La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 81 à 100 de 259 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les prix dans la filière porcine française : Une rupture majeure

Consulter le resumé

Depuis 2006, les cours des matières premières végétales ont fortement augmenté. Le prix de l’aliment pourrait par conséquent se situer autour de 250€/t, en tendance après 2013. Le coût de revient en élevage se trouverait renchéri d’environ 0,35 €/kg (+30%). Cette rupture nécessiterait un réajustement des prix dans toute la filière. La transmission de la hausse du prix du porc engendrerait un renchérissement de 6 à 14% au minimum des produits vendus au détail.

PDF icon 2013bpn431.pdf
2013

Bilan commercial porcin français : Déficit en produits transformés

Consulter le resumé

En 2012, la baisse de la production porcine française laisse moins de disponibilités aux exportations, d’autant que les importations diminuent en volume. Le déficit commercial de la France s’établit à 143 M€ et s’améliore par rapport à 2011. Le déficit reste très élevé pour les produits transformés, notamment les viandes salées, séchées et fumées (VSSF), premier poste du déficit commercial français. Les pays tiers, qui représentaient plus du tiers des débouchés français en 2011, perdent de l’importance par rapport à l’UE, destination de 70% des exportations françaises.

PDF icon 2013bpn430.pdf
2013

Coûts à l’aval de la filière porcine : Situations diverses et nouvelles relations commerciales

Consulter le resumé

À l’aval de la filière porcine française, les différents secteurs présentent une importante diversité des coûts, selon les produits et leur niveau de transformation. La main-d’œuvre représente une part importante des charges notamment pour l’élaboration des pièces et la préparation des produits finis. 

PDF icon fichiers_2013bpn429.pdf
2013

Performance des élevages en France : Clés et trajectoires de la réussite

Consulter le resumé

Ces dernières années, les performances techniques des élevages de porcs se sont améliorées plus rapidement dans d’autres pays qu’en France. Devant ce constat, et alors que des choix d’évolution sont nécessaires, l’IFIP a réalisé en 2012 un diagnostic précis de l’excellence technique en France. L’obtention de bonnes performances n’est pas due à un type particulier d’élevage, mais à de bonnes pratiques généralisées.

PDF icon 2013bpn428.pdf
2013

Industrie de la nutrition animale : Des difficultés et des défis

Consulter le resumé

La dernière décennie a été peu favorable pour l’industrie française de la nutrition animale qui a perdu des volumes, sous l’effet de l’érosion des productions animales, notamment avicoles et porcines. Dominée par les groupes coopératifs, la branche s’est restructurée et concentrée, autour d’un nombre plus réduit d’entreprises et d’acteurs. La concentration géographique de la production d’aliments porcs dans le bassin ouest s’est renforcée. L’industrie est confrontée à de nombreux enjeux, économiques et sociétaux.

PDF icon 2013bpn427.pdf
2013

Distribution : Émergence du drive et intensification des rapports de force

Consulter le resumé

Depuis 2011, le secteur de la distribution est marqué par l’essor de nouveaux formats utilisant Internet. Du côté des acteurs, les indépendants se portent bien alors que le hard discount est à la peine.
À l’international, on observe des engagements opposés. La concurrence pourrait se renforcer dans les prochains mois, en terme de prix notamment, tandis que les produits carnés conservent une place stratégique pour les distributeurs.

PDF icon 2012bpn426.pdf
2012

Coûts de revient en 2011

Consulter le resumé

Conséquence de l’augmentation des prix des matières premières, les coûts de revient du porc ont augmenté d’environ 15% en 2011, aussi bien en Europe que sur le continent américain.

Les élevages canadiens, états-uniens et brésiliens conservent un avantage moyen de 0,35 €/kgc par rapport aux européens.
PDF icon 2012bpn425duflot.pdf
2012

Acceptabilité sociale de l’élevage dans le nord de l’Europe : Acteurs et controverses

Consulter le resumé

Aux Pays-Bas et en Allemagne, la croissance de la production porcine et la concentration du chepel s’accompagnent de controverses dans la société. Elles portent sur la taille des élevages, le bien-être animal et le mode de production et sont relayées par de puissantes ONG et des partis politiques.

La compréhension des attentes des citoyens en matière d’élevage est nécessaire pour faire progresser l’ensemble de la filière porcine.

PDF icon bp2012n424.pdf
2012

Charcuterie-Salaison : Un marché national porteur mais une conjoncture difficile

Consulter le resumé

Les charcuteries bénéficient du dynamisme de la demande des consommateurs français.

Néanmoins, la conjoncture difficile, marquée par le renchérissement des matières premières et les difficultés de répercussion des hausses, pèse sur la rentabilité des entreprises.

PDF icon bp2012n423.pdf
2012

Brésil : Quelles exportations demain ?

Consulter le resumé

Au début des années 2000, la progression de la production et des exportations brésiliennes de porc annonçait des potentialités de développement spectaculaires.

