La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 33 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

ACCEPT - Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective

Consulter le resumé

Christine Roguet et al., Innovations Agronomiques (FRA), 2020, volume 79, janvier, p. 315-329

Dans un contexte de profondes remises en cause des systèmes et des pratiques en élevage, le projet, ACCEPT, a analysé la controverse sur l’élevage, ses acteurs, son audience et les mécanismes sociologiques à l’œuvre, afin d’aider les filières animales à renouer le dialogue avec la société et à adapter leurs stratégies, pratiques et communication à ce nouveau contexte. Après une analyse sociohistorique, le projet ACCEPT et la thèse CIFRE qui lui était associée ont combiné les approches qualitatives et quantitatives, à des échelles locales, nationales et européennes. Les travaux ont produit une cartographie de la controverse, une mesure de l’audience des débats dans la population française et une typologie des citoyens français. Le projet a également recensé, en France et dans cinq autres pays européens, diverses initiatives des filières visant à mieux répondre à ces attentes sociétales. Il a proposé un outil pour aider les éleveurs à mieux positionner leurs projets dans leur environnement local. Enfin, un travail prospectif a permis d’imaginer cinq scénarios pour le monde de l’élevage à horizon 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

voir une vidéo YOUTUBE : https://www.youtube.com/watch?v=Hgdq1gxJALc

ENG

Acceptability of livestock farming by the society in France: cartography of the controversies, collective mobilizations and prospective

In a context of far-reaching challenges to farming systems and practices, the project, ACCEPT, analysed the controversy about livestock farming, its actors, its audience and the sociological mechanisms at work, to help livestock sectors to relaunch the dialogue with society and adapt their strategies, practices and communication to this new context. After a socio-historical analysis, the ACCEPT project and the associated CIFRE thesis combined qualitative and quantitative approaches at local, national and European scales. The work produced a mapping of the controversy, a measure of the audience of the debates in the French population and a typology of French citizens. The project also identified, in France and five other European countries, various initiatives in the livestock sectors aimed at better meeting these societal expectations. It proposed a tool to help farmers better position their projects in their local environment. Finally, a prospective study enabled to design five scenarios for the world of breeding by 2040.

https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/6811/49584/file/Vol79-21-Roguet%20et%20al.pdf

2020

Acceptabilité des élevages par la société en France

Consulter le resumé

Fiche n° 015 : caractéristiques des entreprises de la filière

Si la concentration structurelle et spatiale des élevages de porcs est source de gains de productivité et d’économies, elle se heurte de plus en plus à la contestation de la société. Celle-ci lui reproche ses impacts négatifs sur l’environnement, le bien-être animal et les risques sanitaires. La controverse sur l’élevage matérialise les désaccords avec un système d’élevage dominant, qualifié par certains d’intensif ou d’industriel. Elle témoigne de l’existence au sein de la société française de différentes façons de penser l’élevage. Outre les professionnels de l’élevage, les acteurs traitant de cette activité sont multiples. Les associations jouent un rôle de premier plan en agissant à plusieurs niveaux : leur lobbying politique influence la mise en place de nouvelles réglementations, leurs actions auprès du grand public et des distributeurs visent à orienter la consommation, leurs oppositions locales peuvent bloquer les projets d’installation ou d’agrandissement d’élevages. Initiés en 2012 avec le GIS Elevages Demain, les travaux sur l’acceptabilité sociale des élevages se poursuivent sur 2014-2017, dans le cadre du projet CASDAR, ACCEPT, et d’une thèse en sociologie dont l’ifip est partenaire.
Ces travaux ont 3 ambitions : (1) produire des connaissances sur les différentes controverses sur l’élevage, sur les obstacles et les leviers à l’acceptation de cette activité et tracer les scénarios possibles d’évolution de l’élevage, (2) contribuer à la construction d’un dialogue mieux informé
 entre les parties prenantes, (3) donner aux acteurs de l’élevage les moyens de maximiser les chances de succès de leurs projets, en adoptant les attitudes et stratégies appropriées.

