La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 55 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Innovative feeding strategies in pig production : incidence on gaseous emissions

Consulter le resumé

Visuels de Sandrine Espagnol et al., International Symposium on Emissions of Gas and Dust from Livestock (EMILI), Saint-Malo, France, 21-24 mai 2017

PDF icon Visuels de Sandrine Espagnol et al., EMILI 2017, Saint-Malo, France, 21-24 mai 2017
2017

Estimation des pertes alimentaires dans la filière porcine entre la sortie de l’élevage et la commercialisation des produits

Consulter le resumé

Jean-Yves Dourmad et al., Innovations agronomiques (FRA), 2015, volume 48, décembre, p. 115-125

La réduction des pertes alimentaires constitue un enjeu majeur dans un contexte de ressources limitées et d'une demande mondiale qui s'accroit. Cette présentation rapporte les principaux résultats d'un travail consacré à l'estimation des pertes dans la filière porcine. Le premier poste de perte concerne les mortalités durant le transport et les saisies à l'abattoir. Elles représentent en moyenne 1% et elles conduisent à des sous-produits animaux "C2" destinés principalement à l'incinération. Le second poste de pertes concerne la phase de découpe de la carcasse avec des pertes de l'ordre de 1,2% transformées en sous-produits animaux "C3" utilisables pour les animaux de compagnie. On peut estimer que le cinquième quartier (sang et abats qui représentent 13% de l'animal) est utilisé à 51% pour l'alimentation humaine, dont une partie importante à l'exportation, 21% pour les animaux de compagnie, les 38% restants rejoignant le circuit des coproduits "C3" non différenciés. En France le porc est pour 75% consommé sous forme transformée avec une très grande diversité de produits de charcuterie (plus de 400). Ceci constitue un atout important pour la valorisation de l’ensemble des morceaux de découpe et des abats mais cela rend par contre très difficile l’évaluation des pertes à cette étape de la filière

Estimation of food losses along the pork production chain, from the farm to the marketing of products

The reduction of food losses is a major issue in a context of limited resources and increasing world demand. This paper reports the mains results of a study on the food losses along the French pork production chain. Mortality during transport and seized material at the slaughterhouse is a first reason for losses. These losses represent about 1% of total animals' weight leaving the farm; they are transformed in "C2" animal by-products mainly used for energy production. The losses during the cutting of the carcass are estimated to 1.2% of initial carcass weight. They are transformed into "C3" animal byproducts suitable for animal feeding, especially for pet-food. It is estimated that 51% of total offal and blood, which represents 13% of animal's weight, are used as human food and 21% for pet-food, the remaining being transformed in "C3" non-differentiated animal products. In France, 75% of the pork is consumed after processing, with a very large diversity of products (more than 400). This is a major asset for the maximal valorization of all carcass cuts and offal, but it makes it very difficult to evaluate the possible losses during their processing.

2016

Quels niveaux de minéraux et de vitamines recommander pour le régime alimentaire des porcs ? / What mineral and vitamin levels to recommend in swine diets?

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(1), 51-62 - La revue R&D de la filière porcine française

Les minéraux, les oligo-éléments et les vitamines sont ajoutés couramment à l’alimentation des porcs. La plupart des matières premières disponibles pour l’alimentation des porcs sont caractérisées par des teneurs faibles et des disponibilités réduites et variables en ces éléments. Aussi, des apports complémentaires sont généralement nécessaires sous formes de sels d’oligo-éléments, de vitamines de synthèse et de minéraux.
Cet article s’appuie sur une synthèse bibliographique et passe en revue les besoins en minéraux, oligo-éléments et vitamines des porcs permettant d’assurer des performances technico-économiques satisfaisantes dans les conditions d’élevage conventionnelles rencontrées en France. La recherche en nutrition animale a largement orienté ses efforts vers la réduction de l’excrétion de phosphore des porcs, en raison du risque environnemental représenté par son accumulation dans les sols cultivés liés à l’épandage des effluents d’élevage. La généralisation de l’utilisation des phytases microbiennes ces dernières années a entraîné une forte réduction de l’utilisation des phosphates minéraux. Les céréales sont particulièrement déficientes en calcium et en sodium, par conséquent il est nécessaire d’ajouter du carbonate de calcium et du sel pour satisfaire les besoins nutritionnels des porcs. Le zinc et le cuivre sont reconnus comme facteurs de croissance, mais leur utilisation à fortes doses dans les aliments est néfaste pour l’environnement. Les régimes alimentaires des porcs contiennent également des quantités supplémentaires, ajoutées sous forme minérale, de fer, de manganèse, de cobalt, d’iode et de sélénium. Les quantités nécessaires dans les régimes alimentaires des porcs sont décrites séparément pour chaque élément. La vitamine E et la choline sont les vitamines ajoutées les plus onéreuses. Dans ces conditions, il est courant de constater que la choline n’est pas ajoutée aux aliments des porcs à l’engraissement, compte tenu des teneurs jugées suffisantes en choline des matières premières. De même, la vitamine E est incorporée à une teneur inférieure à celle permettant d’améliorer la qualité de la viande. Les travaux récents de l’IFIP ont évalué l’intérêt d’apports supplémentaires de vitamines comparé aux pratiques habituelles observées en élevage. Nos résultats montrent peu d’amélioration des performances et nous amènent à considérer que les recommandations proposées par l’INRA en 1984 sont amplement justifiées.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Taux de réforme des truies : effets du système d'alimentation et du sol

