La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 301 à 320 de 348 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant
Intérêt et performances des porcelets issus de l’hyperprolificité

Intérêt et performances des porcelets issus de l’hyperprolificité

Consulter le resumé

En 2002, la taille de portée dans les élevages suivis en GTTT est en moyenne de 13,2 porcelets nés totaux, soit 0,3 de plus qu’en 2001 (Réf 1). Ce chiffre cache cependant une grande disparité entre élevages. En effet, 13 % d’entre eux dépassent 14 porcelets nés totaux alors que 10 % obtiennent des tailles de portées inférieures ou égales à 12. Compte tenu du délai nécessaire à la transmission du progrès génétique depuis les élevages de sélection, la prolificité des truies dans les élevages de production devrait encore augmenter dans les 4 années qui viennent. Néanmoins, dans le même temps, de nouveaux critères de sélection devraient être pris en compte. Un travail important de recueil de données concernant les aptitudes maternelles est actuellement en cours. L’analyse approfondie des résultats permettra de déterminer les caractères les plus influents et les plus héritables (parties 1 et 10). La pesée à la naissance réalisée en station expérimentale montre qu’une des conséquences de l’augmentation de la taille de portée est la diminution du poids moyen du porcelet (partie 2) et l’augmentation du nombre et de la proportion de porcelets de faible poids. Ainsi, malgré l’augmentation importante de la taille de la portée à la naissance, l’évolution de la productivité est freinée par la hausse du taux de porcelets morts nés (partie 3). Celle-ci est principalement liée aux caractéristiques des portées plutôt qu’à une détérioration du niveau sanitaire des élevages. En effet, en unité protégée, Cariolet et al. (2004) observent également une mortinatalité plus élevée quand la taille de la portée à la naissance augmente. Même si l’impact du poids à la naissance doit être relativisé selon la taille de la portée dans lequel le porcelet naît (partie 2), les études menées en unité protégée (Réf. 5) ou en élevages de production montrent que la mortalité avant sevrage touche essentiellement les porcelets très légers à la naissance (pesant moins de 1 kg) (partie 4). Les chances de survie de ces derniers sont moindres en relation avec une consommation insuffisante de colostrum, élément indispensable pour permettre au porcelet de maintenir son homéothermie dans les heures suivant la naissance et d’acquérir un bonne immunité (partie 5). Le suivi en post-sevrage et en engraissement des porcelets de faible poids à la naissance ayant survécu jusqu’au sevrage montre que les performances de croissance de ces derniers sont inférieures à celles des animaux plus lourds à la naissance (partie 6). Ceci semble être dû à un niveau d’ingestion alimentaire limité plutôt que la conséquence d’une dégradation de l’indice de consommation (partie 7). Le respect des principes de la conduite en bande impose d’abattre ces animaux plus légers, mais sans pour autant que la valorisation de la carcasse soit compromise. Pour un même poids d’abattage, les petits porcelets présentent une qualité de carcasse identique à celle d’animaux de poids élevé à la naissance lorsqu’ils sont alimentés de façon rationnée, alors qu’en alimentation libérale les caractéristiques de la carcasse sont dégradées chez les porcelets de faible poids à la naissance (partie 8). Dans les deux cas, la taille et le nombre de fibres musculaires sont influencés par le poids de naissance. Son impact sur la tendreté sensorielle de la viande reste à déterminer. Ces résultats techniques sont utilisés afin d’établir des scénarios d’adaptation de la conduite d’élevage et leurs incidences économiques (partie 9). Tous confirment la rentabilité de l’hyperprolificité. Dans les races européennes, la prise en compte de nouveaux critères de sélection pour accompagner l’augmentation future de la prolificité (partie 10) permettra d’améliorer les qualités maternelles des truies et la vigueur des porcelets et ainsi de limiter certains des problèmes auxquels l’éleveur doit faire face. Dans l’attente de ces résultats, le savoir-faire développé par les éleveurs gérant au quotidien l’hyperprolificité permet de dégager dès aujourd’hui des pratiques utilisées actuellement pour la conduite des porcs issus de l’hyperprolificité (partie 11).

Editions ITP, 36 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2004

Le tatouage des porcelets au sevrage par pistolet pneumatique à encrage automatique - Résultats d'enquête auprès d'éleveurs

Consulter le resumé

L’ITP a réalisé une enquête auprès d’éleveurs utilisateurs de pistolets pneumatiques afin de mesurer les performances des compresseurs utilisés, de connaître les conditions d’utilisation et le degré de satisfaction des utilisateurs.

