La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 302 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Suppléments de méthionine, thréonine et tryptophane au sevrage

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 105

L’objectif de cette étude a été d’évaluer l’intérêt de renforcer l’apport alimentaire simultané de méthionine, de thréonine et de tryptophane au porcelet au moment du sevrage. Le choix de s’intéresser à ces acides aminés provient de leurs implications dans les phénomènes immunitaires (tryptophane) dans la lutte contre le stress oxydant (méthionine) et de leur importance, dans le cas de la thréonine, dans la constitution des mucines (protéines du mucus intestinal). Dans cet essai, l’accroissement des apports en méthionine, thréonine et tryptophane a été limité à l’aliment 1er âge. En complément des mesures de performances zootechniques classiques, une évaluation de l’état de santé des porcelets a été réalisée (score fécal, analyse sanguine, état corporel individuel).

PDF icon Didier Gaudré, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 105
2021

Simulation des performances des porcs selon la salle et l'alimentation : Thermipig

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p.114

Plusieurs stratégies peuvent être envisagées pour atténuer les effets du climat, seules ou de façon combinée. Dans les salles d’engraissement déjà construites existantes, les règles de pilotage des boîtiers de régulation de la ventilation peuvent être modifiées et de nouveaux équipements installés. Lors de la construction de nouveaux bâtiments, les préconisations peuvent évoluer pour mieux tenir compte du climat. La conduite alimentaire des animaux peut également être revue, par exemple par une baisse de la teneur en protéines de l’aliment ou une modulation du plan d’alimentation. Dans un objectif d’utilisation parcimonieuse des ressources, l’évaluation de ces stratégies doit être réalisée par une approche multicritère des performances (zootechnique, environnementale, économique). Un consortium rassemblant 8 partenaires (dont l’IFIP et INRAE) de 8 pays a travaillé sur l’amélioration de la durabilité des systèmes d’élevage du porc en engraissement dans le cadre du projet européen H2020 Pigsys.

PDF icon Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p.114
2021

Les conditions climatiques estivales pertubent la réponse des porcs aux conditions d'alimentation

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104

La présente étude fait partie d’un programme de recherche plus vaste qui porte sur la mise en oeuvre d’une méthode de classement de précision des carcasses et des pièces et la mise en relation des résultats avec des indicateurs d’efficience de l’engraissement. Différentes conduites alimentaires en trois phases sont appliquées pendant l’engraissement afin de modifier la composition du gain de poids pendant la croissance. Les porcs du lot Témoin (T) sont alimentés à volonté avec une séquence en trois phases qui couvre les besoins en acides aminés essentiels. Un rationnement alimentaire est appliqué avec les mêmes aliments (R) afin d’obtenir des porcs moins gras à l’abattage. Au contraire, une adiposité plus élevée est attendue chez des porcs alimentés à volonté avec des aliments formulés pour des apports en acides aminés en dessous du besoin (B). Tous les aliments sont iso énergétiques, e.g. 9,7 MJ d’énergie nette/kg) La 1ère bande de porcs a été étudiée en conditions de confort thermique pendant l’hiver 2019, tandis que la seconde a subi un stress thermique chronique estival, accompagné de quelques vagues de chaleur. En moyenne, il a fait 10°C de plus à l’extérieur pendant l’engraissement que pendant la 1ère bande.

PDF icon Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104
2021

Can we face heat waves with adapted feeding strategies?

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou (Ifip) et David Renaudeau (Inrae), Heat Stress, 2021, mai, p. 20-22

In the context of global warming, heat waves have been observed repeatedly. Adaptations of the feeding strategy have been investigated to mitigate the impact of acute heat stress events on the short and long-term performance of lactating sows and finishing pigs.

source : https://www.poultryworld.net/Specials/Articles/2021/5/Can-we-face-heat-waves-with-adapted-feeding-strategies-742328E/

2021

Influence d'une alimentation avec une teneur accrue en fibres sur le microbiote intestinal du porc en croissance

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae/France Génétique Porc) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Pour réduire le coût  : alimentaire  : nourrir les porcs avec des coproduits des industries agroalimentaires (teneur (teneur accrue en fibres)
La composition du microbiote intestinal est est-elle différente selon que les porcs sont nourris avec un régime conventionnel ou fibreux ?

