La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 84 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les outils d'aide à la formulation d'aliments

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 103

La formulation des aliments porcs est depuis plusieurs décennies l’objet d’une attention particulière de la part de l’IFIP, étant donné l’importance de la fabrication d’aliments à la ferme (FAF) dans la filière porcine française (environ 30 % des porcs produits). L’outil de formulation Porfal est apparu au début des années 80. Il a été revu pour être disponible sous une version windows en 2003, puis apparaît en 2017 sous une version Web. Cet outil permet d’aider les éleveurs qui le souhaitent à réellement formuler leurs aliments, de raisonner leurs choix nutritionnels en fonction de leurs disponibilités en matières premières et des contraintes du marché. L’abonnement a cet outil est limité à 250 € par an pour un éleveur. Malgré ce tarif attractif et la qualité de l’outil Porfal, il nous semble nécessaire d’encourager davantage les éleveurs à s’approprier la technique de formulation des aliments. Dans ce but, une application pour smartphone a été développée en 2020 par l’IFIP. SIM’Faf permet le calcul du prix d’intérêt des matières premières.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 103
2021

Appui aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 106

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire. Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, Chambres d’agriculture, ARVALIS, Terres Innovia, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale. L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise un certain nombre d’interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain… AIRFAF est un lieu d’échange permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 106
2021

Nutrition : les outils pour formuler les aliments des porcs

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Porc Mag (FRA), 2021, n° 563, juin, p. 32

La formulation des aliments pour les porcs et depuis plusieurs décennies l'objet de développement par l'Ifip étant donné l'importance de la formulation d'aliments à la ferme (FAF) dans la filière porcine français, soit environ 30% des porcs produits.

2021

Sim’Faf calcule le prix d’intérêt d’une matière première

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 16

Grâce à Sim’Faf développé par l’Ifip, un éleveur fabricant à la ferme peut rapidement savoir si une matière disponible sur son exploitation présente un intérêt économique pour ses aliments.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 16
2021

Reducing environmental impacts of feed using multiobjective formulation: What benefits at the farm gate for pig and broiler production?

Consulter le resumé

Bertrand Méda (Inrae) et al., Animal, 2021, volume 15, n° 1, janvier, 9 pages

Feed production is the main contributor to several environmental impacts of livestock. To decrease environmental impacts of feed, those of feedstuffs should be considered during formulation. In particular, multiobjective feed formulation (MOF) can help reduce several environmental impacts simultaneously while keeping any increase in feed price moderate. The objective of this study was to assess environmental benefits of MOF at the farm gate for fattening pigs and broilers. For pigs, three feeding strategies were tested: classic 2-phase (2P), 2-phase with lower net energy content (2P −), and multiphase (MP). For broilers, two strategies were tested: classic 3-phase (3P) and 3-phase with higher digestible amino acid contents and lower metabolisable energy content (3P +). Diets were formulated using both least-cost formulation (LCF) and MOF, yielding six pig scenarios and four broiler scenarios. Environmental impacts at the farm gate were estimated using a modelling approach based on life cycle assessment. Indicators for six impact categories were then calculated: climate change (CC), cumulative non-renewable energy demand (CEDNR), acidification (AC), eutrophication (EU), land occupation (LO), and phosphorus demand (PD). As expected, MOF had lower farm-gate impacts than LCF (as much as − 13%), but the degree of decrease varied by feeding strategy and impact. For pigs, MOF was equally effective in all strategies at reducing PD (− 6 to − 9%) and AC (− 2%). In contrast, MOF was more effective in 2P and 2P − at decreasing CC (− 5% to − 7%), LO (− 9% to − 13%) and EU (− 6% to − 8%) than in MP (CC: − 2%; LO: − 4%; EU: − 3%). The benefit of MOF was found greater in 2P (− 7%) than in other pig strategies for CEDNR (− 3 to + 0%). For broilers, MOF was equally effective in both strategies tested at decreasing PD (− 12%), AC (− 2%), and EU (− 4%). For CC and CEDNR, MOF was more effective in 3P (CC: − 9%; CEDNR: − 11%) than 3P + (− 6% for both impacts), but not for LO (+ 3% in 3P vs − 1% in 3P +). These differences were due mainly to differences in animal performance (especially feed conversion ratio) among the strategies tested. Finally, in all scenarios, gross margin at the farm gate decreased with MOF comparatively to LCF (pigs: − 3% to − 11%); broilers: − 7% to − 11%). These results demonstrate the importance of comprehensive economic and environmental optimisation of feeding strategies by simultaneously considering feed impacts, animal performance, and manure management. To do so, further research is therefore required to develop new modelling tools.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1751731120300240/pdfft?md5=6073f5f360dd45a54064b0301408a5b4&pid=1-s2.0-S1751731120300240-main.pdf

