La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 40 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les coûts des bâtiments en 2009

Consulter le resumé

De janvier 2009 à janvier 2010, l'indice national du coût de la construction tous corps d'état (BT01) a augmenté de 0,5%. Cette évolution s'est faite en deux temps. Sur le premier semestre 2009, l'indice a perdu 0,24% pour augmenter légèrement sur la deuxième partie de l'année. Il reprend même 0,4% sur le dernier mois. Globablement les coûts de construction des bâtiments de porcs ont stagné, voire baissé dans certaines réalisations. Cette évolution est due à une conjoncture difficile pour les entreprises de maçonnerie qui pour maintenir une activité, ont réduit le prix de leurs prestations.
PDF icon tp3massabie10.pdf
2010

Analyse des paramètres physiologiques et métaboliques associés aux mises bas longues ou difficiles chez la truie

Consulter le resumé

Les mises bas longues augmentent la mortinatalité et pénalisent la survie ultérieure des porcelets. L’objectif de ce travail est de mieux comprendre les mécanismes des mises bas difficiles chez la truie en étudiant l’évolution de différents paramètres physiométaboliques durant la période péripartum. L’étude, réalisée dans 4 élevages, porte sur 28 mises bas (truies LWxLR nullipares ou primipares) spontanées et non assistées (ni fouilles ni injections).
PDF icon Analyse des paramètres physiologiques et métaboliques associés aux mises bas longues ou difficiles chez la truie
2010

Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets

Consulter le resumé

Poster. L’apport de lipides dans l’aliment alloué à la truie pendant la gestation peut contribuer à améliorer la vitalité des porcelets issus de l’hyperprolificité (Quiniou et al., 2008), de façon plus ou moins marquée selon le profil en acides gras (AG).
PDF icon Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets
2010

Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation

Consulter le resumé

PDF icon Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation
2009

Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation

Consulter le resumé

PDF icon Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation
2009

Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation

Consulter le resumé

Poster. Pendant les jours qui suivent la mise bas, la truie est le plus souvent alimentée de façon rationnée, parfois avec de l'aliment de gestation moins riche en acides aminés que l'aliment de lactation. Or, sur cette période, la production de lait augmente rapidement et le déficit en lysine digestible (LYSd) peut-être estimé à environ 20% (d'après Noblet et Etienne, 1989). Est-il possible de réduire la mobilisation des protéines maternelles par une meilleure couverture des besoins azotés en début de lactation ? Telle est la question posée dans notre essai.
PDF icon Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation
2009
L’alimentation de la truie

L’alimentation de la truie

Consulter le resumé

Résultat des essais menés sur truies à la station expérimentale IFIP de Romillé. Éléments de base de la détermination des besoins.

Au sommaire : Hyperprolificité et pertes en maternité - Caractériser les truies - Calcul de la ration à allouer pendant la gestation - Plans d’alimentation de gestation - Alimentation de la truie allaitante - Matières premières et formulation - Gamme de formulation, exemples de formules.



Édition 2008 - 44 pages

PDF icon l'alimentation de la truie
2008

Effect of dietary fat or starch supply during gestation and/or lactation on the performance of sows, piglets’ survival and on the performance of progeny after weaning

Consulter le resumé

Two trials were carried out to compare the effects of fat or starch inclusion in sow’s diet on sow and litter performance. In each trial, sows were assigned to one of two treatments. In trial 1, the sows were fed diets containing either soybean oil (5%, treatment GL5) or cornstarch (11.3%, GL0) from day 35 of gestation to weaning. Daily net energy and nutrient allowance were equalised during gestation. In trial 2, the same treatments were applied only after farrowing (treatments L5 and L0, respectively). Within each trial, a batch of piglets was studied until slaughter.
2008

Performances à long terme d'un troupeau de truies alimentées avec du tourteau de colza industriel pendant la gestation et la lactation

Consulter le resumé

Quatre bandes de truies sont utilisées pour étudier les effets de l’incorporation de 0 ou 10% de tourteau de colza industriel à basse teneur en glucosinolates (GLS) dans les aliments de gestation et de lactation sur la prolificité, les performances de lactation et de reproduction pendant trois cycles de reproduction successifs. Cet essai est réalisé pour actualiser les données antérieures en intégrant les caractéristiques du tourteau disponible actuellement sur le marché. Le tourteau de colza utilisé renferme en moyenne 14,5 μmol de GLS/g de matière sèche, avec un maximum de 16,3 μmol/g.
PDF icon Performances à long terme d'un troupeau de truies alimentées avec du tourteau de colza industriel pendant la gestation et la lactation
2008

Gestation : vers un nouveau pilotage alimentaire

Consulter le resumé

Avec l'hyperprolificité, il faut revoir les plans d'alimentation en gestation.

