La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 541 à 560 de 1284 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Usages des antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 76 : Contribution aux politiques publiques

L’IFIP apporte un appui technique aux différents acteurs concernés par la question de la réduction des usages des antibiotiques en élevage. Cet appui s’exerce de différentes façons : animation ou participation à des groupes de travail ou projets d’études, expertise de projets ou de dossiers, intervention, formation, élaboration d’outils d’audit et de mesure des usages antibiotiques en élevage.

PDF icon fiche_bilan2013_76.pdf
2014

GTTT 2013 : augmentation de la productivité, effet conduite et taille d'élevage

Consulter le resumé

L'année 2013 a été marquée par une amélioration des résultats de productivité numérique : + 0,3 porcelet sevré/truie productive/an. Celle-ci est due à une augmentation des nés et des sevrés par portée, mais elle est aussi liée à la diminution de l'âge au sevrage des porcelets.

2014

Les motifs des traitements antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 77 : Contribution aux politiques publiques

Quels motifs de traitements antibiotiques concernent le plus d’élevages ? Quels motifs sont à l’origine des plus forts usages d’antibiotiques ? Ces informations sont essentielles pour définir les priorités d’action dans les différentes démarches de réduction des traitements antibiotiques en élevage.
L’IFIP a réalisé une analyse des motifs de traitements antibiotiques dans les élevages de porcs d’après les données du Panel Antibiotiques Inaporc.
Cet outil d’origine professionnelle a été mis en place par l’IFIP, avec l’appui scientifique de l’Anses, pour mesurer les quantités d’antibiotiques utilisées en 2010 et préciser les modalités d’usage dans un échantillon de 170 élevages représentatifs de la production porcine française.
Les données sur les traitements antibiotiques ont été collectées auprès des éleveurs participants et des structures leur ayant délivré des antibiotiques en 2010 (vétérinaires, fournisseurs d’aliments médicamenteux).
Pour chaque spécialité antibiotique acquise, l’éleveur a réparti les quantités utilisées selon les catégories d’animaux destinataires et a cité jusqu’à 3 motifs de traitement. Les motifs de traitement ont ensuite été hiérarchisés selon le pourcentage d’élevages concernés et selon les quantités d’antibiotiques utilisées, exprimées en nombre de jours de traitement par animal (nDD/a) et en nombre de traitements par animal (nCD/a).

PDF icon fiche_bilan2013_77.pdf
2014

Sensibiliser les éleveurs à un usage raisonné des antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 78 : Contribution aux politiques publiques

La promotion des bonnes pratiques en élevage et la sensibilisation des éleveurs aux risques liés à l’antibiorésistance font partie des priorités du plan Ecoantibio2017.
L’objectif de cette étude est de faire le bilan du niveau d’information des éleveurs sur les antibiotiques.
Elle permettra aussi de collecter les solutions que les éleveurs évoquent pour réduire les traitements antibiotiques de leurs animaux. Ces données permettront d’adapter les messages de sensibilisation aux besoins des éleveurs et de comprendre certains freins ou motivations pour changer les pratiques.

PDF icon fiche_bilan2013_78.pdf
2014

Dépenses de santé : évolution, analyse des données et typologie

Consulter le resumé

Fiche n° 70 : Facteurs de productivité en élevage

La maîtrise des dépenses de santé est un enjeu majeur pour la filière porcine. Elle participe à la maîtrise des coûts de production et permet de répondre aux objectifs du plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire
La base de données de Gestion Technico-Économique (GTE) fournit des références sur ces dépenses de santé. Elle permet ainsi un suivi indirect et annuel de l’usage des antibiotiques au sein d’un réseau conséquent d’élevages répartis sur l’ensemble du territoire national et de mettre en relation ces niveaux des dépenses de santé avec différentes caractéristiques de ces élevages.

