La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 259 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Le jambon sec en Espagne et en Italie. À la conquête des marchés extérieurs

Consulter le resumé

L’Italie et l’Espagne ont en commun une très bonne image de leurs jambons secs. Alors que leur marché inté­rieur est freiné par la crise économique, les deux pays accentuent leurs exportations. La structure de la filière porcine y est en revanche très différente. L’intégration verticale est très développée en Espagne, alors qu’il y a peu de liens financiers entre maillons et un déficit en viande porcine en Italie.

PDF icon bpn-461-lecuyer.pdf
2016

30 ans après : une filière compétitive

Consulter le resumé

Dans les années 60, avec l'ouverture du marché commun agricole, la production porcine française a été confrondée à des partenaires plus compétitifs. Le déficit apparaît et se creusera durant plusieurs années.

A partir de 1970, plan public et mobilisation professionnelle se mettent en place. Trente ans plus tard et après bien des efforts, la filière porcine de notre pays a progressé dans tous les secteurs. Elle exporte en Europe et dans le monde.

Histoire d'une reconquête...
PDF icon 30 ans après : une filière compétitive
1998

Abaissement des protections à l'importation à l'OMC : quels risques pour le marché du porc ?

Consulter le resumé

A HongKong, dans le cadre des négociations commerciales de l’OMC, l’Union européenne a accepté de renoncer aux restitutions à l’exportation. Les négociations se poursuivront en 2006. La question de la protection à l’importation sera au centre des débats. L’Union européenne propose des baisses sensibles des droits d’entrée pour les produits agricoles. L’ITP a analysé la compétitivité des fournisseurs potentiels de l’UE, l’impact d’une moindre protection et ses enjeux pour le marché du porc.
PDF icon Abaissement des protections à l'importation à l'OMC : quels risques pour le marché du porc ?
2006

Abattage dans l'UE - Course à la taille

Consulter le resumé

L'abattage des porcs a connu ces dernières années de fortes restructurations dans le nord de l'Europe. La concentration se poursuit, avec l'annonce fin septembre du rattachement de Hendrix Meat (filiale de Nutreco) à Bestmeat Company.

Après ce regroupement, les deux principaux acteurs européens répresenteront presque 16% de l'activité de l'UE à 25.
PDF icon Abattage dans l'UE - Course à la taille
2004

Abattoirs de porcs dans l’UE Des tendances diverses

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer

Dans l’UE, les plus gros outils (plus de 4 millions de porcs par an) appartiennent aux trois leaders nord européens : Danish Crown, Tönnies et Vion. En Espagne, les installations se modernisent et s’agran­dissent. En France, en Belgique et au Royaume-Uni, les abattoirs sont plus petits. Les investissements ont repris en France depuis quelques années.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer
2018

Acceptabilité sociale de l’élevage dans le nord de l’Europe : Acteurs et controverses

Consulter le resumé

Aux Pays-Bas et en Allemagne, la croissance de la production porcine et la concentration du chepel s’accompagnent de controverses dans la société. Elles portent sur la taille des élevages, le bien-être animal et le mode de production et sont relayées par de puissantes ONG et des partis politiques.

La compréhension des attentes des citoyens en matière d’élevage est nécessaire pour faire progresser l’ensemble de la filière porcine.

PDF icon bp2012n424.pdf
2012

Achats de porc par les ménages : la baisse continue en 2017 !

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 484, mars, synthèse du mois,  p. 8, par Vincent Legendre

La situation du porc frais ne s’est pas améliorée en 2017 poursuivant la tendance de 2016 : recul important des quantités achetées par les ménages, plus modestes et familles nombreuses particulièrement impactés. Parallèlement, la baisse des achats de charcuterie s’est accentuée. Si le pourcentage de ménages acheteurs reste proche de 100%, les quantités achetées par ménage reculent.

PDF icon Baromètre Porc, 2018, n° 484, mars, synthèse du mois, par Vincent Legendre
2018

Agenda 2000 : des céréales au porc

Consulter le resumé

Après la réforme de 1992, l'Agenda 2000, introduit au 1er juillet, marque une nouvelle étape importante de l'évolution de la PAC. Elle doit ouvrir la voie à d'autres rendez-vous importants : nouvelles négociations à l'OMC (Millenium Round), élargissement à l'Europe centrale. Quel impact potentiel ces deux prochaines années auront-elles sur les marchés de l'alimentation animale ? Quels enjeux pour le porc ?

PDF icon bp2000n285.pdf
2000

Aliment et indicateur ITP : des outils rénovés

Consulter le resumé

Apprécier au jour le jour la situation économique de la production porcine nécessite de suivre les éléments de la marge. Si le prix du porc est bien connu, celui de l'aliment nécessite de construire des outils de suivi. L'ITP vient de réviser le mode de calcul de son aliment reconstitué.

L'Indicateur ITP, révisé lui aussi, prend désormais mieux en compte les évolutions récentes des coûts de production.
PDF icon Aliment et indicateur ITP : des outils rénovés
1998

Alimentation des porcs : suppression des antibiotiques

Consulter le resumé

La réglementation européenne proscrit désormais l'usage de la plupart des facteurs de croissance antibiotiques dans l'alimentation des porcs. Une suppression totale est en vue. Une étude réalisée par l'ITP, montre que ces décisions ont pour conséquences la baisse des performances techniques des élevages et donc le renchérissement des coûts. La substitution des antibiotiques par différents additifs non antibiotiques ne permet pas de retrouver le même niveau de résultats.

