La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 89 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Effect of feed presentation on growth performance of entire male pig and boar taint risk

Consulter le resumé

The aim of the trial was to compare the performance and boar taint risk when entire male pigs (40 per treatment) wrer fed xwith diets presented as mash (M) or ground pellets (G) over the 22-109 BW range. A liquid feeding system that allows for a simultaneous feeding was usd to control the daily feed allowance per pen (5 pigs/ pen) that corresponded to 4.5% of the initial BW per pen on the first dazy, thereafter + 25 g/d/pig up to 2.60 kg/d. Dietary nutrient contents were calculated from chemical characteristics of ingredients and coressponding nutritional values assessed fro mwww.evapig.com. The growing (<65 kg BW) and the finishing diets were formulated to contain 159 and 152 g/kg of crude protein, 9.2 and 8.2 g/kg of digstible lysine, 157 and 145 g/kg of total dietary fiber. The calculated net energy content was fixed at 9.64 MJ/kg. The daily feed intake tended to be lower with pellets (G : 195, M: 1.98 kg/d, P=0,06). As the average daily gain averaged 882 g/d (P=0.99), the feed conversion ratio was lower with pellets (G: 2,20, M: 2.26, P=0.05). No differences were noticed in carcass characteristics. Proportion of pigs with a low androstenone lever (<1 µg/g pure fat) averaged 96% for both groups. Less pigs presented a skatole level above the minimum detectable concentration (MDC, 30 ng/g) with pellets (G: 78, M: 97%, P=0.01) and their skatole concentration tended to be reduced (G: 64, M: 94 ng/g, P=0.07). When both skatole (S) and indol (I) levels were above MDC, the ratio S/I+S was significantly lower with pellets (G: 51, M: 61%, P=0.01), bu(t the coefficient of correlation betwwen S and S/I+S was similar for both treatments (r=0.78). The improved feed conversion ratio associated with a stable carcass composition at slaughter would result from an increased digestibility of nutrients induced by the technologies used in the pelleting process, which would contribute to reduce boar taint risk in entire male pigs.

2014

Genetic relationships between measures of sexual development, boar taint, health, and aggressiveness in pigs

Consulter le resumé

The aim of the study was to estimate genetic relations between sexual development, boar taint, health and aggressiveness. About 1600 Pietrain type (purebred) or Pietrain x Large White type (crossbred) boars were raised in a testing station. Blood samples were collected at about 105 kg liveweight for measuring two sex hormones and two Acute-Phase Proteins (APPs). Animals were slaughtered one week later, measured for boar taint compounds and skin lesions on carcass (LSC), an indicator of aggressiveness.
Heritability was moderate for the C-reactive protein (h²=0.24 and h²=0.45, respectively for purebred and crossbred), whereas it was low for the major pig APP (h²=0.06 and h²=0.05). Heritability of LSC was moderate for both types (h²=0.31). High genetic  correlations between androstenone and estradiol (around 0.85 for both types) and moderate genetic correlations between LSC and testosterone (around 0.45 for both types) were estimated.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2014

Influence de la composition du groupe en engraissement (mixte ou unisexe) et du nombre de départs à l’abattoir sur le comportement et les performances des porcs et le risque d’odeurs des viandes de mâles entiers

Consulter le resumé

Dans un essai portant sur deux bandes de 120 porcs en engraissement, trois compositions de groupe (M : 10 mâles ; F : 10 femelles ; MF : 5 mâles et 5 femelles) et deux modalités de départ à l’abattoir par case (1D : 1 départ, 2D : 2 départs) ont été étudiées dans un dispositif factoriel 3x2. Dans les cases 2D, les quatre porcs les plus lourds (deux mâles et deux femelles pour les cases MF) sont abattus 2 semaines avant le reste de la case. Des notations de lésions et de boiterie sont effectuées avant le premier abattage (A1), 1 et 2 semaines plus tard. Le comportement et les postures des animaux sont relevés par scan sampling, sur une durée de 2h30, 5 semaines avant A1, puis une fois par semaine jusqu’à la fin de l’engraissement. Les animaux des cases M et MF sont identifiés et filmés à deux reprises entre 7h00 et 19h00 avant et après A1 pour quantifier les comportements agressifs et sexuels. Les teneurs en scatol et androsténone sont dosées dans le gras dorsal de l’ensemble des mâles. La mixité n’a pas d’effet sur les interactions sociales négatives mais réduit la fréquence des comportements sexuels (P < 0,01), en relation avec un effectif moindre de porcs mâles présents dans la case. Elle permet une réduction des lésions, en particulier après détassage (P < 0,05), et une moindre teneur en androsténone (P < 0,05), mais freine la croissance des animaux (P < 0,001). Le fractionnement des départs semble par contre entraîner une augmentation de la teneur en scatol dans le gras (P < 0,01).