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2021

Influence du rationnement et de la couverture des besoins en acides aminés sur les performances du porc en croissance selon les conditions climatiques

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, David Renaudeau et Gérard Daumas, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p.169-174

L’étude compare les performances des porcs en croissance alimentés suivants trois stratégies (ALA, ALB et RAA) qui diffèrent par le niveau d’alimentation (AL : ad libitum ; RA : rationné à 85% de AL) et la couverture des besoins en acides aminés ou pas par une séquence triphase (respectivement notées A et B en indice). Deux bandes sont utilisées avec chacune quatre cases de six femelles ou six mâles castrés par stratégie. Le rationnement permet d’augmenter le taux de muscle des pièces (TMP) de 1,5 point (RAA : 62,4 vs ALA : 60,9, P < 0,01) en moyenne pour les deux bandes. L’indice de consommation (IC) reste stable avec le rationnement dans la bande 1 (2,46 vs 2,40) mais augmente dans la bande 2 (2,56 vs 2,39, P < 0,05). Cela s’explique sans doute par les conditions d’élevage des deux bandes, étudiées respectivement en périodes hivernale et estivale. Ainsi, la consommation moyenne journalière (CMJ) du lot ALA de la bande 2 est inférieure de 20% à celle du lot ALA de la bande 1, d’où une CMJ du lot RAA de la bande 2 inférieure de 28% à celle du lot ALA de la bande 1. La séquence B dégrade l’IC de façon plus importante chez les femelles que chez les mâles castrés (P < 0,01). Une dégradation plus marquée du TMP apparaît également chez les femelles élevées en situation de stress thermique (bande 2). Cette étude confirme l’intérêt de couvrir les besoins en acides aminés pour améliorer l’IC et le TMP. Le rationnement permet également d’obtenir un gain sur ce critère, mais au prix d’un engraissement plus long. Une évaluation plus fine de la qualité de la carcasse et des pièces devrait permettre de mieux quantifier l’incidence sur la valeur commerciale susceptible de compenser le surcoût de production.

Effect of feed restriction and level of amino acid supply on performance of fattening pigs reared under different climatic conditions

Growth performance of pigs obtained with three feeding strategies were compared. Strategies ALA, ALB and RAA differed by the feeding level (AL: ad libitum, RA: restricted at 85% AL) and the 3-phase feeding sequence that met amino acid requirements or not (subscripts A and B, respectively). Two batches, each with four pens of six gilts or barrows per treatment, were used. Carcass leanness was 1.5 percentage point higher in RAA than in ALA (62.4 vs 60.9, P > 0.01) on average from both batches. The feed conversion ratio (FCR) was similar in both treatments in batch 1 (2.46 vs 2.40), but it increased in RAA in batch 2 (2.56 vs 2.39, P < 0.05). This difference may be related to the housing conditions during batches 1 and 2 (studied in winter and summer, respectively). Hence, daily feed intake (DFI) of ALA was 20% lower in batch 2 than in batch 1. Therefore, DFI of RAA in batch 2 was 28% lower than that of ALA in batch 1.With sequence B, FCR was higher than that of sequence A, and the difference was larger in gilts than in barrows (interaction:P < 0.01). The decrease in carcass leanness was also larger in gilts, especially under warm conditions (batch 2). This studydemonstrated that both FCR and carcass leanness are improved by more adequate AA nutrition. Carcass leanness was also improvedby restricting feed, which was associated with a longer fattening duration. Precise grading of the entire carcass or its main cuts wouldhelp to assess more accurately consequences on the commercial value that may attenuate the extra cost of production due to thelonger fattening duration.

2021

Influence d’une alimentation avec une teneur accrue en fibres sur le microbiote intestinal du porc en croissance

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae/France Génétique Porc) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 251-252, poster

Poster.

