La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 55 de 55 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant
Trente ans d’évolution du secteur porcin en France

Trente ans d’évolution du secteur porcin en France

Consulter le resumé

L’accession à la compétitivité internationale

Éléments marquants et causes, préoccupations et bouleversements. Les structures d’élevage, les performances et les outils de gestion, l’alimentation, l’aval de la production et la consommation du porc.



Édition 1998 - Ifip-Inra - 16 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1998

Suède : une production porcine sous contraintes

Consulter le resumé

Ces dernières années, depuis l’entrée dans l’Union Européenne, la production suédoise a

augmenté, apportant un léger excédent en viande porcine. La concentration des porcs dans les élevages s’est accrue. Un pôle coopératif puissant domine la filière.
PDF icon Suède : une production porcine sous contraintes
1998

Utilisation des graines d'oléagineux en post-sevrage : colza, tournesol, soja extrudé

Consulter le resumé

Quatre aliments isoénergétiques et isoazotés, établis sur la base d'un même apport d'huile (3 %) sous différentes formes, ont été comparés sur des porcelets en post-sevrage, au cours de 3 essais successifs concernant chacun 360 porcelets :

3 % d'huile de colza

7 % de graines de tournesol

7 % de graines de colza

15 % de graines de soja extrudées.

Dans le 1er essai, seul le traitement "graines de colza" diffère significativement des trois autres au niveau des performances.
PDF icon Utilisation des graines d'oléagineux en post-sevrage : colza, tournesol, soja extrudé
1998

Influence de la source d'énergie et de la concentration énergétique de l'aliment sur le comportement alimentaire, les performances zootechniques et les qualités de carcasse du porc charcutier

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire et les performances individuelles de 96 porcs LW x P, élevés en groupes hétérosexués, sont étudiés de 35 à 105 kg de PV, en fonction de quatre régimes alimentaires distribués à volonté: témoin à base de céréales et soja (9,9 MJ EN/ kg brut; R1), enrichi en matières grasses (10,7 MJ EN/ kg brut; R2), enrichi en fibres (9,0 MJ EN/ kg brut; R3), enrichi en fibres et matières grasses et isoénergétique à R1 (R4). Les résultats montrent que les mâles castrés ingèrent quotidiennement plus que les femelles (2557 vs.
PDF icon Influence de la source d'énergie et de la concentration énergétique de l'aliment sur le comportement alimentaire, les performances zootechniques et les qualités de carcasse du porc charcutier
1998

Effets du taux de suif dans la ration sur la digestibilité des lipides et l’utilisation de l’énergie chez le porcelet entre le sevrage et 25 kg

Consulter le resumé

L’incorporation de 4 ou 8% de suif dans la ration de sevrage du porcelet n’améliore pas sensiblement les performances zootechniques; elle réduit la digestibilité apparente de l’énergie et augmente celle des lipides bien que la digestibilité des acides gras saturés baisse (NS) au taux de lipides le plus élevé. Elle entraîne de plus une augmentation du dépôt journalier d’énergie et de lipides en réduisant le dépôt de protéines corporelles. Le coût énergétique du gain de poids et du dépôt de protéines est augmenté (P<0,01).
PDF icon Effets du taux de suif dans la ration sur la digestibilité des lipides et l’utilisation de l’énergie chez le porcelet entre le sevrage et 25 kg
1997

Influence du rationnement alimentaire pendant la lactation sur les paramètres métaboliques et de reproduction de truies primipares

Consulter le resumé

Vingt quatre truies primipares croisées Pietrain x Large White ont été réparties en deux lots expérimentaux. Pendant la lactation, les truies du lot Haut sont nourries selon un plan d’alimentation proche du niveau ad libitum et celles du lot Bas reçoivent environ 50 % de cette ration. Des prélèvements de sang sériés sont effectués la veille du sevrage, dans les heures qui suivent le sevrage et le lendemain. Les truies sont abattues le jour du sevrage ou 48 heures après et leurs ovaires sont prélevés.
PDF icon Influence du rationnement alimentaire pendant la lactation sur les paramètres métaboliques et de reproduction de truies primipares
1997

Effets d’une incorporation de parois végétales dans la ration alimentaire sur l’activité comportementale des truies gestantes

Consulter le resumé

L’étude vise à mesurer l’effet du taux de parois végétales dans l’aliment (CB 3,3 - 10,6 - 18,14%) sur le comportement de truies gestantes. Une procédure en carré latin est appliquée entre 30 et 100 jours de gestation en moyenne, à 12 truies multipares Large-White, logées en stalle bloquée. Chaque aliment expérimental est distribué sur une période de 21 jours à raison de 2,4 kg (B), 2,7 kg (M) et 3,0 kg (H).

