La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 101 à 114 de 114 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Protéines européennes, une bonne idée pour le climat

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol (Ifip) et Florence Garcia-Launay (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 277, avril, p. 26-27

Utilisées en substitution à 10 % de soja brésilien, les protéines européennes ont une action positive sur le climat. Mais leurs émissions en ammoniac et les surfaces requises sont plus importantes.

PDF icon Sandrine Espagnol (Ifip) et Florence Garcia-Launay (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 277, avril, p. 26-27
2020

Qualité de l'air dans les porcheries

Consulter le resumé

L’élevage porcin est considéré comme une production hors-sol, c’est-à-dire une production n’exigeant pas une surface supérieure à celles des bâtiments et des abords.
PDF icon Qualité de l'air dans les porcheries
1998

Raclage des lisiers en V : évaluation des effets environnementaux

Consulter le resumé

Fiche n° 031 : réduction des impacts environnementaux et des consommations d'énergie

Dans les zones de production les plus denses, la gestion des effluents, en particulier celle des « excédents », peut contraindre fortement l’évolution, voire compromettre le maintien de l’activité porcine. Les contraintes réglementaires imposées aux élevages de porcs s’étendent aussi désormais aux émissions gazeuses, dans un contexte d’ambition nationale de réduction de ces émissions.
Le raclage sous caillebotis est une voie possible ; il permet une gestion de l’effluent en différentes fractions, tout en contribuant à réduire les émissions d’ammoniac au niveau du bâtiment.
Des travaux antérieurs de la Chambre d’agriculture de Bretagne ont établi des bilans à cet égard en conditions expérimentales.
La présente étude opère en conditions de terrain sur une installation commerciale (procédé TRAC du groupement Cooperl).

PDF icon fiche_bilan2014_031.pdf
2015

Réduction des émissions d'ammoniac - De la convention de Genève à la loi sur l'Air

Consulter le resumé

La directive 96/61 concerne la prévention et à la réduction de la pollution de l’air, des sols et de l’eau. Elle donne comme délai le 30 octobre 2007 pour la mise en place, pour les installations classées (dont les élevages de plus de 2000 places de porcs de plus de 30 kg ou 750 truies), des meilleures techniques actuellement disponibles permettant de respecter les valeurs d’émissions fixées.
PDF icon Réduction des émissions d'ammoniac - De la convention de Genève à la loi sur l'Air
2002

Réduire la densité animale en engraissement : quelles conséquences sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac ?

Consulter le resumé

Deux modalités de densité animale ont été comparées dans des salles d’engraissement strictement identiques en vue d’étudier l’incidence sur l’émission d’odeurs et d’ammoniac. Une première salle (notée D1,43) abrite un total de 60 porcs répartis en 6 cases de 10 porcs pour une densité de 1,43 porc par m2 alors qu’une deuxième salle (notée D1) abrite un total de 42 porcs répartis en 6 cases de 7 porcs pour une densité de 1 porc par m2. L’essai est conduit

sur deux bandes afin d’intégrer l’effet saison. La concentration en ammoniac dans l’ambiance et dans l’air extrait ainsi
PDF icon Réduire la densité animale en engraissement : quelles conséquences sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac ?
2007

Réduire la proportion d'espace vide pour des sols de type caillebotis béton en engraissement : quelles conséquences sur les animaux et l'environnement ?

Consulter le resumé

Deux salles d’engraissement, de configuration identique à l’exception du type de sol, sont comparées. Dans la salle témoin, le sol est constitué d’un caillebotis béton comportant 15 % de vide. Dans la deuxième salle (salle mixte), le tiers arrière de chaque case est constitué de ce même caillebotis et le reste de la surface d’un gisoir drainant en béton à 5 % de vide. Deux bandes successives de 144 porcs sont utilisées pour l’essai.
PDF icon Réduire la proportion d'espace vide pour des sols de type caillebotis béton en engraissement : quelles conséquences sur les animaux et l'environnement ?
2007

Réglementations environnementales : vers une harmonisation dans l’UE ?

