La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 73 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social

Consulter le resumé

Soixante quatre truies et leurs portées (4 truies/traitement/bande) ont été étudiées dans 4 différents traitements : (plein air ou bâtiment) x (porcelets isolés ou en groupe). Les comportements ont été observés le matin pendant 2 h. les 15 jours suivant la mise-bas. Les résultats indiquent qu’il y a eu moins de porcelets nés par portée en plein-air mais avec des poids plus élevés. La survie néonatale a été supérieure en bâtiment à celle observée en plein air. Les truies en bâtiment ont été moins actives, avec des positions d’allaitement significativement plus fréquentes qu’en plein air.
PDF icon Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social
1997

Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction

Consulter le resumé

Afin de mesurer le bien-être des truies gestantes, 41 truies LW x LD (France Hybrides) ont été placées durant les 11 dernières semaines de gestation dans trois logements, par lot de 7 à 8 individus : logement individuel en stalle bloquée (B), logement en groupe avec alimentation en réfectoire fermé pendant le repas (GR), logement en groupe avec distribution d’aliment par chaîne à 120 g/mn dans auges séparées par bat-flanc (GBF). Dans chaque logement, deux aliments sont distribués l’un sans pulpe de betterave et peu fibreux (T), l’autre avec 15% de pulpe (F).
PDF icon Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction
1997

Effet du refroidissement évaporatif par cooling et brumisation sur l'ambiance et les performances zootechniques en porcherie d'engraissement

Consulter le resumé

Le refroidissement évaporatif permet de réduire la température ambiante de 2,5°C en moyenne lorsque la température extérieure est supérieure à 25°C. Au maximum, l’écart entre la salle témoin et la salle rafraîchie est égal à 4,4°C.

En contrepartie, l’humidité ambiante augmente en moyenne de 10 points pour une réduction de la température de 1°C.

L’ambiance plus fraîche et plus moite, caractéristique du refroidissement évaporatif, ne s’est pas soldée dans notre essai par des différences de performances zootechniques.
PDF icon Effet du refroidissement évaporatif par cooling et brumisation sur l'ambiance et les performances zootechniques en porcherie d'engraissement
1998

Comportement thermorégulateur du porcelet nouveau-né

Consulter le resumé

Nos observations ont été réalisées sur 5 portées durant les 24 premières heures de vie des porcelets. La case de mise-bas est conçue avec truie bloquée sur caillebotis fonte et caillebotis en matière plastique pour les porcelets. Une dalle chauffante est placée à l'avant. Lors de la mise-bas et dans les 7 heures qui suivent deux lampes à infra-rouge sont placées à l'arrière de la loge, puis une lampe est placée sur le côté.
PDF icon Comportement thermorégulateur du porcelet nouveau-né
1998

Incidence du taux d'humidité relatice de l'air ambiant sur les performances zootechniques du porc à l'engrais élevé à 28°C

Consulter le resumé

Une expérience portant sur 144 porcs charcutiers de type croisé a été effectuée afin de déterminer l’influence du niveau d’humidité relative de l’air sur les performances et l’état de santé des animaux. Trois niveaux ont été mis en place (45 %, 60 % et 75 %) et la température ambiante a été maintenue à 28°C. L’alimentation a été conduite à volonté et un seul aliment a été utilisé.
PDF icon Incidence du taux d'humidité relatice de l'air ambiant sur les performances zootechniques du porc à l'engrais élevé à 28°C
1998

Ventilation d'une porcherie d'engraissement par recyclage partiel de l'air ambiant

Consulter le resumé

Dans deux salles d'engraissement identiques sur caillebotis total, deux systèmes de ventilation ont été comparés. Les mesures portent sur les performances zootechniques et l'état sanitaire des animaux ainsi que sur la qualité de l'air ambiant.
PDF icon Ventilation d'une porcherie d'engraissement par recyclage partiel de l'air ambiant
1998

Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire individuel de porcs en croissance issus d'un croisement Piétrain x Large White est étudié à partir de groupes de 3 ou 4 porcs à deux stades de croissance (S1 et S2) correspondant respectivement à des poids moyens de 49 et 75 kg. Pendant chaque stade, les porcs sont soumis à des températures variant par paliers de 19 à 29°C et de 29 à 19°C; la température est maintenue constante pendant 3 ou 4 jours consécutifs aux paliers suivants: 19, 22, 25, 27 ou 29°C.
PDF icon Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe
1998

Influence des températures élevées sur les performances et le comportement alimentaire de la truie en lactation

Consulter le resumé

Les effets de la température ambiante (T) et de la teneur en protéines de l'aliment (CP) sont étudiés chez 24 truies multipares Large White. Les animaux sont répartis entre deux traitements thermiques et deux aliments suivant un dispositif factoriel 2x2. La température est maintenue constamment à 25°C ou varie au cours de la journée de ±4°C autour de 25°C. La teneur en protéines est de 14 ou 17%, les teneurs en acides aminés essentiels étant identiques dans les deux aliments. La photopériode est de 14 h de jour et 10 h d'obscurité. Le comportement alimentaire de 11 truies est mesuré.
PDF icon Influence des températures élevées sur les performances et le comportement alimentaire de la truie en lactation
1998

Incidence de la température ambiante et du niveau de rationnement sur les performances zootechniques du porc en croissance-finition

Consulter le resumé

Une expérimentation a porté sur 360 porcs à l’engrais afin de déterminer l’effet de la température ambiante (24 vs 17 °C) et du niveau alimentaire sur les performances du porc en croissance-finition. Les porcs étaient nourris, soit à volonté, soit rationnés à 90 ou 80 % de l’à volonté. Au total, 6 traitements ont été mis en place (2 températures x 3 niveaux alimentaires).
PDF icon Incidence de la température ambiante et du niveau de rationnement sur les performances zootechniques du porc en croissance-finition
1998

Influence of air flow rate and ventilation system on ammonia levels in pig fattening units

Consulter le resumé

1998

Suède : une production porcine sous contraintes

Consulter le resumé

Ces dernières années, depuis l’entrée dans l’Union Européenne, la production suédoise a

augmenté, apportant un léger excédent en viande porcine. La concentration des porcs dans les élevages s’est accrue. Un pôle coopératif puissant domine la filière.
PDF icon Suède : une production porcine sous contraintes
1998

Caractérisation des effets de l'augmentation de la température ambiante sur les performances des truies en lactation

Consulter le resumé

Les effets de la température ambiante (T) et de la teneur en protéines de l'aliment sont étudiés chez 63 truies multipares Large White. Les animaux sont répartis entre cinq traitements thermiques (18, 22, 25, 27 ou 29°C) et deux aliments ayant des teneurs en protéines de 14 ou 17%; les teneurs en acides aminés essentiels sont identiques dans les deux aliments.

La photopériode est de 14 h de jour. Les truies sont alimentées à volonté entre le 7ième et le 19ième jour de lactation.
PDF icon Caractérisation des effets de l'augmentation de la température ambiante sur les performances des truies en lactation
1999

Le coût des bâtiments - Année 1997

Consulter le resumé

L’indice national du coût du bâtiment, tous corps d’état, n’a augmenté que de 1,4 % de juin 1997 à juin 1998. Cette évolution était sur la même période de 2,4 % l’année précédente.

Le coût des porcheries a peu évolué en 1998.

