dans ce cadre, les dynamiques varient entre pays selon les choix des acteurs et les possibilités. Pour éclairer les décisions stratégiques des acteurs professionnels et politiques français, l’IFIP conduit des études visant à :
- Décrire les évolutions en cours et les choix d’élevages faits dans les différents pays : taille, activité, fonctionnement… ;
- Evaluer les conséquences de ces choix sur les résultats technico-économiques, le travail et la perception de l’élevage par la société (voir fiche dédiée) ;
- Comparer entre pays les cadres réglementaires et économiques de l’activité.

PDF icon fiche_bilan2015_016.pdf
2016

Les emplois directs et indirects liés à l’élevage porcin en France

Consulter le resumé

Fiche n° 014 : caractéristiques des entreprises de la filière

Les crises récentes intervenues dans le secteur agro-alimentaire mettent en évidence son importance pour l’activité économique et l’emploi.
D’un point de vue plus général, la production de biens agricoles sur le territoire français génère une activité économique et des emplois qui seraient
perdus si cette production venait à baisser et être remplacée par l’importation.
La quantification des emplois liés à l’élevage, mais aussi à l’ensemble des filières animales, permet d’objectiver l’importance du secteur pour l’économie nationale et celle des territoires ruraux.
L’IFIP a collaboré à une étude, coordonnée par le GIS Elevages Demain, qui a dénombré les emplois directs et indirects liés aux élevages français.

PDF icon fiche_bilan2015_014.pdf
2016

Vers une santé de précision

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 38-39

Dossier Santé animale : maîtrise sanitaire : des fondamentaux aux techniques de pointe

Les nouvelles technologies apporteront bientôt aux éleveurs et à leurs vétérinaires de nouvelles pistes pour optimiser la maîtrise sanitaire des animaux : détection précoce des maladies, ciblage du moment du traitement et du nombre d’animaux à traiter, individualisation des traitements. La santé de précision, « instrumentalisée », est une piste sérieuse de réduction d’usage des antibiotiques.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 38-39
2016

Les références technico-économiques sur les élevages de porcs français

Consulter le resumé

Fiche n° 008 : des données exploitées pour l'aide à la décision

La production de références techniques et technico-économiques est une action pérenne qui produit les indicateurs essentiels aux producteurs et à l’ensemble de la filière. Le dispositif fournit des références qui permettent d’évaluer et de comprendre la situation économique des élevages globalement mais aussi pour des segments de production identifiés (production, sélection et multiplication, bio, label rouge, …). Enfin, de nouveaux services Web, s’appuyant sur les données transmises aux bases nationales sont proposés aux éleveurs, associant valorisation des données et outils pour l’analyse. Les nouvelles technologies permettent de répondre plus rapidement et plus largement aux demandes des éleveurs et des techniciens/vétérinaires partenaires en termes d’analyses de résultats techniques et économiques et de diagnostisc d’atelier.

PDF icon fiche_bilan2015_008.pdf
2016

Mesurer l’activité des truies pour mieux les alimenter

Consulter le resumé

Michel Marcon et Yannick Ramonet, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 20-21

Alimenter les truies gestantes en fonction de leurs besoins nutritionnels nécessite de prendre en compte leur niveau d’activité physique, variable d’une truie à l’autre ou entre les groupes. Des accéléromètres fixés sur l’animal ou des radars installés dans le bâtiment permettent de mesurer cette activité.

PDF icon Michel Marcon et Yannick Ramonet, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 20-21
2016

Coûts de revient de la production des porcs en Europe

Consulter le resumé

Fiche n° 006 : des données exploitées pour l'aide à la décision

Sur le marché de l’Union européenne, les éleveurs et régions de production de porcs sont en concurrence. Ils sont soumis à des facteurs communs (marchés du porc et des matières premières de l’aliment, règles), mais aussi à des différences importantes entre pays et régions (géographie, organisation, application des règles…). Les élevages et la production se développent à l’échelle des bassins de production selon des structures et des dynamiques très diverses.
La production porcine française baisse, la croissance allemande a fini par s’estomper, mais l’Espagne depuis 2013 se développe très vite.
L’analyse des performances techniques et des résultats économiques des élevages permet de mieux apprécier les évolutions en cours, d’anticiper sur l’avenir, mais aussi de contribuer au diagnostic de la compétitivité des élevages français.

PDF icon fiche_bilan2015_006.pdf
2016

BatiSanté : un guide à portée de vue

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière,Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 34-35

Dossier Santé animale : maîtrise sanitaire : des fondamentaux aux techniques de pointe

Des photos parlent souvent mieux qu’un long discours. Le BatiSanté est un outil d’autodiagnostic pour les éleveurs sur la gestion de leurs bâtiments et la maîtrise de la santé.
Plusieurs thèmes liés à l’ambiance, le logement et la biosécurité sont illustrés chacun par des couples de photos qui représentent des situations d’élevage contrastées.

PDF icon Yvonnick Rousselière,Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 34-35
2016

Coûts de revient de la production des porcs en France

Consulter le resumé

Fiche n° 007 : des données exploitées pour l'aide à la décision

De la rentabilité des élevages dépend leur capacité à maintenir et développer la production de porcs à l’échelle nationale et dans les différents territoires.
La viabilité économique impacte fortement l’évolution des exploitations, que ce soit leur nombre, leur structure, ou leur capacité à se moderniser.
L’analyse des coûts de revient permet d’expliciter la compétitivité des élevages de porcs français, dans les différentes régions, par rapport à leurs concurrents européens et internationaux. Cette analyse donne les leviers pour améliorer la situation.

PDF icon fiche_bilan2015_007.pdf
2016

En 2015, des marges réduites dans les bassins mondiaux

Consulter le resumé

Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 15-16

Sous l’effet de la chute du prix du porc, la rentabilité des élevages des principaux bassins de production mondiaux a fléchi en 2015. Les marges dégagées sont toutefois très disparates : les élevages européens sont déficitaires mais des bénéfices sont constatés outre-Atlantique.

PDF icon Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 15-16
2016

Une activité motrice coûteuse en énergie

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 18-19

Depuis la mise en groupes des truies, celles-ci sont plus actives, et consomment davantage d'aliment. Les références d'alimentation intègrent déjà une position debout pendant deux heures par jour. Mais si la truie passe une heure de plus debout, ses besoins d'entretien augmentent de 4%.

PDF icon Nathalie Quiniou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 18-19
2016

Pages