PDF icon bp2012n422.pdf
2012

Résultats 2011 des élevages : À quand la sortie de crise ?

Consulter le resumé

Le produit dégagé en 2011 aurait pu donner aux éleveurs le souffle qu’ils attendent depuis fin 2007. Mais les prix des matières premières sont restés très hauts toute l’année, accroissant les charges alimentaires des éleveurs. Dans ce contexte difficile pour l’alimentation, les perspectives sont moroses pour les éleveurs de porcs, alors que les besoins d’investissements et de modernisation des élevages sont importants.
PDF icon bp2012n421.pdf
2012

Les prix des pièces : Quelle relation avec le prix du porc ?

Consulter le resumé

La nature libérale et concurrentielle du marché européen génère des fluctuations amples et nombreuses du prix du porc et des pièces. Historiquement, ces cotations ont été considérées comme étroitement liées, dans les filières porcines françaises et européennes, mais la réalité semble de plus en plus complexe. Or la maîtrise du prix des pièces est déterminante pour la rentabilité et la compétitivité des opérateurs de l’aval. La connaissance des évolutions futures des prix de pièces devient un enjeu important.

PDF icon bp2012n420.pdf
2012

Bilan commercial de la France : Le déficit s’aggrave vers l’UE

Consulter le resumé

En 2011, la France a pleinement participé à l’intensification du commerce mondial,

répondant surtout à la demande chinoise, alors que les échanges intra-communautaires ont été moins dynamiques que par le passé. Le déficit commercial s’est aggravé avec l’UE en raison de la croissance des importations de produits élaborés, de pièces désossées et de produits transformés, mettant en évidence des écarts de compétitivité avec les concurrents.

PDF icon bp2012n419.pdf
2012

Allemagne, Espagne :Main d’oeuvre à coût faible. Un avantage comparatif

Consulter le resumé

Sur le marché européen du porc, alors que la production française est relativement stable, l’Allemagne et l’Espagne connaissent de fortes croissances de la production et des exportations, notamment de produits à forte incorporation de main-d’œuvre. Ces deux pays détiennent un avantage comparatif par leurs politiques sociales qui réduisent le coût de la main-d’œuvre et par conséquent les coûts totaux de production de viande de porc.

PDF icon bp2012n418.pdf
2012

Parmi les premiers importateurs de porc, la Chine s’impose

Consulter le resumé

En 2011, le commerce de produits du porc a progressé en volume de 12%, par rapport à 2010, atteignant 7,5 Mt. En valeur, la progression est de 21% dépassant les 13 milliards d’euros. L’écart entre ces évolutions reflète la hausse des prix sur le marché mondial l’an dernier et l’évolution de la nature des échanges.

PDF icon bp2012n417.pdf
2012

Commerce de porcs vivants en plein essor

Consulter le resumé

Le commerce européen de porcs vivants s’est amplifié au cours des dernières années. Les animaux traversent les frontières, mais souvent, les distances se limitent à moins de 250 km, vers les pays voisins. Les échanges vers l’est se développent.

PDF icon bp2012n416.pdf
2012

Allemagne : une demande dynamique en produits du porc

Consulter le resumé

En Allemagne, les produits de porc sont très variés et occupent une place considérable dans la consommation de produits carnés, tandis que la commercialisation est dominée par le hard discount.

PDF icon bp2011n415-2.pdf
2011

Pays-Bas : croissance de la production dans un environnement sous contraintes

Consulter le resumé

Avec 41 520 km², les Pays-Bas sont un des plus petits pays de l’UE. Ils réalisent 8% de la production porcine européenne en 2009. Après une croissance très rapide dans les années 60 à 80, la production s’est stabilisée sous l’effet des mesures environnementales. La diminution, brutalement enclenchée par la peste porcine de 1997, s’est poursuivie jusqu’en 2003.
Le cheptel porcin est, depuis, reparti à la hausse.

PDF icon bp2011n414.pdf
2011

Coûts de revient en 2010

Consulter le resumé

Dans les principaux bassins de production européens, en 2010, les coûts de revient du porc ont été voisins de leur niveau de 2009. Mais les résultats varient entre pays.

Sur le continent américain, ils ont en revanche augmenté de quelques centimes. Les écarts entre les deux rives de l’Atlantique sont restés néanmoins importants, supérieurs à 0,30 €/kg de carcasse.
PDF icon bp2011n413.pdf
2011

Offre et demande de porc dans l’UE

Consulter le resumé

Après un sommet en 2007, la production porcine de l’Union européenne est revenue au plus haut, les baisses de 2008 et 2009 ayant été suivies d’une reprise en 2010. Les années récentes ont été marquées par la croissance du nord de l’UE.
En 2010, les exportations vers les pays tiers ont approché 2 millions de tonnes, pour dépasser le record de 2008.

PDF icon bp2011n412.pdf
2011

Pages