La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 348 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Lutter contre les températures d'été

Consulter le resumé

Pertes d'appétit, pertes de croissance, chute des performances de reproduction... Bien que de sensibilité différente, les porcs, les truies et les porcelets, ne sont pas sans réagir aux températures anormalement élevées. Repères techniques et conseils pratiques pour limiter les dégâts.
2002

Variation of piglets' birth weight and consequences on subsequent performance

Consulter le resumé

Data collected from 965 litters from the start of the Pig Research Station of ITP in July 1998 until October 2000 (12,041 piglets born) were used to evaluate the variation of piglets’ birth weight and its consequences on post-weaning performance. All piglets were individually weighed at birth and at 27 days of age (weaning) but only some of them were studied after weaning. Increasing litter size from ≤11 to ≥16 piglets results in a reduced mean birth weight from 1.59 to 1.26 kg, which corresponds to a mean decrease of 35 g per each additional piglet born.
2002

Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Cette expérimentation a pour objet d’étudier les limites d’emploi de différents lupins - bleu et blanc - dans les aliments de 2e âge chez le porcelet de 12 à 25 kg. Elle comprend 3 essais, dans lesquels 4 taux d’incorporation de lupin ont été comparés et porte sur un total de 1032 animaux. Le premier essai concerne un lupin blanc (variété Arès) aux taux de 0,5, 10, et 15 %, le deuxième un lupin bleu (variété Boltensia) aux mêmes taux. Dans le troisième, la variété de lupin bleu Bora a été testée à des taux plus élevés : 0, 10, 20, et 30 %.
PDF icon Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage
2003

Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet

Consulter le resumé

Sur des porcelets de 12 à 25 kg, trois aliments sont comparés dans lesquels le phosphore provient de phosphates inorganiques (phosphates mono et bicalcique) pour 2 aliments, d’une complémentation en phytase microbienne pour le troisième.

La comparaison porte sur la croissance des animaux et sur le bilan en P. Pour la croissance, 360 animaux sont utilisés au total, 60 mâles castrés et 60 femelles par traitement. Pour le bilan, 120 animaux sont utilisés, 4 loges de 10 animaux par traitement. L’aliment est granulé à une température de 80°C.
PDF icon Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet
2003

Corrélations génétiques entre les caractéristiques numériques et pondérales de la portée, la variabilité du poids des porcelets et leur survie entre la naissance et le sevrage

Consulter le resumé

Les paramètres génétiques des tailles et des poids de portée, des moyennes et de l’hétérogénéité (écarts types intra-portée) des poids individuels des porcelets à la naissance, à 21 jours et au sevrage, des taux de survie à la mise bas (TSMB) et en allaitement (TSALL) ont été estimés dans une population Large White par la méthode du maximum de vraisemblance restreinte appliquée à un modèle animal multicaractère. Un total de 1958 portées produites par 1131 truies a été analysé.
PDF icon Corrélations génétiques entre les caractéristiques numériques et pondérales de la portée, la variabilité du poids des porcelets et leur survie entre la naissance et le sevrage
2003

Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge

Consulter le resumé

L’incidence sur les performances de régimes contenant des graines de soja traitées thermiquement par un toastage seul (Tostd), un toastage suivi d’un floconnage (To+), une extrusion (Ext) a été étudiée pour 12 lots différents de graines provenant de 7 usines A, B, C, D, E, F, G. Dans trois essais, des régimes contenant 56 % de blé, 20 % de tourteau de soja, 15 % de graines de soja, un aliment minéral et des acides aminés ont été distribués à des porcelets en 2ème âge, après la phase d’alimentation 1er âge.
PDF icon Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge
2003

Le tatouage des porcelets au sevrage par pistolet pneumatique à encrage automatique - Résultats d'enquête auprès d'éleveurs

Consulter le resumé

L’ITP a réalisé une enquête auprès d’éleveurs utilisateurs de pistolets pneumatiques afin de mesurer les performances des compresseurs utilisés, de connaître les conditions d’utilisation et le degré de satisfaction des utilisateurs.

Le pistolet pneumatique est une technique intéressante pour les éleveurs de porcs spécialisés naisseurs ou naisseurs-engraisseurs. Ces outils permettent l’apposition, en une seule opération, de l’indicatif de marquage du lieu et du numéro de la semaine de naissance.
PDF icon Le tatouage des porcelets au sevrage par pistolet pneumatique à encrage automatique - Résultats d'enquête auprès d'éleveurs
2003

Alimentation sèche du porcelet : oui, mais rien ne vaut le lait maternel !

