La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 26 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Analyse des phénols dans les produits fumés : utilisation de la microextraction en phase solide (SPME)

Consulter le resumé

Le fumage apporte des composés phénoliques qui participent à l'arôme du produit et parmi lesquels on distingue le phénol, le guaïacol et le syringol, en quantités variables selon la nature du bois utilisé, la température de pyrolyse et la technique de fumage. Une méthode d'extraction des phénols, utilisant la micro-extraction en phase solide (SPME) est développée et appliquée à l'étude de la composition des saucisses de Francfort fumées par fumage traditionnel ou par revaporisation de fumée liquide. La cinétique d'absorption des phénols est également étudiée.
PDF icon Analyse des phénols dans les produits fumés : utilisation de la microextraction en phase solide (SPME)
2000

Comparaisons Inter-Laboratoires d’analyses de composition de produits carnés

Consulter le resumé

L’IFIP propose aux laboratoires d’entreprises,

publics, ou privés, un circuit de

comparaison, soit 2 campagnes, concernant

les analyses de composition des

produits à base de viandes.
PDF icon Comparaisons Inter-Laboratoires d’analyses de composition de produits carnés
2011

Composition and classification of carcasses

Consulter le resumé

2002

Composition chimique de la cuisse de porc : influence de l'âge, du pH ultime et du type génétique

Consulter le resumé

La composition chimique du tissu musculaire de la cuisse de porc avant transformation influence la qualité du jambon cuit. La composition de deux muscles de la cuisse, semimembranosus et biceps femoris, provenant de 12 populations de porcs variant selon 3 paramètres (type génétique, âge à l'abattage et classe de pH ultime) est analysée. Des différences importantes, concernant les protéines, le collagène et les matières grasses sont observées. Le taux de sucres solubles totaux est significativement lié à la classe de pH ultime, et le taux de protéines est influencé par le type génétique.
PDF icon Composition chimique de la cuisse de porc : influence de l'âge, du pH ultime et du type génétique
2002
Composition des effluents porcins et de leurs coproduits de traitement

Composition des effluents porcins et de leurs coproduits de traitement

Consulter le resumé

Analyse de 10 types d’effluents porcins et de 14 coproduits de traitement. Prévoir le plan de fumure et les ouvrages de stockage ou de traitement. Comparer les valeurs de l'élevage de porc à des teneurs moyennes. Obtenir des références sur des éléments coûteux. Comparer les familles de produits. Effectuer des simulations... 28 pages 21 X 29.7 (Edité par l'institut du porc en 2005).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Composition et volume de lisier produit par le porc - Données bibliographiques

Consulter le resumé

Cet article constitue un recueil de références bibliographiques sur les quantités

d’éléments minéraux, les volumes et les concentrations de lisier produit par type de porc et pour un élevage naisseur-engraisseur. Les volumes sont donnés avant et après lavage des bâtiments. Pour les concentrations, la majorité des constituants minéraux sont référencés: macroéléments primaires (azote, phosphore, potassium), secondaires (calcium, magnésium, sodium), oligo-éléments (cuivre, zinc, manganèse, fer, soufre, bore, molybdène) et quelques éléments en trace.
PDF icon Composition et volume de lisier produit par le porc - Données bibliographiques
1998

De nouveaux capteurs pour maîtriser la qualité des viandes de porc / New sensors for pork quality control

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(1), 71-76 - La revue R&D de la filière porcine française

