La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 681 à 700 de 1285 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE

Consulter le resumé

Poster. L’identification et le suivi des mouvements des porcins au sein de l’Union Européenne sont soumis à la réglementation communautaire qui fixe les obligations de base communes à tous les états membres. Les spécificités des systèmes d’identification ont été analysées dans 4 pays. Cette étude met en évidence des tendances d’évolutions qui pourraient constituer un tournant pour l’ensemble des pays de l’UE dans les années à venir.

PDF icon Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE
2013

Les pratiques de réforme diffèrent-elles dans les élevages conduisant les truies gestantes en groupe ?

Consulter le resumé

Poster. La mise en groupe des truies est souvent l’occasion de modifications importantes, et amène à s’interroger sur les performances futures, en particulier la longévité et les problèmes d’aplombs. L’objectif de ce travail est d’analyser les fréquences et les causes de réforme excessives, selon les caractéristiques des élevages.

PDF icon Les pratiques de réforme diffèrent-elles dans les élevages conduisant les truies gestantes en groupe ?
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Poster. L’élevage de mâles entiers, outre ses impacts en termes de performances zootechniques et de qualité des carcasses, pose la question de la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter. Des observations de comportement et des notations de lésions ont été réalisées lors d’essais mis en place en station expérimentale (Quiniou et al., 2013), afin d’évaluer les conséquences des principaux modes d’élevage présents en France sur l’ensemble de ces paramètres.
PDF icon Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers
2013

Incidence de la réduction de la quantité de paille et de la fréquence des apports sur les émissions d'ammoniac, de GES et d'odeurs chez les porcs en engraissement

Consulter le resumé

Poster. La prise en considération croissante du bien-être animal par le consommateur tend à favoriser le développement des systèmes d’élevages sur litière. La disponibilité en substrat, particulièrement la paille, est un des principaux freins à leurs développements en production porcine. Est-il alors possible de réduire la quantité totale de paille mise à disposition par porc sans engendrer de dégradations tant sur les conditions d’élevage que sur l’environnement ?
PDF icon Incidence de la réduction de la quantité de paille et de la fréquence des apports sur les émissions d'ammoniac, de GES et d'odeurs chez les porcs en engraissement
2013

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster. En raison de la forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent pouvoir calculer rapidement et simplement leur coût de revient. La méthode GTE+ a été développée avec un objectif double :

- aller au-delà de la marge sur coût alimentaire et renouvellement, calculée en Gestion Technico-économique (GTE), et des coûts calculés au niveau global de l’exploitation, sur la période comptable seulement, en comptabilité ;

- renforcer la référence « coût de revient des porcs » à partir d’un échantillon d’élevages représentatif de l’élevage moyen.
PDF icon Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur
2013

Le «syndrome de 2ème portée» dans les élevages français : prévalence de différents profils et facteurs de risque

Consulter le resumé

Poster. A l’issue du 1er sevrage, les troubles de reproduction sont fréquents : chaleurs retardées, infertilité, baisse de la taille de portée suivante. Cette étude évalue la fréquence des différentes composantes du « syndrome de 2ème portée » et étudie les facteurs associés à son apparition, au niveau des truies et des élevages.
PDF icon Le «syndrome de 2ème portée» dans les élevages français : prévalence de différents profils et facteurs de risque
2013

Réduire le recours aux antibiotiques : l'approche d'un vétérinaire

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques



D'après l'Agence Nationale du Médicament Vétérinaire (ANMV), l'utilisation d'antibiotiques en production porcine a baissé de 28,8% entre 2006 et 2011. L'exposition aux céphalosporines de dernières générations considérées comme "antibiotiques critiques" pour la médecine humaine, a baissé de 52% entre 2010 et 2011. Jacques Lannou, vétérinaire à Cybelvet, donne des éléments d'explication de ces résultats très encourageants pour la filière porcine.

PDF icon techporc_do_hemonicb_n10_2013.pdf
2013

Quantifier les antibiotiques utilisés en élevage : méthode et résultats

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques
Connaître les usages d'antibiotiques en élevage est essentiel dans le cadre d'une politique de maîtrise de l'antibiorésistance. Différents outils complémentaires existent en France : le suivi des ventes d'antibiotiques, le suivi des dépenses de santé et les enquêtes ponctuelles en élevage. Depuis 2011, le panel Inaporc renforce ce dispositif. A l'échelle européenne, différents systèmes de suivi coexistent, spécifiques à chaque pays.