PDF icon fiche_bilan2013_70.pdf
2014

Le travail en élevage de porcs

Consulter le resumé

Fiche n° 56 : Analyse des formes d'élevage

La question du travail en élevage est devenue centrale car elle touche aux enjeux majeurs de la compétitivité et de la durabilité.
Les évolutions structurelles des élevages mènent en effet à une augmentation du travail salarié, à une spécialisation accrue des tâches en élevage et
à de nettes économies d’échelle.
Les changements ont des conséquences multiples :
• augmentation de la productivité du travail et gains de compétitivité
• évolutions des compétences requises pour mener un élevage : du statut d’éleveur à celui de « manager d’équipe »
• besoin en recrutement de salariés compétents et autonomes
• plus grande souplesse dans l’organisation du travail de l’exploitant
• risques de lassitude ou d’épuisement des salariés spécialisés, effectuant des tâches répétitives

PDF icon fiche_bilan2013_56.pdf
2014

Performance des élevages dans l'UE : facteurs de réussite

Consulter le resumé

Fiche n° 62 : Facteurs de productivité en élevage

Dans le nord de l’UE, les élevages porcins ont connu un développement important au cours des dernières années, qui s’est traduit par une sélection des élevages les plus performants et une augmentation de leur taille moyenne.
Cette restructuration a entraîné une progression rapide des performances techniques moyenne.
Même si c’est dans une moindre mesure qu’en France, la dispersion des performances techniques et résultats économiques reste importante entre les élevages du nord de l’UE.
Sur quels facteurs se sont appuyés les meilleurs élevages pour accroître leurs performances et assurer leur succès économique ?
Cette étude s’appuie sur une revue bibliographique des résultats des élevages étrangers et une analyse de données techniques d’élevages.

PDF icon fiche_bilan2013_62.pdf
2014

Les références technico-économiques sur les élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Fiche n° 58 : Analyses des formes d'élevage

Le dispositif des références en production fournit depuis plus de 40 ans les indicateurs essentiels sur l’atelier porcin. Malgré les difficultés des producteurs, la participation aux dispositifs se maintient et la représentativité des références est préservée dans les dispositifs de GTTT et de GTE. Les méthodes utilisées doivent continuellement s’adapter au contexte des ateliers porcins.
Mais aujourd’hui surtout, le dispositif doit offrir de nouveaux services aux éleveurs et répondre plus rapidement à leurs attentes en utilisant les nouvelles technologies disponibles.
C’est pourquoi a été lancé un projet de mise à la disposition de l’éleveur, par internet, d’outils utilisant les données de gestion de son élevage et des références (ou moyennes collectives) diverses.
Par ailleurs, une amélioration de la gestion du poste ‘aliment’, a été réalisée pour intégrer la diversité des situations de fabrication d’aliment à la ferme et gérer plus finement les types d’aliment distribués par catégorie d’animaux.
En 2013, 2 nouveaux éditeurs de logiciels, Farme’o et Le Gouessant, ont demandé leur agrément pour approvisionner les bases de données nationales.

PDF icon fiche_bilan2013_58.pdf
2014

Acceptabilité sociale de l’élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 55 : Analyse des formes d'élevage

Cette étude, financée par le GIS Elevage Demain, vise à produire des connaissances objectives et précises sur les controverses concernant l’élevage en France, à identifier les obstacles et leviers à l’acceptation de cette activité et à dessiner les futurs possibles.
Le travail porte sur l’élevage, dans sa dimension structurelle (espèce, taille, conception) et fonctionnelle.
4 objectifs sont poursuivis :
- (1) évaluer l’état de la relation entre la société et l’élevage en France,
- (2) identifier les controverses qui touchent l’élevage français, leur sujets, les acteurs impliqués et leurs positionnements respectifs,
- (3) dégager des éventuels points de consensus ou d’opposition entre ces acteurs,
- (4) dessiner un panorama de l’élevage demain en France d’après les attentes différenciées.

PDF icon fiche_bilan2013_55.pdf
2014

Référentiel pour évaluer la performance et développer les circuits courts

Consulter le resumé

Fiche n° 61 : Analyse des formes d'élevage

Depuis 10 ans, l’IFIP conduit des études techniques et économiques relatives à la production de charcuteries fermières Les porcs vendus en circuit court (marchés, à la ferme, internet) ont estimés par l’IFIP à 5% des volumes en 2011.
Un projet CASDAR sur l’élaboration de références en circuit court piloté par le Centre de Ressource et d’Etude sur la Diversification (CERD), l’Institut de l’Elevage et TRAME associant de nombreux partenaires dont l’IFIP, avait pour objectif de construire une méthode d’évaluation des performances des élevages en circuit court tenant compte des composantes technique, économique, sociale et environnementale et de fournir des références aux porteurs de projet et à leurs prescripteurs.
Elles sont destinées aux organismes financiers et collectivités territoriales souhaitant mieux connaître les impacts sociaux et environnementaux de la vente en circuits courts.