Les performances et la santé des animaux sont influencés par la composition du microbiote intestinal (Fouhse et al., 2016). Réciproquement, des facteurs extérieurs à l’animal, tels que la composition de l’aliment, peuvent aussi modifier la composition du microbiote. Pour réduire le coût alimentaire et la compétition avec les autres usages des terres agricoles, il est envisagé de nourrir les porcs avec des quantités plus élevées de coproduits issus des industries agroalimentaires. Cependant, ces ingrédients ont souvent des teneurs accrues en fibres. L’objectif de cette étude était d’identifier les différences de composition du microbiote intestinal chez des porcs en croissance nourris avec un régime conventionnel (CO) et avec un régime dont la teneur en fibres est accrue (F).

Influence of a diet with increased fiber content on the intestinal microbiota of growing pigs

Poster.

This study compared the fecal microbiota of growing pigs fed a conventional diet (CO) or a diet with increased fiber content (F). For each animal, fecal microbiota were collected at sixteen weeks of age to sequence the V3-V4 region of the 16S RNA gene. Microbiota composition data were available for 752 Large White pigs fed the F diet and 812 full-siblings fed the CO diet, with a total of 14,366 identified Operational Taxonomic Units (OTUs) and 231 genera. Pigs fed the F diet had higher microbial diversity than pigs fed the CO diet according to the Shannon diversity index (P < 0.001). The genera Lactobacillus and Streptococcus, which belong to the Firmicutes phylum, were predominantly represented in the CO diet. Lactobacillus and Prevotella 9, which belong to the Firmicutes and Bacteroidetes phyla, respectively, were the genera predominantly represented in pigs fed the F diet. Differences in microbiota composition between diets were confirmed by an Adonis test (P < 0.001). The genera Ruminococcus 1, Lachnospira and Lachnoclostridium 12 discriminated most the individuals fed the two diets. Characterizing the diversity of the microbiota within and between the two diets is an important first step before assessing the role of gut microbiota on the variability in feed efficiency traits in various dietary contexts.

2021

Simuler avec le modèle bioclimatique ThermiPig les performances des porcs en croissance en tenant compte des conditions climatiques et des caractéristiques de la salle d’engraissement

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 89-94

Un modèle de croissance du porc élevé dans des conditions de thermoneutralité (InraPorc) est combiné à un modèle permettant de simuler l’équilibre thermique de la salle d’engraissement selon la chaleur apportée par l’air entrant, les équipements ou les animaux, et les déperditions par la ventilation ou les parois (ThermiSim). La jonction de ces deux modèles repose sur le choix d’un pas de temps commun (1 heure), la définition de la zone de confort thermique pendant l’engraissement, la quantification des effets de l’exposition au chaud ou au froid sur la quantité d’énergie disponible pour la croissance, et enfin la répartition dynamique de la chaleur produite par les animaux au cours de la journée. Les résultats d’un essai in vivo sont utilisés pour évaluer la précision de prédiction de la température ambiante par ce modèle, appelé ThermiPig ; elle est en moyenne de 0,6°C (RMSEP, erreur de la prédiction). Des simulations sont ensuite réalisées pour évaluer l’incidence d’un changement des règles de régulation du boîtier de ventilation et de l’installation de nouveaux équipements (chauffage ou pad cooling) sur les performances de croissance du groupe de porcs, leurs rejets azotés, leur consommation d’énergie directe (électrique) et indirecte (aliment). En comparant les résultats des simulations, il est possible d’identifier la situation la plus intéressante sur la base de ces différents critères. La différence entre la valorisation des carcasses dans la grille de paiement et le coût alimentaire et en électricité pour faire fonctionner les équipements, qui dépend de la source d’énergie utilisée pour produire l’électricité, permet d’évaluer la performance économique. Toutefois, la prédiction de ce critère doit encore être affinée par une prise en compte plus précise de l’influence de la température sur la conformation des porcs et sur leur métabolisme protéique.