Quelques projets importants existent, notamment dans l’Est de la France.
PDF icon Le coût des bâtiments - Année 1997
1999

Incidence du système d'extraction et du débit de renouvellement d'air en porcherie d'engraissement sur les concentrations en ammoniac et les performances des animaux

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est de déterminer l’incidence du débit de renouvellement d’air et du système de ventilation (extraction basse, extraction haute) sur l’évolution des concentrations d’ammoniac en ambiance et sur l’air rejeté vers l’extérieur. Les performances zootechniques des animaux ont également été contrôlées. Deux niveaux de ventilation, notés faible et élevé, ont été comparés: ils varient respectivement de 5 m3/h/porc à 16 m3/h/porc et de 15 m3/h/porc à 40 m3/h/porc du début à la fin de l’engraissement.
PDF icon Incidence du système d'extraction et du débit de renouvellement d'air en porcherie d'engraissement sur les concentrations en ammoniac et les performances des animaux
1999

Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C

Consulter le resumé

L’influence de l’amplitude de variation nycthémérale de la température ambiante a été étudiée dans deux essais successifs portant chacun sur 192 porcs (mâles castrés et femelles croisés) entre 25 et 110 kg. Quatre traitements thermiques ont été mis en place: la température est maintenue constante à 24°C ou varie autour de cette valeur moyenne de ±1,5, ±3,0 ou ±4,5°C au cours de la journée. Les températures minimale et maximale sont atteintes respectivement à 7h00 et 19h00. La photopériode est fixée à 12 h de jour (entre 7h00 et 19h00).
PDF icon Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C
1999

Quelle est l'influence des conditions d'élevage sur la qualité de la viande de porc ?

Consulter le resumé

Il s’agit de retenir les facteurs que l’on évoque le plus souvent lorsque l’on parle

des problèmes de qualité de viande, c’est-à-dire l’alimentation, les bâtiments, l’âge des animaux, le poids d’abattage, etc....

Les influences des facteurs génétiques et des conditions d’abattage, relativement bien connues, ne seront pas évoquées.
PDF icon Quelle est l'influence des conditions d'élevage sur la qualité de la viande de porc ?
2000

Logement en cases collectives ou en stalles individuelles en première gestation : impact sur le bien-être des truies nullipares

Consulter le resumé

Afin d'évaluer l'importance du type de logement sur le bien être de la truie gestante en système d'élevage intensif, nous avons comparé différents paramètres zootechniques, comportementaux, physiologiques et sanitaires sur deux groupes de 48 truies chacun, l'un élevé en stalles individuelles et l'autre en groupes stables de 6 animaux.
PDF icon Logement en cases collectives ou en stalles individuelles en première gestation : impact sur le bien-être des truies nullipares
2000

Station d'expérimentation nationale porcine de Romillé - Bilan de fonctionnement

Consulter le resumé

La capacité et la conception de la Station d'Expérimentation Nationale Porcine de Romillé permettent de réaliser des expérimentations sur l'ensemble de la

chaîne de production - du futur reproducteur au porc charcutier - ainsi que sur la réduction des nuisances et des caractéristiques des effluents d'élevage.

Son fonctionnement technique s'articule autour d'un élevage naisseur-engraisseur

de 168 truies productives.

Romillé est à 20 km de l'implantation ITP de Le Rheu, et de la Station de Recherche

Porcine de l'INRA à Saint Gilles.
PDF icon Station d'expérimentation nationale porcine de Romillé - Bilan de fonctionnement
2000

Hyperprolificité des truies... Situation actuelle et perspectives

Consulter le resumé

Le terme d’hyperprolificité a été employé pour la première fois par C. Legault,

en 1973 : il s’agissait d’augmenter la prolificité en diffusant les gênes de truies

exceptionnelles. En fait, cette technique n’est que l’une de celles utilisées à partir

de 1990, pour améliorer la taille de portée, et qui sont :

•l’utilisation de la voie hyperprolifique au sens strict, dans les élevages de sélection

Large White et Landrace Français des groupements de producteurs, essentiellement

entre 1989 et 1994.
PDF icon Hyperprolificité des truies... Situation actuelle et perspectives
2000

Production porcine écologique en Allemagne

Consulter le resumé

NEULAND est une association d’agriculteurs, de consommateurs et de protection de la nature créée en 1989. Elle regroupe 240 agriculteurs dont 40 éleveurs de porcs situés pour l’essentiel en Basse Saxe. La production est d’environ 14000 porcs charcutiers par an.
PDF icon Production porcine écologique en Allemagne
2000

Pages