La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 44 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation

Consulter le resumé

La France présente des particularités de préparation des porcs à l’élevage en Europe en matière de recommandations pratiques d’ajeunement et d’équipements. Le temps d’ajeunement recommandé est de 22 à 26 heures entre le dernier repas et l’abattage et la majorité des éleveurs (60 %) sont équipés d’une aire de préparation avant chargement (local d’embarquement) où les porcs se reposent de 2 h minimum à parfois 18 heures selon les pratiques des éleveurs (heures de tri et de sortie des porcs).
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation
2009

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.

Consulter le resumé

Le premier objectif de cette étude est de quantifier la consommation d’eau des porcs abreuvés dans le local d’embarquement selon 2 modalités : temps de présence et 2 modes d’alimentation actuellement majoritaires.

Le second objectif est d’évaluer la perte de poids de carcasse des porcs selon qu’ils sont abreuvés ou non, afin de mesurer l’intérêt de l'abreuvement.

Le troisième objectif est de mesurer l’effet de l’abreuvement sur la qualité de la viande.
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.
2007

Administration de médicaments par pompe doseuse : motivations, freins et pratiques d’utilisation

Consulter le resumé

Poster.

La fi abilité des traitements administrés par pompe doseuse implique que les élevages soient équipés d’un matériel adapté et que les éleveurs maîtrisent les bases de son utilisation. Cette étude a pour objectif de dresser un état des lieux de la motivation, des équipements et des pratiques d’utilisation de la pompe doseuse en 2014 dans un échantillon d’élevages équipés. Elle vise aussi à comprendre les freins dans les élevages non équipés.

PDF icon poster ifip d'Anne Hémonic et al., 48es JRP, 2-3 février 2016, Paris
2016

Améliorer les performances et le bien-être des truies gestantes grâce à de nouvelles technologies

Consulter le resumé

Michel Marcon et Yvonnick Rousselière, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 87

Le «Smart-Farming», d’intérêt croissant, fait désormais partie des grands axes de recherche de l’IFIP.

Les truies gestantes en groupe et alimentées au DAC constituent un terrain propice au déploiement d’un élevage de précision.

Ainsi, pour détecter précocement une truie à problème ou plus généralement alimenter plus précisément les truies, l’analyse du comportement alimentaire seul ne semble pas suffisant.

C’est pourquoi, dans le cadre du projet BEALIM, un capteur d’activité par accélérométrie a été développé et des abreuvoirs connectés ont été installés dans la station expérimentale de l’IFIP à Romillé.

PDF icon Michel Marcon et Yvonnick Rousselière, Bilan 2016,mai 2017, p. 87, fiche n° 50
2017

Audit sur la qualité de l’eau d’abreuvement et l’utilisation des pompes doseuses

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 73

L’eau est le premier aliment des porcs.

Sa qualité fait donc partie des mesures essentielles pour maîtriser l’état sanitaire d’un cheptel.

Une mauvaise qualité bactériologique est notamment un facteur de risque des pathologies digestives.

Certaines qualités chimiques sont aussi problématiques (eau dure, riche en fer ou en manganèse) en altérant l’efficacité désinfectante de la chloration, en encrassant les circuits d’eau (canalisation, pompe doseuse, compteur d’eau), ou en réduisant la solubilité de certains médicaments…

Par ailleurs, la pompe doseuse est aujourd’hui incontournable en élevage pour traiter les animaux, notamment en post-sevrage. Mais la fiabilité des traitements implique que les élevages soient équipés d’un matériel adapté et que les éleveurs maîtrisent son utilisation.

Une enquête a été réalisée dans un échantillon de 109 élevages équipés pour dresser un état des lieux des équipements, de la motivation et des pratiques d’utilisation de la pompe doseuse.

Dans 46 élevages non équipés, l’enquête visait aussi à comprendre les freins.

Une autre étude, intitulé ANTIBI’eau, a permis d’analyser la stabilité des antibiotiques dilués dans une eau désinfectée avec de l’hypochlorite de sodium, du peroxyde d’hydrogène ou de l’eau électrolysée.

Enfin, dans le cadre du plan Ecoantibio2017, une grille d’audit de la qualité de l’eau et de l’utilisation des pompes doseuses a été élaborée et des formations pratiques ont été réalisées.