Simulating with the ThermiPig model the impact of fattening room characteristics under different climates on the performance of pigs

The dynamic model ThermiPig was developed to simulate thermal balance at the fattening room scale, as the result of the balance between the heat produced by the group of pigs or provided by incoming air and equipment and that lost due to air renewal or thermal conductivity of the walls and ceiling. A growth model (assuming thermoneutral conditions, InraPorc) and a bioclimatic model (ThermiSim) were combined to create ThermiPig; it considers a common time step (1 hour), definition of the pig thermoneutral zone, evaluation of impacts of cold and hot exposure on the amount of available energy for growth, and the circadian distribution of heat produced daily by each pig. Data collected in vivo were used to evaluate the accuracy of the prediction of ambient temperature, which averaged 0.6°C (RMSEP, error of prediction). ThermiPig was used to simulate impacts of alternative regulations for ventilation or the use of new equipment (heater, pad cooling) on growth performance of pigs, N excretion, and indirect energy (from feed intake) and direct energy (from electricity consumed by equipment) consumption. Comparison of multi-criteria performance in silico helps identify the most interesting option. Economic performance depends on carcass value (based on the French payment grid) minus costs of feed intake and electricity (depending on the energy source). However, more accurate prediction of carcass value is expected in the next version of the model by considering effects of ambient temperature on the distribution of body fat and protein metabolism.

2021

Alimentation fractionnée pendant l’engraissement : intérêts et précautions

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 97

En améliorant l’adéquation entre les apports nutritionnels et les besoins des porcs charcutiers, il est possible d’économiser les sources de protéines et de réduire les rejets azotés sans détériorer les performances. Les systèmes de distribution d’aliment de précision permettent d'augmenter plus facilement le nombre de phases d’alimentation et ainsi de multiplier les paliers d’apports en acides aminés essentiels (AAe) pour suivre l’évolution
des besoins. Plus le nombre de phases est élevé, meilleure doit être la connaissance du profil d’évolution des besoins. Deux essais
ont été conduits à la station expérimentale IFIP (Romillé, 35) pour évaluer l’intérêt de scinder les périodes de croissance et de finition (Fig.). Un plan de rationnement progressif avec plafond est utilisé (2,4 kg/j pour les femelles, 2,7 kg/j pour les mâles castrés) et la teneur en énergie nette est fixée à 9,75 MJ/kg pour tous les aliments.

PDF icon Nathalie Quiniou, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 97
2020

Ajuster les apports en acide aminés pour réduire les rejets des porcs

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 80

Le système d’alimentation de précision développé pour le porc dans le cadre du projet Feed-a-Gene (Fig.) intègre différents automates et un outil d'aide à la décision qui permet de piloter au niveau individuel et quotidien les apports nutritionnels. Ce dispositif a été utilisé chez un groupe de porcs en croissance rationnés à la station de Romillé pour comparer les performances obtenues avec une stratégie d’alimentation de précision ou biphase, mises en oeuvre par le mélange d’aliments à basse teneur en protéines, riche ou pauvre en acides aminés.

PDF icon Nathalie Quiniou et Michel Marcon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 80
2020

Stratégies alimentaires en cas de canicule

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou (Ifip) et David Renaudeau (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 22-23

Dossier coups de chaleur :

Une modification de la conduite alimentaire et des solutions nutritionnelles peut atténuer les effets délétères d’un pic de température.

PDF icon Nathalie Quiniou (Ifip) et David Renaudeau (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 22-23
2020

La température de confort évolue avec le poids

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou (Ifip) et David Renaudeau (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 21

Dossier coups de chaleur :

Dès que la température est 1 à 1,5 °C plus élevée...

PDF icon Nathalie Quiniou (Ifip) et David Renaudeau (Inrae), Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 278, mai, p. 21
2020

Application d’un programme d’alimentation de précision chez le porc en croissance alimenté à volonté : effet sur les performances et l’utilisation des nutriments

Consulter le resumé

Ludovic Brossard (Inrae) et al., 52es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster

Poster.

