La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 101 à 120 de 126 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Performances des porcs femelles et mâles castrés selon le plafond de rationnement en fi n d’engraissement

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1 février 2017, poster

Le taux de muscle des pièces à l’abattage dépend de la composition du gain de poids pendant la croissance. Le dépôt de gras s’accentue en fi n d’engraissement notamment chez les mâles castrés (MC).
Ces derniers sont donc généralement alimentés de façon rationnée. Dès lors que les femelles (F) ne sont pas élevées en loges séparées c’est également le cas pour elles. Différents plafonds de rationnement peuvent cependant être mis en oeuvre qui sont évalués dans cette étude.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 49es JRP, Paris, 31 janvier et 1 février 2017, poster
2017

Performances technico-économiques comparées de la litière et du caillebotis intégral en engraissement

Consulter le resumé

Le porc élevé sur litière paillée cumule les handicaps sur tous les postes du coût de production par ordre d’importance : la main d’oeuvre, le coût de la paille, le coût de l’aliment et du porcelet.

Les hypothèses retenues pour le calcul font apparaître un coût de production supérieur de 0,13 €/kg carcasse pour le porc élevé sur litière.

Ce surcoût ne peut être compensé qu'en intégrant des circuits de commercialisation spécifiques.
PDF icon Performances technico-économiques comparées de la litière et du caillebotis intégral en engraissement
2002

Peser les porcelets jusqu’à 30 kg

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc-Tech Porc (FRA), 2019, n° 267, avril, p. 45

L’Ifip a codéveloppé et testé un dispositif de pesée permettant de récupérer automatiquement le poids des porcelets, de la naissance jusqu’à la mise à l’engraissement, lors de leur passage à l’abreuvoir.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc-Tech Porc (FRA), 2019, n° 267, avril, p. 45
2019

Porcs sur litière : les performances en engraissement

Consulter le resumé

Dossier spécial : porcs sur paille
Les performances des animaux sont inférieures à celles de l'ensemble des naisseurs-engraiseurs français, et très variables entre élevages. Les écarts observés (IC etTMP) pèsent lourdement sur le résultat économique de l'atelier.

PDF icon techporc_badouard_n5_2012.pdf
2012

Post-sevrage et engraissement : les taux de pertes s'envolent

Consulter le resumé

2001

Post-sevrage et engraissement sur litière paillée accumulée : 6 années d'expérience à la station porcine des Trinottières

Consulter le resumé

La gestion de la litière nécessite une adaptation des pratiques pour favoriser le confort des porcs (niche et pied de cuve).

En terme de performances, les croissances sont similaires entre les systèmes caillebotis et paille, en post sevrage comme en engraissement.

La dégradation de l’indice de consommation apparaît, surtout en hiver, du fait de besoins d’entretien élevés.

Les TVM baissent également en hiver (dépôt de gras). La qualité hygiénique des carcasses est identique. En hiver, le pH24 est plus bas d’où des rendements inférieurs en jambons cuits.
PDF icon Post-sevrage et engraissement sur litière paillée accumulée : 6 années d'expérience à la station porcine des Trinottières
2005

Production et composition des fumiers de porcs engraissés sur sciure, copeaux ou écorce

Consulter le resumé

Cet article apporte, comparativement aux fumiers pailleux, des références de production, de composition et de rejets de porcs engraissés sur sciure ou autres déchets de bois. Des sciures sèches ou fraîches, des copeaux secs et des écorces fraîches ont été testés. Les résultats d’une enquête réalisée par l’IDF en collaboration avec l’ITP, auprès de techniciens de Chambres d’agriculture et Groupements de producteurs sont analysés.
PDF icon Production et composition des fumiers de porcs engraissés sur sciure, copeaux ou écorce
2004

Prolonger l’engraissement des porcs les plus légers : pour quel résultat ?