Consulter le resumé

2004
Intérêt et performances des porcelets issus de l’hyperprolificité

Intérêt et performances des porcelets issus de l’hyperprolificité

Consulter le resumé

En 2002, la taille de portée dans les élevages suivis en GTTT est en moyenne de 13,2 porcelets nés totaux, soit 0,3 de plus qu’en 2001 (Réf 1). Ce chiffre cache cependant une grande disparité entre élevages. En effet, 13 % d’entre eux dépassent 14 porcelets nés totaux alors que 10 % obtiennent des tailles de portées inférieures ou égales à 12. Compte tenu du délai nécessaire à la transmission du progrès génétique depuis les élevages de sélection, la prolificité des truies dans les élevages de production devrait encore augmenter dans les 4 années qui viennent. Néanmoins, dans le même temps, de nouveaux critères de sélection devraient être pris en compte. Un travail important de recueil de données concernant les aptitudes maternelles est actuellement en cours. L’analyse approfondie des résultats permettra de déterminer les caractères les plus influents et les plus héritables (parties 1 et 10). La pesée à la naissance réalisée en station expérimentale montre qu’une des conséquences de l’augmentation de la taille de portée est la diminution du poids moyen du porcelet (partie 2) et l’augmentation du nombre et de la proportion de porcelets de faible poids. Ainsi, malgré l’augmentation importante de la taille de la portée à la naissance, l’évolution de la productivité est freinée par la hausse du taux de porcelets morts nés (partie 3). Celle-ci est principalement liée aux caractéristiques des portées plutôt qu’à une détérioration du niveau sanitaire des élevages. En effet, en unité protégée, Cariolet et al. (2004) observent également une mortinatalité plus élevée quand la taille de la portée à la naissance augmente. Même si l’impact du poids à la naissance doit être relativisé selon la taille de la portée dans lequel le porcelet naît (partie 2), les études menées en unité protégée (Réf. 5) ou en élevages de production montrent que la mortalité avant sevrage touche essentiellement les porcelets très légers à la naissance (pesant moins de 1 kg) (partie 4). Les chances de survie de ces derniers sont moindres en relation avec une consommation insuffisante de colostrum, élément indispensable pour permettre au porcelet de maintenir son homéothermie dans les heures suivant la naissance et d’acquérir un bonne immunité (partie 5). Le suivi en post-sevrage et en engraissement des porcelets de faible poids à la naissance ayant survécu jusqu’au sevrage montre que les performances de croissance de ces derniers sont inférieures à celles des animaux plus lourds à la naissance (partie 6). Ceci semble être dû à un niveau d’ingestion alimentaire limité plutôt que la conséquence d’une dégradation de l’indice de consommation (partie 7). Le respect des principes de la conduite en bande impose d’abattre ces animaux plus légers, mais sans pour autant que la valorisation de la carcasse soit compromise. Pour un même poids d’abattage, les petits porcelets présentent une qualité de carcasse identique à celle d’animaux de poids élevé à la naissance lorsqu’ils sont alimentés de façon rationnée, alors qu’en alimentation libérale les caractéristiques de la carcasse sont dégradées chez les porcelets de faible poids à la naissance (partie 8). Dans les deux cas, la taille et le nombre de fibres musculaires sont influencés par le poids de naissance. Son impact sur la tendreté sensorielle de la viande reste à déterminer. Ces résultats techniques sont utilisés afin d’établir des scénarios d’adaptation de la conduite d’élevage et leurs incidences économiques (partie 9). Tous confirment la rentabilité de l’hyperprolificité. Dans les races européennes, la prise en compte de nouveaux critères de sélection pour accompagner l’augmentation future de la prolificité (partie 10) permettra d’améliorer les qualités maternelles des truies et la vigueur des porcelets et ainsi de limiter certains des problèmes auxquels l’éleveur doit faire face. Dans l’attente de ces résultats, le savoir-faire développé par les éleveurs gérant au quotidien l’hyperprolificité permet de dégager dès aujourd’hui des pratiques utilisées actuellement pour la conduite des porcs issus de l’hyperprolificité (partie 11).

Editions ITP, 36 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2004

Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé

Consulter le resumé

L’intérêt de l’utilisation de poudre de lactosérum acide et de maïs extrudé dans la ration de sevrage est testé sur une bande de 347 porcelets sevrés à 28 jours d’âge. Ces 2 matières premières sont incorporées de façon séparée puis simultanée, au taux unique de 20 % de la ration. L’aliment témoin est composé de blé en l’état, et d’huile de colza pour l’apport énergétique, de tourteau de soja et d’acides aminés de synthèse pour l’apport azoté.
PDF icon Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé
2004

Influence du poids individuel et de la taille de la portée à la naissance sur la survie du porcelet, ses performances de croissance et d'abattage et la qualité de la viande

