La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 101 à 120 de 187 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Interaction entre acide folique, vitamine B12 et méthionine : impact sur les performances zootechniques et la qualité de la viande

Consulter le resumé

Cette étude détermine les effets de la méthionine et des vitamines B9 et B12 sur les performances, la qualité de la viande et le métabolisme du porc charcutier. 78 porcs ont été nourris avec ou sans addition de 0,2 % de méthionine et de 2 supplémentations en B9 - B12, respectivement de 10-25 et 10 ppm-150 ppb. En croissance, le GMQ est plus élevé de 4,9 % chez les porcs nourris avec méthionine. En finition, l’ingéré alimentaire et le GMQ sont 5,8 % plus élevés chez les porcs recevant 10-25 de B9-B12 par rapport au temoin.
PDF icon Interaction entre acide folique, vitamine B12 et méthionine : impact sur les performances zootechniques et la qualité de la viande
2005

Intérêts et limites de la sérologie dans la caractérisation du statut 'Salmonelles' d'un élevage de porcs

Consulter le resumé

Les salmonelles sont la principale cause de toxi-infection alimentaire collective chez l’homme.

Un nouveau règlement européen de novembre 2003 impose à la filière porcine de mettre en place un plan contrôle d’ici 2009. La détection des porcs porteurs de Salmonella et un process particulier d’abattage pour les élevages les plus contaminés devraient permettre de diminuer la contamination des produits carnés. L’intérêt de la sérologie pour évaluer le risque d’excrétion de salmonelles a été testé sur 5 lots de 20 porcs de 20 élevages naisseurs-engraisseurs.
PDF icon Intérêts et limites de la sérologie dans la caractérisation du statut 'Salmonelles' d'un élevage de porcs
2005

Japon, déficit record

Consulter le resumé

Largement tourné vers l'extérieur pour la vente de ses produits industriels et technologiques, le Japon est aussi très dépendant du reste du monde pour son alimentation, notamment en viandes. C'est le plus important acheteur, au plan mondial, pour la viande de porc.

Les tendances de fond des bilans des viandes n'ont pas changé durant les dernières années. Les déficits se sont accrus. Sur un marché très convoité, les principales modifications concernent les fournisseurs, dont certains, touchés par les problèmes sanitaires, ont du céder la place.

PDF icon bp2003n320.pdf
2003

L'impact des emballages sur la qualité organoleptique de la viande de porc : noircissement de la moelle osseuse

Consulter le resumé

L'augmentation de la DLC des côtes de porc en UVCI n'est pas sans conséquence sur la qualité organoleptique de la viande. Bien que la couleur de la viande soit préservée, le noircissement des os occasionne des méventes. Lors de l'étude, l'évaluation visuelle des barquettes par le jury a confirmé la bonne préservation des viandes au sein de leur emballage. En revanche, le noircissement des os influence fortement l'acte d'achat après 8 jours de conservation.
PDF icon L'impact des emballages sur la qualité organoleptique de la viande de porc : noircissement de la moelle osseuse
2009

La charcuterie-salaison à la croisée des chemins

Consulter le resumé

Bérengère Lecuyer, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 37

La charcuterie-salaison valorise la majeure partie de la viande de porc (55 à 80 % de la viande de porc consommée selon les pays) et contribue fortement à la compétitivité et au dynamisme de la filière porcine dans son ensemble.

En France, ce secteur est riche d’une grande diversité de produits, basés à la fois sur la tradition et sur l’innovation.

Mais il fait face à une concurrence de plus en plus forte avec un déficit commercial qui se creuse. La consommation peine et la rentabilité s’est dégradée.

PDF icon Bérengère Lecuyer, Bilan 2016, mai 2017, p. 37, fiche n° 09
2017

La consommation de porc en pleine mutation Le « moins mais mieux » à l’oeuvre ?

