La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 61 à 80 de 145 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Une méthode pour mesurer les usages d'antibiotiques

Consulter le resumé

Démédication. L'Ifip et l'Anses-ANMV ont établi un cahier des charges pour mesurer de façon précise, fiable et automatisée les usages d'antibiotiques en élevage.

2016

Une pompe doseuse, oui ou non ?

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 40-42

La pompe doseuse est un matériel incontournable en élevage. Simple d’utilisation, elle implique quand même une bonne maîtrise de la qualité de l’eau, du matériel et de la préparation de la solution mère. Les éleveurs équipés sont satisfaits. Les autres expriment des réticences qui peuvent être levées par un accompagnement et un appui technique.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 40-42
2016

Traitements antibiotiques : en baisse chez les porcs, en hausse chez les truies

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 28, mas-avril, p. 38-39

Entre 2010 et 2013, les usages d’antibiotiques sont en baisse pour les porcs, de la naissance à l’abattage. Seuls les usages pour les truies ont augmenté. L’explication la plus évidente est la mise en groupes des truies gestantes, qui a pu s’accompagner de déséquilibres sanitaires et d’une hausse des troubles locomoteurs.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 28, mas-avril, p. 38-39
2016

Water medication with a dosing pump : motivations, obstacles and use practices

Consulter le resumé

Poster.

The reliability of water medication with a dosing pump requires appropriate equipment and good use practices. This study aims to assess the situation in 2014 in terms of motivations and use practices of the dosing pump in a sample of equipped farms. It also aims to understand the obstacles in nonequipped farms.

Abstract.

Introduction: While antimicrobial treatments administered via the feed were largely predominant in France 15 years ago, drinking water is becoming the main administration route, as 51% of treatments are found as oral solutions and powders in 2013 against 22% in 1999. Mostly administered by dosing pump, the reliability of these treatments requires adapted material and correct use practices. This study has for objective to describe the motivation and use practices of the dosing pump in a sample of equipped farms in 2014. It also aims to understand the obstacles for non-equipped farms.

Materials and Methods: A phone survey was conducted in a sample of 109 French farms equipped with a dosing pump and 46 farms which were non-equipped.

Results: One of the main reasons cited by 46% of farmers for acquiring a dosing pump is the higher efficiency and the shorter implementation of treatment administered through water over feed. Regarding the use practices, the best applied recommendations are the preparation of the tank solution for a use up to 24 hours (91% of farms) and the complete water rinsing of the circuit at the end of the treatment (90% of farms). In 26% of farms, calculation of the amounts of water drunk by pigs under treatment is relied on the animals’ real level of water consumption based on the reading of the water meter or the graduations on the tank. Other farmers (40%) give an estimate of water drunk from theoretical values (10% of the live weight of animals to treat), which is more approximate because based on a constant set for healthy pigs. And 30% of farmers did not explain how they do the calculation for they work “from habit”. Other recommendations are seldom followed by the surveyed farmers whereas they can prevent treatment under-dosing and clogging of troughs and pipes. Indeed, throughout the past year, the trough flow was never controlled in 53% of farms. Occasional solubilisation problems of the treatment, which occurred in 41% of farms, can be explained by some risky practices: the absence of a mixing tank in 31% of farms, no solubility test for new drugs with water from the farm in 59% of cases, mixing of two drugs in 18 % of farms. Finally, improvements are expected in equipment maintenance which is implemented in less than 25% of farms. For 43% of non-equipped farmers, the main obstacle is the constraint related to equipment: cost, set up, use. Only 11% of non-equipped farmers plan to purchase a dosing pump in the short-term.

Conclusion: This survey helps to better target communication routes to optimise the reliability of treatments administered by a dosing pump, as well as to assist the non-equipped farmers through the acquiring process. 

PDF icon Poster IFIP de Anne Hémonic, 24th International pig veterinary society congress, 7-10 juin 2016, Dublin (Irlande)
2016

Evolution of medication costs over a 10 year period from National technical-economic database on French Pig farms

Consulter le resumé

Poster.

The evolution of medication costs over a 10 year period (2004-2014) in French pig farms was analysed.

