La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 51 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets

Consulter le resumé

Poster. L’apport de lipides dans l’aliment alloué à la truie pendant la gestation peut contribuer à améliorer la vitalité des porcelets issus de l’hyperprolificité (Quiniou et al., 2008), de façon plus ou moins marquée selon le profil en acides gras (AG).
PDF icon Effet de l'enrichissement des aliments de gestation-lactation avec 1,4% en lipides provenant d'huile de palme ou de graine de lin extrudée sur le déroulement des mises bas et la survie des porcelets
2010

Chaleurs de lactation : des facteurs de risques identifiés

Consulter le resumé

Une enquête réalisée conjointement par l'Ifip, l'Inra, les chambres d'agriculture de Bretagne et le laboratoire Ceva a permis d'identifier des facteurs de risques associées à l'apparition de chaleurs en cours de lactation. Divers problèmes sont mis en évidence : problèmes de démarrage de la lactation, modification de portées, pertes de porcelets au-delà de 48 heures.

2009

Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation

Consulter le resumé

PDF icon Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation
2009

Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation

Consulter le resumé

PDF icon Long-term performances of mixed-parities sows fed with 10% regular rapeseed meal during gestation and lactation
2009

Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation

Consulter le resumé

Poster. Pendant les jours qui suivent la mise bas, la truie est le plus souvent alimentée de façon rationnée, parfois avec de l'aliment de gestation moins riche en acides aminés que l'aliment de lactation. Or, sur cette période, la production de lait augmente rapidement et le déficit en lysine digestible (LYSd) peut-être estimé à environ 20% (d'après Noblet et Etienne, 1989). Est-il possible de réduire la mobilisation des protéines maternelles par une meilleure couverture des besoins azotés en début de lactation ? Telle est la question posée dans notre essai.
PDF icon Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation
2009

Effect of dietary fat or starch supply during gestation and/or lactation on the performance of sows, piglets’ survival and on the performance of progeny after weaning

Consulter le resumé

Two trials were carried out to compare the effects of fat or starch inclusion in sow’s diet on sow and litter performance. In each trial, sows were assigned to one of two treatments. In trial 1, the sows were fed diets containing either soybean oil (5%, treatment GL5) or cornstarch (11.3%, GL0) from day 35 of gestation to weaning. Daily net energy and nutrient allowance were equalised during gestation. In trial 2, the same treatments were applied only after farrowing (treatments L5 and L0, respectively). Within each trial, a batch of piglets was studied until slaughter.
2008

Apport supplémentaire d'aliment ou de lipides pendant les 10 derniers jours de gestation et conséquences sur les performances de mise bas et de lactation

Consulter le resumé

L’effet d’un apport supplémentaire d’aliment ou de lipides pendant la fin de la gestation sur le déroulement des mises bas et les caractéristiques du porcelet à la naissance est étudié à partir de huit bandes de 24 truies. Les truies sont réparties entre quatre traitements. Du 104ème jour de gestation (G104) jusqu’à la mise bas, les truies du lot Témoin reçoivent 2,8 kg/j d’aliment standard. Les truies des autres lots reçoivent un supplément alimentaire correspondant à 1 kg d’aliment standard (KILO) ou à 150 (H150) ou à 300 (H300) g/j d’huile de colza.
PDF icon Apport supplémentaire d'aliment ou de lipides pendant les 10 derniers jours de gestation et conséquences sur les performances de mise bas et de lactation
2008

Performances à long terme d'un troupeau de truies alimentées avec du tourteau de colza industriel pendant la gestation et la lactation

Consulter le resumé

Quatre bandes de truies sont utilisées pour étudier les effets de l’incorporation de 0 ou 10% de tourteau de colza industriel à basse teneur en glucosinolates (GLS) dans les aliments de gestation et de lactation sur la prolificité, les performances de lactation et de reproduction pendant trois cycles de reproduction successifs. Cet essai est réalisé pour actualiser les données antérieures en intégrant les caractéristiques du tourteau disponible actuellement sur le marché. Le tourteau de colza utilisé renferme en moyenne 14,5 μmol de GLS/g de matière sèche, avec un maximum de 16,3 μmol/g.
PDF icon Performances à long terme d'un troupeau de truies alimentées avec du tourteau de colza industriel pendant la gestation et la lactation
2008