Alimentation de précision : - Technique innovante d'amélioration de l'efficacité nutritionnelle 

                                               - Adaptation quotidienne et individuelle de l'apport de nutriments aux besoins

Porjet H2020 Feed-a-Gene : dévelopement d'un outil d'aide ào la décision (OAD) pour porc en croissance pour appmiquer l'alimentation de précision (AP) en fermes commerciales

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Effets des conditions de granulations des aliments sur les performances des porcs en engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 99-104

Cette étude s’inscrit dans le prolongement de travaux menés sur l’effet de la granulation sur l’utilisation digestive de l’énergie de la ration chez le porc à l’engrais. Le premier essai porte sur l’effet de la granulation et de la température de granulation d’un aliment composé de matières premières dont l’utilisation digestive est améliorée par la granulation. Un même régime est comparé sous forme de farine (FAR) et de granulés préparés à basse (R1) et haute (R2) température sur 72 mâles castrés élevés en case individuelle. Le second essai compare l’effet de la température de granulation et de la composition de l’aliment sur la base de quatre régimes distribués à 2 x 128 mâles castrés et femelles (32 cases de quatre porcs). Les régimes R1 et R2 précédents, formulés à 9,5 MJ d'énergie nette (EN)/kg, sont comparés à deux autres régimes (R3 et R4) granulés à température haute et formulés pour une teneur en EN de 9,8 MJ/kg. Le régime R3 contient des matières grasses en plus des matières premières déjà incorporées dans R1 et R2. Le régime R4 est formulé à partir de matières premières répondant peu ou pas à la granulation. Le régime R1 permet d’obtenir un indice de consommation amélioré de 5% par rapport au régime FAR (essai 1) et des performances équivalentes au régime R4 (essai 2). La granulation à haute température (R2) ne permet pas de gain de performances par rapport à celles obtenues avec le régime FAR (essai 1), tandis que l’ajout de matières grasses dans ces conditions (R3) affecte négativement la composition corporelle (essai 2).

ENG

Influence of processing conditions of pellets on performance of growing-finishing pig

This study followed research assessing the improvement of energy digestibility due to diet pelleting on the growing-finishing pig. The first trial focused on pelleting and pelleting temperature effects on a diet composed of raw materials whose energy digestibility was previously assessed to be improved by pelleting. The same diet was compared in the form of meal (FAR) and pellets conditioned at low (R1) and high (R2) temperature on 72 castrated males reared in individual cases. In the second trial, two batches of 128 castrated males (32 pens, 4 pigs/pen) and gilts were used to characterise the effects of pelleting temperature and diet composition. Diets R1 and R2 of the trial 1 were used again and compared to two other diets (R3 and R4) pelleted at high temperature and formulated for a higher net energy content than R1 and R2 (9.8 vs 9.5 MJ/kg). Fat was incorporated in diet R3 in addition to the raw materials already incorporated in R1 and R2. Formulation of diet R4 was performed with feedstuffs whose energy digestibility was not improved by pelleting. Feed conversion ratio was improved by 5% with R1 compared to the FAR diet (trial 1) and performances were equivalent to those obtained with diet R4 (trial 2). In contrast, similar performances were obtained with the high pelleting temperature (R2) and the FAR diet (trial 1), while the addition of fat in such conditions (R3) impaired the body composition (trial 2).

PDF icon Didier Gaudré et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 99-104
2020

Analyse environnementale de stratégies d'alimentation de précision des porcs charcutiers

Consulter le resumé

Florence Garcia-Launay (Inrae) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 331-336

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Mise en œuvre d’un programme d’alimentation multiphase en soupe pour une moindre utilisation de protéines par les porcs charcutiers

Consulter le resumé

Florence Maupertuis (Chambre d’agriculture des Pays de la Loire) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 69-74