PDF icon fiche_bilan2013_61.pdf
2014

Suivi de l'évolution de la structure des élevages avec BDPORC

Consulter le resumé

Fiche n° 54 : Analyse des formes d'élevage

Les structures des élevages de porcs évoluent rapidement avec la pression de la concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires, comme récemment l’obligation de conduire les truies gestantes en groupe depuis janvier 2013.
Pour suivre cette mutation et en évaluer les conséquences sur la production et sur son devenir, il est important pour la filière de disposer en temps réel d’indicateurs.
Cette étude suit 3 objectifs principaux :
• poursuivre la valorisation des données de BDPORC entamée en 2010, à partir d’une base de données enrichie par les résultats de l’année
2012 ;
• mettre en place un cadre durable et une méthode fiable d’analyse et de suivi en temps réel de l’évolution des caractéristiques des élevages de porcs en France ;
• étudier la faisabilité d’une méthode de prévision de l’offre de porcs charcutiers à partir de la caractérisation des élevages et des flux de porcins observés sur le territoire.

PDF icon fiche_bilan2013_54.pdf
2014

Les modèles d'élevage de porcs en France et à l'étranger

Consulter le resumé

Fiche n° 52 : Analyse des formes d'élevage

La production de porcs se fait dans un cadre de contraintes économiques, réglementaires, sociales et sociétales.
L’élevage doit être rentable et compétitif, d’un bon niveau technique, en progrès constant.
Il doit limiter ses impacts sur l’environnement et être aux normes sur le bien-être animal (gestantes en groupe depuis 2013 dans l’UE).
Il doit offrir des conditions de travail et de vie acceptables pour attirer les candidats à l’installation et les salariés.
Ces obligations nécessitent d’investir pour maintenir les outils au bon niveau, gagner en performances et se conformer à la réglementation
qui évolue.
Dans ce contexte, les dynamiques varient entre pays selon les choix des acteurs et les possibilités.
Pour éclairer les décisions stratégiques des acteurs professionnels et politiques français, l’IFIP conduit des études visant à :
• décrire les évolutions en cours et les choix d’élevages faits dans les différents pays producteurs : taille, activité, fonctionnement… ;
• évaluer les conséquences de ces choix sur les résultats technico-économiques, le travail et la perception de l’élevage par la société ;
• comparer entre pays les cadres réglementaires et économiques de l’activité.

PDF icon fiche_bilan2013_52.pdf
2014

Typologie des exploitations porcines en France

Consulter le resumé

Fiche n° 53 : Analyse des formes d'élevage

Un portrait précis de la diversité des exploitations productrices de porcs a été dressé grâce à une typologie des exploitations d’élevage en France, réalisée en commun par les 3 instituts de filières animales (IFIP, ITAVI, Institut de l’Elevage) dans le cadre du RMT Economie des filières animales.
Elle repose sur l’analyse des données individuelles du recensement agricole conduit tous les 10 ans par le service de la statistique et de la prospective du Ministère de l’agriculture.
Cette typologie servira de base à la construction du réseau de références des exploitations porcines.

PDF icon fiche_bilan2013_53.pdf
2014

Le bien-être animal en élevage : entre définitions, représentations et pratiques agricoles

Consulter le resumé

L’élevage français a connu ces dernières décennies des évolutions structurelles et fonctionnelles importantes. Ses impacts sur l’environnement naturel et humain, et la sensibilité croissante de la population aux conditions de vie des animaux, ont conduit à une critique de plus en plus radicale des modes d’élevage, émanant de différents acteurs de la société. Dans le cadre du GIS Elevages Demain, un travail d’analyse de ces remises en cause a été réalisé sur les principales filières animales (bovins, porcs, volailles de chair et de ponte, caprins). Il vise à offrir aux acteurs de ces filières une meilleure compréhension d’une part des controverses sur l’élevage en France et d’autre part des attentes différenciées envers l’élevage dont elles témoignent. En effet, ces controverses matérialisent les désaccords existants avec un système d’élevage dominant, qualifié par certains d’« intensif » ou d’« industriel » (Delanoue et al 2014). Elles sont l’expression de différentes façons de penser l’élevage au sein de la société française. Nous avons préalablement supposé que ces représentations de l’élevage étaient liées à la position sociale et professionnelle des acteurs qui portent la controverse.