En particulier, la ration doit être augmentée en fin de de la gestation pour améliorer le tonus de la truie.
2008

Effet de la quantité d'aliment allouée aux truies pendant le premier mois de gestation sur la reconstitution des réserves et les caractéristiques de la portée à la naissance : premiers résultats

Consulter le resumé

Six bandes de 24 truies sont étudiées pour comparer deux plans d’alimentation pendant la gestation qui diffèrent par la répartition des apports d’aliment. Du sevrage au 30ème jour de gestation (G30), les truies du lot BAS (n = 38) reçoivent une ration qui couvre 1,4 fois leur besoin d’entretien (M), celles du lot HAUT (n = 38) sont alimentées à 1,7 × M. Les niveaux alimentaires correspondants pour les cochettes qui entrent dans les bandes sont de 2,7 et 3,3 kg/j. L’apport global sur 114 jours étant identique dans les deux lots, les truies du lot HAUT reçoivent moins d’aliment après G30.
PDF icon Effet de la quantité d'aliment allouée aux truies pendant le premier mois de gestation sur la reconstitution des réserves et les caractéristiques de la portée à la naissance : premiers résultats
2008

Apport supplémentaire d'aliment ou de lipides pendant les 10 derniers jours de gestation et conséquences sur les performances de mise bas et de lactation

Consulter le resumé

L’effet d’un apport supplémentaire d’aliment ou de lipides pendant la fin de la gestation sur le déroulement des mises bas et les caractéristiques du porcelet à la naissance est étudié à partir de huit bandes de 24 truies. Les truies sont réparties entre quatre traitements. Du 104ème jour de gestation (G104) jusqu’à la mise bas, les truies du lot Témoin reçoivent 2,8 kg/j d’aliment standard. Les truies des autres lots reçoivent un supplément alimentaire correspondant à 1 kg d’aliment standard (KILO) ou à 150 (H150) ou à 300 (H300) g/j d’huile de colza.
PDF icon Apport supplémentaire d'aliment ou de lipides pendant les 10 derniers jours de gestation et conséquences sur les performances de mise bas et de lactation
2008

La continuité du profil en matières premières de l'aliment entre la gestation et la lactation influence-t-elle la consommation spontanée de la truie après la mise-bas ?

Consulter le resumé

Six bandes de truies sont mises en essai afin d’étudier les effets de la cohérence du profil en matières premières entre les aliments de gestation et de lactation sur la prise alimentaire et les performances de lactation. Les truies sont réparties entre 4 lots. Des matières premières réputées pour leur effet sur l’appétence (pois, tourteau de colza, pulpe de betterave) sont incorporées dans l’aliment de gestation G-1 et de lactation L-1. Les aliments G-0 et L-0 ne contiennent ni pois ni tourteau de colza et 3 fois moins (G-1) ou pas du tout (L-1) de pulpe.
PDF icon La continuité du profil en matières premières de l'aliment entre la gestation et la lactation influence-t-elle la consommation spontanée de la truie après la mise-bas ?
2006

Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas

Consulter le resumé

Deux aliments de gestation sont formulés pour être iso-énergétiques sur la base de l’énergie nette (9.01 MJ/kg) et présentent

des teneurs en acides aminés digestibles identiques (5,0 g de lysine). L’aliment

COLZA contient 10 % de tourteau de colza, 11 % de pois et 19 % de pulpe de betterave alors que l’aliment TEMOIN ne contient ni tourteau de colza, ni pois et seulement 7 %

de pulpe. Les autres matières premières utilisées, à des taux différents selon l’aliment, sont le blé, l’orge, le tourteau de soja et le tourteau de tournesol.
PDF icon Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas
2006

Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?