PDF icon fiche_bilan2015_015.pdf
2016

Acceptabilité sociale de l’élevage en France : recensement et analyse des principales controverses à partir des regards croisés de différents acteurs

Consulter le resumé

Dans un contexte de remise en cause fréquente de l’élevage et de ses pratiques, une analyse des points de débat, dans différentes filières (porcs, volailles, bovins, ovins et caprins), a été réalisée dans le cadre du GIS Elevages Demain. Une étude bibliographique a été conduite pour comprendre les fondements des préoccupations sociales envers l’élevage et évaluer leur robustesse. En parallèle, une trentaine d’entretiens a été menée auprès de différentes parties prenantes aux débats – professionnels des filières, salariés d’associations, journalistes et distributeurs – afin de recenser et décrire les principaux sujets de controverses sur les élevages en France. Les positionnements et arguments de chaque partie prenante ont été décrits afin de dégager d’éventuels sujets de consensus ou de blocage entre les discours. L’analyse des argumentaires a permis de classer les différents points de débats en quatre grandes thématiques : l’environnement, le bien-être animal, la santé humaine et l’organisation de l’élevage. Ces points de débat varient en fonction de la filière considérée ou de l’échelle d’observation. La hiérarchisation de ces remises en cause révèle les enjeux principaux auxquels les différentes filières françaises doivent faire face pour répondre aux attentes de la société. Par exemple, les filières de ruminants sont remises en cause pour leurs effets globaux sur l’environnement, tandis que les élevages porcins sont confrontés à des mobilisations locales contre les projets d’élevage. En outre, les travaux mettent en lumière des préoccupations fortes et anciennes de la part de la société à l’égard de l’élevage, qui ne peuvent se résumer à des « effets de mode ».

Social acceptability of French livestock production: identification and analysis of the main controversies according to the viewpoints of different stakeholders

Currently, livestock farming and practices are frequently questioned. In this context, the Scientific Interest Group “Livestock farms for the future” (GIS Elevages Demain) conducted an analysis of these debated issues and controversies, in different livestock productions (pigs, poultry, cattle, sheep and goats). A literature review was conducted to understand the foundations of social concerns to livestock and to evaluate their robustness. Moreover, around thirty interviews were carried out with different stakeholders – livestock production professionals, employees of non-governmental organizations, journalists and distributors – in order to describe the main topics of debate affecting French livestock production. Points of view of these stakeholders were analyzed to identify potential consensus or deadlock points which can be classified according to four major issues: environment, animal welfare, human health and production organization. These discussion points vary depending on the livestock or scale observed. The hierarchy between these issues underlines the main challenging questions that the French livestock productions have to face in order to meet the social demands. In addition, the results highlight strong and lasting concerns of society with regard to livestock, which cannot be reduced to "fads".

2015

Améliorer les conditions de transport des animaux d'élevage

Consulter le resumé

Le transport des animaux est régi par la réglementation CE 1/2005 qui prévoit le déchargement et la mise au repos des animaux dans des postes de contrôle, à l’issue de la durée réglementaire maximale du transport. Pour améliorer le bien-être des animaux durant ces transports longs, 10 postes de contrôle ont été améliorés, dont 5 en France. Des manuels pratiques et un schéma de certification Haute qualité des transports de plus de 8 heures ont aussi été développés pour les opérateurs du transport dans le cadre de deux projets européens. L’élaboration de guides de bonnes pratiques uniformes en Europe et pour tout type de transport d’animaux, court ou long, vers l’abattoir ou l’élevage, est une dernière étape qui a démarré cette année 2015 et devrait s’achever en 2018.

ENG

Improving transport conditions for farm animals. Animal transport is governed by the EC Regulation1/2005 which specifies that animals must be unloaded and rested at control posts at the end of each maximal period of transport. To improve animal welfare duringlong periods of transport, 10 control posts have been improved, 5 of them in France. Handbooks and a scheme for high quality certifi cation of transportation over 8 hours have been developed for transport operators within the framework of two European projects. The development of Pan-European handbooks for all types of transport, short or long, to slaughter or to farms, is the final stage which started in 2015 and should be completed by 2018.

