La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 6 de 6 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Alimentation multiphase en engraissement avec une distribution en soupe : adaptation des installations existantes

Consulter le resumé

Didier Gaudré et al., rapport d'études, programme SOS Protein, Dy+ Pig, octobre 2020, 7 pages

Afin de connaître les capacités de la distribution soupe à s’adapter à une alimentation multiphase, une enquête a été réalisée auprès de concepteurs et de fabricants de systèmes de distribution pour identifier les limites des équipements de distribution actuellement en place dans les élevages et identifier les pistes d’adaptation envisageables pour chaque système, en vue de la mise en place d’une alimentation multiphase en élevage. Cette enquête a été réalisée au cours de la période allant de 2017 à 2019, dans le cadre du projet Dy+ Pig : optimisation de l’utilisation digestive de la fraction azotée chez le porc.

PDF icon Didier Gaudré et al., rapport d'études, programme SOS Protein, Dy+ Pig, octobre 2020, 7 pages
2020

L’alimentation multiphase des porcs par distribution en soupe

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 99

La distribution multiphase consiste à mélanger en proportion variable au cours de la phase d’engraissement, deux aliments de composition différente, afin d’ajuster les apports aux besoins nutritionnels des animaux et maintenir ainsi les performances tout en réduisant les rejets. En distribution d’aliment liquide (par une « machine à soupe »), système très représenté en France, ce type de plan d’alimentation est difficile à réaliser car il suppose la préparation de petites quantités de soupe et leur acheminement jusqu’à la case de destination. Dans le cadre du programme SOS Protein conduit par les régions Bretagne et Pays de la Loire, des travaux expérimentaux ont été entrepris afin d’évaluer les possibilités de mise en oeuvre du multiphase par les dispositifs de distribution d’aliment en soupe.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 99
2020

Evaluation in vivo de la pertinence des niveaux de formulation choisis a priori pour concevoir un plan d'alimentation multiphase

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster

Poster.

Au cours des 30 dernières années, l'alimentation en deux phases (2P) pendant l'engraissement s'est généralisée en France. Plus récemment, le développement de systèmes d'alimentation innovants permet d'envisager un nombre phases plus élevé dans l'objectif d'économiser les sources de protéines et de réduire les rejets en N pour un même niveau de performance. La dynamique d'évolution des besoins nutritionnels, par exemple en acides aminés, dépend du type de croisement, du type sexuel mais également de la bande et des conditions d'élevage (densité, régulation de l'ambiance…). Elle est par ailleurs variable d'un individu à l'autre. Pour établir une séquence multiphase, il est donc nécessaire de se référer à un profil moyen de référence décrivant l'évolution du besoin, augmenté d'une marge de sécurité (Brossard et al., 2006). Deux essais ont été conduits en condition d'alimentation rationnée pour évaluer la pertinence de séquences en trois (3P) ou cinq phases (5P) établies sur la base d'un profil de besoin obtenu environ 7 ans plus tôt pour le croisement de porc utilisé.

ENG

In vivo evaluation of the relevance of nutritional levels chosen a priori to design a multiphase feeding strategy

Poster.

Two trials were performed with restrictively fed pigs to compare the growth performance obtained with a 2-phase (2P), 3-phase (3P, trial 1) or 5-phase (5P, trial 2) feeding strategy, each of which was designed based on a nutritional profile characterised a few years earlier for the type of crossbred pigs used. In each trial, two batches of 96 barrows and gilts obtained from Pietrain sires and (Large White x Landrace) sows were used. In the 2P strategy, the dietary concentration of standardised ileal lysine (LYSd) per MJ of net energy (NE) was 0.9 g up to 65 kg body weight (at the pen level, six pigs/pen) and 0.7 g thereafter. In the 3P strategy, the finishing phase was split in two and the LYSd content reduced to 0.6 g/MJ from 95 kg body weight. In the 5P strategy, the LYSd content was 1.00, 0.90, 0.75, 0.70 and 0.60 g LYSd/MJ, successively; with the transition from one feed to another based on the nutritional profile (secured with a 10% margin) available for each sex. In trial 1, the increased LYSd supply at the beginning of the growing phase (from 28-45 kg) was expected to improve the match between supplies and requirements; it tended to improve the feed conversion ratio calculated from 28-65 kg (2.13 vs 2.22; P = 0.08). In contrast, the decreased LYSd supply during the late finishing period impaired growth rate and feed efficiency when intake was below the theoretical requirement (trial 1), but also when requirements were theoretically met (trial 2). Results of the present study illustrate the technical benefit of a reduced LYSd deficiency at the beginning of the fattening period as well as the need to update the nutritional profile used as the reference to implement precision feeding.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster
2020

Evaluation in vivo de la pertinence des niveaux de formulation choisis a priori pour concevoir un plan d'alimentation multiphase

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster

Poster.

