La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 224 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Optimiser la santé des porcs avec PorciSanté

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 285, janvier, p. 26

Mathilde Aresi, conseillère porc pour la Chambre d’agriculture Alsace, nous livre ses impressions après avoir testé en condition terrain l’outil PorciSanté développé par l’Ifip.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2021, n° 285, janvier, p. 26
2021

Pilotage de la santé en élevage : comment les éleveurs maîtrisent-ils la santé de leurs animaux ?

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet et al., Congrès de l'AFMVP, 11 décembre, 2 pages

Des outils et démarches pour piloter la santé existent en production porcine, avicole et bovine. Ils se présentent sous plusieurs formats : audits (1), suivi technique (2) ou simplement un carnet de note mais peu de démarches sont partagées et mutualisées entre ces trois filières animales. Le projet UniFilAnim Santé a pour objectif d’apporter aux éleveurs des clés pour améliorer leur pilotage de la santé, notamment en s’inspirant des modèles des autres filières.

PDF icon Alexandre Poissonnet et al., Congrès de l'AFMVP, 11 décembre, 2 pages
2020

Caractéristiques des élevages de porcs forts utilisateurs d’antibiotiques

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et al., Congrès de l'AFMVP, 11 décembre 2020

Les dépenses de santé de la base de données GTE permettent un suivi indirect et annuel de l’usage des antibiotiques à partir d’un réseau conséquent d’élevages (environ 850 élevages) de répartition nationale et une analyse des caractéristiques d’élevages en lien avec les niveaux de dépenses de santé (1). Peu d’études se sont jusqu’ici intéressées aux élevages forts utilisateurs d’antibiotiques. L’objectif de cette étude est de caractériser les élevages naisseurs-engraisseurs (NE) forts utilisateurs d’antibiotiques à partir des dépenses de santé curatives de la GTE, d’analyser l’évolution de leurs dépenses de santé de 2006 à 2016 et de réaliser une analyse technico-économique de leurs performances.

PDF icon Isabelle Corrégé et al., Congrès de l'AFMVP, 11 décembre 2020
2020

Analysis of the use of monitoring systems for animal health by farmers and their advisors: differences to work on?

Consulter le resumé

Soazig Di Bianco (Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers) et al., International Society for Economics and Social Sciences of Animal Health, 2020 International Conference in Copenhaguen, 13-14 novembre 2020, Cophenhauguen, Danemark, poster    

Health context of livestock farms is changing to integrate social, technical and economic pressures towards reduction of antibiotics use and greater attention paid to animal welfare. These pressures therefore call for a preventive herd health approach rather than a curative individual one. We are currently working on a four-year research program on animal health, co-funded by the region Pays de la Loire and Europe.
Our aim is to help livestock farmers to improve, in collaboration with their advisors, the health management of their livestock production. This work focuses on three main livestock sectors of the Pays de la Loire (western France): ruminant farming (i.e. beef, dairy, goat and sheep farming), poultry farming and pig farming. We sought to understand:
i) The diversity of the farmers’ social representations about animal health
ii) With whom farmers work to discuss and manage health issues
iii) Which tools and methods they mobilize to manage their animals’ health.

PDF icon Soazig Di Bianco (Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers) et al., 13-14 novembre 2020, Cophenhaguen, Danemark, poster
2020

Covid-19 : les porcs non réceptifs

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 58

Trois études, publiées en avril 2020, concluent sur la non-réceptivité des porcs au coronavirus responsable de la Covid-19 chez l’homme.

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 58
2020

Mesure du biofilm dans les circuits d’eau en élevage porcin et comparaison de protocoles de décapage

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 104

L’entretien régulier des canalisations de l’eau de boisson est une étape clé pour limiter le développement d’un biofilm, préserver la qualité bactériologique de l’eau et la santé des animaux et limiter l’état d’encrassement des équipements. Or, en pratique, les éleveurs de porcs sont très peu nombreux à appliquer un protocole de décapage du biofilm. Cette étude compare des indicateurs facilement applicables en élevage pour objectiver la présence d’un biofilm et évaluer l’efficacité de différents protocoles de décapage. Des essais ont été menés sur des circuitapost-sevrage, dans des salles de 30 élevages volontaires localisés en Bretagne et en Normandie.