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 23-25

Dossier Conduite : conduite en bandes

Pour optimiser le pourcentage de porcs dans la gamme de poids, certains éleveurs prolongent l’engraissement des plus légers de quelques jours, parfois de plusieurs semaines…
Même pour les porcs les moins performants au moment des premiers départs, l’intérêt économique est avéré.

PDF icon Alexia Aubry, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 23-25
2016

Quel type d'objet fournir aux porcs en engraissement ?

Consulter le resumé

Un premier essai a consisté à évaluer les préférences des animaux parmi huit objets différents mis à disposition pendant une période de deux semaines.

Le deuxième essai a consisté à comparer trois traitements sur l’ensemble de la période d’engraissement.

Ces deux essais montrent qu’à qualités physiques identiques, les animaux préfèrent disposer d’objets fixés au sol ou tout au moins disponibles facilement en position couchée.
PDF icon Quel type d'objet fournir aux porcs en engraissement ?
2005

Quel type de sol en engraissement ? Comparaison caillebotis partiel / caillebotis intégral pour différents critères d'évaluation du bien-être des animaux

Consulter le resumé

L’objectif de ce travail est de comparer, à travers deux essais, le caillebotis partiel au caillebotis intégral, quant à l’impact sur

différents critères de bien-être.

Le caillebotis intégral se caractérise par de moins bonnes performances de croissance, une note de lésions tégumentaires supérieure, des loges et des porcs plus propres.

A surface par porc identique, l’ITP n’a observé aucune différence pour les lésions entre les 2 types de sol.
PDF icon Quel type de sol en engraissement ? Comparaison caillebotis partiel / caillebotis intégral pour différents critères d'évaluation du bien-être des animaux
2003

Réduire la quantité de paille en engraissement

Consulter le resumé

La litière utilisée en élevage a pour rôle principal d’assurer le confort des animaux par l’isolation thermique, l’absorption de l’humidité et la prévention des pathologies.

Elle intervient également sur le comportement animal (fouissage, grattage,…).

De plus, la qualité de la litière et sa composition jouent un rôle important sur les performances des animaux, la qualité de l’air dans le bâtiment et le travail de l’éleveur.
PDF icon Réduire la quantité de paille en engraissement
2011

Relation entre maîtrise de l'ambiance et performances en post sevrage et engraissement - Résultats d'une enquête de terrain

Consulter le resumé

Deux séries d’enquêtes ont été menées auprès d’éleveurs par la Chambre d’Agriculture du Lot. Les performances techniques ont été mises en relation avec différentes mesures concernant la maîtrise de l’ambiance. Pour chaque élevage, outre les éléments concernant l’aire de vie, il a été fait un relevé de la qualité de l’isolation, des puissances de chauffage et du diamètre des ventilateurs.

En engraissement, comme en post sevrage, les meilleures performances sont associées, en premier lieu, au maintien d’une température ambiante correcte.
PDF icon Relation entre maîtrise de l'ambiance et performances en post sevrage et engraissement - Résultats d'une enquête de terrain
2004

Rétrospective 2015 de l’aliment d’engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6

Le coût de revient matières premières de l’aliment apparaît stable en 2015 et est estimé à 188 €/T. Une légère diminution (7 €/T) est observée en cours d’année. Elle s’explique par la baisse de la cotation du tourteau de soja. Ce dernier est largement concurrencé par les tourteaux métropolitains, qui représentent chacun de l’ordre de 4 % des formules.

PDF icon Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6
2016

Salmonelles dans les élevages de porcs : facteurs de risque associés

Consulter le resumé

L'objectif de cette étude est de préciser et quantifier les facteurs de risque associés à différents niveaux de séroprévalence en salmonelles des porcs en fin d'engraissement en élevages naisseurs-engraisseurs et en élevages engraisseurs. Dans 123 élevages, le statut sérologique a été établi sur jus de viande à partir de 40 à 60 prélèvements par élevage répartis sur 3 à 8 lots d'abattage. Des questionnaires ont permis de collecter les informations relatives aux facteurs de risque potentiels.
PDF icon Salmonelles dans les élevages de porcs : facteurs de risque associés
2008