Deux lots de porcs (16 cases x 14 porcs/case) ont été étudiés entre 44 et 120 kg de poids vif (PV) pour caractériser les performances obtenues avec un plan d’alimentation en deux (2P) ou cinq phases (5P) et étudier la compatibilité du plan 5P avec un système soupe. Sur la base des besoins nutritionnels estimés préalablement avec le logiciel InraPorc®, l’apport de lysine digestible (LYSd) par MJ d’énergie nette (EN) avec le plan 2P était fixé à 0,90 g jusqu’à 65 kg PV puis à 0,80 g. Avec le plan 5P, cet apport était de 0,90 g jusqu’à 50 kg, 0,85 g entre 50 et 65 kg, 0,80 g entre 65 et 85 kg, 0,70 g entre 85 et 105 kg et 0,60 g ensuite. Les rapports LYSd/EN sont obtenus en mélangeant deux aliments contrastés A/B formulés, respectivement, à 1,0 et 0,5 g LYSd/ MJ EN et 156 et 107 g/kg de matières azotées totales (MAT). Aucune différence significative n’est observée entre les lots 2P et 5P pour la consommation moyenne journalière (respectivement 2,38 et 2,42 kg/j, P = 0,47), la vitesse de croissance (respectivement 822 et 814 g/j, P = 0,64) ou l’indice de consommation (2,93 et 2,99, P = 0,26). Le régime A représente en moyenne respectivement 65,4 et 48,1% de la consommation alimentaire totale des porcs 2P et 5P (P < 0,01). Le calcul du bilan réel simplifié permet d’estimer que la quantité d’azote rejetée par porc est réduite de 6% avec la stratégie 5P (P = 0,04) par rapport au plan 2P. Cette réduction atteindrait même 19% en comparaison avec une conduite biphase utilisant des aliments croissance et finition classiques (16 et 15% MAT). Cependant, la mise en œuvre d’une conduite alimentaire multiphase en soupe suppose, comme en sec, la caractérisation préalable des besoins nutritionnels. De plus sa modularité (nombre de phases) dépend de la quantité minimale de soupe pouvant être distribuée avec une précision suffisante par le système. 

ENG

Tailored phase-feeding program for liquid-fed growing pigs towards reduced use of protein-rich diet

Two batches of pigs (16 pens x 14 pigs/pen) were studied from 44-120 kg body weight (BW). Within each batch, pens were allocated to a 2- (2P) or a 5-phase (5P) feeding strategy, with the ratio of digestible lysine of net energy (LYSd:NE) based on nutritional requirements estimated using InraPorc® software in a previous study. The aim was to evaluate the ability to implement the 5P strategy with a liquid-feeding system. Two diets were formulated with contrasting contents of LYSd (1.0 (A) or 0.5 (B) g/MJ NE), associated with different crude protein (CP) contents (A: 156, B: 107 g/kg). Diets were blended in percentages that depended on the strategy and BW range. With the 2P strategy, LYSd:NE was set to 0.9 up to 65 kg BW and 0.8 afterwards. With the 5P strategy, LYSd:NE was 0.90 (BW < 50 kg), 0.85 (50-65 kg), 0.80 (65-85 kg), 0.70 (85-105 kg) and 0.60 (BW > 105 kg) g/MJ. No significant differences between 2P and 5P strategies were observed in daily feed intake (2.38 and 2.42 kg/d, respectively, P = 0.47), average daily gain (822 and 814 g/d, P = 0.64) or feed conversion ratio (2.93 and 2.99, P = 0.26). Diet A represented on average 65.4% and 48.1% of total feed intake for 2P and 5P strategies (P < 0.01), respectively. Based on the difference between N intake (calculated from the CP contents of diets A and B) and N retention (calculated from BW gain and carcass leanness, P = 0.37), N output was reduced by 6% with the 5P strategy (P = 0.04). The decrease would have reached 19% compared to a 2P strategy implemented with typical growing-finishing diets (16% and 15% CP). Like with a dry-feeding system, nutritional requirements must be estimated accurately to implement a multiphase strategy efficiently with a liquid-feeding system. Furthermore, its modulation depends on the minimum amount of liquid that the equipment can deliver accurately.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Réduire les rejets azotés des porcs en croissance par un ajustement dynamique des apports en acides aminés au besoin et une diminution de la teneur en matières azotées totales de l'aliment

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 115-116, poster

Poster.