Consulter le resumé

L’effet de l’apport d’énergie sous forme de lipides ou d’amidon est étudié sur les performances de lactation des truies et de leur portée. Dans l’essai 1, les truies reçoivent un aliment de gestation ou de lactation enrichi en huile de soja (5 %, lot GL5) ou en amidon de maïs (11,3 %, lot GL0) du 35ème jour de gestation jusqu’au sevrage. Les apports quotidiens en énergie nette sont égalisés pendant la gestation. Dans l’essai 2, l’apport d’énergie sous forme d’huile ou d’amidon est réalisé seulement à partir de la mise bas (respectivement lots L5 et L0).
PDF icon Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?
2006

Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation

Consulter le resumé

L’influence de la quantité d’aliment allouée en fin de gestation sur le déroulement des mises bas et les performances de lactation est étudiée sur cinq bandes de 24 truies pendant trois cycles de reproduction successifs. Pendant les 14 derniers jours de gestation, les truies reçoivent 1,65 (lot BAS) ou 2,1 fois (lot HAUT) le besoin énergétique d’entretien calculé à partir de la pesée réalisée à 9 jours de gestation : cela représente une différence moyenne de 780 g/j d’un aliment à 12,70 MJ d’énergie métabolisable /kg.
PDF icon Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation
2005

Quelques rappels sur l'utilisation de l'aliment par la truie gestante

Consulter le resumé

La truie gestante utilise l’essentiel de l’aliment alloué pour sa survie (entretien). Ce besoin est accru quand il fait froid ou que l’animal est très actif.

La quantité d’aliment allouée au-dessus du besoin d’entretien est utilisée pour le développement de la portée et pour la reconstitution des réserves mobilisées en excès lors de la lactation précédente.

Cette quantité doit donc être adaptée en fonction de l’état de la truie à la saillie et des objectifs à la mise bas.
PDF icon Quelques rappels sur l'utilisation de l'aliment par la truie gestante
2004
Élever les truies gestantes en groupe

Élever les truies gestantes en groupe

Consulter le resumé

Systèmes d’alimentation et de logement

Les différents systèmes pour loger les truies en groupes : caractéristiques, avantages et inconvénients, plans et conditions de bon fonctionnement.

13 fiches : Réglementation - Passer aux truies en groupes - Systèmes sur caillebotis - Systèmes sur paille - Verraterie en groupe - Travaux et peuplement - Déplacement et mélange - Interventions individuelles - Auges - Réfectoires - Dac - Variomix - Alimentation au sol.


Ifip - Chambres d’Agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire - 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2003

La sous-nutrition explique-t-elle les effets d’une température ambiante élevée sur les performances des truies ?

Consulter le resumé

Dans cette étude, nous avons comparé des truies Piétrain x Large White réparties en trois lots expérimentaux caractérisés par une température ambiante incluse dans la zone de thermoneutralité (20AL n=6, 20RA n=6) ou supérieure à la température critique d’évaporation (30AL, n=12). Pendant la lactation, toutes les truies ont reçu un aliment standard. Celles des lots 20AL et 30AL ont été nourries à volonté tandis que celles du lot 20RA ont été rationnées d’après les quantités consommées à 30°C.
PDF icon La sous-nutrition explique-t-elle les effets d’une température ambiante élevée sur les performances des truies ?
1997

Adaptations du métabolisme glucidique chez la truie multipare. Effets de la gestation et du niveau d’alimentation

Consulter le resumé

Une expérience portant sur 4 blocs de 6 truies Large White multipares (numéro de portée: 4,5 ; 212 kg de poids vif) a été effectuée pour rechercher si la gestation affecte la sensibilité à l’insuline chez le porc. Dans chaque bloc, 4 femelles étaient gravides (G) et les deux autres non gravides (NG). La moitié des femelles recevait 2,5 kg/jour (lot B), et les autres (lot H) 4 kg/jour d’aliment en deux repas quotidiens égaux. Des cathéters étaient implantés une semaine environ après le sevrage précédent.
PDF icon Adaptations du métabolisme glucidique chez la truie multipare. Effets de la gestation et du niveau d’alimentation
1997

Pages