2021

Un procédé pour triturer du soja à la ferme

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 44

Fondée par Yves Campeau, la société Cookir a développé un procédé de cuisson à infrarouge...

PDF icon Laurent Alibert, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 44
2020

Les éleveurs québécois misent sur des FAF simples

Consulter le resumé

Laurent Alibert et al., Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 42-43

Au Québec, plus de 70 % des élevages familiaux fabriquent leurs aliments à la ferme.
Les ateliers sont simples, mais efficaces (jusqu’à 8 tonnes par heure), tout en incorporant les micro-ingrédients avec un système de tapis vibrant.

PDF icon Laurent Alibert et al., Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 42-43
2020

Appui aux réseaux des éleveurs fabriquant les aliments porcins à la ferme

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 100

L’IFIP apporte un appui technique aux 8 associations régionales AIRFAF et à leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire. Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, ARVALIS, Terres Innovia, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées à l’initiative du bureau de la fédération nationale. L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise un certain nombre d’interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain… AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 100
2020

Evaluation in vivo de la pertinence des niveaux de formulation choisis a priori pour concevoir un plan d'alimentation multiphase

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster

Poster.

Le développement de systèmes d'alimentation innovants permet de rendre plus dynamique la séquence alimentaire mise en œuvre pendant l’engraissement. L’impact environnemental de l’élevage du porc peut être diminué en réduisant les périodes d’apports de nutriments en excès. Le maintien voire l’amélioration des performances implique de limiter les périodes d’apports en-deçà du besoin.

PDF icon Nathalie Quiniou, 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster
2020

Evaluation in vivo de la pertinence des niveaux de formulation choisis a priori pour concevoir un plan d'alimentation multiphase

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster

Poster.

Au cours des 30 dernières années, l'alimentation en deux phases (2P) pendant l'engraissement s'est généralisée en France. Plus récemment, le développement de systèmes d'alimentation innovants permet d'envisager un nombre phases plus élevé dans l'objectif d'économiser les sources de protéines et de réduire les rejets en N pour un même niveau de performance. La dynamique d'évolution des besoins nutritionnels, par exemple en acides aminés, dépend du type de croisement, du type sexuel mais également de la bande et des conditions d'élevage (densité, régulation de l'ambiance…). Elle est par ailleurs variable d'un individu à l'autre. Pour établir une séquence multiphase, il est donc nécessaire de se référer à un profil moyen de référence décrivant l'évolution du besoin, augmenté d'une marge de sécurité (Brossard et al., 2006). Deux essais ont été conduits en condition d'alimentation rationnée pour évaluer la pertinence de séquences en trois (3P) ou cinq phases (5P) établies sur la base d'un profil de besoin obtenu environ 7 ans plus tôt pour le croisement de porc utilisé.

ENG

In vivo evaluation of the relevance of nutritional levels chosen a priori to design a multiphase feeding strategy

Poster.