Simuler avec le modèle bioclimatique ThermiPig les performances des porcs en croissance en tenant compte des conditions climatiques et des caractéristiques de la salle d’engraissement

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 89-94

Un modèle de croissance du porc élevé dans des conditions de thermoneutralité (InraPorc) est combiné à un modèle permettant de simuler l’équilibre thermique de la salle d’engraissement selon la chaleur apportée par l’air entrant, les équipements ou les animaux, et les déperditions par la ventilation ou les parois (ThermiSim). La jonction de ces deux modèles repose sur le choix d’un pas de temps commun (1 heure), la définition de la zone de confort thermique pendant l’engraissement, la quantification des effets de l’exposition au chaud ou au froid sur la quantité d’énergie disponible pour la croissance, et enfin la répartition dynamique de la chaleur produite par les animaux au cours de la journée. Les résultats d’un essai in vivo sont utilisés pour évaluer la précision de prédiction de la température ambiante par ce modèle, appelé ThermiPig ; elle est en moyenne de 0,6°C (RMSEP, erreur de la prédiction). Des simulations sont ensuite réalisées pour évaluer l’incidence d’un changement des règles de régulation du boîtier de ventilation et de l’installation de nouveaux équipements (chauffage ou pad cooling) sur les performances de croissance du groupe de porcs, leurs rejets azotés, leur consommation d’énergie directe (électrique) et indirecte (aliment). En comparant les résultats des simulations, il est possible d’identifier la situation la plus intéressante sur la base de ces différents critères. La différence entre la valorisation des carcasses dans la grille de paiement et le coût alimentaire et en électricité pour faire fonctionner les équipements, qui dépend de la source d’énergie utilisée pour produire l’électricité, permet d’évaluer la performance économique. Toutefois, la prédiction de ce critère doit encore être affinée par une prise en compte plus précise de l’influence de la température sur la conformation des porcs et sur leur métabolisme protéique.

Simulating with the ThermiPig model the impact of fattening room characteristics under different climates on the performance of pigs

The dynamic model ThermiPig was developed to simulate thermal balance at the fattening room scale, as the result of the balance between the heat produced by the group of pigs or provided by incoming air and equipment and that lost due to air renewal or thermal conductivity of the walls and ceiling. A growth model (assuming thermoneutral conditions, InraPorc) and a bioclimatic model (ThermiSim) were combined to create ThermiPig; it considers a common time step (1 hour), definition of the pig thermoneutral zone, evaluation of impacts of cold and hot exposure on the amount of available energy for growth, and the circadian distribution of heat produced daily by each pig. Data collected in vivo were used to evaluate the accuracy of the prediction of ambient temperature, which averaged 0.6°C (RMSEP, error of prediction). ThermiPig was used to simulate impacts of alternative regulations for ventilation or the use of new equipment (heater, pad cooling) on growth performance of pigs, N excretion, and indirect energy (from feed intake) and direct energy (from electricity consumed by equipment) consumption. Comparison of multi-criteria performance in silico helps identify the most interesting option. Economic performance depends on carcass value (based on the French payment grid) minus costs of feed intake and electricity (depending on the energy source). However, more accurate prediction of carcass value is expected in the next version of the model by considering effects of ambient temperature on the distribution of body fat and protein metabolism.

2021

Stabilité du prix des aliments entre 2015 et 2017

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 264, décembre, p. 14

Le coût matière des aliments d’engraissement a peu évolué en trois ans. Le contexte est favorable à la réduction de leur taux de protéines.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 264, décembre, p. 14
2018

Supplémentation d’extrait d’algues en engraissement : effets sur la qualité technologique et nutritionnelle (viande et abats)

Consulter le resumé

Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, p. 65-66, poster

Poster.

