La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 24 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Fièvre Porcine Africaine en Chine : une épidémie hors de contrôle ?

Consulter le resumé

Elisa Husson et Lisa Le Clerc, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 494, synthèse du mois,  février, p. 8

Le développement de la Fièvre Porcine Africaine (FPA) impacte fortement le marché intérieur du plus gros producteur mondial. L’impuissance de la Chine face à cette crise sanitaire devrait rebattre les cartes du marché international porcin : la situation actuelle pourrait relancer durablement les importations chinoises de porc.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 494, synthèse du mois, février, p. 8
2019

Les importations chinoises de viande de porc : enjeu de marché, enjeu politique

Consulter le resumé

Poster présenté par Michel Rieu et Jan-Peter Van Ferneij, aux 50es Journées de la Recherche Porcine, 2018, 6 et 7 février 2018, Paris

La Chine, moteur déterminant du marché mondial du porc
Dans le passé, la production et la consommation de porc en Chine étaient très proches et les importations restaient ponctuelles. Mais depuis le milieu des années 2000, celles-ci sont devenues plus permanentes et en hausse. Elles ont atteint 1,5 million de tonnes en 2015 et bondi à 3 millions en 2016. Pour un déficit minime du premier producteur mondial de porc, ces importations ont un impact considérable sur le marché mondial. Elles ont des répercussions sur les prix intérieurs des principaux exportateurs, l’Union européenne et l’Amérique du Nord.

PDF icon Poster de Jan-Peter Van Ferneij et Michel Rieu, 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris
2018

Les importations chinoises de viande de porc : enjeu de marché, enjeu politique

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 271-272, par Jan-Peter Van Ferneij et Michel Rieu, poster

Poster.

Historiquement, en Chine, la production et la consommation de viande de porc sont très proches l’une de l’autre. Depuis des décennies, l’offre suit la demande croissante, expliquée par la poursuite de l’augmentation du pouvoir d’achat et l’urbanisation. Des épisodes sanitaires ou des périodes de faible rentabilité des élevages se sont traduits par un recul de l’offre, et par conséquent d’une baisse de la consommation. En effet, le gouvernement ne faisait que recours limité aux importations.
Mais depuis le milieu des années 2000 au contraire, les importations s’installent progressivement sur le marché et le pays est devenu très faiblement déficitaire. Au regard de l’importance de la Chine dans le paysage porcin mondial (premier producteur et premier consommateur), ce déficit a un impact considérable sur les exportateurs mondiaux, surtout l’Union européenne et l’Amérique du Nord. Afin de tenter de satisfaire la demande croissante, le gouvernement soutient fortement la production, entre autres à travers des subventions diverses et un système de stockage de viande congelée.

Chinese imports of pork: market volume and political strategy as major issues

Historically, pig production and pork consumption in China have been nearly equal, evaluating in the same pace of increase. The Chinese government made only limited recourse to imports. But since the mid-2000s, however, imports have gradually moved into the market. China is known for its high demand for offal’s and co-products, but is gradually imports are moving towards more valuable products. Given the importance of China in world trade and economy as the leading pig producer and pork consumer, this small deficit has a huge impact on global pork exporters, especially the European Union and North America.
China controls its imports through the management of meat stocks and the distribution of direct access approvals to export companies. In many countries, several slaughterhouses have obtained approvals allowing them to sell directly on the Chinese market, leading to a better valuation of the products. Frozen pig meat represented in 2016 almost half of the total import flows.
Consumption is expected to increase in the future. To try to keep up with the growing demand, the Chinese government is strongly supporting pig production, especially through subsidies for farm investments and fixing of domestic pork prices. But the increasing lack of space for new farms, the constraints on environmental issues, the absence of skilled labor, ... will increase. The Chinese Government seems ready to accept a 5% deficit in the coming years.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij et Michel Rieu, 50es JRP, 6 et 7 février 2018, p. 271-272, poster
2018

L'Asie, moteur des exportations européennes

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 10-11

Dossier économie :concurrence internationale et marchés

Malgré des obstacles qui surviennent régulièrement, les exportations de l’UE vers les pays tiers suivent une tendance croissante. L’importance de l’Asie s’accentue, surtout en 2016 avec l’explosion de la demande chinoise. L’Asie absorbe ainsi 80 % des exportations européennes.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Dynamique chinoise et impacts sur le marché mondial du porc

Consulter le resumé

Visuels de Jan-Peter Van Ferneij au Space 2017, le 15 septembre 2017, à Rennes (Matinales de l'IFIP)

PDF icon Visuels de Jan-Peter Van Ferneij au Space 2017 (Matinales de l'IFIP)
2017

Chine : le maïs. Un enjeu stratégique

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 476, juin, p. 8, synthèse du mois par Hervé Marouby