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2016, mai 2017, p. 73, fiche n° 37
2017

Comparaison de différents systèmes d’abreuvement et analyse du comportement des porcs sur un transport de 24h

Consulter le resumé

Aujourd’hui, la présence d’un système d’abreuvement en cours de transport dépend de la durée du trajet. Ainsi, la durée ne doit pas dépasser 8 heures dans un camion non équipé en dispositif d’abreuvement. Cependant, si le lieu de destination est à proximité au terme des 8 heures, la durée du trajet peut être prolongée de 2 heures soit un maximum de 10 heures de temps de transport (Directive 29/95 CE, Arrêté du 5 Novembre 1996, Arrêté du 24 Novembre 1999).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2002

Compatibilité des antibiotiques avec les désinfectants de l’eau d’abreuvement

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 29-31

Est-il possible d’administrer un traitement antibiotique par pompe doseuse quand l’eau est désinfectée par du chlore, du peroxyde d’hydrogène ou de l’eau électrolysée ? Pour le chlore liquide : oui. Par contre, l'amoxicilline et la tylosine sont légèrement sensibles au peroxyde d’hydrogène. Enfin, aucun antibiotique n’est stable dans l’eau électrolysée.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 29-31
2017

Conditions d'élevage associées à la séroprévalence salmonelles des porcs en fin d'engraissement

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est de préciser les conditions d’élevage associées à la séroprévalence salmonelles des porcs en élevages naisseurs-engraisseurs et engraisseurs. Le statut sérologique « salmonelles » a été établi à partir de « jus de viande » avec le coffret sérologique IDEXX. Des questionnaires ont permis de collecter les informations relatives aux facteurs de risque potentiels. L’analyse statistique a été effectuée par régression logistique pour les deux types d’élevages.
2009

Conditions d'élevage des porcs et séroprévalence en salmonelles en fin d'engraissement

Consulter le resumé

Cette étude a précisé les conditions d'élevages associées à la prévalence salmonelles des porcs dans 208 élevages naisseurs-engraisseurs et 109 engraisseurs. Des questionnaires ont permis de collecter les informations relatives aux facteurs pouvant influer sur la prévalence.
PDF icon Conditions d'élevage des porcs et séroprévalence en salmonelles en fin d'engraissement
2009

Consommation d'eau : un indicateur de suivi de l'élevage

Consulter le resumé

L'abreuvement représente 94% de l'eau consommée dans un atelier porcin. Pour tous les stades physiologiques, la consommation se concentre autour des repas. Une baisse de l'abreuvement peut signaler un épisode pathologique.

PDF icon techporc_massabie_n8_2012.pdf
2012

Détecter précocement les maladies par l’analyse des consommations individuelles d’eau et d’aliment

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Anne Hémonic et Michel Marcon Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 88

Lors de l’apparition d’une pathologie, un animal est susceptible de modifier son comportement alimentaire et d’abreuvement quelques heures avant l’apparition des premiers symptômes visibles par un opérateur.

L’objectif de cette étude est de vérifier si une détection précoce des maladies est possible par le suivi individuel des consommations d’eau et d’aliment des porcelets en post-sevrage.

Pour ce faire, 2 automates ont été mis au point pour collecter ces informations à l’échelle individuelle.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Anne Hémonic et Michel Marcon Bilan 2016, mai 2017, p. 88, fiche n° 51
2017

Détection précoce des pathologies porcines : faites parler l'eau qu'ils boivent

Consulter le resumé

Outil innovant pour le diagnostic sanitaire, le relevé des consommations individuelles d'eau - en cours d'études à l'Ifip - devrait permettre d'améliorer la prise en charge des animaux en cas de pathologies.

2015

Détection précoce et automatisée des problèmes sanitaires

Consulter le resumé

L’IFIP travaille sur le développement d’alertes à partir de différents signaux: sur l’eau (Gestantes, Engraissement, Post-sevrage), sur l’aliment (Gestantes, Engraissement) et sur l’activité (Gestantes, engraissement) : RFID, activité ... pour améliorer le suivi technique et sanitaire.

PDF icon visuels d'intervention de Michel Marcon Space 2015
2015

Devenir de six antibiotiques dans les lisiers de porc

Consulter le resumé

Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster

Les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage se retrouvent en partie dans leurs déjections, sous une forme inchangée ou sous la forme de métabolites potentiellement actifs, à hauteur de 30 à 90 % des quantités administrées (Massé et al., 2014 ; Levasseur et Hémonic, 2015). Or, tant qu’ils sont actifs, ces antibiotiques peuvent favoriser le développement de bactéries résistantes dans le lisier ou ses issues destinés à être épandus sur les sols. Dans la bibliographie, très peu de données existent sur le devenir des antibiotiques dans les conditions françaises. Cette étude vise donc à analyser le devenir des antibiotiques issus des principales familles utilisées en production porcine en France : polypeptides, tétracyclines, pénicillines, macrolides (Anses-ANMV, 2013), au cours des étapes les plus courants de la gestion des lisiers : (1) stockage sous caillebotis lors de la phase d’élevage, (2) séparation de phases du lisier brut par une décanteuse centrifuge, (3) stockage extérieur d’un lisier brut et sa fraction centrifugée, (4) compostage-maturation de la fraction solide issue de la séparation de phases.

