La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 36 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Contrôles de gestation précoces et mesures d’ELD : les équipements de terrain sont-ils performants ?

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 45-46, par Sylviane Boulot et al., poster

Poster.

Les technologies à ultrasons sont largement répandues dans les élevages porcins et participent au bon pilotage de la reproduction et de la conduite alimentaire. Dans un souci de maîtrise de la biosécurité et des coûts, la majorité des élevages réalisent eux-mêmes les contrôles de gestation, et plus de 20% d’entre eux disposent d’appareils de mesure de l’épaisseur du lard dorsal (ELD). Or, la qualité des contrôles dépend de nombreux facteurs : type d’équipement, sonde, stade ou site de mesure, technicité de l’opérateur… L’objectif de ce travail est d’évaluer les performances de différents appareils de terrain, utilisés dans les mêmes conditions, pour détecter précocement les gestations et mesurer des ELD.

Early pregnancy diagnosis and backfat measurements: are field equipments efficient ?

Ultrasound technologies (US) are now frequently used in pig farms for diagnosis or routine management of reproduction and feeding. Most farmers diagnose pregnancy themselves, and over 20% have specific tools to measure backfat (BF). However, the quality of US measurements depends on many factors: equipment, physiological stage, body site, operator skills, etc. The aim of this study was to evaluate different US field equipments used under the same conditions on the IFIP experimental farm. The ability to diagnose pregnancy early was evaluated for two different devices with sectorial probes, on 28 sows at three pregnancy stages: 18, 21 and 24 days after insemination (range: 16 to 26 days). The accuracy of early pregnancy diagnosis was low around 18 days, but increased during gestation with large differences depending on the equipment. BF was measured on the same sows (N=24, 2 points) with three US machines: Mode B + linear probe (reference), Mode B + sector probe + automatic BF, and Mode A Lean-meter. Within the range of BF observed (8.2-21.9 mm) field tool BF values were strongly correlated with reference values (R2>0.93). Reliable BF results depend on correctly positioning the sector probes.

2019

Contrôles de gestation précoces et mesures d’ELD : les équipements de terrain sont-ils performants ?

Consulter le resumé

Poster présenté par Sylviane Boulot et al., aux 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019

L’échographie est pratiquée en routine par un grand nombre d’éleveurs, à la fois pour piloter la reproduction et la conduite alimentaire. Or la fi abilité des
mesures dépend de nombreux facteurs : équipement, sonde, stade, opérateur… L’objectif de cette étude est d’évaluer les performances de différents
appareils de terrain, utilisés dans les mêmes conditions, pour détecter précocement les gestations et mesurer les épaisseurs de lard dorsal (ELD).

PDF icon Sylviane Boulot et al., 51e JRP, 5 et 6 février 2019, poster
2019

Conséquences sur la truie et sa portée de la distribution d'aliment de gestation ou de lactation de l’entrée en maternité à la mise bas

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 107-112, par Nathalie Quiniou et al.

Le déroulement de la mise bas (MB) et les caractéristiques des porcelets de la naissance au sevrage sont comparés dans deux essais impliquant 168 truies alimentées sur une base iso-énergie nette (EN) avec de l'aliment de gestation (G) ou de lactation (L) de l'entrée en maternité à la MB. Dans les deux essais, l'aliment G contient 9,0 MJ EN et 5,0 g de lysine digestible (LYSd) par kg, contre 9,7 MJ EN et 8,5 g LYSd /kg pour l'aliment L. Dans l’essai 2, l'aliment G contient plus de fibres insolubles et l'aliment L plus de fibres solubles que dans l'essai 1. Lors du remplacement de l'aliment G par de l'aliment L, la ration est réduite de 200 g/j (nullipares : 3,0 kg L vs 3,2 kg G/j) à 300 g/j (autres rangs : 3,2 kg L vs 3,5 kg G/j) afin d'apporter la même quantité d'EN par jour aux truies des deux lots. Le changement iso-EN d'aliment n’impacte ni la fréquence des déjections avant MB, ni la température de la truie après MB ni la fréquence des diarrhées sur la portée. Dans l'essai 2, l'apport d'aliment G améliore le rythme de naissance en début de MB, mais l’aliment L améliore la fin de la MB, ce qui contribue probablement à une meilleure survie des petits porcelets. La puissance expérimentale de l'étude est insuffisante pour démontrer une amélioration significative du poids de naissance avec l'aliment L (1,45 vs 1,41 kg, P = 0,34), néanmoins le nombre de porcelets de moins de 1 kg tend à être plus faible dans ce lot. Il serait intéressant de poursuivre cette étude par des investigations sur la relation entre fibres solubles et MB, ou en démarrant la distribution d'aliment L plus tôt.