PDF icon Effets d’une incorporation de parois végétales dans la ration alimentaire sur l’activité comportementale des truies gestantes
1997

Effet des protéines et des fibres alimentaires sur les pertes iléales d’acides aminés endogènes chez le porc

Consulter le resumé

Un régime protéiprive a été supplémenté en quantités limitées mais croissantes de protéines (30, 60 ou 90 g/kg d’aliment d’un mélange caséine-jaune d’oeuf) afin de mesurer leur effet sur les pertes d’acides aminés (AA) endogènes à l’iléon des porcs. L’étude a été menée à deux niveaux de fibres alimentaires: 20 et 80 g/kg, isolées de graines de pois. Par rapport au régime protéiprive, un ajout de 30 g de protéines a suffi à rétablir une rétention azotée positive et les ajouts suivants ont assuré une augmentation constante et linéaire (0.88 g N retenu/g N ingéré).
PDF icon Effet des protéines et des fibres alimentaires sur les pertes iléales d’acides aminés endogènes chez le porc
1997

Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction

Consulter le resumé

Afin de mesurer le bien-être des truies gestantes, 41 truies LW x LD (France Hybrides) ont été placées durant les 11 dernières semaines de gestation dans trois logements, par lot de 7 à 8 individus : logement individuel en stalle bloquée (B), logement en groupe avec alimentation en réfectoire fermé pendant le repas (GR), logement en groupe avec distribution d’aliment par chaîne à 120 g/mn dans auges séparées par bat-flanc (GBF). Dans chaque logement, deux aliments sont distribués l’un sans pulpe de betterave et peu fibreux (T), l’autre avec 15% de pulpe (F).
PDF icon Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction
1997

Effets d’un ajout de fibres végétales au régime alimentaire des cochettes sur le comportement, le rythme cardiaque et les concentrations sanguines de glucose et d’insuline au moment du repas

Consulter le resumé

Cette étude visait à déterminer si les régimes fibreux réduisent la faim et la motivation alimentaire des cochettes. Trente cochettes ont été nourries avec l’un des trois régimes suivants: maïs-soya (RC); son de blé (RF1); écailles d’avoine (RF2). Les régimes étaient isoprotéiques et isoénergétiques sur une base quotidienne. Le temps d’alimentation était plus long et la vitesse d’ingestion plus lente chez les cochettes RF1 et RF2 que chez les cochettes RC.

PDF icon Effets d’un ajout de fibres végétales au régime alimentaire des cochettes sur le comportement, le rythme cardiaque et les concentrations sanguines de glucose et d’insuline au moment du repas
1997

Estimation de la valeur énergétique des aliments et des matières premières chez le porcelet en post-sevrage et chez le porc charcutier

Consulter le resumé

Le but de ces travaux est de comparer chez le porcelet en post-sevrage et chez le porc charcutier 1/ les modèles de prédiction de la valeur énergétique des aliments à partir de leur composition analytique, 2/ l’utilisation digestive des matières grasses, 3/ la valeur énergétique de quelques matières premières (en situation de régime complexe).
PDF icon Estimation de la valeur énergétique des aliments et des matières premières chez le porcelet en post-sevrage et chez le porc charcutier
1997

Influence de l’abaissement de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élevés en groupe

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire individuel de porcs en croissance croisés Piétrain x Large White élevés en groupe est étudié à partir d’informations enregistrées à l’aide d’une auge équipée d’une antenne de reconnaissance de chaque animal et placée sur un capteur de poids. Les données sont obtenues à partir de groupes de 3 ou 4 porcs étudiés à deux stades de croissance (S1 et S2) correspondant respectivement à des poids vifs moyens de 47 et de 74 kg. La photopériode est de 12 h de jour et 12 h de nuit.
PDF icon Influence de l’abaissement de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élevés en groupe
1997

Utilisation d’aliments pour porcelets sevrés contenant 40 % de pois

Consulter le resumé

Dans un premier essai réalisé avec du pois protéagineux distribué à des porcelets entre 8 et 25 kg, quatre aliments comportant 0 - 40% de pois cru - 40% de pois préalablement granulé puis rebroyé ou 40% de pois extrudé puis rebroyé ont permis des gains de croissance de 480 - 497 - 501 et 498 g/j avec des indices de consommation de 1,71 - 1,70 - 1,70 et 1,66.

PDF icon Utilisation d’aliments pour porcelets sevrés <br /><br /><br /><br />contenant 40 % de pois
1997

Utilisation de phytase microbienne dans des aliments à base de maïs humide pour le porc charcutier

Consulter le resumé

La diminution de l'excrétion de phosphore a été recherchée avec l'utilisation d'aliments à base de maïs humide pour le porc charcutier de 38 à 110 kg. L'aliment témoin assurait un apport de 5,1 g/kg de phosphore total et l'aliment étudié en apportait 4,4 g/kg. Dans ce dernier était incorporées 500 U.P. de phytase microbienne NATUPHOS. Les performances zootechniques et la composition corporelle sont identiques avec les deux aliments. Le taux de phosphore dans le lisier brut est réduit de 25 p. cent en période de croissance et de 12,2 p. cent sur la durée totale d'élevage.
PDF icon Utilisation de phytase microbienne dans des aliments à base de maïs humide pour le porc charcutier
1997

Adaptations du métabolisme glucidique chez la truie multipare. Effets de la gestation et du niveau d’alimentation

Consulter le resumé

Une expérience portant sur 4 blocs de 6 truies Large White multipares (numéro de portée: 4,5 ; 212 kg de poids vif) a été effectuée pour rechercher si la gestation affecte la sensibilité à l’insuline chez le porc. Dans chaque bloc, 4 femelles étaient gravides (G) et les deux autres non gravides (NG). La moitié des femelles recevait 2,5 kg/jour (lot B), et les autres (lot H) 4 kg/jour d’aliment en deux repas quotidiens égaux. Des cathéters étaient implantés une semaine environ après le sevrage précédent.
PDF icon Adaptations du métabolisme glucidique chez la truie multipare. Effets de la gestation et du niveau d’alimentation
1997

Pages