De récentes études attribuent aux extraits d’algues de multiples qualités telles que des propriétés antioxydantes, antivirales, anticancer, anticoagulantes ou hypolipidémiantes (Wang et al., 2014). En élevage, l’usage d’extrait d’algues dans l’alimentation animale commence à se rencontrer en tant qu’élément naturel susceptible d’améliorer les fonctions immunitaires de l’animal. Dans cette étude, la question de l’effet d’une supplémentation en extrait d’algues dans l’alimentation des porcs sur la qualité nutritionnelle de la viande et des abats et leurs éventuels bénéfices sur la santé humaine a été étudiée. L’impact de cette supplémentation sur les principaux critères de la qualité technologique de la viande ainsi que sur sa composition nutritionnelle a été évalué et l’effet de la supplémentation sur la qualité sensorielle a été testé sur un sous-échantillon. 

ENG

Adding algae to pig feed: influence on meat quality and composition of meat and offal

Poster.

Recent publications show the potential of algae as a source of bioactive compounds demonstrating a wide range of biological activities, such as antioxidant, antiviral and anti-hyperlipidemia activities. In animal husbandry, algae extracts have progressively emerged as a new generation of natural ingredients that help to improve immune function and animal health. This study aimed to assess impacts of algae addition to pig feed on the quality of meat and offal (liver and casing). The study was conducted on 231 fattening pigs, 50% fed a diet supplemented with algae extract, and 50% fed a control diet. Subsamples were selected for nutritional value analysis of loin (n=20), liver (n=10) and casing (n=10). No significant effect on carcass characteristics, sensory evaluation of the loin or overall meat quality was observed. Nonetheless, the semimembranosus pH1 increased slightly, but without any consequence on drip loss or color. Nutritional composition of the longissimus muscle was enhanced by algae supplementation, with higher levels of magnesium, zinc and B vitamins. Similar trends were observed for vitamin B12 content in the liver, while the magnesium content in the casing increased. Finally, algae addition to pig feed at a high level (7.3% of dry mater) had no effect on carcass composition or sensory traits of the loin after cooking. 

PDF icon Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, p. 65-66, poster
2020

Supplémentation d’extrait d’algues en engraissement : effets sur la qualité technologique et nutritionnelle (viande et abats)

Consulter le resumé

Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, poster

Poster.

De récentes études attribuent aux extraits d’algues de multiples qualités telles que des propriétés antioxydantes, antivirales, anticancer, anticoagulantes ou hypolipidémiantes. En élevage, l’usage d’extrait d’algues dans l’alimentation animale commence à se rencontrer en tant qu’élément naturel susceptible d’améliorer les fonctions immunitaires de l’animal. Dans cette étude, la question de l’effet d’une supplémentation en extrait d’algues dans l’alimentation des porcs sur la qualité nutritionnelle et technologique de la viande et des abats a été étudiée. 

PDF icon Antoine Vautier et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, poster
2020

Supplémentation en vitamine C et métabolisme phosphocalcique chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Les effets dose-dépendants de la vitamine C sur des ostéoblastes porcins en culture nous ont conduit à évaluer l’impact d’une supplémentation en vitamine C sur le métabolisme osseux in vivo. Vingt et un porcs de 10 kg ont été répartis en 3 lots recevant un aliment de base (témoins) ou supplémenté par 500 (lot 500) ou 1000 mg vitamine C/kg aliment (lot 1000), pendant 4 mois. La vitamine C plasmatique des porcs des lots 500 et 1000 était significativement (p<0,05) supérieure à celle des témoins, tout au long de l’expérience.
PDF icon Supplémentation en vitamine C et métabolisme phosphocalcique chez le porc en croissance
1997

ThermiPig simule les performances des porcs selon le climat

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, Michel Marcon (Ifip) et Ludovic Brossard (Inrae), Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, p. 34-35

L’Ifip et Inrae développent un outil qui permet d’évaluer l’impact du climat sur les porcs en engraissement selon les caractéristiques de la salle, les équipements et la conduite.

PDF icon Nathalie Quiniou, Michel Marcon (Ifip) et Ludovic Brossard (Inrae), Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, p. 34-35
2021

Pages