Consequences on sows and piglets when the gestation or lactation diet is used from arrival in the farrowing unit to the day of parturition

Two trials were carried out to compare the farrowing process and piglet characteristics (body weight, survival rate, and diarrhoea) from birth to weaning when sows (168 in total) are fed on an iso-net energy (NE) basis with a gestation (G) or a lactation (L) diet from the arrival in the farrowing unit to the day of farrowing. In both trials, NE and digestible lysine contents were fixed to 9.0 MJ and 5.0 g/kg, respectively, for the G diet and to 9.7 MJ and 8.5 g/kg for the L diet. In trial 2, diet G contained more insoluble fibre and diet L contained more soluble fibre than those of trial 1. When diet G was replaced by diet L, the daily allowance was reduced by 200 g/d (nulliparous sows: 3.0 kg L vs 3.2 kg diet G/d) or 300 g/d (other parities: 3.2 kg L vs 3.5 kg G/d) so that daily supply of NE was similar for both treatments. The iso-NE switch from diet G to L did not significantly impair frequency of faecal excretion before farrowing, sow body temperature after farrowing or frequency of diarrhoea in litters. During trial 2, diet G significantly improved the farrowing process at the beginning of parturition, whereas diet L improved it at the end. A better survival rate was observed for small piglets (i.e., weighing less than 1 kg) with diet L. The statistical power was not high enough to obtain a significant improvement in average birth weight with diet L (1.45 vs 1.41 kg, P = 0.34), but the number of small piglets tended to be smaller with diet L before farrowing. More investigation on the relationship between soluble fibre and the farrowing process or with an earlier supply of diet L would be interesting.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 107-112
2018

La cochette n’est pas un porc comme les autres

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 72

Les porcs d’aujourd’hui sont le fruit d’une sélection de plus de 30 ans pour un gain de poids le plus élevé et le plus maigre possible.

L’objectif de l’alimentation du porc charcutier est de permettre l’expression de ce potentiel de croissance musculaire tout en limitant le dépôt de gras, pour une bonne valorisation des carcasses et un indice de consommation le plus faible possible.

Mais ces objectifs sont contre-productifs chez la cochette.

Proposer une recommandation générale apparaît difficile, compte tenu de la diversité des caractéristiques des élevages, des animaux, de la conduite et plus généralement si l’on considère la notion émergente d’élevage de précision.

Il apparaît alors plus pertinent d’asseoir ces recommandations sur des concepts génériques ; c’est ce qui a été réalisé dans le cadre d’un travail de synthèse.

Les habitudes étant tenaces, quelques valeurs chiffrées «cibles» sont néanmoins présentées qui doivent être considérées comme des lignes directrices, à moduler ensuite selon les caractéristiques de l’élevage.

PDF icon Nathalie Quiniou, Bilan 2016, mai 2017, p. 72, fiche n° 36
2017

La journée moyenne d’une truie en groupe

Consulter le resumé

Michel Marcon et Yvonnick Rousselière, Tech porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 40-41

Que font les truies lorsqu’elles sont logées en groupe dynamique ? Comment mangent-elles ? Quelles quantités d’eau boivent-elles ? Combien de temps se reposent-elles ?

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Conséquences de l’hétérogénéité des réserves corporelles de la truie à la fin de la gestation sur le déroulement de la mise bas et les performances de lactation