Abstract 

Introduction: The control of the medication costs is a major challenge in pig industry to optimize production costs and meets the national plan of reduction of the antibiotic use in veterinary medicine. Medication costs are collected in the National technical-economic database (GTE). This is an indirect annual monitoring of antibiotic use from a large network of farms national distribution. In this paper, the evolution of medication costs over the last 10 years (2004- 2014) in French Pig farms is analysed. 
Materials and Methods: Medication costs are analysed from results collected in GTE database in two types of herds: farrow‐to‐finish herds (n> 1475 farms) and fattening herds (n> 339 farms). Several medication costs were considered: total costs, preventive costs with 2 sub-categories, vaccines and livestock management products, curative cost with the orally-administered medication and antibiotic and anti-inflammatory injections. 
Results: In farrow‐to‐finish herds, the total medication costs decreased significantly by 0.76 €/100 kg carcass (-12%) between 2004 and 2014, in relation to the decrease in orally-administered medication (- 0.65 €/100 kg carcass, -40%), in antibiotic and anti-inflammatory injections (- 0.47 €/100kg carcass, - 42%) and also in livestock management products (- 0.26 €/100 kg per carcass, -18%). During the same period vaccination, costs increased (+ 0.28 €/100 kg carcass, +11%). Over those 10 years, the levels of curative medication decreased by 41% and were lower than those of preventive medication (- 2.27 €/100 kg carcass in 2014). Medication costs for fattening herds also decreased significantly by 0.72 €/100 kg carcass (-24%) between 2004 and 2014, in relation to the decrease of orally-administered medication (- 0.65 €/100kg carcass, -42%) and antibiotic and anti-inflammatory injections (- 0.33 €/100 kg carcass, -63%). However, livestock management products and vaccines remained stable for this category of farms. Over the 10 years, the level of curative medication decreased by 47%. In 2014 the preventive medication costs were higher than those of curative medication (+ 0.11 €/100 kg carcass). 
Conclusion: The decrease in medication costs associated with a decreased use of curative treatments and an increased use of vaccines, meets the expectations of Human and Animal Health Authorities and society. This is due to improvement in the health status of farms in connection with the development of vaccinations and biosecurity practices contributing to the success of the actions to reduce antibiotic use.

PDF icon Poster IFIP de Isabelle Corrégé, 24th International pig veterinary society congress, 7-10 juin 2016, Dublin (Irlande)
2016

Usages d’antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 071 : plan ECOANTIBIO

L’IFIP apporte un appui technique aux acteurs concernés par la question de la réduction des usages des antibiotiques en élevage. Cet appui
s’exerce de différentes façons : animation ou participation à des groupes de travail ou projets d’études, expertise de projets ou de dossiers, interventions,formations, élaboration d’outils d’audit et de mesure des usages antibiotiques en élevage.

PDF icon fiche_bilan2015_071.pdf
2016

Devenir des antibiotiques dans le lisier de porc

Consulter le resumé

Fiche n° 072 : Plan ECOANTIBIO

Les antibiotiques sont très utilisés dans tous les pays et filières d’élevage. Après leur administration, ils peuvent favoriser le développement de bactéries et gènes de résistance tant qu’ils sont métaboliquement actifs. Le plan «Ecoantibio2017» ambitionne de limiter ce risque et s’est fixé comme objectif-phare une réduction de 25 % des usages d’antibiotiques en 5 ans. C’est dans ce contexte que l’IFIP a proposé d’étudier le devenir des principaux antibiotiques utilisés dans la filière porcine au terme de différents processus de gestion des effluents. L’évolution des quantités de colistine, de triméthoprime sulfamide (TMP-Sulfa), d’amoxicilline, de tylosine et de doxycycline dans des lisiers de porcs charcutiers et de porcelets en post-sevrage a été étudiée, après (1) administration par pompe doseuse aux animaux, stockage du lisier sous caillebotis pendant la phase d’élevage, (2) séparation de phases du lisier brut par décanteuse centrifuge, (3) stockage en extérieur du lisier brut et de sa fraction centrifugée, et enfin (4) compostage puis maturation de la fraction solide.

PDF icon fiche_bilan2015_072.pdf
2016

Alternative aux antibiotiques : réduction du taux de protéines de l’aliment 1er âge

Consulter le resumé

Fiche n° 073 : plan ECOANTIBIO

La réduction de la teneur en protéines de l’aliment 1er âge (distribué dans les 2 premières semaines après sevrage) est le premier moyen généralement proposé pour réduire l’incidence des pathologies digestives à ce stade. Elle représente de ce fait une alternative à l’usage d’antibiotiques. Aujourd’hui, une teneur en protéines de l’ordre de 16 à 17% semble envisageable mais elle s’accompagne d’une réduction de la teneur en lysine de l’aliment dont il est nécessaire de déterminer l’impact sur les performances en post-sevrage.
Dans un premier essai, cet effet de la réduction de la teneur en protéines (et en lysine) de l’aliment 1er âge sur les performances en post-sevrage est
étudié. Le second essai a pour objectif de déterminer si le remplacement complet du tourteau de soja par des sources concentrées de protéines d’origine végétale ou laitière apporte un bénéfice supplémentaire à la santé digestive des porcelets.