PDF icon jrp2014-beareproconduite-courboulay.pdf
2014

Le nez humain permet de détecter des carcasses odorantes, mais pas toutes...

Consulter le resumé

Certaines carcasses de mâle entier dégagent des odeurs à la cuisson. Pour mesurer la fiabilité de la technique du nez humain, l'Ifip a sélectionné sept testeurs, qui ont évalué 1205 carcasses de mâle entier entier chimiquement caractérisées sur l'odeur par analyse du taux de scatol et androsténone à l'Inra. Les testeurs se sont trompés en moyenne sur 23 % des carcasses.

PDF icon techporc_chevillon_n15_2014.pdf
2014

Viande de mâles entiers : production et utiisation au sommet

Consulter le resumé

Production et utiisation de viandes de mâles entiers au sommet...d'un groupe de scientifiques réunis en Espagne début décembre 2013 par l'Association Européenne des chercheurs en Productions Animales (EAAP). L'IFIP y participait. Etat des lieux des avancées de la recherche européenne.

2014

A genome-wide association study points out the causal implication of SOX9 in the sex-reversal phenotype in XX pigs

Consulter le resumé

Among farm animals, pigs are known to show XX sex-reversal. In such cases the individuals are genetically female but exhibit a hermaphroditism, or a male phenotype. While the frequency of this congenital disease is quite low (less than 1%), the economic losses are significant for pig breeders. These losses result from sterility, urogenital infections and the carcasses being downgraded because of the risk of boar taint. It has been clearly demonstrated that the SRY gene is not involved in most cases of sex-reversal in pigs, and that autosomal recessive mutations remain to be discovered. A whole-genome scan analysis was performed in the French Large-White population to identify candidate genes: 38 families comprising the two non-affected parents and 1 to 11 sex-reversed full-sib piglets were genotyped with the PorcineSNP60 BeadChip. A Transmission Disequilibrium Test revealed a highly significant candidate region on SSC12 (most significant p-value<4.65.10-10) containing the SOX9 gene. SOX9, one of the master genes involved in testis differentiation, was sequenced together with one of its main regulatory region Tesco.
However, no causal mutations could be identified in either of the two sequenced regions. Further haplotype analyses did not identify a shared homozygous segment between the affected pigs, suggesting either a lack of power due to the SNP properties of the chip, or a second causative locus. Together with information from humans and mice, this study in pigs adds to the field of knowledge, which will lead to characterization of novel molecular mechanisms regulating sexual differentiation and dysregulation in cases of sex reversal. 

2013

Mâles entiers : impact du sexage et de la densité sur le comportement et le risque d’odeur dans la viande

Consulter le resumé

La mise en place d’une production de mâles entiers soulève la question des conduites d’élevage les plus appropriées. Il s’agit à la fois de réduire les problèmes de qualité de viande (odeur) mais aussi ceux relatifs à l’expression des comportements sexuels ou agressifs (blessures, boiteries).

PDF icon bilan_2012web_100.pdf
2013

Production de mâles entiers : utilisation en viande fraîche et salaison, détection des viandes odorantes à l’abattoir

Consulter le resumé

La déclaration de Bruxelles signée par les principaux pays producteurs début 2011 vise l’arrêt de la castration en 2018.

PDF icon bilan_2012web_73.pdf
2013

Effect of tasting and information on consumer opinion about pig castration

Consulter le resumé

Our research explored the relative importance of pig castration amongst other aspects of animal welfare, and the potential impact of information and sensory experiences on European Union (EU) consumers' preferences. The EU is considering a future ban on surgical pig castration by 2018 which may affect markets and consumers' preferences. We carried out an empirical study using consumer-level data obtained from questionnaires completed in a controlled environment by a total of 825 consumers.

2013

Growth performance and behaviour of entire male pigs under various management conditions