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, 26-27

Parce que la consommation est, en quantité et en qualité, de plus en plus déterminante de l’avenir des filières, l’IFIP suit attentivement son évolution. Il analyse les données du panel Kantar Worldpanel qui permettent un suivi conjoncturel des achats des ménages, en volume et en prix, mais aussi de la part des circuits de commercialisation, en grande distribution (hypermarchés, supermarchés, Enseignes à Dominante Marque Propre, nouvelle dénomination du hard discount, Libre-service de proximité) et dans les autres circuits (boucheries-charcuteries, spécialistes du frais, marchés, vente directe, commerce en ligne…). L’IFIP traite désormais des données permettant un suivi régulier de « l’intensité promotionnelle » (présence de produits en promotion dans les circuits) sur les produits de porc frais. Elles sont compilées par la société A3 Distrib à partir des prospectus promotionnels édités par les distributeurs.
On y trouve les dates de l’opération, l’enseigne concernée et le pourcentage de magasins participant, le nom du produit et sa marque (le cas échéant), le type de promotion, le prix au kg, etc. Enfin, une analyse sociologique des controverses sur la consommation a été entreprise.
Réalisé dans le cadre du RMT « Economie des filières animales » en collaboration avec des sociologues, ce travail porte sur l’ensemble des viandes.
Par ailleurs, de nombreuses études, des sondages, des articles de presse rendent compte des tendances de la consommation et de la distribution.
Ce tour d’horizon est complété par le suivi de ce qui se passe dans d’autres pays.

PDF icon Vincent Legendre, Bilan 2016, mai 2017, p. 26-27, fiche n° 01
2017

La consommation de viande de porc des français : situation en 2000 et évolutions récentes

Consulter le resumé

La consommation de viandes a durement subi l’influence des crises alimentaires

ces dernières années.

Quel a été le comportement de la viande porcine ? Comment le porc est-il consommé en France ?
PDF icon La consommation de viande de porc des français : situation en 2000 et évolutions récentes
2001

La fabrication du jambon cuit supérieur comme modèle pour étudier l'impact des procédés sur les caractéristiques nutritionnelles des aliments

Consulter le resumé

Cette étude s'inscrit dans le cadre du programme Impacts des procédés sur les caractéristiques nutritionnelles des aliments (ETNA) soutenu par l'ACTIA. De préoccupations individuelles, l'alimentation et la nutrition sont devenues en quelques années de véritables enjeux de santé publique.
PDF icon La fabrication du jambon cuit supérieur comme modèle pour étudier l'impact des procédés sur les caractéristiques nutritionnelles des aliments
2006

La filière porcine polonaise est soutenue par son aval

Consulter le resumé

Lisa Le Clerc et Elisa Husson, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), n° 263, novembre, p. 46-47

Fragilisée par la fièvre porcine africaine (FPA), la production porcine polonaise est hétérogène et faiblement organisée. La filière bénéficie néanmoins du dynamisme de son secteur aval.

PDF icon Lisa Le Clerc et Elisa Husson, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), n° 263, novembre, p. 46-47
2018

La production et la filière porcine au Brésil : état des lieux, dynamique récente et perspectives

Consulter le resumé

Au cours de la dernière décennie, le Brésil est devenu un des premiers acteurs du marché mondial de viandes bovines et de volailles. Les ventes de viandes porcines ont aussi décollé.

La libéralisation du commerce dans le cadre des négociations en cours à l’OMC ouvrent au pays une augmentation potentielle des volumes.
PDF icon La production et la filière porcine au Brésil : état des lieux, dynamique récente et perspectives
2006

La production porcine en Espagne. Structures, coûts et résultats

Consulter le resumé

Vingt ans après l'entrée de l'Espagne dans la Communauté économique européenne, la production porcine espagnole a doublé et le pays est devenu un acteur important sur le marché européen de la viande porcine.

Depuis 2004 toutefois, des changements se sont produits, année à partir de laquelle la production s'est stabilisée, tandis que la consommation manifeste des signes de faiblesse.

Dans le même temps, les coûts de revient du porc à la production se sont renchéris. Proches de 1 euro par kg vif en moyenne, ils sont devenus du même ordre de grandeur qu'en France.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2006

La production porcine espagnole, entre croissance et consolidation

Consulter le resumé

Vingt ans après l’entrée de l’Espagne dans l’Union européenne, la production porcine espagnole a doublé et le pays est devenu un acteur important sur le marché européen de la viande porcine. Toutefois, des changements sont apparus sur la période récente, qui se traduisent par une stagnation des volumes produits, un plafonnement de la consommation et un renchérissement des coûts.
PDF icon La production porcine espagnole, entre croissance et consolidation
2007

La production porcine face aux règles environnementales, dans quelques pays de l'Union européenne

Consulter le resumé

L'organisation commune du marché du porc (OCM) dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), est très légère. Cette production ne béneficie ni d'un prix garanti, ni d'aides publiques. Sa production n'est pas contingentée, ni régulée par un dispositif public de gestion. Le soutien apporté au marché de porc par le budget européen est très faible. A l'exception de mécanisme de protection vis-à-vis des pays tiers, le marché commun du porc est donc entièrement soumis à la loi de l'offre et de la demande.
PDF icon La production porcine face aux règles environnementales, dans quelques pays de l'Union européenne
2006

Le CETA entre l’Union Européenne et le Canada Quels risques pour le porc européen ?