Two trials were performed with restrictively fed pigs to compare the growth performance obtained with a 2-phase (2P), 3-phase (3P, trial 1) or 5-phase (5P, trial 2) feeding strategy, each of which was designed based on a nutritional profile characterised a few years earlier for the type of crossbred pigs used. In each trial, two batches of 96 barrows and gilts obtained from Pietrain sires and (Large White x Landrace) sows were used. In the 2P strategy, the dietary concentration of standardised ileal lysine (LYSd) per MJ of net energy (NE) was 0.9 g up to 65 kg body weight (at the pen level, six pigs/pen) and 0.7 g thereafter. In the 3P strategy, the finishing phase was split in two and the LYSd content reduced to 0.6 g/MJ from 95 kg body weight. In the 5P strategy, the LYSd content was 1.00, 0.90, 0.75, 0.70 and 0.60 g LYSd/MJ, successively; with the transition from one feed to another based on the nutritional profile (secured with a 10% margin) available for each sex. In trial 1, the increased LYSd supply at the beginning of the growing phase (from 28-45 kg) was expected to improve the match between supplies and requirements; it tended to improve the feed conversion ratio calculated from 28-65 kg (2.13 vs 2.22; P = 0.08). In contrast, the decreased LYSd supply during the late finishing period impaired growth rate and feed efficiency when intake was below the theoretical requirement (trial 1), but also when requirements were theoretically met (trial 2). Results of the present study illustrate the technical benefit of a reduced LYSd deficiency at the beginning of the fattening period as well as the need to update the nutritional profile used as the reference to implement precision feeding.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 117-118, poster
2020

Appui aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 123

L’IFIP apporte un appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire Les Conseils d’Administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités, mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, ARVALIS, Terre Innovia, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés. Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale. L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise des interventions dans des contextes régionaux et sur des thèmes variés, concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essai de validation sur le terrain… AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures et les fournisseurs (de minéraux et de complémentaires, de matières premières ou de matériels de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 123
2019

Réduction du taux de protéines des aliments : évolution des recommandations nutritionnelles

Consulter le resumé

Didier Gaudré et Laurent Alibert, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 110

La réduction du taux de protéines des aliments d’engraissement est observée depuis plusieurs années (cf Note de conjoncture IFIP). Des taux de 14 % en aliment croissance et de 13 % en aliment finition sont désormais régulièrement atteints. Dans ce contexte, la recherche de la teneur optimale en acides aminés permettant de satisfaire les besoins des animaux et d’exploiter les possibilités de réduction du taux de protéines des aliments est importante.
Afin de proposer des éléments de repère, cette étude compare les effets de la variation de la teneur en protéines (16 vs 14 % en croissance et 15 vs 13 % en finition) et du ratio lysine/énergie (0,90 vs 0,84 g/MJ EN en croissance et 0,80 vs 0,70 en finition) de l’aliment sur les performances, la qualité de carcasse et l’excrétion azotée des porcs.

PDF icon Didier Gaudré, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 110, fiche n° 67
2018

Appui aux éleveurs fabriquant leur aliment à la ferme : associations AIRFAF

Consulter le resumé

Laurent Alibert, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 52

L’IFIP apporte un appui technique aux 8 associations régionales AIRFAF et à leur fédération nationale. L’objectif de ces associations est d’apporter à leurs adhérents éleveurs une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire.
Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activité, mis en oeuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques présentes dans les régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, Arvalis, Terres Innovia, IFIP…), et est présidé par des éleveurs spécialisés.
Certaines actions sont également engagées à l’initiative du bureau de la fédération nationale.
L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise des interventions dans des contextes régionaux variés, sur des thèmes variés, concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essais de validation à mettre en oeuvre sur le terrain…

AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (minéraux et complémentaires, matières premières, matériel de fabrication). Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être discutées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 52, fiche n° 23
2018

Les écoaliments limitent l’impact environnemental du porc

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 258, mai, p. 44-45

L’Ifip et l’Inra ont exploré un nouveau mode de formulation qui intègre des objectifs de moindres impacts environnementaux.

PDF icon Sandrine Espagnol, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 258, mai, p. 44-45
2018

Environmental impacts of different innovative feeding strategies in pig and broiler farms

Consulter le resumé

Visuels d'intervention de Sandrine Espagnol et al., 68th Annual Meeting of the European Federation of Animal Science, Tallinn, Estonie, 28 août-01 septembre 2017, Session 11 : LFS efficiency : indicators and scales

PDF icon Sandrine Espagnol et al., 68th EAAP, Tallinn, Estonie, 28 août-01 septembre 2017, visuels d'intervention
2018

Animation nationale des associations des éleveurs fabriquant l’aliment des porcs à la ferme (AIRFAF)

Consulter le resumé

Laurent Alibert, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 105

L’IFIP participe à l’appui technique auprès des 8 associations régionales AIRFAF et de leur fédération nationale.