2015

An original way of handiling co-products with a biophysical approach in LCAs of ivestock systems

Consulter le resumé

Proceedings of the 9th international conference on life cycle assessment in the agri-food sector,, 8-10 octobre 2014, San Francisco, Californie, Etats-Unis, p. 443-449

A new biophysical procedure to handle co-products in LCAs of livestock systems, combining subdivision of the system and allocation, has been developed. Systems were divided into animal classes, defined as dedicated to specific physiological functions (e.g. growth) and so to specific products (e.g. animals for meat). When allocation is needed, the environmental burdens of the animal class were attributed to the co-products pro rata the feed energy required to produce them (biophysical causality). This has been applied on cattle, sheep, goat, pig, poultry, rabbit and fish production systems. On the example of some dairy and pig systems, it is shown that the attribution of the burdens to the different co-products of a system changes from one impact category to another. Indeed some resource consumption or emissions are specific to an animal class and then, to a product. A sensitivity analysis, considering five other allocation procedures, allows considering their respective advantages and limits.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2014

Analysis of the use of monitoring systems for animal health by farmers and their advisors: differences to work on?

Consulter le resumé

Soazig Di Bianco (Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers) et al., International Society for Economics and Social Sciences of Animal Health, 2020 International Conference in Copenhaguen, 13-14 novembre 2020, Cophenhauguen, Danemark, poster    

Health context of livestock farms is changing to integrate social, technical and economic pressures towards reduction of antibiotics use and greater attention paid to animal welfare. These pressures therefore call for a preventive herd health approach rather than a curative individual one. We are currently working on a four-year research program on animal health, co-funded by the region Pays de la Loire and Europe.
Our aim is to help livestock farmers to improve, in collaboration with their advisors, the health management of their livestock production. This work focuses on three main livestock sectors of the Pays de la Loire (western France): ruminant farming (i.e. beef, dairy, goat and sheep farming), poultry farming and pig farming. We sought to understand:
i) The diversity of the farmers’ social representations about animal health
ii) With whom farmers work to discuss and manage health issues
iii) Which tools and methods they mobilize to manage their animals’ health.

PDF icon Soazig Di Bianco (Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers) et al., 13-14 novembre 2020, Cophenhaguen, Danemark, poster
2020

Concentration spatiale des productions animales : peut-il en être autrement ?

Consulter le resumé

Dans l’Union Européenne, la production porcine est fortement concentrée dans quelques régions. Cette situation est le résultat de choix politiques et de mécanismes de marché. Les impacts sur l’environnement de densités animales élevées ont conduit à des réglementations et à une critique sociale, sans grand effet dispersif.

PDF icon techporc_roguet_n25_2015.pdf
2015

Conséquences de la hausse des prix des matières premières végétales sur les productions animales en France

Consulter le resumé

Fiche n° 010 : économie de la filière et consommation

La hausse mondiale des prix des produits végétaux à partir de 2007, puis à nouveau à partir de 2011 a placé le prix des aliments pour animaux à un niveau tendanciel sensiblement plus élevé que dans la période antérieure. Accroissant la rentabilité des cultures et le coût de production des animaux, ce mouvement pouvait faire naître un risque de « végétalisation » de l’agriculture française et un recul de l’élevage (retournement des prairies, abandon des ateliers animaux des exploitations qui en avaient la possibilité), mettant en péril les filières animales, en particulier dans certaines régions.

Dans ce contexte, FranceAgriMer a commandé aux 3 instituts techniques de productions animales (IFIP, Idèle, ITAVI), réunis sous l’égide du RMT « Economie des Filières Animales », une évaluation des conséquences de ces hausses pour l’ensemble des espèces.

PDF icon fiche_bilan2014_010.pdf
2015
Pratiques d’élevage et environnement: Mesurer, évaluer, agir

Définition et valorisation des effluents d’élevage

Consulter le resumé

Richard Trochard (Arvalis) et al., in : chapitre 2, "Pratiques d’élevage et environnement: Mesurer, évaluer, agir", éditions QUAE, décembre 2019, 376 pages

Cet ouvrage traite des défis et solutions pour concilier l’élevage et la protection de l’environnement. Avec une approche multicritère, il apporte des bases scientifiques, techniques et méthodologiques pour appréhender les systèmes d’élevage et leurs évolutions.

Il est construit autour de trois étapes essentielles :

- « mesurer » les flux environnementaux liés aux élevages ;

- « évaluer » les dommages et les bénéfices environnementaux ;

- « agir » pour améliorer le bilan environnemental des élevages.