PDF icon fiche_bilan2015_073.pdf
2016

Lésions de pneumonie et performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

Fiche n° 055 : réduction des coûts d'élevage

La pneumonie reste très présente chez les porcs en croissance, malgré le développement de programmes vaccinaux. Elle affecte les performances
techniques (réduction de la vitesse de croissance et hausse de la mortalité) et contribue pour une part importante à l’utilisation d’antibiotiques en engraissement. La notation des lésions de pneumonie observées selon leur surface est une méthode reconnue et très utilisée pour estimer l’importance des problèmes respiratoires.
L’objectif de cette étude est d’évaluer la relation entre la sévérité de la pneumonie notée à l’abattoir et les performances individuelles des porcs en croissance, notamment l’indice de consommation.

PDF icon fiche_bilan2015_055.pdf
2016

Propriétés d’adhésion et de résistance aux biocides et antibiotiques de souches de Salmonella

Consulter le resumé

Fiche n° 024 : maîtrise des qualités sanitaires des produits

Salmonella est la cause la plus fréquente d’épidémies d’origine alimentaire en Europe (28,6% de l’ensemble des épidémies alimentaires) (EFSA,
2014).
Avec la volaille, le porc constitue un réservoir majeur des salmonelles. En France, parmi les 2600 sérovars salmonelles, Typhimurium et Derby représentent, chaque année depuis 2005, entre 60% et 80% des salmonelles isolées en filière porcine.
L’implantation privilégiée de ces sérotypes dans la filière porcine n’est aujourd’hui pas expliquée.
Une étude antérieure menée par l’IFIP n’a pas permis de corréler la prévalence élevée de ces sérotypes avec un fort potentiel de croissance ou une
éventuelle résistance aux acides organiques, à une température critique (60°C) ou à des aw basses.
Cependant, d’autres mécanismes physiologiques, pourraient être à l’origine de leur persistance au sein de la filière.
Cette étude visait donc à caractériser un panel de souches salmonelles de sérovars Typhimurium (n = 15) et Derby (n = 15) issues de la filière porcine pour (1) leur mobilité, (2) leur capacité à adhérer sur deux types de matériaux retrouvés dans l’industrie de la viande, l’acier inoxydable (INOX) et un polymère, le polyéthylène haute densité (PEHD), (3) leur résistance vis-à-vis des antibiotiques et des principaux biocides utilisés dans les secteurs de l’abattage-découpe et de la transformation.

PDF icon fiche_bilan2015_024.pdf
2016

Vers une santé de précision

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 38-39

Dossier Santé animale : maîtrise sanitaire : des fondamentaux aux techniques de pointe

Les nouvelles technologies apporteront bientôt aux éleveurs et à leurs vétérinaires de nouvelles pistes pour optimiser la maîtrise sanitaire des animaux : détection précoce des maladies, ciblage du moment du traitement et du nombre d’animaux à traiter, individualisation des traitements. La santé de précision, « instrumentalisée », est une piste sérieuse de réduction d’usage des antibiotiques.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 38-39
2016

Learning processes and trajectories for the reduction of antibiotic use in pig farming: A qualitative approach

Consulter le resumé

Since 2011, French public policy has been encouraging a reduction in the use of antibiotics in animal farming. The aim of this article is to look at how some farms have already managed to lower their consumption of antibiotics, and to highlight the levers of change in farming health practices. Our research uses a qualitative study based on 21 semi-structured interviews with farmers and veterinarians in the French pig-farming sector. We use the notion of “trajectory of change” to examine, over time, the intersection of the technical, economic, social and organisational determinants which affect the reduced use of antibiotics. The “learning process” concept makes it possible to take account of the way in which the actors assimilate, appropriate and implement new health practices. We have identified three interdependent levels of learning: technical learning, cognitive learning and organisational learning.

2015

La vaccination à l'honneur aux dernières JRP

Consulter le resumé

Dans le contexte actuel de réduction des usages des antibiotiques, la vaccination est un des moyens disponibles pour limiter leurs usages. Rien d'étonnant donc à ce que plusieurs publications consacrées à la vaccination aient été présentées lors de la séance santé animale des dernières Journées de la Recherche Porcine. Selon le type de vaccin, les résultats portent sur l'amélioration de l'indice de consommation et la réduction des lésions ou de la pression d'infection.