Les abattoirs font le lien technologique et économique entre les attentes des marchés et la production de l’élevage. Des technologies nouvelles apparaissent dans l’industrie de la viande et sont expérimentées dans plusieurs directions.
La tomographie X détermine la composition d’une carcasse dans ses trois tissus principaux, le maigre le gras et l’os. Elle est déjà utilisée pour réaliser des dissections virtuelles afin de calibrer les appareils de classement. Cette technologie RX est expérimentée en ligne sur des chaînes de désossage où elle sert à programmer les robots selon la conformation individuelle des pièces.
Des caméras en lumière visible installées dans les abattoirs pour classer les carcasses selon des épaisseurs de maigre et de gras permettent la répartition des plus-values aux éleveurs.
Les spectres NIRS (Near Infra Red Spectroscopy) de réflexion ou de réfraction sont utilisés pour mesurer la composition en gras et maigre de mêlées. Leur utilisation est en cours de validation en substitution du pH pour prédire au stade abattoir la qualité technologique des jambons et des longes. 
L’analyse hyperspectrale (incluant les ondes visibles et infra rouges) devient possible grâce aux vitesses des calculateurs aujourd’hui disponibles. Elle devrait renforcer la précision de l’analyse NIRS et améliorer la qualité de caractérisation des viandes porcines.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Détermination de la composition en acides gras de la graisse de porc par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier.<br /><br />Determination of fatty acid composition of pork fat by Fourier transform infrared spectroscopy.

Consulter le resumé

La spectroscopie IR-TF est évaluée sur la graisse de porc (poitrine et lard), par des mesures effectuées directement sur les échantillons non transformés et sur des extraits de graisse. La validité de la spectroscopie infrarouge pour l'estimation des teneurs en acides gras saturés, acides gras monoinsaturés, acides gras polyinsaturés, C16:0, C18:0, C18:1 et C18:2, dans les extraits de graisse, est démontrée.
2001

Détermination de la teneur en maigre des carcasses de porc. Determining the lean content of pork carcasses.

Consulter le resumé

Un rendement en viande maigre de la carcasse est défini comme la proportion de tissus d'intérêt d'une carcasse obtenu selon une méthode de référence. Le rendement en viande maigre des carcasses est associé à la valeur de la carcasse commerciale. Ce chapitre passe en revue la définition de tous les pays de la carcasse de porc, le rendement en viande maigre, les technologies qui sont disponibles aujourd'hui pour les deux, la détermination en ligne de ces rendements maigre et la mesure précise du poids des tissus d'intérêt.

2009

Estimation de la composition tissulaire de jambons et poitrines par un scanner à induction magnétique

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 339-344, par Gérard Dumas et al.

Le maillon aval est intéressé par un tri automatique des pièces de découpe. L’objectif de cette étude est de développer des modèles d’estimation de la composition tissulaire des jambons et des poitrines en utilisant un appareil commercial récent basé sur l’induction magnétique. Deux groupes d’échantillons ont été mesurés par cet appareil dans un atelier de découpe : l’un de 100 jambons et l’autre de 80 poitrines, à raison de 20 poitrines pour chacune des quatre classes de gras. Les pièces ont ensuite été scannées par un tomographe à rayons X, servant de référence pour la composition tissulaire. Les images tomographiques ont été segmentées, afin de calculer les poids et les teneurs en muscle et en gras. Ces quatre variables à expliquer ont été régressées sur le poids de la pièce et les paramètres classiques du signal de réponse à l’induction magnétique, mais aussi sur des coefficients de forme, calculés par des B-splines. Les meilleurs modèles incluaient deux variables pour le jambon, issues du poids de la pièce et de l’amplitude maximale du signal. Pour les poitrines, à ces variables s’ajoutaient l’aire sous le signal et un ou deux coefficients de forme. Les meilleurs résultats ont été obtenus pour les poids de tissus, avec un R2 ajusté de 0,94 pour le muscle du jambon et le gras de la poitrine. Le R2 ajusté du pourcentage de muscle était de 0,80 pour les poitrines et 0,65 pour les jambons. La proportion de poitrines bien classées a été estimée à 88%. Ces résultats confirment le potentiel de l’induction magnétique pour le tri des pièces et laissent entrevoir des perspectives pour l’utilisation de l’appareil testé.