Le pistolet pneumatique est une technique intéressante pour les éleveurs de porcs spécialisés naisseurs ou naisseurs-engraisseurs. Ces outils permettent l’apposition, en une seule opération, de l’indicatif de marquage du lieu et du numéro de la semaine de naissance.
PDF icon Le tatouage des porcelets au sevrage par pistolet pneumatique à encrage automatique - Résultats d'enquête auprès d'éleveurs
2003

Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Cette expérimentation a pour objet d’étudier les limites d’emploi de différents lupins - bleu et blanc - dans les aliments de 2e âge chez le porcelet de 12 à 25 kg. Elle comprend 3 essais, dans lesquels 4 taux d’incorporation de lupin ont été comparés et porte sur un total de 1032 animaux. Le premier essai concerne un lupin blanc (variété Arès) aux taux de 0,5, 10, et 15 %, le deuxième un lupin bleu (variété Boltensia) aux mêmes taux. Dans le troisième, la variété de lupin bleu Bora a été testée à des taux plus élevés : 0, 10, 20, et 30 %.
PDF icon Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage
2003

Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet

Consulter le resumé

Sur des porcelets de 12 à 25 kg, trois aliments sont comparés dans lesquels le phosphore provient de phosphates inorganiques (phosphates mono et bicalcique) pour 2 aliments, d’une complémentation en phytase microbienne pour le troisième.

La comparaison porte sur la croissance des animaux et sur le bilan en P. Pour la croissance, 360 animaux sont utilisés au total, 60 mâles castrés et 60 femelles par traitement. Pour le bilan, 120 animaux sont utilisés, 4 loges de 10 animaux par traitement. L’aliment est granulé à une température de 80°C.
PDF icon Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet
2003

Corrélations génétiques entre les caractéristiques numériques et pondérales de la portée, la variabilité du poids des porcelets et leur survie entre la naissance et le sevrage

Consulter le resumé

Les paramètres génétiques des tailles et des poids de portée, des moyennes et de l’hétérogénéité (écarts types intra-portée) des poids individuels des porcelets à la naissance, à 21 jours et au sevrage, des taux de survie à la mise bas (TSMB) et en allaitement (TSALL) ont été estimés dans une population Large White par la méthode du maximum de vraisemblance restreinte appliquée à un modèle animal multicaractère. Un total de 1958 portées produites par 1131 truies a été analysé.
PDF icon Corrélations génétiques entre les caractéristiques numériques et pondérales de la portée, la variabilité du poids des porcelets et leur survie entre la naissance et le sevrage
2003

Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge

Consulter le resumé

L’incidence sur les performances de régimes contenant des graines de soja traitées thermiquement par un toastage seul (Tostd), un toastage suivi d’un floconnage (To+), une extrusion (Ext) a été étudiée pour 12 lots différents de graines provenant de 7 usines A, B, C, D, E, F, G. Dans trois essais, des régimes contenant 56 % de blé, 20 % de tourteau de soja, 15 % de graines de soja, un aliment minéral et des acides aminés ont été distribués à des porcelets en 2ème âge, après la phase d’alimentation 1er âge.
PDF icon Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge
2003

Variation of piglets' birth weight and consequences on subsequent performance

Consulter le resumé

Data collected from 965 litters from the start of the Pig Research Station of ITP in July 1998 until October 2000 (12,041 piglets born) were used to evaluate the variation of piglets’ birth weight and its consequences on post-weaning performance. All piglets were individually weighed at birth and at 27 days of age (weaning) but only some of them were studied after weaning. Increasing litter size from ≤11 to ≥16 piglets results in a reduced mean birth weight from 1.59 to 1.26 kg, which corresponds to a mean decrease of 35 g per each additional piglet born.
2002

Lutter contre les températures d'été

Consulter le resumé

Pertes d'appétit, pertes de croissance, chute des performances de reproduction... Bien que de sensibilité différente, les porcs, les truies et les porcelets, ne sont pas sans réagir aux températures anormalement élevées. Repères techniques et conseils pratiques pour limiter les dégâts.
2002

Caudectomie et section des dents chez le porcelet : conséquences comportementales, zootechniques et sanitaires

Consulter le resumé

La section partielle des dents des porcelets (réalisée pour éviter les blessures sur

les porcelets et les mamelles des truies) et la caudectomie (réalisée pour prévenir la caudophagie), sont actuellement contestées. Une analyse comportementale, sanitaire et zootechnique a permis de mieux connaître les conséquences de ces interventions.