PDF icon techporc_correge_n24_2015.pdf
2015

Evolutions des usages d’antibiotiques entre 2010 et 2013

Consulter le resumé

Fiche n° 014 : contribution aux politiques publiques

Une étude a été menée dans 46 élevages naisseurs-engraisseurs du Grand Ouest de la France, pour analyser l’évolution des usages d’antibiotiques
entre 2010 et 2013, identifier les facteurs expliquant les variations d’usage et cerner la perception des éleveurs sur ces variations.

PDF icon fiche_bilan2014_014.pdf
2015

Action d’appui aux éleveurs pour une réduction des usages antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 016 : action d'appui aux éleveurs pour une réduction des usages antibiotiques

L’IFIP apporte un appui technique aux différents acteurs concernés par la question de la réduction des usages des antibiotiques en élevage.
Cet appui s’exerce de différentes façons : animation ou participation à des groupes de travail ou projets d’études, expertise de projets ou de dossiers, interventions, formations, élaboration d’outils d’audit et de mesure des usages antibiotiques en élevage.

PDF icon fiche_bilan2014_016.pdf
2015

Devenir des antibiotiques dans le lisier de porc

Consulter le resumé

Fiche n° 017 : contribution aux politiques publiques

L’enjeu de ce projet, déposé dans le cadre du plan « Ecoantibio 2017 » est d’étudier le devenir des principales familles d’antibiotiques administrées à des porcelets et des porcs charcutiers et d’évaluer leur destruction au cours du temps en fonction de différents modes de gestion des lisiers.
Les familles d’antibiotiques choisies et les molécules correspondantes (entre parenthèses) sont au nombre de 5 : macrolides (tylosine), tétracyclines (doxycycline), pénicillines (amoxycilline), polypeptides (colistine : porcelet uniquement) et sulfamides (TMP-sulfa : porc charcutier uniquement).

Avant la validation du protocole et le démarrage des essais (en cours de réalisation), il a été envisagé une analyse bibliographique approfondie sur l’impact de la gestion des effluents d’élevage sur la dégradation des antibiotiques.

PDF icon fiche_bilan2014_017.pdf
2015

Les motifs des traitements antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 015 : contribution aux politiques publiques

Quels motifs de traitements antibiotiques concernent le plus d’élevages ? Quels motifs sont à l’origine des plus forts usages d’antibiotiques ? Ces informations sont essentielles pour définir les priorités d’action dans les différentes démarches de réduction des traitements antibiotiques en élevage.
L’IFIP a réalisé une analyse des motifs de traitements antibiotiques dans les élevages de porcs d’après les données du Panel Antibiotiques Inaporc, cet outil d’origine professionnelle a été mis en place par l’IFIP, avec l’appui scientifique de l’Anses, pour mesurer les quantités d’antibiotiques utilisées en 2010 et préciser les modalités d’usage dans un échantillon de 170 élevages représentatifs de la production porcine française.
Les données sur les traitements antibiotiques ont été collectées auprès des éleveurs participants et des structures leur ayant délivré des antibiotiques en 2010 (vétérinaires, fournisseurs d’aliments médicamenteux). Pour chaque spécialité antibiotique acquise, l’éleveur a réparti les quantités utilisées selon les catégories d’animaux destinataires et a cité jusqu’à 3 motifs de traitement.
Les motifs de traitement ont ensuite été hiérarchisés selon le pourcentage d’élevages concernés et selon les quantités d’antibiotiques utilisées, exprimées en nombre de jours de traitement par animal (nDD/a) et en nombre de traitements par animal (nCD/a) (voir figure).

PDF icon fiche_bilan2014_015.pdf
2015

Antimicrobial use evolution between 2010 and 2013 in a group of pig farms - trends and drivers

Consulter le resumé

Poster.

Objectives :

·         to analyze the evolution of antimicrobial use between 2010 and 2013 in the same sample of farms,

·         to identify the factors that account for variations in use,

·         to assess farmers' perception on these variations.

PDF icon hemonic_2015_esphm.pdf
2015

Analyse des évolutions des usages d’antibiotiques entre 2010 et 2013 dans un groupe d’élevages de porcs