PDF icon bp2001n291.pdf
2001

Aliments industriels 1994-2004 : de nombreux défis

Consulter le resumé

Depuis plusieurs années, l'industrie de l'alimentation animale fait face à une stagnation des débouchés, accompagnée d'une concentration accrue des volumes dans les entreprises et les régions. L'aliment porc n'est pas épargné.

Le secteur doit relever de nombreux défis : moindre soutien des productions animales, problèmes d'environnement limitant le développement, concurrence accrue, européenne et internationale. Les contraintes réglementaires sur l'approvisionnement en matières premières et l'activité de production s'accroissent.
PDF icon Aliments industriels 1994-2004 : de nombreux défis
2005

Aliments industriels porcs 1990-2000 : multiples influences

Consulter le resumé

La production française d'aliments composés a ralenti sa croissance ces dernières années, dans un contexte modifié : freins au développement des productions animales, crises de marché et alimentaires.

La réforme de la PAC, puis l'Agenda 2000, ont changé les conditions d'approvisionnement, soumises à de nouvelles contraintes (sécurité sanitaire, traçabilité). Les volumes d'aliments porcs ont connu des évolutions différentes selon les régions.

PDF icon bp2002n303.pdf
2002

Allemagne : carrefour européen du porc

Consulter le resumé

L’Allemagne est le premier pays producteur de porcs de l’Union européenne, devenu excédentaire en 2008 grâce à la croissance de sa production. L’importance économique de sa filière porcine s’est aussi accrue ces dernières années par le développement des achats d’animaux vifs. 14 millions de porcs et porcelets ont été importés en 2009 depuis les pays voisins du nord de l‘UE.

Aussi les abattages allemands ont-ils augmenté plus vite que la production indigène.
PDF icon bp2010401.pdf
2010

Allemagne : un dynamisme retrouvé

Consulter le resumé

Premier producteur de porcs dans l’Union européenne, l’Allemagne est aussi un gros consommateur. Largement déficitaire, ses besoins se sont creusés après l’élargissement et la décapitalisation du début des années 90. Amorcée au mitant de la décennie, la reprise de la reproduction se confirme aujourd’hui. Elle témoigne d’un dynamisme retrouvé, alors que le pays va jouer un rôle central au sein de la future Europe.

PDF icon bp2003n322.pdf
2003

Allemagne : un marché à suivre

Consulter le resumé

L'Allemagne est le premier marché de viande de porc au monde. Trois pays livrent 80% de ses besoins : les Pays-Bas, la Belgique et le Danemark.

Malgré une baisse de consommation ces dernières années, le porc garde une place importante dans les menus allemands.

C'est un marché exigeant qui nécessite une présence permanente.

PDF icon Allemagne : un marché à suivre
1998

Allemagne : une demande dynamique en produits du porc

Consulter le resumé

En Allemagne, les produits de porc sont très variés et occupent une place considérable dans la consommation de produits carnés, tandis que la commercialisation est dominée par le hard discount.

PDF icon bp2011n415-2.pdf
2011

Allemagne et Espagne : fortes consommations de viande de porc

Consulter le resumé

Les consommations espagnoles et allemandes de viande de porc sont parmi les plus élevées d’Europe. En comparaison, les Français en mangent 40% moins que leurs voisins. L’observation des caractéristiques de la situation en Allemagne et en Espagne suscite des interrogations pour faire évoluer la consommation dans l’hexagone. Un séminaire organisé fin octobre par l’IFIP a permis de faire le point sur le sujet.
PDF icon Allemagne et Espagne : fortes consommations de viande de porc
2007

Allemagne, croissance de la production

Consulter le resumé

L'Allemagne est un acteur majeur sur l'échiquier porcin européen. Elle reprend de la vigueur avec une croissance régulière de sa production depuis une dizaine d’années. Celle-ci résulte d’exploitations en pleine évolution.

Portrait de la production porcine allemande et de ses enjeux, à partir d’une étude approfondie conduite en 2006 par l’IFIP.
PDF icon Allemagne, croissance de la production
2006

Allemagne, Espagne :Main d’oeuvre à coût faible. Un avantage comparatif

Consulter le resumé

Sur le marché européen du porc, alors que la production française est relativement stable, l’Allemagne et l’Espagne connaissent de fortes croissances de la production et des exportations, notamment de produits à forte incorporation de main-d’œuvre. Ces deux pays détiennent un avantage comparatif par leurs politiques sociales qui réduisent le coût de la main-d’œuvre et par conséquent les coûts totaux de production de viande de porc.

PDF icon bp2012n418.pdf
2012

Allemagne, la filière porcine en mutation

Consulter le resumé

La production porcine allemande est en croissance et va battre un record en 2006. Cette croissance s’appuie sur le

dynamisme et la modernisation des élevages. Mais elle bénéficie aussi d’atouts et de mutations dans la filière.

Le prix de l'aliment est favorable, la fabrication fermière répandue et l'industrie se restructure. Dans le secteur de la viande fraîche, des leaders européens se constituent en Allemagne.
PDF icon Allemagne, la filière porcine en mutation
2006

Pages