Estimation of the tissue composition of hams and bellies by a magnetic induction scanner

The meat industry is interested in automatic sorting of the primary cuts. The objective of this study was to develop models to estimate the tissue composition of hams and bellies by using recent commercial equipment based on magnetic induction. Two groups of samples were measured by this apparatus in a cutting room: one of 100 hams and the other of 80 bellies, with 20 bellies in each of four fatness classes. The cuts were then scanned by an X-ray tomograph (CT), used as a reference for tissue composition. The CT images were segmented to calculate the weights and the contents of muscle and fat. These response variables were regressed on the cut’s weight and the classic parameters of the magnetic induction response signal, but also on shape factors, calculated by B-splines. The best models included two variables for hams, derived from the weight of the cut and the maximum amplitude of the signal. To these variables were added the area under the signal and one or two shape factors for the bellies. The best results were obtained for tissue weights, with an adjusted R2 of 0.94 for ham muscle and belly fat. The adjusted R2 of the muscle percentage was 0.80 for the bellies and 0.65 for the hams. The percentage of well-classified bellies was estimated at 88%. These results confirm the potential of magnetic induction to sort cuts and suggest prospects for using the device tested.

2019

Etude des composés de l'arôme du jambon cuit

Consulter le resumé

Différents produits expérimentaux sont fabriqués afin d'étudier l'influence de la matière première sur la flaveur du jambon cuit. Les produits sont évalués par dégustation et les composés volatils responsables de l'arôme sont analysés en parallèle à la composition en matière première. Les phospholipides semblent avoir une influence sur la formation de la flaveur.
PDF icon Etude des composés de l'arôme du jambon cuit
2000

Impact of weaning age on gut microbiota composition in piglets

Consulter le resumé

F.R. Massacci et al., 69th Annual meeting of the european federation of animal science (EAAP), Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018

Weaning is a crucial period of pigs, accompanied by nutritional, environmental and social stresses. Studies comparing different ages at weaning have shown that increasing weaning age improves wean-to-finish growth performances and reduces mortality. However, the impact of weaning age on the early-life establishment of the gut microbiota remains under-investigated in pigs. Our objective was to compare the gut microbiota composition of piglets weaned at different ages. 48 piglets were divided in 4 groups of 12 animals weaned at either 14, 21, 28 or 42 days-of-age.
Faecal samples were collected at 3 different time points: day of weaning, 7 days after weaning and at 60 days of age. Faecal DNA bacterial composition was assessed by sequencing the V3-V4 regions of the 16S rRNA gene.
Bioinformatic and biostatistical analysis showed that each weaned group had significant differences between the sample points through weaning transition, confirming that the gut microbiota changes before and after weaning. In addition, microbiota diversity increased according to weaning age, with piglets weaned at 42 days-of-age having a highest alpha diversity and richness. Interestingly, piglets weaned at 42-days maintained a more stable diversity until day 60. We show that late weaning leads to a higher diversity of potentially beneficial microbes prior to the crucial challenge of weaning and might thus provide a competitive advantage to piglets.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

Les différents muscles de la cuisse de porc entrant dans la composition du jambon

Consulter le resumé

Cet article étudie la liaison entre trois lignées génétiques mâles (LW x P ; P ; P76), l'âge des porcs à l'abattage, le pH et les caractéristiques anatomiques pondérales des tissus et de différents muscles du jambon.

La lignée génétique a une influence sur les caractéristiques pondérales de la couenne, du gras de couverture, des parures internes, des os et de la sous-noix. La liaison pH48 couleur est observée au niveau du semi-membraneux et des fessiers.
PDF icon Les différents muscles de la cuisse de porc entrant dans la composition du jambon
1998

Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée : composition, production et rejets entre le sevrage et l'abattage

Consulter le resumé

Cette étude compare des rejets d’azote, phosphore et potassium de porcs engraissés selon deux modes de collecte des effluents (lisier ou fumier). En poids, les quantités de lisier produites sont deux à trois fois supérieures aux quantités de fumiers obtenues. Exprimés en volume, les rejets par porc varient du simple au double entre les fumiers et les lisiers (0,2 et 0,4 m3/porc respectivement). La comparaison des deux types de déjections, lisier ou fumier, montre que l’épandage d’une tonne de fumier apporte 60 à 70 % d’azote de plus qu’un mètre cube de lisier.
PDF icon Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée : composition, production et rejets entre le sevrage et l'abattage
2004
Mieux connaître les lisiers de porc

Mieux connaître les lisiers de porc

Consulter le resumé

Compositions, volumes et analyses des lisiers

Les constituants minéraux, références de volume et de composition, facteurs de variation de la composition et des volumes, échantillonnage et méthodes d’analyses.