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 8-10, par Boris Duflot et Elodie Cagnat

Les réglementations environnementales évoluent dans les principaux pays producteurs de porcs en Europe. En matière de gestion des effluents ou de procédures d’autorisation d’exploiter, les situations de la France et des pays du nord de l’Europe semblent converger lentement.

PDF icon Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 8-10, par Boris Duflot et Elodie Cagnat
2017

Traitement de l’air en porcherie : modèle de prédiction des flux azotés

Consulter le resumé

Nadine Guingand, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 78

L’élevage porcin est responsable de 7% des émissions d’ammoniac en France (Citepa, 2015). La réduction des émissions d’ammoniac imposées par la réglementation (directives IED et NEC, PREPA) contraint les éleveurs à de nouveaux choix techniques de gestion de leurs effluents mais aussi de l’air extrait de leurs bâtiments. Le lavage d’air est une technique efficace pour réduire les émissions d’ammoniac mais aussi d’odeurs et de particules. Le mode d’action de ce procédé est à la fois physico-chimique (sédimentation des particules, solubilisation de l’ammoniac) et biologique (mise en place au sein du maillage d’une micro-flore contribuant à la dégradation de l’ammoniac et des composés odorants). En France, cette technique a été principalement développée pour répondre à la question des odeurs émises par les élevages porcins. Sur le terrain, cette technique présente des taux  d’efficacité pour l’abattement d’ammoniac qui peuvent être variables selon la conception des outils mais aussi selon leur gestion. Les paramètres influençant l’efficacité du lavage sont multiples : vitesse d’air au sein du maillage, surface de contact du maillage, température, débit et taux de renouvellement de l’eau… L’objectif du projet TARA était de réaliser, sur les systèmes de traitement de l’air existant en France, un bilan complet des flux azotés pour proposer aux acteurs un modèle permettant de prédire ces flux à partir des caractéristiques du procédé de traitement installé. Le projet comprend plusieurs étapes : la première est d’acquérir, dans une diversité de situations, des données sur les principaux paramètres susceptibles d’impacter les flux azotés d’un dispositif de lavage d’air à l’eau et, pour cela, de définir, d’abord en conditions de laboratoire (IMT Altlantique et Ecole Nationale de Chimie de Rennes), une méthode pour la mesure d’un bilan azoté complet. La deuxième étape consiste à mesurer ces flux azotés en conditions d’élevage dans trois installations de terrain (lavage d’air à l’eau). La troisième étape consiste, à partir des données
acquises précédemment, à établir un outil de prédiction des flux azotés.

PDF icon Nadine Guingand, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 78
2020

Un lavage d'air partiel plus économique

Consulter le resumé

Nadine Guingand, Porc Mag (FRA), 2020, n° 550, mars, p. 31

Afin de réduire le coût de traitement de l'air tout en conservant une bonne efficacité sur l'abattement des émissions d'ammoniac, l'Ifip a étudié un système. Combinant ventilation et lavage d'air basé sur un traitement partiel de l'air.

2020

Un laveur ne doit pas trop souvent être lavé

Consulter le resumé

Le lavage d’air repose sur le principe de la solubilisation des poussières mais aussi de certains gaz comme l’ammoniac dans l’eau. Ce process de traitement de l’air installé en sortie de bâtiment peut supprimer jusqu’à 50 % des émissions d’ammoniac et d’odeurs et de plus de 80 % des particules. Vidanger les eaux de lavage plus souvent : est-ce une solution pour améliorer son efficacité ?