PDF icon delanoue2014raz.pdf
2014

Utilisation d'un complexe bactérien pour orienter la flore bactérienne de surface des salles

Consulter le resumé

Fiche n° 35 : Maîtrise de l'hygiène des produits

Les périodes d’allaitement et de sevrage sont 2 phases délicates pour le jeune porcelet avec, notamment, des infections digestives et des arthrites.

La maîtrise de la pression d’infection par une hygiène rigoureuse des surfaces et par la lutte contre le biofilm fait partie des mesures préventives envisagées.

PDF icon fiche_bilan2013_35.pdf
2014

Bâtiment d’élevage à énergie positive

Consulter le resumé

Fiche n° 30 : réduction des impacts environnementaux

Depuis le « Grenelle de l’environnement », et les premiers travaux initiés par l’ADEME, l’énergie est devenue un élément incontournable dans les réflexions autour de la rénovation ou de la construction d’un bâtiment d’élevage.

En ce sens, l’IFIP a travaillé sur un projet dont l’objectif était de formaliser des choix techniques et d’apporter les éléments technico-économiques pour concevoir un prototype de bâtiments rassemblant l’ensemble des solutions permettant de réduire les consommations d’énergie.

Cette étude s’est déclinée en 3 parties :

• Transposition du concept utilisé dans le secteur de l’habitat, de bâtiment a basse consommation, aux bâtiments d’élevage en prenant en compte les contraintes spécifiques a cet usage.

• Création d’un guide de synthèse « Bâtiment d’élevage à énergie positive » qui propose, sous la forme de fiches, un descriptif de l’ensemble des technologies économes en énergie, des techniques de production d’énergie renouvelable et de récupération de chaleur.

• Elaboration d’un concept de bâtiment d’élevage à énergie positive et analyse des incidences technico-économiques liées à sa mise en place selon des scénarios prenant en compte différentes évolutions du contexte énergétique et des gains de productivité technique.

Les résultats de ce projet ont également pour but d’anticiper les prochaines augmentations du prix de l’électricité en proposant par anticipation aux professionnels l’ensemble des éléments nécessaires pour faire les choix les plus efficaces en matière d’économie d’énergie.

PDF icon fiche_bilan2013_30.pdf
2014

Echangeur de chaleur et ventilation économe

Consulter le resumé

Fiche n° 31 : réduction des impacts environnementaux

L’énergie est maintenant au cœur des projets de construction de bâtiment d’élevage. Les éleveurs et les conseillers sont donc confrontés à la diversité des solutions qui permettent de réduire les consommations d’énergie. Il est alors important de disposer des références techniques et de connaître les gains énergétiques permis par les différentes technologies présentés sur le marché.

C’est pourquoi, l’IFIP, avec le soutien financier de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise des énergies) travaille à l’évaluation des performances de différents équipements parmi ceux présumés les plus efficaces.

Deux équipements en particulier ont été évalués en 2013 : les « éco-ventilateurs » et les échangeurs de chaleur.

L’objectif du projet était d’évaluer les économies d’énergie offertes par l’éco-ventilation en élevage : le test en station expérimentale a porté ici sur 4 équipements commerciaux des marques

ACEMO, Fancom, Econofan, Sodalec ; par ailleurs, les performances du bloc échangeur de chaleur de 5 équipementiers ont également été évaluées (Fancom, Anavelec, DetlaR+ ; Systel, ACEMO).

PDF icon fiche_bilan2013_31.pdf
2014

MEDIBatE : modélisation des flux d’energie Directe et Indirecte pour les bâtiments d’elevage

Consulter le resumé

Fiche n° 29 : réduction des impacts environnementaux

Au même titre que les autres secteurs d’activité, le monde de l’élevage doit être en mesure de faire évoluer ses pratiques pour limiter le recours aux énergies fossiles. L’analyse doit porter non seulement sur les consommations d’énergie directe (mobilisées sur l’élevage lui-même) mais aussi sur les consommations d’énergie indirecte (mobilisées en amont, par les intrants).