Consulter le resumé

Plusieurs études mettent en évidence l'importance de la conduite d'élevage des cochettes en groupe. Une analyse, réalisée en 2012 à partir de la base de données nationale de gestion des groupements techniques des troupeaux de truies (GTTT), confirme les effets du système d'alimentation et du type de sol sur la longévité des animaux et les motifs de réforme.

2014

Mémento de l'éleveur de porc (Edition 2013)

Consulter le resumé

Nouvelle version du Mémento de l’éleveur de porcs (7ème Edition) actualisée par les experts de l’Ifip, des nouvelles connaissances acquises ces 10 dernières années. Ouvrage de référence, compilation de connaissances de base, accessible et pédagogique particulièrement adapté aux étudiants (tarif réduit sur demande), apprentis et nouveaux venus du secteur porcin. Indispensable à tous les acteurs et professionnels de l’élevage porcin français. Au sommaire :

95,00 €
2013

Les produits de charcuterie en Restauration Hors Foyer : situation et perspectives

Consulter le resumé

La RHF tient une place de plus en plus importante dans l’alimentation des Français. Si le secteur de la restauration traditionnelle souffre de la crise, la restauration rapide tire son épingle du jeu.

L’étude dresse un panorama du secteur de la restauration, ses caractéristiques et évolutions.
PDF icon Les produits de charcuterie en Restauration Hors Foyer : situation et perspectives
2010

Chauffage de la soupe : quel intérêt ?

Consulter le resumé

2008
Consommations d’énergie dans les bâtiments porcins : comment les réduire ?

Consommations d’énergie dans les bâtiments porcins : comment les réduire ?

Consulter le resumé

Dépliant gratuit !

Dépliant d’information sur les niveaux de consommation énergétiques selon les orientations d’élevage.

Les facteurs de variation des consommations énergétiques. Les leviers d’action. Les outils pour évaluer les consommations et veiller à une bonne isolation des bâtiments. Le chauffage et la ventilation, l’éclairage, la distribution des aliments.

Les énergies renouvelables : échangeurs air/air, air/eau, air/terre, les pompes à chaleur, la méthanisation à la ferme.

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2008

Les virus dans les denrées alimentaires : un nouveau défi pour les laboratoires

Consulter le resumé

PDF icon Les virus dans les denrées alimentaires : un nouveau défi pour les laboratoires
2007

Bien-être et élevage des porcs

Consulter le resumé

Le développement intensif de la production porcine découle d’une meilleure maîtrise de l’environnement des animaux, d’une prophylaxie des maladies infectieuses, d’une alimentation au plus près des besoins nutritionnels des porcs et d’une sélection génétique orientée vers des performances de croissance et de reproduction optimales. Parallèlement, certaines pratiques se sont avérées défavorables au bien-être du porc.
2007

Engraissement des porcs : enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide

Consulter le resumé

Le maïs humide, ensilé ou inerté, peut être utilisé comme seule céréale du régime d'engraissement des porcs charcutiers à des taux voisins de 70 %. Cette technique, valorisant la production céréalière de l'exploitation et économisant les frais de séchage, s'est développée dans de nombreuses régions. Cette étude s'applique à démontrer qu'il est possible de nourrir des porcs en engraissement avec une forte proportion de maïs sans altérer la qualité des tissus gras.
PDF icon Engraissement des porcs : enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide
2006

Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?