PDF icon techporc_do_hemonic_n10_2013.pdf
2013

Au nord de l'Europe, la taille des élevages fait débat

Consulter le resumé

D'un côté, un cheptel porcin qui croît, se concentre dans des zones déjà denses en productinos et des élevages dont la taille s'envole. De l'autre, des habitants soucieux de leur cadre de vie et des citoyens sensibles aux conditions de vie des animaux. Qu'en est-il de la relation entre les citoyens et l'élevage aux Pays-Bas et en Allemagne ?

PDF icon techporc_roguet_n10_2013.pdf
2013

Comment utiliser moins et mieux les antibiotiques ?

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques



Les antibiotiques sont de formidables outils thérapeutiques tant en médecine humaine que véterinaire. Mais, face à l'antibiorésistance, les acteurs de la filière, tout particulièrement les vétérinaires et les éleveurs, doivent adopter une utilisation prudente et raisonnée des antibiotiques.

PDF icon techporc_do_corregeb_n10_2013.pdf
2013

Du mieux dans les dépenses de santé

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques

Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.



Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.

PDF icon techporc_do_correge_n10_2013.pdf
2013

Elever des mâles entiers : oui, mais dans quelles conditions ?

Consulter le resumé

Jusqu'à ce jour, la plupart des connaissances disponibles sur les mâles entiers étaient issues de porcs élevés dans des conditions d'alimentation libérale, le plus souvent à sec et jusqu'à un poids standard d'abattage. Ces conditions sont loin d'être représentatives de celles observées en France. Un vaste programme de recherches a été mis en place à la station de Romillé pour répondre aux questions d'éleveurs.

PDF icon techporc_quiniou_n10_2013.pdf
2013

Monitoring antimicrobial use in the French pig production: the INAPORC Panel

Consulter le resumé

The INAPORC Panel consisted of 169 pig farms representative of the French pig herd population.

In 2010, most treatments were administered to piglets in post-weaning units. Medicated feed premixes were the most commonly used pharmaceutical form. Polypeptides, penicillins and tetracyclines represented two thirds of total number of ACD. This study provides the French pig industry with reliable baseline data which complement available results already published by the French Agency for Veterinary Medicinal Products (ANMV).
PDF icon Monitoring antimicrobial use in the French pig production: the INAPORC Panel
2013

Incidence de la réduction de la quantité de paille et de la fréquence des apports sur les émissions d’ammoniac, de GES et d’odeurs chez les porcs en engraissement

Consulter le resumé

Poster. La prise en considération croissante du bien-être animal par le consommateur tend à favoriser le développement des systèmes d’élevages sur litière. La disponibilité en substrat, particulièrement la paille, est un des principaux freins à leurs développements en production porcine. Est-il alors possible de réduire la quantité totale de paille mise à disposition par porc sans engendrer de dégradations tant sur les conditions d’élevage que sur l’environnement ?

PDF icon Poster de Nadine Guingand 11,00 €
2013

Un outil d'évaluation de la durabilité des systèmes d'élevage de porcs

Consulter le resumé

Dans le cadre du programme européen Q-Pork-Chains, un outil d'évaluation de la durabilité des systèmes d'élevage porcin a été mis au point sur la base de la bibliographie et de l'expertise des chercheurs participants. Il évalue la durabilité selon huit thèmes relatifs aux demandes des éleveurs, des consommateurs et des citoyens : ressources génétiques, santé et bien‐être animal, environnement, sécurité sanitaire et qualité de la viande, économie, conditions de travail. Les données proviennent d'enquêtes auprès des éleveurs et des organisations de sélection, d'observations en élevage et de mesures en abattoir. L'évaluation globale de la durabilité est effectuée à partir d'un nombre limité d'indicateurs primaires pour chacun des thèmes. L'outil a été testé dans cinq pays Européens sur un total de 15 systèmes d'élevage. Chacun des huit thèmes considérés participe effectivement à la variabilité observée et ils ne sont pas redondants. Le conflit d'intérêt le plus marquant est entre l'Economie et les autres thèmes, particulièrement le Bien-Être animal. L'outil permet d'établir des profils qui montrent les forces et les faiblesses des systèmes. Du fait que l'outil a été testé sur des systèmes très contrastés, on peut s'attendre à ce qu'il soit suffisamment robuste pour permettre une évaluation fiable de systèmes d'élevage très variés, depuis les plus conventionnels jusqu'aux plus traditionnels. L'outil peut être simplifié en réduisant de moitié le nombre d'indicateurs primaires, sans perdre de sa pertinence pour décrire les forces et faiblesses des systèmes.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Les pratiques de réforme diffèrent-elles dans les élevages conduisant les truies gestantes en groupe ?