Consulter le resumé

FR

L’étude a été réalisée afin de mettre en relation le déroulement de la mise bas et les performances de lactation des truies avec leurs caractéristiques corporelles en fin de gestation en termes de poids vif (PV), et d’épaisseurs de lard dorsal (ELD) et de muscle (EMD). Sept groupes de 16 à 21 truies multipares ont été élevés en situation de compétition alimentaire pendant la gestation, conduisant à une forte hétérogénéité de ces critères à la mise bas. L’ELD à la mise bas est fortement corrélée au PV après la mise bas (r = 0,76 ; P < 0,01) mais pas à l’EMD (r = -0,01 ; P = 0,94), elle-même peu corrélée au PV (r = 0,17 ; P = 0,09). Quand la mise bas progresse, la mortinatalité augmente d’autant plus rapidement que les truies sont grasses (ELD ≥ 21 mm) et d’autant moins qu’elles sont maigres (ELD ≤ 14 mm). Cependant, les truies les plus maigres mettent bas des porcelets plus légers que les autres et leurs portées sont plus légères après 3 ou 4 semaines de lactation, malgré un niveau d’ingestion alimentaire plus élevé. La synthèse de l’ensemble des résultats indique que, pour une lactation de 3 semaines, l’ELD pourrait être inférieure ou égale à 20 mm sans pénaliser les performances mais qu’elle ne doit pas dépasser 20 mm. Lorsque la lactation dure 4 semaines, une ELD comprise entre 18 et 20 mm est le meilleur compromis pour un déroulement de mise bas correct et de bonnes performances de lactation.

ENG

Influence of sow’s body reserve variability at the end of gestation on the farrowing process and lactation performance

A trial was carried out in order to study the relationships between the course of parturition or lactation performance and body characteristics of the sow at farrowing, assessed through body weight (BW) and backfat (BT) or muscle (MT) thicknesses. Seven groups of 16 to 21 multiparous sows were fed with competition among pen mates during gestation that resulted in high within-group variation of BW, BT and MT at farrowing. The BT at farrowing was highly correlated with BW after farrowing (r = 0.76, P < 0.01) but not with MT (r = -0.01, P = 0.94), which was also not correlated with BW (r = 0.17, P = 0.09). When birth order increased, the higher the BT was (BT ≥ 20 mm), the more rapidly the still-born proportion increased. It increased much more slowly when BT remained below 15 mm. However, sows with the lowest BT farrowed lighter piglets than others, and their litters were also lighter at 3 or 4 weeks of age, despite a higher feed intake level in lactation. According to a synthetic combination of all results, no decrease in performance over a 3-week lactation would be observed when BT at farrowing was below or equal to 20 mm but BT above 20 mm should be avoided. With a 4-week lactation, BT ranging between 18 and 20 mm should be preferred and considered as the best compromise for parturition process and lactation performance.

PDF icon Nathalie Quiniou, 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, p. 207-212
2016

Le prix des places

Consulter le resumé

Chaque année, l'Ifip met à jour les coûts moyens par place des bâtiments neufs en production porcine ainsi que des annexes comme les fosses. Voici les derniers chiffres qui datent de 2014.

2016

Nutrition en acides aminés de la truie gestante : vers une alimentation azotée de précision / Amino acid nutrition of the gestating sow in a precision feeding approach

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 17-28 - La revue R&D de la filière porcine française

L’amélioration de l’adéquation entre apports et besoins en acides aminés des animaux est motivée par le contexte de prix élevé des matières premières riches en protéines et par la recherche de solutions pour atténuer l’impact environnemental de la production de porc. L’alimentation de précision vise à apporter la bonne quantité d’acides aminés au bon porc au bon moment. Dès lors que la marge de sécurité diminue pour les apports en acides aminés essentiels dans les régimes à basse teneur en protéines, la qualité de l’estimation des besoins est d’autant plus cruciale. Les connaissances sont déjà abondantes sur ce sujet chez la truie mais les travaux de recherche se poursuivent pour augmenter la précision de l’estimation des besoins à l’échelle de l’individu de façon dynamique. Cela concerne l’évolution du besoin en lysine, du profil de la protéine idéale, mais également d’autres acides aminés semi-essentiels ou fonctionnels. Le développement dans un futur proche de nouveaux capteurs permettant de mieux caractériser l’animal et d’équipements d’alimentation de précision devrait permettre de relever le défi de la mise en oeuvre de ces connaissances scientifiques en élevages de production.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Avortements dans l'espèce porcine : quelques spécificités à connaître

Consulter le resumé

La production porcine se caractérise par une extraordinaire prolificité et par un rythme de reproduction très soutenu. Les avortements constituent des troubles de la reproduction spectaculaires et anxiogènes pour les éleveurs. Toute étude analytique des avortements nécessite la maîtrise par le praticien d’un certain nombre de paramètres physiologiques, techniques et sanitaires. La gestion technique des troupeaux de truie est un outil simple et utile pour analyser la gravité des avortements et bien prendre en compte l’ensemble du déroulement de la gestation et des troubles éventuellement associés.