Consulter le resumé

Most literature data on growing entire males were obtained in ad libitum feeding conditions with diet supplied as pellets or mash (dry), and up to a slaughter body weight (sBW) below 120 kg. As a general ban on castration is expected in the EU by the year 2018, more knowledge was required in different management conditions, representative of those observed in the field . Six batches (b) were used to investigate the effect of six bi-modal factors on performance, behaviour (b 3, 4, 5, 6) and boar taint risk (not b 3): group (6/pen) vs. single housed pigs (b 1), ad libitum feeding with dry pellets or liquid feed (b 2), pigs fed ad libitum or restrictively with dry pellets (b 3) or liquid feed (b 4), standard or heavy sBW (119/134 kg, b 5). Boars from b 1 to 5 were obtained from Large White x Pietrain sires, those from b 6 were obtained either from Pietrain (PP) or crossbred Duroc x Pietrain (DxPP) sires. High growth rate and feed efficiency (G:F) are obtained under ad libitum fed pigs both in dry and liquid feeding systems, up to a heavy sBW, and with different types of crossbreeding. Feed efficiency was not influenced by a feed restriction of5% (b 4), whereas it increased with a feed restriction of9% (b 3). Neither feeding conditions nor sBW influenced sexual behaviour, which remained at a low level (<2.5% of the active behaviour). However, amount of negative social behavior (aggression, biting, head knocking) was more important in restrictively fed pigs , both in dry and liquid feeding systems. Lesion score tended to be higher in restricted than in ad libitum fed males with the dry feeding system where only 1 or 2 pigs have a simultaneous access to the feeder. The PP offspring presented a higher lesion score than DxPP ones. Based on performance and behaviour observations, entire males should be fed ad libitum , with attention paid to the sire in order to limit aggression and subsequent lesions.
However, when the boar taint risk is high , a small feed restriction could be pertinent.

PDF icon 2013quiniou-session49.pdf
2013

Effect of mixing entire males with females and slaughter strategy on behavior, growth and boar taint

Consulter le resumé

Valérie Courboulay et al., 64th EAAP, 26-30 août 2013, Nantes, France, visuels d'intervention

Management may influence behavior and growth performance of entire male, as well as boar taint risk. Two batches of 12 groups of 10 pigs each were used in a 3x2 factorial design based on group composition (10 males-M. 10 females-F. 5 males and 5 females-MF) and slaughter strategy (1 (10) or 2 (2D) departures per pen). In the 2D treatment, the four heaviest pigs (2 males and 2 females for MF treatment) were slaughtered 2 weeks before the others (22.5 weeks old). Pigs were 9 weeks old at the beginning of the experiment, Posture and behavior were recorded by scan sampling every 10 minutes during 2.5 h, every week from the fifth week before the first departure to the slaughterhouse (01). Gender of the recipient and the performer of social interactions were considered. Lesions and lameness were scored individually 1 week before D1, 1 and 2 weeks later. Data were analyzed with a mixed model or with the Kruskal Wallis test. Analyses were performed for both periods, before and after D1. Social and sexual behavior did not differ significantly between M and MF pens and were significantly more frequent than in F pens. In MF pens, more aggressions were observed between males than in any other combination (P<0.05). Siaughter strategy had no impact on social behavior after D1, but sexual behavior was significantly less performed in 2D pens, whatever the group composition. Consequently, lesion score was lower in 20 than in 10 pens, with a significant difference only in MF pens. Both factors affected boar taint components. Androstenone level in backfat was lower in males mixed with females than in single sex pens (P<0.05). Skatole level in backfat was higher for the 20 males at the second departure than for 10 males (P<0.01). Our results indicate that mixing pigs reduces boar taint and improves animal welfare in both slaughter strategies.

PDF icon Valérie Courboulay et al., 64th EAAP, 26-30 août 2013, Nantes, France, visuels d'intervention
2013

Odeur de verrat : trois populations Piétrain utilisées en France à faible risque

Consulter le resumé

Des porcs mâles entiers de type Piétrain ou croisés Piétrain x Large White présentent un risque limité d’odeur sexuelle. C’est ce que révèle une vaste étude réalisée en station de contrôle. Les animaux de types croisés présentent toutefois des teneurs en androsténone et scatol supérieures aux animaux de race pure.

PDF icon techporc_mercat_n11_2013.pdf
2013

Elever des mâles entiers : oui, mais dans quelles conditions ?

Consulter le resumé

Jusqu'à ce jour, la plupart des connaissances disponibles sur les mâles entiers étaient issues de porcs élevés dans des conditions d'alimentation libérale, le plus souvent à sec et jusqu'à un poids standard d'abattage. Ces conditions sont loin d'être représentatives de celles observées en France. Un vaste programme de recherches a été mis en place à la station de Romillé pour répondre aux questions d'éleveurs.

PDF icon techporc_quiniou_n10_2013.pdf
2013

Mise au point d’un outil de suivi des usages d’antibiotiques dans la filière porcine. Etude des quantités utilisées et des modalités d’administration à partir du panel INAPORC

Consulter le resumé

L’Interprofession Nationale Porcine INAPORC a mandaté l’Ifip pour mettre en place, avec l’appui technique de l’Anses, un panel d’élevages permettant de mesurer de manière fiable les quantités d’antibiotiques utilisées dans la filière porcine française, de préciser les modalités d’utilisation de ces antibiotiques et de comparer les résultats aux autres données disponibles. Cette étude vise à expliquer la méthodologie employée pour mettre en place cet outil et à présenter les premiers résultats.