Les problèmes de venue en chaleur après sevrage : fréquence et typologie des manifestations dans les troupeaux de truies

Consulter le resumé

Poster. L’allongement de l’intervalle sevrage-1ère insémination (ISS1) peut dégrader la fertilité et la prolificité et perturber la conduite en bande. Cette étude fournit une évaluation récente de l’importance des chaleurs décalées dans les troupeaux français.
PDF icon Les problèmes de venue en chaleur après sevrage : fréquence et typologie des manifestations dans les troupeaux de truies
2008

La continuité du profil en matières premières de l'aliment entre la gestation et la lactation influence-t-elle la consommation spontanée de la truie après la mise-bas ?

Consulter le resumé

Six bandes de truies sont mises en essai afin d’étudier les effets de la cohérence du profil en matières premières entre les aliments de gestation et de lactation sur la prise alimentaire et les performances de lactation. Les truies sont réparties entre 4 lots. Des matières premières réputées pour leur effet sur l’appétence (pois, tourteau de colza, pulpe de betterave) sont incorporées dans l’aliment de gestation G-1 et de lactation L-1. Les aliments G-0 et L-0 ne contiennent ni pois ni tourteau de colza et 3 fois moins (G-1) ou pas du tout (L-1) de pulpe.
PDF icon La continuité du profil en matières premières de l'aliment entre la gestation et la lactation influence-t-elle la consommation spontanée de la truie après la mise-bas ?
2006

Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?

Consulter le resumé

L’effet de l’apport d’énergie sous forme de lipides ou d’amidon est étudié sur les performances de lactation des truies et de leur portée. Dans l’essai 1, les truies reçoivent un aliment de gestation ou de lactation enrichi en huile de soja (5 %, lot GL5) ou en amidon de maïs (11,3 %, lot GL0) du 35ème jour de gestation jusqu’au sevrage. Les apports quotidiens en énergie nette sont égalisés pendant la gestation. Dans l’essai 2, l’apport d’énergie sous forme d’huile ou d’amidon est réalisé seulement à partir de la mise bas (respectivement lots L5 et L0).
PDF icon Quel est l'impact d'un apport d'énergie sous forme de lipides pendant la gestation et/ou la lactation sur les performances des truies allaitantes et celles des porcelets jusqu'à l'abattage ?
2006

Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?

Consulter le resumé

L'impact d'un enrichissement de l'aliment allaitante en vitamines est testé sur les performances de lactation dans deux stations : Romillé (R) et Crécom (C). Les truies sont réparties entre deux lots à l'entrée en maternité. La teneur en vitamines de l'aliment TEMOIN est un compromis entre les différentes recommandations disponibles et les pratiques de terrain. Dans l'aliment ESSAI, les teneurs en vitamines K,E et celles du groupe B sont de 1,4 à 4,2 fois plus élevée. La taille de portée au sevrage est comparable dans les deux stations (R : 10,7, C : 10,3).
PDF icon Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?
2005

Les variations saisonnières des performances de reproduction chez la truie

Consulter le resumé

Bien que la truie ne connaisse pas d’anoestrus saisonnier, une diminution des performances de reproduction est observée en été et au début de l’automne dans de nombreux pays. La proportion de truies qui tardent à revenir en oestrus après le tarissement augmente tandis que la proportion de truies inséminées qui mettent bas baisse de 5 à 15 %. Ces échecs de gestation sont liés, pour une grande part, à des avortements.