2014

Alimentation de la truie à fort potentiel : mise en oeuvre de quelques concepts clés / Feeding the high potential sow: Implementation of some key concepts

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 1(1), 57-68 - La revue R&D de la filière porcine française - numéro 1 en accès libre

La truie d’aujourd’hui met bas beaucoup de porcelets qui n’atteignent hélas pas tous le sevrage. L’un des enjeux économiques et sociétaux de la conduite d’élevage - et plus particulièrement de l’alimentation - est de faire en sorte que ces porcelets soient vigoureux à la naissance et que leur mère produise beaucoup de lait et se reproduise longtemps. La synthèse proposée a pour objectif de faire un point sur les connaissances disponibles qui permettent de raisonner des apports alimentaires optimisés pour atteindre ces objectifs. 

Pour la période de gestation, des focus sont réalisés sur la pertinence des critères d’évaluation des réserves corporelles, le choix de la ration moyenne, la mise en oeuvre d’un plan d’alimentation en «U», et quelques voies nutritionnelles explorées expérimentalement.

Pendant la lactation, les conséquences du déroulement de la lactation sur l’état des truies au sevrage et leurs conséquences sont abordées, ainsi que les éléments permettant de choisir la gamme d’aliment en termes de teneur en acides aminés.

Dans la mesure du possible, les conséquences sur les porcelets des choix de conduite réalisés sur les truies sont mentionnées. 

PDF icon Version française , PDF icon English version
2014

Effet de l'apport de dextrose avant l'insémination et d'arginine pendant le dernier tiers de gestation sur l'hétérogénéité du poids des porcelets

Consulter le resumé

La mortalité des porcelets avant le sevrage est en partie liée à l'hétérogénéité du poids de naissance intra-portée. Notre étude évalue l'effet de stratégies alimentaires portant sur le dextrose et la L-arginine sur l'hétérogénéité de la portée à la naissance. Dans l'essai 1, trois traitements ont été comparés qui consistaient en une supplémentation de 190 g/j de dextrose pendant la semaine précédant l'insémination et de 25,5 g/j de L-arginine du 77ème jour de gestation jusqu’à la mise bas (lot DEXA, n = 26), une supplémentation de L-arginine en fin de gestation (lot ARGI, n = 24), ou aucune supplémentation (lot TEM, n = 23). Les traitements n'influencent ni le nombre ni le poids des porcelets nés totaux (NT) ou nés vivants (NV). Le coefficient de variation (CVPV) du poids de naissance intra-portée est réduit dans les lots ARGI et DEXA comparativement au lot TEM (respectivement sur NT : 21,7, 23,1 et 25,9%, P = 0,06 ; sur NV : 21,0, 22,2 et 25,6%, P = 0,03). Les performances des porcelets pendant la lactation ne diffèrent pas entre traitements. Dans l'essai 2, conduit dans un autre élevage expérimental avec différents modes de logements, seuls les traitements TEM et ARGI ont été comparés. L'effet positif de l'apport de L-arginine n’a pas été observé (CVPV de 20,7 et 21,8% respectivement pour ARGI, n = 16, et TEM, n = 13). L'impact de la supplémentation en L-arginine sur l’hétérogénéité des portées à la naissance pourrait dépendre des élevages et de la conduite des truies.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Effets de l'incorporation de 10% de tourteau de colza (Brassica napus) industriel dans les aliments de gestation et de lactation pendant trois cycles de reproduction sur les performances de truies hyperprolifiques et leurs portées

Consulter le resumé

Avec une production croissante de biodiesel, la disponibilité du tourteau de colza (TC) augmente et il devient compétitif en alimentation porcine. Les fabricants d'aliment s'interrogent cependant sur les effets à long terme des glucosinolates (GLS) contenus dans le TC sur la reproduction. L'incorporation de 10% (vs. 0%) de TC [14,5 µmol g&‡22;1 matière sèche (MS)] dans les aliments de gestation et de lactation a été étudiée sur quatre bandes de 24 truies hyperprolifiques pendant trois cycles de reproduction.