Édition 1999 - 32 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

On the influence of host genetics on gut microbiota composition in pigs

Consulter le resumé

J. Estellé et al., 69th Annual meeting of the european federation of animal science (EAAP), Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018

Gut microbial population acts in complement with its host through nutrient digestion and health of the gastrointestinal tract. Changes in microbiota composition may then lead to changes in nutrient digestibility. The present study aimed at determining the effects of dietary fibre content on gut microbiota composition and apparent faecal nutrient digestibility in pigs. Furthermore, the relationships between microbiota and digestibility coefficients were investigated. Growing-finishing pigs (from 35 to 74 kg mean body weight) were fed alternatively a low-fibre (LF) and a high-fibre (HF) diet during 4 successive 3-week periods. Data collection for digestibility measurements was achieved during the last week of each period and faecal microbiota was collected at the end of each period for 16S rRNA gene sequencing. The two diets fed by the pigs could be discriminated using 31 predicting OTUs in a sparse partial least square discriminant analysis (mean classification error-rate 3.9%). Furthermore, microbiota was resilient to diet effect. Pearson correlations between microbiota composition and apparent digestibility coefficients of energy, protein, cellulose and hemicellulose emphasized the fact that in LF group, Clostridiaceae and Turicibacter were negatively correlated with protein and energy digestibility coefficients whereas Lactobacillus was positively correlated. In addition, Lachnospiraceae and Prevotella were negatively correlated with cell wall components digestibility. In HF diet, no significant correlation between microbiota and digestibility was found. The present study demonstrates that 3 weeks of adaptation to a new diet seem to be sufficient to observe resilience in growing pigs gut microbiota. In addition, faecal microbiota can be used to classify pigs according to their diet. Because some bacterial family and genera are favourable to digestibility, this study suggests that manipulations of bacterial populations can improve digestibility and feed efficiency. This study is part of the Feed-a-Gene Project, funded from the European Union’s H2020 Programme under grant agreement no. 633531.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

Precision feeding with a decision support tool dealing with daily and individual pigs’ body weight

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou (IFIP) Michel Marcon (IFIP) et Ludovic Brossard (INRA), 69h Annual meeting of the european federation of animal science (EAAP), Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018 

Nutritionists, feed companies and equipment manufacturers look for solutions that help farmers to improve sustainability of pig production. Based on experimental results obtained in silico or in vivo, a better adequacy between amino acid supplies and requirements increases feed efficiency and farmer’s income and reduces the environmental impact of growing pigs, highlighting the interest for precision feeding. Data are collected to characterize daily animal traits (e.g. body weight, BW) and their variation from one day to another (e.g. growth rate, &‘6;BW). They are used to determine the requirement for maintenance and growth on the next day, respectively. Therefore, adequacy between requirements and supplies depends on these predicted BW and &‘6;BW. The double exponential smoothing (Holt-Winters) method with a smoothing parameter &”5;=0.6 (HW0.6), presents a low sensitivity to the number of latest values used to forecast BW. It seems to allow for a secured prediction of BW soon after the beginning of the growing phase (at least after 4 days). A group of pigs was used in restricted feeding conditions to compare results obtained either with a 2-phase feeding strategy, considered as the control treatment, or a precision feeding strategy based on BW forecasting with the HW0.6 method. Pigs allocated to both treatments were group-housed in the same pen, equipped with the decision support system built in the Feed-a-Gene project to manage the data, to determine in real-time the corresponding nutritional requirements, and to adapt the feed characteristics provided to each pig through the blend of two diets (9.75 MJ net energy/kg, 0.5 or 1.0 g of digestible lysine per MJ). Available results from 24 pigs per treatment indicate that overall average growth performance were not influenced by the feeding strategy (P>0.58 for both average daily gain and feed conversion ratio) but digestible lysine intake was reduced by 6% (1,774 vs 1,879 g, P<0.01) and N output by 7% (P<0.01) with precision feeding. Results will be completed by a second group using the same treatments. This study is part of the Feed-a-Gene project and received funding from the European Union’s H2020 program under grant agreement no. 633531.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 69th EAAP, Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018
2018