Consulter le resumé

Les objectifs de cette étude sont d’analyser l’évolution des usages d’antibiotiques entre 2010 et 2013 dans un échantillon constant d’élevages, d’identifier les facteurs expliquant les variations d’usage et de cerner la perception des éleveurs sur ces variations. L’étude porte sur 46 élevages situés dans le Grand Ouest de la France. Lors d’une enquête en élevage, l’éleveur était questionné sur les changements techniques et sanitaires intervenus entre 2010 et 2013 et pouvant expliquer des variations d’usage d’antibiotiques dans son élevage. Une comparaison a aussi été réalisée entre les évolutions réelles des usages sur trois ans et les évolutions estimées par les éleveurs. La baisse des usages d’antibiotiques en trois ans est importante (‐ 31 %) et concerne une large majorité des élevages étudiés (74%). Ce résultat illustre les efforts collectifs réalisés et démontre les marges de diminution, parfois importantes, qui sont possibles dans les élevages. Beaucoup d’efforts ont porté sur la prévention des maladies par une meilleure gestion de la conduite des animaux, de l’hygiène, de l’alimentation et des bâtiments. Les protocoles thérapeutiques ont également été révisés (arrêt de traitements systématiques, usage des vaccins, vermifuges ou produits alternatifs). Néanmoins, certains aléas sanitaires se sont aussi traduits par des hausses d’usages. Ce travail souligne l’intérêt de mettre en place un outil d’auto‐évaluation des usages d’antibiotiques à destination des éleveurs et de leurs vétérinaires. En effet, la perception des éleveurs sur la variation des usages d’antibiotiques dans leur élevage en trois ans est erronée dans plus de 60 % des cas.

Analysis of the evolution of antibiotic use between 2010 and 2013 in a group of pig farms

The objectives of this study are to analyze the evolution of antibiotic use between 2010 and 2013 in a constant sample of farms, to identify the factors that account for variations in use and to assess the perception of farmers on these variations. The study focused on 46 farms in the West of France. During a survey, the farmer was asked about the technical and sanitary changes occurring between 2010 and 2013 that could explain variations in antibiotic use in his farm. A comparison was also made between the calculated variation of antibiotic use over three years and the estimated variation according to farmers. The decrease of antibiotic use over three years is important (‐ 31%) and involves a large majority of farms (74%). This result illustrates the collective efforts made and demonstrates margins of decrease, sometimes substantial, that are achievable in farms. Much work has been carried on disease prevention through better control of herd management, hygiene, food and buildings. Treatments were also optimized (use of vaccines, de‐wormers, alternative products and some systematic treatments were stopped). Nevertheless, some new health problems also resulted in increases of antibiotic use. Finally, this work emphasizes the importance of establishing a tool for farmers and their vets to self‐assess their use of antibiotics. Indeed, the perception of farmers on their variations in antibiotic use over three years is incorrect in 60% of cases.

PDF icon jrp2015-sante_animale-hemonic.pdf
2015

Impact de la gestion des effluents d’élevage sur la dégradation des antibiotiques / Impact of slurry and manure management on the degradation of antibiotics

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(1), 27-49 - La revue R&D de la filière porcine française

Les antibiotiques sont très utilisés dans tous les pays et filières d’élevages. La bibliographie internationale montre que les molécules les plus souvent dosées dans les déjections animales et qui se retrouveront dans l’environnement, sont les tétracyclines, les sulfonamides, les macrolides, les quinolones et fluoroquinolones. Après leur administration, les antibiotiques peuvent favoriser le développement de bactéries et gènes de résistance tant qu’ils sont métaboliquement actifs.
Le plan « Ecoantibio 2017 » ambitionne d’enrayer ce risque d’antibiorésistance et s’est fixé comme objectif phare une réduction de 25 % des usages d’antibiotiques en cinq ans. Leur utilisation qui a largement baissé dans la filière porcine française, demeurera une nécessité pour la santé et le bien-être animal.
La littérature scientifique montre que l’organisme animal dégrade assez peu les antibiotiques puisque leur excrétion s’effectue en l’état et/ou sous forme de métabolites actifs, à hauteur de 30 à 90 % des quantités administrées. Au cours du stockage, la plupart des résidus d’antibiotiques forment des complexes avec des matières organiques et demeurent plutôt stables bien qu’une grande diversité de persistance puisse être observée. Après un épandage, les sols ont plutôt un effet protecteur. La contamination des eaux nécessite toutefois que l’antibiotique soit à la fois persistant et mobile. Les procédés de traitement pouvant être mis en oeuvre peuvent également réduire les concentrations d’antibiotiques, c’est le cas notamment du compostage mais aussi, dans une moindre mesure et/ou d’une manière plus variable, le traitement biologique par boue activée et la méthanisation. Il demeure toutefois beaucoup d’incertitude quant à leur efficacité réelle compte tenu d’un manque de standardisation des protocoles expérimentaux. Il y a ainsi de fréquentes confusions entre adsorption et destruction. Pour juger des risques de développement de l’antibiorésistance, il serait par ailleurs nécessaire de faire le lien avec la prévalence des bactéries et des gènes de résistance aux antibiotiques dans les différents compartiments (effluents, eaux, sols).

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Pages