2012

Nutrition, qualités maternelles et performances

Consulter le resumé

- En 25 ans : +30% de porcelets, production laitière x 2

- Avancées de la nutrition de la truie :

* L'hyperprolificité incite à un pilotage tout en finesse des truies

* Prolificité, performances de reproduction et longévité préservée par des rations de gestation adaptées au stade de gestation, aux conditions d'élevage, à l'état de la truie au sevrage ; et des apports nutritionnels adaptés au potentiel laitier et à l'appétit et au stade de gestation / de lactation ?

- Vers une amélioration de la qualité des porcelets :
PDF icon Nutrition, qualités maternelles et performances
2010

Vitalité des porcelets issus de l'hyperprolificité

Consulter le resumé

Cet article propose une synthèse des résultats acquis ces dernières années, notamment à la station expérimentale de Romillé.

L’arrivée des lignées hyperprolifiques s’est accompagnée d’une remise en question des programmes alimentaires en place dans les élevages, notamment pendant la gestation. Cela concerne à la fois les plans d’alimentation, l’individualisation des rations et les types de nutriments apportés à la truie gestante.
PDF icon tp4quiniou10.pdf
2010

Consequence of extruded linseed incorporation in sows and/or pigs’ diets on performance

Consulter le resumé

Extruded linseed (exLIN) is used most often in pigs' diets in order to improve the ratio between ω6 and ω3 PUFA in pork meat. The aim of this trial was to investigate the effect of exLIN incorporation in sows' and/or pigs' diets on both performance of sows and their progeny. At each physiological stage, different diets were formulated on the same net energy bases (gestation: 9.3, lactation: 9.6, growing/ finishing periods: 9.3 MJ/kg) and amino acid bases (5.0, 8.5, 8.3 and 7.4 g digestible lysine, respectively).
PDF icon Consequence of extruded linseed incorporation in sows and/or pigs’ diets on performance
2010

Effets sur la truie et sa portée d'un enrichissement en lipides des aliments par incorporation d'huile de palme ou de graines de lin

Consulter le resumé

Trois bandes de 24 truies croisées LWxLD sont utilisées pour étudier les effets de l’incorporation des lipides sous la forme de 1,4% d’huile de palme, riche en gras saturés et monoinsaturés ou de graine de lin extrudée, riche en acides gras polyinsaturés, en particulier C18: 3 n-3. Les truies reçoivent l’un des 3 traitements : régimes sans huile ni graine ; incorporation de 1,4% d’huile de palme, ou 3,5% de graine de lin extrudée. L’énergie nette de la ration est respectivement de 9,3 et 9,6 MJ / kg pendant la gestation et la lactation.
PDF icon tp3quiniou10.pdf
2010

Les coûts des bâtiments en 2009

Consulter le resumé

De janvier 2009 à janvier 2010, l'indice national du coût de la construction tous corps d'état (BT01) a augmenté de 0,5%. Cette évolution s'est faite en deux temps. Sur le premier semestre 2009, l'indice a perdu 0,24% pour augmenter légèrement sur la deuxième partie de l'année. Il reprend même 0,4% sur le dernier mois. Globablement les coûts de construction des bâtiments de porcs ont stagné, voire baissé dans certaines réalisations. Cette évolution est due à une conjoncture difficile pour les entreprises de maçonnerie qui pour maintenir une activité, ont réduit le prix de leurs prestations.
PDF icon tp3massabie10.pdf
2010

Analyse des paramètres physiologiques et métaboliques associés aux mises bas longues ou difficiles chez la truie

Consulter le resumé

Les mises bas longues augmentent la mortinatalité et pénalisent la survie ultérieure des porcelets. L’objectif de ce travail est de mieux comprendre les mécanismes des mises bas difficiles chez la truie en étudiant l’évolution de différents paramètres physiométaboliques durant la période péripartum. L’étude, réalisée dans 4 élevages, porte sur 28 mises bas (truies LWxLR nullipares ou primipares) spontanées et non assistées (ni fouilles ni injections).
PDF icon Analyse des paramètres physiologiques et métaboliques associés aux mises bas longues ou difficiles chez la truie
2010

Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets

Consulter le resumé

Poster. L’apport de lipides dans l’aliment alloué à la truie pendant la gestation peut contribuer à améliorer la vitalité des porcelets issus de l’hyperprolificité (Quiniou et al., 2008), de façon plus ou moins marquée selon le profil en acides gras (AG).
PDF icon Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets
2010

Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation

Consulter le resumé

PDF icon Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation
2009

Pages