Production et composition des fumiers de porcs engraissés sur sciure, copeaux ou écorce

Consulter le resumé

Cet article apporte, comparativement aux fumiers pailleux, des références de production, de composition et de rejets de porcs engraissés sur sciure ou autres déchets de bois. Des sciures sèches ou fraîches, des copeaux secs et des écorces fraîches ont été testés. Les résultats d’une enquête réalisée par l’IDF en collaboration avec l’ITP, auprès de techniciens de Chambres d’agriculture et Groupements de producteurs sont analysés.
PDF icon Production et composition des fumiers de porcs engraissés sur sciure, copeaux ou écorce
2004

Quel impact de l'acidification de l'aliment sur la composition des carcasses et les ulcères gastriques ?

Consulter le resumé

Un essai sur 144 porcs de 24,8 kg à l’abattage a permis de comparer l’incidence de trois traitements : témoin, phosphate de tylosine, complexe acidifiant, sur la composition des carcasses et sur les ulcères gastriques. Deux aliments, croissance puis finition, ont été distribués en soupe. Le rendement des carcasses, la teneur en viande maigre et les autres critères de composition des carcasses ne diffèrent pas entre les régimes. La note d’ulcères est faible et identique pour les trois traitements.
PDF icon Quel impact de l'acidification de l'aliment sur la composition des carcasses et les ulcères gastriques ?
2004

Relationship between age and body weight at farrowing over 6 parities in Large White × Landrace sow

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, 69th Annual meeting of the european federation of animal science (EAAP), Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018 

At the beginning of the gestation, parity and back fat (BT) thickness are frequently used by farmers to choose among different feeding plans the most adapted one to feed each sow if individual feeding is possible. Otherwise, BT is used to allocate the sows to one of the available pens and to adapt the feed allowance at the group level. Usually a single target of BT at farrowing is retained at the herd scale, and each sow is expected to make up its BT for the difference between the target and its own initial BT. According to the factorial approach used to assess nutrient requirements, achieving an expected BT gain implies that enough energy is supplied above maintenance. Based on equation published by Dourmad et al., expected energy retention is obtained by the difference between the initial (calculated from measured BT and BW) and the final amount of energy (calculated from expected BT and BW).
When no information is collected on BW during the gestation, the expected final BW is also used to assess daily BW and corresponding maintenance requirement and to take into account impacts of housing conditions (temperature, activity level). Then, adequacy of the energy supply depends not only on initial and final BT, but also on initial BW and final BW. Individual BW have been collected over successive parities in the IFIP facilities (n=6,288 from Large White × Landrace sows born since 2000). Data of 90 sows born between 2012 and 2015, studied over at least 6 parities and group-housed from the 28th to the 108th day of gestation, were used to characterize the relationship between age and BW after farrowing based on BW at the first farrowing (BW_P1) and BW gain afterwards, with BW at the 6th parity considered as the mature BW: BWi(Age), kg = 145.6 + 0.171 × Age_P1i+ 111.4 × (1 – exp(- 1.453/1000 × (Age-Age_P1i)1.084)), RMSEP=16 kg; with Age_P1i: the individual age at the first farrowing used to adjust the mean BW_P1. Based on this equation, the individual expected BW gain (both growth and recovering parts) can be calculated and, combined with BT gain, used to assess the corresponding energy requirement for precision feeding during gestation. Its calibration for other lines or farms will require specific measurements due to interactions with management.

PDF icon Nathalie Quiniou, 69th EAAP, Dubrovnik, Croatie, 27-31 août 2018, visuels
2018

Pages