Actuellement, les outils et modèles existants apportent chacun une réponse partielle à cette problématique de l’énergie.

L’ambition de ce projet réside dans l’intégration, à l’échelle du système complexe que représentent les bâtiments d’élevage porcins, des connaissances disponibles en matière de bioclimatologie (échanges thermiques animal/ bâtiment/milieu) et de consommation d’énergie.

Le projet est aussi une tentative pour utiliser la modélisation au service de la réalisation d’un outil d’aide à la décision opérationnel, conçu pour les acteurs du secteur agricole.

L’outil propose dans ce projet doit permettre d’améliorer l’efficience environnementale des élevages en prenant en compte les effets globaux relatifs aux enjeux énergétiques ; les améliorations recherchées s’inscrivent en réponse à une demande sociétale forte en matière de gestion durable des exploitations hors-sol.

Il s’agit également d’inclure un module « économique » permettant une synthèse précise des temps de retour sur investissement des actions en faveur des économies d’énergie, mais également une analyse des gains escomptables par l’amélioration de l’efficience énergétique des élevages.

En outre, le bilan économique sera conçu de façon à pouvoir faire évoluer les paramètres économiques, volatils par nature et essentiels dans ce genre d’outil, tels que le cout unitaire des énergies, de l’aliment et des matériaux.

PDF icon fiche_bilan2013_29.pdf
2014

CompoSim, calculateur de la quantité et de la composition des effluents d'élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 25 : Réduction des impacts environnementaux

La fertilisation des cultures avec un fumier ou un lisier de porc nécessite de bien connaître leur composition. A ce titre, il est possible de s’appuyer sur des références comme celles proposées par l’IFIP (Composition des effluents porcins, ITP 2005).

Cependant, compte tenu de la spécificité de chaque élevage, il serait utile de disposer de ses propres références ; mais en pratique, l’intérêt de l’analyse chimique de laboratoire est parfois compromis par la question délicate du prélèvement d’échantillons (à plus forte raison avec des produits très hétérogènes) et les résultats sont parfois bien éloignés de la réalité.

Pour s’affranchir de ces difficultés, il était important de formaliser une méthode de prédiction de la composition des effluents.

L’objectif de ce projet était de construire et valider un outil de simulation de la composition des effluents d’élevage, porcins mais aussi bovins et avicoles.

Selon les besoins et l’apport de connaissances, ce calculateur pourra être amélioré.

Il devrait permettre, à terme, de remplacer les coûteuses analyses de laboratoire et de s’affranchir des difficultés d’échantillonnage.

PDF icon fiche_bilan2013_25.pdf
2014

Optimisation de l’efficacité du lavage d’air en élevage porcin

Consulter le resumé

Fiche n° 22 : Réduction des impacts environnementaux

Au niveau européen, la directive 2001/81/CE encore appelée directive NEC (National Emission Ceilings) est en cours de révision pour fixer en 2020 les plafonds d’émissions par Etat-Membre, pour 4 gaz dont l’ammoniac. La mise en œuvre des Meilleures Techniques Disponibles (MTD –cf fiche révision du BREF Elevages) doit permettre de réduire l’impact environnemental des élevages de porcs, s’agissant notamment des émissions d’ammoniac. L’identification de techniques visant à réduire les émissions d’ammoniac, notamment au niveau du bâtiment (responsable de 60% des émissions), est donc une priorité.

En parallèle de la problématique de l’ammoniac, les éleveurs de porcs sont de plus en plus souvent confrontés aux craintes des riverains quant aux risques de nuisances olfactives émises par les porcheries.

Le lavage d’air présente l’avantage d’agir à la fois sur les émissions d’ammoniac mais aussi sur les odeurs émises par les bâtiments.

Cependant, il subsiste des possibilités d’optimisation de cette filière de traitement de l’air.

L’IFIP, avec le soutien du CASDAR et de l’ADEME, a donc choisi de mettre en œuvre un programme d’essais visant à étudier les 2 principaux paramètres d’optimisation de l’efficacité du lavage d’air : le type de maillage utilisé et la gestion des eaux de lavage.

2 laveurs de conception identique ont été installés en sortie de 2 salles d’engraissement abritant chacune 60 porcs charcutiers (de 25 a 110 kg).

PDF icon fiche_bilan2013_22.pdf
2014

Pages