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 104
2020

Impact de la désinfection de l’eau d’abreuvement sur les antibiotiques

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 67

L’eau d’abreuvement est fréquemment traitée, pour améliorer sa qualité bactériologique, par un biocide désinfectant (chlore, peroxyde d’hydrogène, dioxyde de chlore…). Cette eau peut également être utilisée comme vecteur de médicament pour le traitement collectif des animaux (antibiotiques, vermifuges…). Or, la compatibilité entre biocide et médicament n’est pas exigée dans les dossiers d’Autorisation de Mise sur le Marché. Cette étude vise à évaluer la stabilité de sept antibiotiques au contact du peroxyde d’hydrogène et de l’hypochlorite de sodium (chlore) dans trois types d’eau : douce (acide) ; dure (basique) ; riche en fer et manganèse (eau de puits).

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 67
2020

Caractéristisation des élevages forts utilisateurs d’antibiotiques

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 65

Par la connaissance des dépenses de santé, la base de données de GTE permet un suivi annuel indirect de l’usage des antibiotiques dans un réseau conséquent d’élevages et d’investiguer les caractéristiques de ces élevages. Mener des actions dans les élevages forts utilisateurs d’antibiotiques doit permettre de poursuivre la baisse de leur usage. Ainsi, l’objectif de cette étude est de réaliser une analyse approfondie de ces élevages forts utilisateurs à partir de l’enregistrement des dépenses de santé curatives dans la base de GTE.

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 65
2020

Traitement préventif par l’oxyde de zinc : impact sur la santé et les performances en post-sevrage

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 68

Le plan Ecoantibio a permis une diminution de 47 % des usages d’antibiotiques en filière porc entre 2010 et 2016. La phase de post-sevrage, avec des traitements réalisés majoritairement pour des motifs digestifs, notamment par la colistine, reste la plus utilisatrice, malgré la diminution de 74% observée au cours de ces 6 années. Cette évolution ne s’explique que partiellement par la baisse réelle des problèmes digestifs chez le porcelet. En effet, des modalités de traitement différentes y contribuent : moins de prémélanges, des traitements plus courts via l’eau de boisson et l’utilisation d’oxyde de zinc (16 % d’élevages utilisateurs en 2016). L’objectif de cette étude menée à la station expérimentale de l’Ifip est d’évaluer l’intérêt ou non de recourir à un traitement métaphylactique à la colistine, ou préventif à l’oxyde de zinc, dans des conditions d’élevage favorisant l’apparition de diarrhées.

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 68
2020

Stratégies pour favoriser les usages prudents d’antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 66

L’objectif du projet européen ROADMAP est de favoriser les transitions vers une utilisation prudente des antibiotiques dans les filières bovines, porcines et avicoles. ROADMAP s’appuie sur des approches multi-acteurs, combinant la sociologie, l’économie, les sciences animales et vétérinaires, pour dialoguer avec les professionnels de la santé animale, les filières animales, les industriels et les décideurs. C’est un projet de 4 ans, lancé en 2019, qui implique 16 instituts de recherche, dont l’Ifip, et 11 pays (France, Espagne, Italie, Pays-Bas, Danemark, Belgique, Grande-Bretagne, Suisse, Suède, Vietnam et Mozambique).

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 66
2020

Réseau européen pour réduire la résistance aux antibiotiques

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 64

L'OMS a récemment déclaré : "Sans une action urgente et coordonnée de nombreux partenaires, le monde se dirige vers une ère post-antibiotique, dans laquelle des infections courantes et des blessures mineures qui ont pu être traitées pendant des décennies pourraient à nouveau tuer." Le projet DISARM (Disseminating Innovative Solutions for Antibiotic Resistance Management) est de proposer une collaboration entre agriculteurs, vétérinaires, services de conseil, chercheurs et professionnels des filières animales pour promouvoir un usage prudent et responsable des antibiotiques dans l’élevage, afin de réduire le risque d’antibiorésistance. Lancé en janvier 2019, le projet se poursuivra jusqu'en décembre 2021. Il est mené par 15 partenaires issus de 10 pays européens. Sont concernées les filières ruminant, porcine et avicole.