 En Chine le maïs est le pivot de l’alimentation animale et a aussi des utilisations industrielles dévelop­pées. Après une longue période de soutien aux producteurs, la politique agricole a changé en 2016. Les prix de marché ont baissé, améliorant la compétitivité de la nutrition et des productions animales, alors que les importations de viandes et produits laitiers se sont fortement accrues ces dernières années.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 476, juin, p. 8, synthèse du mois par Hervé Marouby
2017

Chine : le maïs. Un enjeu stratégique

Consulter le resumé

Hervé Marouby, Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 476, juin, synthèse du mois, p. 8

En Chine le maïs est le pivot de l’alimentation animale et a aussi des utilisations industrielles développées.
Après une longue période de soutien aux producteurs, la politique agricole a changé en 2016. Les prix de marché ont baissé, améliorant la compétitivité de la nutrition et des productions animales, alors que les importations de viandes et produits laitiers se sont fortement accrues ces dernières années.

PDF icon Hervé Marouby, Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 476, juin, synthèse du mois, p. 8
2017

Chine : vers plus de concentration

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 475, mai, p. 8, synthèse du mois, par Jan-Peter Van Ferneij

La production porcine chinoise reste dominée par des exploitations de petite taille. Mais plusieurs très grandes entreprises projettent d’accroitre sensiblement leur cheptel dans les prochaines années, renforçant la concentration. Après un article sur la dynamique de la production, de la consommation et des importations (Baromètre Porc, n°471), cette synthèse traite des structures de production

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 475, mai, p. 8, par Jan-Peter Van Ferneij
2017

Bilan porcin français : année de la Chine

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 474, avril, synthèse du mois, p. 8, par Jan-Peter Van Ferneij

En 2016, le bilan d’approvisionnement confirme le resserrement des échanges. Le déficit se réduit grâce au recul des importations. Avec une légère hausse des exportations, la Chine s’est installée comme principale destination. La production se redresse légèrement. La consommation poursuit sa tendance lourde à la baisse.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 474, avril, synthèse du mois, p. 8, par Jan-Peter Van Ferneij
2017

L’IFIP – Institut du Porc à l’honneur en Chine

Consulter le resumé

Dans le cadre du déplacement du Premier Ministre Bernard Cazeneuve les 21 et 22 février en Chine, l’IFIP-Institut du Porc a été mis en avant pour son partenariat innovant avec le Ministère de l’Agriculture Chinois.
Cette collaboration ambitieuse, initiée depuis déjà plusieurs mois avec l’appui du Ministère français de l’Agriculture et de l’Ambassade de France à Pékin, consiste en la création de modules pédagogiques d’e-learning sur la conduite moderne d’élevage porcin dans le respect des règles de biosécurité.

PDF icon communiqué de presse l'IFIP à l'honneur en Chine
2017

La production porcine en Chine : un acteur de poids sur l'échiquier mondial

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 471, janvier, synthèse du mois, p. 8

En 2016, la Chine est passée à une politique d’importation soutenue, pour compenser la chute de la production. Cette dernière a été pénalisée par des incidents sanitaires, une mauvaise rentabilité de l’élevage et de nouvelles réglementations environnementales et structurelles plus contraignantes.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Baromètre Porc (FRA), n° 471, synthèse du mois, janvier, p. 8
2017

Panorama du commerce international du porc : commerce mondial 2014

Consulter le resumé

L’année 2014 a été marquée par l’absence de la Russie, à partir de février pour les exportateurs européens et à partir d’août pour l’Amérique du Nord. Seul le Brésil a augmenté ses exportations vers la Russie mais au détriment des expéditions vers l’Ukraine. La crise sanitaire nord-américaine de DEP (diarrhée épidémique porcine), a conduit à une baisse des exportations, à cause du recul des disponibilités et d’une perte de compétitivité due au prix national très élevé.
L’UE a profité de cette situation pour augmenter ses exportations vers les pays asiatiques, Japon, Corée et les Philippines surtout. L’offre de viande de porc dans ces y pays était moins soutenue, en raison de problèmes sanitaires. Les importations chinoises totales étaient en léger recul (-3%), mais les expéditions de l’UE, tous produits confondus, ont progressé de 6%. Hong Kong reste une plateforme de commerce de viande, dont les destinations autres que la Chine se sont développées en 2014.