ENG

Fate of six antibiotics in pig slurry

Within the frame of the French program "Ecoantibio 2017", the fate of six main antibiotics (colistin, trimethoprim-sulfadiazin, amoxicillin, tylosin and doxycyclin), mostly used in the pig sector, was studied through common practices of effluent management. After their administration in drinking water, using a dosing pump, their metabolism in the animal and the storage of the slurry under the slatted floor over the growing phase, reduced their content from 54 % to more than 99 % depending on the antibiotic. Colistin was the most resistant, while amoxicillin and trimethoprim were not detectable anymore. After this phase, slurry was separated in a decanter-centrifuge. During the 3.5 months of composting-maturation of the solid fraction, the amount of antibiotics strongly decreased, from 41 to 99 % depending on the considered molecule, confirming the interest of this practice in order to reduce soil contamination. In raw slurry as in the liquid fraction usually stored in an outdoor pit, quantities of colistin and doxycyclin stayed rather stable, whereas the tylosin concentration fell, especially after a hundred days of storage. The evolution of sulfadiazine was more difficult to explain considering the variability of its observed concentrations over time.

PDF icon Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster
2017

Devenir de six antibiotiques dans les lisiers de porc

Consulter le resumé

Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster

Les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage se retrouvent en partie dans leurs déjections. Tant qu’ils sont actifs, ils peuvent favoriser le développement de bactéries résistantes dans le lisier ou ses issues destinés à être épandus sur les sols agricoles. Cette étude vise donc à analyser le devenir de polypeptides, tétracyclines, pénicillines et macrolides, au cours des étapes les plus courantes de la gestion des lisiers.

PDF icon Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster
2017

Je pourrais vous parler de l’eau pendant toute une journée !

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 42-43

Dossier spécial : de l'eau de qualité disponible pour le porc

Emmanuel Hilbert, éleveur naisseur-engraisseur en Mayenne, est très intéressé par la qualité de l’eau de boisson de ses animaux. Il a donc accepté de participer à un essai proposé par son groupement, Porc Armor Evolution, et sa vétérinaire. Objectif : vérifier la faisabilité d’un protocole de nettoyage-désinfection des canalisations d’eau en élevage.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 42-43
2016

L'abreuvement des porcs

Consulter le resumé

• L’eau est un nutriment essentiel pour le porc au même titre que l’énergie, les

protéines, les minéraux et les vitamines.

Son rôle vital est très important puisque la perte d’un dixième de l’eau corporelle

peut conduire à la mort de l’animal alors que le porc peut vivre en ayant

perdu presque toutes ses graisses et plus de 50 % du tissu musculaire.

• L’eau intervient dans de nombreux phénomènes.

C’est l’environnement liquide qui assure les mouvements des nutriments, des déchets et des hormones dans tout le corps.
PDF icon L'abreuvement des porcs
2001

La consommation d’eau en élevage de porcs. Des leviers pour réduire la consommation d’eau en élevage de porcs

Consulter le resumé

L’eau est un enjeu de société car sa disponibilité n’est pas sans limite. Certains épisodes particulièrement chauds comme l’été 2003 ainsi que le réchauffement climatique mettent en évidence la compétition entre l’usage agricole de l’eau et les besoins humains. L’agriculture est alors parfois accusée d’être forte consommatrice d’eau, que ce soit en cultures (comme le maïs dans certaines régions) ou en élevage. Or concernant les différentes productions animales, la consommation d’eau est souvent mal connue.

PDF icon la brochure de 16 pages à télécharger
2014

La journée moyenne d’une truie en groupe

Consulter le resumé

Michel Marcon et Yvonnick Rousselière, Tech porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 40-41

Que font les truies lorsqu’elles sont logées en groupe dynamique ? Comment mangent-elles ? Quelles quantités d’eau boivent-elles ? Combien de temps se reposent-elles ?

PDF icon Michel Marcon et Yvonnick Rousselière, Tech porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 40-41
2016

La qualité de l’eau en élevage : cas pratiques, retours d’audits

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Colloque de l’Association française de médecine vétérinaire (AFMVP), session : la biosécurité : l’alpha et l’oméga, courtes communications, cas pratiques, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes

La qualité de l’eau d’abreuvement fait partie des mesures de biosécurité essentielles pour maîtriser l’état sanitaire d’un cheptel. En effet, une mauvaise qualité bactériologique et/ou physico-chimique de l’eau peut impacter le statut sanitaire des élevages, soit de façon directe (transmission d’agents pathogènes dans l’eau d’abreuvement), soit de façon indirecte (présence d’éléments interférents, comme le fer, le manganèse ou le calcium qui peuvent réduire la solubilité des médicaments solubles, diminuer l’efficacité désinfectante de la chloration ou entretenir le dépôt d’un biofilm hébergeant des agents pathogènes).
Dix formations, pris en charges par le Plan Ecoantibio, ont été réalisés par l’Ifip sur les 12 derniers mois. Le programme portait sur l’eau d’abreuvement (la qualité bactériologique et physico-chimique de l’eau, la gestion des abreuvoirs) et l’administration de traitement par pompe doseuse. 77 vétérinaires et techniciens ont suivi la formation en salle qui s’est prolongée, à cinq reprises, par un audit en élevage. L’objectif de cet article est de présenter quelques retours d’expérience sur les audits réalisés (constats et recommandations formulées).

PDF icon Anne Hémonic, colloque de l'AFMVP, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes
2017

Pages