Les chapitres s’organisent de manière complémentaire. Certains à visée introductive soulignent les enjeux, d’autres synthétisent les connaissances actuelles en présentant les outils opérationnels mobilisables, et enfin des focus sont réalisés sur des questions méthodologiques ou des sujets émergents.

L’objectif de l’ouvrage est de mieux comprendre les enjeux environnementaux des élevages et de proposer des voies d’amélioration.

Il s’adresse aux enseignants, agents de développement, conseillers, instances publiques, décideurs et professionnels qui s’intéressent aux systèmes de production animale et à leurs performances environnementales.

voir 1 lien sur l'ouvrage : https://books.google.fr/books/about/Pratiques_d_%C3%A9levage_et_environnement.html?id=ORu_DwAAQBAJ&printsec=frontcover&source=kp_read_button&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

voir 1 extrait de l'ouvrage : https://www.quae.com/extract/3123

2019

Déterminants et enjeux des conflits liés aux projets de méthanisation

Consulter le resumé

Poster.

• La méthanisation agricole constitue une piste de valorisation des effluents et de diversification des activités pour les exploitations d’élevages.
• Mais le développement des projets peut se heurter à des difficultés d’acceptation sociale.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Development of a Database to Collect Emission Values for Livestock Systems

Consulter le resumé

AuroreVigan (Idele, anciennement Institut de l'Elevage) et al., Journal of Environment Quality, 2019, volume 48, numéro 6, novembre-décembre, p. 1899-1906

Growing demand for animal products has contributed to an increase in biogeochemical fluxes, leading particularly to gaseous ammonia, methane, and nitrous oxide emissions into the atmosphere. Developing accurate knowledge on the sources and magnitude of gas emissions from the livestock sector is essential to reducing emissions, while meeting other societal expectations, and to implementing effective regulations. To this end, a database called ELFE (ELevage et Facteurs d’Emission; i.e., Livestock and Emission Factors) was recently developed. It currently contains ?5200 gas emission measurements extracted from 345 publications of the international literature published from 1964 to 2018 from 37 countries. One of its innovative aspects is the structured and comprehensive description of both the livestock system and the measurement method associated with emission data. Ammonia emitted by livestock systems represents 40 to 80% of emission values and 45 to 81% of the values concern production systems with slurry, depending on the animal produced. This database will contribute to improved emission factors for national inventories by more thoroughly considering factors influencing emission levels and data quality. It highlights the need for shared and standardized reporting protocols for both the livestock system itself and the measurement conditions, to allow for thorough comparisons and to reduce uncertainty in unit conversions. The database is available online on the Institut national de la recherche agronomique (INRA) platform (https:// data.inra.fr/dataset.xhtml?persistentId=doi:10.15454/MHJPYT) and will be updated annually with new gas emissions.

source : https://acsess.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2134/jeq2019.01.0007

2019

ECOALIM : LCA results of feedstuffs for French livestock

Consulter le resumé

visuel de A. Wilfart et al. présenté aux 66e EAAP, Varsovie, Pologne, le 31 août-04 septembre 2015, session 43 : free communication animal nutrition, 14 pages

Animal feed contributes very significantly to the overall environmental impacts of animal products assessed by Life Cycle Assessment (LCA). The current feed formulation only takes into account economical and nutritional constraints. The French project ECOALIM aims at improving the environmental impacts of husbandries by optmizing their feed. This will lead to select differents feedstuffs iun the formulation, or to change their ways of production (crop managements, transformation processes). To perform such optimization. LCA data concerning the feedstuffs are needed. 142 LCA data of 69 different feedstuffs were producted. Several scales were treated : national average datra representative for France with different production processes for transformed feedstuffs, and different managements for the main crops used in feed like cereals and oil seed (1) organic fertilization, (2) introduction of intermediate crops, (3) introduction of legumes in the rotation. The LCA were performed with a same methodology with a focus made on five impact indicators (energy demand, GHG emissions, acidification, eutrophication, land occupation). Considering the weight of field emissions on environmental impacts of crops, models were preferably adapted to the French context and when possible, special developments were made to estimate more precisely emissions like nitrate leaching. These results represent a step forward to share with the agricultural sector in order to promote environmental evaluation and good farming practices. Thus, this should encourage the first processing and the feeding industries to promote better agricultural practices.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