Consulter le resumé

Le taux de survie, les performances de croissance, et les caractéristiques de la carcasse et des tissus à l’abattage ont été étudiés chez 1 289 porcelets en fonction de la taille de la portée et de leur poids de naissance. Plus de 55 % des portées sont composées de plus de 12 porcelets nés vivants, 20 % en comportent plus de 15. Les porcelets pesant moins de 1,2 kg à la naissance représentent 20 % de l’effectif et 37 % pèsent plus de 1,6 kg à la naissance.
PDF icon Influence du poids individuel et de la taille de la portée à la naissance sur la survie du porcelet, ses performances de croissance et d'abattage et la qualité de la viande
2004

Plus d'acides aminés en lactation : aucun effet sur truies et porcelets

Consulter le resumé

2004

Le système immunitaire du porcelet au sevrage : quel impact de l’alimentation ?

Consulter le resumé

PDF icon Le système immunitaire du porcelet au sevrage : quel impact de l’alimentation ?
2004

Hétérogénéité des portées - Les petits porcelets ne sont pas les seuls responsables

Consulter le resumé

2004

Grain legumes, rapeseed meal and oil seeds for weaned piglets and growing-finishing pigs

Consulter le resumé

The maximum inclusion rates of grain legumes, rapeseed meal and oil seeds in wheat-soybean meal basal diets have been studied at the ITP experimental unit in Villefranche de Rouergue (France) in several experiments using piglets or pigs. Rapeseed meal and peas can be used respectively in the diets of the second period of post-weaning (after 12 kg phase 2) at rates of 15 and 35%, and in growing-finishing feeds at rates of 18% and 40%.
PDF icon Grain legumes, rapeseed meal and oil seeds for weaned piglets and growing-finishing pigs
2004

Les faibles doses d'une mycotoxine (DON) du blé sans effet notable chez le porc

Consulter le resumé

Deux essais ont été conduits afin d’étudier en 2ème âge et en engraissement les effets de la consommation de blé naturellement contaminé en déoxynivalénol (DON) dans l’aliment. Les performances ont été mesurées, après la phase d’alimentation 1er âge, et entre 29 et 107 kg en engraissement.
PDF icon Les faibles doses d'une mycotoxine (DON) du blé sans effet notable chez le porc
2004

Sources of Campylobacter SP contamination of piglets in farrowing units of farrow-to-finish farms : first results

Consulter le resumé

Campylobacter sp. is one of the most frequent cause of human enteritis with Campylobacter jejuni more commonly implicated than C. coli. Campylobacter sp. has been isolated from raw beef, pork, limb, chicken and cooked meats. Campylobacters are often found in digestive tract of pigs (2, 8, 12, 14, 10, 3, 15, 4, 6). C. coli is the large predominant species (12, 14, 4, 6) but C. jejuni was also isolated in association with C. coli (3, 15, 9). Campylobacter colonization of the pigs seems to occur at an early age (3, 13, 15).
PDF icon Sources of Campylobacter SP contamination of piglets in farrowing units of farrow-to-finish farms : first results
2004

Técnicas de eutanasia en granja.<br /><br />Les techniques de l'euthanasie en élevage.

Consulter le resumé

2005

Qualité sanitaire de cochettes sevrées précocement puis élevées dans un local protégé jusque 160 jours d'âge

Consulter le resumé

386 porcelets croisés LW-LR font l’objet d’un sevrage précoce médicamenteux vers 5 jours d’âge et sont élevés dans un local à air filtré jusque 160 jours d’âge. Douze lots d’animaux sevrés toutes les 9 semaines ont fait l’objet d’un suivi clinique quotidien, de prélèvements sanguins ainsi que de prélèvements visant des recherches bactériologiques. L’objectif de cette production régulière est d’évaluer les capacités d’adaptation des cochettes produites dans ce contexte au sein d’un élevage conventionnel.
PDF icon Qualité sanitaire de cochettes sevrées précocement puis élevées dans un local protégé jusque 160 jours d'âge
2005

Grouper les porcelets par sexe au sevrage réduit les comportements agressifs

Consulter le resumé

L’objectif de ce travail est de limiter les agressions entre porcelets lors des regroupements au sevrage. Pour cela, les allotements par sexe sont étudiés. 192 porcelets Large-White sont sevrés à 28 jours et répartis dans 4 lots : (Fam-MF) 4 mâles et 4 femelles issus d’une même portée (familiers), (Etr-M) 8 mâles issus de 4 portées (étrangers), (Etr-F) 8 femelles étrangères, (Etr-MF) 4 mâles et 4 femelles étrangers. L’essai est reconduit sur 6 bandes. Les groupes sont observés (vidéo) 2 heures/jour à J28, J29, J31, J39 et J46.
PDF icon Grouper les porcelets par sexe au sevrage réduit les comportements agressifs
2005

Pages