L’étude a suggéré des perturbations dans le comportement de l’animal qui peuvent être

associées à une situation anxiogène mais de courte durée.
PDF icon Caudectomie et section des dents chez le porcelet : conséquences comportementales, zootechniques et sanitaires
2002

Conséquences comportementales, zootechniques et physiologiques de l'épointage des dents chez le porcelet

Consulter le resumé

La section partielle des dents des porcelets, réalisée pour éviter les blessures sur les porcelets et les mamelles des truies, est actuellement contestée. Afin de mieux connaître les conséquences à court terme, deux expériences ont été mises en place, l’une avec une approche comportementale et zootechnique sur 128 porcelets, l’autre avec une approche physiologique sur 24 porcelets. Dans la première, les porcelets sont soumis à l’un des traitements suivants : meulage, coupe à la pince, simulation du meulage, témoin sans manipulation.
PDF icon Conséquences comportementales, zootechniques et physiologiques de l'épointage des dents chez le porcelet
2002

L'euro : nouvelle monnaie, nouveaux repères

Consulter le resumé

De nombreux changements accompagnent le passage à l'euro : nouvelles expressions des quantités pour conserver la précision des cotations, grilles de paiement, dans tous les pays... Attention cependant, pour comparer, à la définition des produits !

PDF icon bp2002n301.pdf
2002

Variation of piglet's birth weight and consequences on subsequent performance

Consulter le resumé

2001

Résultats GTTT 2000 : la barre des vingt-cinq porcelets est franchie

Consulter le resumé

2001

Variation du poids des porcelets à la naissance et incidence sur les performances zootechniques ultérieures

Consulter le resumé

A partir des données collectées sur les 6 premiers cycles de reproduction du troupeau de la station de Romillé, l’évolution du

poids individuel à la naissance selon la taille de la portée est analysée ainsi que les performances en post-sevrage. Les porcelets chétifs n’ont reçu aucune assistance alimentaire au-delà des 12 premières heures de vie.

PDF icon Variation du poids des porcelets à la naissance et incidence sur les performances zootechniques ultérieures
2001

GTTT 1er semestre 2000 : 24,9 sevrés/truie productive

Consulter le resumé

2001

La Maladie de l'Amaigrissement du Porcelet (MAP) : influence de différents paramètres zootechniques sur son incidence dans un élevage expérimental

Consulter le resumé

La Maladie de l’Amaigrissement du Porcelet (MAP) est étudiée à la Station Expérimentale de Romillé sur une période d’environ un an. La prévalence de la maladie est estimée par l’autopsie des porcs morts, l’enregistrement des signes cliniques et à partir de pesées effectuées tous les 15 jours pendant les deux premiers mois d’engraissement.
PDF icon La Maladie de l'Amaigrissement du Porcelet (MAP) : influence de différents paramètres zootechniques sur son incidence dans un élevage expérimental
2001

Effet de la consommation d'aliment 1er âge sur les performances du porcelet en post-sevrage

Consulter le resumé

Cet essai conduit à la station de Romillé a eu pour but de comparer les performances

zootechniques en post-sevrage, de porcelets recevant des quantités variables d’aliment

premier âge. On constate une amélioration de la croissance des porcelets avec l’augmentation de la quantité d’aliment

premier âge distribuée.

L’homogénéité des porcelets paraît améliorée ainsi que l’indice de consommation.

L’intérêt économique est discuté mais il est essentiellement lié à la façon dont se répercute en fin d’engraissement, le gain de
PDF icon Effet de la consommation d'aliment 1er âge sur les performances du porcelet en post-sevrage
2001

Conséquences comportementales, zootechniques et physiologiques de la caudectomie realisée avec ou sans 'insensibilisation' locale chez le porcelet

Consulter le resumé

La section partielle de la queue des porcelets réalisée pour prévenir la caudophagie est actuellement contestée. Afin de mieux connaître ses conséquences à court terme, deux expériences ont été mises en place, l’une avec une approche comportementale et zootechnique sur 160 porcelets issus de 16 portées, l’autre avec une approche physiologique sur 20 porcelets issus de 7 portées.
PDF icon Conséquences comportementales, zootechniques et physiologiques de la caudectomie realisée avec ou sans 'insensibilisation' locale chez le porcelet
2001

Teneurs en éléments-trace métalliques des aliments et des lisiers de porcs à l'engrais, de truies et de porcelets

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est de caractériser la composition des aliments et des lisiers de porc par stade physiologique pour 15 éléments-trace. Des bacs en inox disposés sous caillebotis nous permettent de collecter intégralement les lisiers pour leur caractérisation.
PDF icon Teneurs en éléments-trace métalliques des aliments et des lisiers de porcs à l'engrais, de truies et de porcelets
2001

Plus de porcelets : quelles solutions pour que l'hyper rapporte ?

Consulter le resumé

2000

Pages