ECOALIM : une base de données des impacts environnementaux des matières premières utilisées en France pour l’alimentation animale

Consulter le resumé

L’alimentation animale contribue fortement aux impacts environnementaux de l’élevage, notamment au changement climatique (Gerber et al., 2013). Estimer les impacts des aliments utilisés dans les productions animales apparaît donc primordial pour pouvoir raisonner les pratiques d’alimentation capables de réduire ces impacts. Différentes bases de données d’impacts des matières premières (MP) utilisées en alimentation animale sont disponibles en Europe et aux Etats-Unis. Elles fournissent des valeurs moyennes, issues de statistiques internationales et calculées par Analyse du Cycle de Vie (ACV), pas toujours adaptées aux contextes locaux. L’objectif de la présente étude était de développer une base de données des impacts environnementaux des MP utilisables pour l’alimentation animale en France, tenant compte des itinéraires techniques des MP françaises, des origines des MP étrangères et de leurs procédés de transformation, avec une méthodologie harmonisée.

PDF icon wilfart2015-3r.pdf
2015

Elevages intensifs et extensifs, visions et attentes de la société

Consulter le resumé

Acte du colloque « Elevages extensifs et intensifs, perceptions, pratiques, perspectives » des jeunes ethnozootechniciens, 26 novembre 2013, 7 pages, par Elsa Delanoue et Christine Roguet

Le GIS « Elevages Demain » est un Groupement d’Intérêt Scientifique dédié aux systèmes de production animale à hautes performances économiques, environnementales et sociétales (ruminants, porcs et volailles). Il rassemble les principaux acteurs de la recherche et du développement en élevage en France.
Dans un contexte de remises en cause fréquentes de l’élevage, il a défini la question de l’acceptabilité sociale de l’élevage comme un enjeu prioritaire. Un travail a été engagé pour apporter un éclairage approfondi sur les sujets de controverses concernant l’élevage en France. Ce travail, multi-filière, est centré sur les élevages en eux-mêmes (taille, fonctionnement, structure) et les observe à différentes échelles (atelier, exploitation, bassin de production, territoire).
Des entretiens ont été réalisés auprès de professionnels des filières d’élevage (interprofessions, éleveurs, techniciens, syndicats), d’associations environnementalistes et de protection animale, de journalistes et de distributeurs. L’analyse des propos recueillis conduit à classer les différents sujets de débat sur l’élevage en quatre grandes thématiques : l’impact sur l’environnement, le bien-être animal, la santé, et l’organisation de l’élevage. Le présent article détaille cette dernière thématique pour analyser la perception des systèmes intensifs et extensifs par ces acteurs.

PDF icon Acte du colloque « Elevage extensif et intensifs, perceptions, pratiques, perspectives », 26/11/2013, par Delanoue E et Roguet C
2013

Evolution de l'élevage français métropolitain au travers des recensements agricoles. Les exploitations se spécialisent moins que les territoires

Consulter le resumé

Contrairement à beaucoup d'idées reçues, la spécialisation des exploitations d'élevage françaises ne progresse pas. Elles restent notamment beaucoup plus mixtes que leurs voisines et concurrentes d'Europe du Nord. La mixité des exploitations françaises a peu évolué entre 2000- 2010 sauf pour les porcins, du fait d'un artefact lié à l'évolution de la définition de l'exploitation agricole dans le recensement agricole. Dans presque toutes les filières animales étudiées, le quart des exploitations pratique un système de polyculture-élevage (avec activité végétale équivalente ou dominante face à l'élevage). Mais si cette mixité cultures-élevage est statistiquement stable en pourcentage d'exploitations, elle ne l'est pas sur le territoire. Elle progresse dans les zones d'élevage disposant de terres labourables et continue à régresser dans le tiers du territoire national de plus en plus orienté vers les productions végétales. C'est néanmoins dans ces dernières zones qu'apparaissent les plus gros ateliers d'élevage de vaches laitières, truies, ou poules pondeuses qui font souvent l'objet de controverses.