Ajuster quotidiennement les apports en acides aminés au besoin de chaque animal est l’un des objectifs de l’alimentation de précision. Au-delà d’une réduction des coûts alimentaires, il s'agit d'utiliser plus efficacement les ressources et diminuer l'impact environnemental des productions animales. Le système d’alimentation de précision développé pour le porc dans le cadre du projet Feed-a-Gene intègre différents automates (Quiniou et al., 2017) et un outil d'aide à la décision (OAD, Brossard et al., 2017) qui permet à la fois de traiter au niveau individuel et quotidien les données enregistrées par les automates au jour J, de modéliser les besoins nutritionnels et de piloter en conséquence les apports d'aliment au jour J+1. Ce dispositif a été utilisé chez un groupe de porcs en croissance rationnés pour comparer les performances obtenues avec une séquence biphase (2P) ou une alimentation de précision (AP).

ENG

Reduction of N output through dynamic adjustment of amino acid supplies to requirements and reduced crude protein content in pig diets

Poster.

A test was performed with 96 growing pigs to implement precision feeding (PF) of restricted-fed growing pigs to characterise growth performance and N output using a PF system developed in the Feed-a-Gene project (H2020, no. 633531) compared to a 2-phase strategy (2P). A decision support tool was used to manage data (mainly individual and daily body weight (BW) measured with an automatic scale), to forecast performance on the following day, to assess corresponding amino acid requirements, and to adapt the quality of the diet delivered on the next day through the proportion of two diets used in a blend. Both diets were formulated to 9.75 MJ net energy (NE)/kg, with contrasting concentrations of digestible lysine and crude protein (A: 1.0 g lysine/MJ NE and 16.6% N x 6.25, B: 0.5 g/MJ NE and 10.9% N x 6.25). Forecasting BW and BW gain for PF pigs was interrupted for 2 weeks due to a problem with an electronic device for two consecutive days; it identified a problem of robustness in how forecasting methods were applied. A solution was found and applied to improve the entire system. However, no significant differences were observed between strategies for growth rate (2P: 722 vs PF: 716 g/d, P = 0.62), feed conversion ratio (2.64 vs 2.70, P = 0.063) or carcass leanness (62.0 vs 61.4 units, P = 0.18). The crude protein content of the blend provided to PF during the growing and finishing phases were 15.8% and 13.3%, respectively. With this new 2P diet management, N output can potentially be reduced by 10% compared to a 2P with standard diets (16.0% and 15.0% N x 6.25). Despite the technical problem, which might have minimised the difference in N intake between strategies, the PF contributed an additional decrease of 6%.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 115-116, poster
2020

Alimentation à volonté, individuelle et automatisée pour des porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster

Afin de suivre au mieux le comportement et les performances individuels des porcelets sevrés tout en modifi ant le moins possible leurs comportements naturels, l’Ifip, en collaboration avec Asserva, a développé un nourrisseur connecté. Cet automate permet de nourrir les porcelets à volonté tout en récupérant des informations sur leurs comportements alimentaires individuels.

PDF icon Yvonnick Rousselière et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster
2020

Application d’un programme d’alimentation de précision chez le porc en croissance alimenté à volonté : effet sur les performances et l’utilisation des nutriments

Consulter le resumé

Ludovic Brossard (Inrae) et al., 52es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 111-112, poster

Poster.

L’alimentation de précision est une technique innovante pour améliorer l’efficacité nutritionnelle en production porcine. Elle consiste à adapter quotidiennement l’apport de nutriments aux besoins de chaque individu au sein d’un groupe de porcs. Dans le cadre du projet européen H2020 Feed-a-Gene, un outil d’aide à la décision (OAD) a été développé pour le porc en croissance pour appliquer l’alimentation de précision (AP) en fermes commerciales. Cet outil repose sur l’analyse des données quotidiennes et individuelles de poids vif (PV) et de consommation alimentaire obtenues les jours précédents afin de prédire les performances du lendemain (PV, gain de PV, consommation alimentaire), les besoins individuels, et donc la composition de l’aliment à distribuer (Brossard et al., 2017 ; Quiniou et al., 2018). L’objectif de l’étude est de tester le fonctionnement de l’OAD en conditions pratiques et ses conséquences sur les  performances et l’utilisation des nutriments chez les porcs en croissance nourris à volonté.