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 472, février, p. 8, synthèse du mois, par Michel Rieu

Le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA) va entraîner une libéralisation partielle des échanges de viande de porc. Les analyses montrent qu’il ne faut pas craindre des exportations massives de porc canadien en Europe, mais des arrivées occasionnelles pourraient venir déséquilibrer le marché européen. Si ces produits seront garantis sans ractopamine, leur mode de production ne correspond toutefois pas aux normes européennes (OGM, bien-être...).

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 472, février, p. 8, synthèse du mois, par Michel Rieu
2017

Le commerce de la viande de porc issue de la découpe en France

Consulter le resumé

Flux et connaissance du commerce de la viande, des marché et des opérateurs. Commerce des pièces, évolutions passées et avenir en matière de produits, débouchés, commercialisation. Densité de l’aval. Morceaux issus de la découpe d’une carcasse. Circuits de commercialisation des produits issus de la découpe. Négociations commerciales et relations entre abatteurs-découpeurs ou découpeurs et leurs clients.

101 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2004

Le commerce mondial du porc et des produits du porc

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 68

Fiche n° 41

En viande porcine, la production de la France dépasse de 8 % la consommation, en volume.
Mais les importations correspondent à 25 % de la production et les exportations à près de 30 %.
De nombreuses entreprises françaises sont actives dans le commerce international des produits de porc.
L’exportation permet exploiter les différents débouchés pour obtenir la meilleure valorisation de chaque produit du porc, quand l’importation peut satisfaire des besoins mal couverts en interne, en termes d’élaboration, qualité du produit ou de poids.
Une bonne connaissance des échanges est indispensable pour maîtriser les marchés, mais l’analyse du commerce donne aussi des indications sur la dynamique des différents pays et sur leur niveau de compétitivité.
A cette fin, une base de données sur les échanges mondiaux de porc est gérée par l’IFIP, avec l’appui financier d’INAPORC.
Elle comprend des données mensuelles pour les principaux pays, trimestrielles et annuelles.
Les échanges sont suivis pour un grand nombre de produits, en volume et en valeur. Avec des précautions, car la qualité peut fortement varier au sein d’une même catégorie de produits, on peut ainsi avoir une vision assez précise des valorisations selon les destinations.
L’analyse de la base permet un suivi régulier et détaillé du commerce.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 68
2013

Le commerce mondial du porc et des produits du porc

Consulter le resumé

Même si la France ne présente qu’un léger excédent de 5 % au bilan de son approvisionnement en viande porcine, les importations correspondent à 25 % de la production et les exportations sont proches de 30 % en volume. Ces échanges reposent sur de multiples combinaisons entre pays et produits et de nombreuses entreprises françaises participent activement au commerce de la viande et des produits de porc.

PDF icon Le commerce mondial du porc et des produits du porc
2010

Les aiguilles cassées : une problématique qui concerne toute la filière

Consulter le resumé

La présence de morceaux d’aiguilles cassées dans les produits de porc (viandes fraîches, Unité de Vente Consommateur) est une situation rare mais dont l’impact est important.

Depuis 2008, un test de détectabilité existe au sein de la filière porcine française.
PDF icon Les aiguilles cassées : une problématique qui concerne toute la filière
2012

Les cartes du commerce mondial de viande de porc sont rebattues

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 6-7

L’Union européenne dispose des meilleurs atouts pour approvisionner les marchés internationaux en viande de porc.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 6-7
2019

Les circuits de commercialisation des produits du porc : de la grande distribution à la vente directe

Consulter le resumé

Circuits de commercialisation du porc en France : Situation et caractéristiques face aux attentes des consommateurs

PDF icon Les circuits de commercialisation des produits du porc : de la grande distribution à la vente directe
2011

Pages