Cette baisse des performances peut s’accompagner d’un taux de réforme accru, notamment chez les jeunes femelles.
2005

Teneur en acides aminés et en énergie des aliments pour truie allaitante : validation sur la truie hyper du calcul du besoin en lysine

Consulter le resumé

Cette étude a évalué l’efficacité d’un système de racloir en «V», dont l’objectif est de séparer les fèces et l’urine sous le caillebotis. Sur une période de 15 semaines, les essais ont été réalisés dans 2 salles d’engraissement de 144 porcs chacune. Chaque salle était équipée de 4 dalots munis de racloirs en « V » afin d’évacuer les déjections. Les essais ont caractérisé la composition des fractions solides et liquides.
PDF icon Teneur en acides aminés et en énergie des aliments pour truie allaitante : validation sur la truie hyper du calcul du besoin en lysine
2005

Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation

Consulter le resumé

L’influence de la quantité d’aliment allouée en fin de gestation sur le déroulement des mises bas et les performances de lactation est étudiée sur cinq bandes de 24 truies pendant trois cycles de reproduction successifs. Pendant les 14 derniers jours de gestation, les truies reçoivent 1,65 (lot BAS) ou 2,1 fois (lot HAUT) le besoin énergétique d’entretien calculé à partir de la pesée réalisée à 9 jours de gestation : cela représente une différence moyenne de 780 g/j d’un aliment à 12,70 MJ d’énergie métabolisable /kg.
PDF icon Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation
2005

Influence de la nature de l'énergie allouée à la truie pendant la gestation et la lactation sur ses performances de lactation et celles de sa portée et sur la composition corporelle des porcs au sevrage et à l'abattage

Consulter le resumé

Une bande de 120 porcs charcutiers répartie en trois salles de 40 porcs chacune a été mise en expérimentation au sein de la station ITP de Villefranche de Rouergue. Deux niveaux d’apport d’acide benzoïque, 0,5 % et 1 %, ont été comparés à un témoin pour leur incidence sur les performances zootechniques et l’émission d’ammoniac. A l’entrée en engraissement, les porcs ont été mis en lots par poids et par sexe et pesés individuellement, ainsi que toutes les 6 semaines jusqu’au départ pour l’abattoir.
PDF icon Influence de la nature de l'énergie allouée à la truie pendant la gestation et la lactation sur ses performances de lactation et celles de sa portée et sur la composition corporelle des porcs au sevrage et à l'abattage
2005

Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP

Consulter le resumé

Quand la température ambiante en maternité est en permanence supérieure à 25°C, le stress thermique ressenti est tel que la production de lait et la consommation d'aliment de la truie chutent. Cela entraîne une dégradation des performances de lactation voire même de reproduction. La dégradation de la situation est encore pire quand la température reste supérieure à 27°C. De telles conditions ont été observées au cours de l'été 2003, en particulier pendant la période de canicule de la première quinzaine du mois d'août.
PDF icon Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP
2004

Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP

Consulter le resumé

Quand la température ambiante en maternité est en permanence supérieure à 25°C, le stress thermique ressenti est tel que la production de lait et la consommation d'aliment de la truie chutent. Cela entraîne une dégradation des performances de lactation voire même de reproduction. La dégradation de la situation est encore pire quand la température reste supérieure à 27°C. De telles conditions ont été observées au cours de l'été 2003, en particulier pendant la période de canicule de la première quinzaine du mois d'août.
PDF icon Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP
2004

Plus d'acides aminés en lactation : aucun effet sur truies et porcelets

Consulter le resumé

2004

Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C

Consulter le resumé

L’effet de la réduction de la teneur en matières azotées totales (MAT), avec correction ou non du bilan électrolytique (BE), est testé sur 52 truies croisées Large White x Landrace exposées à une température ambiante moyenne de 23 (20 truies) ou de 26°C (32 truies). Pour le lot témoin (PBE), la teneur en MAT et le BE sont, respectivement, de 16,4 % et 176 mEq/kg. Pour les lots à faible teneur en MAT (14,4 %), le BE est de 141 mEq/kg pour le lot pbe et il est égalisé à 176 mEq/kg pour le lot pBE par incorporation de bicarbonate de sodium dans la formule.
PDF icon Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C
2004

Pages