PDF icon perrot2015-sfer.pdf
2015

Farmers’ representations of the effects of precision livestock farming on human-animal relationships

Consulter le resumé

Florence Kling-Eveillard (Idele) et al., Livestock Science, 2020, volume 238, août, 9 pages

Precision livestock farming affects the nature and frequency of farmers’ daily tasks, specifically in relation to animals. It consequently may modify how farmers consider their animals, the quality of the human-animal relationship and animal welfare. To better understand how new technologies impact human-animal relationships on the farm, a survey was carried out on 25 livestock farms in France. The farms raised dairy cows, gestating sows or broiler chickens using different equipment (sensors associated or not with robots). A qualitative thematic analysis to better identify farmers’ views on the different topics, and secondly a statistical analysis to identify if farmer profiles exist and to better understand the diversity of views were conducted. Most of the farmers expressed satisfaction about working with the new technology because their work becomes easier and allows more control over the management of the animals. Using PLF, the farmers describe a profession that has not fundamentally changed but which involves new tasks, new skills and daily schedules. Three farmers’ profiles were identified. Profile A farmers consider that one cannot talk about a human-animal relationship on their farm, and do not enjoy either touching or talking to their animals. Profile B farmers associate a good human-animal relationship with the animals’ welfare. Profile C is characterized by the central place occupied by animals and associate a good human-animal relationship with an absence of fear on the part of the animals. Farmers motivated by animals (profile C) find in precision livestock farming benefits related to animals, while the others (profiles A and B) find technical benefits detached from the animals. The farmers have room to manoeuvre in how they use the equipment; this can be seen for instance in the degree to which tasks are delegated to the equipment, which can be partial or total. Nevertheless, some farmers expressed concerns regarding the place of the new technologies on the farm, such as the risk of losing their own autonomy or their ability to observe animals and detect problems. Complementary studies could monitor these developments and contribute elements on the role of PLF in the sustainability of livestock farms.

2020

Gestion des animaux de fin de bandes

Consulter le resumé

Fiche n° 056 : réduction des coûts d'élevage

Le poids et le taux de muscle des pièces sont les deux composantes qui déterminent la plus-value technique perçue par l’éleveur lors de la vente de
ses porcs charcutiers. Cette plus-value est le principal levier à sa disposition pour améliorer son revenu, à côté de la réduction des coûts, notamment alimentaires. La forme de la grille de prix incite les éleveurs à mettre en oeuvre des pratiques favorisant l’homogénéité du poids des porcs abattus : homogénéité au sein de la bande tout au long du cycle de production, mais aussi gestion des départs (constitution des lots d’abattage par un tri au sein de plusieurs bandes d’engraissement).
Certains éleveurs choisissent de prolonger la durée d’engraissement des porcs les plus légers pour limiter les pénalités lors du paiement des carcasses.
Si aucune salle n’est dédiée à l’accueil des fins de bande, l’allongement de l’engraissement de ces porcs légers génère des charges alimentaires
supplémentaires (d’autant plus importantes qu’ils ne sont pas très performants), voire un risque sanitaire si un mélange de bandes est réalisé. L’objectif
de l’étude était de mieux connaître les pratiques mises en oeuvre sur le terrain et d’évaluer leur incidence économique pour améliorer le conseil à apporter aux éleveurs sur les possibilités d’optimiser ces pratiques.

PDF icon fiche_bilan2015_056.pdf
2016
Pratiques d’élevage et environnement: Mesurer, évaluer, agir

Importance du recyclage des éléments dans l'efficience environementale des systèmes d'élevage

Consulter le resumé

Jean-Yves Dourmad (Inrae/ Agrocampus Ouest) et al., in : chapitre 1 de l’ouvrage "Pratiques d’élevage et environnement: Mesurer, évaluer, agir", éditions QUAE, décembre 2019, 376 pages

Cet ouvrage traite des défis et solutions pour concilier l’élevage et la protection de l’environnement. Avec une approche multicritère, il apporte des bases scientifiques, techniques et méthodologiques pour appréhender les systèmes d’élevage et leurs évolutions.

voir 1 extrait de l'ouvrage : https://www.quae.com/extract/3123

2019

Les controverses sur l'élevage en France en 2013, signe d'un débat nécessaire avec la société