L’objectif de ces associations est d’apporter aux éleveurs adhérents une information technique et économique et de contribuer à la maîtrise de la qualité de l’aliment et du coût alimentaire.

Les conseils d’administration de chaque association établissent chaque année un programme d’activités mis en œuvre par un comité technique. Celui-ci est composé de techniciens des structures techniques et économiques des régions (unions régionales, groupements de producteurs, EDE-Chambres d’agriculture, Arvalis, UNIP, IFIP…), et présidé par des éleveurs spécialisés.

Certaines actions sont également engagées par le bureau de la fédération nationale.

L’IFIP apporte un appui méthodologique dans la conduite des différentes actions et réalise un certain nombre d’interventions dans des contextes régionaux variés et sur des thèmes concernant les matières premières, la conjoncture, la formulation, la technologie, les protocoles d’essais de validation sur le terrain…

AIRFAF est un lieu d’échanges permanent pour les éleveurs, les techniciens des structures, et les fournisseurs (complémentaires et minéraux, matières premières, matériels de fabrication).

Les préoccupations des éleveurs et de leurs partenaires peuvent ainsi être abordées de manière concertée et prises en compte rapidement.

PDF icon Laurent Alibert, Bilan 2016, mai 2017, p. 105, fiche n° 65
2017

Améliorer les bilans environnementaux des élevages en optimisant leurs ressources alimentaires

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol et Didier Gaudré, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 95 

L’alimentation des animaux représente 2/3 des impacts environnementaux des élevages granivores. C’est donc un poste stratégique à travailler. La formulation des aliments d’élevage ne prend en compte actuellement que des enjeux d’ordre économique ou nutritionnel.

Inclure des objectifs de réduction des impacts environnementaux nécessite de disposer, en particulier, de la connaissance des impacts environnementaux des matières premières alimentaires pertinente et complète.

Il faut mobiliser une méthode de formulation qui permette de réduire conjointement les impacts et les coûts des aliments et examiner les bénéfices obtenus à l’échelle des produits animaux.

Le programme EcoAlim est un travail multi-partenarial réalisé dans le cadre du RMT « élevages et environnement » qui

vise à répondre à ces objectifs pour les filières avicole, porcine et bovine.

PDF icon Sandrine Espagnol et Didier Gaudré, Bilan 2016, mai 2017, p. 95, fiche n° 56
2017

Formuler ses aliments : un tout nouveau logiciel Porfal

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 83

La formulation des aliments est essentielle pour optimiser le coût de production des porcs.

Elle permet de déterminer le mélange de matières premières le moins coûteux, tout en respectant les besoins nutritionnels des porcs.

Le logiciel Porfal, conçu initialement en collaboration entre l’IFIP et l’INRA, est mis en œuvre depuis environ 40 ans par l’Ifip qui se charge de son évolution et des adaptations nécessaires aux changements du matériel et de l’environnement informatiques.

La version Windows a été proposée en 2003 en remplacement de la version DOS originelle ; plusieurs centaines de CD de cette version ont été diffusés.

En 2016, une nouvelle version a été développée pour répondre aux nouveaux besoins et faciliter la prise en mains de cet outil par les éleveurs et leurs interlocuteurs.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2016, mai 2017, p. 83, fiche n° 46
2017

Diminuer la teneur en protéine des aliments biphase selon le prix des matières premières

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 2-4, par Nathalie Quiniou et Sandrine Espagnol

Depuis l’envolée des cours du soja fin 2007, les pratiques de formulation ont considérablement évolué. La teneur en matières azotées totales des aliments biphase a fortement chuté. Sans conséquence sur les performances techniques, cette évolution se traduit par une réduction des rejets d’azote d’au moins 15 %.

PDF icon Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 2-4, par Nathalie Quiniou et Sandrine Espagnol
2017

Porfal arrive sur la toile

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Porc Mag (FRA), 2017, n° 516, janvier, p. 31

Logiciel. Approuvé par les éleveurs et leurs techniciens aliment depuis de nombreuses années, Porfal évolue et devient "on line". Ce logiciel continuera à optimiser les rations alimentaires des porcs au meilleur coût via un site internet de l'Ifip disponible en 2017.

2017

Pages