Le développement de systèmes d'alimentation innovants permet de rendre plus dynamique la séquence alimentaire mise en œuvre pendant l’engraissement. L’impact environnemental de l’élevage du porc peut être diminué en réduisant les périodes d’apports de nutriments en excès. Le maintien voire l’amélioration des performances implique de limiter les périodes d’apports en-deçà du besoin.

PDF icon Nathalie Quiniou, 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster
2020

Mise en œuvre d’un programme d’alimentation multiphase en soupe pour une moindre utilisation de protéines par les porcs charcutiers

Consulter le resumé

Florence Maupertuis (Chambre d’agriculture des Pays de la Loire) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 69-74

Deux lots de porcs (16 cases x 14 porcs/case) ont été étudiés entre 44 et 120 kg de poids vif (PV) pour caractériser les performances obtenues avec un plan d’alimentation en deux (2P) ou cinq phases (5P) et étudier la compatibilité du plan 5P avec un système soupe. Sur la base des besoins nutritionnels estimés préalablement avec le logiciel InraPorc®, l’apport de lysine digestible (LYSd) par MJ d’énergie nette (EN) avec le plan 2P était fixé à 0,90 g jusqu’à 65 kg PV puis à 0,80 g. Avec le plan 5P, cet apport était de 0,90 g jusqu’à 50 kg, 0,85 g entre 50 et 65 kg, 0,80 g entre 65 et 85 kg, 0,70 g entre 85 et 105 kg et 0,60 g ensuite. Les rapports LYSd/EN sont obtenus en mélangeant deux aliments contrastés A/B formulés, respectivement, à 1,0 et 0,5 g LYSd/ MJ EN et 156 et 107 g/kg de matières azotées totales (MAT). Aucune différence significative n’est observée entre les lots 2P et 5P pour la consommation moyenne journalière (respectivement 2,38 et 2,42 kg/j, P = 0,47), la vitesse de croissance (respectivement 822 et 814 g/j, P = 0,64) ou l’indice de consommation (2,93 et 2,99, P = 0,26). Le régime A représente en moyenne respectivement 65,4 et 48,1% de la consommation alimentaire totale des porcs 2P et 5P (P < 0,01). Le calcul du bilan réel simplifié permet d’estimer que la quantité d’azote rejetée par porc est réduite de 6% avec la stratégie 5P (P = 0,04) par rapport au plan 2P. Cette réduction atteindrait même 19% en comparaison avec une conduite biphase utilisant des aliments croissance et finition classiques (16 et 15% MAT). Cependant, la mise en œuvre d’une conduite alimentaire multiphase en soupe suppose, comme en sec, la caractérisation préalable des besoins nutritionnels. De plus sa modularité (nombre de phases) dépend de la quantité minimale de soupe pouvant être distribuée avec une précision suffisante par le système. 

ENG

Tailored phase-feeding program for liquid-fed growing pigs towards reduced use of protein-rich diet

Two batches of pigs (16 pens x 14 pigs/pen) were studied from 44-120 kg body weight (BW). Within each batch, pens were allocated to a 2- (2P) or a 5-phase (5P) feeding strategy, with the ratio of digestible lysine of net energy (LYSd:NE) based on nutritional requirements estimated using InraPorc® software in a previous study. The aim was to evaluate the ability to implement the 5P strategy with a liquid-feeding system. Two diets were formulated with contrasting contents of LYSd (1.0 (A) or 0.5 (B) g/MJ NE), associated with different crude protein (CP) contents (A: 156, B: 107 g/kg). Diets were blended in percentages that depended on the strategy and BW range. With the 2P strategy, LYSd:NE was set to 0.9 up to 65 kg BW and 0.8 afterwards. With the 5P strategy, LYSd:NE was 0.90 (BW < 50 kg), 0.85 (50-65 kg), 0.80 (65-85 kg), 0.70 (85-105 kg) and 0.60 (BW > 105 kg) g/MJ. No significant differences between 2P and 5P strategies were observed in daily feed intake (2.38 and 2.42 kg/d, respectively, P = 0.47), average daily gain (822 and 814 g/d, P = 0.64) or feed conversion ratio (2.93 and 2.99, P = 0.26). Diet A represented on average 65.4% and 48.1% of total feed intake for 2P and 5P strategies (P < 0.01), respectively. Based on the difference between N intake (calculated from the CP contents of diets A and B) and N retention (calculated from BW gain and carcass leanness, P = 0.37), N output was reduced by 6% with the 5P strategy (P = 0.04). The decrease would have reached 19% compared to a 2P strategy implemented with typical growing-finishing diets (16% and 15% CP). Like with a dry-feeding system, nutritional requirements must be estimated accurately to implement a multiphase strategy efficiently with a liquid-feeding system. Furthermore, its modulation depends on the minimum amount of liquid that the equipment can deliver accurately.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Le multiphase en soupe doit couvrir les besoins des porcs

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2019, n° 273, novembre, p. 22-23

Intéressant sur le plan environnemental, le multiphase peut l’être également sur le plan économique si les performances sont maintenues et si le coût des équipements supplémentaires reste limité.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2019, n° 273, novembre, p. 22-23
2019