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 64
2020

Des applis de diagnostic rapide de la santé des porcs en élevage

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 69

Dans un contexte de réduction de l’usage des antibiotiques, une rigueur accrue est nécessaire dans la gestion de la santé en élevage et dans la maîtrise des principaux facteurs de risque. L’IFIP a développé deux applications pour smartphone, BâtiSanté et PorciSanté, destinés aux acteurs de terrain (Figure 1) :
● Pour les éleveurs : elles permettent de réaliser un autodiagnostic rapide de l’élevage en toute autonomie et sans aucun appareil de mesure.
● Pour les techniciens et les vétérinaires : il s’agit d’un outil pédagogique, permettant d’aborder les bases de la santé en élevage avec l’éleveur, d’une manière simple et ludique.
Ces deux applications sont disponibles gratuitement sous Android et IOS.

PDF icon Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 69
2020

Comment réduire les antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25

Identifier les élevages forts utilisateurs d’antibiotiques permet de les accompagner pour réduire leurs usages. Le recours aux vaccins, l’amélioration de la conduite d’élevage et de la chaîne bâtiment font partie des axes de travail.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25
2020

Smartvac, la vaccination connectée

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 27

L’Ifip a testé sur la station de Romillé une seringue connectée distribuée par Ceva. Elle permet une traçabilité des traitements et une valorisation des données.

PDF icon Alexandre Poissonnet, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 27
2020

Des règles strictes pour transporter les animaux

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 20

L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un risque de propagation de maladies entre élevages.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p. 20
2020

Oxyde de zinc : pas d’effet retard sur les diarrhées

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p.26

En présence d’E. coli pathogènes, l’oxyde de zinc diminue les troubles digestifs et améliore les performances pendant son administration. Mais ces effets ne sont plus visibles après.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 279, juin, p.26
2020
couverture des 52e JRP

Journées de la Recherche Porcine 2020

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais.

Fichier en format PDF à télécharger.

107,00 €
2020

Evaluation rétrospective de plans d'intervention pour réduire l'usage des antibiotiques en élevage de porcs

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet et al., Congrès annuel de l'AFMVP, 11 décembre 2020, 2 pages

La réduction des usages d’antibiotiques est un enjeu majeur. Depuis plusieurs années, la filière porcine a réussi à diminuer son utilisation de plus de 40 % (1 ; 2). Cette réussite est due à l’implication des éleveurs et des encadrants techniques (techniciens et vétérinaires) dans des plans d’intervention ayant pour base une approche globale de type éco-pathologique. Ces plans s’articulent autour de différentes actions préventives et curatives : la biosécurité, la vaccination ; la nutrition, la conduite d’élevage, les recours à des traitements alternatifs ; l’arrêt de traitements antibiotiques à visées préventives ou métaphylactiques. Ce dernier point représente une prise de risque pour l’éleveur et le vétérinaire. A ce titre, il est intéressant de présenter l’efficacité technique et économique de ces plans d’intervention. A travers six cas d’étude, ce projet a évalué, de manière rétrospective, l’efficacité de plans d’intervention mis en place dans des élevages du groupement AGRIAL.

PDF icon afmvp2020_poissonnet_cavarait.pdf
2020

Le registre des traitements se numérise avec Gvet

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 276, février-mars, p. 23

Dans une enquête réalisée en 2018 auprès de 104 éleveurs,..

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 276, février-mars, p. 23
2020

Evaluation de la séroprévalence vis-à-vis du virus de la Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) dans les élevages de sélection et de multiplication en France en 2018

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster

Poster.

En France, quatre cas de DEP moyennement virulente ont été déclarés en 2014 et 2017 et une enquête sérologique réalisée en 2018 a montré que la séroprévalence du virus de la DEP en élevages de production était inférieure à 0,6 % . L’objectif de cette étude est d’estimer la séroprévalence de la DEP dans les élevages de sélection et de multiplication.

PDF icon Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster
2020

Pages