PDF icon jrp-2013-sante02.pdf
2013

Odeurs de verrat : effets génétiques et non génétiques

Consulter le resumé

Les filières porcines européennes se sont engagées dans une démarche volontaire d'abandon de la castration chirurgicale des porcelets mâles à l’horizon 2018. L'une des conditions de cet abandon est de résoudre les différents problèmes liés à l'élevage de mâles entiers, et plus particulièrement ceux de qualité de viande. L'une des voies privilégiées est celle de la génétique, notamment la sélection génomique. Une population ressource a donc été mise en œuvre dans des populations françaises de type Piétrain, avec un contrôle des animaux en station de testage. Environ 1000 verrats de type Piétrain ou de type croisé Piétrain x Large White ont été élevés et abattus pour déterminer les caractères de production, de développement sexuel, de composition corporelle et surtout de défaut d'odeur de viande. La concentration en testostérone plasmatique diffère d’un type génétique à l'autre, mais les différences restent globalement faibles. Cette concentration n’est pas affectée par la bande d'élevage, par le poids des animaux ou par leur âge à la mesure. La teneur en androsténone de la bardière n’est pas affectée par l’effet de la bande d’élevage mais varie quasiment du simple au double en moyenne d’un type génétique à l’autre, les teneurs les plus élevées étant observées à la fois dans un des types Piétrain pur et dans un des types croisés. Cette teneur augmente avec le poids d’abattage et la concentration plasmatique en testostérone. L’effet de l’âge à l'abattage dépend du type génétique. La teneur en scatol de la bardière est peu affectée par la concentration en testostérone mais varie d’une bande à l'autre, d’un type génétique à l'autre et diminue avec l'âge à l'abattage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Incidence des conditions d’élevage sur les performances de croissance, les caractéristiques de carcasse et le risque d'odeur des porcs mâles entiers

Consulter le resumé

La plupart des résultats disponibles dans la littérature sur les mâles entiers ont été obtenus dans des conditions d’alimentation libérale, le plus souvent à sec, et jusqu'à un poids d’abattage qui reste le plus souvent en deçà de 120 kg. Dans un contexte d’arrêt possible de la castration dans l'Union Européenne en 2018, les performances des mâles entiers ont été étudiées dans un éventail de conditions d’élevage, représentatives de celles pratiquées en France.

PDF icon jrp-2013-bienetre03.pdf
2013

Odeurs des mâles entiers : réduire la teneur en protéines ne suffit pas

Consulter le resumé

A priori, réduire les apports en protéines non digestibles pourrait réduire les odeurs pour les mâles entiers. Une étude récente montre cependant que les fibres jouent un rôle primordial.

PDF icon techporc_gaudre_n9_2013.pdf
2013

Efficacité et tolérance de Pracetam® dans la réduction de la douleur post-opératoire induite par la castration chez le porcelet : comparaison de deux dosages avec un placebo

Consulter le resumé

La castration du porcelet avant 7 jours d'âge constitue la principale solution acceptée à ce jour par les abatteurs pour maîtriser le risque «d'odeur de verrat» dans le produit fini. Il a été démontré que cette pratique génère une douleur et un stress aigu. Leur réduction devient un impératif, autant pour satisfaire aux attentes sociétales d'un meilleur bien-être des animaux d'élevage, que par éthique. Toutefois, quelle que soit la solution utilisée pour réduire la douleur, elle doit être économiquement abordable, sûre d'utilisation et facile à mettre en œuvre.
2012

Génétique et non castration : performances et dosages des odeurs de verrat

Consulter le resumé

Si les mâles entiers présentent systématiquement une amélioration de l'efficacité alimentaire et globablement un GMQ plus élevé que celui des mâles castrés et des femelles, il existe une certaine variabilité entre les types génétiques testés; De même, la proportion de carcasses à odeur est très variable.

PDF icon techporc_hassenfratz_n5_2012.pdf
2012

Effet de la teneur en protéines non digestibles de l’aliment sur le dépôt de scatol dans le gras de porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Cet essai a pour objectif de déterminer s’il existe un intérêt de réduire la teneur en protéines non digestibles de l’aliment distribué en fin d’engraissement, afin de diminuer la teneur en scatol des gras de porcs mâles entiers. Le scatol fait partie avec l’androsténone des deux composants majeurs à l’origine des odeurs sexuelles dégagées parfois par les viandes ou les produits issus de porcs mâles entiers. L’androsténone est une hormone produite par les testicules alors que le scatol constitue un produit de la dégradation des protéines dans le gros intestin.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2012

Pages