Consulter le resumé

L’élevage français a connu des évolutions structurelles et fonctionnelles importantes ces dernières années. Le cheptel s’est concentré dans des bassins de production, les élevages se sont agrandis et spécialisés, en même temps que disparaissaient de nombreuses petites structures, faute de rentabilité ou de candidats à la reprise (Rieu et Roguet, 2012). Les impacts sur l’environnement et la sensibilité croissante de la population aux conditions de vie des animaux ont conduit à une critique de plus en plus radicale des modes d’élevage, en particulier intensifs, de la part de différents acteurs. Dans ce contexte, l’enjeu est, pour les organismes de conseil aux acteurs des filières, d’évaluer avec objectivité les écarts entre les contraintes et souhaits des acteurs économiques et les attentes de la société dans toute sa complexité. Ces écarts peuvent être plus ou moins grands selon les filières et les sujets de controverses, et sont évolutifs. A cette fin, le groupe de travail « Acceptabilité sociale des élevages en France » du GIS Elevages Demain s’est donné pour objectifs de (1) recenser et analyser les controverses actuelles sur l’élevage en France, toutes filières animales considérées, (2) évaluer à quel point ces controverses pénètrent la société française et, au-delà, saisir la diversité et la robustesse des attentes de la société envers l’élevage pour en prévoir les contraintes, à moyen et long terme, sur le développement et les modalités des activités d’élevage, (3) identifier les mécanismes sociaux des controverses et mobilisations collectives pour aider les acteurs des filières à y prendre part activement en adaptant leur comportement et leur argumentation. Cet article présente le résultat de la première phase du travail, le recensement et l’analyse des controverses actuelles sur les élevages en France.

Controversies on livestock farms in France in 2013, sign of a vital debate with society 

This article examines the social acceptability of livestock farms in France through the analysis of controversies. Controversies indeed attest different visions and expectations on livestock. Interviews were conducted with 31 participants from different social arenas (animal production professionals, employees of environmental or animal welfare NGO, journalists and retailers) to analyze topics of debate and arguments. The analysis leads to classify debates on livestock farms in France according to four major themes - environmental impact, animal welfare, sanitary safety, and functional and spatial organization of livestock - each of them with several items. They are not new, but their relative weight and the items change over time, due to the evolution of society and farming practices. This study shows a change in the nature of debates between protagonists, from conflict, in which the question was less to assert arguments than to impose opinions, to real controversies. We can see that what is challenging in these controversies and mobilizations, is the ability of a stakeholder to impose its rules, to assign meaning to a situation and to gain the confidence of his fellow citizens.

PDF icon roguet2014jmstv.pdf
2014

Les controverses sur l'élevage en France en 2013, signe d'un débat nécessaire avec la société

Consulter le resumé

visuel d''intervention.

L’élevage français a connu des évolutions structurelles et fonctionnelles importantes ces dernières années. Le cheptel s’est concentré dans des bassins de production, les élevages se sont agrandis et spécialisés, en même temps que disparaissaient de nombreuses petites structures, faute de rentabilité ou de candidats à la reprise (Rieu et Roguet, 2012). Les impacts sur l’environnement et la sensibilité croissante de la population aux conditions de vie des animaux ont conduit à une critique de plus en plus radicale des modes d’élevage, en particulier intensifs, de la part de différents acteurs. Dans ce contexte, l’enjeu est, pour les organismes de conseil aux acteurs des filières, d’évaluer avec objectivité les écarts entre les contraintes et souhaits des acteurs économiques et les attentes de la société dans toute sa complexité. Ces écarts peuvent être plus ou moins grands selon les filières et les sujets de controverses, et sont évolutifs. A cette fin, le groupe de travail « Acceptabilité sociale des élevages en France » du GIS Elevages Demain s’est donné pour objectifs de (1) recenser et analyser les controverses actuelles sur l’élevage en France, toutes filières animales considérées, (2) évaluer à quel point ces controverses pénètrent la société française et, au-delà, saisir la diversité et la robustesse des attentes de la société envers l’élevage pour en prévoir les contraintes, à moyen et long terme, sur le développement et les modalités des activités d’élevage, (3) identifier les mécanismes sociaux des controverses et mobilisations collectives pour aider les acteurs des filières à y prendre part activement en adaptant leur comportement et leur argumentation. Cet article présente le résultat de la première phase du travail, le recensement et l’analyse des controverses actuelles sur les élevages en France.

PDF icon roguet2014-pptjmstv.pdf
2014

Pages