PDF icon Panorama du commerce international du porc : commerce mondial 2014
2015

Le secteur porcin en Chine : restructurations et perspectives

Consulter le resumé

La Chine, premier producteur de porcs dans le monde, accélère la restructuration de sa filière, sous la forte influence des autorités politiques. Celles‐ci visent l’auto‐approvisionnement du pays en viande de porc, malgré la poursuite du développement de la consommation, ce qui suppose une croissance plus rapide de la production. La production porcine chinoise a longtemps été réalisée presqu’exclusivement par de petits élevages. Ces dernières années, progressivement, de plus grandes entités de production sont apparues, utilisant souvent de la technologie étrangère. Les entreprises veulent intégrer plusieurs activités de la filière, par des investissements nouveaux ou par la reprise d’entreprises existantes. Les restructurations s’accélèrent, en prenant appui sur les orientations du « 12ème plan quinquennal national ». En 2014, les activités de fabrication d’aliment, d’élevage et d’abattage de porcs restent dispersées, les plus grandes entreprises ne représentent qu’une part modeste de la production totale, le reste étant réalisé par des petites structures. Cette communication évalue la dépendance en matières premières et les nombreux autres défis à résoudre pour atteindre l’autosuffisance, tels que la forte surcapacité d’abattage, la sécurité sanitaire des aliments ou les contraintes environnementales croissantes. De plus, sur la base de différents faits et indices, elle fait une analyse critique des évaluations statistiques des niveaux de la production et de la consommation de porc en Chine.

The hog industry in China : reorganization and prospects

China, the largest pork producer in the world, is accelerating the reorganization of its industry, under the strong influence of the national authorities. The government aims to reach self‐sufficiency in pork, despite continued growth in consumption, which means faster production growth. Chinese pork has long been produced almost exclusively in small farms. In recent years, larger production units have progressively emerged, often using foreign technology. Companies want to integrate several levels in the sector, with new investments or by purchasing existing businesses. Reorganization is accelerating, based on the guidelines of the "12th national five‐year plan." In 2014, the main companies in feed manufacturing, pig farming and slaughtering represent only a small share of total production. The remainder is still carried out by small structures. This work will assess the dependence on raw materials and will evaluate numerous challenges to be addressed to achieve selfsufficiency, such as the over‐capacity of the slaughter sector, food security and growing environmental constraints. In addition, based on different facts and evidence, the statistical assessments of the levels of production and consumption of pork in China will be critically analyzed.

PDF icon jrp2015-economie-sociologie-van_ferneij.pdf
2015
le porc dans tous ses états

Journée d'échanges de l'Ifip "le porc dans tous ses états"

Consulter le resumé

L’IFIP EXPOSE LE PORC le 9 décembre 2014 de 9h30 à 16h35 à Paris (Espace du Centenaire-Maison de la RATP, Paris 12)
Venez participer à une journée d’échanges autour des activités de l’Ifip …

Entrée gratuite sur inscription
Formulaire d’inscription en ligne : http://www.ifip.asso.fr/fr/journee_echanges_ifip
Répondre avant le 28 novembre 2014 à IFIP-Institut du porc - 5 rue Lespagnol - 75020 Paris
Contact : juliette.baron@ifip.asso.fr - tél : 01 58 39 39 50 - Fax : 01 58 39 35 69
 

 

PDF icon Programme de la journée d'échanges Ifip du 9 décembre 2014
2014

Emplettes : la Chine « achète » le monde...

Consulter le resumé

La Chine se préoccupe intensément de nourrir sa population. Avec près de 1,4 milliard d'habitants, elle compte 20% de la population mondiale.

Sa demande alimentaire va continuer à croître et se modifier principalement sous l'effet de l'augmentation du pouvoir d'achat.

Ces changements auront une incidence dans le monde entier. Ainsi, d'ores et déjà, le prix du porc dans l'UE est influencé par le niveau des achats chinois de viande.

2013

Productions animales en Asie : le risque sanitaire, donnée essentielle du marché ?

Consulter le resumé

Tous les yeux sont rivés sur la montée en puissance de l’offre chinoise en produits animaux. Celle-ci, tout comme dans les autres pays asiatiques, reste liée à la maîtrise sanitaire des élevages. Devons-nous craindre de nouvelles crises ? L’U.E peut-elle tirer partie des efforts réalisés en terme de qualité et de traçabilité ?

PDF icon 2013chaumet-2.pdf
2013

Parmi les premiers importateurs de porc, la Chine s’impose

Consulter le resumé

En 2011, le commerce de produits du porc a progressé en volume de 12%, par rapport à 2010, atteignant 7,5 Mt. En valeur, la progression est de 21% dépassant les 13 milliards d’euros. L’écart entre ces évolutions reflète la hausse des prix sur le marché mondial l’an dernier et l’évolution de la nature des échanges.

PDF icon bp2012n417.pdf
2012

Marché chinois : ces importations qui bouleversent le monde

Consulter le resumé

En forte croissance depuis cinq ans, les importations chinoises ont dépassé 1,7 millions de tonnes en 2011, dont deux tiers d'abats. Accéder à ce pays est toujours difficile, mais fructueux.
2012

Clients aujourd'hui, concurrents demain : la Russie entre relance et menaces

Consulter le resumé

Alors que la Russie patiente aux portes de l'OMC, l'industrialisation de son élevage porcin stimule une production que menace cependant la peste porcine africaine.
2011

Congrès mondial de la viande : en 2050, 9 milliards de bouches à nourrir

Consulter le resumé

Comment va évoluer le commerce mondial de la viande ? Réunis en Argentine, des experts ont confronté leurs projections.
2010

Pages