Consulter le resumé

L’effet de l’apport d’énergie sous forme de lipides ou d’amidon est étudié sur les performances de lactation des truies et de leur portée. Dans l’essai 1, les truies reçoivent un aliment de gestation ou de lactation enrichi en huile de soja (5 %, lot GL5) ou en amidon de maïs (11,3 %, lot GL0) du 35ème jour de gestation jusqu’au sevrage. Les apports quotidiens en énergie nette sont égalisés pendant la gestation. Dans l’essai 2, l’apport d’énergie sous forme d’huile ou d’amidon est réalisé seulement à partir de la mise bas (respectivement lots L5 et L0).
PDF icon Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?
2006

Effet de la durée de mise à jeun et du système d'alimentation sur les paramètres de qualité de viande des porcs issus de trois types génétiques

Consulter le resumé

Face à la demande des salaisonniers du cuit qui recherchent toujours des pH ultimes plus élevés sur les jambons et les longes, l’ITP a conduit une étude visant à mesurer l'incidence de trois durées de jeûne (18, 24 et 30 heures) selon deux systèmes d'alimentation (au nourrisseur à volonté ou en soupe deux repas) sur les rendements carcasse des porcs payés aux éleveurs, la qualité technologique de la viande et son aptitude à la transformation en jambons cuits tranchés supérieurs ainsi que le poids des estomacs des porcs qui constitue de plus en plus une méthode de contrôle de l’ajeunement au st

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Oléo-protéagineux : quels taux d'incorporation en post-sevrage et engraissement ?

Consulter le resumé

Le taux maximum d’incorporation des oléagineux, du tourteau de colza et des protéagineux en remplacement du tourteau de soja dans des régimes à base de blé a été étudié à la station ITP de Villefranche de Rouergue lors de plusieurs essais sur porcelets et porcs charcutiers.Le tourteau de colza et le pois protéagineux peuvent être utilisés respectivement à 15 et 35 % en 2ème âge, à 18 et 40 % en engraissement.
PDF icon Oléo-protéagineux : quels taux d'incorporation en post-sevrage et engraissement ?
2005

Maïs et qualité des gras

Consulter le resumé

2005

Quel impact de l'acidification de l'aliment sur la composition des carcasses et les ulcères gastriques ?

Consulter le resumé

Un essai sur 144 porcs de 24,8 kg à l’abattage a permis de comparer l’incidence de trois traitements : témoin, phosphate de tylosine, complexe acidifiant, sur la composition des carcasses et sur les ulcères gastriques. Deux aliments, croissance puis finition, ont été distribués en soupe. Le rendement des carcasses, la teneur en viande maigre et les autres critères de composition des carcasses ne diffèrent pas entre les régimes. La note d’ulcères est faible et identique pour les trois traitements.
PDF icon Quel impact de l'acidification de l'aliment sur la composition des carcasses et les ulcères gastriques ?
2004

Valorisation de l'herbe par les truies élevées en plein air : synthèse des essais menés dans les Pays de la Loire et à la station des Trinottières de 1996 à 2003

Consulter le resumé

Le présent article a pour objet de faire la synthèse des connaissances acquises au cours de sept années d’observations et d’essais zootechniques.

Les différents résultats obtenus suggèrent que, dans le cas d’un élevage de truies en plein air l’enherbement va favoriser le recyclage des déjections puisque l’herbe puisera les fertilisants nécessaires à sa croissance.
PDF icon Valorisation de l'herbe par les truies élevées en plein air : synthèse des essais menés dans les Pays de la Loire et à la station des Trinottières de 1996 à 2003
2004

Quelques rappels sur l'utilisation de l'aliment par la truie gestante

Consulter le resumé

La truie gestante utilise l’essentiel de l’aliment alloué pour sa survie (entretien). Ce besoin est accru quand il fait froid ou que l’animal est très actif.

La quantité d’aliment allouée au-dessus du besoin d’entretien est utilisée pour le développement de la portée et pour la reconstitution des réserves mobilisées en excès lors de la lactation précédente.

Cette quantité doit donc être adaptée en fonction de l’état de la truie à la saillie et des objectifs à la mise bas.
PDF icon Quelques rappels sur l'utilisation de l'aliment par la truie gestante
2004

Le point sur la mesure de l'épaisseur de lard dorsal chez la truie

Consulter le resumé

L’un des objectifs de la conduite alimentaire pendant la gestation est d’adapter les apports d’aliment en fonction de l’état de la truie souhaité à la mise bas et de l’état à la saillie.
PDF icon Le point sur la mesure de l'épaisseur de lard dorsal chez la truie
2004

Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance

Consulter le resumé

L’effet du poids de naissance sur l’indice de consommation (IC) en engraissement est étudié sur trois bandes représentant tout ou partie de 41 portées issues d’un croisement (LWxPP)x(LWxLd). Dans la limite des tailles de case en postsevrage et en engraissement, les portées subissent le moins de mélange possible. En engraissement, les porcs sont alimentés à volonté et élevés en cases de 13 places, équipées chacune d’un distributeur automatique de concentré permettant l’enregistrement des consommations individuelles d’aliment. Les porcs de chaque bande partent en deux fois à l’abattoir.
PDF icon Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance
2004

Pages