Consulter le resumé

Poster. La mise en groupe des truies est souvent l'occasion de modifications importantes, et amène à s’interroger sur les performances futures, en particulier la longévité et les problèmes d’aplombs (Hémonic et al., 2011). Il existe peu d’études sur les réformes des truies dans les différents logements en groupe (Pluym et al., 2011).

PDF icon jrp-2013-bienetre09.pdf
2013

Réduire les consommations de chauffage en post-sevrage et en maternité : évaluation d’une « niche intelligente »

Consulter le resumé

Poster.

Dans un contexte de renchérissement du coût de l’énergie lié à la raréfaction des ressources et face aux enjeux environnementaux croissants, il apparaît nécessaire de maîtriser la facture énergétique des élevages. En 2006, des références de consommations d’énergie en élevage porcin ont été établies dans le cadre d’une étude financée par l’ADEME nationale (étude URE, ADEME). Cette étude a permis d’établir qu’en moyenne la consommation énergétique d’une truie et sa suite s’élevait à 983 kWh/truie présente/an hors fabrication de l'aliment et traitement des effluents. En 2012, cela représente près de 70 €/truie présente/an. Le poste le plus énergivore est le chauffage qui constitue à lui seul 46% de cette consommation. Parmi les stades physiologiques chauffés, le post-sevrage devance la maternité avec respectivement 36% et 22% du total des consommations d’énergie dans un élevage naisseur-engraisseur. Les leviers d’actions sont multiples pour maîtriser les consommations de chauffage en post-sevrage et en maternité. Ainsi la gestion optimisée du couple chauffage-ventilation et le respect des débits minimaux recommandés constituent une première étape dans la réduction de la facture énergétique. A côté de ces pratiques peu coûteuses à mettre en place dans les exploitations, les fournisseurs proposent un ensemble d’équipements permettant de réduire les consommations d’énergie et notamment de chauffage. Parmi ceux-ci, la société danoise Veng-System a développé une « niche intelligente » en post-sevrage et en maternité. Les économies d’énergie permises par cette technologie ont été évaluées dans les salles de post-sevrage de deux élevages bretons, ainsi que dans une maternité de la station expérimentale de Guernévez.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Dans l’hypothèse d’un arrêt de la castration, il est nécessaire d’évaluer les performances zootechniques des mâles entiers et la qualité des carcasses produites dans les conditions d’élevage françaises. Un autre enjeu est la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter.

PDF icon jrp-2013-bienetre03_0.pdf
2013

Quels paramètres liés à l’insémination peuvent expliquer les variations des performances de reproduction en élevage ? Focus sur le verrat et la semence.

Consulter le resumé

Poster.

Dans les centres d’insémination animale porcins (CIA), la semence est majoritairement examinée et triée sur la base d’évaluations microscopiques subjectives (mobilité et motilité) réputées mal reliées à la fertilité (Broekhuijse et al., 2012). Par ailleurs, de nombreux facteurs de conduite sont susceptibles d’interférer avec la qualité des doses (Young et al., 2010, de Jong et al., 2012).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster.

Dans un contexte économique sensible, avec une forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent connaître leur coût de revient avec précision, et pouvoir le situer par rapport à des références appropriées. La méthode GTE+ a alors été développée, avec un objectif double :

• Apporter un service complémentaire à l’éleveur, au‐delà de la Gestion Technico‐économique (GTE) qui s’arrête à la marge sur coût alimentaire et renouvellement, et au‐delà de la comptabilité qui analyse les coûts au niveau plus global de l’exploitation et sur la période comptable seulement.

• Renforcer la référence sur le coût de revient à partir d’un échantillon d’élevages suivis en GTE, représentatif de l’élevage moyen.

PDF icon jrp-2013-economie10.pdf
2013

Pages