PDF icon techporc_guingand_n19_2014.pdf
2014

Une base des données de facteurs d’émission selon l’itinéraire technique : Elfe

Consulter le resumé

Nadine Guingand, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 91

Les éleveurs de porcs de plus de 2 000 places de porcs de plus de 30 kg ou 750 emplacements de truies doivent annuellement déclarer leurs émissions d’ammoniac, de protoxyde d’azote, de méthane et de particules sur le site GEREP de l’administration française. (https:// www.declarationpollution.developpement- durable.gouv.fr/gerep). Ces mêmes élevages doivent aussi (au titre du BREF Elevages révisé, publié en février 2017) justifier du respect de niveaux maximaux d’émission d’ammoniac par leurs bâtiments. Pour ce faire, l’utilisation de facteurs d’émission par catégorie animale et par itinéraire technique est proposée par le BREF Elevages.

Afin d’améliorer les connaissances relatives aux émissions et de contribuer à réduire la contribution de l’élevage (70% des émissions d’ammoniac d’origine agricole), un Consortium regroupant des acteurs de la recherche (Inra, Irstea) et du développement (Ifip, Itavi, Idèle, CRAB, Terres Inovia, Arvalis, Citepa) s’est constitué pour mutualiser les références relatives aux émissions des ateliers porcs, volailles et herbivores.

L’objectif du projet ELFE (ELevages et Facteurs d’Emission) est (1) de créer pour les porcs, les bovins et les volailles une base de données des facteurs d’émissions gazeuses (NH3, N2O, CH4, CO2, NOx, COV) d’odeurs et de particules par les bâtiments, unités de stockage, traitement des effluents, épandage et pâturage ; (2) d’analyser ces données pour établir des facteurs moyens d’émission par itinéraire technique ; et (3) de diffuser ces acquis auprès d’un large public (scientifiques, instances décisionnelles, acteurs de l’appui technique, éleveurs, enseignement. Le projet ELFE est en lien direct avec le RMT Elevage et Environnement (axe thématique : émissions gazeuses).

PDF icon Nadine Guingand, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 91, fiche n° 51
2018

Utilisation d'additifs en porcherie - Effet sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac en engraissement

Consulter le resumé

Les Chambres d’Agriculture des Pays de la Loire et de la Vendée en collaboration avec l’ITP ont mis en place un programme d’étude sur l’effet de cinq produits du commerce sur la réduction de la concentration en ammoniac et l’émission d’odeurs en engraissement. Cinq élevages ont été impliqués dans l’étude en intégrant des mesures en période estivale et en période hivernale. L’abattement moyen mesuré pour les cinq produits est de l’ordre de 20 % pour la concentration en ammoniac dans l’ambiance avec une très forte variation en fonction de la saison.

PDF icon Utilisation d'additifs en porcherie - Effet sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac en engraissement
2004

Wet scrubber : one way to reduce ammonia and odours emitted by pig units

Consulter le resumé

With the intensification of European regulation on atmospheric pollution, reduction of ammonia emitted by pig units become a priority for farmers. Conflicts between pig farmers and neighbourhood are generally based on odours emissions. The part of buildings in ammonia produced by pig production is estimated of 60% of the whole ammonia emitted. For odours, this part is around 70%. Sows and the rearing of piglets until 30 kg represent less than 30% of ammonia and around 40% of odours emitted by the building.
PDF icon Wet scrubber : one way to reduce ammonia and odours emitted by pig units
2009

XIIth International Society for Animal Hygiene congress, Université d'Agriculture de Varsovie (Pologne) 4-8 Septembre 2005

Consulter le resumé

Le congrès annuel de l’ISAH s’est déroulé dans l’enceinte de la Faculté des Sciences Animales de l’Université d’Agriculture à Varsovie en Pologne du 04 au 08 septembre 2005.

Une session a été intégralement consacrée à la santé et l’environnement en production porcine avec 10 présentations orales et 9 posters. Quelques éléments sont brièvement rapportés dans cet article.
PDF icon XIIth International Society for Animal Hygiene congress, Université d'Agriculture de Varsovie (Pologne) 4-8 Septembre 2005
2005

Pages