ENG

Poster.

Application of a precision feeding program in growing pigs fed ad libitum: effect on performance and nutrient use

Within the Horizon 2020 EU program Feed-a-Gene, a decision support system (DSS) was developed to implement precision feeding (PF) in commercial pig farms and to help improve feed efficiency. This study aimed to perform PF with the DSS in practical conditions with growing pigs fed ad libitum and to assess consequences on performance and nutrient use. Sixty-four pigs were reared from 77 to 161 days of age (33.5 to 108.8. kg body weight, BW) in a single pen equipped with an automatic weighing-sorting system and eight automatic feeders that register feed intake and deliver a tailored blend of two diets (A and B, respectively 1.0 and 0.4 g SID Lysine (Lys)/MJ net energy (NE), and 9.7 MJ NE/kg) to individual pigs. The control group received a blend providing 0.9 g Lys/MJ NE until the group weighed 65 kg on average (growing phase) and 0.7 g Lys/MJ NE thereafter (finishing phase). For the PF group, the Lys requirement was assessed individually and on a daily basis, based on up to 20 previous records of BW and feed intake, and diets A and B were blended accordingly. Daily feed intake, average daily gain, and feed conversion ratio did not differ between treatments. During the growing period, Lys and nitrogen (N) intake and N excretion were 11%, 9%, and 14% lower in the PF group than those in the control group, respectively (P < 0.05). During the finishing period, these values were only numerically lower (difference <2%; P > 0.66). These results could be explained by the slightly higher feed intake in the PF group (+100 g/d, P = 0.24) and the lower Lys content used during the finishing period of the 2-phase strategy compared to standard diets.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2020

Alimentation à volonté, individuelle et automatisée pour des porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 415-416, poster

Poster.

En post-sevrage, l’étude du comportement et des performances individuels des porcelets passe, notamment, par la collecte non intrusive de données sur la façon dont ils s’alimentent et s’abreuvent ou encore par le suivi de leur prise de poids. Pour ce faire, des automates ont été développés dans le cadre de précédentes études : abreuvoir connecté (Rousselière et al., 2016), système de pesée automatisée (Marcon et al., 2018). L’objectif est de compléter ce dispositif expérimental avec un automate capable de distribuer de l’aliment à volonté tout en récupérant des informations sur le comportement alimentaire individuel de chaque porcelet. Ce nourrisseur connecté a été développé conjointement avec la société ASSERVA. Cette étude propose des premiers éléments de description du comportement alimentaire des porcelets.

ENG

Ad-libitum, individual and automated feeding for post-weaning piglets

Poster.

A connected feeder, jointly developed by IFIP and a manufacturer, have been installed at IFIP’s experimental facility in Romillé. It records data on weaned piglets’ individual feeding behaviour: feed consumption, frequency, duration and exact time of each visit. This study focused only on healthy piglets. The connected feeder has a trough equipped with a feed-detection sensor and an endless microscrew motor to drop the feed into it. Radio frequency identification (RFID) technology is used to recognize individual piglets. When a piglet’s RFID ear tag is detected in front of the trough and the sensor does not detect any feed in the trough, 10 g of feed is dropped into it. When the piglet has eaten enough feed to uncover the sensor, which means the trough is empty, another dose is dropped. The device was tested with 102 weaned piglets for 40 days. On a daily basis, piglets consume a mean of 3.8% of body weight and visit the feeder 24 times during the first 14 days after weaning (1st age). During the 2nd age phase, mean daily consumption is 5.1% of body weight, and the number of visits per day increases to 48. Behind these results, piglet behaviour varies among animals but also, for a given animal, from one day to another. Indeed, inter- and intra-individual variability in daily feed consumption are high: both nearly 40% during the 1st age and 18% during the 2nd age. This connected feeder may become an interesting tool in the future for studying individual piglet behaviour in the post-weaning period.

PDF icon Yvonnick Rousselière et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 415-416, poster
2020

Pages